Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Antonio Casamento, Folle ostili n...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Antonio Casamento, Folle ostili nella letteratura italiana del XIX secolo: tra criminalità, sommossa e individuo

Padoue, CLEUP, 2020, 190 p., 18 €
Elena Bovo
Référence(s) :

Antonio Casamento, Folle ostili nella letteratura italiana del XIX secolo: tra criminalità, sommossa e individuo, Padoue, CLEUP, 2020, 190 p., 18 €

Texte intégral

  • 1 Sur ce thème, voir aussi L. Fournier-Finocchiaro éd., La foule en Italie (XIXe-XXe siècles) [numéro (...)

1L’ouvrage d’Antonio Casamento porte l’attention sur un « personnage » qui a fait irruption dans la littérature européenne et italienne dès la première partie du XIXe siècle1. Ce « personnage » est la foule, le plus souvent présentée dans un rapport d’hostilité face à l’autorité. Mais si la réflexion développée dans l’ouvrage s’intègre parfaitement dans le paysage européen – pensons à des auteurs comme Tolstoï, Dickens, Hugo, et bien sûr Zola –, c’est sur la spécificité de l’Italie qu’elle se concentre, tout en considérant l’impact culturel de la Révolution française, et les transformations sociales qu’elle a provoquées, comme le point de départ de « l’ascension des foules à un sujet historique de premier plan » (p. 13).

2Dans l’introduction, avant d’entrer dans l’analyse de ce « personnage » qu’est la foule, l’auteur pose d’emblée les jalons permettant de comprendre la thèse de fond de son essai. À cet effet, il rappelle que dans le dernier tiers du XIXe siècle, la foule – de plus en plus souvent protagoniste des manifestations se terminant dans la violence – est devenue aussi l’objet d’une nouvelle science sociale, la psychologie des foules. Avant la publication de La psychologie des foules par Gustave Le Bon en 1895, les juristes italiens Enrico Ferri et son élève Scipio Sighele, beaucoup moins connus du grand public que le premier, représentants de l’école italienne de criminologie, positivistes, profondément influencés par les théories de Cesare Lombroso et par le socialisme réformiste de l’époque, ont formalisé la psychologie des foules comme science tout au début des années 1890. Sighele, en 1891, avait publié La folla delinquente, le premier essai entièrement consacré à une analyse de la psychologie des foules et, contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, pas seulement des foules criminelles. Le but des deux juristes était de mieux connaître le comportement de la foule, de la maîtriser, mais aussi de donner une signification politique à sa violence et à ses actes criminels. Mais si Sighele, en prolongeant la réflexion de Ferri, a inventé l’expression « psychologie de la foule », le comportement de cette dernière avait déjà fait l’objet d’études scientifiques. Tout d’abord par Hippolyte Taine qui, dans Les origines de la France contemporaine (1875-1893), en avait fixé, voire figé, les traits, en décrivant les foules révolutionnaires comme une « populace » opprimée, mais irrationnelle et destructrice si elle est livrée à elle-même ; par le juriste Gabriel Tarde ensuite, qui, dès le milieu des années 1880, avait utilisé la théorie de la suggestion hypnotique pour décrypter les comportements mimétiques des foules, induits, à ses yeux, par une suggestion subie qui pousserait l’individu, se sentant occulté par le nombre et stimulé par le groupe, à commettre des actes criminels qu’il n’aurait jamais commis seul. Or, Antonio Casamento suggère que si les deux juristes italiens se sont effectivement inspirés des travaux de Taine et de Tarde, c’est d’abord la littérature, et Alessandro Manzoni en particulier, qui a constitué leur modèle le plus proche, « leur premier maître » (p. 52). Et c’est certainement là l’un des apports les plus importants et les plus originaux de cet essai, parce qu’il nous permet d’appréhender sous un nouvel angle la naissance de la psychologie des foules : c’est la littérature, ce sont les écrivains, par leurs intuitions, par leur lecture des contradictions du réel, par leur capacité à traduire en récits et en images les injustices sociales, qui ont su « anticiper et influencer » (p. 52) cette science sociale aujourd’hui disparue.

  • 2 E. Burke, Reflections on the Revolution in France [1790], L. G. Mitchell éd., Oxford, Oxford Univer (...)
  • 3 M. Robespierre, Troisième lettre à ses commettans [1793], dans Id., Œuvres de Maximilien Robespierr (...)

3Ainsi que nous le montre Antonio Casamento, à l’image de la lecture double qui fut donnée de la foule au lendemain de la Révolution française, d’un côté celle d’une populace criminelle déchaînée2 et de l’autre celle du réveil d’un peuple opprimé en quête de justice sociale3, le « personnage » foule dans la littérature italienne au XIXe siècle oscille entre deux modèles, tout comme, entre ces deux modèles, oscillera la conception de la foule donnée par Ferri et par Sighele. Le premier, analysé dans la première partie de l’essai, est inauguré par Manzoni dans I promessi sposi, lors de la célèbre description de la révolte de Milan. La foule, constituée par les classes sociales populaires, est affamée à cause des événements naturels et des injustices perpétrées par les gouverneurs. Exaspérée, brutale, elle est incapable de s’organiser et de revendiquer justice et liberté, incapable même d’en concevoir les concepts, enchaînée à ses seuls besoins matériels immédiats. Elle absorbe tous les individus qui la composent dans une volonté unique qui se traduit, en vertu de l’instinct d’imitation, par une action simple, celle de piller le four pour voler le pain. Ce modèle de foule apparaît comme dominant dans la littérature italienne de la fin du XIXe siècle, indépassé même par le vériste Giovanni Verga, qui manifeste toutefois, dans la nouvelle Liberté (1882) notamment, une compassion implicite pour le destin d’une foule sauvage, composée de paysans quasi réduits à l’esclavage par les latifundia, s’abandonnant à ses instincts de vengeance, sans aucune capacité de réflexion, « brutale et brutalisée, manipulée, sans échappatoire » (p. 86).

4L’analyse du second modèle fait l’objet de la deuxième partie de l’essai. Dans le contexte conflictuel de l’Italie post-unitaire, où une grande partie de la population était plongée dans la misère et où dans plusieurs villes éclataient des révoltes collectives contre les terribles conditions de travail des ouvriers et des paysans, des écrivains, qui avaient le plus souvent embrassé la cause socialiste, abandonnent le modèle manzonien de la foule pour se rapprocher de celui proposé par Zola dans Germinal (1885). L’on voit dès lors émerger l’espoir, certes un peu paternaliste, typique d’un certain socialisme italien de la fin du XIXe siècle, que cette foule irrationnelle, si elle était éduquée moralement et culturellement, et si elle était guidée, pourrait un jour devenir un peuple, capable de revendiquer ses droits. En littérature, ce modèle a été adopté, entre autres, par l’écrivain et journaliste scapigliato Paolo Valera, auteur du roman La folla (1901). Influencé par l’anarchisme et par le socialisme, il fait d’une foule de vagabonds, de prostituées, de petits commerçants et de prolétaires – dont certains commencent à mûrir une conscience de classe, grâce à la lecture et à la participation à des cercles d’ouvriers socialistes – la véritable protagoniste des bas-fonds de la ville de Milan, et surtout la vraie victime « d’une classe dirigeante protégée par la complicité de la monarchie » (p. 143). Edmondo De Amicis, qui se déclare socialiste dans les années 1890, incarne, encore plus que Valera, ce second modèle. Dans son roman inachevé et jamais publié Primo Maggio, écrit en 1891, il met en scène une foule d’ouvriers, autrement dit une foule ayant une connotation de classe, en train de s’émanciper de son statut de « victime », puisqu’elle sait s’organiser et manifester pour revendiquer ses droits, bien que de façon violente et chaotique. Et pour montrer encore une fois le lien profond qui unit la littérature à cette nouvelle science sociale, Antonio Casamento souligne que le sociologue et médecin Pasquale Rossi, tout en poursuivant le travail de Sighele, commence à s’écarter de sa vision pathologique et criminelle de la foule l’année même où paraît La folla de Valera. Dans Psicologia collettiva morbosa (1901), Rossi, lui aussi élève de Ferri et profondément inspiré par le socialisme, aborde en effet le problème de l’éducation de la foule comme un moyen de développer son intelligence et de l’élever moralement.

5Mais, c’est l’objet de la troisième et dernière partie de l’essai, ce modèle d’une foule capable de traduire en langage rationnel la révolte face aux abus qu’elle subit ne parviendra pas à s’imposer. La menace d’une foule difficile à maîtriser et qui risque d’engloutir l’individu dans ses « eaux troubles » (p. 14) est trop forte au tournant du XIXe siècle. Gabriele D’Annunzio exprime ainsi dans ses romans son incompréhension, sa distance, son mépris de la foule, sentiments qui se mêlent parfois à de la curiosité et même à une forme de fascination vis-à-vis de la force qui émane de ses instincts animaux et primitifs. Dans Il fuoco (1900), anticipant le rôle de poeta vate qu’il jouera lui-même, il met en scène le poète et musicien Stelio Effrena, lequel incarne un « surhomme », un « duce » qui se nourrit de l’énergie libérée par la foule pour la séduire et l’assujettir certes, mais aussi pour ne pas se laisser submerger et anéantir par elle, cette dernière n’étant désormais plus conçue comme peuple, mais plutôt comme l’« ignoble produit de la modernité » (p. 164).

6L’essai s’achève sur une réflexion qui scelle une fois encore le lien entre la littérature et la psychologie des foules, et que nous souhaitons, pour conclure, reproduire ici :

Le problème de la domination des foules sera affronté par le pouvoir politique, au cours du XXe siècle, avec les aberrations totalitaires que nous connaissons bien. Le thème de la fragilité et de la dissolution de l’individu dans la société de masse, en revanche, sera traité de façon magistrale par certains romanciers européens et italiens du début du XXe siècle (de Kafka à Mann, de Svevo à Pirandello, pour ne citer que les plus connus). Mais ce n’est pas là le moment d’ouvrir une autre fenêtre. Nous pouvons tout au plus la laisser entrouverte pour permettre aux savants, aux étudiants et aux lecteurs passionnés d’en apercevoir la lumière. (p. 181, nous traduisons)

Haut de page

Notes

1 Sur ce thème, voir aussi L. Fournier-Finocchiaro éd., La foule en Italie (XIXe-XXe siècles) [numéro thématique], Laboratoire italien, no 4, 2003. En ligne : [https://journals.openedition.org/laboratoireitalien/212] (consulté le 14/01/2021).

2 E. Burke, Reflections on the Revolution in France [1790], L. G. Mitchell éd., Oxford, Oxford University Press, 1993.

3 M. Robespierre, Troisième lettre à ses commettans [1793], dans Id., Œuvres de Maximilien Robespierre, A. Laponneraye éd., Paris, chez l’éditeur, 1840, vol. III, p. 197-199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Bovo, « Antonio Casamento, Folle ostili nella letteratura italiana del XIX secolo: tra criminalità, sommossa e individuo », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 20 janvier 2021, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/5931 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.5931

Haut de page

Auteur

Elena Bovo

Maître de conférences à l’université Bourgogne Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search