Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Géraud Poumarède, L’Empire de Ven...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Géraud Poumarède, L’Empire de Venise et les Turcs, XVIe-XVIIe siècle

Paris, Classiques Garnier, 2020, 744 p., 59 €
Jean Sénié
Référence(s) :

Géraud Poumarède, L’Empire de Venise et les Turcs, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020, 744 p., 59 €

Texte intégral

  • 1 H. Theunissen, « Ottoman-Venetian Diplomatics: The Ahd-names », Electronic Journal of Oriental Stud (...)
  • 2 M. P. Pedani, Venezia porta d’Oriente, Bologne, Il Mulino, 2010. Voir la recension de M. Giani paru (...)
  • 3 L’ouvrage a déjà reçu le prix Bordin 2021 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
  • 4 B. Arbel, « Una chiave di lettura dello Stato da mar veneziano nell’Età moderna: la situazione colo (...)

1Parmi les explications avancées par Fernand Braudel pour expliquer le déclin de Venise à partir du XVIe siècle, à côté des routes atlantiques et de l’émergence de « corps épais » comme la France et l’Espagne, un rôle essentiel est conféré à l’Empire ottoman. Ce récit historiographique a été remis en question depuis longtemps, même s’il conserve en partie sa force explicative et si la politique vénitienne s’est heurtée au XVIe et au XVIIe siècle à la poussée ottomane en Méditerranée. Cette histoire partagée entre Venise et les Turcs constitue l’objet du dernier ouvrage de Géraud Poumarède, dans le sillage des travaux de Hans Theunissen1 et, surtout, de Maria Pia Pedani2. Autant le dire d’emblée, il s’agit d’un ouvrage impressionnant, appelé à faire date dans l’histoire de Venise, dans celle de la Méditerranée et, enfin, dans celle des relations entre Orient et Occident3. Il se présente déjà comme une somme par son aspect formel, avec ses 433 manuscrits et boîtes d’archives dépouillés, ses 124 pages d’une bibliographie exhaustive et ses deux index pour les noms et pour les lieux. Le corps de l’ouvrage se compose de 600 pages de texte rédigées d’une plume claire, précise et toujours élégante, agrémentées de cartes et de graphiques, même si l’ouvrage aurait pu comporter davantage de cartes des possessions ultramarines de Venise. Il propose, enfin, un parcours maîtrisé dans les différents champs historiographiques du renouveau de l’histoire vénitienne. Toutefois, loin de se contenter d’offrir une simple histoire de Venise à l’époque moderne, Géraud Poumarède défend une thèse forte. Il entend relire les relations entre Venise et les Turcs à travers le prisme de la question impériale. Alors que les réflexions sur l’histoire impériale se développent depuis plus de vingt ans, ce modèle n’a pas été appliqué aux possessions vénitiennes, en dépit des travaux croissants sur les différentes composantes du Stato da Mar. L’historien défend cette approche comme la plus à même de faire « surgir des interrogations nouvelles sur le rôle du Stato da Mar dans la construction de l’identité politique de l’État vénitien », notamment sur sa « place dans les relations de Venise avec les puissances voisines » (p. 17), répondant aux invitations de Benjamin Arbel à considérer l’État vénitien sous l’angle des relations coloniales4. Venise, ses possessions balkaniques et méditerranéennes forment un ensemble cohérent dont l’analyse fait ressortir l’homogénéité.

2Le lecteur aura déjà compris que l’œuvre de Géraud Poumarède s’annonce comme une relecture de fond de l’ensemble de l’histoire vénitienne en étudiant d’un même tenant la cité des Doges et le Stato da Mar. La première conclusion qui s’impose à la lecture de l’ouvrage s’avère être d’ordre méthodologique. L’entreprise de l’historien se fonde sur une exploitation complète des archives vénitiennes. La réflexion historique se construit selon un double usage des fonds à la disposition du chercheur. Elle alterne ainsi entre un dépouillement exhaustif des séries conservées à l’Archivio di Stato, comme lorsque l’historien reconstruit l’analyse de la perception de la « menace turque » au moyen des relations des ambassadeurs et des bailes de la Sérénissime, et un usage croisé des différentes sources, comme pour l’étude des migrations des populations des peuples balkaniques au cours de laquelle l’enquête use des sources institutionnelles produites par le Conseil des Dix et par les provéditeurs, des correspondances des ambassadeurs, des bailes ou encore des consuls, sans oublier les relations mobilisées. Les deux usages ne sont d’ailleurs pas exclusifs et peuvent se conforter au sein d’une même analyse. L’auteur témoigne à chaque page de sa familiarité avec les archives vénitiennes ainsi qu’avec le système de production de ces archives. Il déploie ainsi un modèle d’analyse de la politique extérieure de Venise vis-à-vis des Turcs, modèle dont la reproductibilité demeure une interrogation pour les chercheurs travaillant sur d’autres espaces à la même époque en raison de la richesse des archives vénitiennes.

3Le livre offre plusieurs lectures possibles, dont nulle n’épuise l’ensemble des sujets abordés. Bien qu’il ne réponde pas à un plan chronologique, le lecteur pourra reconstituer aisément deux siècles d’affrontements, de négociations et d’échanges entre les Vénitiens et les Ottomans. L’ouvrage suit un autre plan, structuré en quatre parties, abordant tour à tour l’identité impériale de Venise, les négociations et les affrontements, l’implantation vénitienne en Méditerranée orientale ainsi que les formes prises par sa présence, et enfin les imbrications entre les différents espaces. Selon le parcours de lecture adopté, il est possible de souligner l’apport de l’étude de Géraud Poumarède et de ses conclusions dans les domaines de l’histoire des relations internationales, de celle du mythe de Venise et de celle de la Méditerranée. Le livre propose, en effet, une étude complète du fonctionnement de la diplomatie vénitienne, envisagée dans son rapport avec les Turcs et leurs sujets. L’ouvrage passe en revue les différents conflits armés qui opposent les deux puissances lors des six affrontements qui courent de 1499 à 1718 et la paix de Passarowitz. Les territoires vénitiens se réduisent progressivement du fait de l’avancée ottomane, bien que cette évolution ne soit pas linéaire et n’empêche pas les conquêtes vénitiennes, comme lors de la guerre de Morée (1684-1699), où les Vénitiens bénéficient de l’essoufflement de l’Empire ottoman, même si les Ottomans reprennent la Morée en 1715. À partir du XVIIIsiècle, une paix durable s’installe, résultant d’une tradition de concorde promue au sein du patriciat vénitien et d’un nouveau souci de neutralité. Les conflits qui scandent la période sont précédés, suivis et accompagnés par des négociations qui illustrent l’effort permanent du gouvernement vénitien pour ne jamais rompre la discussion avec les Turcs. La diplomatie est une modalité essentielle du rapport des autorités vénitiennes aux Turcs, congédiant une nouvelle fois, si besoin en était, l’idée d’un choc des civilisations. Les institutions et les acteurs de ces échanges sont présentés exhaustivement, l’auteur prenant soin de distinguer les échelles d’intervention des ambassadeurs extraordinaires, des bailes, des consuls et des agents qui arpentent les terres et les mers. Le système diplomatique vénitien apparaît ainsi comme « polycentrique, hiérarchisé et coordonné ». Les correspondances fournies que les acteurs s’échangent constamment font l’objet d’une analyse réticulaire exemplaire permettant de mieux cerner l’horizon d’action de ces hommes, sans se cantonner à l’observation des échanges entre les autorités et leurs envoyés. Les stratégies familiales de ces hommes sont prises en compte afin de restituer l’épaisseur de l’action diplomatique. Les formes de négociation sont également mises en perspective dans l’évolution des pratiques diplomatiques des XVIe et XVIIsiècles. Finalement, le récit propose à la fois une étude complète des relations militaires et diplomatiques entre Venise et les Turcs, mais il intègre aussi les thèmes les plus récents de la recherche sur les relations internationales, à l’instar des travaux sur les consuls, et ce afin d’offrir une nouvelle réflexion historiographique, notamment par l’analyse des réseaux et des familles des acteurs des relations internationales et des échanges culturels.

4L’ouvrage peut également se lire comme une présentation dynamique et renouvelée du mythe de Venise à travers le prisme de la dimension impériale des symboles vénitiens. Les premières pages sur les origines mythiques de Venise rappellent la centralité de la mer dans la compréhension que les habitants de la cité ont d’eux-mêmes et de leur destin. Les territoires ultramarins ainsi envisagés deviennent une des sources de la légitimité politique des Vénitiens, notamment par les titres royaux conférés par Chypre et la Crète. La lutte contre les prétentions des ducs de Savoie sur la couronne chypriote anime les Vénitiens au cours du XVIIe siècle. Ce conflit, alors même que l’île n’est plus vénitienne depuis le traité de paix de 1573, révèle le rôle symbolique que joue l’empire dans l’identité des Vénitiens, longtemps après la perte des territoires, phénomène que Géraud Poumarède qualifie de « nostalgie d’empire », mais dont il souligne également toute la nécessité politique. Le mythe d’un gouvernement démocratique exceptionnel sans cesse remis en question et réinterrogé par la recherche historique gagne à être replacé dans une perspective plus large intégrant cette dimension impériale.

  • 5 E. R. Dursteler, Venetians in Constantinople: Nation, Identity and Coexistence in the Early Modern (...)
  • 6 M. Grenet, La fabrique communautaire : les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840, Athène (...)

5Enfin, l’historien continue de creuser le sillon entamé avec son ouvrage précédent, intitulé Pour en finir avec la Croisade : mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux XVIe et XVIIe siècles (PUF, 2009). Son étude de la présence vénitienne en terre soumise à l’autorité de la Porte, ses réflexions sur le tracé incertain de la démarcation entre les possessions vénitiennes et turques, son évaluation des migrations et des échanges économiques témoignent des relations permanentes en deçà ou au-delà des discours belliqueux. La familiarité avec les Turcs et les populations balkaniques constitue un horizon d’attente de la pensée vénitienne. C’est une autre histoire de la Méditerranée qui est alors proposée, celle qui émerge des récents travaux d’Eric R. Dursteler sur la présence des Vénitiens à Constantinople5, ou celle des communautés étrangères à Venise, telle que la dégagent les recherches de Matthieu Grenet sur la communauté grecque6. Les circulations d’hommes et de marchandises, même si elles font l’objet de toutes les surveillances des autorités de la cité de saint Marc, sont permanentes et constituent la toile de fond des affrontements et des négociations entre la République et l’Empire ottoman. Plus encore, elles montrent le fonctionnement impérial de Venise en rendant évidentes les connexions entre métropole et colonies et l’impossibilité de les séparer.

6Ces pistes de lecture laissent de côté de nombreux autres sujets, comme les fortifications vénitiennes, qui intéressent l’histoire militaire et l’histoire de l’architecture, les cartes pour l’histoire des savoirs ou encore l’histoire des différents espaces de la Méditerranée, comme cette nouvelle histoire de l’Adriatique proposée au fil des pages. On ne peut que saluer l’imposant travail accompli et acquiescer à la pertinence du choix de l’analyse impériale, et se prendre à rêver d’un deuxième volet, qui constituerait le pendant de l’étude de Géraud Poumarède et qui intégrerait les sources produites par les institutions ottomanes, permettant de renverser le regard en partant de l’Empire ottoman pour s’interroger sur Venise et les Vénitiens.

Haut de page

Notes

1 H. Theunissen, « Ottoman-Venetian Diplomatics: The Ahd-names », Electronic Journal of Oriental Studies, vol. I, no 2, 1998, p. 1-698. En ligne :
[web.archive.org/web/20041106030212fw_/http://www2.let.uu.nl/Solis/anpt/ejos/EJOS-I.2.html] (consulté le 22/02/2021).

2 M. P. Pedani, Venezia porta d’Oriente, Bologne, Il Mulino, 2010. Voir la recension de M. Giani parue en 2011 dans Laboratoire italien no 11. En ligne :
[http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/610] (consulté le 22/02/2021).

3 L’ouvrage a déjà reçu le prix Bordin 2021 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

4 B. Arbel, « Una chiave di lettura dello Stato da mar veneziano nell’Età moderna: la situazione coloniale », dans G. Ortalli, O. J. Schmitt et E. Orlando éd., Il Commonwealth veneziano tra 1204 e la fine della Repubblica: identità e peculiarità, Venise, Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2015, p. 155-181. Voir aussi G. Christ et F.-J. Morche éd., Cultures of Empire: Rethinking Venetian Rule, 1400-1700. Essays in Honour of Benjamin Arbel, Leyde, Boston, Brill, 2020.

5 E. R. Dursteler, Venetians in Constantinople: Nation, Identity and Coexistence in the Early Modern Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006.

6 M. Grenet, La fabrique communautaire : les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840, Athènes, Rome, École française d’Athènes, École française de Rome, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Sénié, « Géraud Poumarède, L’Empire de Venise et les Turcs, XVIe-XVIIe siècle », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/5939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.5939

Haut de page

Auteur

Jean Sénié

Sorbonne Université - Centre Roland Mousnier (UMR 8596)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search