Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Marcella Aglietti, Mathieu Grenet...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Marcella Aglietti, Mathieu Grenet et Fabrice Jesné éd., Consoli e consolati italiani dagli Stati preunitari al fascismo (1802-1945)

Rome, École française de Rome, 2020, 434 p., 45 €
Claire Lorenzelli
Référence(s) :

Marcella Aglietti, Mathieu Grenet et Fabrice Jesné éd., Consoli e consolati italiani dagli Stati preunitari al fascismo (1802-1945), Rome, École française de Rome, 2020, 434 p., 45 €

Texte intégral

  • 1 Le CERHIO de Bretagne Sud, le CMMC de Nice, le CRHIA de Nantes et le FRAMESPA d’Albi.
  • 2 Le Réseau des Écoles françaises à l’étranger (Casa Velásquez, Écoles françaises de Rome et d’Athène (...)

1Cet ouvrage rassemble treize contributions de quinze chercheurs et fait suite à une journée d’étude organisée à l’École française de Rome en septembre 2016. Il constitue aussi l’aboutissement d’un programme de recherche plus large, intitulé « La fabrique consulaire », qui associe plusieurs laboratoires de recherche1 et institutions culturelles2. L’ouvrage, né d’un défi historiographique abordé collectivement, est une investigation polyphonique, transnationale et transdisciplinaire de la question consulaire italienne.

2L’ouvrage évite l’écueil principal qui guette tout recueil d’articles : il se présente comme un livre cohérent grâce à un système d’échos et une progression dialectique continue. Il repose sur une organisation fine et solide puisque chaque article trouve sa juste place au sein d’un ouvrage où la subtilité scientifique ne s’obtient pas au détriment d’une certaine forme de pédagogie et d’accessibilité. Le lecteur est guidé dans sa découverte du sujet par des articles qui prennent le temps de ré-esquisser – parfois en italien, parfois en français – un contexte historique et géographique italien, pas forcément connu de tous. L’ouvrage apporte ainsi sa contribution à un cas relativement délaissé par l’historiographie de la question consulaire, le cas italien, sans manquer de le rendre accessible à des non-spécialistes de l’histoire italienne.

3La question consulaire se situe à la croisée de trois historiographies distinctes. Elle recoupe non seulement l’histoire de l’institution consulaire elle-même, mais aussi l’histoire de l’administration italienne et de son rapport au politique, ainsi que l’histoire plus globale de la naissance de l’Italie contemporaine et de l’évolution du concept de nation à partir du Risorgimento. Le livre commence par constater la relative absence de l’Italie unifiée dans l’historiographie de l’institution consulaire, la question italienne ayant fait l’objet d’études de cas précises, mais rarement d’une analyse globale. Il ne s’agit pas d’offrir une lecture rationalisante du développement de l’institution consulaire, qui ne saurait être lue comme la simple « bureaucratisation » d’une institution (Grenet). L’institution étudiée, en tant que « fabrique » du « consulaire » et du « national », est avant tout un processus qui s’inscrit dans un temps long. L’ouvrage cherche donc, par une approche nouvelle et sans prétendre à l’exhaustivité, à combler ce vide historiographique qui entoure la question consulaire dans sa spécificité italienne.

4La variable temporelle est une autre difficulté à laquelle l’ouvrage se confronte au moyen d’une chronologie pertinente, justifiée dans l’introduction. La première période examinée – de 1802 à 1870 – est couverte par six articles (Jesné, Biagianti, Di Fiore et Lucrezio Monticelli, D’Alessandri, Montalbano, Aglietti) et représente la partie la plus dense de l’ouvrage. L’investigation s’ouvre avec la Repubblica italiana (1802-1805) et se poursuit avec les premières expériences unitaires liées au Quarantotto, le tournant de l’unification italienne, et les premières années post-unitaires. L’ensemble de ces contributions démontre que l’institution consulaire italienne fait l’objet d’une longue « transition unitaire », puisque cette « unité » n’est pas acceptée et reconnue par tous les acteurs concernés – les anciens dirigeants d’États pré-unitaires, les puissances catholiques voisines qui soutiennent le pape, voire les consuls eux-mêmes –, lesquels deviennent alors maîtres dans l’art de la temporisation, pour ne pas dire de l’obstruction, en attendant une forme de Restauration. Le processus de « piémontisation » des institutions consulaires des cessati Stati est en réalité un mécanisme complexe, à la fois en rupture et en continuité avec la période pré-unitaire, où l’on « supprime » l’institution, tout en rejouant des pratiques déjà existantes et en s’inspirant de modèles étrangers – français, autrichien ou espagnol.

5Viennent ensuite quatre articles (Bechini, Bossaert, Polsi, Paonessa) qui couvrent la période 1860-1922. Les années libérales correspondent néanmoins à la période la moins étudiée de l’ouvrage étant donné que les deux grands temps de réorganisation et de redéploiement de l’institution consulaire restent le lungo Risorgimento et l’avènement de l’Italie fasciste. Le livre n’évacue pas pour autant la question des réformes libérales de la fin du XIXe siècle – comme le processus de fonctionnarisation des consuls ou leur mise au pas, avec la diminution de leur autonomie, dans le cadre de la nouvelle politique étrangère voulue par Francesco Crispi –, que l’on retrouve dans ces articles. Les quatre contributions s’intéressent surtout aux trajectoires de carrière des consuls et aux stratégies individuelles mises en place par ces derniers et les personnes qui gravitent autour d’eux, ainsi qu’à la question toujours plus problématique – datant déjà de l’époque pré-unitaire – des esuli politiques à l’heure où l’Italie unifiée se bat pour sa légitimité et s’efforce de créer un discours « nationalisant » pour les communautés italiennes à l’étranger.

6Enfin, l’ouvrage se termine sur l’époque fasciste (1922-1945) avec trois articles (Pane, Vermeren, Oppizzi), qui étudient non seulement l’expansion que connaît le service consulaire sous le fascisme, mais aussi l’évolution des pratiques et prérogatives consulaires dans le cadre d’un régime de type totalitaire. En partant d’exemples précis, comme le développement des Case d’Italia dans le Sud de la France (Pane) ou l’essor des Fasci di combattimento all’estero à travers l’exemple de l’Algérie (Vermeren) ou du contre-exemple tunisien (Oppizzi), ces contributions explorent les mêmes questions : dans quelle mesure État et parti fascistes modifient-ils l’institution consulaire de l’époque libérale ? Le régime fasciste pratique-t-il une forme d’épuration parmi les rangs des consuls ? Avec quelles organisations ou institutions – italiennes comme étrangères – les consulats rentrent-ils en concurrence dans le cadre de ce qui n’est plus une simple tutelle administrative des Italiens à l’étranger, mais aussi une politisation des communautés italiennes locales ?

  • 3 Selon l’expression de Franco Venturi, cité en introduction par Aglietti et Jesné, p. 10.

7D’autre part, un des aspects les plus originaux de cet ouvrage est le traitement transnational qu’il propose de la question consulaire. Dans le contexte particulier de l’histoire italienne, l’institution consulaire se définit d’abord comme un ensemble de systèmes consulaires appartenant à différents États pré-unitaires, qui interagissent aussi bien entre eux qu’avec d’autres nations. Par la suite, ces divers systèmes consulaires deviennent un unique système, doté d’une seule réalité géographique, politique et nationale, dont le rôle principal est maintenant d’aider les « Italiens » à l’étranger et d’asseoir l’Italie à la table des grandes puissances européennes et coloniales. La question consulaire est donc aussi abordée dans sa dimension géographique. Les contributions s’occupent essentiellement du bassin méditerranéen occidental et oriental, et citent, entre autres, les différents États pré-unitaires, les principautés moldave et roumaine, l’Empire ottoman, l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie ou la France. Les aires étudiées sont toutes des réceptacles d’une intense immigration italienne, certaines se distinguant aussi par leur position névralgique au sein des vastes réseaux commerciaux que représentent les bassins danubien et méditerranéen. Ce foisonnement de zones géographiques cache en réalité une idée directrice extrêmement cohérente et fédératrice : la volonté d’étudier ce non-lieu qu’est « L’Italia fuori dall’Italia »3 – c’est-à-dire les communautés italiennes en dehors du territoire national issues de l’émigration.

8Cette approche transnationale présente l’avantage d’analyser et d’évaluer le développement du système consulaire à l’aune de ses expériences sur le terrain, sans faire de la question consulaire une institution exclusivement « centralisée ». Une telle approche met aussi en exergue le lien de dépendance qui existe entre les services consulaires et certains facteurs conjoncturels comme l’état des relations internationales, les enjeux politiques et stratégiques de la colonisation, ou l’hospitalité et les lois en vigueur dans le pays d’accueil.

9Il n’est évidemment pas possible de présenter une synthèse complète de l’ensemble de l’ouvrage du fait de la richesse des contributions qui le composent. Toutefois, nous voudrions nous arrêter sur trois grandes questions, qui, en raison de leur transversalité, constituent le fil rouge de l’ouvrage.

10La première question relève des compétences du consul – au sens double du terme, ses capacités et ce qui est de son ressort –, lesquelles évoluent en lien étroit avec la situation politique de l’Italie. À partir de 1860, les consuls subissent un double processus de « fonctionnarisation » et de « professionnalisation » (Aglietti). La « fonctionnarisation » s’attaque au statut même du consul, qui devient un symbole du nouvel État italien. Ce processus modifie aussi, plus pragmatiquement, les modalités de « départ », de recrutement, de rémunération et de formation des consuls (Jesné, Aglietti, Bossaert, Grenet), le soutien matériel et financier dont ils disposent à l’intérieur d’un système consulaire fusionné (Jesné, Bossaert), ou la hiérarchie à laquelle ils doivent répondre (Di Fiore et Lucrezio Monticelli, Paonessa, Pane, Vermeren, Oppizzi). Le second processus, celui de « professionnalisation », appelle une redéfinition des prérogatives du consul. D’abord agent commercial, notamment responsable des intérêts douaniers et économiques liés au commerce maritime des États pré-unitaires (Jesné, Biagianti, D’Alessandri), le consul devient, après l’unification, un agent politique, garant de l’image de l’Italie à l’étranger et de ses bonnes relations avec les pays d’accueil (Di Fiore et Lucrezio Monticelli, Montalbano, Polsi, Paonessa, Vermeren, Oppizzi). En outre, les consuls acquièrent des fonctions juridictionnelles (Polsi), qui les portent, en tant que garants de l’ordre local, à se convertir en acteurs du réseau de policing ou de surveillance mis en place par l’Italie pour contrôler ses ressortissants politiques, notamment francs-maçons, anarchistes, socialistes ou communistes (Di Fiore et Lucrezio Monticelli, Polsi, Paonessa, Pane, Oppizzi). Enfin, ils endossent des fonctions administratives supplémentaires, comme le droit d’officier des mariages civils et d’exécuter des testaments (Bechini).

11Une deuxième question transversale est la fonction « nationalisante » de l’institution consulaire (Jesné et Aglietti, Bechini). Il s’agit de mettre en lumière le rôle joué par l’activité consulaire dans le processus de nationalisation et de politisation des Italiens à l’étranger à partir de l’unification (Montalbano, Bechini) ou dans celui de re-nationalisation et de re-politisation de ceux-ci pendant le fascisme (Pane, Vermeren, Oppizzi). Si les consuls sont les représentants du nouvel État-nation italien, ils deviennent pour certains la « voce dell’unificazione » (Jesné et Aglietti, p. 11) ou les « casse di risonanza » de la cause nationale et des événements qui se déroulent dans la Péninsule (D’Alessandri, p. 122). Cette identité définie en amont par la classe dirigeante, et que le consul serait responsable d’inculquer aux colonies italiennes à l’étranger, se transforme en rhétorique de l’« italianità », c’est-à-dire en un discours, variable en fonction des périodes, qui explique ce qu’est ou ce que devrait être « l’Italien ». Cette rhétorique est à la fois pensée comme un outil fédérateur, capable de générer un sentiment d’appartenance et de proximité avec l’Italie, et comme un outil de tutelle, de propagande et de surveillance (Montalbano, Bechini, Paonessa, Vermeren, Pane, Oppizzi).

12La portée de cette fonction « nationalisante » de l’institution consulaire, qui correspond à notre troisième question transversale, est capitale. On attend de cette œuvre de « nationalisation » qu’elle rapproche les Italiens de l’Italie, qu’elle suscite leur participation depuis l’étranger à la vie de la nation (D’Alessandri, Montalbano), voire qu’elle favorise leur retour dans la Péninsule (Bechini, Vermeren). La question consulaire n’a en effet de sens qu’en lien avec des questions de flux migratoires, de diasporas, de territoires et de nationalités. Face au désir de ces communautés italiennes de rester parfois dans le pays d’accueil ou de « céder » aux tentations d’intégration – que sont la naturalisation ou le jus solis pour les enfants d’immigrés italiens –, le consul est obligé de mettre en place des stratégies discursives et matérielles de « promotion » de l’Italie. On pourrait alors se demander si la principale menace pour l’Italie, notamment fasciste, et pour les consuls, ne serait pas tant les esuli politiques que les stratégies de captation de ces populations de la part des pays hôtes (Bechini, Pane, Vermeren). La menace ultime serait alors pour les consuls, non pas l’existence de contre-discours pour une « italianité » alternative, mais la perte de contrôle sur leurs propres communautés ; ce qui rendrait d’ailleurs caduque l’existence même de la fonction consulaire.

13Grâce à son parti pris diachronique et transnational, cet ouvrage permet une réévaluation des figures et des rôles du consul. C’est bien la pluralité des visages de ce personnage qui est présentée, avec, en parallèle, les conjonctures historiques qui l’ont générée. Le consul est un acteur à la fois politique, économique, diplomatique et administratif. Ses diverses sphères d’influence ou de responsabilité font de lui un agent multitâche, qui est tout autant responsable de questions pragmatiques et matérielles, comme la gestion administrative et le maintien de l’ordre, que de questions beaucoup plus immatérielles, telles que l’œuvre de « nationalisation » et de promotion politique et culturelle de l’Italie, non seulement auprès des communautés locales, mais aussi des classes dirigeantes des pays hôtes. L’ouvrage réussit à mettre en valeur, in fine, le poids de la « personnalité » du consul dans l’exercice de la fonction consulaire, dans la mesure où il présente ce dernier à la fois comme un acteur au sein d’une machine étatique et diplomatique, mais aussi comme un individu à part entière, avec ses propres stratégies de carrière et une approche très personnelle de la tâche qui lui est confiée.

Haut de page

Annexe

Sommaire de l’ouvrage

Marcella Aglietti et Fabrice Jesné, « Introduzione. Le Italie e i loro consoli », p. 7-28.

Fabrice Jesné, « La transition unitaire des services consulaires italiens (1858-1870) », p. 29-67.

Annalisa Biagianti, « Consoli italiani dalle Repubbliche sorelle al Regno d’Italia. Modelli e intersezioni con il sistema francese (1796-1814) », p. 69-93.

Laura Di Fiore et Chiara Lucrezio Monticelli, « Il controllo politico transnazionale dei consoli nel tornante del 1848: un confronto tra Stato pontificio e Regno delle Due Sicilie », p. 95-115.

Antonio D’Alessandri, « Il Quarantotto e l’attività consolare del Regno di Sardegna nei porti danubiani e del Mediterraneao orientale », p. 117-131.

Gabriele Montalbano, « “Il nome d’Italiano che abbiamo comune”. Pratiche d’italianità nel Beilicato di Tunisi tra ricomposizioni consolari e appartenenza collettiva (1848, 1861) », p. 133-151.

Marcella Aglietti, « L’Italia unita dei consoli. Il complicato caso di Venezia (1859-1866) », p. 153-187.

Thibault Bechini, « Recourir aux services consulaires de la monarchie italienne. Une démarche entre expérience nationalisante et stratégie individuelle. Marseille, 1861-1922 », p. 189-208.

Marie Bossaert, « Poste in translation. Les drogmans des consulats italiens dans l’Empire ottoman (1861-1911) », p. 209-237.

Alessandro Polsi, « Una carriera in Oriente. Giuseppe De Martino console generale in Egitto (1864-1889) », p. 239-265.

Costantino Paonessa, « Sicurezza di stato, “italianità” e politica coloniale. Le pratiche dei consolati pre e post-unitari nel controllo e repressione dei migranti e degli esuli in Egitto (1868-1925) », p. 267-286.

Caroline Pane, « “Le monde lyrique du consulat”. Les Case d’Italia et l’administration d’une italianité fasciste » », p. 287-306.

Hugo Vermeren, « “Fare opera di propaganda nazionale”. Le personnel consulaire italien et l’exportation du fascisme en Algérie dans les années 1920 et 1930 », p. 307-334.

Martino Oppizzi, « Da funzionari di Stato ad emissari del regime. L’evoluzione del ruolo dei consoli italiani in Tunisia durante il Ventennio fascista », p. 335-358.

Mathieu Grenet, « Conclusion. Une fabrique consulaire : le cas italien (XVIIIe-XXe siècles) », p. 359-367.

Haut de page

Notes

1 Le CERHIO de Bretagne Sud, le CMMC de Nice, le CRHIA de Nantes et le FRAMESPA d’Albi.

2 Le Réseau des Écoles françaises à l’étranger (Casa Velásquez, Écoles françaises de Rome et d’Athènes).

3 Selon l’expression de Franco Venturi, cité en introduction par Aglietti et Jesné, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lorenzelli, « Marcella Aglietti, Mathieu Grenet et Fabrice Jesné éd., Consoli e consolati italiani dagli Stati preunitari al fascismo (1802-1945) », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 11 mars 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/5946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.5946

Haut de page

Auteur

Claire Lorenzelli

Doctorante en études italiennes à l’ENS de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search