Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Andrea Salvo Rossi, Il Livio di M...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Andrea Salvo Rossi, Il Livio di Machiavelli: l’uso politico delle fonti

Rome, Salerno Editrice, 2021, 292 p., 22 
Alessia Loiacono
Référence(s) :

Andrea Salvo Rossi, Il Livio di Machiavelli: l’uso politico delle fonti, Rome, Salerno Editrice, 2021, 292 p., 22 

Texte intégral

1Dans l’ensemble des lectures qui contribuent à la construction de la pensée de Machiavel, Tite-Live occupe une place tout à fait unique : il constitue la pierre angulaire sur laquelle se construit le jugement machiavélien autour de la politique et de l’art militaire à l’époque des guerres d’Italie. Le problème qui se pose pour Machiavel et pour ses contemporains est d’affronter la crise de l’analogie entre passé classique et histoire présente, et d’imaginer un nouvel usage des mots anciens pour raconter la vérité dramatique et inédite de l’actualité, en repensant la logique du modèle. Andrea Salvo Rossi traite la question du rapport de Machiavel avec les sources classiques sous un angle inédit, à partir de la difficulté apparente consistant à concilier les deux visages de cet auteur, à la fois lecteur des Anciens et chancelier florentin immergé au quotidien dans la vie politique pratique. Tite-Live est un filtre particulièrement propice pour étudier les mécanismes sous-jacents à la pensée et à l’écriture de Machiavel, qui a recours aux Ab Urbe condita pour interpréter une expérience politique et militaire pour partie indéchiffrable : celle des guerres d’Italie dans les premières décennies du XVIe siècle. L’objectif poursuivi par A. Salvo Rossi n’est pas d’identifier le texte manuscrit ou édité qui aurait figuré sur l’écritoire de Machiavel, mais d’interroger le rapport de ce dernier à Tite-Live, tout en examinant le seul témoignage réellement disponible à l’heure actuelle, à savoir le texte des Discours sur la première décade de Tite-Live tel qu’il était transmis à l’époque dans plusieurs éditions. Dans un premier temps, le chercheur sonde donc les circonstances concourant à l’importance particulière accordée à l’historien de Rome par Machiavel. Trois causes sont signalées : la valeur paradigmatique conférée, à partir d’un certain moment de l’histoire culturelle de la Péninsule, aux références classiques ; l’élévation des Ab Urbe condita au rang de texte « canonique » et d’accès privilégié à l’histoire de Rome (avec un poids culturel comparable à celui du Digeste et de la Vulgata) ; enfin la diffusion de la référence livienne au temps des guerres d’Italie. Le cas de Machiavel s’inscrit au sein d’une longue tradition de lectures des Ab Urbe condita et A. Salvo Rossi retrace le profil du Tite-Live des humanistes, qui tous conjuguent l’approche philologique de la source avec une intention politique liée à l’actualité. La première édition critique des Ab Urbe condita livrée par Pétrarque est, par exemple, une opération philologique menée dans le but de fonder un nouveau système de valeurs, afin de donner un autre sens de l’histoire dans une Péninsule morcelée. En se fondant sur le texte qui a appartenu à Pétrarque, Boccace traduit, quant à lui, Tite-Live en langue vulgaire, et réalise un exercice d’inventio original. Le récit des exemples du passé romain est utilisé politiquement : mêlé aux événements du XIVe siècle, il sert à les éclairer. Enfin, Leonardo Bruni se situe, à travers son De primo bello punico, dans un rapport de continuité narrative avec les Ab Urbe condita, tandis que, dans ses Historiae Florentini populi, il se sert du passé romain comme fondement pour raconter la souveraineté florentine. Durant les guerres d’Italie, la fortune de Tite-Live se poursuit à travers Bartolomeo Scala, Marcello Virgilio Adriani et même Savonarole. L’intérêt d’Adriani pour l’historien romain relève d’un ample projet culturel et éducatif orienté vers l’élite dirigeante florentine. Savonarole, en revanche, utilise Tite-Live comme prétexte pour attaquer l’usage humaniste consistant à chercher dans les textes classiques, et non pas dans la Bible, des guides universels pour l’action. Enfin, dans l’Apologia contra vituperatores civitatis Florentiae, Bartolomeo Scala trouve chez Tite-Live un outil apte à légitimer le nouveau gouvernement florentin. L’analyse de ces lectures tour à tour philologiques et/ou politiques de Tite-Live revêt une double importance : elle permet d’identifier la tradition dans laquelle Machiavel s’inscrit pour partie, et, en même temps, de signaler la spécificité des Discours. Ceux-ci se situent notamment à un moment charnière entre la tradition humaniste et l’urgence dramatique des guerres, quand il n’est plus possible de « riferirsi alla storiografia classica secondo protocolli di stretta osservanza », et quand il n’est pas encore possible de « disfarsi del tutto di quella maniera di intendere il pensiero storico-politico come fenomeno in costante relazione con l’antico » (p. 63).

2Pour comprendre comment Machiavel lit Tite-Live et s’en sert pour façonner sa propre pensée politique, A. Salvo Rossi propose de partir des soi-disant erreurs dans l’interprétation du texte source qui seraient disséminées dans les Discours. Tout en évoquant le travail mené par Ronald Ridley et Mario Martelli sur la question des rapports entre Tite-Live et Machiavel, le chercheur adopte une approche méthodologique inédite. L’idée qui anime sa lecture critique est, en effet, qu’« un presunto errore d’autore non sospende automaticamente l’attività interpretativa » (p. 69). A. Salvo Rossi met donc en valeur et étudie les interventions délibérées de Machiavel sur les Ab Urbe condita. Sa thèse est que le véritable enjeu des Discours consiste à « dire il nuovo con il vecchio » (p. 17) et à tirer du texte de Tite-Live « parole efficaci, per comprendere e per agire » (p. 90) dans la réalité des guerres en cours. L’histoire ancienne ne fait pas l’objet d’une lecture philologique à la façon des humanistes : bien au contraire, Machiavel remanie et manipule les fragments tirés des Ab Urbe condita pour légitimer le propos qui est le sien. Sa rigueur méthodologique est appliquée à l’examen de la qualité des temps du XVIe siècle, et non à la lecture de sa source, traitée « come un semplice pretesto per la costruzione di una narrazione, nonché di un ragionamento, autonomi » (p. 208).

3Après le chapitre I consacré à la fortune de Tite-Live entre Pétrarque et Machiavel, A. Salvo Rossi propose une typologie des interventions de Machiavel sur la langue et les structures discursives des Ab Urbe condita, en organisant sa matière selon trois chapitres. Cette tripartition correspond à une liste des trois opérations menées par le Secrétaire florentin sur son texte source : soit Machiavel reprend le contenu des Ab Urbe condita et intègre des énoncés tels quels (citations) ; soit il fait passer le texte latin dans sa propre langue vernaculaire mais sans en modifier la teneur (traductions) ; soit, enfin, il modifie entièrement sa source en proposant un énoncé différent (réécritures). Malgré leurs déclinaisons polymorphes, les interventions machiavéliennes répondent à une volonté générale bien précise. L’auteur des Discours construit un dialogue « con la testualità liviana, cercando in essa momenti di verifica delle sue convinzioni e, allo stesso tempo, rileggendola a partire da esse » (p. 104). Il arrache les épisodes à leur contexte et les situe dans un horizon discursif tout à fait nouveau ; il rompt le fil narratif et disloque les segments d’un seul épisode originaire dans des endroits différents de son texte ; il interpole des éléments lexicaux et syntaxiques extravagants par rapport à la source ; il abrège les épisodes racontés pour élaborer des maximes politiques significatives pour l’histoire du temps présent. Machiavel poursuit, dans sa lecture de Tite-Live, une stratégie inductive : il part du contexte des guerres d’Italie et des questions que ces conflits soulèvent pour se diriger vers l’auteur ancien et piocher dans son histoire les éléments nécessaires au récit de son présent belliqueux. Le Discours III 12 présente, par exemple, un cas d’allocution apud milites coupée de son contexte et à partir de laquelle Machiavel mène une réflexion autour du lien entre vertu et nécessité. De plus, ce chapitre propose un cas de réécriture absolument infidèle de la bataille de Véies, que Machiavel utilise pour exalter l’importance de l’efficacité rhétorique et diplomatique. Le Discours II 23 revient sur un extrait des Ab Urbe condita que Machiavel mobilisait déjà dans son Modo di trattare i popoli della Valdichiana ribellati (1503), le but étant de mener une réflexion autour des rythmes du processus de décision d’un gouvernement républicain. Le Discours I 53 introduit une distorsion de l’histoire livienne autour du centurion Marco Centenio Penula, histoire que Machiavel met en relation avec celle de son collègue et ami Antonio Giacomino Tebalducci, commissaire florentin. Si la présence de Tite-Live au sein des Discours est manifeste, les recherches d’A. Salvo Rossi insistent sur le fait qu’elle est au service d’un discours nouveau. L’analyse des différentes modalités de relecture de l’historien romain et de leurs effets « di straniamento, di ricodificazione, di risemantizzazione » constitue le révélateur de la « vita politica delle parole » (p. 131), c’est-à-dire de leur aptitude à changer pour se conformer aux exigences d’une nouvelle conjoncture.

4Machiavel adopte le genre du commentaire, mais il en révolutionne profondément les mécanismes. Contrairement à ce que les glossateurs pouvaient espérer dans leur approche du Digeste, et les humanistes dans leur lecture des sources classiques, les circonstances dans lesquelles Machiavel lit les Ab Urbe condita le conduisent à ne pas chercher dans ce texte des instruments adaptables sic et simpliciter à l’actualité. A. Salvo Rossi insiste sur le fait que discorrere un texte, cela signifie « attraversarlo, percorrerlo transitivamente » (p. 275), et il souligne ainsi que « i Discorsi sono un attraversamento cursorio della storiografia romana perché in essa si possono reperire strumenti utili alla comprensione del presente » (p. 186). Le rapport entre la source et son lecteur-commentateur est, en effet, renversé. Ce n’est pas Tite-Live qui dirige la genèse d’un jugement politique original chez Machiavel. Bien au contraire, les urgences et les intuitions politiques de ce dernier – liées à la réalité des guerres d’Italie – constituent le point de départ d’une expérience de lecture par laquelle on peut redonner vie aux textes classiques. Le passé est revivifié dans la mesure où il est possible d’en tirer – parfois au prix d’instrumentalisations significatives – des réponses aux urgences de la conjoncture. Machiavel mène non seulement un discours sur, mais aussi à travers les pages de Tite-Live, à la recherche de fragments (exempla, mots) utiles pour comprendre et agir en temps de guerre. Par le biais de son uso politico delle fonti, le Secrétaire florentin amincit le fil « che lega passato e presente, o meglio che fa del passato una misura del presente » (p. 12). A. Salvo Rossi, pour interroger le dialogue entre Anciens et Modernes au sein des Discours, revalorise ainsi les points de contact entre Tite-Live et Machiavel, tout en rendant compte des prétendues « erreurs » de ce dernier avec une curiosité intellectuelle qui lui permet d’analyser le sens de ces ruptures, accueillies telles quelles. Ce travail constitue ainsi une contribution importante et originale à la compréhension des liens entre les textes et les temps, entre les Ab Urbe condita, les Discours et la modernité bouleversante des guerres d’Italie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessia Loiacono, « Andrea Salvo Rossi, Il Livio di Machiavelli: l’uso politico delle fonti », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/5988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.5988

Haut de page

Auteur

Alessia Loiacono

Université de Strasbourg, CHER (UR 4376)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search