Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Alessandro Fontana, Lezioni sulla...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Alessandro Fontana, Lezioni sulla sicurezza

Ernesto De Cristofaro éd., Milan, Mimesis, 2021, 176 p., 16 €
Elena Bovo
Référence(s) :

Alessandro Fontana, Lezioni sulla sicurezza, Ernesto De Cristofaro éd., Milan, Mimesis, 2021, 176 p., 16 €

Texte intégral

Il faut dire la vérité au prince

  • 1 Nous rappelons qu’après le décès d’A. Fontana, plusieurs ouvrages réunissant une partie de son œuvr (...)

1L’ouvrage intitulé Lezioni sulla sicurezza, publié sous la direction d’Ernesto De Cristofaro, est la transcription, complétée par une introduction et par de nombreuses notes en bas de page indispensables à la parfaite compréhension de l’ensemble, d’un cours donné en 2003 par Alessandro Fontana (1939-2013)1. Professeur invité à la faculté de droit de l’université de Catane, dès la première de ces six lezioni données dans le cadre d’un cours d’histoire du droit médiéval et moderne, A. Fontana rappelle que l’« injonction » que les étudiants adressaient à leurs professeurs à la fin des années 1960 était « d’où tu parles ? ». C’est donc en se retournant cette même question qu’il commence. Et A. Fontana a parlé, et nous parle encore, entre autres grâce à la publication de ces six lezioni aujourd’hui accessibles au public, non pas à partir d’un champ disciplinaire artificiel et défini – l’histoire de la philosophie ou la littérature par exemple – mais à partir des « problèmes posés par le présent » (p. 22).

2Il est vrai que pour comprendre son approche, il faut savoir « d’où » il parle. Son histoire est en partie celle, nous dit-il, d’une génération. Une génération « un peu orpheline », comme il la définit, qui a très vite coupé les ponts avec ses pères et avec l’institution, qui n’a pas eu de « filiations endogamiques », mais qui, à défaut, a fait un parcours d’études et de vie, indissolublement liées dans son expérience. Sa génération a eu des parents et des enseignants qui ont vécu – en le subissant, en l’acceptant ou, plus rarement, en lui résistant – le fascisme, et ce n’est pas un hasard si le cours se termine par une réflexion sur les stratégies de défense et de sécurité des États totalitaires de la première partie du XXe siècle.

3Le parcours d’A. Fontana a commencé dans l’ambiance moite, et un peu étouffante sans doute, de l’idéalisme italien de Benedetto Croce, dans les régions du Frioul et de la Vénétie. Mais la lecture de Qu’est-ce que la littérature ? de Sartre l’a réveillé très tôt de ce « sommeil dogmatique ». C’est par là que le réel a, pour ainsi dire, fait irruption dans sa vie et déterminé ses recherches. Ainsi, après des études de philosophie à l’université de Padoue, il est venu en France, au tout début des années 1960, et puis, dans les années 1970-1980, il a vécu sa « décennie foucaldienne ». C’est par Michel Foucault, dont il a suivi les cours au Collège de France et dont il a été plus que l’élève, le collaborateur, qu’il a appris à interroger l’histoire. L’interroger, non pas, ou pas seulement, pour en savoir plus, mais, comme il le dit, « pour comprendre le présent ». L’interroger, aussi, dans une perspective généalogique. Ce qui le conduit inévitablement à faire voler en éclats l’idée d’un quelconque progrès, d’une quelconque téléologie, pour déceler à l’origine d’un concept scientifique, d’une pratique politique ou d’une stratégie sécuritaire, des événements ayant eu lieu dans des domaines « extra-théoriques » ou « extra-discursifs » qui, une fois mis en lumière, empêchent à jamais de préserver la linéarité d’un récit historique. Pudenda origo, comme Nietzsche le disait déjà. De Foucault lui vient enfin l’intérêt, au cœur de ces lezioni, pour la question du pouvoir. Car ce n’est jamais une vérité que cherche A. Fontana dans l’histoire : il veut y découvrir les « effets du pouvoir » de certains discours politiques, scientifiques, juridiques, sur les « pratiques » et sur « le champ social ». Sa manière de rester fidèle à l’enseignement de Foucault revient donc moins à faire une exégèse de son œuvre qu’à appliquer et à élargir sa méthode d’enquête et de recherche.

4Dans ce cours consacré principalement à la Renaissance italienne, A. Fontana aborde le problème de la « sécurité de l’État » en commençant par les Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel. Pourquoi à partir de Machiavel ? Parce que l’État moderne est né au début du XVIe siècle ; avant, explique-t-il, il n’y avait pas vraiment d’État. Ainsi, Machiavel, qui a vécu dans une époque de guerres et d’invasions (notamment celle menée par Charles VIII en 1494), est le premier penseur de l’« état de guerre », ce qui renvoie inévitablement à la question de la « sécurité », celle-ci étant rendue possible par la capacité du prince à renforcer ses institutions, à conquérir d’autres territoires, à assujettir d’autres peuples, tel sera désormais le prix à payer pour ne pas périr. Dans l’interprétation proposée par A. Fontana, la « sécurité de l’État » reformulerait autrement la précédente configuration du monde, celle de la chrétienté qui, depuis saint Paul, considérait la salvation de l’âme comme le problème central. Car, et c’est un point essentiel sur lequel nous reviendrons, dans cette lecture de l’histoire, de même qu’il n’y pas de progression, il n’y a jamais remplacement d’un ancien paradigme par un nouveau, il y a toujours adaptation et reformulation à un niveau plus élevé d’un paradigme de domination déjà existant, en fonction des exigences établies dans une époque.

5Concrètement, le cours fait jouer l’une contre l’autre deux traditions issues de la Renaissance italienne. La première, victorieuse, est donc celle de Machiavel. La seconde est restée comme un holzweg, un sentier interrompu qui aurait pu, peut-être, mener quelque part. Elle nous vient de Baldassarre Castiglione, contemporain de Machiavel, et aussi de Leon Battista Alberti (1404-1472). Castiglione, dans Le Livre du courtisan (1528) ne met pas l’accent sur la puissance du prince mais, au contraire, sur la nécessité de lui dire la vérité pour l’arracher à sa présomption et à sa duperie, pour modérer sa puissance, aveugle et destructrice si elle n’est pas contrôlée. Le prince est toujours et inévitablement dans l’erreur, précisément parce qu’il est entouré de courtisans médiocres, lâches et corrompus, qui le flattent pour assurer leur propre tranquillité. Le courtisan, pour Castiglione, se doit de mettre en péril sa propre sécurité, ou sa propre carrière, pour assurer le bien commun. Mais pour que le courtisan puisse apprendre au prince à modérer ses passions et son désir de puissance, il faut qu’il ait préalablement une maîtrise de soi. C’est Leon Battista Alberti qui donne la clé pour l’atteindre : dans ses Traités moraux, en lien avec la tradition grecque de l’askesis, Alberti développe une réflexion sur les exercices et les techniques pour atteindre la modération et non pas le pouvoir, la maîtrise de soi et non pas la satisfaction des désirs. L’askesis, telle qu’Alberti nous la transmet, n’est pas un ensemble de règles ou de normes rigides à suivre pour atteindre un but, mais un travail sur soi, qui conduit à « une prise de distance nécessaire par rapport aux habitudes et aux valeurs établies » (p. 131). Cette mise à l’écart du bruit du monde est symbolique, « morale », plus que factuelle ou physique, car en vérité on peut être en retrait du monde dans le monde. Il s’agit d’une prise de distance tout intérieure, intime, d’un éloignement volontaire des idées reçues, des modes et des opinions courantes, afin de « mesurer la valeur des choses différemment au regard de l’opinion commune » (p. 13), pour atteindre une connaissance totalement désintéressée, libre, et, enfin, une maîtrise de ses propres passions pour pouvoir gouverner les autres.

6L’askesis de Leon Battista Alberti s’oppose donc aux techniques de pouvoir, aux stratégies sécuritaires et de domination mises en avant par Machiavel et devenues centrales dans la culture occidentale. A. Fontana, dans ce cours de 2003, évoque l’actualité des Discours de Machiavel en faisant le lien avec les événements politiques de son époque – l’invasion de l’Irak par l’armée américaine –, et en soulignant que l’utilisation injustifiée de la puissance militaire ne concerne pas uniquement les régimes tyranniques du passé, mais est présente également dans les démocraties. En écho à sa réflexion, le récent rapport Duclert (2021), sur le rôle accablant joué par l’État français lors du génocide rwandais en 1994, nous rappelle aussi que, avec les meilleures intentions – notamment celle de vouloir démocratiser un pays étranger –, l’armée de la République française a soutenu le camp des génocidaires dans un passé pourtant récent.

  • 2 M. Foucault, « Cours du 17 mars 1976 », dans Id., « Il faut défendre la société » : cours au Collèg (...)

7C’est par une analyse des possibles conséquences du binôme « techniques de pouvoir / techniques sécuritaires » que se termine le cours d’A. Fontana. Car sa génération, orpheline, a besoin de demander des comptes à ses pères. Sans céder à la tentation de tracer des lignes de continuité aussi séduisantes que fausses entre les politiques criminelles de la fin du XIXe siècle et les politiques totalitaires de la première partie du XXe, il établit néanmoins entre elles une relation, plus que jamais dans le sillage de la réflexion foucaldienne2. Les mesures préventives contre les criminels potentiels inventées par des auteurs comme Cesare Lombroso et Enrico Ferri, sur la base de classifications permettant de déceler, à partir de certains signes anatomiques et psychologiques, une prédisposition innée au crime, auraient inspiré les stratégies répressives, voire éliminatoires, mises en place par les régimes totalitaires entre les années 1930 et les années 1940 en Europe. S’il est impossible d’affirmer que les premières ont été à l’origine des secondes, A. Fontana nous rappelle combien « l’histoire subsume, réajuste, reprend ce dont elle a besoin dans le passé » (p. 41). D’où l’intérêt d’une recherche généalogique, d’une « ricostruzione storica », essentielle pour identifier les circonstances dans lesquelles un tel problème est né, condition indispensable pour essayer de le comprendre.

Haut de page

Notes

1 Nous rappelons qu’après le décès d’A. Fontana, plusieurs ouvrages réunissant une partie de son œuvre ont paru avant le livre évoqué ici : Venezia: la verità delle maschere, G. Pavanello éd., Vérone, Scripta, 2014 ; L’exercice de la pensée : Machiavel, Leopardi, Foucault, J.-L. Fournel et X. Tabet éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 2015 ; Una educazione intellettuale: saggi su di sé, su Foucault e su altro, M. Bertani éd., Florence, La Casa Usher, 2018 ; Il vizio occulto, P. Carta éd., Vicence, Ronzani numeri, 2020.

2 M. Foucault, « Cours du 17 mars 1976 », dans Id., « Il faut défendre la société » : cours au Collège de France. 1976, M. Bertani et A. Fontana éd., sous la direction de F. Ewald et A. Fontana, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, 1997, p. 213-235.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Bovo, « Alessandro Fontana, Lezioni sulla sicurezza », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/6013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.6013

Haut de page

Auteur

Elena Bovo

Maître de conférences à l’université Bourgogne Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search