Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Aurélien Aramini et Elena Bovo éd...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Aurélien Aramini et Elena Bovo éd., La pensée de la race en Italie : du romantisme au fascisme

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2018, 278 p., 20 €
Francesco Casales
Référence(s) :

Aurélien Aramini et Elena Bovo éd., La pensée de la race en Italie : du romantisme au fascisme, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2018, 278 p., 20 €

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est disponible en ligne sur OpenEdition Books :
    [https://books.openedition.org/pufc/5058]
  • 2 A. Aramini, E. Bovo et A. Burgio, « “Nucleo logico fondamentale e differenze”. Un dibattitto sull’i (...)

1La distance n’aide pas toujours à poser les questions dans une bonne perspective. Si écrire à propos d’un ouvrage plus de deux ans après sa première publication présente l’avantage indéniable de favoriser une lecture informée et distanciée, cela comporte le risque de dissimuler le livre, avec ses mérites et ses défauts, sous un ensemble d’interventions successives, de comptes rendus, d’articles, d’échanges d’opinions. Du moins, cela vaut pour un texte tel que La pensée de la race en Italie : du romantisme au fascisme, dirigé par Aurélien Aramini et Elena Bovo, paru en 2018 aux Presses universitaires de Franche-Comté1, récemment au cœur d’un débat animé opposant les codirecteurs et Alberto Burgio2.

2C’est aussi en raison de la prégnance de ce débat qu’il est aujourd’hui souhaitable de relire La pensée de la race en Italie : du romantisme au fascisme en essayant de l’examiner avec un regard aussi neuf que possible, afin de restituer ce que le texte dit par lui-même, au-delà des interprétations qui en ont été faites ultérieurement.

3Le volume, composé de douze essais et accompagné d’un ensemble de documents, s’ouvre sur une préface (de la plume de Frédéric Brahami) et sur une riche introduction des codirecteurs. Dans cette introduction sont mises en lumière les articulations historiographiques et conceptuelles dont découle le paradigme interprétatif identifié dans l’ensemble du livre. Sont tout d’abord explicitées les trois hypothèses interprétatives qui fondent la recherche : faire une distinction claire entre « racisme » et « racialisme » ; mettre en évidence la « singularité » des discours sur la race ; reconnaître l’artificialité constitutive du concept de « race ».

  • 3 P.-A. Taguieff, La couleur et le sang : doctrines racistes à la française, Paris, Mille et une nuit (...)
  • 4 Ibid., p. 17.

4Comme on le sait, la distinction entre « racisme » et « racialisme » remonte aux travaux de Pierre-André Taguieff3, référence incontournable pour les lecteurs français, mais pas seulement. La distinction entre les deux concepts est instrumentale pour les auteurs, afin d’encadrer correctement les moments généalogiques qui scandent la pensée italienne de la race : parce que, si, au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la pensée raciste – c’est-à-dire structurée selon une conception des rapports entre les groupes humains articulée à travers des perspectives de différence et de hiérarchie ou de pouvoir – ne peut pas faire abstraction de l’utilisation du concept (polymorphe et complexe) de race, ce n’est pas pour cela que l’inverse est vrai. En effet, l’utilisation du concept de race, dans la période comprise entre la moitié du XIXe siècle et la conclusion de l’expérience fasciste, n’implique pas nécessairement « des discriminations ou des ségrégations, des expulsions ou des persécutions, voire des exterminations »4.

5Grâce à l’application de cette distinction – assumée justement comme « levier » herméneutique et présentée comme une exigence à mettre à l’épreuve des sources, et non comme un dogme originel, immuable et éternel –, l’ensemble du livre peut être articulé selon une perspective diachronique et être subdivisé en trois moments historiques précis correspondant aux périodes romantique, positiviste et enfin fasciste.

6La reconnaissance de la discontinuité historique entre les différents moments – reconnaissance qui dérive du troisième concept identifié dans l’introduction, lié à la nécessité d’« envisager la race comme une réalité construite » – n’implique pas toutefois un aplatissement théorique sur un relativisme culturel, d’après lequel, en vertu de la nécessité de contextualisation historique, chaque acte humain est identique à l’autre et au nom duquel on aboutit à une inévitable suspension du jugement (tant historique que moral).

  • 5 B. Pischedda, L’idioma molesto: Cecchi e la letteratura novecentesca a sfondo razziale, Turin, Nino (...)
  • 6 Ibid., p. ix-x. Nous traduisons.

7De ce point de vue, l’utilisation de la catégorie sociologique d’idiome culturel s’avère fondamentale. Née dans le contexte américain des travaux de Teda Sockpol et reprise avec profit dans le domaine des études italiennes par les travaux de Bruno Pischedda sur Emilio Cecchi et la littérature raciste italienne5, cette catégorie s’est révélée un outil critique efficace pour analyser le problème moderne de la connexion entre idéologie et culture. L’idiome culturel a en fait « ses propres ressources autonomes, il grandit et se renforce non pas au-dessus, mais à côté des idéologies ; même s’il constitue souvent le précieux réservoir de ces dernières, offrant des suggestions éparses ou des fragments de répertoire pour un discours à venir, ou peut-être imminent, imprégné d’intention programmatique »6.

8Et de fait, l’étude de La pensée de la race en Italie ne coïncide en rien avec la recherche du noyau fondateur d’une idéologie raciste italienne présumée unitaire. Au contraire, les auteurs se proposent de « mettre en lumière l’apparition d’un “idiome culturel” et sa construction au cœur des structures théoriques cohérentes où la race ne prend son sens qu’à travers sa relation avec d’autres concepts tels que celui d’“origine” par exemple ou encore celui d’“atavisme” » (p. 14).

9Soutenus dans leur démarche par un dialogue constant avec les grands classiques de la discipline, et tout d’abord les œuvres d’Alberto Burgio et de Magali Bessone, mais aussi de P.-A. Taguieff, déjà cité, les codirecteurs du volume sont ainsi en mesure de rassembler en un peu moins de 300 pages les traits saillants de la pensée italienne de la race entre le milieu du XIXsiècle et 1945. Et par pensée, nous entendons le passage d’un système discursif à un autre au sein de la sphère disciplinaire et conceptuelle de l’histoire des idées et non pas un désintérêt pour les pratiques racistes qui accompagnent les théories et qui dialoguent continuellement avec elles.

10Ainsi, dans les trois phases qui composent l’histoire du concept de race entre romantisme, positivisme et fascisme, nous retrouvons des textes qui couvrent un très large spectre disciplinaire et, par conséquent, offrent un regard d’autant plus complexe que les sources et les méthodologies mises en pratique sont variées. La première partie, consacrée à la période romantique, s’ouvre sur un essai d’Enzo Neppi consacré à Germaine de Staël et sa Corinne ou l’Italie. L’auteur y propose une réinterprétation de ce classique à travers la représentation du métissage culturel dont Corinne, symbole du caractère national italien, devient l’emblème. Suivent trois autres textes, respectivement signés par Aurélien Aramini, Laura Fournier-Finocchiaro et Elena Bovo, dont le but est d’enquêter sur la naissance du mythe aryen en Italie dans la période en question, en particulier dans les travaux du philologue Gaspare Gorresio et ceux du poète Giosuè Carducci. Vient enfin une étude sur la relation de fidélité/infidélité qui lie le jeune Cesare Lombroso à son premier maître, le linguiste Paolo Marzolo.

11La deuxième partie, chronologiquement liée à la période positiviste, mais centrée sur l’anthropologie criminelle, voit se succéder les textes de Silvano Montaldo, Xavier Tabet, Ernesto De Cristofaro et Maria Teresa Milicia. Si les deux premiers auteurs se focalisent explicitement sur Lombroso, en particulier sur la première phase de sa pensée et sur le rapport entre race et atavisme, les deux derniers prennent en considération deux thèmes trop souvent sous-estimés par la littérature spécialisée : le racisme antiméridional et le développement de la pensée antiraciste italienne qui, comme l’a démontré M. T. Milicia, remonte au moins à la période qui a suivi immédiatement l’unification du pays.

12La troisième et dernière partie est consacrée au passage (qui ne va nullement de soi) de la période lombrosienne à la période fasciste. Ce passage est analysé intelligemment, en essayant de reconstruire non seulement le point d’arrivée, c’est-à-dire le racisme fasciste, mais aussi les étapes par lesquelles la transition d’une période à une autre a eu lieu. Ainsi, à côté d’une contribution consacrée au lexique de la race utilisé par Mussolini (par Antonin Guilloux, Stéphanie Lanfranchi et Élise Varcin), nous trouvons la reconstitution d’un curieux débat (particulièrement vif) qui s’est déroulé autour du problème racial concernant la population de la région de la Romagne, dont Mussolini était originaire (Massimo Baioni). Enfin, les deux derniers textes du volume ont respectivement pour objet un travail comparatif sur la relation entre l’antisémitisme français et italien, à partir d’une analyse d’articles de La Difesa della razza (Francesco Germinario), et une convaincante restitution du rôle joué par l’institution scolaire dans la diffusion et la production d’un certain type de conscience raciale (Gianluca Gabrielli).

13Le lecteur qui arrive au terme de cette longue et passionnante recherche aura donc eu l’occasion de s’immerger complètement dans les différents moments à travers lesquels la pensée italienne de la race s’est formée. Il faut donc saluer les codirecteurs et les auteurs pour avoir contribué, autant qu’il leur aura été possible, à un débat qui au fil des années n’a cessé de croître et d’alimenter des polémiques, mais qui ne laisse désormais aucun doute sur le fait que le mythe du bon italien n’est, en fait, rien d’autre qu’un mythe, et des plus délétères.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage est disponible en ligne sur OpenEdition Books :
[https://books.openedition.org/pufc/5058].

2 A. Aramini, E. Bovo et A. Burgio, « “Nucleo logico fondamentale e differenze”. Un dibattitto sull’idea di razza », Suite française, 5 mai 2021. En ligne :
[https://suitefrancaise.labcd.unipi.it/nucleo-logico-fondamentale-e-differenze-un-dibattitto-sullidea-di-razza/] (consulté le 13 juin 2021).

3 P.-A. Taguieff, La couleur et le sang : doctrines racistes à la française, Paris, Mille et une nuits, 2002 [1998].

4 Ibid., p. 17.

5 B. Pischedda, L’idioma molesto: Cecchi e la letteratura novecentesca a sfondo razziale, Turin, Nino Aragno Editore, 2015.

6 Ibid., p. ix-x. Nous traduisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Casales, « Aurélien Aramini et Elena Bovo éd., La pensée de la race en Italie : du romantisme au fascisme », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/6023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.6023

Haut de page

Auteur

Francesco Casales

Université de Pavie / Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search