Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26DossierRelations et effets miroirs. Une ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Relations et effets miroirs. Une décennie de féminisme italien dans une perspective internationale (1868-1877)

Relazioni e rispecchiamenti. Un decennio di femminismo italiano in prospettiva internazionale (1868-1877)
Relationships and reflections. A decade of Italian feminism from an international perspective (1868-1877)
Liviana Gazzetta
Traduction de Laura Fournier-Finocchiaro
Cet article est une traduction de :
Relazioni e rispecchiamenti. Un decennio di femminismo italiano in prospettiva internazionale (1868-1877)

Résumés

Cette contribution étudie les relations entre le premier féminisme italien et les expressions féministes internationales dans les années 1870, considérées par l’historiographie comme le début de l’internationalisation du mouvement des femmes. En analysant en détail les revues La Donna (1868-1891) de Gualberta Alaide Beccari et Cornelia (1872-1880) d’Aurelia Cimino Folliero, l’article montre que les périodiques ont en quelque sorte joué en Italie un rôle de substitut, en l’absence d’organisations associatives jusqu’aux années 1880, pour faire le lien avec les initiatives internationales. De l’étude, il ressort en outre que, si les deux revues étaient en relation avec le mouvement pacifiste européen de l’époque, leurs positions étaient clairement différentes dans le domaine de la lutte contre la prostitution réglementée. On remarque enfin que, dans ces polémiques, les spécificités nationales étaient souvent invoquées comme raison pour ne pas adhérer à la Fédération britannique, continentale et générale pour l’abolition de la prostitution de Josephine Butler.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 K. Offen, « Le féminisme s’internationalise, 1870-1890 », dans Id., Les féminismes en Europe, 1700 (...)
  • 2 R. Macrelli, L’indegna schiavitù: Anna Maria Mozzoni e la lotta contro la prostituzione di Stato, (...)
  • 3 F. Pieroni Bortolotti, « Emancipazione femminile e democrazia nell’Italia contemporanea », dans Id (...)

1Les années 1870 représentent une étape fondamentale dans l’internationalisation du mouvement féministe. Selon Karen Offen, c’est même le véritable début de ce processus au niveau européen, comme en témoigne le chapitre qu’elle consacre à cette décennie dans son ouvrage Les féminismes en Europe1 : après le choc de la Commune, la direction du mouvement européen passe des Françaises aux Anglo-Saxonnes ; les travaux de Marie Goegg et de son Association internationale des femmes reprennent ; la campagne euro-féministe – selon l’expression de Rina Macrelli2 – contre la réglementation publique de la prostitution est lancée ; enfin, en 1878, le premier congrès international pour les droits des femmes se tient à Paris, parallèlement à l’Exposition universelle. À la fin du congrès, Theodore Stanton entreprend son enquête sur la condition des femmes en Europe, qui paraîtra en 1884 sous le titre The Woman Question in Europe: A Series of Original Essays. Dans la reconstruction de K. Offen, à vrai dire, les liens entre le féminisme européen et l’Italie sont plutôt faibles ou presque absents, tout comme dans une grande partie de l’historiographie internationale sur le premier mouvement des femmes, qui présente l’image d’un retard substantiel du premier féminisme italien, à l’exception de quelques figures isolées d’avant-garde. Ce présupposé, en réalité, contraste clairement avec ce qui ressort de l’historiographie italienne – d’ailleurs très pauvre – sur ce terrain : celle-là est notamment marquée par le jugement historique de Franca Pieroni Bortolotti, selon laquelle, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Italiennes ont joué un rôle important dans le processus d’agrégation du mouvement européen d’émancipation, encore plus grand que celui joué par les internationalistes italiens dans la première Internationale3.

  • 4 Je me réfère ici, également pour les catégories utilisées, à mon volume Orizzonti nuovi: storia de (...)
  • 5 Traduites par Maddalena Gonzenbach, les six lettres aux femmes de F. Lewald (1811-1889) furent pub (...)
  • 6 H. Dhom, I diritti della donna, M. Malliani Traversari trad., Milan, Hoepli, 1878. H. Dohm (1831-1 (...)
  • 7 J. S. Mill, La servitù delle donne, A. M. Mozzoni trad., Milan, F. Legros, 1870 ; au même moment, (...)
  • 8 Luisa Tosco (1815-1888 ?), d’abord attirée par la vie monastique, se rapproche ensuite de l’ancien (...)
  • 9 D’après Oscar Greco, la traduction du texte fut autorisée par l’auteure, mais elle ne trouva pas d (...)

2En effet, sur la base des reconstructions existantes, il est possible d’affirmer que le premier féminisme italien4 s’est inséré assez tôt dans un cadre transnational, au moins pour ce qui est de la circulation des idées : Fanny Lewald5 et Hedwig Dhom6 sont rapidement traduites en Italie ; le célèbre texte de John Stuart Mill, The Subjection of Women, est très tôt disponible en deux traductions, dont l’une est directement l’œuvre d’Anna Maria Mozzoni, la protagoniste absolue du mouvement des femmes italiennes jusqu’au début du XXe siècle7 ; la libre penseuse Luisa Tosco8 traduit l’essai célèbre La femme affranchie de Jenny d’Héricourt9. Les Italiennes développent immédiatement des relations avec le mouvement américain de Julia Ward Howe et avec le mouvement français de Léon Richer (1824-1911) et Maria Deraismes (1828-1894). La contribution italienne au mouvement abolitionniste lancé par Josephine Butler est également considérée comme importante, au point que le deuxième congrès de la Fédération britannique, continentale et générale pour l’abolition de la prostitution est organisé à Gênes, du 29 septembre au 4 octobre 1880.

3En ce qui concerne la presse, malgré les difficultés du début et la relative pauvreté de moyens, les deux principales revues féministes de la décennie (La Donna et Cornelia) témoignent, sur la question de l’émancipation des femmes, d’une approche ouverte à la dimension internationale. D’une part, en effet, même le bimensuel modéré d’Aurelia Cimino Folliero est en phase avec la mobilisation pacifiste, tout en étant orienté vers le soutien de l’égalité des droits de l’homme et de la femme au sein de la famille ; d’autre part, le périodique de Gualberta Alaide Beccari, outre son adhésion à la cause pacifiste, connaît une évolution importante lorsqu’il rejoint le militantisme dans la lutte abolitionniste lancée par J. Butler.

4En nous appuyant sur ces deux revues, notre contribution propose un examen approfondi des liens entre la réalité italienne et les deux premières instances du féminisme international : l’Association internationale des femmes, promue à Genève par M. Goegg en 1868, et la British, Continental and General Federation for the Abolition of Prostitution de J. Butler.

5Nous mènerons l’enquête sur deux niveaux principaux d’analyse : d’une part, nous proposerons une reconstruction des échanges entre les groupes, les revues et les initiatives du féminisme étranger au cours d’une décennie environ, entre 1868, l’année du lancement du périodique La Donna et de l’association féministe genevoise, et 1877, l’année du premier congrès international de l’organisation abolitionniste. D’autre part, nous nous proposons de vérifier dans quelle mesure la comparaison avec d’autres réalités a contribué à développer la réflexion des féministes italiennes sur les spécificités découlant de la tradition culturelle et des processus sociopolitiques nationaux, afin d’identifier quelques-unes de ses particularités par rapport au féminisme international.

Liens transnationaux : un aperçu

  • 10 G. Bock, Le donne nella storia europea: dal Medioevo ai nostri giorni, B. Heinemann trad., Rome, B (...)
  • 11 Sur le journalisme féministe italien entre le XIXe et le XXe siècle, je me réfère à quelques ouvra (...)
  • 12 Voir L. Gazzetta, Orizzonti nuovi, op. cit. ; pour la biographie d’A. M. Mozzoni, voir S. Murari, (...)
  • 13 Sur la revue, amplement étudiée (ce qui est une mine inépuisable d’informations), voir L. Gazzetta(...)
  • 14 « Varietà », La Donna (Padoue), 10 mai 1868 et 10 janvier 1869.
  • 15 A. Bosquet, « L’assoggettamento delle donne. Traduzione di Ulisa », La Donna (Padoue), 31 octobre  (...)
  • 16 R. Pesman, « Mazzini in esilio e le inglesi », dans I. Porciani éd., Famiglia e nazione nel lungo (...)
  • 17 J’en parle de manière approfondie dans mon article « Nel campo della lotta: organizzazioni femmini (...)
  • 18 [G. A. Beccari], « Una spiegazione al Direttore dell’Avenir des femmes », La Donna (Venise), 10 ma (...)
  • 19 « Varietà. L’Avenir des femmes », La Donna (Venise), 10 mars 1873.

6Comme l’affirme Gisela Bock, dans la plupart des pays européens, les mouvements des femmes prennent leur essor dans les années 1860 et se rassemblent d’abord autour de quelques journaux10. Le mouvement des femmes, en effet, du fait de ses caractéristiques intrinsèques, est généralement précédé de phénomènes liés au débat d’idées, car ses origines sont mêlées à la fameuse querelle des sexes et, plus encore, au développement d’une présence féminine croissante dans le monde de la culture. De ce point de vue, ce qui s’est passé en Italie semble correspondre à un certain nombre de réalités européennes, puisque – à part la très courte expérience de La Voce delle donne (1865-1866)11 – le premier journal du mouvement dont la durée de vie a été suffisamment longue est La Donna (1868-1891), suivi quelque temps après par d’autres revues, parmi lesquelles la plus significative pour sa durée et ses collaborations est Cornelia (1872-1880), dirigée par A. Cimino Folliero. Comme nous le verrons, ces périodiques sont fondamentaux non seulement pour connaître la réalité du premier mouvement des femmes au niveau national, mais aussi pour reconstruire la présence italienne dans le féminisme européen et international, puisqu’en Italie, il faudra attendre les années 1880 pour voir naître la première structure associative du féminisme : la Lega promotrice degli interessi femminili, fondée à l’initiative d’A. M. Mozzoni en 188112. La Donna13 de G. A. Beccari (1842-1906), seule revue entièrement gérée par des femmes ayant déjà un caractère politique, montre immédiatement une ouverture internationale : dès les premiers numéros, on y trouve des références aux initiatives des députés suffragistes anglais14 ; dès octobre 1869, elle traduit une présentation, tirée de la revue française Le Droit des femmes, de l’essai de J. S. Mill, De l’assujettissement des femmes, qui n’était pas encore disponible15 ; et elle publie aussi des écrits d’André Léo. D’autre part, la directrice du journal faisait pleinement partie du réseau transnational du mazzinisme féminin : un réseau composé d’un grand nombre de femmes, notamment anglaises, d’orientation radicale qui avaient soutenu les initiatives de Giuseppe Mazzini en Italie et en Angleterre (outre Giorgina Craufurd Saffi et Jessie White Mario, les sœurs Ashurst, Arethusa Milner Gibson, Linda White Villari, Clementia Taylor) et qui avaient fini par incarner la contestation du modèle féminin prévalant en Italie16. Ajoutons à cela le fait que la revue s’est tout de suite montrée ouvertement favorable à la méthode éducative froebélienne, employée de concert par les premières représentantes du féminisme italien et par quelques femmes de confession évangélique et juive, pour la plupart d’origine anglaise, américaine ou allemande17. G. A. Beccari, en tant que directrice d’un périodique qui aspirait déjà à jouer un rôle national dans les années 1870, œuvrait pour créer des liens constants avec un réseau d’« émissaires », si l’on peut dire, même en dehors de l’Italie : un groupe de connaissances et de correspondantes qui lui signalaient les initiatives étrangères les plus importantes et qui traitaient de la situation italienne dans les journaux d’autres pays, même si elles n’étaient pas toujours en accord avec la ligne éditoriale de la revue. En cas de malentendus, la directrice veillait toujours à ce que les jugements ne dressent pas un portrait trop négatif de l’Italie : elle apporte notamment des précisions, « per debito di giustizia e perché all’estero non si concepisca sugl’italiani una falsa opinione circa il progresso delle loro idee, oltre alle tante che più o meno ingiustamente pesano su loro […] »18. Elle noue également des contacts directs avec la direction de périodiques étrangers, comme L’Avenir des femmes, dès le début de 1873, ou le Women’s Journal de Boston19.

  • 20 Sur la revue, voir M. Pacini, « Giornali femminili toscani dell’Ottocento: presenze, scritture e m (...)
  • 21 Elle appartenait à une de ces familles qui, comme le suggère F. Pieroni Bortolotti, « créent une c (...)
  • 22 Voir en particulier P. Guida, La rivista post-unitaria «Cornelia»: donne tra politica e scrittura, (...)
  • 23 Sur E. Fuà Fusinato, voir l’interprétation donnée par N. M. Filippini, « Amor di patria e pratiche (...)

7L’ouverture à la dimension transnationale a également joué un rôle important dans le bimensuel florentin Cornelia, entre 1872 et 188020. Sa directrice, Aurelia Folliero (1827-1895)21, venait de passer plusieurs années en exil à Londres avec son mari, l’avocat Giorgio Cimino qui, en 1848, avait fait partie des deux cents volontaires napolitains qui avaient suivi Cristina de Belgiojoso. De retour en Italie, d’abord à Naples puis à Florence, elle était devenue correspondante et collaboratrice de diverses revues, dont la prestigieuse Rivista europea d’Angelo De Gubernatis, la revue américaine The Revolution d’Elizabeth Cady Stanton et la revue française Le Droit des femmes22. Il ne faut pas oublier qu’A. Cimino Folliero fit partie de la délégation officielle du gouvernement italien au congrès international du droit des femmes, organisé à Paris du 25 juillet au 10 août 1878. Contrairement à La Donna, le périodique dirigé par A. Cimino Folliero était globalement modéré dans ses positions sur l’émancipation des femmes, comme l’indique le nom choisi pour titre et comme le suggère le choix des collaborateurs et collaboratrices : le célèbre juriste Carlo Francesco Gabba, notoirement opposé à l’égalité des droits, mais favorable au développement de l’éducation féminine, ou encore Dora d’Istria et Erminia Fuà Fusinato, qui eurent une influence considérable sur la revue23.

  • 24 Lorsque la directrice soutient certaines ouvertures en faveur du divorce, on constate une hémorrag (...)
  • 25 Dans le volume de T. Stanton, The Woman Question in Europe, publié en 1884 à New York, Aurelia Cim (...)

8Dans un journal où la directrice avait des difficultés à affirmer les revendications des femmes24, c’était souvent l’ouverture aux réalités internationales qui lui donnait l’occasion de signaler de nouvelles voies : le journal accueillait régulièrement une rubrique intitulée « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente » qui, en plus d’informer sur les activités et les thèmes développés à l’étranger, avait clairement pour fonction de démontrer la faisabilité des revendications émancipatrices. Une série d’articles, en outre, portent la signature de Malwida von Meysenbug, Frances Power Cobbe, Julie Salis-Schwabe, Tatiana Svetoff et J. Ward Howe25. Intéressée par l’enseignement professionnel et les écoles agricoles pour les femmes, A. Cimino Folliero suivait aussi les initiatives d’Élisa Lemonnier, jusqu’à en faire sa profession après la fin de son expérience journalistique, en janvier 1880, avec l’ouverture d’un institut agricole à Cesena.

  • 26 A. Cimino Folliero, « L’indolenza in Italia e le donne italiane », La Donna (Venise), 1er janvier  (...)
  • 27 Id., « L’indolenza in Italia e le donne italiane », La Donna (Venise), 5 février 1871 ; un jugemen (...)

9Comme et plus que G. A. Beccari, en vertu de sa connaissance d’autres réalités nationales, la directrice de Cornelia développe une réflexion sur les spécificités italiennes, en particulier sur l’indolence comme caractère typique du Bel paese, face à « tanto acume di mente, a tanta vivacità di parole ed ardimento di idee »26. Selon elle, il persistait en Italie une propension à l’inactivité, qui constitue le véritable drame historique du peuple italien : « Una Nazione che ha volontà incerta e scarsa energia, ha bisogno di chi pensi per essa, e le comandi e revochi a sé ogni iniziativa. » Dans ces conditions, « l’esistenza sociale della donna » est très réduite, comme si sa vie ne coïncidait qu’avec les fonctions auxquelles elle peut se consacrer quand elle est encore jeune et désirée27.

  • 28 A. Cimino Folliero, « Le italiane nella quistione femminile », Cornelia (Florence), 1er février 18 (...)
  • 29 Sur ces thèmes, voir en particulier les réflexions développées par Silvana Patriarca, à partir de (...)

10Concernant le mouvement des femmes, A. Cimino Folliero semble concevoir le retard italien par rapport aux autres pays comme un fait physiologique et dans l’ensemble non négatif. Elle souligne : « Purché si progredisca, l’andare a rilento è un vantaggio, perché ci mette in grado di adattare ai nostri bisogni e alla nostra indole nazionale le innovazioni che ci dà la civiltà. »28 Là où les particularités nationales deviennent un véritable fossé à combler, selon elle, c’est dans le domaine de la culture et de l’éducation, notamment dans la formation qui relève de la responsabilité des familles ou des individus. Le manque de culture se traduit par un facteur général d’inégalité, car seule la femme instruite pourra se libérer du « triple fléau » de l’ennui, du préjugé et du besoin, et se tourner vers les « grands modèles de l’Antiquité » italique. Jusqu’à ce point, l’analyse de la directrice semble en accord avec de nombreux topoï du discours du Risorgimento sur le caractère des Italiens et des Italiennes29, mais dans la perspective comparative de l’article, nous trouvons d’autres aveux implicites. A. Cimino Folliero affirme en effet que, au regard du féminisme étranger, le mouvement italien manque d’effervescence en termes d’associations, d’activités, de manifestations : toutefois il ne faut pas le blâmer, compte tenu du fait qu’il n’est pas en soi synonyme de progrès et que les Italiennes n’ont pas, selon elle, plus de raisons d’être mécontentes par rapport à la question de la citoyenneté. Il s’agit, comme on peut le constater, d’une confirmation indirecte de ce que nous avons déjà signalé comme une absence substantielle de dimension organisationnelle lors de la première vague féministe en Italie ; nous comprenons que ce qui est le plus problématique, même aux yeux d’une libérale comme A. Cimino Folliero, c’est avant tout la présence féminine en dehors de la sphère privée, qui se justifie peut-être dans d’autres contextes, mais qui n’est certainement pas souhaitable en Italie :

  • 30 A. Cimino Folliero, « Le italiane nella quistione femminile », art. cité.

Con le nostre abitudini di vita facile ed indolente, e con istinti naturali più conservatori che progressisti, noi italiane non potremmo certo comprendere né ammirare quell’attività inquieta, quella vita a dimostrazioni pubbliche, a lotte, ad ardimenti, di alcune donne, il cui tipo incontrasi più di frequente in America, e che diremmo fuori del loro naturale elemento.30

11Le fait que la connexion avec les réalités du féminisme transnational s’effectue à ce moment-là principalement, ou presque exclusivement, sur le plan de la circulation des idées ne semble pas, à ce stade, un fait contingent ni de nature exclusivement temporelle : il s’agit plutôt d’un aspect lié à la mentalité et au rapport entre les sphères publique et privée dans le contexte socioculturel italien.

Un pacifisme progressif

  • 31 Sur ces thèmes et sur les initiatives de M. Goegg, voir A. Anteghini, Parità, pace, libertà: Marie (...)

12S’il est difficile d’affirmer, comme le laisse entendre K. Offen, que la Commune a conduit à l’internationalisation du féminisme au niveau européen, il est vrai que le choc de la guerre franco-prussienne a provoqué une réaction de catalyse du mouvement, qui propose alors une réflexion plus articulée sur la paix et les relations internationales. Eugénie Niboyet avait déjà tenté de fonder une Société de la paix à Paris en 1844, et les femmes n’avaient pas manqué de participer au premier congrès pacifiste organisé à Bruxelles en 184831. Par la suite, c’est à l’occasion de la naissance en 1867 de la Ligue pour la paix et la liberté que naissent les premières initiatives de pacifisme féminin, comme l’Association internationale des femmes dirigée par M. Goegg, sur laquelle nous reviendrons. À partir de la seconde moitié des années 1870, ce type d’initiative connaît, face au traumatisme de la guerre au cœur de l’Europe, un nouvel élan qui se rattache idéalement et factuellement à la campagne européenne pour l’abolition de la prostitution réglementée.

  • 32 G. Bath, « Resoconto del discorso di Maria Goegg pronunciato il 24 luglio 1870 a Basilea », Le Dro (...)

13La matrice sur laquelle se fondent les initiatives pacifistes de ces décennies décisives du XIXe siècle est le rattachement aux idéaux démocratiques et humanitaires, qui lient l’émancipation des femmes à la lutte pour le progrès des peuples et de l’humanité. Ce lien est encore plus évident si l’on considère les rapports entre les penseurs politiques de la démocratie au XIXe siècle au niveau européen (Pierre Leroux, Étienne Cabet, J. S. Mill, G. Mazzini) et les associations de femmes favorables à l’émancipation. Lorsque le conflit entre la France et la Prusse éclate, la contestation immédiate émanant des groupes féminins s’articule – plus ou moins ouvertement – autour de la thèse selon laquelle la guerre sera inévitable tant que les régimes monarchiques continueront d’exister. Puisque l’intérêt du souverain ne coïncide pas avec l’intérêt de la patrie, comme l’affirme M. Goegg, chaque citoyen est appelé à se distinguer de manière décisive : « Ciò che manca al soldato è sapere che egli innanzitutto è un uomo e che la sua vita è sacra e se è suo dovere sacrificarla per respingere un’invasione straniera, non è più così quando si tratta di combattere per il capriccio o l’ambizione di un re. »32

  • 33 G. A. Beccari, « La guerra », La Donna (Venise), 7 août 1870.
  • 34 Loc. cit.
  • 35 Id., « Il 24 giugno 1870 », La Donna (Venise), 3 juillet 1870.
  • 36 E. Ostacchini, « Colla Prussia o con la Francia ? », La Donna (Venise), 7 août 1870.
  • 37 Parmi les initiatives variées, la comtesse de Gasparin exhortait les femmes à s’interposer entre l (...)

14L’horizon idéal est sensiblement le même pour le périodique de la mazzinienne G. A. Beccari qui, le 7 août 1870, donne la « triste nuova » du conflit33. Tout en étant favorable à l’abolition des armées permanentes et à l’idéal d’une fédération européenne d’États, la directrice distingue les guerres d’agression des guerres de libération, « perché riconosciamo giusta la guerra solo quando è fatta da un popolo che non voglia né debba tollerare la preponderanza d’un altro […] »34. Dans cette situation, le rôle des femmes est de faire naître ou de développer le sentiment de solidarité entre les peuples, afin que, « per ordine progrediente delle cose »35, à l’avenir, il soit possible de faire passer l’humanité avant la patrie. Par exemple, Elvira Ostacchini invite les Italiennes à préparer des bandages et des gazes à distribuer « à parts égales » aux armées des deux nations, en soulignant que les valeurs nationales dans le conflit ont été utilisées comme prétexte36 ; en même temps, la revue relatait les nouvelles, les discours et les appels des femmes italiennes et étrangères qui protestaient contre la guerre franco-prussienne37.

  • 38 [Una cittadina svizzera], « La missione della donna. Articolo tratto dal giornale Les États-Unis d (...)
  • 39 Sur ces thèmes, voir M. Petricioli, D. Cherubini et A. Anteghini éd., Les États-Unis d’Europe : un (...)
  • 40 M. Goegg, « Lettera e statuti dell’Associazione internazionale delle donne », La Donna (Padoue), 2 (...)
  • 41 Après Le Droit des femmes, lié à l’Association pour le droit des femmes, Léon Richer, dit le père (...)
  • 42 [s. n.], « Associazione internazionale femminile di Ginevra », La Donna (Venise), 13 février 1870. (...)
  • 43 [s. n.], « Discorso pronunciato dalla signora Maria Goegg nella seduta del 27 marzo tenuta dall’As (...)

15En réalité, ces thèmes étaient déjà présents dans le périodique avant la guerre, grâce aux liens avec l’Association internationale des femmes38. Première organisation féministe internationale connue, cette association naît en 1868 sur la base d’une communauté d’idées et de valeurs avec la plus connue Ligue pour la paix et la liberté : une structure associative pacifiste et européiste, officiellement constituée en 1867 à Genève, avec le soutien de Giuseppe Garibaldi et de Victor Hugo, et dirigée par Charles Lemonnier, dont la physionomie se définit aussi par son détachement progressif de l’Association internationale des travailleurs. Dans son ensemble, il s’agit d’une association à caractère démocratique, dans laquelle trouvaient place les idées kantiennes de paix perpétuelle et le modèle du fédéralisme américain, sans exclure l’enracinement dans les valeurs patriotiques nationales. Son pacifisme aspirait à atteindre la paix par le biais du droit international et par la création d’un organisme d’arbitrage pour le règlement des différends entre les États39. En tant que section de la Ligue internationale de la paix et de la liberté, une association de femmes est créée sur proposition de M. Goegg (1826-1899) pour se mobiliser conjointement pour la paix et les droits des femmes40. L’association, qui s’affranchit progressivement de l’organisation masculine, trouve des adhérents et adhérentes dans de nombreux pays européens : en France, A. Léo mais aussi le groupe de L. Richer et M. Deraismes avec L’Avenir des femmes41 ; en Allemagne, Rosalie Schönwasser et plus tard Henriette Goldschmidt ; aux États-Unis, Elizabeth Cady Stanton et Paulina Kellogg Wright Davis ; au Royaume-Uni, J. Butler, que nous verrons aussi comme la protagoniste absolue de la lutte pour l’abolitionnisme prostitutionnel. En Italie, c’est G. A. Beccari qui reprend l’appel pacifiste en 1868, avec d’autres figures moins connues liées aux cercles mazziniens du Patto di fratellanza, comme Greca de Benedetti de Turin et plus tard la « vedova » Varesi Garavaglia de Milan42. Par ailleurs, la conception du rapport entre les deux sexes exprimée par M. Goegg, fondée sur l’égalité dans la complémentarité, est très proche de celle qui circulait dans le féminisme transnational d’orientation mazzinienne : « L’uomo e la donna sono destinati dalla natura a formare un’unità; epperò essi devono far risultare l’armonia dalla discordanza e dovranno, per la felice congiunzione delle loro differenti qualità e particolarità, intendere insieme all’opera generosa del progresso umanitario, verso cui ci sentiamo sospinti dalla nostra natura perfettibile. »43

  • 44 Voir V. Grossi, Le pacifisme européen : 1889-1914, Bruxelles, Bruylant, 1994 ; L. D’Angelo, « Il p (...)
  • 45 G., « Fede e bellezza », La Donna (Padoue), 26 juillet 1868.
  • 46 J. Ward Howe, « Appello alle donne dei due mondi », La Donna (Venise), 10 mai 1871.

16La Donna peut donc être considérée comme appartenant à la mouvance du pacifisme démocratique, également défini à juste titre comme patriotique44, puisqu’il conciliait l’humanitarisme dans une perspective universelle avec le patriotisme romantique. Il s’agit donc d’un pacifisme non intégral, lié aux valeurs du christianisme au sens large, mais non identifiable à une confession particulière. Le féminisme y voyait une tâche précise, celle de l’éducation des peuples, qui pouvait être accomplie par « [i] mezzi di cui sola può disporre la donna, e che nessun libro potrà sostituire giammai »45. L’appel au rôle maternel et éducatif va de pair avec les convictions religieuses dans presque toutes les initiatives pacifistes féminines de ces décennies. La position de J. Ward Howe, directrice du Women’s Journal à Boston, était fortement inspirée par des valeurs religieuses, au point de s’attirer des critiques de mysticisme et de pacifisme sentimental. Après avoir publié l’Appello alle donne dei due mondi de J. Ward Howe, daté de septembre 187046, G. A. Beccari présente la proposition de la pacifiste américaine comme une « sublime teoria », et la défend des accusations d’utopisme inefficace :

  • 47 G. A. Beccari, « Di un Congresso femminile per la Pace », La Donna (Venise), 25 avril 1873.

L’idea della Ward Howe armonizza colle aspirazioni dell’umanità. Non è figlia di un sentimento, ma del raziocinio illuminato dalle dottrine radicali del secolo. Il Congresso proposto darebbe novello e più potente impulso al santo principio, che fu il concetto Cristo e il sogno vagheggiato dal Cristo dell’era moderna, Giuseppe Mazzini.47

  • 48 Fille d’un juge, auteure de poèmes et de romans, elle avait fondé une association avec laquelle el (...)
  • 49 E. Mariani, « Congresso femminile per la pace », La Donna (Venise), 10 juin 1873 ; Emilia Mariani (...)
  • 50 J. Ward Howe, « Festa della Pace », La Donna (Venise), 10 septembre 1873.

17G. A. Beccari fait ensuite appel à Atenaide Zaira Pieromaldi pour qu’elle donne vie en Italie à l’association correspondante que l’Américaine demandait, et qu’elle ne se sentait pas capable de soutenir personnellement. En effet, quelques mois auparavant, la jeune activiste de dix-sept ans avait fondé la Società cosmico-umanitaria dont la devise était : « guerra alla guerra, al militarismo, alla pena di morte, al duello »48. On ne sait pas si A. Z. Pieromaldi a adhéré à la proposition américaine, mais on sait qu’Emilia Mariani49 lui a offert sa contribution depuis Turin, et que la revue La Donna a accueilli plus tard les propositions de J. Ward Howe, comme dans le cas de la fête de la paix instituée à Boston50.

  • 51 [s. n.], « La Solidarietà. Associazione per la difesa dei diritti delle donne », La Donna (Venise) (...)

18La Donna reste pendant des années en relation avec le mouvement issu de l’association internationale, même lorsqu’il se divise en deux branches différentes après le choc de la guerre, les diatribes sur la Commune et une série de fractures internes : la première branche, dirigée par la modérée Marie Faucon, avec le périodique Espérance ; la seconde, l’Association pour la défense des droits des femmes, dirigée par M. Goegg, avec le bulletin Solidarité. Fondée à Berne en 1872, cette dernière est restée active jusqu’en 1880, date à laquelle, par décision de sa fondatrice, elle est reconnue comme inadéquate par rapport aux changements en cours. L’association transformée trouve à nouveau du soutien dans le périodique de G. A. Beccari, qui fait toujours partie du comité d’adhésion italien, avec Mme Varesi. Il convient de noter que le comité anglais correspondant était toujours représenté par J. Butler, en tant que présidente du Conseil d’Angleterre du Nord pour la promotion de l’amélioration de l’éducation des femmes, basé à Liverpool51.

  • 52 [s. n.], « Pubblicazioni estere », Cornelia (Florence), 16 août 1873.
  • 53 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 septembre 1 (...)
  • 54 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 juin 1873.
  • 55 [s. n.], « Le donne innanzi al congresso internazionale », Cornelia (Florence), 16 décembre 1873.
  • 56 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 mai 1874.
  • 57 A. Cimino Folliero, « La donna e la pace », Cornelia (Florence), 16 juin 1874.
  • 58 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 septembre 1 (...)

19Lorsque Cornelia naît à la fin de l’année 1872, la mobilisation liée à la guerre franco-prussienne et la scission au sein de l’Association internationale des femmes sont déjà derrière elle. La revue continue cependant à offrir des nouvelles sur la présence des femmes dans les sociétés pour la paix, en faisant à la fois appel au sens maternel et aux idéaux religieux, la « dottrina di pace del Cristo »52. Peu ou pas du tout intéressée par l’élaboration politique, A. Cimino Folliero mentionne toute une série d’initiatives, notamment dans la rubrique « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », mais en gardant une nette préférence pour les associations les plus modérées. Tout en évoquant, en septembre 1873, l’assemblée annuelle de Solidarité53, elle ne semble pas y avoir adhéré, comme l’a fait G. A. Beccari ; au contraire, elle propose de fonder une association internationale de femmes en Italie. Cornelia offre une certaine place aux groupes anglais, comme la Women’s Peace Society54, mais surtout à la Peace Society dirigée par Henry Richard (1812-1888), liée entre autres à la Société française des amis de la paix. En effet, l’action de ce parlementaire, protagoniste au Parlement anglais des initiatives en faveur de l’arbitrage international, occupe une place importante dans la revue55. Dans le sillage de son activité, une autre société féminine pour la paix voit le jour en avril 1874, qui déclarait la guerre « inammissibile con lo spirito del Cristianesimo e i veri interessi dell’umanità »56. Ainsi, en juin 1874, la directrice publie en première page l’article « La donna e la pace », dans lequel Pasquale Stanislao Mancini est présenté comme l’un des partisans du mouvement avec V. Hugo, H. Richard et C. Lemonnier, et qui se conclut par un appel à l’initiative des femmes57. Lorsque, au huitième congrès de la Ligue internationale de la paix et la liberté, V. Hugo refuse d’intervenir, revendiquant le droit pour la France de récupérer les provinces perdues à Sedan, la revue soutient la nécessité de chercher d’autres moyens pour soutenir ses revendications58. En faisant appel aux sentiments maternels, Cornelia annonce aussi le congrès international de la Société pour l’amélioration des conditions des prisonniers de guerre d’Henry Dunant et Gustave Moynier, protagonistes bien connus de la fondation de la Croix-Rouge et de l’Institut de droit international de Gand.

Retards ou spécificité ?

  • 59 J. Jordan, Josephine Butler, Londres, Murray, 2001.

20Le thème de la mobilisation pour la paix constitue donc un terrain commun aux deux revues, même si Cornelia n’est pas très engagée sur le plan politique et n’est pas organiquement liée à la structure active dans ce domaine, l’Association internationale des femmes. La différence est plus prononcée en ce qui concerne l’organisme international de lutte contre la prostitution. Au Royaume-Uni, l’initiative est catalysée par la Ladies’ National Association for the Repeal of the Contagious Diseases Acts, dirigée par J. Butler (1828-1906), profondément liée aux cercles évangéliques et antiesclavagistes59, et qui compte parmi ses membres Florence Nightingale, Harriet Martineau, Mary Carpenter, ainsi que G. Mazzini, J. S. Mill et V. Hugo. Elle voit le jour en 1869, après l’adoption par le Parlement anglais, entre 1864 et 1869, de trois règlements différents contre les maladies vénériennes, qui prévoyaient le contrôle sanitaire des prostituées dans les zones du pays caractérisées par la présence de garnisons militaires. Dans les années 1870, la Ladies’ Association avait étendu son initiative au-delà de la sphère anglaise, devenant la Fédération britannique, continentale et générale dont le siège était à Genève, dans un pays qui se targuait non seulement de l’absence d’une armée permanente – un facteur considéré comme l’un des plus délétères en ce qui concerne la prostitution –, mais aussi d’un contrôle efficace des mœurs publiques et privées confié aux autorités locales ; depuis 1875, l’organisme international avait sa propre publication officielle dans la revue Le Bulletin continental.

21Dans la rubrique « Notizie e cose varie », Cornelia ne manque pas de donner quelques informations, bien qu’avec de nombreux filtres conceptuels et linguistiques, sur la bataille abolitionniste, mais plus pour répondre à une accusation sur son manque d’intérêt que pour traiter ouvertement le sujet. C’est d’autant plus remarquable, si l’on y pense, que la protagoniste au niveau européen de la campagne abolitionniste était J. Butler elle-même, dont la revue avait donné diverses nouvelles, en tant que représentante des comités anglais appartenant à l’Association internationale des femmes de M. Goegg ; au point que, dans une lettre à Solidarité, J. Butler avait accusé le périodique florentin de ne pas vouloir aborder l’épineuse question. Dans cette controverse, A. Cimino Folliero échappe toutefois à la critique précisément en raison de la spécificité italienne :

  • 60 « Notizie e cose varie », Cornelia (Florence), 16 septembre 1873.

Non è il coraggio che manca alla Cornelia, poiché essa sa che non vi è cosa spiacevole che non possa sapersi dire, ma è la convinzione di non fare nessun bene. Prima di fare accettare tali riforme in Italia, bisogna che entri nella mente dei più che i costumi vanno mutati. Quando lo spettacolo del vizio non chiamerà più il sorriso sulle labbra dei giovani, ma velerà la loro fronte di quel rossore, che Diogene chiamava il colore della virtù, la riforma che chiede la signora Butler potrà ottenersi con minor lotta.60

  • 61 Sur la bataille abolitionniste en Italie, les ouvrages incontournables sont ceux de M. Gibson, Sta (...)
  • 62 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 juillet 187 (...)
  • 63 Loc. cit.
  • 64 « Notizie e cose varie », Cornelia (Florence), 16 juin 1876.

22En Italie, cette bataille devient de fait l’un des principaux motifs de division au sein du mouvement des femmes, une véritable épreuve de vérité des différences profondes qui apparaissent dès le début entre les différentes âmes du féminisme italien61. Au cours de l’été 1875, A. Cimino Folliero est malgré tout obligée de revenir sur la question. L’élément catalyseur du débat dans l’opinion publique est la tournée de conférences données par J. Butler, accompagnée de Giuseppe Nathan. L’activiste anglaise avait en effet trouvé du soutien dans les cercles du mazzinisme et plus généralement de la part des personnalités et des groupes de l’opposition, qui voyaient dans le règlement Cavour de 1860 un reflet de la logique de compromis avec laquelle toute la politique nationale était menée. Dès 1875, l’organisme international ouvre sa propre section en Italie, G. Nathan étant lui-même président du tout nouveau Comité central italien contre le réglementarisme. Dans ce contexte, le 16 juillet 1875, le bimensuel Cornelia donne un bref compte rendu de la « croisade » de J. Butler en Italie, mais il rappelle qu’il ne peut pas entrer dans cette discussion, « per ragioni che tutti comprendono »62. La rédaction de la revue précise : « L’Italia non è paese in cui l’apostolo di una nuova teoria trovi duri avversari, ma anco partigiani devoti. Da noi l’indifferentismo paralizza la coraggiosa iniziativa. »63 Ce sera la ligne adoptée les mois suivants par le journal, qui offrira encore quelques nouvelles de la bataille abolitionniste, en juin 187664. Le thème du caractère national, qui avait suscité tant d’intérêt dès la seconde moitié du XVIIIe siècle et tout au long du processus du Risorgimento, fait son retour ici, décliné dans une perspective féminine pour justifier les scrupules et les différences sur le plan politique et idéal entre les diverses composantes du mouvement.

23Au contraire, La Donna et sa directrice se sont pleinement impliquées dans la mobilisation nationale et internationale contre la prostitution d’État, en faisant de cette bataille un terrain d’élection défendu même au prix de nombreuses défections. Elle mettait en jeu à la fois les convictions personnelles du noyau de femmes contribuant au périodique, et l’osmose qui s’était créée sur ce terrain entre les groupes mazziniens et le Comité central italien de la Fédération abolitionniste. Dans la campagne contre la prostitution réglementée, en effet, le mouvement républicain et démocratique a été activement mobilisé, y trouvant une continuation idéale des luttes du Risorgimento pour la régénération morale de la nation, pour la dignité féminine et pour l’auto-amélioration des classes ouvrières.

  • 65 A. M. Mozzoni, « Sul regolamento sanitario della prostituzione. Lettera alla signora J. Butler », (...)
  • 66 Voir « Varietà », La Donna (Venise), 10 juin 1872.
  • 67 G. A. Beccari, « Un dovere imprescindibile », La Donna (Venise), 25 mai 1875.
  • 68 Née à Venise dans une famille bourgeoise aisée originaire de Trieste, elle s’est constitué, en aut (...)
  • 69 G. A. Beccari, « Diversità di pareri fra due distinti campioni dell’emancipazione femminile », La  (...)
  • 70 Conférencière dans des institutions culturelles prestigieuses, à l’intérieur et à l’extérieur du r (...)
  • 71 M. Frank, Mogli e mariti, Venise, Coen, 1872, p. 15.

24G. A. Beccari n’avait pas attendu le voyage de J. Butler en Italie pour aborder la question. Elle avait déjà accueilli un article de l’éminente A. M. Mozzoni sur la réglementation sanitaire de la prostitution, publié précédemment dans La Riforma del secolo XIX. Dans cet article, en plus de fournir des données et des analyses sur la situation nationale, A. M. Mozzoni exprimait clairement la thèse selon laquelle la réglementation n’avait fait qu’institutionnaliser et multiplier l’esclavage féminin, sans arrêter la propagation des maladies : « I fattori della prostituzione sono la povertà della donna, il celibato dell’uomo. »65 La directrice avait ensuite donné d’autres nouvelles, dont celle d’un comité de femmes à Cincinnati qui avait diffusé une pétition pour que les « uomini dissoluti », qui fréquentaient les maisons closes, soient eux aussi inscrits sur les registres de la police66. À partir du printemps 1875, cependant, le thème prend une tout autre importance. « Un dovere imprescindibile » est le titre de l’intervention de la directrice, qui récupère à son compte la cause de l’abolitionnisme et rapporte les premiers documents du Comité central italien67. Au cours de cette phase, Malvina Frank68 (1830-1892), l’une des principales intellectuelles du périodique, représentante de l’« onore del sesso »69, selon les termes de la directrice, fait office de précurseur. Elle est l’une des pionnières du discours public féminin doté d’une autorité culturelle et politique70, notamment dans son essai Mogli e mariti de 1872, où elle théorise l’existence d’une époque où la femme « occupava un posto ben altrimenti alto e rispettato che non occupi adesso anche nelle meglio incivilite nazioni »71 et où l’égalité dans la différence des sexes n’avait pas encore été corrompue par les systèmes patriarcaux : sans jamais citer explicitement Johann Jakob Bachofen (dont le célèbre Das Mutterrecht avait été publié en 1861), M. Frank épouse ici l’hypothèse d’un matriarcat originel, bien plus égalitaire que les systèmes qui lui ont succédé.

  • 72 Sur ce thème, voir les déclarations synthétiques mais claires de M. Barbagli, Comprare piacere: se (...)
  • 73 M. Frank, « I comitati per l’abrogazione delle leggi sulla prostituzione e l’apostolato della sign (...)
  • 74 G. A. Beccari, « Una voce nel deserto », La Donna (Venise), 25 juillet et 10 août 1875.
  • 75 M. Frank, « Della prostituzione considerata specialmente nei suoi rapporti colle leggi di polizia (...)
  • 76 Id., « Una lettura del dott. E. Fazio, sull’abrogazione dei regolamenti di sorveglianza sulla pros (...)
  • 77 G. A. Beccari, « Nota a M. Frank, “Una lettura del dott. E. Fazio” », ibid.
  • 78 G. C. Saffi, lettre d’introduction à « Sunto di un discorso pronunciato da Giuseppina Butler a She (...)

25Dans la lutte contre la prostitution réglementée, cependant, M. Frank n’adhère pas totalement aux positions de l’abolitionnisme anglais et, par conséquent, même La Donna connaît d’importantes divisions internes. La directrice montre une nette affinité avec l’approche de J. Butler, qui combine la culture des droits individuels, typique de la tradition politique anglo-saxonne, avec l’appel aux valeurs évangéliques et au mouvement pour la pureté sociale72. G. C. Saffi, dont la voix est particulièrement respectée, s’exprime sur cette même longueur d’onde, puisqu’elle cherche à lancer une réflexion publique sur l’éducation sexuelle des hommes en Italie. M. Frank, au contraire, tout en ne reculant pas devant la mobilisation, ne manque pas de souligner les spécificités du contexte national et « la suscettività dimostrata da taluno » lors des discours publics de J. Butler : M. Frank conseille de garder à l’esprit les différences de langage et, surtout, de mentalité, même si elle ne partage pas cette « suscettività »73. M. Frank réussit à convaincre plusieurs lectrices de soutenir l’initiative de la Fédération britannique, comme le suggère la directrice dans son article « Una voce nel deserto »74 ; mais ses positions restent, dans l’ensemble, plus conformes aux thèses de la culture officielle du pays. Ses idées sont proches des opinions de ceux qui, lors du débat, se déclarent favorables à l’élimination des réglementations en vigueur, mais pour les remplacer par d’autres plus « adatti alla civiltà, alla umanità, alla morale »75 : par exemple, Antonio Veronese, avocat de Rovigo, soutenait la nécessité d’ausculter – indépendamment du sexe – toutes les catégories sociales considérées comme exposées au risque d’infection par les maladies vénériennes. De manière surprenante, M. Frank semble également pencher dans cette direction, en déclarant explicitement : « sarò tra la prime a schierarmi cogli abolizionisti di ogni sorveglianza, cioè per la libertà assoluta, il giorno felice in cui vedrò tanto radicata e diffusa la virtù, quanto lo è ora il vizio »76. Ce point de vue semblait compromettant à G. A. Beccari, au point qu’elle ajoute une très longue note au texte de son illustre collaboratrice77 ; mais ce qui est plus intéressant, c’est que dans cette discussion la particularité de la situation italienne est encore une fois évoquée pour freiner certaines adhésions. Reprenant la thèse de G. C. Saffi sur la priorité de l’intervention éducative, mais sans aller jusqu’à demander l’implication des hommes pour repenser la sexualité78, M. Frank déclare :

  • 79 M. Frank, « Una lettura del dott. E. Fazio », art. cité.

A tali parole, che sì bene armonizzano col genio italiano, il quale – e chi nol sa? – dispiega bensì cupidamente il volo dell’ideale che brilla nel cielo del sentimento e dell’arte, ma sa pure serbarsi nella vita pratica positivo e sintetico, ripeto ch’io, con pienezza di convinzione, soscrivo. […] il miglior modo, e il più sicuro, perché le leggi oppressive sieno abrogate, è il fare che manchino, o almeno gradatamente scemino, le ragioni o i pretesti di esercitarle.79

Conclusions

26Déjà largement étudiées à d’autres niveaux d’analyse, les deux revues ont été abordées ici sous le prisme de leurs relations avec les associations du féminisme international, et du reflet que ces relations ont produit dans la conscience de soi du mouvement italien. Ce qui ressort de cette enquête n’est pas tant le retard dans la naissance d’un débat idéal ou de connexions transnationales, mais plutôt le rôle de substitut joué par le journalisme féministe, en l’absence de réalités associatives au sein desquelles la confrontation des idées aurait pu être menée. C’est dans ce contexte que la revue La Donna de G. A. Beccari devient une structure de soutien et une référence organisationnelle pour les deux instances mentionnées, l’Association internationale des femmes et la Fédération britannique, continentale et générale pour l’abolition de la prostitution. Sur le thème de la paix, en outre, la revue Cornelia, bien que partant de positions globalement modérées, se place également dans une perspective transnationale.

27Il est donc possible d’affirmer que, dans les années 1870, en l’absence d’un associationnisme propre, le féminisme italien était lié aux organismes internationaux existants grâce à ses revues. Cela nous permet de confirmer que le mouvement italien a eu immédiatement des terrains de mobilisation dans une perspective transnationale, malgré les difficultés du contexte politique et social de la Péninsule, qui venait tout juste d’acquérir une dimension unitaire ; et c’est le pacifisme, entendu dans un sens progressiste et d’inspiration religieuse, qui constituait la matière la plus partagée. Le fait peut-être le plus inattendu concerne l’effet miroir qui a accompagné cette mobilisation, en continuité avec la réflexion sur le « caractère des Italiens » qui avait surtout marqué le processus du Risorgimento : par des références aux spécificités du caractère national et au soutien apporté à la régénération du pays, les traits propres de l’italianité sont souvent utilisés dans une perspective politique.

28Dans les mouvances modérées du féminisme italien, les caractéristiques nationales sont clairement évoquées comme une raison pour justifier le manque de soutien aux causes considérées comme plus radicales ou encore immatures, ou trop exposées à la dimension publique. C’est presque le contraire de ce que pensait la féministe J. Ward Howe dans un texte intitulé « Le italiane », traduit par G. A. Beccari :

  • 80 J. Ward Howe, « Varietà. Le italiane », La Donna (Venise), 25 octobre 1873.

Cosa non ci è dato sperare per questo paese, adesso che le sue donne potranno prendere la parte che loro si compete nel suo movimento progressivo! []. Attraverso lunghi anni di cattività e di lotta, vi è stato sempre nel popolo un profondo amore di libertà e una fede inconcussa nella sua possibilità, ed adesso che il tallone ferrato dell’oppressione non pesa più sopra il seno del paese, noi vedremo le madri italiane emulare la gloria severa delle romane matrone, con una bellezza non meno forte e molto più tenera, quella della saggezza previdente e della grazia cristiana.80

Haut de page

Notes

1 K. Offen, « Le féminisme s’internationalise, 1870-1890 », dans Id., Les féminismes en Europe, 1700-1950 : une histoire politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Dinan, Terre de brume, 2012, p. 203-243.

2 R. Macrelli, L’indegna schiavitù: Anna Maria Mozzoni e la lotta contro la prostituzione di Stato, Rome, Editori Riuniti, 1981, p. 97.

3 F. Pieroni Bortolotti, « Emancipazione femminile e democrazia nell’Italia contemporanea », dans Id., Sul movimento politico delle donne: scritti inediti, A. Buttafuoco éd., Rome, Utopia, 1987, p. 25.

4 Je me réfère ici, également pour les catégories utilisées, à mon volume Orizzonti nuovi: storia del primo femminismo in Italia (1865-1925), Rome, Viella, 2018 ; à propos des concepts et des catégories utilisés par l’historiographie pour se référer à cette phase du mouvement, voir la discussion de P. Willson, « Confusione terminologica: “femminismo” ed “emancipazionismo” nell’Italia liberale », Italia contemporanea, no 290, 2019, p. 209-229.
En ligne : [http://ojs.francoangeli.it/_ojs/index.php/icoa/article/download/8296/442] (consulté le 30 mars 2021).

5 Traduites par Maddalena Gonzenbach, les six lettres aux femmes de F. Lewald (1811-1889) furent publiées d’abord dans la Rivista europea d’A. De Gubernatis (M. Gonzenbach, « Rivista dell’istruzione femminile », Rivista europea, a. I, no 1, 1er juin 1870) et ensuite dans la revue de G. A. Beccari. Cousine de Ludmilla Assing, F. Lewald était l’une des plus célèbres romancières du XIXe siècle, ainsi qu’une médiatrice culturelle entre l’Allemagne et l’Italie : voir A. M. Voci, « Intellettuali tedesche per l’Italia tra 800 e 900 », L’Acropoli, a. XVIII, no 3, 2017, p. 275. En ligne : [http://lacropoli.eu/articolo.php?nid=1207] (consulté le 30 mars 2021).

6 H. Dhom, I diritti della donna, M. Malliani Traversari trad., Milan, Hoepli, 1878. H. Dohm (1831-1919) était une célèbre écrivaine et journaliste allemande, aujourd’hui considérée comme l’une des plus importantes représentantes du féminisme radical du XIXe siècle. Elle critique les grandes institutions scientifiques de l’époque, comme les sciences naturelles, la théologie, la philosophie, pour leurs prétendues justifications de la subordination féminine, et elle formule dans ses œuvres le noyau théorique qui inspirera le mouvement féministe dans les décennies suivantes, exprimant également des sympathies pacifistes. Pour plus informations, voir S. Kinnebrock, Anita Augspurg (1857-1943): Feministin und Pazifistin zwischen Journalismus und Politik. Eine kommunikationshistorische Biographie, Herbolzheim, Centaurus, 2005, p. 98-99.

7 J. S. Mill, La servitù delle donne, A. M. Mozzoni trad., Milan, F. Legros, 1870 ; au même moment, Giustiniano Novelli publie une autre traduction de l’essai pour la maison d’édition napolitaine Jovene. Toutefois, ce n’est que dans l’édition Carabba de 1907 que le nom d’A. M. Mozzoni apparaît sur la page de titre.

8 Luisa Tosco (1815-1888 ?), d’abord attirée par la vie monastique, se rapproche ensuite de l’ancien prêtre Ausonio Franchi qui, dans les colonnes de La Ragione, avait fait connaître en Italie la controverse P.-J. Proudhon/J. d’Héricourt. La journaliste collabore d’abord avec le journal Il Libero Pensiero et, en utilisant souvent le pseudonyme To-sko, également avec La Donna de G. A. Beccari, même si cette dernière s’en dissocie à plusieurs reprises. Par la suite, elle rassemble une bonne partie de ses interventions dans le volume La causa della donna. Ses positions rationalistes et son radicalisme libertaire sont restés pour l’essentiel sans suite au sein du mouvement italien : voir G. Biadene, « Primato della ragione e doppia morale. La causa della donna di Luisa Tosco », Memoria. Rivista di storia delle donne, no 1, 1981, p. 87-93 et, plus généralement, F. Taricone, « Democrazia e socialismo nell’Ottocento: le “libere pensatrici” », Giornale di storia contemporanea, a. IV, no 2, décembre 2001, p. 27-49.

9 D’après Oscar Greco, la traduction du texte fut autorisée par l’auteure, mais elle ne trouva pas d’éditeur : O. Greco, Bibliobiografia femminile italiana del XIX secolo, Venise (Mondovi), Presso i principali librai d’Italia (Issoglio), 1875, p. 481-485.

10 G. Bock, Le donne nella storia europea: dal Medioevo ai nostri giorni, B. Heinemann trad., Rome, Bari, Laterza, 2000, p. 203.

11 Sur le journalisme féministe italien entre le XIXe et le XXe siècle, je me réfère à quelques ouvrages de synthèse : A. Buttafuoco, Cronache femminili: temi e momenti della stampa emancipazionista in Italia dall’Unità al fascismo, Arezzo, Università degli Studi di Siena, 1988 ; R. Carrarini et M. Giordano éd., Bibliografia dei periodici femminili lombardi (1786-1945), Milan, Lampi di stampa, 2003 ; S. Franchini et S. Soldani éd., Donne e giornalismo: percorsi e presenze di una storia di genere, Milan, Franco Angeli, 2004 ; R. De Longis éd., La stampa periodica delle donne in Italia: catalogo 1861-1985, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1986.

12 Voir L. Gazzetta, Orizzonti nuovi, op. cit. ; pour la biographie d’A. M. Mozzoni, voir S. Murari, L’idea più avanzata del secolo: Anna Maria Mozzoni e il femminismo italiano, Rome, Aracne, 2008.

13 Sur la revue, amplement étudiée (ce qui est une mine inépuisable d’informations), voir L. Gazzetta, Orizzonti nuovi, op. cit., pour la présentation générale ; pour de plus amples détails, voir G. Biadene, « Solidarietà e amicizia : il gruppo de “La Donna” (1870-1880) », Nuova DWF, no 10-11, 1979, p. 48-79 ; B. Pisa, Venticinque anni di emancipazionismo femminile in Italia: Gualberta Alaide Beccari e la rivista «La Donna» (1868-1890), Rome, FIAP, 1982.

14 « Varietà », La Donna (Padoue), 10 mai 1868 et 10 janvier 1869.

15 A. Bosquet, « L’assoggettamento delle donne. Traduzione di Ulisa », La Donna (Padoue), 31 octobre 1869.

16 R. Pesman, « Mazzini in esilio e le inglesi », dans I. Porciani éd., Famiglia e nazione nel lungo Ottocento italiano: modelli, strategie, reti di relazioni, Rome, Viella, 2006, p. 55-82.

17 J’en parle de manière approfondie dans mon article « Nel campo della lotta: organizzazioni femminili evangeliche e movimento delle donne in Italia tra ’800 e ’900 », Cristianesimo nella storia, vol. XXXVII, no 1, 2016, p. 121-145.

18 [G. A. Beccari], « Una spiegazione al Direttore dell’Avenir des femmes », La Donna (Venise), 10 mai 1873.

19 « Varietà. L’Avenir des femmes », La Donna (Venise), 10 mars 1873.

20 Sur la revue, voir M. Pacini, « Giornali femminili toscani dell’Ottocento: presenze, scritture e modelli », dans L. Guidi éd., Scritture femminili e storia, Naples, ClioPress, 2004, p. 121-137 ; E. Marvelli, Aurelia Cimino Folliero de Luna: giornalismo al femminile per «una forte e morale generazione», Florence, Centro editoriale toscano, 2005 ; pour l’essai de Patrizia Guida, voir note 22.

21 Elle appartenait à une de ces familles qui, comme le suggère F. Pieroni Bortolotti, « créent une chaîne ». Sa mère, l’érudite napolitaine Cecilia De Luna, était membre correspondante de plusieurs académies en Italie, et sa fille, Emilia Cimino, peintre célèbre dans les premières décennies du XXe siècle, sera à son tour suffragette : M. Rascaglia, « Da madre a figlia: percorsi ottocenteschi del sapere di genere », dans L. Guidi éd., Scritture femminili e storia, op. cit., p. 173-190.

22 Voir en particulier P. Guida, La rivista post-unitaria «Cornelia»: donne tra politica e scrittura, Milan, Franco Angeli, 2012, p. 18-20.

23 Sur E. Fuà Fusinato, voir l’interprétation donnée par N. M. Filippini, « Amor di patria e pratiche di disciplinamento: Erminia Fuà Fusinato », dans M. T. Mori, A. Pescarolo, A. Scattigno et al. éd., Di generazione in generazione: le italiane dall’Unità a oggi, Rome, Viella, 2014, p. 73-86.

24 Lorsque la directrice soutient certaines ouvertures en faveur du divorce, on constate une hémorragie des abonnements : voir dans S. Franchini et S. Soldani éd., Donne e giornalismo, op. cit., p. 336.

25 Dans le volume de T. Stanton, The Woman Question in Europe, publié en 1884 à New York, Aurelia Cimino Folliero représentait la contribution italienne au débat.

26 A. Cimino Folliero, « L’indolenza in Italia e le donne italiane », La Donna (Venise), 1er janvier 1871.

27 Id., « L’indolenza in Italia e le donne italiane », La Donna (Venise), 5 février 1871 ; un jugement assez semblable à celui qu’avait exprimé quelque temps auparavant Jessie White Mario : J. White Mario, « La condizione sociale delle donne in Italia » (2 décembre 1869), dans I. Biagianti éd., La «Nuova Italia» nelle corrispondenze americane di Jessie White Mario (1866-1906), Florence, Centro editoriale toscano, 1999, p. 93.

28 A. Cimino Folliero, « Le italiane nella quistione femminile », Cornelia (Florence), 1er février 1873.

29 Sur ces thèmes, voir en particulier les réflexions développées par Silvana Patriarca, à partir de son essai « Italiani/Italiane », dans A. M. Banti, A. Chiavistelli, L. Mannori et al. éd., Atlante culturale del Risorgimento: lessico del linguaggio politico dal Settecento all’Unità, Rome, Bari, Laterza, 2011, p. 199-213.

30 A. Cimino Folliero, « Le italiane nella quistione femminile », art. cité.

31 Sur ces thèmes et sur les initiatives de M. Goegg, voir A. Anteghini, Parità, pace, libertà: Marie Goegg e André Léo nell’associazionismo femminile del secondo Ottocento, Gênes, Name, 1998, p. 53-55.

32 G. Bath, « Resoconto del discorso di Maria Goegg pronunciato il 24 luglio 1870 a Basilea », Le Droit des femmes, 7 août 1870, cité par A. Anteghini, Parità, pace, libertà, op. cit., p. 57.

33 G. A. Beccari, « La guerra », La Donna (Venise), 7 août 1870.

34 Loc. cit.

35 Id., « Il 24 giugno 1870 », La Donna (Venise), 3 juillet 1870.

36 E. Ostacchini, « Colla Prussia o con la Francia ? », La Donna (Venise), 7 août 1870.

37 Parmi les initiatives variées, la comtesse de Gasparin exhortait les femmes à s’interposer entre les deux nations belligérantes ; à Trévise, un comité de femmes se constitua et G. A. Beccari elle-même annonça qu’elle commençait une collecte de signatures : G. A. Beccari, « La contessa De Gasparin e le donne Trevigiane », La Donna (Venise), 4 décembre 1870.

38 [Una cittadina svizzera], « La missione della donna. Articolo tratto dal giornale Les États-Unis d’Europe e tradotto da G. A. Beccari », La Donna (Padoue), 18 octobre 1868.

39 Sur ces thèmes, voir M. Petricioli, D. Cherubini et A. Anteghini éd., Les États-Unis d’Europe : un projet pacifiste, Berne, Peter Lang, 2004.

40 M. Goegg, « Lettera e statuti dell’Associazione internazionale delle donne », La Donna (Padoue), 27 septembre 1868.

41 Après Le Droit des femmes, lié à l’Association pour le droit des femmes, Léon Richer, dit le père du féminisme, redonna vie au périodique avec Maria Deraismes sous le titre moins compromettant L’Avenir des femmes, en se focalisant sur l’acquisition de droits civils avant la citoyenneté politique. Sur cette expérience associative et journalistique, voir A. Jacquemart, « Une histoire genrée des mouvements suffragistes », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 133, 2017, p. 3-14 ; L. Klejman et F. Rochefort, « Le féminisme sous la Troisième République : 1870-1914 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 1, 1985, p. 8-11.

42 [s. n.], « Associazione internazionale femminile di Ginevra », La Donna (Venise), 13 février 1870. Le prénom de la veuve Varesi Garavaglia n’est pas précisé.

43 [s. n.], « Discorso pronunciato dalla signora Maria Goegg nella seduta del 27 marzo tenuta dall’Associazione internazionale delle donne in Ginevra », La Donna (Venise), 10 avril 1870.

44 Voir V. Grossi, Le pacifisme européen : 1889-1914, Bruxelles, Bruylant, 1994 ; L. D’Angelo, « Il pacifismo democratico italiano dalla fine dell’Ottocento alla prima guerra mondiale », dans O. De Rosa et D. Verrastro éd., Pensare il Novecento: fatti, problemi e idee di un secolo denso di suggestioni storiche, Rome, Bari, Laterza, 2013, p. 283.

45 G., « Fede e bellezza », La Donna (Padoue), 26 juillet 1868.

46 J. Ward Howe, « Appello alle donne dei due mondi », La Donna (Venise), 10 mai 1871.

47 G. A. Beccari, « Di un Congresso femminile per la Pace », La Donna (Venise), 25 avril 1873.

48 Fille d’un juge, auteure de poèmes et de romans, elle avait fondé une association avec laquelle elle entendait aider les familles des victimes de la guerre, mettre fin à la pratique du duel et œuvrer pour la solidarité internationale et la paix : voir A. Anteghini, Parità, pace, libertà, op. cit., p. 88-89.

49 E. Mariani, « Congresso femminile per la pace », La Donna (Venise), 10 juin 1873 ; Emilia Mariani sera une figure de proue du féminisme italien d’origine démocratique, qui s’ouvre ensuite au socialisme.

50 J. Ward Howe, « Festa della Pace », La Donna (Venise), 10 septembre 1873.

51 [s. n.], « La Solidarietà. Associazione per la difesa dei diritti delle donne », La Donna (Venise), 25 août 1872.

52 [s. n.], « Pubblicazioni estere », Cornelia (Florence), 16 août 1873.

53 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 septembre 1873.

54 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 juin 1873.

55 [s. n.], « Le donne innanzi al congresso internazionale », Cornelia (Florence), 16 décembre 1873.

56 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 mai 1874.

57 A. Cimino Folliero, « La donna e la pace », Cornelia (Florence), 16 juin 1874.

58 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 septembre 1873.

59 J. Jordan, Josephine Butler, Londres, Murray, 2001.

60 « Notizie e cose varie », Cornelia (Florence), 16 septembre 1873.

61 Sur la bataille abolitionniste en Italie, les ouvrages incontournables sont ceux de M. Gibson, Stato e prostituzione in Italia: 1860-1915, C. Soda trad., Milan, Il Saggiatore, 1995 et R. Macrelli, L’indegna schiavitù, op. cit. ; sur les divisions au sujet de la prostitution, voir L. Gazzetta, Giorgina Saffi: contributo alla storia del mazzinianesimo femminile, Milan, Franco Angeli, 2003.

62 « Cosa facciano le donne nel vecchio e nel nuovo continente », Cornelia (Florence), 16 juillet 1875.

63 Loc. cit.

64 « Notizie e cose varie », Cornelia (Florence), 16 juin 1876.

65 A. M. Mozzoni, « Sul regolamento sanitario della prostituzione. Lettera alla signora J. Butler », cité par R. Macrelli, L’indegna schiavitù, op. cit., p. 71.

66 Voir « Varietà », La Donna (Venise), 10 juin 1872.

67 G. A. Beccari, « Un dovere imprescindibile », La Donna (Venise), 25 mai 1875.

68 Née à Venise dans une famille bourgeoise aisée originaire de Trieste, elle s’est constitué, en autodidacte, un bagage culturel respectable qu’elle a cultivé toute sa vie, même après son mariage avec un officier civil autrichien, dont elle utilise le nom pour signer ses textes : O. Greco, Bibliobiografia femminile italiana, op. cit., à l’entrée « M. Frank » ; L. Pisano éd., Donne del giornalismo italiano: da Eleonora Fonseca Pimentel a Ilaria Alpi. Dizionario storico bio-bibliografico, secoli XVIII-XX, Milan, Franco Angeli, 2004, même entrée.

69 G. A. Beccari, « Diversità di pareri fra due distinti campioni dell’emancipazione femminile », La Donna (Venise), 10 juin 1874.

70 Conférencière dans des institutions culturelles prestigieuses, à l’intérieur et à l’extérieur du royaume, comme l’Ateneo Veneto de Venise, le Gabinetto letterario e scientifico de Gorizia et le Circolo filologico de Milan. Lors de la conférence Beatrice en 1890, M. Frank reprendra la parole pour défendre le lien profond entre la moralité et la littérature : M. Frank, « Connessione degli studi letterari colla morale: pensieri e desideri », dans A Beatrice Portinari nel VI centenario della sua morte. Il IX giugno MDCCCXC, Florence, Le Monnier, 1890, p. 194-212.

71 M. Frank, Mogli e mariti, Venise, Coen, 1872, p. 15.

72 Sur ce thème, voir les déclarations synthétiques mais claires de M. Barbagli, Comprare piacere: sessualità e amore venale dal Medioevo a oggi, Bologne, Il Mulino, 2020, p. 414-416.

73 M. Frank, « I comitati per l’abrogazione delle leggi sulla prostituzione e l’apostolato della signora Butler », La Donna (Venise), 25 mai 1875.

74 G. A. Beccari, « Una voce nel deserto », La Donna (Venise), 25 juillet et 10 août 1875.

75 M. Frank, « Della prostituzione considerata specialmente nei suoi rapporti colle leggi di polizia politica e sanitaria. Studio critico dell’avv. Antonio Veronese. Lettera a Gualberta Beccari », La Donna (Venise), 10 et 25 octobre 1875.

76 Id., « Una lettura del dott. E. Fazio, sull’abrogazione dei regolamenti di sorveglianza sulla prostituzione e sull’igiene pubblica », La Donna (Venise), 25 décembre 1875 et 10 janvier 1876.

77 G. A. Beccari, « Nota a M. Frank, “Una lettura del dott. E. Fazio” », ibid.

78 G. C. Saffi, lettre d’introduction à « Sunto di un discorso pronunciato da Giuseppina Butler a Sheffield in Inghilterra », La Donna (Venise), 10 et 25 octobre 1875.

79 M. Frank, « Una lettura del dott. E. Fazio », art. cité.

80 J. Ward Howe, « Varietà. Le italiane », La Donna (Venise), 25 octobre 1873.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liviana Gazzetta, « Relations et effets miroirs. Une décennie de féminisme italien dans une perspective internationale (1868-1877) », Laboratoire italien [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/6905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.6905

Haut de page

Auteur

Liviana Gazzetta

Institut pour l’histoire du Risorgimento italien, comité de Padoue • Liviana Gazzetta a soutenu sa thèse de doctorat en histoire sociale européenne à l’université Cà Foscari de Venise. Elle est professeure de lycée et a donné des cours d’histoire des femmes à l’université de Venise. Son activité de recherche s’est développée principalement dans le domaine de l’histoire des mouvements féminins à l’époque contemporaine. Sur ces thèmes, elle a publié divers articles et quelques monographies, dont notamment Orizzonti nuovi: storia del primo femminismo in Italia (1865-1925) en 2018. Elle est présidente de l’Institut pour l’histoire du Risorgimento italien de Padoue.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC 3,0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search