Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier« Gettiamo la semente comunista f...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

« Gettiamo la semente comunista fra le donne proletarie » : Compagna et la révolution

«Gettiamo la semente comunista fra le donne proletarie»: Compagna e la rivoluzione
Gettiamo la semente comunista fra le donne proletarie”: Compagna and the revolution
Barbara Meazzi

Résumés

Compagna, journal de quatre pages à quatre colonnes, paraît pour la première fois à Rome le 5 mars 1922. Il est conçu comme une tribune du bureau central du Parti communiste d’Italie pour les travailleuses, les ménagères, les ouvrières et les prolétariennes, et s’affiche donc, au moins au début, comme un instrument de propagande et de propagation de la révolution communiste. Il deviendra, très rapidement, un moyen de résistance antifasciste, avant de disparaître. Les rédactrices se disent convaincues du fait que la transformation de la condition féminine est profondément liée à celle du prolétariat, suivant l’exemple de la révolution russe. Cet article entend explorer les contenus de Compagna, et notamment analyser, outre l’idée de la coïncidence entre la résolution du problème féminin et la victoire du prolétariat, les moyens déployés pour sensibiliser les femmes, en semant en elles la graine révolutionnaire. Notre analyse se limite, chronologiquement, à la période 1922-1925.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 [s. n.], « Continuando… », Compagna, a. I, no 1, p. 1.

1Compagna, journal de quatre pages à quatre colonnes, paraît pour la première fois à Rome le 5 mars 1922. Il se présente comme « organo del partito comunista d’Italia per la propaganda comunista fra le donne » ; « esce la prima e la terza domenica del mese », lit-on encore dans l’oreille. Le graphisme en lettres capitales du titre, clairement un vocatif, accompagne et amplifie l’appel lancé aux travailleuses et aux prolétariennes, aux ouvrières et aux paysannes, par le parti : « ci assilla il problema della preparazione rivoluzionaria »1. L’interlettrage des glyphes est irrégulier ; leur hauteur est ascendante jusqu’au « P », puis descendante.

Figure 1. Manchette du journal Compagna

Figure 1. Manchette du journal Compagna
  • 2 N. Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : Clarté (1921-1928) », R (...)

2Le modèle, de toute évidence, se trouve être l’en-tête du journal Clarté2 :

Figure 2. Manchette du journal Clarté

Figure 2. Manchette du journal Clarté
  • 3 [s. n.], « Non aiutate i vostri nemici! », Compagna, a. I, no 1, p. 3.
  • 4 Renzo Martinelli indique qu’en 1924 Compagna avait 71 abonnés et était distribué dans 4606 points (...)

3Un exemplaire coûte 20 centimes, mais le prix de l’abonnement est plus intéressant : 5 lires pour un an, 2,50 lires pour un semestre et 1,25 lires pour un trimestre. Cela revient beaucoup moins cher qu’un abonnement à un quotidien « bourgeois » : « Quattro soldi al giorno, dati ad un giornale borghese, sono centoventi soldi al mese, cioè settantadue lire all’anno », lit-on en page 3 du premier numéro : « Tu dai settandue lire all’anno ai difensori dei tuoi padroni! »3. D’un point de vue strictement financier, l’argumentaire est imparable, mais évidemment le prix de vente est symbolique : malgré le prix raisonnable, en 1924 Compagna pouvait compter seulement sur 71 abonnés4, et sur des souscriptions de toute sorte, qui suffisent à peine à financer les frais d’impression, si l’on s’en tient aux appels incessamment lancés auprès du lectorat.

  • 5 C. Ravera, Diario di trent’anni, 1913-1943, Rome, Editori Riuniti, 1973, p. 99. Née à Acqui le 18  (...)
  • 6 Voir P. Spriano, Storia del Partito comunista italiano, vol. I : Da Bordiga a Gramsci, Turin, Eina (...)
  • 7 [s. n.], « Per la diffusione di Compagna », Compagna, a. I, no 1, p. 4.

4Le journal est conçu comme devant être une tribune du bureau central « per il lavoro tra le donne » dirigée, ainsi que l’affirme Camilla Ravera, par Ruggero Grieco5. Dans le premier numéro, tiré apparemment à 15 000 exemplaires6, on explique ainsi comment participer à la diffusion du journal, un devoir pour les camarades, hommes et femmes : il faut que Compagna puisse parvenir surtout aux travailleuses, aux femmes au foyer, aux ouvrières et aux prolétariennes, car « la stampa è il mezzo migliore per diffondere in mezzo alla massa lavoratrice l’idea ed il programma comunista »7. Compagna s’affiche donc, au moins au début, comme un instrument de propagation de la révolution communiste ; il deviendra, très rapidement, un moyen de résistance antifasciste, avant de disparaître.

  • 8 [s. n.], « Continuando… », art. cité.
  • 9 Ibid.
  • 10 F. Ferrero, Un nocciolo di verità, Milan, La Pietra, 1978, p. 15.

5Les rédactrices de Compagna se disent convaincues du fait que la transformation de la condition des femmes est profondément liée à celle du prolétariat, suivant l’exemple de la révolution russe : c’est la raison pour laquelle on veut atteindre directement les femmes, les prolétariennes, en leur parlant de sujets bien réels, sans s’égarer dans « le nubi della filosofia e della poesia »8. Si les femmes sont soumises, c’est parce qu’elles ont été éduquées dans les préjugés, religieux et politiques, « un misto di illogicità e di sentimentalismo che ha servito alla letteratura romantica come materia inesauribile per le costruzioni della fantasia dei poeti e dei romanzieri »9, au point qu’elles ne sont que peu habituées à l’effort mental du raisonnement. Autrement dit, et comme l’écrira Felicita Ferrero dans ses mémoires, il aurait mieux valu lire I promessi sposi d’Alessandro Manzoni que les romans de Carolina Invernizio ou ceux de Xavier de Montépin10.

  • 11 [s. n.], « Continuando… », art. cité.
  • 12 Née à Turin en 1899, Felicita Ferrero s’intéresse à la politique dès son plus jeune âge. Elle part (...)

6Suivant les orientations indiquées par Antonio Gramsci dans L’Ordine Nuovo, la littérature est investie d’un pouvoir particulier d’éducation à l’idée de révolte et de révolution, et c’est à ce pouvoir, à cette surenchère, que nous nous intéresserons ici, en nous interrogeant sur les moyens déployés, dans et par le journal, pour sensibiliser – ou séduire – les femmes, en semant en elles une graine révolutionnaire mais certainement pas féministe. « [S]ul problema femminile, accettammo la comoda tesi dei compagni che tutto si sarebbe risolto con il trionfo della dittatura del proletariato »11, écrivait F. Ferrero12 en commentant son voyage à Moscou lors du troisième congrès du Kominterm : comment éduquer efficacement les femmes à la révolution ? Comment leur faire accepter la coïncidence entre la résolution du problème féminin et la victoire du prolétariat ?

  • 13 N. Lenin, « L’emancipazione della donna », L’Ordine Nuovo, 17 janvier 1920, p. 271 ; le texte est (...)

La donna rimane, nonostante tutto, la schiava della casa. Le leggi emancipatrici non possono ancora nulla fare, poiché la donna resta assoggettata a tutti i piccoli lavori familiari che la incatenano alla cucina, alla camera dei figli e riducono la sua attività, rude e improduttiva, a una serie infinita e ferrea di minuscoli tormenti schiaccianti e bestiali.
Una vera emancipazione della donna, un vero comunismo, non potranno esistere fin quando il proletariato non prenda nelle sue mani e non organizzi la lotta contro la schiavitù domestica […].13

7Est-ce que la diffusion de la bonne parole de Lénine pouvait suffire à aider les femmes à se libérer et à sortir de leurs cuisines ?

  • 14 Le débat sur la différence entre féminisme et émancipationnisme touchera, partiellement, cette pér (...)
  • 15 Seules les archives du Parti communiste international possèdent une collection presque complète du (...)

8Après avoir présenté le périodique, à la fois politique et émancipationniste, mais pas vraiment féministe14, nous nous pencherons sur les contenus littéraires et les images choisies par la direction du journal dans un but pédagogique évident. En l’absence d’une collection complète de la publication, notre analyse se limitera, chronologiquement, à la période 1922-192515.

Figure 3. « Gettiamo la semente comunista fra le donne proletarie », Compagna, a. I, no 9, 25 juin 1922, p. 1

Figure 3. « Gettiamo la semente comunista fra le donne proletarie », Compagna, a. I, no 9, 25 juin 1922, p. 1

Debout, les damnées de la terre

  • 16 « un giornale proletario deve essere anonimo e non deve servire da vetrina a nessuno », écrira Gra (...)
  • 17 « Rita e io sistemiamo il nostro ufficio di redazione e amministrazione in una soffitta, dove prec (...)
  • 18 Un texte très virulent à l’encontre de La Difesa delle Lavoratrici est publié dans Compagna le 23  (...)
  • 19 T. Aracco, « La Compagna e La Difesa delle Lavoratrici », Compagna, a. I, no 2, 19 mars 1922, p. 2
  • 20 Voir R. Martinelli, Il Partito comunista d’Italia, 1921-1926, op. cit., p. 172-173.

9Dès le deuxième numéro, la direction du journal – assurée discrètement16 par C. Ravera, avec le support administratif de Rita Montagnana17 – entend se démarquer ouvertement de l’approche « réformiste » qui avait été celle de La Difesa delle Lavoratrici18. Le réformisme, lit-on, n’est qu’un leurre, et les femmes « sinceramente rivoluzionarie » doivent prendre conscience du fait que le problème féminin est étroitement lié au système capitaliste qu’il faut renverser19. C. Ravera reprend les arguments qu’elle avait déjà exposés dans L’Ordine Nuovo un an auparavant, dans son article « Il nostro femminismo », par lequel elle inaugurait la « Tribuna delle donne » que Gramsci lui avait confiée à partir de 1921 (et dont Compagna est issue20), et dans lequel elle insistait sur le fait qu’il vaut mieux ne pas se ranger du côté du féminisme :

  • 21 C. Ravera, « Il nostro femminismo », L’Ordine Nuovo, 10 mars 1921, dans Id., Diario di trent’anni, (...)

La questione femminile non è, per noi, soltanto una questione morale; né si deve pensare di risolverla con l’affermazione o la dimostrazione che la donna non è inferiore all’uomo, o con la richiesta dell’equiparazione dei due sessi, quale è intesa dal femminismo.21

  • 22 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo: donne comuniste nel ventennio fascista, Rome, Carocci, 1999, p. (...)
  • 23 R. G., « La “sottospecie” donna », Compagna, a. I, no 13, p. 1.

10La ligne éditoriale semble, dès lors, définie, et conformément aux souhaits du bureau politique du parti, on ne fera nullement référence à la presse féminine ou féministe contemporaine, en dehors de celle relevant de l’Internationale communiste22. D’ailleurs, nous l’avons souligné en exergue, Compagna se propose d’emblée comme « organo del partito comunista d’Italia per la propaganda fra le donne » ; il sera ensuite « quindicinale per la propaganda comunista fra le donne » et, au nom de ce principe, C. Ravera – et Compagna – gardera une certaine distance vis-à-vis du féminisme qui culpabilise l’homme prolétaire alors qu’il est, lui aussi, une victime du système économique et capitaliste, préférant parler d’émancipationnisme23. Elle notera, cinquante ans plus tard :

  • 24 C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 208.

Scorrendo, qualche tempo fa, alcuni numeri del modesto giornale Compagna, […], vi ho ritrovato la ricerca, lo studio, l’enunciazione dei principi che furono proposti allora, e restano oggi a fondamento della nostra lotta per l’emancipazione femminile: l’affermazione che la conquista del diritto al lavoro produttivo è premessa e condizione della prima indipendenza economica della donna, della sua prima conquista di libertà e dignità; il riconoscimento che la funzione materna ha utilità e valore sociale; e che ciò crea per la donna che lavora condizioni di differenza e non di inferiorità e minor diritto e impone alla società doveri e compiti precisi; l’indicazione che, per giungere a una effettiva e totale emancipazione della donna e all’attuazione dei conseguenti obblighi e compiti sociali, occorre la partecipazione diretta, consapevole, responsabile delle donne alla rivendicazione e alla costruzione di una società rinnovata nei suoi rapporti economici, sociali, familiari e umani; nei suoi giudizi di valore, nella sua cultura e nel suo costume.24

  • 25 Felicita Ferrero fait allusion, dans ses mémoires, à l’arrestation du secrétariat : F. Ferrero, Un (...)
  • 26 « […] continua molto saltuariamente la pubblicazione di Compagna – a volte come supplemento dell’U (...)

11Le journal paraît, du moins au début, deux fois par mois jusqu’en 1925, avec des interruptions assez longues entre 1923 et 192425, puis de manière de plus en plus discontinue entre 1929 et 193626. Même la numérotation des années est irrégulière : le numéro du 15 octobre 1924 porte l’indication « anno II, num. 10 », et le suivant, daté du 1er novembre 1924, « anno III, num. 3 ».

12La régularité des parutions est évidemment tributaire de la situation politique et des pressions, voire des exactions subies par la presse antifasciste. Au lendemain de la marche sur Rome, Compagna est la cible d’une attaque très violente :

  • 27 [s. n.], « Non disarmare, non rallentare, vigilare e prepararsi », Compagna, a. I, no 18, 12 novem (...)

La tipografia dell’Ordine Nuovo dove veniva pubblicato Compagna è stata occupata dalla forza pubblica. Il nostro giornale che era già pronto per andare in macchina non ha potuto essere stampato.
Compagna uscirà però ugualmente, ma per ora in formato molto ridotto.
Speriamo col prossimo numero di riprendere la normale pubblicazione.27

13Les exactions perpétrées par les fascistes n’épargnent pas les collaboratrices du journal :

  • 28 [s. n.], « La compagna Faraggiana aggredita dai fascisti », Compagna, a. I, no 18, 12 novembre 192 (...)

Il giorno 30 ottobre alla stazione con le sue bimbe la compagna Faraggiana di Forlì attendeva il treno delle 16,30 per Bologna. A un tratto i fascisti mobilitati la circondarono e la obbligarono a bere un bicchiere di olio di ricino. Non valsero le grida delle bimbe spaventate, la nostra compagna dovette berlo perché gli energumeni furono senza pietà.
Sugli angoli di strada i manifesti fascisti dicono: Siamo generosi con gli avversari inermi.28

14En raison des injonctions et des menaces, la cadence des parutions ne peut être assurée, et C. Ravera s’en plaint à Bruno Fortichiari :

  • 29 Cité dans P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 42.

[…] per tre volte ho fatto la Compagna senza che il giornale finisse per giungere alle lettrici, una volta fu sequestrato dalla polizia, le altre due volte subì la sorte del Lavoratore nel periodo delle sospensioni.29

  • 30 Voir R. Carrarini et M. Giordano éd., Bibliografia dei periodici femminili lombardi (1786-1945), M (...)
  • 31 Extrait du titre de la tribune du numéro du 1er novembre 1924 : «Stringiamoci attorno alle glorios (...)

15Compagna est publié d’abord à Rome, puis à Turin, ensuite à Milan, puis à nouveau à Rome30. D’un point de vue typographique, la revue ne contient rien de bien remarquable, en dehors de quelques illustrations, ce qui la différencie de L’Ordine Nuovo : il s’agit principalement de dessins de Cip (Pietro Ciuffo), de Käthe Kollwitz, une dessinatrice allemande de portraits expressionnistes très saisissants, ou de Rebelle (Gino Simonetti). Ces dessins servent à amplifier certains messages : c’est le cas, notamment, de celui que nous reproduisons ici, publié en première page du numéro du 1er novembre 1924, et qui montre à celles et ceux qui croient « alle gloriose bandiere della invincibile Rivoluzione russa che da sette anni combatte per la liberazione dei lavoratori di tutto il mondo »31 que le futur est radieux et resplendissant, alors qu’un ciel encore plein de nuages menace la famille au premier plan :

Figure 4. Compagna, a. III, no 3, 1er novembre 1924, p. 1

Figure 4. Compagna, a. III, no 3, 1er novembre 1924, p. 1

16Toutes ces images accompagnent donc les messages adressés aux travailleuses :

  • 32 C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 209.

Era una stampa […] qualche volta stampata da tipografi amici, più spesso con piccole macchine tipografiche installate in cantine o in abitazioni di compagni insospettati dalla polizia e dai fascisti, molte volte semplicemente ciclostilata, trasportata dai «corrieri», che spesso eran donne, diffusa di fabbrica in fabbrica, di casa in casa, di mano in mano; con un lavoro di cui le donne eran diventate particolarmente esperte, faticoso, tenace, rischioso. E che serviva a portare il nostro pensiero, la nostra critica ed opposizione al fascismo, fra la gente, la nostra azione di stimolo e di guida in ogni momento ed occasione di protesta e di lotta; ed aiutava a estendere, moltiplicare i contatti, i consensi, a procedere nella nostra azione. […] Questa azione minuta, paziente, tenace si sviluppò sempre anche per opera delle donne e numerose furono le compagne, e le semplici fedeli donne del popolo, che, nelle situazioni più difficili, vi partecipavano.32

  • 33 En réaction à la fermeture de L’Ordine Nuovo, les « ordinovisti » ont recours alors à la zincotypi (...)

17Contrairement à ce qui se produit pour L’Ordine Nuovo qui, pour continuer de paraître, à partir du mois de novembre 1922, doit être composé par zincotypie, Compagna semble avoir toujours été composé par linotypie33 ; si le journal ne paraît toutefois pas régulièrement, comme nous venons de le constater, c’est à cause des contrôles et des pressions politiques, mais aussi à cause de difficultés matérielles : le nombre des collaboratrices se révèle insuffisant, au fur et à mesure des arrestations et des entrées en clandestinité des principales rédactrices. Il ne faut pas non plus sous-estimer les difficultés économiques, la publication dépendant essentiellement des subventions versées par des lectrices et des lecteurs qui, par ailleurs, sont appelés à soutenir toute la presse communiste et prolétarienne.

  • 34 [s. n.], « Non disarmare, non rallentare, vigilare e prepararsi », art. cité.

Compagne lavoratrici,
la reazione tenta con tutti i mezzi di impedire la pubblicazione della stampa comunista, attraverso sacrifici senza nome noi riesciamo [sic] a farvi pervenire oggi la parola del Partito che solo rimane fermo, incrollabile a difendere gli interessi della classe proletaria. Per poter continuare a vivere Compagna ha bisogno di essere aiutata finanziariamente, ogni nostra lettrice faccia un piccolo sacrificio e mandi del denaro, anche solo poche lire; se vuole che il giornale non muoia, che continui la sua opera di proselitismo fra la massa operaia femminile.34

  • 35 Carlo Gagliazzo était entré au Parlement en 1921. Lors de la perquisition de la rédaction de L’Ord (...)

18Le nom du gérant change aussi fréquemment que le lieu de publication : tantôt il n’y a pas d’indication de nom, tantôt c’est Luigi Repossi (déjà directeur de La Voce comunista et de Rassegna comunista), puis c’est au tour de Carlo Gagliazzo35 et de Luigi Rossi.

  • 36 « Compagna, di cui avevo ripreso la pubblicazione: ne figurava direttore Platone, che ne curava l’ (...)

19Comme nous l’avons déjà indiqué, la direction du journal est assurée par C. Ravera, bien que son nom n’apparaisse qu’en tant que collaboratrice : c’est en tout cas à elle qu’il revient de résoudre les difficultés condamnant le périodique à une première fermeture, au cours de l’année 1923. Felice Platone, à l’époque secrétaire particulier d’A. Gramsci, figurera comme directeur du périodique à partir de la troisième année ; celui de C. Ravera disparaît, en revanche, dès qu’elle entre en clandestinité36, ce qui ne veut pas dire, néanmoins, qu’elle cesse de s’en occuper.

  • 37 À cela il faut ajouter Il fanciullo proletario, paru d’abord comme « numero unico » pendant l’été  (...)

20Dans le numéro du 25 septembre 1925, il est indiqué que Compagna a le même gérant que Lo Stato operaio, L’Ordine Nuovo et Il Seme, quindicinale dei contadini : une sorte de coopérative de la presse communiste, en somme, au sein de laquelle, vraisemblablement, circulent les textes, les traductions et les financements37.

  • 38 « Mi fu difficile ottenere collaborazioni: le compagne discutevano volentieri con me i temi che pr (...)
  • 39 Gaetana Recchia naît à Turin en 1889 et commence à travailler dès son plus jeune âge comme ouvrièr (...)
  • 40 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 45.
  • 41 T. Noce, « Le giovani lavoratrici », Compagna, a. I, no 5, p. 1.
  • 42 Une hésitation concerne le double c du nom de famille : dans Compagna, elle apparaît en tant que R (...)
  • 43 Née à Turin en 1893, elle est obligée de commencer à travailler sans avoir tout à fait terminé ses (...)

21Si le rôle de C. Ravera est fondamental dans la gestion du journal, d’autres collaboratrices acquièrent, au fur et à mesure des arrestations, une plus grande importance, malgré les réticences des femmes à s’investir dans la vie du journal, réticences que C. Ravera avait déjà remarquées à l’époque où elle tenait sa rubrique dans L’Ordine Nuovo38 : elle peut compter sur l’aide de Gaetana Recchia39, par exemple, qui assurera aussi, pour un temps, le rôle de gérante du journal, vraisemblablement pendant son premier voyage à Moscou40. À leurs côtés, et à côté d’anonymes et occasionnelles plumes féminines, d’autres représentantes illustres du Parti communiste d’Italie viennent étoffer, dans la mesure du possible, l’équipe de rédaction : nous avons déjà mentionné les noms de R. Montagnana et de F. Ferrero ; il arrive que Teresa Noce publie quelques textes41, ainsi qu’Adele Faraggiana, ou Rina Picolato42 ; essentiel et pourtant peu reconnu, nous le verrons plus loin, est le rôle de Pia Carena43, notamment pour les articles traduits du français, souvent empruntés de L’Ordine Nuovo.

22Au fil des mois et des numéros, la répression fasciste contraint la direction à occulter les noms des auteures des articles derrières des acronymes ou des initiales : ainsi, on voit apparaître des textes signés « o p.», « L. C. », « G. B. », ou bien « Natascia », « Il comitato femminile comunista di Reggio Emilia », « Un operaio », « Vittorio Comunello » (peut-être Gastone Sozzi, l’inventeur du personnage de Comunello dans Il fanciullo proletario) ; à leurs côtés, on aperçoit parfois la signature d’« Antonio Gramsci », « Bucharin », « Lenin », et d’autres figures du communisme international.

23Parfois les signatures sont tout à fait reconnaissables : c’est le cas pour Felicita F. – de toute évidence Felicita Ferrero – qui signe, par exemple, une très brève nouvelle parue dans la rubrique « Storie vere » du premier numéro de l’année 1925. L’histoire racontée est poignante : à la veille des fêtes de fin de l’année, les vitrines d’un magasin de jouets sont remplies de poupées merveilleuses destinées aux enfants des riches. Les enfants des pauvres n’ont pas même le droit de rêver à ce genre de jouets :

  • 44 Felicita F., « Storie vere. Capo d’anno », Compagna, a. IV, no 1, 1er janvier 1925, p. 3.

[la personcina emaciata…] è poco più alta dei bimbi che fanno corona alla vetrina, e guarda con meraviglia anche maggiore quei balocchi che non ha posseduto mai, e che una bambina, la quale già lavora, non può più osare di desiderare. […] Nessuno si cura di lei; le signore eleganti non avvertono l’ironia del contrasto e continuano ad ammirare la bambola «midinette»; e lei se ne va, trascinando le sue scarpe sdrucite troppo grandi per i suoi piedini: se ne va tra la folla col suo sguardo trasognato di bambina che sa già il dolore e la rassegnazione.44

24Cette touchante réécriture de La petite fille aux allumettes résonne dans une autre histoire publiée dans la même colonne et intitulée La voce del vento, où il est question, une fois de plus, du contraste entre les riches et les pauvres. La parole est donnée au vent d’hiver, à la fois tendre avec les enfants nantis, dormant paisiblement sous des couvertures chaudes et dans des maisons où les fenêtres sont bien fermées, et cruel vis-à-vis des indigents :

  • 45 o p., « La voce del vento », Compagna, a. IV, no 1, 1er janvier 1925, p. 3.

Io flagello il povero nel suo letto, penetro fin sotto le sue coltri, spengo il suo lumicino e mando l’acqua nel suo tugurio. Passo dalle imposte sgangherate e dai vetri rotti portandogli con le raffiche impetuose i reumi e le malattie dei polmoni; uccido i suoi bambini e minaccio di strappare il suo tetto.45

25Toutes les histoires racontées se veulent exemplaires : la foi dans le socialisme et dans la révolution est inébranlable, et seule la connaissance saura réconforter et libérer la femme du joug de la religion.

  • 46 Un’operaia, « Come divenni comunista », Compagna, a. I, no 5, 1er mai 1922, p. 1.

A diciassette anni uscii da una società religiosa alla quale appartenevo. A vent’anni avevo sostituito la fede perduta con la fede nel socialismo, unica dottrina capace di liberare dalle loro miserie le masse sfruttate.
Venne in seguito la guerra ed io sentii oscurarsi in me la mia speranza, perché vidi combattere proletari contro proletari, socialisti contro socialisti. Ma ripresi la mia fiducia quando, con l’affermarsi della Rivoluzione Russa, si costituì la 3 Internazionale che riunisce gli operai rivoluzionari di tutto il mondo. E mi iscrissi al Partito Comunista.
Non mai come ora che sono comunista ho sentito tanto dolorosamente di sapere troppo poco; ed ho riconosciuto la necessità di capire i principi ed il programma del comunismo della nostra rivoluzione; di conoscere precisamente i nostri doveri ed i nostri compiti di classe, per poter meglio servire la grande causa del proletariato.46

  • 47 Segretariato internazionale delle donne comuniste, « Il saluto dell’Internazionale alle Lavoratric (...)

26Dans le deuxième numéro de Compagna, le « secrétariat international des femmes communistes » signe un communiqué à l’intention des travailleuses d’Italie, en rappelant l’âpreté de la lutte contre la puissance de la classe bourgeoise après une guerre qui a affaibli les femmes du prolétariat. Le sort des enfants et de leurs mères est au cœur de la lutte, et l’engagement des femmes est par conséquent essentiel : « Le donne che oltre alle cure famigliari hanno anche ancora il peso del lavoro professionale, che crea il profitto del capitalista, saranno le prime a comprendere il vostro appello », exhorte-t-on. Et de conclure : « Ecco la nostra parola d’ordine: avanti per il comunismo! »47.

  • 48 F. Ferrero, « La donna e la casa », Compagna, a. I, no 2, 19 mars 1922, p. 3.
  • 49 [s. n.], « Il movimento femminile comunista in Italia », Compagna, a. I, no 2, 19 mars 1922, p. 4.
  • 50 Dans le numéro de Compagna du 6 juin 1922 est publié un article de « Alessandra » Kollontay, qui s (...)

27Dans le même numéro, F. Ferrero revient encore sur la crise économique provoquée par la guerre, et sur le fait qu’il appartient aux femmes de trouver le moyen de résister, en vendant par exemple certains objets, parfois superflus, qui rendaient la maison plus accueillante : « Le massaie credevano di aver una casa tutta loro, [une belle formule anticipant A Room of One’s Own que publiera Virginia Woolf en 1929] perché creata col lavoro, col sacrificio di ogni giorno »48. La misère n’épargne personne et c’est pourquoi il faut absolument que toutes les femmes rejoignent le mouvement. Par ailleurs, au-delà des questions économiques, il faut que les femmes s’emparent de leur propre sort et du sort de la condition féminine : toujours dans ce deuxième numéro, R. Montagnana souligne par exemple le fait que la femme ne devrait plus être « lo strumento fisico della riproduzione »49 ; dès lors, la prostitution sera, au moins pendant quelque temps, l’un des sujets de prédilection du journal50.

28En somme, lorsque les femmes auront pris conscience de leur situation et auront pris en main leur destinée, grâce notamment à l’instruction et à l’accès à une nouvelle culture fondée sur la libération de l’homme (et de la femme), une nouvelle époque commencera. Étant donnée la situation, toutefois, il fallait passer de la théorie à la pratique, comme en Russie.

Du passé faisons table rase

  • 51 A. P., « La violenza rivoluzionaria », Compagna, a. III, no 6, 15 décembre 1924, p. 2.

29Dans le numéro du 15 décembre 1924, « A. P. » s’interroge sur la possibilité, pour les femmes, d’avoir recours à la violence pour atteindre le but révolutionnaire, suivant l’exemple des femmes russes. Certaines femmes, lit-on, préfèrent sans doute une vie paisible et tranquille, ce qui veut dire qu’elles sont des adversaires du communisme. Or, pérore « A. P. », quand on est profondément convaincu que la cause pour laquelle on se bat est juste, on cesse d’abhorrer la violence et on fait la révolution. Reculer signifie rendre vaine la mort de douze millions de personnes, autant de victimes d’une guerre qui n’aura servi que les intérêts de la bourgeoisie. Certes, poursuit l’auteure, il aurait mieux valu faire la révolution en 1919-1920 ; les conditions sont devenues telles que seule la violence révolutionnaire, exercée temporairement, pourra renverser le régime : « non c’è altro mezzo per farla finita con la violenza di cui la borghesia si serve per tenere assoggettati i lavoratori. […] La violenza rivoluzionaria è temporanea; essa cessa quando i lavoratori sono diventati padroni delle loro sorti »51.

  • 52 La question de l’égalité salariale revient souvent, dès les premiers numéros de la revue : par exe (...)

30En Russie, où la révolution a abouti, écrit « A. P. », les femmes jouissent de tous leurs droits : elles ont notamment obtenu de meilleures conditions de travail à l’usine, l’égalité salariale52, la pleine liberté dans le choix de leur compagnon – l’indépendance économique leur permettant de se libérer de toute forme de sujétion au sein du mariage ; elles ont par ailleurs droit au divorce, et ont la possibilité de faire garder leurs enfants pendant les heures de travail. Une relation amoureuse basée sur le respect et l’estime réciproques permet un meilleur épanouissement dans le couple, ce qui contribuera indubitablement à l’éradication de la prostitution.

  • 53 R. Maier, « La donna nella Società Comunista (Raffronti e considerazioni di una donna nella Russia (...)

A Mosca io rimasi colpita dall’aspetto allegro e florido delle donne e dei bimbi. Eravamo nel 1921, all’inizio della grande carestia: eppure le fronti non erano accigliate, curve sotto il peso di assillanti preoccupazioni, precocemente rugose come quelle delle nostre proletarie; ma radiose di speranza e di fede.53

31Impossible de savoir qui est le véritable auteur de l’article, signé R. Maier, et sans doute traduit à partir d’une revue « sœur » de l’Internationale communiste, parmi celles que l’on présente dans un encart sur la même page. On aperçoit ainsi le titre de L’Ouvrière, la revue créée en 1922, dont le « logo », l’image d’une femme travaillant au tour, est repris assez régulièrement dans Compagna, ainsi qu’un certain nombre d’articles faisant état des actions entreprises par le mouvement féminin communiste en France :

  • 54 G. Charles, « La politica e la donna », Compagna, a. I, no 10, 23 juillet 1922, p. 1 : l’article, (...)

In Francia come in Russia, è col lavoro oscuro di centinaia di compagne, lavoro paziente e tenace, lavoro di mesi e di anni che la Rivoluzione potrà trionfare. Quando essa sarà fatta nel cuore e nello spirito delle operaie, essa sarà vicina ad effettuarsi anche sulla piazza.54

  • 55 E. P., « Donne eroiche. Luisa Michel », Compagna, a. I, no 12, 13 août 1922, p. 6.

32La dimension internationale est très importante dans Compagna, à plusieurs niveaux : elle se manifeste d’une part par la présence de textes de nature diverse traduits du français, de l’allemand et du russe en italien, et, d’autre part, par la présentation de figures féminines qui, comme Louise Michel55, ont eu un parcours exemplaire d’engagement au service de la cause révolutionnaire et féminine.

  • 56 Il Chiacchierone, « Chiacchierate. Per vivere », Compagna, a. II, no 6, 20 septembre 1923, p. 4.

Vi offriremo presto alcune riproduzioni di quadri della compagna Kaethe Kollwitz, la grande pittrice tedesca di cui parliamo oggi. E novelle di Magdeleine Marx, di Henry Barbusse, di Anatole France… […]
Sul movimento femminile internazionale avrete da noi informazioni complete.
Ed infine vi daremo costantemente notizia – cosa che vi sarà particolarmente gradita – delle compagne che la reazione ha cacciato nelle galere.56

  • 57 [s. n.], « La pittrice Kaethe Kollwitz », Compagna, a. II, no 6, 20 septembre 1923, p. 3.

33En effet, dans la page précédente, un article non signé est consacré à Käthe Kollwitz57, une des artistes, lit-on, parmi les plus importantes du prolétariat. Son art exprime la souffrance des subalternes et l’encouragement à la lutte ; son tableau consacré à la mort de Karl Liebknecht est une œuvre extraordinairement saisissante. K. Kollwitz, conclut-on, est à la fois une grande artiste et un guide pour le prolétariat allemand, avec Clara Zetkin, dont très régulièrement on distille, dans Compagna, des extraits de discours prônant la révolution.

  • 58 [s. n.], [sans titre], Compagna, a. I, no 8, 11 juin 1922, p. 2.

Solo la rivoluzione mondiale, giustiziere supremo, sarà in grado di liquidare ciò che è l’eredità della guerra imperialista: miseria, decadimento intellettuale e morale, mali e sofferenze, provocati dal completo fallimento dell’economia capitalista.58

  • 59 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 195 et suiv.

34Avec Alexandra Kollontay, Rosa Luxembourg et Nadejda Kroupskaïa, C. Zetkin est le modèle féminin proposé en 1921 dans L’Ordine Nuovo et repris à présent dans Compagna59.

  • 60 F. Ferrero, Un nocciolo di verità, op. cit., p. 38-39.
  • 61 C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 121.

35La délégation italienne qui participe au troisième congrès de l’Internationale communiste a d’ailleurs la possibilité de rencontrer toutes ces femmes : F. Ferrero se dit fortement impressionnée par A. Kollontay, qui avait tenu tête à Trotski et qui connaissait le russe, le français, l’anglais et l’allemand60. Quant à C. Ravera, déléguée au quatrième congrès, elle aura la possibilité de voyager en train depuis l’Allemagne pour la Russie avec C. Zetkin, et de discuter longuement avec celle qui était la dirigeante du secrétariat international féminin. Par ailleurs, à Berlin, C. Ravera a la possibilité de participer à une réunion du comité féminin et de nouer des contacts « utili al nostro lavoro in Italia fra le donne »61.

  • 62 [s. n], « Figure di rivoluzionarie russe. Nastia Mamaeva », Compagna, a. I, no 10, 23 juillet 1922 (...)

36À côté de ces personnages que l’on mythifie de leur vivant, on présente dans Compagna des parcours de figures exemplaires d’abnégation. C’est notamment le cas de Nastia Mamaeva, condamnée à mort en 1906 à la suite de l’insurrection de Kronstadt, et dont le discours, publié dans le numéro du 23 juillet 192262, circule également sous forme de carte postale dès les années 1910 :

Figure 5. Carte postale « Nastia Namaeva », recto (collection privée)

Figure 5. Carte postale « Nastia Namaeva », recto (collection privée)

Figure 6. Carte postale « Nastia Namaeva », verso (collection privée)

Figure 6. Carte postale « Nastia Namaeva », verso (collection privée)
  • 63 Cela n’empêche pas une ferme dénonciation de la violence morale que subissent les femmes prolétari (...)

37N. Namaeva est en fait une martyre qui s’est immolée non pas pour le Christ, mais pour le « Parti » : pourtant le chemin est le même, du moins symboliquement, et l’éducation révolutionnaire des femmes communistes emprunte exactement les mêmes motifs et les mêmes éléments que le discours religieux63. Le bonheur n’est pas forcément dans ce monde, promettait l’Immaculée Conception à Bernadette Soubirous en 1858 : le bonheur communiste existe en Russie et, s’il n’est pas de ce monde en Italie, il adviendra ; c’est pourquoi toutes les camarades sont appelées à vouer leur corps et leur âme à la lutte finale et à s’immoler, s’il le faut.

38Une certaine importance est accordée aux écrits de la Française Magdeleine Marx, qui jouxtent ceux d’Henri Barbusse extraits de Clarté, ou les nouvelles de Maxime Gorki, Ivan Tourgueniev, Heinrich Heine, Pierre Kropotkine, Léon Tolstoï. Souvent apparaissent des poèmes de Walt Whitman et surtout de Marcel Martinet, appelant les lectrices de Compagna (et, auparavant, les lecteurs de L’Ordine Nuovo) au soulèvement. Des nouvelles d’inconnues aspirantes écrivaines parviennent également à la rédaction :

  • 64 Il Chiacchierone, « Chiacchierate. Se io fossi la direttrice », Compagna, a. II, no 7, 1er novembr (...)

Noi contiamo, e molto, nella loro collaborazione; ma, se fosse possibile, io vorrei che questo loro contributo di idee, di fede, di combattività, non si riducesse – ahimè – a qualche novella o, per colmo di sventura, a qualche poesia.
Avviene infatti questo: mentre le operaie nelle loro lettere piene di fede e di sentimento, ci fanno sentire qual è il loro stato d’animo […] alcune lettrici […] pensano di aver fatto il loro dovere quando ci abbiano mandato i risultati delle loro esercitazioni letterarie. Mi piovono sul tavolo novelle coi titoli più inverosimili, bozzetti truci, sedicenti sonetti […]. C’è tanto da fare! Il tempo speso per scrivere un’orribile novella od una obbrobriosa poesia basterebbe a fare una diligente indagine sulle condizioni di lavoro o di vita di una categoria d’operaie […]. Compagna non è una palestra di ginnastica letteraria […].64

39Les observations du Chiacchierone (le potinier) sont assez cocasses mais, évidemment, le journal ne consacre que peu de place aux nouvelles pseudo-littéraires rédigées par des lectrices, préférant donner la voix aux témoignages portant sur les actions politiques entreprises par les comités féminins dans toutes les régions de la Péninsule.

40La tribune est aussi toujours ouverte aux collaboratrices étrangères, comme A. Kollontay, qui propose dans un article d’organiser le travail domestique comme n’importe quelle autre activité rémunérée :

  • 65 A. Kollontay, « I lavori della casa », Compagna, a. I, no 20, 17 décembre 1922, p. 1.

[…] la donna ha diritto di assicurarsi quanto l’uomo l’indipendenza economica; non sarà più assorbita dalle faccende domestiche; ma questo lavoro sarà compiuto in gran parte da speciali categorie di operaie, le quali non avranno altro; e sarà metodicamente organizzato come tutte le altre attività e funzioni sociali. Ogni donna, rientrando nella sua casa dopo il lavoro, non dovrà più estenuarsi a pulire, a lavare, a stirare, a cucire, a rattoppare, a cucinare; ma potrà consacrare il suo tempo ai suoi cari, o ad occupazioni e distrazioni tali da migliorare, elevare ed intensificare la sua vita spirituale. La società comunista libererà la donna dalla opprimente schiavitù domestica, e per render la sua vita più ricca, più completa, più libera e più lieta.65

  • 66 R. G., « La sottospecie donna », Compagna, a. I, no 13, 27 août 1922, p. 1.

41La lutte des femmes doit se déployer sur plusieurs niveaux : la lutte des classes – les prolétaires contre les bourgeois – ; la lutte contre le fascisme, qui va devenir une sourde résistance ; la lutte pour la libération des femmes de l’esclavage domestique. La « sous-espèce » femme, écrit « R. G. », a été créée par les régimes politiques et économiques du passé : quand le prolétariat aura renversé le capitalisme, la femme sera sauvée, à l’instar de l’espèce humaine des travailleurs. Au nom de ce principe, il faut éviter à la fois d’emprunter certaines formules un peu simplistes proposées par le féminisme, et d’opposer les hommes aux femmes : si opposition il y a, elle concerne les prolétaires – hommes, femmes, vieux et jeunes – et les bourgeois66.

Le soleil brillera toujours

42Le nombre d’articles traduits augmente au fur et à mesure que la répression fasciste s’intensifie et que les arrestations des dirigeants du parti se multiplient : c’est probablement grâce au travail accompli, auparavant, par P. Carena au sein de L’Ordine Nuovo que Compagna peut continuer à boucler ses numéros.

  • 67 G. Bergami, « Pia Carena », Belfagor, vol. XXXV, no 5, 1980, p. 533-546.

43Nous avons déjà souligné la circulation de certains articles et de certains textes, qui passent d’une revue à l’autre, d’un journal à l’autre. Aussi, l’on publie dans Compagna, avec un certain décalage, des textes parus précédemment dans L’Ordine Nuovo. Ce travail incessant de transfert de matériaux se fait vraisemblablement grâce à P. Carena, dont le nom n’apparaît pourtant que rarement dans les histoires du Parti communiste d’Italie, tout au plus en note de bas de page. Son dévouement généreux permet la publication de la plupart des articles en traduction italienne, lesquels circulent de L’Ordine Nuovo à Compagna (et ailleurs). Malgré sa ténacité, P. Carena demeurera dans l’ombre, comme la plupart des « flamants roses » qui pourtant s’affairent dès les années 1920 autour de l’engagement antifasciste : « Non si sminuisce il valore della testimonianza di Pia Carena, se si afferma che il suo ruolo storico non è quello di un protagonista », écrira Giancarlo Bergami dans un article paru dans Belfagor en 198067. P. Carena n’est qu’une « secrétaire dactylo », en effet, et en tant que telle, elle ne paraît pas être censée avoir eu un rôle de protagoniste, surtout que le substantif ne se décline qu’au masculin, « un protagonista ».

  • 68 Ibid., p. 538.

44Très attirée par le monde littéraire, et tout particulièrement par la poésie italienne moderne et contemporaine, P. Carena commence, dès son plus jeune âge, une activité de lecture, suivie ensuite d’une intense activité de traduction. Elle connaît bien la langue et la littérature françaises : elle apprécie Émile Zola, Anatole France, puis – étant donné le développement de sa prise de conscience politique – Romain Rolland68.

  • 69 A. Dal Pont, A. Leonetti et M. Massara, Giornali fuori legge, op. cit., p. 46 et suiv.
  • 70 G. Bergami, « Pia Carena », art. cité, p. 539.
  • 71 [s. n.], « Una donna all’Ordine Nuovo », Rinascita, a. XXVI, no 17, 25 avril 1969, p. 17-18. Dans (...)

45Fin 1917, P. Carena commence à travailler pour l’Avanti! en tant que secrétaire et sténographe. C’est ici qu’elle entreprend et achève son apprentissage journalistique et politique, qui l’amènera ensuite à collaborer avec Gramsci et L’Ordine Nuovo. Elle travaillera, nous l’avons vu, comme sténodactylographe, administratrice et aussi traductrice69. « Ella aveva gusto letterario, sapeva tradurre bene, in modo da soddisfare, forse pienamente, le esigenze filologiche di Gramsci: lavoro imponente per la quantità di pubblicazioni, documenti ed anche corrispondenze, che provenivano dalla Francia all’Ordine Nuovo »70. C’est donc elle qui trie et traduit les textes qui, à partir de L’Ordine Nuovo, irradient l’univers des revues communistes, notamment des extraits de journaux français tels que Clarté, La Vie ouvrière, L’Humanité. C’est elle, enfin, qui envoie aux rédactions étrangères les textes traduits en français depuis l’italien71. C’est peut-être elle qui, sous le pseudonyme de Margherita Gomi, signe un article sur la revue Il fanciullo proletario, dans lequel est évoquée l’importance de la littérature dans la formation des esprits :

  • 72 M. Gomi, « Donne lavoratrici Il fanciullo proletario è il giornale dei vostri bimbi », Compagna, a (...)

Il Corriere dei Piccoli ha non poca parte nell’imbottimento dei cervelli dei nostri fanciulli. Esso dà loro una educazione borghese Non solo. Ma li «americanizza» (ché l’americanismo è la quintessenza del patriottismo italiano) con le sue vignette di mostriciattoli e di pescicani dalla larga mascella con le illustrazioni a base di camicie e di diavoli neri e con il suo tipo d’eroe: il birro.
La nuova generazione borghese è priva di gusto, è romantica, è barbara. Ancora vent’anni fa, il fanciullo leggeva Salgari (il quale ha dei romanzi bellissimi, specialmente nella serie indiana e in quelli dei Corsari), e il suo eroe era costantemente un pirata, un filibustiere, un brigante: cioè sempre un oppresso. Quando una squadra di monelli giocava «ai ladri» avvenivano delle risse, perché nessuno voleva fare il carabiniere. Osservate oggi i giochi dei ragazzi. Essi sognano, a occhi chiusi e a occhi aperti, stratagemmi e imprese di polizia. Ma tutti parteggiano sempre per il poliziotto.72

  • 73 [s. n.], « Prendi il fucile! », Compagna, 1er août 1929, p. 1.

46Le temps est venu, malgré tout et malgré les principes qui avaient animé la résistance pacifiste des prolétariens et des prolétariennes, d’embrasser les armes. « Prendi il fucile », exhorte Compagna dans son numéro du mois d’août 1929 : « La guerra si combatte con armi adeguate. Alla guerra si risponde con la guerra. Alla guerra imperialista si risponde con la guerra civile »73. Deux ans plus tard, le journal, qui propose dans son oreille droite, à côté du titre, de défendre l’Union soviétique en tant que seule et unique patrie du prolétariat, s’adresse aux femmes en leur rappelant que le fascisme exploite les subalternes et, surtout, s’apprête à partir en guerre, et la guerre est le fascisme. « Ma le donne lavoratrici non si lascieranno più ingannare », écrit-on, peut-être de manière un peu anachronique, ou simplement par prudence : certes, la guerre menace les prolétaires, mais les exactions commises par le régime fasciste à l’égard des opposants, hommes et femmes, sont en train d’atteindre leur paroxysme.

  • 74 [s. n.], « Le donne proletarie combatteranno a fianco dei loro fratelli contro la reazione e contr (...)

47Il n’en demeure pas moins que face à la répression et à la violence des fascistes, seule la foi en la naissance d’un monde meilleur et plus juste permettra de résister. Pour nourrir cette foi, il faut que les prolétaires, hommes et femmes désormais unis, soient conscients du fait que l’on peut renaître de la mort : « noi […] siamo l’avanguardia della novella civilità »74. « La lutte finale sera le genre humain », ainsi que le chante L’Internationale, « la terre n’appartient qu’aux hommes » : les femmes, ces « flamants roses » laissés pour compte, même dans le chant, auront du mal à se redresser et à poursuivre leur envol. Suivant les souhaits de la Troisième Internationale, il faudra, dès 1931, mettre un terme à toutes les formations féminines :

  • 75 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 46.

Non vi deve essere nessuna formazione di carattere femminile. Essa rappresenterebbe un pericolo di deviazione femminista nelle fila del nostro partito. Vi è una classe operaia sola, che comprende nel suo seno uomini e donne, ugualmente oppressi, ugualmente sfruttati.75

  • 76 Voir l’article de L. Fournier-Finocchiaro, « Anarchismo e femminismo nelle riviste La donna libert (...)

48L’Internationale sera donc le genre humain. Ainsi, la voix des femmes communistes italiennes, cette voix qui aurait pu tenter d’exprimer sa singularité au sein d’un mouvement plus vaste de lutte pour l’émancipation, s’éteint d’elle-même, et non seulement à cause de la répression fasciste. Les camarades de Compagna auraient pu essayer de poursuivre le chemin du radicalisme ouvert par exemple par les anarchistes76, peu soucieuses des questions liées au suffrage universel et très préoccupées, en revanche, par les conditions de vie et de travail des femmes.

Figure 7. Rebelle, sans titre, Compagna, a. III, no 4, 15 novembre 1924, p. 1

Figure 7. Rebelle, sans titre, Compagna, a. III, no 4, 15 novembre 1924, p. 1

49La femme qui pourtant se levait et montrait la voie à la multitude des travailleurs devra descendre de sa tribune pour rentrer dans le rang ou se mettre de côté pour laisser passer la foule.

Haut de page

Notes

1 [s. n.], « Continuando… », Compagna, a. I, no 1, p. 1.

2 N. Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : Clarté (1921-1928) », Revue française de science politique, 17ᵉ année, no 3, 1967, p. 484-519 ; A. Cuénot, « Clarté (1919-1928) : du refus de la guerre à la révolution », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 123, 2014, p. 115-136.

3 [s. n.], « Non aiutate i vostri nemici! », Compagna, a. I, no 1, p. 3.

4 Renzo Martinelli indique qu’en 1924 Compagna avait 71 abonnés et était distribué dans 4606 points de vente, situés surtout au nord de l’Italie : R. Martinelli, Il Partito comunista d’Italia, 1921-1926, Rome, Editori Riuniti, 1977, p. 365-366.

5 C. Ravera, Diario di trent’anni, 1913-1943, Rome, Editori Riuniti, 1973, p. 99. Née à Acqui le 18 juin 1889, Camilla Ravera s’installe à Turin à partir de 1908 et travaille comme enseignante. Elle entre rapidement en contact avec Antonio Gramsci, adhère au Parti socialiste puis, à partir de 1921, elle participe à la fondation du Parti communiste. Elle fera partie de la rédaction de L’Ordine Nuovo et sera l’un des membres les plus importants du parti. Arrêtée en 1930, elle est condamnée à 15 ans de prison ; en 1936 elle est envoyée au confino, d’abord à Montalbano Jonico, puis à San Giorgio Lucano (elle en parle dans le documentaire d’Ermanno Olmi de 1974 intitulé L’opposizione al Fascismo, en ligne : [https://www.youtube.com/watch?v=Mqto_SLdzNI], ensuite à Ponza, puis à Ventotene. En 1941, elle est expulsée du parti, avec Umberto Terracini, parce qu’elle était opposée au pacte Molotov-Ribbentrop, mais sera réintégrée à la fin de la guerre. Dès 1948, elle est élue députée ; en 1982, Sandro Pertini la nomme sénatrice à vie. Elle a été membre de l’UDI (Unione Donne Italiane). Elle meurt à Rome en 1988.

6 Voir P. Spriano, Storia del Partito comunista italiano, vol. I : Da Bordiga a Gramsci, Turin, Einaudi, 1971, p. 170. Selon Patrizia Salvetti, le tirage était de 5 000 exemplaires : P. Salvetti, La stampa comunista da Gramsci a Togliatti, Milan, Guanda, 1975, p. 37.

7 [s. n.], « Per la diffusione di Compagna », Compagna, a. I, no 1, p. 4.

8 [s. n.], « Continuando… », art. cité.

9 Ibid.

10 F. Ferrero, Un nocciolo di verità, Milan, La Pietra, 1978, p. 15.

11 [s. n.], « Continuando… », art. cité.

12 Née à Turin en 1899, Felicita Ferrero s’intéresse à la politique dès son plus jeune âge. Elle participe aux grèves contre la guerre, puis entre à L’Ordine Nuovo en 1919. Arrêtée, elle est condamnée à six ans de réclusion dans la prison de Trani. Elle revient à Turin en 1932, mais elle s’enfuit aussitôt à Paris. À cause d’importants soucis de santé, elle choisit d’aller se faire soigner à Moscou, et commence à travailler comme journaliste. Elle revient en Italie en 1946 et travaille dans la rédaction de L’Unità ; de plus en plus critique vis-à-vis du Parti communiste, elle le quitte en 1957, après les événements de Hongrie. Elle meurt à Turin en 1984.

13 N. Lenin, « L’emancipazione della donna », L’Ordine Nuovo, 17 janvier 1920, p. 271 ; le texte est très partiellement repris dans Compagna, a. IV, no 3, 1er mars 1925, p. 1.

14 Le débat sur la différence entre féminisme et émancipationnisme touchera, partiellement, cette période : voir le travail de P. Wilson, « Confusione terminologica: “femminismo” ed “emancipazionismo” nell’Italia liberale », Italia contemporanea, no 290, 2019, p. 209-229.

15 Seules les archives du Parti communiste international possèdent une collection presque complète du journal, dont les index sont disponibles en ligne : [https://www.international-communist-party.org/Indices/ICompagn.htm#1925] (consulté le 28/04/2021). Je les remercie de m’avoir envoyé sous forme numérisée les quarante numéros disponibles (1922-1925) ; je remercie également la Biblioteca universitaria Alessandrina de Rome de m’avoir gracieusement envoyé le numéro 1 du journal. Je signale, à toutes fins utiles, que les indications fournies par l’OPAC SBN ne correspondent pas forcément à la réalité. La Bibliothèque nationale de Brera, à Milan, ne possède pas le premier numéro et la Bibliothèque nationale centrale de Florence non plus, le numéro faisant partie des ouvrages endommagés lors de l’inondation de 1966.

16 « un giornale proletario deve essere anonimo e non deve servire da vetrina a nessuno », écrira Gramsci dans l’article « Un giornale in liquidazione, un partito alla deriva: intermezzo semiserio », L’Unità, 16 septembre 1925, cité dans M. L. Righi, « L’Edizione nazionale degli scritti di Antonio Gramsci. Vecchi problemi e nuove acquisizioni: gli Scritti 1910-1926 », Laboratoire italien, no 18, 2016. En ligne : [http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1094] (consulté le 05/05/2021).

17 « Rita e io sistemiamo il nostro ufficio di redazione e amministrazione in una soffitta, dove precedentemente aveva abitato Teresa Noce. C’è una branda che trasformiamo in divano, un tavolo, qualche sedia, un baule che momentaneamente può sostituire un armadio, e una piccola stufa che fortunatamente in quel momento non occorre accendere. E là incominciamo il nostro lavoro », C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 117. Rita Montagnana naît à Turin en 1895 dans une famille juive ; elle a deux sœurs, Clelia et Elena, et un frère, Mario. Elle commence à travailler à l’âge de 14 ans, après la mort de son père, en tant que couturière, et participe aux premières grèves des couturières turinoises. En 1914, elle devient secrétaire de l’association féminine La Difesa, et entre au Parti socialiste en 1915. Elle participe à la fondation du Parti communiste en 1921. En 1924, elle se marie avec Palmiro Togliatti. Très engagée dans l’organisation des réseaux de résistants depuis Paris, à partir de 1934 elle est appelée à Moscou avec P. Togliatti, où elle suivra les cours de l’École léniniste. Après un séjour en Espagne pendant la guerre civile, elle repart à Moscou avec P. Togliatti, avant de rentrer en Italie en 1944. Très engagée dans la défense des droits des femmes, elle siège au Sénat de la République de 1948 à 1953. Elle sort de la scène politique autour de 1956 et meurt à Turin en 1979. Très active dans Noi donne, elle publie un certain nombre de textes sur la condition féminine, notamment La famiglia, il divorzio, l’amore (1945). Sur son divorce et sur l’histoire politique et privée de sa séparation de P. Togliatti, voir A. Tonelli, Gli irregolari: amori comunisti al tempo della Guerra fredda, Rome, Bari, Laterza, 2014, p. 60 et suiv.

18 Un texte très virulent à l’encontre de La Difesa delle Lavoratrici est publié dans Compagna le 23 juillet 1922 : il est intitulé « Civetterie piccolo-borghesi » et n’est pas signé. Sur La Difesa delle Lavoratrici, nous renvoyons à l’article de Fiorenza Taricone présent dans ce dossier et, plus largement, à l’ouvrage d’Antonella Cagnolati et Tiziana Pironi : Cambiare gli occhi al mondo intero: donne nuove ed educazione nelle pagine de «L’Alleanza» (1906-1911), Milan, Unicopli, 2006. Voir aussi L. Gazzetta, Orizzonti nuovi: storia del primo femminismo in Italia (1825-1925), Rome, Viella, 2018, et tout particulièrement le dernier chapitre, p. 195-225.

19 T. Aracco, « La Compagna e La Difesa delle Lavoratrici », Compagna, a. I, no 2, 19 mars 1922, p. 2.

20 Voir R. Martinelli, Il Partito comunista d’Italia, 1921-1926, op. cit., p. 172-173.

21 C. Ravera, « Il nostro femminismo », L’Ordine Nuovo, 10 mars 1921, dans Id., Diario di trent’anni, op. cit., p. 97. L’article, comme le rappelle C. Ravera, sera repris et développé à nouveau dans L’Ordine Nuovo le 6 avril 1922. Voir également Id., Breve storia del movimento femminile in Italia, Rome, Editori Riuniti, 1978.

22 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo: donne comuniste nel ventennio fascista, Rome, Carocci, 1999, p. 42. L’ouvrage de P. Gabrielli est et reste une référence fondamentale.

23 R. G., « La “sottospecie” donna », Compagna, a. I, no 13, p. 1.

24 C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 208.

25 Felicita Ferrero fait allusion, dans ses mémoires, à l’arrestation du secrétariat : F. Ferrero, Un nocciolo di verità, op. cit., p. 48-49.

26 « […] continua molto saltuariamente la pubblicazione di Compagna – a volte come supplemento dell’Unità o del Bollettino di partito – in occasione di giornate di significato particolare, come l’8 marzo, la festa della donna, o il 1o agosto, la giornata internazionale contro la guerra », P. Salvetti, La stampa comunista da Gramsci a Togliatti, op. cit., p. 58. La première page des deux numéros du 1er août 1929 et d’août 1931 est reproduite dans A. Dal Pont, A. Leonetti et M. Massara, Giornali fuori legge: la stampa clandestina antifascista, 1922-1943, Rome, Associazione Nazionale Perseguitati Politici Italiani Antifascisti, 1964, pl. 36. Je remercie Giuseppe Cospito et Jean-Yves Frétigné de m’avoir mis en contact avec Maria Luisa Righi, qui m’a signalé cet ouvrage précieux.

27 [s. n.], « Non disarmare, non rallentare, vigilare e prepararsi », Compagna, a. I, no 18, 12 novembre 1922, p. 1.

28 [s. n.], « La compagna Faraggiana aggredita dai fascisti », Compagna, a. I, no 18, 12 novembre 1922, p. 1. Le dessin d’une femme que les fascistes obligent à boire de l’huile de ricin est publiée à la une dans le numéro 16 du 8 octobre 1922.

29 Cité dans P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 42.

30 Voir R. Carrarini et M. Giordano éd., Bibliografia dei periodici femminili lombardi (1786-1945), Milan, Editrice Bibliografica, 1993, p. 60.

31 Extrait du titre de la tribune du numéro du 1er novembre 1924 : «Stringiamoci attorno alle gloriose bandiere della invincibile Rivoluzione russa che da sette anni combatte per la liberazione dei lavoratori di tutto il mondo» ; l’article n’est pas signé.

32 C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 209.

33 En réaction à la fermeture de L’Ordine Nuovo, les « ordinovisti » ont recours alors à la zincotypie, un procédé de photogravure par l’eau-forte, associé à de l’encre. Pia Carena, sténo-rédactrice, recopiait à la machine à écrire les textes composés en colonnes qui étaient ensuite mis en page avec de la colle et au pinceau. Les titres, en revanche, étaient écrits à la main. Les feuilles du journal étaient ensuite amenées à divers typographes qui en réduisaient le format ; les feuilles étaient ensuite imprimées avec une presse plate. Voir A. Dal Pont, A. Leonetti et M. Massara, Giornali fuori legge, op. cit., p. 46-48.

34 [s. n.], « Non disarmare, non rallentare, vigilare e prepararsi », art. cité.

35 Carlo Gagliazzo était entré au Parlement en 1921. Lors de la perquisition de la rédaction de L’Ordine Nuovo le 30 octobre 1922, il avait été appelé afin de s’opposer, en tant que député, aux abus de la police : A. Leonetti, « L’Ordine Nuovo clandestino (4 novembre-16 dicembre 1922) », Belfagor, vol. XXXI, no 2, 1976, p. 121-133.

36 « Compagna, di cui avevo ripreso la pubblicazione: ne figurava direttore Platone, che ne curava l’impaginazione; il mio nome non doveva apparirvi, dato il mio lavoro nella segreteria clandestina del partito », C. Ravera, Diario dei trent’anni, op. cit., p. 199.

37 À cela il faut ajouter Il fanciullo proletario, paru d’abord comme « numero unico » pendant l’été 1922 (dans Compagna la parution est annoncée dans le numéro du 25 juin 1922), puis comme journal bimensuel pour enfants, dirigé par Gaetano Sozzi à partir du 10 septembre 1922. Une reproduction du premier numéro, où apparaissent, en dernière page, Fasciolino, Comunello et Proletino, dessinés par Rebelle, est accessible en ligne : [https://www.aptresso.org/www.aptresso.org/archivio---il-fanciullo-proletario-n-1-1922.html] (consulté le 05/05/2021). Comunello prend la défense de Proletino, à qui Fasciolino a volé les jouets. En première page, en revanche, l’histoire de Don Procopio, un prêtre plutôt pingre. Voir J. Meda éd., Falce e fumetto: storia della stampa periodica socialista e comunista per l’infanzia in Italia (1893-1965), Florence, Nerbini, 2013.

38 « Mi fu difficile ottenere collaborazioni: le compagne discutevano volentieri con me i temi che proponevo, ma non scrivevano. Le intimidiva il giornale, la stampa: cose che avevano sempre considerato al di fuori della loro esperienza », C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 97.

39 Gaetana Recchia naît à Turin en 1889 et commence à travailler dès son plus jeune âge comme ouvrière. Inscrite à la FIOM (Federazione Italiana Operai Metallurgici) et au Parti socialiste pendant la guerre, elle adhère au Parti communiste dès 1921. Arrêtée en 1925 pendant qu’elle distribuait des tracts clandestins, elle parvient à s’enfuir en France, où elle meurt en 1935.

40 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 45.

41 T. Noce, « Le giovani lavoratrici », Compagna, a. I, no 5, p. 1.

42 Une hésitation concerne le double c du nom de famille : dans Compagna, elle apparaît en tant que Rina Piccolato, alors que dans l’Enciclopedia Treccani le nom est transcrit des deux manières.
Voir en ligne : [https://www.treccani.it/enciclopedia/caterina-picolato_(Dizionario-Biografico)/] (consulté le 05/05/2021). Pour ce qui est d’Adele Faraggiana, les informations sur sa biographie sont indigentes. Nous renvoyons à son ouvrage Garofani rossi, publié d’abord en 1977 à Cuneo, puis en 1978 chez Editori Riuniti à Rome.

43 Née à Turin en 1893, elle est obligée de commencer à travailler sans avoir tout à fait terminé ses études en raison des graves difficultés financières de sa famille. Tout en travaillant, elle poursuit sa formation intellectuelle et approfondit sa connaissance de la langue française. Le jeune Gramsci entre en contact avec la famille Carena autour de 1916 ; Pia devient pour lui une compagne précieuse, aussi bien d’un point de vue intellectuel que politique et sentimental. Elle commence à travailler pour la section piémontaise de l’Avanti! dès 1918, puis à L’Ordine Nuovo. Elle se liera avec Alfonso Leonetti autour de 1926 ; lors de l’expulsion de Pietro Tresso, Paolo Ravazzoli et Alfonso Leonetti, elle s’éloigne du Parti communiste, autour de 1930-1931. Pia Carena et Alfonso Leonetti vivront en France – à Paris notamment ; à la fin de la guerre, elle travaille auprès des travailleurs migrants. Revenue avec son mari en Italie en 1961, elle s’éteint en 1968. Voir C. Pillon éd., Pia Carena Leonetti: una donna del nostro tempo, Florence, La Nuova Italia, 1969.

44 Felicita F., « Storie vere. Capo d’anno », Compagna, a. IV, no 1, 1er janvier 1925, p. 3.

45 o p., « La voce del vento », Compagna, a. IV, no 1, 1er janvier 1925, p. 3.

46 Un’operaia, « Come divenni comunista », Compagna, a. I, no 5, 1er mai 1922, p. 1.

47 Segretariato internazionale delle donne comuniste, « Il saluto dell’Internazionale alle Lavoratrici d’Italia », Compagna, a. I, no 2, 19 mars 1922, p. 1.

48 F. Ferrero, « La donna e la casa », Compagna, a. I, no 2, 19 mars 1922, p. 3.

49 [s. n.], « Il movimento femminile comunista in Italia », Compagna, a. I, no 2, 19 mars 1922, p. 4.

50 Dans le numéro de Compagna du 6 juin 1922 est publié un article de « Alessandra » Kollontay, qui s’en prend à la prostitution non pas pour une question de morale, mais pour une question économique : la prostitution n’est pas admissible parce qu’elle soustrait la femme du travail productif, et nuit à la société. A. Kollontay, « La lotta contro la prostituzione », Compagna, a. I, no 6, 6 juin 1922, p. 3. La question de la prostitution en Russie avait également été débattue dans la revue Cimento, dirigée par Vincenzina Battistelli, et parue à Rome entre le mois d’avril 1919 et le mois de janvier 1920. Le journal avait lancé une campagne contre la prostitution légalisée et avait manifesté une sympathie explicite vis-à-vis de la Russie bolchévique : A. Buttafuoco, Cronache femminili: temi e momenti della stampa emancipazionista in Italia dall’Unità al fascismo, Arezzo, Università degli Studi di Siena, 1988, p. 266-267.

51 A. P., « La violenza rivoluzionaria », Compagna, a. III, no 6, 15 décembre 1924, p. 2.

52 La question de l’égalité salariale revient souvent, dès les premiers numéros de la revue : par exemple R. Guzzi, « Concezioni errate », Compagna, a. I, no 12, p. 4.

53 R. Maier, « La donna nella Società Comunista (Raffronti e considerazioni di una donna nella Russia dei Soviet) », Compagna, a. III, no 6, 15 décembre 1924, p. 3.

54 G. Charles, « La politica e la donna », Compagna, a. I, no 10, 23 juillet 1922, p. 1 : l’article, indique-t-on, est tiré du journal L’Ouvrière. Dans ce même numéro, en p. 2, est publié un texte intitulé « Il movimento femminile comunista in Francia », signé par Marthe Bigot, qui dénonce les difficultés rencontrées par les femmes au sein du Parti communiste, où l’esprit est profondément arriéré : « [Molti compagni] considerano la condizione attuale delle loro compagne come logica ed indiscutibile e nella organizzazione comunista dell’avvenire essi non prevedono la trasformazione della situazione famigliare ». La tâche des communistes françaises est par conséquent immense, mais elles gardent espoir.

55 E. P., « Donne eroiche. Luisa Michel », Compagna, a. I, no 12, 13 août 1922, p. 6.

56 Il Chiacchierone, « Chiacchierate. Per vivere », Compagna, a. II, no 6, 20 septembre 1923, p. 4.

57 [s. n.], « La pittrice Kaethe Kollwitz », Compagna, a. II, no 6, 20 septembre 1923, p. 3.

58 [s. n.], [sans titre], Compagna, a. I, no 8, 11 juin 1922, p. 2.

59 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 195 et suiv.

60 F. Ferrero, Un nocciolo di verità, op. cit., p. 38-39.

61 C. Ravera, Diario di trent’anni, op. cit., p. 121.

62 [s. n], « Figure di rivoluzionarie russe. Nastia Mamaeva », Compagna, a. I, no 10, 23 juillet 1922, p. 2.

63 Cela n’empêche pas une ferme dénonciation de la violence morale que subissent les femmes prolétariennes de la part des prêtes : « È necessario che leviamo alta la nostra voce contro i preti che hanno trasformate le chiese in tribune di propaganda politica, e scagliano su di noi dal pulpito i peggiori insulti, raccontano le più sfrontate menzogne sul nostro partito e sul suo programma », Teresa S. F., « Religione e comunismo », Compagna, a. I, no 10, 23 juillet 1922, p. 4. La promotion d’une religion civile (très différente d’une religion politique) est l’héritage d’un parcours intellectuel qui se dessine tout au long du Risorgimento, et dont parle, par exemple, A. M. Banti dans son ouvrage Il Risorgimento italiano, Rome, Bari, Laterza, 2004, p. 53 et suiv. Voir également deux ouvrages que me signale L. Fournier-Finocchiaro : R. Sarti, Giuseppe Mazzini: la politica come religione civile, Rome, Bari, Laterza, 2000, et E. Gentile, Le religioni della politica: fra democrazie e totalitarismi, Rome, Bari, Laterza, 2001.

64 Il Chiacchierone, « Chiacchierate. Se io fossi la direttrice », Compagna, a. II, no 7, 1er novembre 1923, p. 4.

65 A. Kollontay, « I lavori della casa », Compagna, a. I, no 20, 17 décembre 1922, p. 1.

66 R. G., « La sottospecie donna », Compagna, a. I, no 13, 27 août 1922, p. 1.

67 G. Bergami, « Pia Carena », Belfagor, vol. XXXV, no 5, 1980, p. 533-546.

68 Ibid., p. 538.

69 A. Dal Pont, A. Leonetti et M. Massara, Giornali fuori legge, op. cit., p. 46 et suiv.

70 G. Bergami, « Pia Carena », art. cité, p. 539.

71 [s. n.], « Una donna all’Ordine Nuovo », Rinascita, a. XXVI, no 17, 25 avril 1969, p. 17-18. Dans l’article, P. Carena affirme que c’était P. Togliatti qui traduisait depuis l’anglais ou, parfois, l’allemand. Voir aussi U. Terraccini, « La lunga milizia di Pia Carena », Rinascita, a. XXV, no 41, 18 octobre 1968, p. 18, et C. Pillon éd., Pia Carena Leonetti: una donna del nostro tempo, op. cit. Voir plus largement R. Descendre et F. Frosini éd., Gramsci da un secolo all’altro [numéro thématique], Laboratoire italien, no 18, 2016. En ligne : [https://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1039] (consulté le 28/04/2021).

72 M. Gomi, « Donne lavoratrici Il fanciullo proletario è il giornale dei vostri bimbi », Compagna, a. I, no 12, 13 août 1922, p. 5.

73 [s. n.], « Prendi il fucile! », Compagna, 1er août 1929, p. 1.

74 [s. n.], « Le donne proletarie combatteranno a fianco dei loro fratelli contro la reazione e contro lo stato borghese », Compagna, a. I, no 14, 10 septembre 1922, p. 1.

75 P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 46.

76 Voir l’article de L. Fournier-Finocchiaro, « Anarchismo e femminismo nelle riviste La donna libertaria (1912-1913) e L’Alba libertaria (1915) » dans ce même numéro. P. Gabrielli souligne par ailleurs aussi la radicalité des propos ouvertement féministes tenus, autour de 1921, dans le journal florentin L’Azione Comunista, qui défendait la cause des femmes et se proposait de lutter pour soustraire les femmes de l’esclavage du travail domestique : P. Gabrielli, Fenicotteri in volo, op. cit., p. 29 et suiv.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Manchette du journal Compagna
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/6925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figure 2. Manchette du journal Clarté
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/6925/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 3. « Gettiamo la semente comunista fra le donne proletarie », Compagna, a. I, no 9, 25 juin 1922, p. 1
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/6925/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Titre Figure 4. Compagna, a. III, no 3, 1er novembre 1924, p. 1
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/6925/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 5. Carte postale « Nastia Namaeva », recto (collection privée)
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/6925/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 6. Carte postale « Nastia Namaeva », verso (collection privée)
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/6925/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Figure 7. Rebelle, sans titre, Compagna, a. III, no 4, 15 novembre 1924, p. 1
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/6925/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Meazzi, « « Gettiamo la semente comunista fra le donne proletarie » : Compagna et la révolution », Laboratoire italien [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/6925 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.6925

Haut de page

Auteur

Barbara Meazzi

Université Côte d’Azur • Barbara Meazzi est professeure de littérature et civilisation italiennes à l’université Côte d’Azur et membre du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC). Elle travaille sur le futurisme italien et plus généralement sur les avant-gardes. Elle a publié de nombreuses études (parmi lesquelles Le futurisme entre l’Italie et la France : 1909-1919, Université de Savoie, 2010 ; Il fantasma del romanzo : le futurisme italien et l’écriture romanesque (1909-1929), Presses universitaires Savoie Mont Blanc, 2021), quelques traductions (par exemple Félix Fénéon, Cento novelle in tre righe, Babbomorto Editore, 2020), des éditions de textes (Hélène d’Œttingen, Journal d’une étrangère : chroniques de guerre et d’amour, 1914-1918, Éditions Le  Minotaure, Archives artistiques, 2016). Elle s’est intéressée à la production des néo-avant-gardes, en Italie et en France, et aux écritures féminines (entre autres, elle a dirigé, avec Manuela Bertone, le volume Curiosa di mestiere: saggi su Dacia Maraini, Edizioni ETS, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC 3,0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search