Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier« Ni féminin ni féministe » : nai...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

« Ni féminin ni féministe » : naissance et mort de l’hebdomadaire La Chiosa de Flavia Steno (1919-1927)

Una Chiosa «né femminile, né femminista»: nascita e morte del settimanale genovese di Flavia Steno (1919-1927)
Neither “feminine” nor “feminist”: birth and demise of Flavia Steno’s weekly review La Chiosa
Valeria Iaconis
Traduction de Laura Fournier-Finocchiaro

Résumés

Après la Grande Guerre, dans le contexte d’un affaiblissement général du mouvement féministe italien, on assiste à une floraison de revues écrites par et pour les femmes. Parmi celles-là, La Chiosa. Commenti settimanali femminili di vita politica e sociale (Gênes, 1919-1927), de Flavia Steno. En se présentant à son public, la revue déclarait qu’elle n’était « ni féminine ni féministe », mais néanmoins conçue comme un outil d’information et d’éducation politique et culturelle pour les femmes. L’hebdomadaire exprimait ainsi le désir de se placer dans une position originale, tout en formulant un programme politique : celui de préparer les femmes italiennes à exercer leur droit de vote. À cette fin, La Chiosa discute de l’actualité, examine les questions sociales, politiques et culturelles des femmes en Italie et à l’étranger, en faisant participer des journalistes de différentes sensibilités et opinions politiques. L’article reconstruit l’histoire éditoriale, la ligne politique et quelques réflexions autour du féminisme de l’hebdomadaire, afin de souligner comment celui-ci, bien que distant des grands centres politiques de la Péninsule et seulement partiellement intégré dans le circuit culturel italien, a contribué à une réflexion sur les objectifs et les contenus du féminisme et sur la féminité pendant les premières années du régime fasciste.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article est une version remaniée et réactualisée d’un essai déjà paru en italien sous le titre « “Un ostinato antifascismo”: nascita e morte della rivista femminile La Chiosa (1919-1927) », dans M. M. Coppola, A. Donà, B. Poggio et A. Tuselli éd., Genere e R-esistenze in movimento: soggettività, azioni, prospettive, Trente, Università degli Studi di Trento, 2020, p. 403-416. L’éditeur a autorisé cette traduction.
Cette recherche a été financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, bourse P2ZHP1_184030.

Texte intégral

Introduction

  • 1 L. Casartelli Cabrini, « Rassegna del movimento femminile italiano », Almanacco della donna italian (...)

Il movimento femminile è sempre nel suo periodo informativo, il lavoro di sviluppo, di assestamento, di evoluzione, di progresso è lento, incerto; anzi, pare a noi che, se esso ha trovato una strada nel campo sociale, nel campo politico brancola, cammina incerto, come il bimbo ai suoi primi passi.1

  • 2 S. Bartoloni, « Dalla crisi del movimento delle donne alle origini del fascismo: l’Almanacco della (...)
  • 3 F. Pieroni Bortolotti, Femminismo e partiti politici in Italia: 1919-1926, Rome, Editori riuniti, (...)

1Ce bilan du féminisme italien d’après-guerre ouvre la « Rassegna del movimento femminile italiano » de 1921, une rubrique de l’Almanacco della donna italiana (Bemporad, 1920-1943) publiée de 1920 à 1925 par la socialiste réformiste Laura Casartelli Cabrini (1883-1932)2. La journaliste, qui reprend, en rapportant – et en critiquant – les positions hésitantes des différents groupes à l’égard du divorce, une question considérée à juste titre comme centrale par Franca Pieroni Bortolotti3, photographie le moment de crise vécu par le mouvement féministe italien après la Première Guerre mondiale.

  • 4 Sur cette question, voir A. Molinari, « Operatrici sociali per la patria », dans S. Bartoloni éd., (...)
  • 5 D. Rossini, « Feminism and nationalism: the National Council of Italian Women, the World War, and (...)
  • 6 Voir D. Rossini, « Il Consiglio nazionale delle donne italiane: affinità e contrasti internazional (...)

2La contribution des femmes italiennes au front intérieur pendant le conflit a été intense et s’est manifestée par le biais d’activités variées : de la création de bureaux et d’organisations dédiés à l’assistance et à la propagande4 à la mobilisation sur la question du travail. Si ces activités ont, d’une part, rendu visible la contribution essentielle des femmes à la vie nationale, elles ont, d’autre part, alimenté en partie le mythe de la guerre régénératrice, également élaboré par les responsables de certaines associations féministes. L’idée que la prise en charge massive de nouveaux rôles et de nouvelles responsabilités dans les sphères privée et publique aurait permis aux Italiennes d’acquérir une maturité politique était aussi soutenue par le Conseil national des femmes italiennes (CNDI) et constitue l’une des raisons de sa faible réaction à la vague antiféministe de l’après-guerre5. Surtout après la bataille de Caporetto, des revendications telles que le droit de vote sont subordonnées au destin national et la crainte est d’apparaître, avec ces revendications, comme de mauvaises citoyennes. Pour cette raison, et parce que certaines étaient convaincues que la révolution de la condition féminine avait déjà eu lieu et ne demandait qu’à être consolidée, la défense des conquêtes féminines à la fin du conflit a été ambiguë, surtout en ce qui concerne la question du travail6.

  • 7 A. Buttafuoco, Cronache femminili, op. cit., p. 259.

3Ce n’est pas un hasard si, en cette période d’impasse, on assiste à une grande floraison de périodiques écrits par des femmes et destinés à un public féminin. Il s’agit de journaux qui diffèrent profondément par leur origine géographique, leur diffusion, leurs collaborations, leur contexte culturel et leur orientation politique, mais qui ont un trait fondamental en commun : le désir de « farsi interpreti della ricerca di protagonismo politico che sembrava animare le donne, del loro desiderio di “entrare nella mischia”, di dare un senso nuovo alla politica »7. Ces expériences éditoriales, qui se développent pendant la dictature fasciste, nous permettent d’observer la manière dont les contemporains et les contemporaines perçoivent et commentent la perte progressive de la combativité du premier féminisme, et de retracer la réflexion ininterrompue sur des thèmes tels que le suffrage féminin, le travail, l’éducation des femmes et la législation sociale. En outre, même lorsqu’ils ne sont pas explicitement politiques, ces périodiques permettent de voir quels sont les références culturelles et les modèles féminins proposés aux lectrices et d’observer leur distance par rapport à ceux véhiculés par le fascisme. Autour de ces thèmes, je focaliserai mon analyse sur un périodique spécifique, à savoir La Chiosa. Commenti settimanali femminili di vita politica e sociale, dont j’illustrerai l’histoire éditoriale, la ligne politique et quelques réflexions sur le féminisme.

Une revue « petite, pauvre et très fière »

  • 8 Sur la vie et les activités de Flavia Steno, voir les monographies de V. Stolfi, La collaborazione (...)
  • 9 Anonyme, [sans titre], La Chiosa, a. II, no 19, 6 mai 1920, p. 2.
  • 10 Anonyme,« Dove è in vendita La Chiosa », La Chiosa, a. V, no 32, 9 août 1923, p. 2.

4« Piccola, povera e fierissima » : c’est ainsi que la revue est définie par sa fondatrice, la journaliste et écrivaine Flavia Steno, pseudonyme d’Amelia Osta Cottini (1877-1946), qui la dirige jusqu’en 19258. L’hebdomadaire est éloigné des grands centres politiques italiens, Rome et Milan, et relativement étranger aux grands circuits culturels de l’époque. La Chiosa a en effet un tirage modeste qui atteint, dans les moments de plus grande activité, environ 6 000 exemplaires distribués principalement en Ligurie. Cependant, plusieurs publicités et articles programmatiques attestent également d’une discrète distribution nationale : en 1920, La Chiosa circule en Italie du Nord, à Trieste, Rome, Naples et en Sicile9, tandis qu’une liste de revendeurs publiée en 1923 inclut non seulement les villes ligures, mais aussi Milan, Rome, Naples, Vérone, Turin, Zara, Trieste, Palerme, Cagliari, Tarente, Modène et Sienne10. Tout au long de son existence, La Chiosa n’a jamais atteint l’indépendance économique ; elle reste un satellite des trusts éditoriaux liés aux grands groupes industriels régionaux. Jusqu’à la fin de 1925, elle gravite autour des frères Pio et Mario Perrone, qui contrôlent la société Ansaldo jusqu’en 1921 puis, à partir de 1926, La Chiosa se lie au groupe Odero, proche du Parti national fasciste et financeur de l’organe local du fascisme, Il Giornale di Genova. Comme nous le verrons, ces liens financiers ont conditionné le parcours éditorial de La Chiosa, même si F. Steno revendiquait son indépendance intellectuelle, du moins en ce qui concerne ses prises de position sur les questions politiques et sociales :

  • 11 F. Steno, « Ai signori del Giornale di Genova », La Chiosa, a. VI, no 11, 13 mars 1924, p. 2.

Chi segue La Chiosa dal suo inizio e chi, soprattutto, conosce me, non può che sorridere di qualsiasi accusa che possa intaccare la dirittura mia – e politica e morale – e la indipendenza di questo foglio. La Chiosa non è l’organo di nessuno. La Chiosa non è legata ad alcuno. Può permettersi il lusso di approvare atti o atteggiamenti, come più di una volta ha approvato, politici dell’attuale Governo, e può arrogarsi il diritto di dire, come dice, che detesta i metodi di violenza che sono tanta parte del fascismo.11

  • 12 L. Casartelli Cabrini, art. cité, p. 269.
  • 13 Ibid., p. 263.

5Cette fierté du périodique est confirmée par les sources de l’époque, dont l’Almanacco della donna italiana. Dans la « Rassegna del movimento femminile italiano » de 1921, L. Casartelli Cabrini constate un moment de stagnation dans la presse féminine, qui n’a pas connu de nouvel élan après la forte impulsion de l’année 1919, et note l’arrêt de certaines publications. Parmi les journaux féminins qui se sont maintenus, « divenendo sempre più battaglieri »12, elle cite notamment La Chiosa, en signalant certaines de ses prises de position politiques, parmi lesquelles le lancement d’un « geniale referendum » sur l’introduction du « vestito unico femminile » comme frein au luxe féminin13.

6On trouve une deuxième occurrence de cette idée de fierté dans l’album de 1926, l’année où Ester Lombardo prend les rênes de la « Rassegna del movimento femminile ». À cette occasion, La Chiosa est citée pour sa vive opposition à la subvention de dix mille lires accordée par le ministre Luigi Federzoni au Conseil national des femmes italiennes, jugée excessive par rapport à la composition sociale et aux activités réelles de l’association. E. Lombardo commente :

  • 14 E. Lombardo, « Rassegna del movimento femminile italiano », Almanacco della donna italiana, no 7, (...)

La Chiosa è sempre battagliera e risente dello spirito della sua fondatrice e direttrice, Flavia Steno, che alle doti di giornalista di prim’ordine – senza parlare della scrittrice – unisce una grande schiettezza ed uno spirito di indipendenza e di critica da fare invidia a tanti uomini. Molto diffuso in Liguria, il giornale della Steno è fra i pochi che, dopo sette anni dalla fondazione, si trovino all’impiedi, forti più del primo giorno, e vivano di vita propria.14

  • 15 Id., « Rassegna del movimento femminile italiano », Almanacco della donna italiana, no 8, 1927, p. (...)

7En l’espace d’un an, l’opinion positive d’E. Lombardo, qui connaissait bien La Chiosa pour avoir collaboré avec la revue en 1921 et début 1922, s’inverse. Dans le numéro suivant, en effet, la journaliste signale : « La Chiosa il giornale di Flavia Steno, che si ostinava in un antifascismo degno di miglior causa è stato assunto dal Giornale di Genova che ne ha fatto un giornale, naturalmente fascista, di varietà e di commenti femministi. Ne è direttrice la signora Elsa Goss. »15 Maria Tullia Sacchi revient elle aussi sur le changement de cap de la revue dans l’Almanacco della donna italiana de 1929 :

  • 16 M. T. Sacchi, « Giornaliste di Italia », Almanacco della donna italiana, no 10, 1929, p. 117.

Dicono gli editori che, la sua, sia una firma di successo, quantunque, nei primi passi, quella firma non abbia dato che lotte a Flavia Steno. Le lettrici dell’Almanacco già sanno, perché ne parlò lo scorso anno Ester Lombardo, che la Steno diresse anche una rivista, La Chiosa, passata poi ad altra direzione, che seppe meglio intonarla allo spirito del tempo e le diede un’impronta nettamente fascista.16

  • 17 Il s’agit de la circulaire qui annonce la fin des publications de la Rassegna Femminile Italiana. (...)
  • 18 Archivio centrale dello Stato, secrétariat privé du Duce, correspondance ordinaire, enveloppe 329.
  • 19 E. Mondello, La nuova italiana, op. cit., p. 14. Il s’agit néanmoins d’une autonomie relative, car (...)
  • 20 S. Franchini, « Stampa “femminile” e stampa di consumo: dalle definizioni ai problemi storiografic (...)
  • 21 H. Dittrich-Johansen, « Dal privato al pubblico: maternità e lavoro nelle riviste femminili dell’e (...)

8Le fait que l’antifascisme de La Chiosa était également connu dans les milieux institutionnels est démontré par la définition qu’en donne le chef du bureau de la Propagande, Giorgio Masi, dans la circulaire no 22 du Directoire national du 19 décembre 192517 : « La Chiosa di Genova [un] settimanale liberale, antifascista sin dalla prima ora »18. La position critique de F. Steno et de son journal à l’égard du fascisme ne suscite aucune réaction de la part des institutions centrales – les dossiers de l’Archivio centrale di Stato ne contiennent aucune documentation à ce sujet –, mais elle a des effets importants au niveau local et, surtout, elle est à l’origine de l’arrêt du financement de la revue par les frères Perrone et de sa cession au Giornale di Genova. La circulaire de G. Masi nous permet donc de confirmer que les revues féminines étaient soumises à une censure moins rigoureuse que d’autres imprimés, tels que les quotidiens19. Cela serait dû au public ciblé et à la nature du contenu véhiculé qui, en effet, ne s’attarde que rarement sur l’actualité politique, se concentrant plutôt sur « l’offerta di una molteplicità di testi e di immagini che sembrava rispondere a quell’insieme di curiosità, aspettative, bisogni che si supponeva fossero nutriti dalle lettrici medie e che, quindi, contribuiva a circoscrivere accuratamente il campo della femminilità e a descriverlo, suggerendo l’identificazione con i modelli via via proposti »20. Ces aspects, dont les censeurs fascistes se sont peu préoccupés, sont au contraire fondamentaux pour comprendre les marges d’autonomie culturelle des femmes pendant la dictature, car, malgré le rapprochement obligatoire avec les positions officielles, « sulla stampa delle donne continuarono ad essere affrontati e dibattuti ancora argomenti di vago sapore emancipatorio, dal diritto a realizzarsi al di fuori del le mura domestiche al diritto a perfezionarsi con lo studio »21.

  • 22 Sur le fascisme féminin, voir D. Detragiache, « Il fascismo femminile da San Sepolcro all’affare M (...)

9Il faut également rappeler que pendant les vingt ans du fascisme, l’attitude du régime à l’égard des femmes et de la presse féminine a beaucoup changé : au tout début du mouvement, le programme diciannovista était en effet ouvert aux demandes des femmes, prévoyant l’octroi du droit de vote actif et passif aux femmes et favorisant leur engagement politique22. Au cours de la transformation du mouvement en parti et surtout après la marche sur Rome en 1922, le fascisme se charge d’éléments antiféministes, qui trouvent leur cadre théorique dans le discours de l’Ascension du 26 mai 1927. Cette métamorphose, ainsi que nombre de discours officiels sur la féminité, est diversement commentée par les journalistes de La Chiosa, « il cui novennale periodo di attività abbraccia gli anni dell’ascesa e del consolidamento del regime fascista ».

La naissance de La Chiosa

  • 23 A. Picchiotti, Flavia Steno, op. cit., p. 62.

10Au moment de la fondation de La Chiosa, F. Steno avait une expérience d’environ vingt ans dans le domaine de l’édition de presse, acquise au sein de la rédaction de Il Secolo XIX, où elle travaillait depuis 1898. Au cours de ces années, elle établit également une relation professionnelle intense avec les propriétaires du journal, les frères Pio et Mario Perrone, pour lesquels elle a travaillé en tant que secrétaire particulière. Antisocialiste et libérale convaincue, F. Steno a été qualifiée d’« a-féministe »23 en raison de ses opinions contrastées sur la féminité : pour elle, l’antisuffragisme va par exemple de pair avec la revendication des droits des femmes à l’éducation et au travail, et l’opposition au divorce va de pair avec la promotion de la recherche de paternité. Dans le contexte d’une perte de contenu du mouvement pour l’émancipation des femmes et pourtant d’un optimisme général en ce qui concerne les progrès de la condition féminine – grâce à la visibilité sans précédent des femmes dans la sphère publique, à l’abolition de l’autorisation maritale et à l’admission des femmes aux professions et aux emplois publics –, F. Steno réitère dans La Chiosa la nécessité de légitimer le travail féminin comme élément fondamental d’émancipation et comme premier pas essentiel vers la réalisation de tous les droits. La journaliste approuve la proposition d’une reconnaissance « lente » des droits, à savoir au terme d’un parcours de développement économique, professionnel et culturel, une position largement répandue dans le milieu féministe italien. Elle se distingue cependant des suffragettes :

  • 24 F. Steno, « Il perché de La Chiosa », La Chiosa, a. I, no 1, 20 novembre 1919, p. 1.

Le suffragette italiane seguirono un’altra via: per imporre le riforme di carattere giuridico e sociale che giustamente la donna reclamava, chiesero e vollero il voto. In questa via, noi non potemmo seguirle. La partecipazione della donna alla vita politica ci parve e continua a sembrarci più grave di pericoli che non ricca di vantaggi: inoltre, la riteniamo superflua ai fini pei quali fu in origine richiesta: correggere gli errori, le ingiustizie, le incoerenze così delle leggi come del costume nei riguardi della donna. Crediamo fermamente che si possa giungere a tutto questo anche senza scheda […].24

  • 25 M. Bigaran, « Il voto alle donne in Italia dal 1912 al fascismo », Rivista di storia contemporanea(...)

11Il s’agit toutefois d’une prémisse « superflue », selon F. Steno, puisque le 20 novembre 1919, date de l’inauguration de La Chiosa, les femmes italiennes semblent avoir obtenu le droit de vote. Quelques mois après la promulgation de la loi Sacchi, en effet, le projet de loi Nitti sur l’extension des droits électoraux, administratifs et politiques aux femmes est discuté avec succès au Parlement, mais il est reporté à la XXVIe législature en raison du temps nécessaire à la constitution des listes25.

12Les doutes planant sur le droit de vote des femmes sont à l’origine de la conception de l’hebdomadaire génois, une avancée importante dans la carrière de F. Steno, qui y voit de fait un instrument pour obtenir les satisfactions professionnelles qui lui avaient été refusées au Secolo XIX et pour améliorer ses propres conditions économiques. Le projet de La Chiosa exprime, avant tout, une intention pédagogique : promouvoir une alphabétisation sociale, politique et culturelle des lectrices, afin qu’elles puissent exercer leur nouveau droit en toute connaissance de cause, comme l’indique l’article programmatique « Il perché de La Chiosa » :

  • 26 F. Steno, « Il perché de La Chiosa », art. cité, p. 1.

Le donne italiane, adunque, se saranno chiamate a esercitare il mandato politico, accoglieranno questo diritto come un dovere austero e lo compiranno tutte. In vista di questa eventualità e anche nel caso che questa eventualità fosse ancora lontana e che la donna dovesse limitare la sua azione sociale e politica ad una collaborazione indiretta offrendo all’uomo l’aiuto della propria intuizione, della propria sensibilità, del proprio buon senso, noi pensiamo sia necessario che la donna si formi una preparazione adeguata al proprio compito nuovo. […] La Chiosa vuole essere guida alla donna in questa necessaria sua preparazione a partecipare – direttamente o indirettamente – alla vita sociale e politica del Paese.26

  • 27 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 21 octobre 1919, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à (...)

13En plus de souligner la nécessité d’une préparation culturelle à l’exercice du droit de vote, F. Steno invite les Italiennes à le considérer comme un droit-devoir, en les sensibilisant au thème de la participation à la vie politique. Cette opération s’inscrit dans l’objectif concret de la revue de devenir un centre d’agrégation d’un futur électorat féminin libéral. C’est cet objectif qui ressort le plus clairement des documents relatifs à la revue conservés à la fondation Ansaldo, en particulier la lettre du 21 octobre 1919, dans laquelle F. Steno demande aux frères Pio et Mario Perrone les fonds nécessaires au lancement de la revue27. Elle y présente La Chiosa comme l’organe de l’Associazione per la donna de Gênes, à laquelle F. Steno collaborait avec deux autres futures collaboratrices de la revue : Fortunata Morpurgo, pseudonyme de Willy Dias (1872-1956), et Ester Bonomi. D’après elle, il était urgent, pour gagner les adhésions des femmes catholiques de Ligurie, d’œuvrer pour « [e]stendere le fila e l’attività [dell’associazione] e darle un contenuto educativo e morale » :

  • 28 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 21 octobre 1919, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à (...)

Per la legge approvata dal Parlamento nell’agosto a.v. la donna è già virtualmente elettrice. Soltanto la ristrettezza del tempo corrente tra l’approvazione della legge stessa e la necessaria preparazione per la sua applicazione ha impedito che già fin da ora la donna venisse ammessa a esercitare questo suo nuovo diritto. Comunque, la importanza del fattore donna anche in queste elezioni è evidente e inscindibile. Prova ne sia che in tutti i grandi centri, cattolici e socialisti si danno d’attorno per organizzare le donne del proprio rispettivo partito e impiegarle per una razionale opera di propaganda elettorale. Anche a Genova si è già cominciato a fare altrettanto e proprio ieri mattina, 20 ottobre, Il Lavoro annunziava la costituzione del Fascio Femminile elettorale Socialista. Urge non lasciarsi prendere la mano.28

  • 29 Ibid.
  • 30 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 21 février 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à (...)
  • 31 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 12 juillet 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à (...)

14Le projet de La Chiosa peut donc également être interprété comme une réaction d’un point de vue libéral aux nouvelles formes d’engagement des femmes mises en œuvre par les partis de masse, à l’égard desquelles F. Steno avait de fortes réserves. En effet, la journaliste observe avec inquiétude la fin de l’hégémonie parlementaire du parti libéral et la croissance de l’influence des partis populaires et socialistes, d’où l’espoir que Pio et Mario Perrone soutiennent son projet, qui pourrait « essere loro utile nel presente e nell’avvenire »29. Les modalités et les circonstances de la naissance de La Chiosa nous donnent quelques indications utiles pour la situer dans le vaste circuit éditorial des Perrone. Sur ce dernier point, il convient de rappeler le travail d’organisation entrepris par F. Steno : la fondation d’une Association pour les intérêts des femmes30, à Gênes, qui, selon ses souhaits, aurait pu être « il nucleo di un grande partito liberale femminile »31. À l’occasion de la première année d’activité de La Chiosa, F. Steno est encore sûre du potentiel politique de l’hebdomadaire et écrit aux frères Perrone :

  • 32 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 24 novembre 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes (...)

La Chiosa ha un anno di vita. Il suo compleanno coincide con l’estensione del voto alle donne. È evidente che, con la donna elettrice, La Chiosa acquisterà un’autentica importanza politica e potrà raggruppare intorno a sé, con programma proprio, un partito politico femminile, oppure prestare il proprio appoggio a quelle fra le combinazioni politiche che sembrerà opportuno. Oggi, La Chiosa è il primo giornale femminile d’Italia; è il solo che sia scritto tutto da donne; il solo che sia anche politico ed è quello che ha la maggior tiratura. Bisogna che questo primo posto non solo non lo perda ma che anzi, appunto adesso si estenda in maniera da poter tenere la testa anche se, come è probabile, sorgeranno altri giornali diretti da donne.32

  • 33 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 12 juillet 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à (...)
  • 34 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 24 novembre 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes (...)

15Le compte rendu fait aux Perrone des initiatives et des succès obtenus par la revue allait de pair avec la sollicitation de financements et des allusions plus ou moins voilées à l’utilité de l’hebdomadaire dans le vaste trust éditorial des entrepreneurs. Cela a manifestement eu un effet sur la ligne de la revue : dès juillet 1920, F. Steno se dit « grata se di quando in quando, ella vorrà dirmi le sue idee e darmi qualche consiglio »33 et, en novembre de la même année, elle n’hésite pas à accepter de leur part « consigli e ordini, anche sull’indirizzo del giornale »34.

  • 35 O. Freschi, «Il Secolo XIX»: un giornale e una città, 1886-2004, Rome, Bari, Laterza, 2005, p. 268
  • 36 Anonyme, « Il nuovo ministero », La Chiosa, a. IV, no 31, 10 août 1922, p. 1.
  • 37 A. Picchiotti, Flavia Steno, op. cit., p. 337-426.

16La Chiosa prend toutefois ses distances avec la ligne éditoriale de Pio et Mario Perrone concernant l’attitude envers le fascisme. Le soutien des Perrone à Benito Mussolini – plus qu’à son mouvement – « non viene mai meno ma, dalle elezioni del 1921, e da un generico appoggio alla sostanza nazionalistica e restauratrice dei blocchi, si passa, attraverso la crisi revisionista e il delitto Matteotti, a un’adesione critica »35. Au contraire, dès la chute du premier gouvernement Facta (19 juillet 1922), La Chiosa publie une série d’articles condamnant le squadrisme. La rédaction de la revue admet que « i Fasci […] furono nella loro prima espressione soltanto legittima reazione di difesa » ; elle rappelle que « la legge è una e per i socialisti e per i fascisti. E a farla rispettare deve bastare lo Stato »36. L’évolution des positions antifascistes de F. Steno dans La Chiosa – concernant les méthodes fascistes, l’impossible conciliation du fascisme et des principes libéraux, et surtout les lois limitant la presse – est reconstituée avec précision par Antonella Picchiotti dans sa biographie de la journaliste37. La condamnation explicite du fascisme n’est cependant qu’une partie de l’activité de résistance culturelle menée par la revue, qui propose également des modèles féminins alternatifs à ceux d’épouse et de mère.

« Nous offrons des idées »

17L’activité et les intentions de La Chiosa sont explicitées par F. Steno dans son article de présentation de la revue :

  • 38 F. Steno, « Il perché de La Chiosa », art. cité, p. 1.

Questo giornale, diretto, redatto e scritto esclusivamente da donne, non è un giornale femminista. Ma non è nemmeno soltanto un giornale femminile. Non è fatto da suffragette e nemmeno da estremiste dell’emancipazione. Ma non è nemmeno l’espressione della illusione che sia ancora concepibile, oggi, socialmente, la donna dell’elogio antico: domi mansit, lanam fecit.38

  • 39 Loc. cit.

18Quelle est l’alternative que F. Steno entend proposer au public ? Il ne s’agit pas d’une revue féministe évidemment, mais pas non plus d’un journal exclusivement d’information, culturelle ou littéraire. Cependant, plutôt que de s’éloigner de ces deux types, l’hebdomadaire y puise de manière programmatique des éléments choisis pour intéresser le plus grand nombre de lectrices : « Perché si rivolge a tutte le donne, la Chiosa intende che ciascuna di esse trovi tra queste la pagina che la interessa. Ciò spieghi perché, insieme al notiziario, ai commenti politici, alla trattazione di questioni e di problemi di attualità, noi offriamo alle lettrici anche la pagina letteraria e la pagina della moda. »39

19Cela explique la variété des contenus, qui restera assez constante de 1919 à 1925, avant d’être révolutionnée par le changement de direction : sur la première et la deuxième page, on trouve des commentaires, signés principalement par F. Steno et Ferdinando Tenze, sur des questions d’actualité italienne et internationale, et souvent – mais pas nécessairement – sur des sujets liés à la féminité. Une attention similaire à l’actualité se reflète également dans la deuxième page, « Divagazioni settimanali », où apparaît la rubrique fixe « Fasti e nefasti della Superba », chronique sur Gênes. La troisième page, « Vita e attività femminile », était axée sur les questions sociales, économiques, politiques et culturelles intéressant les femmes. La quatrième page, « Problemi e idee », abordait des questions d’ordre sociologique et psychologique, et accueillait les référendums lancés périodiquement par la revue. Elle était suivie de « La pagina letteraria », qui publiait des essais et des critiques littéraires. La sixième page, « L’ora del the », proposait des sujets divertissants, des chroniques de mode et du menu courrier. Enfin, les septième et huitième pages étaient réservées à la publicité.

  • 40 La liste complète des membres de la rédaction de La Chiosa est disponible sur le site « Il perché (...)
  • 41 C. Villani Marchesani, « Questione ardua », La Chiosa, a. III, no 31, 4 août 1921, p. 3.

20Pour couvrir un tel éventail de sujets et de genres, F. Steno a fait appel à des rédactrices aux compétences et aux visions du monde différentes. Un certain nombre de journalistes expérimentées et d’écrivaines établies telles que Matilde Serao, Paola Baronchelli Grosson (Donna Paola, 1866-1954) et Willy Dias ont collaboré à La Chiosa. Cependant, la rédaction était également ouverte aux nouvelles venues et aux auteures moins connues : les désormais oubliées Elsa Goss et Luy Raggio, toutes deux originaires de Gênes, ainsi que Concetta Villani Marchesani, Piera Delfino Sessa et Teresa Tettoni publièrent dans la revue plusieurs articles et récits. Enfin, l’hebdomadaire hébergeait des articles et des textes de traductrices (la Française Marie Croci et la Russe Lidia de Lebedeff) et d’auteures situées hors d’Italie et/ou ayant un parcours international (Mantica Barzini, Ada Sestan et Maria Offergeld Merlo)40. C’est pourquoi des voix parfois discordantes et éloignées les unes des autres s’exprimaient dans l’hebdomadaire génois, qui conserve les traces d’un débat animé sur la féminité et le rôle des femmes dans le tissu social. La Chiosa, sur le plan programmatique, était disposée à donner de la visibilité à des opinions différentes, se réservant toutefois le droit de prendre ses distances par rapport à des positions trop éloignées de sa ligne éditoriale, comme celles de C. Villani Marchesani sur le travail des femmes. L’invitation de C. Villani Marchesani aux travailleuses de céder leur emploi aux vétérans est publiée « avec des réserves », « in omaggio a quella libertà di voce che La Chiosa concede a tutte le sue collaboratrici »41.

  • 42 [La Rédaction], « In cammino », La Chiosa, a. II, no 1, 1er janvier 1920, p. 1.
  • 43 Loc. cit.
  • 44 Loc. cit.

21C’est précisément la clé de voûte de la variété – des thèmes, des perspectives, des voix – que F. Steno met en exergue dans l’article « In cammino », qui inaugure la deuxième année d’activité de La Chiosa. Elle élargit le propos aux lecteurs : même si l’hebdomadaire reste « un foglio femminile perché scritto da donne »42, son champ d’action comprend des contenus d’intérêt général. Son but n’était plus, ou pas seulement, d’informer et d’éduquer les femmes, mais de développer une réflexion sur la vie contemporaine : « Noi non offriamo ai lettori, alle lettrici né lusso di veste elegante né sfoggio di illustrazioni: offriamo delle idee. Questo nostro foglio così modesto di apparenza ha propositi audaci: agitare delle idee, porre dei problemi e contribuire a studiarli. »43 Une fois de plus, La Chiosa réitère son antisuffragisme (« Noi serenamente faremmo a meno del voto »), et promeut une relation différente et plus harmonieuse entre les sexes, convaincue de l’impact positif d’une redéfinition de la dynamique sociale, tant sur les femmes que sur les hommes : « soltanto da una più esatta conoscenza ed equa valutazione della donna potrà uscire quella collaborazione cordiale ed efficace che è il presupposto della nuova orientazione sociale »44.

22Le même désir d’être un terreau pour faire naître des idées se charge, en 1925, d’un sens très différent, marqué par l’exaltation du rôle domestique et familial des femmes :

  • 45 F. Steno, « Anno settimo », La Chiosa, a. VII, no 1, 1er janvier 1925, p. 1.

Come sette anni fa, al suo nascere, la Chiosa torna a proporsi oggi di essere tramite tra la donna e la vita, di recarsi a trovare la donna italiana tra le mura della sua casa non per trarla fuori ma per dirle: fuori, c’è questo e questo; si scrive, si lavora, si pensa, si discute così e così: i problemi che appassionano in quest’ora sono questi: esaminiamoli insieme […]. E ancora: leggi e studia, perché una donna colta e al corrente delle cose della vita è compagna preziosa e armata più di ogni altra per la difesa della propria felicità coniugale; ama la tua casa sopra ogni cosa e credi che essere donna, moglie, madre, vale a dire amante, compagna, custode è compito sufficiente per una vita femminile […].45

  • 46 M. Graziosi, « Gender struggle and the social manipulation and ideological use of gender identity (...)

23Il s’agit d’un changement significatif si l’on considère la vision de la société et du rôle des femmes véhiculée jusque-là par La Chiosa et la place très réduite accordée aux questions liées à la maternité. S’il est vrai que l’hebdomadaire n’a jamais mis en doute, mais a plutôt confirmé l’image de la mission maternelle comme l’accomplissement ultime de la féminité, il est également vrai que les rubriques et les articles spécifiquement consacrés à la culture de la maternité étaient sporadiques et discontinus. Au contraire, la revue accorda une grande visibilité aux théories néomalthusiennes sur le contrôle des naissances et au débat sur la conciliation entre les devoirs domestiques et le travail des femmes. Ce dernier, en raison de sa grande actualité, représentait un volet thématique traité de manière continue au cours des années d’activité de la revue. La Chiosa suggérait même à ses lectrices un large éventail de modèles identitaires de travail féminin, par exemple dans les rubriques « L’affermazione femminile » et « Notiziario femminile », en troisième page, où des articles brefs relataient les réalisations des femmes au niveau national et international. Concernant les carrières féminines, on retrouve l’attitude ambiguë d’autres revues contemporaines. D’un côté, La Chiosa faisait la promotion de secteurs d’activité spécifiques et de cours professionnels adaptés aux qualités naturelles des femmes46 : les figures professionnelles traditionnelles, comme les infirmières ou les enseignantes, et les publicités pour des cours d’économie domestique et des écoles ménagères abondent. Cependant, dans le même temps, la revue tenta de résister aux tendances antiféministes de la société, donnant une visibilité à la présence féminine dans des secteurs d’emploi moins classiques. Les femmes qui se distinguent sont, entre autres, des politiciennes et des ambassadrices, des chefs d’orchestre et des musiciennes, des architectes, des archéologues et des policières. Ces exemples, ainsi que ceux de nature plus conventionnelle, ont contribué à élargir le tableau des possibilités de carrière présentées comme accessibles aux femmes.

  • 47 Les données sont tirées de la section « Ricezione » du site « Il perché de La Chiosa ». En ligne : (...)

24Si l’on observe le contenu de l’hebdomadaire, on remarque en outre le large espace occupé par les batailles contemporaines pour le vote, par les événements marquants et par les protagonistes des mouvements féministes nationaux et internationaux, malgré la distance déclarée avec les extrémistes de l’émancipation. Une analyse quantitative de la réception culturelle, faite en listant toutes les femmes citées par La Chiosa, montre que l’hebdomadaire, au cours de ses neuf années d’activité, mentionna au moins 392 femmes engagées dans des mouvements féministes et politiques47. Les références se trouvent dans des articles très divers, qui peuvent toutefois être grossièrement divisés en deux macrocatégories : d’une part, les reportages consacrés aux différents mouvements féministes dans le panorama international (articles sur le féminisme en France, au Royaume-Uni, en Pologne, en Hongrie et en Amérique du Sud), d’autre part, les comptes rendus de congrès féministes tenus pendant les années d’activité de La Chiosa, qui donnaient souvent la liste des intervenantes et des représentantes des différents pays. De cette façon, les rédactrices de l’hebdomadaire transmettaient une réflexion sur le féminisme et sa lecture historique, et fournissaient aux lectrices des informations sur les questions débattues dans les lieux officiels et sur les personnalités les plus en vue du féminisme en Italie et à l’étranger. La Chiosa n’épargnait pas ses critiques. Le commentaire de F. Steno sur le programme du IXe congrès de l’Alliance internationale pour le suffrage des femmes, en 1923, est ainsi particulièrement sévère :

  • 48 F. Steno, « A proposito d’un Congresso femminista », La Chiosa, a. V, no 5, 1er février 1923, p. 1 (...)

Come si vede, siamo di fronte non già a un programma Pro Suffragio, ma a un programma femminista non diverso da tutti quelli che formarono da un ventennio e più a questa parte l’ordine del giorno di tanti Congressi nazionali e internazionali succedutisi in tutti i Paesi d’Europa […]. Ricompaiono oggi immutati come se l’esperienza di un ventennio non avesse insegnato niente alle femministe di tutti i Paesi nei riguardi della legittimità di certe rivendicazioni, come se le mutate condizioni dell’esistenza di tutti e la trasformazione delle classi sociali non avessero influito né menomamente influissero sulle reali condizioni della donna, sui reali suoi bisogni, sull’esatto concetto della sua maggiore elevazione e del suo maggior benessere: in una parola, sulla sua felicità.48

25Les mouvements de femmes sont également observés dans une perspective transnationale qui ressort à la fois des reportages et de la comparaison entre les différentes normes juridiques et culturelles qui régissent la féminité dans les différents pays. Exemplaire en ce sens, l’article « In tema di suffragio » introduit une liste des nations où les femmes jouissaient du droit de vote en 1923 :

  • 49 F. Steno, « In tema di suffragio », La Chiosa, a. V, no 17, 26 avril 1923, p. 4.

Noi siamo antisuffragiste impenitenti. […] Senza contare che fare del suffragismo femminile in questo momento in cui stiamo reagendo contro tutti i guai derivati dalla concessione del suffragio universale ci sembra piuttosto bizzarro. Nessuno vorrà negare che la degenerazione parlamentare che ci ha regalato l’attuale dittatura fascista sia stata conseguenza del suffragio universale che attirando le masse nell'orbita della vita politica ha scatenato la concorrenza fra i partiti per la conquista delle masse stesse. […] Queste nostre idee non ci impediscono però di seguire con simpatia tutto il movimento delle femministe nonché di segnalare, non fosse che a titolo di cronaca, le vittorie che esse vanno ottenendo nel mondo.49

  • 50 Id., « L’elettorato femminile », La Chiosa, a. V, no 24, 14 juin 1923, p. 1.

26Le suffrage est également l’un des thèmes sur lesquels F. Steno fonda sa critique du fascisme. Mussolini confirma son engagement à accorder le droit de vote aux femmes en 1923, et cette idée est exprimée lors du Congrès fasciste féminin des Trois Vénéties et du IXe congrès de l’Alliance internationale pour le suffrage des femmes à Rome. Le projet de loi présenté le 9 juin 1923 dans le cadre de la loi Acerbo mécontenta cependant les militantes des associations féminines, car il se limitait au suffrage administratif. De plus, il n’était accordé qu’à certaines catégories de femmes, qui devaient expressément déposer une demande pour être inscrites sur les listes. F. Steno consacra à ces insuffisances un article lucide, en analysant les catégories de femmes analphabètes autorisées à voter : les mères des morts au combat, les femmes décorées pour leur valeur militaire ou civile et les mères exerçant l’autorité parentale. Cette sélection impliquait, selon elle, une conception du droit de vote vu comme une récompense ou un privilège, et non comme une reconnaissance des capacités réelles des femmes, et exacerbait donc l’inégalité politique des deux sexes. Un autre point de réflexion est l’obligation, imposée aux électrices autorisées, de s’inscrire sur les listes électorales : cette étape intermédiaire fut perçue comme un frein à la participation effective des femmes. D’autant plus – c’est l’autre problème signalé par F. Steno – que les organisations des partis de masse auraient remédié à cette situation en augmentant le nombre de leurs membres : « l’esperimento triste della corsa alle iscrizioni […] come avvenne all’epoca della concessione del suffragio universale: esperimento finito con la degenerazione di tutti i Partiti in un senso più o meno demagogico e con quelle relative conseguenze disastrose che il fascismo pretende di voler sanare »50. F. Steno se déclare ainsi

  • 51 Loc. cit.

d’accordo con le femministe. Non perché mi importi delle pastoie con le quali l’on. Mussolini, aiutato amorevolmente dall’on. Acerbo che si è assunto l’ingrata paternità del progetto, ha così ridotto la portata dell’esperimento da togliergli qualsiasi importanza, ma perché se non mi importa niente, ma proprio niente del voto, mi piace assai la logica e questo progetto è un monumento di illogicità, di contraddizione e di cattivo esempio di educazione politica.51

La mort de La Chiosa

  • 52 E. Sombri di Santo Stefano, [sans titre], La Chiosa, a. VIII, no 1, 10 janvier 1926, p. 1.

27Entre 1924 et 1925, La Chiosa perdit sa dimension politique pour adopter un caractère principalement littéraire et culturel. Malgré cela, comme le montrent les documents d’archive, la famille Perrone abandonna ses relations avec l’hebdomadaire, le privant de son financement : F. Steno n’eut d’autre choix que de le vendre à Il Giornale di Genova. Les changements apportés à la revue, du choix du contenu à la composition de la rédaction, furent considérables. Dans le premier numéro de la nouvelle édition, la directrice autoproclamée Elena Sombri di Santo Stefano – qui s’avéra par la suite être un pseudonyme du poète Adriano Grande (1897-1972) – publia un message de bienvenue aux lectrices qui annonçait : « La Chiosa entra con questo numero in un nuovo periodo della sua vita. Il suo programma, tuttavia, non muta molto, politica a parte, da quello che è stato fino ad oggi: e ciò per l’ovvio motivo che esso, nella sua parte culturale, benché sembrasse partire da premesse liberali che non potevamo accettare, ha sempre avuto la nostra approvazione. »52 Pour cette raison, l’intention pédagogique de la revue était, du moins officiellement, maintenue :

  • 53 Loc. cit.

La Chiosa, in omaggio al proprio titolo, chioserà appunto tutti i più importanti avvenimenti della politica, della cultura e dell’arte […]. Molta parte del suo spazio sarà ancora dedicata agli argomenti che più interessano la donna e agli studi femminili […]. In questo campo c’è ancora molto da fare, specialmente ora che la donna, chiamata a nuovi doveri con la concessione del voto amministrativo partecipa assai più alla vita pubblica e sociale, e può svolgere ampiamente, e in campi che sino ad oggi le furono chiusi, la propria missione di educatrice a cui natura la chiama.53

28Pour se faire une idée immédiate de la transformation idéologique de l’hebdomadaire, il suffit de regarder la première page, consacrée à la mort de la reine Marguerite, dont l’existence fut résumée en trois paragraphes : « Sposa », « Madre » et « La sua anima fascista ».

29On remarque ensuite des changements significatifs au niveau typographique : une plus grande lisibilité de la page, réduite de cinq à quatre colonnes, et, surtout, l’apparition des premiers dessins et photographies. Le nombre de pages est porté à douze, avec des ajouts concernant l’actualité théâtrale et cinématographique, ainsi que la mode. On trouve de moins en moins d’articles signés : les textes paraissent anonymement ou sont signés sous pseudonyme. On peut toutefois noter que le nouveau directeur A. Grande impliqua davantage de journalistes masculins dans le comité de rédaction – dont Ottorino Modugno et Giovanni Petraccone – que F. Steno, et qu’il lança une ample rubrique de critique littéraire, « Bussole e scandagli letterari ». Cependant, malgré la bonne qualité de certains articles, La Chiosa manquait d’une ligne éditoriale cohérente et d’un objectif culturel défini. En juin 1926, la structure de la revue subit un nouveau changement : la publication d’un numéro unique exceptionnel de vingt-quatre pages en trois colonnes.

  • 54 M. Addis Saba, « La donna muliebre », dans Id. éd., La corporazione delle donne, op. cit., p. 64.
  • 55 Voir en particulier : M. Roncagliolo, « Femminismo e natura », La Chiosa, a. VIII, no 25, 15 juill (...)

30L’élaboration d’un nouveau concept se termina le mois suivant : le sous-titre Commenti settimanali femminili di vita politica e sociale disparut et la nouvelle directrice, Elsa Goss, fut annoncée. Au cours de sa direction, la journaliste génoise tenta de rétablir un point de vue exclusivement féminin, mais il est toutefois difficile d’identifier la composition exacte de la rédaction. On voit apparaître les signatures de la Française Camille Mallarmé et de Liana Drago, tandis que diverses collaborations voulues par A. Grande – dont O. Modugno et G. Petraccone – semblent être interrompues. En outre, La Chiosa reprend le traitement systématique des questions liées à la féminité et accueille des articles sur le féminisme de Bice Sacchi, Teresa Labriola et Paola Benedettini Alferazzi. L’hebdomadaire tenta de reformuler la relation entre le féminisme et le fascisme, et de rendre compatible le rôle domestique et maternel des femmes promu par celui-là avec d’autres possibilités d’expression du féminin. Ce n’est pas banal, car « già usare il termine femminismo […] [era] un atto di coraggio, in un clima in cui esso è diventato uno di quei bersagli d’obbligo di cui il regime ha riempito la sua mitologia »54, même si, de manière irrégulière, les thèmes du féminisme, de ses contenus et de sa relation avec le fascisme sont intensément explorés par la rédaction de La Chiosa. Leur thématisation s’est faite à la fois par le biais d’articles à thèse55 et sous la forme de débats contradictoires. Et malgré l’adaptation de la revue au régime, l’antiféminisme de ce dernier n’est pas passé sous silence.

31Les articles signés du pseudonyme Lisistrata témoignent d’un point de vue non aligné sur le régime comme, par exemple, « La donna, il fascismo e S. E. Turati ». L’article s’inspirait d’un discours prononcé par le secrétaire du Parti national fasciste en février 1927 à Sansepolcro pour aborder la question de la politique du fascisme à l’égard des femmes et, en l’occurrence, de leur éducation :

  • 56 Lisistrata, « La donna, il fascismo e S. E. Turati », La Chiosa, a. IX, no 7, 17 février 1927, p.  (...)

Sì, Eccellenza: è proprio questa educazione ed elevazione della donna il mezzo migliore perché noi diventiamo veramente «la nuova razza italiana dalla quale si può trarre il più ardito capolavoro». Tutti consentono su questo punto, anche i più accaniti antifascisti. Ma noi vorremmo chiedere, invece, ai nostri buoni camerati fascisti: che cosa avete fatto voi, da un po’ di tempo a questa parte, per educare e per elevare la donna? Nel fascismo sembra spirare un’aura di inesplicabile nonché feroce antifemminismo.56

  • 57 Loc. cit.
  • 58 E. Goss, « Commiato », La Chiosa, a. IX, no 28, 21 juillet 1927, p. 8.

32Lisistrata mettait en évidence l’ampleur de l’antiféminisme fasciste : de la concession d’un droit partiel et en fait inapplicable, celui de voter, à la négation de l’éligibilité des femmes, de l’exclusion des emplois d’État et de l’enseignement titulaire à l’exclusion de l’Académie d’Italie. C’était l’occasion de revendiquer l’autorité intellectuelle des femmes et la nécessité de leur reconnaissance par les institutions : « Io non affermo che una donna, perché donna, debba esservi ammessa [all’Accademia di Italia]; ma mi sembra ingiusto che una donna, perché donna, debba esserne esclusa. Dinanzi ai grandi problemi dello spirito, non esistono sessi, ma soltanto intelligenze e coscienze. »57 Cette relative ouverture de l’hebdomadaire et sa tentative de reformuler les revendications féministes dans le contexte fasciste échouèrent lorsque E. Goss quitta la direction, en juillet 1927. La journaliste, dans son article d’adieu, laissait entendre qu’elle n’approuvait pas les changements prévus pour la revue : « La Chiosa esce, da oggi, alquanto modificata nel numero delle pagine e nel testo, ed è quindi logico che essa cambi, anche, di Direzione »58. Dans un entrefilet du numéro suivant, nous trouvons un court paragraphe intitulé « Saluto », qui revient sur le licenciement de la directrice et précise la nature des changements prévus :

  • 59 [La Direction], « Saluto », La Chiosa, a. IX, no 29, 28 juillet 1927, p. 5.

Questo cambiamento […] dovrà presto portare il piccolo periodico ad una completa e radicale trasformazione, la quale, ci auguriamo, sarà gradita. Vogliamo in questo momento salutare la professoressa Elsa Goss, eletta scrittrice, di nobilissimo e austero temperamento, di vivace e battagliero spirito che alla Chiosa ha dato nel periodo della sua direzione allo impulso politico, intellettuale e morale, amando questo foglio come una sua bella creazione. Le tracce dell’opera sua rimarranno anche nella Chiosa di domani, perché non è nel nostro programma di abbandonare tutto ciò che si riferisce al movimento culturale femminile.59

33Au contraire, au cours de son dernier semestre d’activité, le contenu de la revue perdit toute intention informative et évita d’adopter des positions critiques par rapport à l’actualité, en s’alignant sur les programmes officiels. La Chiosa de cette période traitait principalement de la mode féminine et des critiques de films et consacrait une place considérable aux nouvelles et aux romans-feuilletons. Les améliorations en termes de graphisme sont tout à fait perceptibles et constituent un signe de l’obtention de nouveaux fonds : La Chiosa a gagné en élégance et en agrément, a amélioré la qualité des illustrations et le souci du détail. Toutefois, ces changements d’ordre esthétique ne suffirent pas à maintenir en vie une revue qui avait manifestement épuisé sa vocation : La Chiosa mit fin à sa publication le 25 décembre 1927.

Haut de page

Notes

1 L. Casartelli Cabrini, « Rassegna del movimento femminile italiano », Almanacco della donna italiana, no 2, 1921, p. 241.

2 S. Bartoloni, « Dalla crisi del movimento delle donne alle origini del fascismo: l’Almanacco della donna italiana e la Rassegna Femminile Italiana », dans M. Addis Saba éd., La corporazione delle donne: ricerche e studi sui modelli femminili nel ventennio fascista, Florence, Vallecchi, 1988, p. 125-143 ; S. Saracinelli et N. Totti, « L’Almanacco della donna italiana: dai movimenti femminili ai Fasci (1920-1943) », ibid., p. 73-126 ; voir aussi les recherches d’Elisabetta Mondello, en particulier : E. Mondello, La nuova italiana: la donna nella stampa e nella cultura del Ventennio, Rome, Editori riuniti, 1987, et Id., « Silvia Bemporad e l’Almanacco della donna italiana », dans F. Tomassini et M. Venturini éd., Le élites culturali femminili: dall’Ottocento al Novecento, Rome, Aracne, 2019, p. 75-90.

3 F. Pieroni Bortolotti, Femminismo e partiti politici in Italia: 1919-1926, Rome, Editori riuniti, 1978, p. 56.

4 Sur cette question, voir A. Molinari, « Operatrici sociali per la patria », dans S. Bartoloni éd., La Grande Guerra delle italiane: mobilitazioni, diritti, trasformazioni, Rome, Viella, 2016, p. 151-166, et B. Pisa, « La propaganda politica delle “non politiche” », ibid., p. 167-188. L’anniversaire de la Grande Guerre a donné lieu à de nombreuses études. Nous nous limiterons à rappeler, par exemple, S. Soldani, « Donne italiane e Grande Guerra al vaglio della storia », dans S. Bartoloni éd., La Grande Guerra delle italiane, op. cit., p. 21-53 et B. Bianchi, « Living in war: women in Italian historiography (1980-2016) », DEP. Deportate, esuli, profughe, no 31, 2016, p. 5-35.

5 D. Rossini, « Feminism and nationalism: the National Council of Italian Women, the World War, and the rise of fascism (1911-1922) », Journal of Women’s History, vol. XXVI, no 3, 2014, p. 36-58.

6 Voir D. Rossini, « Il Consiglio nazionale delle donne italiane: affinità e contrasti internazionali », dans S. Bartoloni éd., La Grande Guerra delle italiane, op. cit., p. 123-124. À propos de la question du travail féminin dans l’après-guerre, voir L. Gazzetta, Orizzonti nuovi: storia del primo femminismo in Italia (1865-1925), Rome, Viella, 2018, p. 196-198.

7 A. Buttafuoco, Cronache femminili, op. cit., p. 259.

8 Sur la vie et les activités de Flavia Steno, voir les monographies de V. Stolfi, La collaborazione giornalistica di Flavia Steno con Il Secolo XIX e La Chiosa: vicende accadute in Svizzera, in Francia e in Italia a partire dalla fine del secolo XIX fino al decorrere del 1927, Milan, Lampi di stampa, 2007 ; A. Picchiotti, Flavia Steno: una giornalista, una donna (1875-1946), Gênes, Fratelli Frilli, 2010 ; Collectif, Flavia Steno [numéro thématique], La Riviera Ligure, a. XXI, no 61-62, 2010. En particulier, sur La Chiosa, voir F. De Nicola, « Willy Dias e Flavia Steno, scrittrici a Genova », dans F. De Nicola et P. A. Zannoni éd., La fama e il silenzio: scrittrici dimenticate del primo Novecento, Venise, Marsilio, 2002, p. 19-30 ; et Id., « Un settimanale femminile di primo Novecento: “La Chiosa” », dans F. De Nicola et P. A. Zannoni éd., Giornali delle donne, giornali per le donne, Venise, Marsilio, 2006, p. 35-47 ; ainsi que le site web consacré à La Chiosa : [http://www.rose.uzh.ch/doktorat/romanistik/lachiosa1919-1927/] (consulté le 23 mars 2021).

9 Anonyme, [sans titre], La Chiosa, a. II, no 19, 6 mai 1920, p. 2.

10 Anonyme, « Dove è in vendita La Chiosa », La Chiosa, a. V, no 32, 9 août 1923, p. 2.

11 F. Steno, « Ai signori del Giornale di Genova », La Chiosa, a. VI, no 11, 13 mars 1924, p. 2.

12 L. Casartelli Cabrini, art. cité, p. 269.

13 Ibid., p. 263.

14 E. Lombardo, « Rassegna del movimento femminile italiano », Almanacco della donna italiana, no 7, 1926, p. 209.

15 Id., « Rassegna del movimento femminile italiano », Almanacco della donna italiana, no 8, 1927, p. 274.

16 M. T. Sacchi, « Giornaliste di Italia », Almanacco della donna italiana, no 10, 1929, p. 117.

17 Il s’agit de la circulaire qui annonce la fin des publications de la Rassegna Femminile Italiana. Sur ce point, voir S. Bartoloni, « Il fascismo femminile e la sua stampa: la Rassegna Femminile Italiana (1925-1930) », Nuova DWF, no 21, 1982, p. 143-161 ; E. Mondello, La nuova italiana, op. cit., p. 72-79.

18 Archivio centrale dello Stato, secrétariat privé du Duce, correspondance ordinaire, enveloppe 329.

19 E. Mondello, La nuova italiana, op. cit., p. 14. Il s’agit néanmoins d’une autonomie relative, car même les revues féminines doivent s’adapter aux directives du régime. En outre, même si les intellectuels de l’époque nourrissaient un intérêt très limité pour la presse féminine, plusieurs revues (y compris La Chiosa) sont touchées par les lois fascistes : entre autres, Il Cimento, Voce nuova et L’idea femminile (A. Buttafuoco, Cronache femminili, op. cit., p. 262-280), et pour d’autres raisons la Rassegna Femminile Italiana (voir note 18).

20 S. Franchini, « Stampa “femminile” e stampa di consumo: dalle definizioni ai problemi storiografici », Passato e presente, no 51, 2000, p. 126.

21 H. Dittrich-Johansen, « Dal privato al pubblico: maternità e lavoro nelle riviste femminili dell’epoca fascista », Studi storici, a. XXXV, no 1, 1994, p. 224.

22 Sur le fascisme féminin, voir D. Detragiache, « Il fascismo femminile da San Sepolcro all’affare Matteotti (1919-1925) », Storia contemporanea, a. XIV, no 2, 1983, p. 211-254.

23 A. Picchiotti, Flavia Steno, op. cit., p. 62.

24 F. Steno, « Il perché de La Chiosa », La Chiosa, a. I, no 1, 20 novembre 1919, p. 1.

25 M. Bigaran, « Il voto alle donne in Italia dal 1912 al fascismo », Rivista di storia contemporanea, vol. XVI, no 1, 1987, p. 240-265 : p. 258-260.

26 F. Steno, « Il perché de La Chiosa », art. cité, p. 1.

27 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 21 octobre 1919, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à numérotation bleue, 107/15. En se basant sur les relations personnelles et professionnelles entre F. Steno et les frères Perrone, Iasmina Santini propose de considérer La Chiosa comme un élément « della strategia liberal-reazionaria dei Perrone e non tanto in quella femminista della giornalista ». L’auteur formule son hypothèse en affirmant : « soprattutto grazie alle fonti archivistiche si è potuto rivalutare in modo diverso l’ideazione di tale giornale [La Chiosa] e chiarire le reali “paternità” (e non “maternità”) del progetto. Infatti è proprio Perrone a proporre alla giornalista la realizzazione, in risposta al desiderio, espresso in precedenza ripetutamente da Flavia, di dirigere un giornale di economia e cultura italiana: sono proprio Mario e Pio Perrone (che già sostengono testate di questo tipo) a indicare, invece, la necessità di un giornale femminile e a sostenerlo per tutto l’arco della sua produzione » (I. Santini, « Una femminista di destra: Flavia Steno », dans P. Gabrielli éd., Vivere da protagoniste: donne tra politica, cultura e controllo sociale, Rome, Carocci, 2001, p. 127).

28 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 21 octobre 1919, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à numérotation bleue, 107/15. Souligné dans l’original.

29 Ibid.

30 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 21 février 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à numérotation bleue, 107/15 : « Stiamo fondando l’Associazione per gli Interessi Femminili alla quale faranno capo tutte le impiegate e anche gli elementi indipendenti delle altre classi lavoratrici. La Chiosa sarà l’organo dell’Associazione ».

31 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 12 juillet 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à numérotation bleue, 107/15.

32 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 24 novembre 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à numérotation bleue, 107/15.

33 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 12 juillet 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à numérotation bleue, 107/15.

34 Lettre de F. Steno à P. et M. Perrone, 24 novembre 1920, fondation Ansaldo, fonds Perrone, boîtes à numérotation bleue, 107/15.

35 O. Freschi, «Il Secolo XIX»: un giornale e una città, 1886-2004, Rome, Bari, Laterza, 2005, p. 268.

36 Anonyme, « Il nuovo ministero », La Chiosa, a. IV, no 31, 10 août 1922, p. 1.

37 A. Picchiotti, Flavia Steno, op. cit., p. 337-426.

38 F. Steno, « Il perché de La Chiosa », art. cité, p. 1.

39 Loc. cit.

40 La liste complète des membres de la rédaction de La Chiosa est disponible sur le site « Il perché de La Chiosa », dans la section de la base de données « Indici della rivista ». En ligne : [https://www.rose.uzh.ch/static/lachiosa-bancadati/] (consulté le 29 mars 2021).

41 C. Villani Marchesani, « Questione ardua », La Chiosa, a. III, no 31, 4 août 1921, p. 3.

42 [La Rédaction], « In cammino », La Chiosa, a. II, no 1, 1er janvier 1920, p. 1.

43 Loc. cit.

44 Loc. cit.

45 F. Steno, « Anno settimo », La Chiosa, a. VII, no 1, 1er janvier 1925, p. 1.

46 M. Graziosi, « Gender struggle and the social manipulation and ideological use of gender identity in the interwar years », dans R. Pickering-Iazzi éd., Mothers of Invention: Women, Italian Fascism, and Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1995, p. 26-51 : p. 32-35.

47 Les données sont tirées de la section « Ricezione » du site « Il perché de La Chiosa ». En ligne : [https://www.rose.uzh.ch/static/lachiosa-bancadati/] (consulté le 29 mars 2021).

48 F. Steno, « A proposito d’un Congresso femminista », La Chiosa, a. V, no 5, 1er février 1923, p. 1. Sur ce congrès, voir F. Pieroni Bortolotti, Femminismo e partiti politici in Italia, op. cit., p. 176-227, et D. Rossini, « Il Consiglio nazionale delle donne italiane: affinità e contrasti internazionali, dans S. Bartoloni éd., La Grande Guerra delle italiane, op. cit., p. 124-128.

49 F. Steno, « In tema di suffragio », La Chiosa, a. V, no 17, 26 avril 1923, p. 4.

50 Id., « L’elettorato femminile », La Chiosa, a. V, no 24, 14 juin 1923, p. 1.

51 Loc. cit.

52 E. Sombri di Santo Stefano, [sans titre], La Chiosa, a. VIII, no 1, 10 janvier 1926, p. 1.

53 Loc. cit.

54 M. Addis Saba, « La donna muliebre », dans Id. éd., La corporazione delle donne, op. cit., p. 64.

55 Voir en particulier : M. Roncagliolo, « Femminismo e natura », La Chiosa, a. VIII, no 25, 15 juillet 1926, p. 9 ; O. Bevilacqua Caperle, « Il mio ex femminismo », La Chiosa, a. VIII, no 24, 8 juillet 1926, p. 8 ; P. Nurra, « Le origini del femminismo contemporaneo », La Chiosa, a. VIII, no 30, 19 août 1926, p. 4 ; R. Campanini, « Femminismo latino », La Chiosa, a. VIII, no 33, 9 septembre 1926, p. 1 ; Id., « In terreno femminile. Schermaglie polemiche », La Chiosa, a. VIII, no 40, 4 novembre 1926, p. 2 ; Id., « Cosa è, veramente, il femminismo », La Chiosa, a. IX, no 6, 10 février 1927, p. 2 ; P. Benedettini Alferazzi, « Il nostro femminismo », La Chiosa, a. IX, no 1, 2 janvier 1927, p. 1 ; G. Gianucci Alessandri, « Sindacalismo e femminismo », La Chiosa, a. IX, no 23, 9 juin 1927, p. 1.

56 Lisistrata, « La donna, il fascismo e S. E. Turati », La Chiosa, a. IX, no 7, 17 février 1927, p. 1.

57 Loc. cit.

58 E. Goss, « Commiato », La Chiosa, a. IX, no 28, 21 juillet 1927, p. 8.

59 [La Direction], « Saluto », La Chiosa, a. IX, no 29, 28 juillet 1927, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valeria Iaconis, « « Ni féminin ni féministe » : naissance et mort de l’hebdomadaire La Chiosa de Flavia Steno (1919-1927) », Laboratoire italien [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/6930 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.6930

Haut de page

Auteur

Valeria Iaconis

Sapienza Università di Roma ; Volda University College • Valeria Iaconis a soutenu sa thèse de doctorat à l’université de Zurich (2018) et a poursuivi ses recherches en postdoctorat à La Sapienza Università di Roma et au Volda University College en Norvège, grâce à une bourse de mobilité du Fonds national suisse de la recherche scientifique (2019-2020). Outre différents articles dans des revues, elle a publié une monographie, intitulée Finché legge non vi separi (Classiques Garnier, 2020), qui est consacrée au divorce dans la littérature féminine.

Haut de page

Droits d’auteur

CC 3,0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search