Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26VariaL’ancienne rhétorique et l’expéri...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

L’ancienne rhétorique et l’expérience de Machiavel à la cour de France

La retorica antica e l’esperienza di Machiavelli alla corte di Francia
Ancient rhetoric and Machiavelli’s experience at the French court
Alessia Loiacono

Résumés

La première mission diplomatique de Machiavel en France (1500) représente non seulement un épisode notable en ce qui concerne l’amitié entre la République florentine du Grand Conseil et la monarchie de Louis XII, mais elle constitue également un moment tout à fait digne d’intérêt dans la genèse de la pensée politique moderne. Dans la correspondance officielle que Machiavel rédige durant cette légation émergent plusieurs notions liées au patrimoine culturel classique et humaniste, mais réinterprétées à la lumière du contexte des guerres d’Italie.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Raffaele Ruggiero et Pierre Nevejans pour leur aide très précieuse dans l’élaboration de ces pages.

1En juillet 1500, la Seigneurie florentine envoie Francesco della Casa et Machiavel en France après un énième échec durant le conflit contre Pise, où les forces françaises et florentines combattent côte à côte. Les deux mandataires doivent plaider pour la République du Grand Conseil à la suite de la déroute de Ripafratta : les Français en accusent les Florentins en raison notamment de leur retard dans la rémunération des milices mercenaires. Afin d’apaiser les tumultes qui font suite à la mutinerie des Suisses, Louis XII a avancé 38 000 francs dus par Florence, et réclame maintenant leur restitution. Mise à genoux par une crise qui rend insoutenables de nouveaux efforts financiers et militaires, la République souhaiterait, pour sa part, que le roi l’aide à poursuivre la guerre pisane, mais aux frais de ce dernier. Comme on peut l’imaginer, ses espoirs sont vains. Les échanges dans lesquels Machiavel et F. della Casa s’engagent à la cour de France n’ont d’autre résultat que de signaler l’urgence des remboursements que le roi exige. Florence va donc devoir nommer un nouvel ambassadeur, Pier Francesco Tosinghi, qui prendra le relais de Machiavel et F. della Casa dès le mois d’octobre 1500. Après la paralysie diplomatique à laquelle a correspondu l’envoi de ces deux officiers techniques, Florence reprend, grâce à P. F. Tosinghi, les négociations avec les Français. Celles-ci avaient été interrompues avec le départ des ambassadeurs Lorenzo Lenzi et Francesco Gualterotti, au mois de juillet.

  • 1 Nous citons les textes de Machiavel dans les éditions suivantes : N. Machiavel, De principatibus, (...)
  • 2 I. Melani, «Di qua» e «di là da’ monti»: sguardi italiani sulla Francia e sui francesi tra XV e XV (...)
  • 3 P. Pieri, La crisi militare italiana nel Rinascimento nelle sue relazioni con la crisi politica ed (...)
  • 4 « Adventum Caroli regis in Italiam, post ducentesimum annum quam barbarus hostis, et ipse magnis c (...)
  • 5 L’intention de B. Rucellai n’est pas d’écrire le récit de ces événements, mais la descente du roi (...)
  • 6 Nous consacrerons plus loin la juste place à cette notion.

2Au temps des guerres d’Italie, le sort politique des États italiens (les cose d’Italia) est en proie aux « vents de la fortune et [à] la variation des choses » (Prince, XVIII, 15)1, et l’équilibre des puissances paraît significativement mouvant et instable : une « altalena di alleanze e amicizie, stima e rispetto in rapida e continua girandola di mutamenti »2. Sur les champs de bataille « l’azione tattica, risolutiva, breve e brutale » l’emporte « sopra quella distruttiva, intelligente e studiata »3 ; la brutalité et la célérité des nouvelles guerres modifient profondément la pensée et l’action politiques. En moins d’un siècle (de 1492 à 1527), les autorités italiennes doivent faire face au défi de repenser la gestion diplomatique des conflits. Ce cadre historique et politique justifie l’idée de rupture qui anime l’ensemble de l’œuvre de Machiavel. Son concitoyen Bernardo Rucellai, membre de l’oligarchie florentine, représente ce moment de crise de manière incisive et inédite dans le prologue de son De bello italico4, où il entend écrire la descente5 de Charles VIII en Italie et les bouleversements dont son peuple belliqueux fut porteur. Lorsqu’il narre les massacres, trêves, paix et encore la guerre du début du XVIe siècle, B. Rucellai cherche, autant que possible, à mettre sous les yeux (« ante oculos ponere ») de ses lecteurs les décisions, les actes et les événements mémorables ; ce qui signifie, en termes de construction rhétorique du récit, poursuivre l’effet d’évidence6.

3Dans la conjoncture agitée des guerres d’Italie, Florence mène une politique étrangère hésitante, du fait de sa crainte vis-à-vis des bouleversements de la grande politique internationale. Quelques Florentins souhaitent maintenir l’ancienne alliance avec la France, qu’ils considèrent comme nécessaire pour la survie de l’État républicain, tandis que d’autres regardent l’allié français d’un mauvais œil, d’autant plus qu’à partir de 1500 l’amitié politique avec Louis XII isole Florence des autres puissances italiennes. Faible face aux menaces politiques extérieures, la République florentine se montre également incapable de concilier les antagonismes qui la minent de l’intérieur. Dans ses rapports avec d’autres puissances, elle adopte une stratégie de temporisation et de neutralité, mais en temps de guerre des choix d’un autre genre s’imposent : il faut savoir se montrer « vrai ami et vrai ennemi » (Prince, XXI, 11), et savoir adapter chaque initiative aux exigences de la conjoncture (voir Discours, III, ix, 2), comme le suggère Machiavel une décennie après sa première légation française.

  • 7 L’importance de la notion de remède dans la construction de la pensée de Machiavel est sensible da (...)
  • 8 Pour des repères et une première bibliographie sur ce sujet, voir R. Descendre, entrée « stato », (...)
  • 9 Ces questions sont efficacement examinées par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, source de l’analys (...)
  • 10 Ibid.

4À Florence, les citoyens réunis au sein des pratiche (des assemblées consultatives florentines à géométrie variable) soulignent l’importance des ordres, de l’argent, des armes et de l’amitié (notamment celle du roi de France) dans le but d’assurer le gouvernement républicain. Dans l’œuvre de Machiavel, l’amitié est présentée comme un des remèdes7 permettant d’obtenir et de consolider le pouvoir. Le binôme ami/ennemi joue un rôle notable au sein de l’art de l’État (notion polysémique centrale dans la pensée de Machiavel8) dont il est question dans le Prince et dans les Discours9. Si l’ennemi « porta in sé un pericolo e una minaccia incombenti sulla salvaguardia dell’individuo e, soprattutto, dello Stato »10, l’ami peut, au contraire, en assurer la protection. Ainsi, bien avant de se consacrer à la rédaction de ses œuvres majeures, le 5 mai 1501 Machiavel écrit dans une lettre officielle au commissaire florentin Tommaso Tosinghi, à propos des rapports entre Florence et Louis XII :

  • 11 LCSG, t. II, p. 80-81, § 4.

E perché tutti l’insulti che ci hanno ad essere fatti hanno a proce‹de›re da la voglia e consentimento della Maestà del Re, el primo nostro intento ha ad essere mantenerci amica quella o riguadagnarla, quando fussi perduta.11

  • 12 Ibid., p. 306, § 3.

5De la même manière, le 4 septembre, il écrit aux commissaires Piero Soderini et Luca d’Antonio degli Albizzi : « ci pareva non possere [...] vivere securi delle cose nostre sanza qualche forza della Maestà del Re »12.

  • 13 Ibid., t. I, p. 437, § 27.
  • 14 T. Maissen, « Ein Mythos wird Realität: Die Bedeutung der französischen Geschichte für das Florenz (...)

6Du XIIIe au XVIe siècle, l’amitié française constitue un élément clé du programme politique florentin, ainsi qu’un thème bien présent au sein des documents officiels et des chroniques de la ville du Lys. Il suffit de penser à quelques sources exemplaires : Giovanni Villani, Donato Acciaiuoli, Le Pogge et Coluccio Salutati. Lors du déclin des derniers Hohenstaufen, Florence, ville guelfe, bénéficie de la protection des Anjou. Puis, sous Laurent le Magnifique, l’amitié avec la France intègre les projets politiques florentins de manière stable. La crise du pouvoir médicéen, en 1494, ouvre la voie à l’expérience républicaine sous la houlette du Grand Conseil (1494-1512), qui hérite de l’amitié traditionnelle avec la France. Charles VIII (1483-1498) et surtout Louis XII (1498-1515) sont des interlocuteurs fondamentaux du peuple florentin « nato e sempre mantenutosi franzese »13. Livrés aux Français par la bouche de Machiavel et de F. della Casa durant leur légation de 1500, ces mots perpétuent la tradition d’une rhétorique francophile qui apparaît également dans l’inachevée Historia Florentinorum de Bartolomeo Scala (1430-1497)14. Les dépêches officielles que Machiavel et F. della Casa envoient aux dirigeants florentins permettent de suivre l’évolution tumultueuse de l’amitié entre la République florentine du Grand Conseil et la monarchie de Louis XII. Née en 1498, au début des guerres d’Italie, cette amitié se fonde sur un lien séculaire, ainsi que sur une étude de l’équilibre des forces en Europe durant cette période, et se poursuit, entre succès et revers, jusqu’à l’effondrement de la République florentine en 1512.

  • 15 C. Vivanti, « Note », dans Lettere, p. 1667.
  • 16 LCSG, t. I, p. 409, § 5.
  • 17 J.-J. Marchand, Niccolò Machiavelli, i primi scritti politici (1499-1512): nascita di un pensiero (...)
  • 18 LCSG, t. II, p. 72, § 4.

7La mission Machiavel-della Casa de 1500 marque une phase conflictuelle dans l’histoire de l’amitié dissymétrique entre Florence et la France. Louis XII « piú che un alleato, è un protettore »15 pour les Florentins, ou, pour le dire avec les mots de ces derniers, le seul « protettore in nel quale le Signorie vostre avéno sempre confidato largamente e confidavano »16. Quelques Florentins trouvent dans l’amitié française une réponse au problème posé par la liberté républicaine dans une situation de bouleversement politique. Ce « pesante protettorato di una potenza straniera ufficialmente alleata ed amica »17 s’avère être toutefois une solution inefficace pour protéger la République contre les menaces qui se multiplient sur ses frontières. Pire encore, le protectorat français aggrave les difficultés de Florence. La République et le roi entretiennent un rapport vénal, fondé sur l’échange de bénéfices et de grosses sommes d’argent. Ces dernières sont destinées à financer, d’une part, les projets expansionnistes de Louis XII en Italie, et, de l’autre, la tentative florentine de reconstituer son ancienne autorité territoriale. Le coût de l’amitié française ne fait qu’ajouter des « affanni » (Decennale primo, v. 108) aux difficultés financières de la République, confrontée, durant la période de gouvernement populaire, à de houleux débats lors des consultations publiques vouées à résoudre la question des ressources financières. En plus des sommes nécessaires pour mener sa guerre contre Pise et se défendre contre les menaces qui se dressent à ses frontières, Florence doit fournir au roi de France les hommes et les deniers promis dans le cadre d’accords désavantageux. Elle doit, par ailleurs, trouver des ressources pour entretenir ses relations avec les membres de la cour, dans des temps où, comme Machiavel le dit dans d’autres circonstances, « si attende a corrompere ciascuno »18.

*

  • 19 Voir à ce propos A. Bartoli Langeli, « Cancellierato e produzione epistolare », dans P. Cammarosan (...)
  • 20 Voir par exemple L. Baggioni, La forteresse de la raison : lectures de l’humanisme politique flore (...)
  • 21 Voir A. Nuzzo, « Le lettere di Stato di Coluccio Salutati ai Malatesti », Schede umanistiche, no 2 (...)
  • 22 « […] l’imponente ripresa delle discipline letterarie, filologico-linguistiche, giuridiche e anche (...)

8La rhétorique orale (ars arengandi) et les techniques de l’écriture professionnelle (ars dictaminis) constituent deux instruments fondamentaux au service du pouvoir politique en Italie, dès la période communale. Les « techniciens du discours » du Moyen Âge, c’est-à-dire les notaires et les dictatores, formés aussi bien au droit qu’à la rhétorique, sont des officiers chargés tantôt de représenter l’État tantôt de contribuer à sa constitution grâce à la force rhétorique des mots19. Leur expertise a pour socle les summae dictaminis : des gloses des sources romaines classiques concernant l’art de la rhétorique orale, notamment le De inventione de Cicéron et la Rhetorica ad Herennium. À partir du XVe siècle, la figure du chancelier humaniste prend la place du premier dictator (ou cancellarius) de la familia du podestat. Continuateurs d’une branche périphérique des intellectuels médiévaux, les humanistes portent une attention originale aux textes de la tradition classique, notamment dans le but d’assimiler des modèles rhétoriques pour en faire de nouveaux paradigmes de pensée, d’écriture et d’action. L’expérience des chanceliers humanistes florentins20, et notamment de Coluccio Salutati21, renouvelle profondément la tradition de la communication politique officielle. La sensibilité rhétorico-littéraire devient indissociable de l’attention portée aux questions éthiques et politiques, ainsi qu’à l’orchestration d’une propagande efficace aussi bien dans les affaires intérieures que dans les rapports interétatiques. L’apport de la sensibilité humaniste dans le renouvellement du lien entre art rhétorique et expérience politique pratique est remarquable, et très efficacement mis en évidence par Cesare Vasoli22, qui a souligné l’importance de l’éloquence dans l’exercice des fonctions hétérogènes caractérisant les formes politiques de la première modernité. Les préoccupations rhétoriques et politiques des humanistes constituent le trait d’union d’une tradition dont Machiavel et ses contemporains représentent à la fois l’achèvement et le dépassement.

  • 23 Giorgio Inglese a vu dans le Prince une « concentrazione del massimo potere informativo, argomenta (...)
  • 24 E. Garin, L'Umanesimo italiano: filosofia e vita civile nel Rinascimento, Rome, Bari, Laterza, 199 (...)
  • 25 Ces deux catégories, Pietro Bembo les oppose dans ses Prose della volgar lingua, voir A. Afribo, T (...)
  • 26 G. Inglese, Per Machiavelli, op. cit., p. 85.
  • 27 A. Afribo, Teoria e prassi della «gravitas» nel Cinquecento, op. cit., p. 19.
  • 28 E. Garin, L’Umanesimo italiano, op. cit., p. 68.
  • 29 Un rapprochement déjà proposé par G. Inglese, Per Machiavelli, op. cit., p. 85.
  • 30 Voir D. Cantimori, « Rhetoric and politics in Italian humanism », Journal of the Warburg Institute(...)

9Dans la lettre de dédicace du Prince, Machiavel revendique une position rhétorico-littéraire bien précise. Il déclare avoir rejeté, dans la rédaction de son œuvre, tout genre d’ornement en faveur d’une parole claire et immédiate23, qui met en exergue « la seule variété de la matière et la seule gravité du sujet » (Prince, dédicace, 4). Machiavel pratique ce style rédactionnel tout au long de son expérience diplomatique en temps de guerre. La recherche constante, chez lui, de la plus grande efficacité verbale constitue un volet complémentaire par rapport à sa conception du réel en tant que vérité dynamique, soumise au mouvement permanent de l’histoire et uniquement compréhensible à partir des effets que ce mouvement lui-même produit. Sa sensibilité se situe dans la lignée du courant humaniste. À travers l’interlocution constante avec les sources anciennes, ce dernier « oltrepassò per sempre quell’antica visione del reale statico, a strutture rigide, astorico oggetto di contemplazione, che la logica platonico-aristotelica aveva presupposto »24. Machiavel rejette les « amples clausules » et les « mots ampoulés » (Prince, dédicace, 4). Il poursuit concrètement une efficacité communicative et persuasive maximale à travers la brevitas et la sélection de mots précis et denses. Bien sûr, ce choix stylistique n’exclut en rien la maîtrise des instruments rhétoriques, maîtrise que Machiavel a parfaitement acquise grâce à une expérience de quinze ans en tant que secrétaire et envoyé diplomatique florentin. Il s’agit là plutôt de mettre en exergue la gravità contre la piacevolezza du discours, le sens contre le son25. Machiavel le suggère d’ailleurs efficacement lorsqu’il dit à propos de son œuvre : « j’ai voulu soit qu’aucune chose ne l’honore, soit que la seule variété de la matière et la seule gravité du sujet la rendent agréable » (Prince, dédicace, 4). L’efficacité rhétorique ne dépend pas, dans ce cas, des critères esthétiques de l’éloquence et de l’ornement. En revanche, l’auteur s’oriente vers une « diversa retorica, tutta intesa all’effetto di un’immediata adesione fra il lettore e le “cose” »26. Son efficacité rhétorique est ainsi le fruit de l’aptitude des mots à illustrer les effets du mouvement historique, tout en s’adaptant au rythme fiévreux de la guerre nouvelle. De ce point de vue, le chemin du Prince semble avoir été frayé par Lorenzo Valla, dont la Dialettica et les Eleganze expriment l’intention de dépouiller la parole de tout genre d’artifice, et de lancer une recherche philologique sur le sens des expressions et des mots, afin d’en redécouvrir le lien originaire avec la pensée. Machiavel occuperait donc une place bien précise au sein de l’ancienne querelle qui s’articule tout au long du Cinquecento entre forme et contenu, « tra piacevolezza e gravità, tra significante tautologicamente detto e magari sprecato […] e un significante attento a testimoniare un significato, a cooperare profondamente con la storia »27. Les mots adhèrent sans affectation aux choses, afin de raconter l’expérience humaine et d’en interpréter le sens. Avec Machiavel, mais « già in Valla », disait Eugenio Garin, « la “filologia” […] si converte nella storia »28. L’idée que Machiavel défend à l’orée de son Prince en dit beaucoup sur ses liens avec la tradition rhétorique humaniste, par rapport à laquelle l’auteur se situe entre rupture et continuité. Dans cette perspective, la lettre de dédicace mérite d’être lue en parallèle avec Prince, XV29, où Machiavel introduit la notion de vérité effective et laisse entendre sa volonté d’adhésion à une méthode réaliste, située à son tour aussi bien en rapport qu’en contraste avec l’héritage humaniste30. Nous souhaiterions reconsidérer ces aspects au prisme de ses écrits diplomatiques.

  • 31 Voir J.-L. Fournel, « La “vérité effective de la chose” chez Machiavel : dynamiques de la vérité » (...)
  • 32 L. Gregori, « I codici di Piero del Nero negli spogli lessicali della Crusca », Aevum, vol. LXIV, (...)
  • 33 O. Tommasini, La vita e gli scritti di Niccolò Machiavelli nella loro relazione col machiavellismo(...)
  • 34 Ibid., p. 217.

10Le Prince est une œuvre dont l’originalité se mesure, entre autres, à l’aune de ses phénomènes lexicaux caractéristiques. Dans le chapitre XV apparaît notamment l’expression vérité effective : un hapax31 que Machiavel n’emploie nulle part ailleurs. Cette notion, l’auteur l’oppose à celle d’imagination. Il propose ainsi une dyade ancrée, d’une part, dans la philosophie aristotélicienne et scolastique de la première époque moderne, et devenue, d’autre part, fondamentale pour les auteurs s’inspirant de son œuvre. Vérité effective est, en réalité, une expression pilier de la pensée machiavélienne. Il convient d’examiner ici ponctuellement le sens d’effettuale. Cet adjectif semble être d’un usage rare en italien. En revanche, l’adverbe effettualmente est attesté dans plusieurs textes historiques et documents officiels, tels que la Cronica de Matteo Villani et quelques statuts des communes italiennes. Effettualmente figure, en outre, dans l’édition en langue vulgaire du De viris illustribus de Pétrarque consultée pour la constitution du premier Vocabolario degli Accademici della Crusca, et recensée – comme les autres textes du corpus de la Crusca – dans le manuscrit Riccardiano 219732. L’œuvre en question porte le titre Volgarizzamento delle Vite degli huomini illustri. Elle fut apparemment livrée par Donato degli Albanzani da Pratovecchio dans la dernière décennie du XIVe siècle. Un de ses exemplaires fit partie de la bibliothèque de Piero del Nero, un Florentin contemporain de Machiavel. Piero del Nero est un personnage proche de Marsile Ficin et du milieu de l’Académie platonique. Il est membre – en 1503, 1505 et 1507 – de la magistrature florentine des Dix (dont Machiavel fut le chancelier), et intervient également au sein des pratiche. Durant l’assemblée du 24 mai 1505, il suggère le nom de Machiavel en tant qu’officier pour une ambassade napolitaine (suggestion qui fut rejetée) ; et en 1507 il contribue, avec Francesco Gualterotti, à mettre le Secrétaire florentin sur la route de l’Allemagne, à la suite du jeune ambassadeur Francesco Vettori. C’est dans la correspondance privée de Machiavel qu’émerge une suggestion particulièrement précieuse à propos de ses liens avec Piero del Nero. La lettre de Biagio Buonaccorsi du 3 novembre 1502 témoigne du séjour de Marietta Corsini, femme de Machiavel depuis 1501, auprès de Piero del Nero lui-même. Oreste Tommasini a signalé que, du fait des liens familiaux entre les Machiavel et les Del Nero, ce genre de visite était fréquent durant les premières missions machiavéliennes loin de Florence, soit dans les premiers temps du mariage33. Piero del Nero avait épousé en secondes noces la mère de Marietta Corsini (Ginevra di Zanobi Guidotti), après la mort de son premier mari (Ludovico Corsini). En 1487, de l’union entre Piero del Nero et Ginevra Guidotti naît Francesco del Nero, le beau-frère de Machiavel. C’est notamment Francesco qui mène à son terme le recrutement de Machiavel pour la rédaction des Histoires florentines. Les liens entre Machiavel et Piero del Nero sont donc étroits. Dans une lettre du Secrétaire à son neveu Giovanni Vernacci, citée dans l’étude de Tommasini34, on apprend du reste que Piero Machiavelli, un des sept enfants de Niccolò et de Marietta Corsini, doit précisément son nom à la mémoire de Piero del Nero, mort autour de janvier 1512.

  • 35 Entrée « effettualmente », dans Lessicografia della Crusca in rete, 2e éd. (1623), Florence, Accad (...)
  • 36 F. Bausi, « Fonti classiche e mediazioni moderne nei “Discorsi” machiavelliani: gli episodi di Sci (...)
  • 37 N. Machiavel, Il principe, R. Ruggiero éd., Milan, Rizzoli, 2008, p. 147, note 4.
  • 38 Sur les liens entre Machiavel et Polybe, voir C. Varotti, etrée « Polibio », dans EM, ad vocem, av (...)
  • 39 Polybe conçoit plus précisément une histoire au service d’un cénacle sensible aux questions politi (...)

11Bref, Del Nero possède une copie du Volgarizzamento delle Vite degli huomini illustri, texte dans lequel l’adverbe effettualmente figure dans la phrase « se ello non poteva avere effettualmente la cosa, aveva la immaginazione »35. On ne cherchera pas ici à déterminer si Machiavel puise directement dans la bibliothèque de Piero del Nero pour avoir accès à cet ouvrage. Une telle question nécessiterait, en effet, une enquête approfondie, qui nous porterait loin de notre propos initial. On se limitera à signaler que, d’après Francesco Bausi, Machiavel pourrait avoir lu le De viris illustribus précisément dans l’édition de l’Albanzani36. Nous retenons donc l’acception d’effettualmente donnée dans cette édition en vulgaire (« con effetto, in fatto »), et nous en venons à examiner dans une autre perspective l’origine et le sens du syntagme machiavélien vérité effective. Pour ce faire, il convient tout d’abord d’insister sur un aspect que la critique a déjà mis évidence37, c’est-à-dire la relation entre Prince, XV et la dédicace. Au début de son œuvre, Machiavel explique que le Prince naît de son désir de collecter dans un court traité « la connaissance des actions des hommes grands, apprise par moi avec une longue expérience des choses modernes et une continuelle lecture des antiques » (Prince, dédicace, 2), dans le but de l’offrir au rejeton des Médicis. Son travail est animé par l’intention « d’écrire chose utile à qui l’entend » (Prince, XV, 3). Comme on s’en doute, ce genre de réflexion autour de l’utilité de l'histoire n’est pas une invention machiavélienne. L’idée d’une histoire utile, universelle et pragmatique constitue le socle de l’historiographie de Polybe38, entre autres. Dans l’introduction de ses Histoires, ce dernier déclare que la connaissance historique est utile, voire indispensable à l’action politique orientée vers l’avenir39. Puis, dans le développement de son œuvre, il se penche sur la notion de vérité. Histoires, XII contient une réflexion sur le travail d’historien fondée sur une analyse en parallèle de l’expérience de Timée et d’Aristote, qui ont tous deux abordé l’histoire de la colonie de Locri. Dans ce chapitre, Polybe met en relief le lien serré entre histoire, vérité et utilité. Il vient, par ailleurs, d’insister sur les notions de crédibilité et de véridicité, de vraisemblable et de faux, et de livrer une critique sévère de l’approche de Timée. Ensuite, dans un fragment d’Histoires, XX, 12, 8, l’auteur souligne l’écart entre connaissance indirecte et directe des faits. Ce faisant, il met l’accent sur l’importance de l’évidence visuelle, c’est-à-dire du témoignage oculaire direct, en tant que critère indispensable pour établir la vérité des faits et poser les jalons du jugement historique.

  • 40 Pour une étude circonstanciée de ces aspects, voir P. Pédech, La méthode historique de Polybe, Par (...)

12L’évidence (ἡ ἐνάργεια) est une notion centrale dans la méthode historiographique de Polybe. Elle constitue le produit de l’expérience personnelle, et plus précisément de l’information autoptique (ἡ αὐτοψία) cumulée par le témoin oculaire (ὁ αὐτόπτης)40. Ces éléments méritent d’être pris en compte dans notre lecture des dépêches des légations machiavéliennes, mais avant de nous pencher sur ces textes, quelques remarques conclusives à propos du Prince s’avèrent nécessaires. Il convient d’abord d’insister brièvement sur le lien entre la connaissance dérivant de l’« expérience des choses modernes » que Machiavel évoque dans sa dédicace et l’utilité que son travail revendique. Un tel lien est constitué par le biais d’une approche méthodique novatrice, consistant à suivre « la vérité effective de la chose » contre « l’image qu’on en a » (Prince, XV, 3). Bref, la connaissance historique s’avère utile à la seule condition d’être fondée dans la vérité effective, soit la verità della cosa in fatto, pour paraphraser cet hapax machiavélien tout en suivant les suggestions données plus haut.

13Dans le récit de la première légation française, les notions de vérité et d’utilité sont étroitement liées. Dans leurs dialogues avec Louis XII et son entourage, Machiavel et F. della Casa empruntent des voies hétérogènes et complémentaires, dans le but (l’utile) de plaider pour Florence contre les accusations françaises. L’une de ces voies consiste notamment à poursuivre la vérité des faits, et semble trouver des correspondants classiques aussi bien dans le discours historiographique grec que dans la rhétorique des argumenta. Dès le début, lorsque Florence livre ses instructions à Machiavel et F. della Casa – prêts désormais à rejoindre la cour française –, on entend que l’expérience directe qu’ils ont acquise à Ripafratta constitue le critère déterminant de leur élection. Émerge tout particulièrement l’interaction cruciale entre l’expérience de terrain, la connaissance des faits et l’information autoptique. Florence se confie notamment aux deux officiers dans ces termes :

  • 41 LCSG, t. I, p. 391, § 16.

A noi non pare necessario potere aggiugnere altro per vostra informazione a questa commissione, perché tutto abbiamo tratto di campo dove voi siete stati presenti, e avete potuto cognoscerle e vederle meglio di noi.41

14Dans une lettre ultérieure, que Florence adresse aux ambassadeurs Lorenzo Lenzi et Francesco Gualterotti, le rapport entre l’élection de Machiavel et F. della Casa et leur expérience sur le terrain est encore davantage mis en évidence :

  • 42 Ibid., p. 397-398, § 4-5.

Noi mandiamo costí lo spettabile Francesco della Casa e Nicolò Malchiavelli con la commissione vi faranno nota. Sono stati di continuo in campo e per questo potranno bene iustificare ogni imputazione ne fussi voluto dare, e con ragione dimonstrare ogni cosa che sia a proposito dell’onore e commodo della Repubblica nostra.42

  • 43 Ibid., p. 389, § 6.
  • 44 Ibid., p. 390, § 8.

15Se dessine alors nettement une des fonctions principales de l’officier diplomatique : contribuer activement à la sécurité de l’État. Durant leur mission diplomatique, Machiavel et F. della Casa doivent narrer précisément les « particulari visti in sul fatto »43 afin de justifier les actions/décisions de la République florentine, jugée responsable de la débâcle militaire. Par exemple, dans son exhortation à « escusare » le désordre dans la distribution des victuailles, Florence insiste sur l’importance de la narration circonstanciée des événements militaires à peine conclus. Le récit minutieux du passé récent constitue un passage clé des discussions diplomatiques auxquelles Machiavel et F. della Casa se préparent. Grâce aux détails recueillis sur le terrain, ces derniers se doivent plus précisément de « monstrare alla Maestà del Re non esser mancato per noi che l’impresa non si sia guadagnata »44, puis encore de « monstrare » que Florence avait agi avec ferveur afin d’assurer le bon résultat de l’entreprise. La répétition de montrer mérite d’être remarquée. Dans la culture classique, l’habileté à « montrer par les paroles » appartient aussi bien à l’historien qu’au rhéteur. Ce mécanisme discursif est précisément à la base non seulement de l’argumentatio, mais aussi de l’effet d’évidence (ἡ ἐνάργεια) propre à la méthode historique de Polybe (et, comme on l’a vu, de B. Rucellai). Son idée pénètre dans la tradition rhétorique latine : Cicéron la traduit par inlustratio ou evidentia, et Quintilien par l’expression evidentia in narratione. Il s’agit, en d’autres termes, de choisir ses mots d’une telle manière qu’ils donnent un aspect vivant à leur objet de référence. Ce choix confère une impression de vérité au discours, comme si chaque mot faisait advenir son objet devant les yeux du lectorat. Dans la Rhetorica ad Herennium, ce phénomène est appelé demonstratio. Demonstratio, evidentia in narratione et ἐνάργεια sont donc des termes relevant tous d’une expérience rendue tangible, vraie, grâce à la vivacité des mots, et, inversement, d’un discours apte à faire la lumière sur la vérité effective. Machiavel et F. della Casa élaborent avec rigueur l’argumentation indispensable à la défense florentine. Dans leur lettre du 11 août 1500, lorsqu’ils rendent compte d’une discussion assez vive avec le cardinal d’Amboise, ils déclarent ouvertement que narrer la vérité concernant les événements militaires constitue, pour eux, un objectif crucial :

  • 45 Ibid., p. 419, § 14.

Circa el dolersi che, per nostro mancamento, la ’mpresa fussi resoluta, noi di nuovo replicamo brevemente e’ disordini stati in campo, concludendo che, se la Maestà del Re non era avvisata e informata, che le vettuaglie fussino sute quasi tutte rubate e inoltre male distribuite, che per certo sua Maestà non aveva informazione della verità; offrendoci di nuovo noi essere venuti per questo parati ad ogni esamine, per mostrare il vero essere che per le Signorie vostre si fussi abbundato in ogni cosa etc.45

16L’évidence (ἐνάργεια), cet outil central de l’historiographie grecque, s’avère en réalité très peu fructueuse durant les échanges franco-florentins. Le cardinal d’Amboise rejette catégoriquement les arguments et les preuves avancés par les Florentins, notamment dans le but de se défendre contre les intrigues des Lucquois, leurs ennemis. C’est ce qui va provoquer la réponse perturbée au sein de laquelle les expressions verità et in effetto se côtoient. On a l’impression que les prémisses pour la formulation de l’hapax vérité effective sont en train de se constituer. « A che noi replicamo », écrivent Machiavel et F. della Casa,

  • 46 Ibid., p. 417, § 6.

parerci cosa assai inconveniente che Lucchesi, con qualche loro demostrazione di buone parole e con qualche loro mezzo e amico a loro proposito, potessino più che la verità: la quale in effetto era che noi sempre avamo operato per lo onore del Re e loro in contrario, e massime in questa impresa di Pisa.46

  • 47 G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, Londres, J. Cape, 1955, p. 47-54.
  • 48 R. Ruggiero, Baldassarre Castiglione diplomatico: la missione del cortegiano, Florence, Olschki, 2 (...)

17Dans son Renaissance Diplomacy, Garrett Mattingly offre une analyse serrée des faiblesses de la politique italienne durant la première époque moderne47. Au début du XVIe siècle, il est désormais irréaliste d’appliquer à une plus grande échelle le système d’équilibre des forces expérimenté en interne au temps de Laurent le Magnifique. La politique, et notamment la diplomatie italienne, se heurte maintenant aux logiques de la guerre brutale et à l’inefficacité de la rhétorique vis-à-vis d’autres instruments, tels que l’argent (les provvisioni) et la force militaire. La crise provoquée par les guerres d’Italie semble mettre à nu l’impuissance de la diplomatie, c’est-à-dire d’un art de la rhétorique politique qui avait auparavant concouru activement à l’équilibre des forces italiennes. C’est, du moins, la perspective qui émerge dans l’étude classique de G. Mattingly à ce sujet. Néanmoins, Raffaele Ruggiero48 a efficacement mis en lumière l’enjeu de la rhétorique en tant qu’instrument politique dans un système italien qui se montre faible à la fois financièrement et militairement tout au long de ces conflits. En vérité, les efforts accomplis du côté de la diplomatie italienne pour adapter ses usages rhétoriques à l’urgence contemporaine, soit à la qualité des temps, furent considérables. Dans le domaine de la diplomatie, la culture classique, l’art rhétorique et la connaissance de l’histoire interagissent sans relâche avec la politique. L’expérience philologique de la première génération d’humanistes cède du terrain à une approche méthodologique nouvelle, dont l’objectif est de façonner, à partir du savoir ancien, des instruments vivants et efficaces pour comprendre et agir en temps de guerre. L’expérience française de Machiavel est un témoignage exemplaire de cet effort.

Haut de page

Notes

1 Nous citons les textes de Machiavel dans les éditions suivantes : N. Machiavel, De principatibus, Le Prince, J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini éd. et trad., texte italien établi par G. Inglese, Paris, PUF, 2014 (désormais Prince) ; Id., Discours sur la première décade de Tite-Live, A. Fontana et X. Tabet éd. et trad., Paris, Gallimard, 2004 (désormais Discours) ; Id., Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, Rome, Salerno Editrice (Edizione nazionale delle opere di Niccolò Machiavelli, section V, t. I-VII), 2002-2012 (désormais LCSG) ; Id., Opere, vol. II : Lettere, legazioni e commissarie, C. Vivanti éd., Turin, Einaudi-Gallimard, 1999 (désormais Lettere) ; Id., Scritti in poesia e in prosa, A. Corsaro et al. éd., F. Bausi coord., Rome, Salerno Editrice (Edizione nazionale delle opere di Niccolò Machiavelli, section III, t. II), 2012 (désormais Decennale primo).

2 I. Melani, «Di qua» e «di là da’ monti»: sguardi italiani sulla Francia e sui francesi tra XV e XVI secolo, Florence, Firenze University Press, 2011, p. 527.

3 P. Pieri, La crisi militare italiana nel Rinascimento nelle sue relazioni con la crisi politica ed economica, Naples, Ricciardi, 1934, p. 196.

4 « Adventum Caroli regis in Italiam, post ducentesimum annum quam barbarus hostis, et ipse magnis copiis magnoque ad bellum apparatu, Alpes transcendit, scribere aggredior: rem huius aevi longe omnium maximam, neque sine motu maximo generis humani, quippe bellicosa gens atque olim pervagata armis universum prope orbem terrarum, omnium undique animos concussit. Quibus tempestatibus propterea quod plurima bella gesta cum opulentis populis regibusque – unde strages, indutiae, pax, bellum rursus exortum, atque in extremas terras penetratum est – non alienum videbitur consilia, acta eventusque rerum, ut quaeque memoria digna extiterunt, aperire, ac, quantum ingenio possim, ante oculos ponere. », B. Rucellai, De bello italico, La guerra d’Italia, D. Coppini éd., Florence, Firenze University Press, 2011, p. 44-45.

5 L’intention de B. Rucellai n’est pas d’écrire le récit de ces événements, mais la descente du roi Charles en Italie. Ce renoncement à la subjectivité de la part de l’auteur permet de rapprocher son historiographie du modèle objectiviste de Thucydide, dont la tradition humaniste – et notamment la traduction latine de Valla – avait accru la fortune.

6 Nous consacrerons plus loin la juste place à cette notion.

7 L’importance de la notion de remède dans la construction de la pensée de Machiavel est sensible dans de nombreux épisodes de sa biographie politique et intellectuelle, voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Machiavel : une vie en guerres, Paris, Passés composés, 2020, par exemple p. 55, 71-72, 274. Et également G. Ferroni, Machiavelli, o dell’incertezza: la politica come arte del rimedio, Rome, Donzelli, 2003.

8 Pour des repères et une première bibliographie sur ce sujet, voir R. Descendre, entrée « stato », dans Machiavelli: enciclopedia machiavelliana (désormais EM), vol. II, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2014, ad vocem.

9 Ces questions sont efficacement examinées par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, source de l’analyse qui suit. Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, entrée « nemico », dans EM, vol. II, ad vocem.

10 Ibid.

11 LCSG, t. II, p. 80-81, § 4.

12 Ibid., p. 306, § 3.

13 Ibid., t. I, p. 437, § 27.

14 T. Maissen, « Ein Mythos wird Realität: Die Bedeutung der französischen Geschichte für das Florenz der Medici », dans G.-R. Tewes et M. Rohlmann éd., Der Medici-Papst Leo X. und Frankreich: Politik, Kultur und Familiengeschäfte in der europäischen Renaissance, Tübingen, Mohr Siebeck, 2002, p. 118-135.

15 C. Vivanti, « Note », dans Lettere, p. 1667.

16 LCSG, t. I, p. 409, § 5.

17 J.-J. Marchand, Niccolò Machiavelli, i primi scritti politici (1499-1512): nascita di un pensiero e di uno stile, Padoue, Antenore, 1975, p. 64.

18 LCSG, t. II, p. 72, § 4.

19 Voir à ce propos A. Bartoli Langeli, « Cancellierato e produzione epistolare », dans P. Cammarosano éd., Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento: relazioni tenute al convegno internazionale di Trieste (2-5 marzo 1993), Rome, École française de Rome, 1994, p. 251-261 : p. 253.

20 Voir par exemple L. Baggioni, La forteresse de la raison : lectures de l’humanisme politique florentin d’après l’œuvre de Coluccio Salutati, Genève, Droz, 2015 ; et l’étude classique de E. Garin, « I cancellieri umanisti della repubblica fiorentina da Coluccio Salutati a Bartolomeo Scala », dans Id., La cultura filosofica del Rinascimento italiano: ricerche e documenti, Florence, Sansoni, 1961, p. 3-37.

21 Voir A. Nuzzo, « Le lettere di Stato di Coluccio Salutati ai Malatesti », Schede umanistiche, no 2, 2003, p. 5-55 : p. 12.

22 « […] l’imponente ripresa delle discipline letterarie, filologico-linguistiche, giuridiche e anche storiche, già propria delle prime generazioni umanistiche, ha come scopo la formazione di intellettuali che siano ben formati nelle tecniche oratorie, abbiano conoscenze linguistiche e testuali sempre più raffinate e, soprattutto, siano capaci di intervenire, con efficacia argomentativa, e abilità stilistica, nel complesso e sottile tessuto di operazioni linguistiche che deve svolgere un cancelliere di stati repubblicani, il segretario di un principe o chi svolge ed attua i disegni di una diplomazia già abbastanza raffinata. […] Arte del discorso e ricerca della massima efficacia argomentativa, sviluppo delle più elevate capacità espressive e possesso delle tecniche utili per sostenere la validità di una tesi furono naturalmente considerati come le doti indispensabili per il convincimento di un pubblico già assai diverso e “complesso”, al quale erano indirizzate non solo le esortazioni politiche, bensì tutte le altre forme di discorso richieste dai nuovi rapporti sociali e dallo sviluppo di istituzioni (cancellerie, corti e “curie”) ormai stabilmente costituite », C. Vasoli, « La retorica e la cultura del Rinascimento », Rhetorica, vol. II, no 2, 1984, p. 121-137 : p. 124-125. Voir également Id., La dialettica e la retorica dell’Umanesimo: «invenzione» e «metodo» nella cultura del XV e XVI secolo, Milan, Feltrinelli, 1968, p. 28-29.

23 Giorgio Inglese a vu dans le Prince une « concentrazione del massimo potere informativo, argomentativo, evocativo, nella minima superficie verbale », G. Inglese, Per Machiavelli: l’arte dello stato, la cognizione delle storie, Rome, Carocci, 2006, p. 85.

24 E. Garin, L'Umanesimo italiano: filosofia e vita civile nel Rinascimento, Rome, Bari, Laterza, 1993 (titre original Der italienische Humanismus, 1952), p. 15.

25 Ces deux catégories, Pietro Bembo les oppose dans ses Prose della volgar lingua, voir A. Afribo, Teoria e prassi della «gravitas» nel Cinquecento, Florence, F. Cesati, 2001, p. 13-14. « Le ragioni del suono, acuto o grave, contro le ragioni delle res e del significato: è una divaricazione niente affatto episodica ma assolutamente strutturale, nell’ordine dei concetti profondi, in tutto un dibattito cinquecentesco », ibid., p. 15. L’œuvre de Bembo est par ailleurs évoquée dans les pages que Giorgio Inglese consacre à la prose de Machiavel, voir G. Inglese, Per Machiavelli, op. cit., p. 84.

26 G. Inglese, Per Machiavelli, op. cit., p. 85.

27 A. Afribo, Teoria e prassi della «gravitas» nel Cinquecento, op. cit., p. 19.

28 E. Garin, L’Umanesimo italiano, op. cit., p. 68.

29 Un rapprochement déjà proposé par G. Inglese, Per Machiavelli, op. cit., p. 85.

30 Voir D. Cantimori, « Rhetoric and politics in Italian humanism », Journal of the Warburg Institute, vol. I, no 2, 1937, p. 83-102 : p. 85. Adriano Prosperi publie la version italienne originale de ces recherches, qui datent de 1937, dans son édition posthume de 1992 : D. Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento e altri scritti, A. Prosperi éd., Turin, Einaudi, 1992.

31 Voir J.-L. Fournel, « La “vérité effective de la chose” chez Machiavel : dynamiques de la vérité », dans O. Guerrier éd., La vérité, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013, p. 27-40.

32 L. Gregori, « I codici di Piero del Nero negli spogli lessicali della Crusca », Aevum, vol. LXIV, no 3, 1990, p. 375-385.

33 O. Tommasini, La vita e gli scritti di Niccolò Machiavelli nella loro relazione col machiavellismo, Rome, Loescher, 1883 (rééd. anastatique Bologne, Il Mulino, 1999), vol. I, p. 400, note 2.

34 Ibid., p. 217.

35 Entrée « effettualmente », dans Lessicografia della Crusca in rete, 2e éd. (1623), Florence, Accademia della Crusca. En ligne : [http://www.lessicografia.it] (consulté le 27 mars 2021), ad vocem ; D. Rossetti, Petrarca, Giul. Celso e Boccaccio: illustrazione bibliologica delle Vite degli uomini illustri del primo, di Cajo Giulio Cesare attribuita al secondo e del Petrarca scritta dal terzo, Trieste, G. Marenigh tipografo, 1828, p. 255.

36 F. Bausi, « Fonti classiche e mediazioni moderne nei “Discorsi” machiavelliani: gli episodi di Scipione, Torquato e Valerio », Interpres, vol. VII, 1987, p. 159-190 : p. 166. L’étude de F. Bausi est citée dans le travail très récent d’A. Salvo Rossi, Il Livio di Machiavelli: l'uso politico delle fonti, Rome, Salerno, 2021, p. 229, note 54.

37 N. Machiavel, Il principe, R. Ruggiero éd., Milan, Rizzoli, 2008, p. 147, note 4.

38 Sur les liens entre Machiavel et Polybe, voir C. Varotti, etrée « Polibio », dans EM, ad vocem, avec ses indications bibliographiques, et notamment la référence aux études classiques de G. Sasso, E. Garin et M. Martelli.

39 Polybe conçoit plus précisément une histoire au service d’un cénacle sensible aux questions politiques, L. Canfora, Le vie del classicismo: 3, Storia, tradizione, propaganda, Bari, Dedalo, 2004, p. 231.

40 Pour une étude circonstanciée de ces aspects, voir P. Pédech, La méthode historique de Polybe, Paris, Les Belles Lettres, 1964. Voir Polybe, Histoires, P. Pédech éd. et trad., Paris, Les Belles Lettres, 11 vol., 1961-1995.

41 LCSG, t. I, p. 391, § 16.

42 Ibid., p. 397-398, § 4-5.

43 Ibid., p. 389, § 6.

44 Ibid., p. 390, § 8.

45 Ibid., p. 419, § 14.

46 Ibid., p. 417, § 6.

47 G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, Londres, J. Cape, 1955, p. 47-54.

48 R. Ruggiero, Baldassarre Castiglione diplomatico: la missione del cortegiano, Florence, Olschki, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessia Loiacono, « L’ancienne rhétorique et l’expérience de Machiavel à la cour de France », Laboratoire italien [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/6970 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.6970

Haut de page

Auteur

Alessia Loiacono

Université de Strasbourg • Après avoir rédigé son mémoire de master sous la direction de M. Ruggiero, à l’université de Bari (2015), Alessia Loiacono prépare actuellement sa thèse, dirigée par M. Cutinelli-Rèndina, à l’université de Strasbourg. Ses intérêts scientifiques portent sur la pensée politique et l’histoire de la diplomatie italienne durant les guerres d’Italie du XVIe siècle. Ancienne chargée de cours en tant que doctorante contractuelle à l’université de Strasbourg, puis lectrice à l’ENS de Lyon, elle a participé à différentes initiatives et publications scientifiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC 3,0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search