Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Claudio Marazzini et Alessio Petr...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Claudio Marazzini et Alessio Petralli (éd.), La lingua italiana e le lingue romanze di fronte agli anglicismi

Firenze, goWare, 2015, 140 p., 12,99 € (papier) / 4,99 € (e-book)
Héloïse Elisabeth Ducatteau
Référence(s) :

Claudio Marazzini et Alessio Petralli (éd.), La lingua italiana e le lingue romanze di fronte agli anglicismi, Firenze, goWare, 2015, 140 p., 12,99 € (papier) / 4,99 € (e-book)

Texte intégral

  • 1 On se limitera à citer la plus marquante des dernières années : A. Zoppetti, Diciamolo in italiano (...)
  • 2 Voir R. J. Alfaro, Diccionario de anglicismos, Madrid, Gredos, 1970.
  • 3 De même, nous restreignons à mentionner : M. Picone, Anglicisms, Neologisms and Dynamic French, Am (...)
  • 4 Nous entendons par là des publications dans des revues académiques où les auteurs et autrices sort (...)
  • 5 Un exemple hispanophone : H. Gil, « Abuso de anglicismos », La vanguardia, 2014. En ligne : [https (...)

1Les polémiques autour de la question des anglicismes ont déjà fait l’objet de nombreuses publications à la fois essayistiques1, dictionnairiques2, universitaires3, pseudo-universitaires4, journalistiques5. La particularité de l’ouvrage présent est de mettre en regard différentes langues romanes au niveau de leur posture face aux emprunts à l’anglais. Publié sous l’égide de l’Accademia della Crusca, il accorde assez logiquement une prédominance à la langue de Dante ; viennent ensuite, par ordre d’importance dans l’ouvrage, le français, le portugais, l’espagnol puis le catalan. Cet ouvrage collectif résulte en fait d’un symposium qui s’est tenu les 23 et 24 février 2015 à la Villa Medicea di Castello et au siège de la Société Dante Alighieri. D’après l’introduction, il a suscité des réactions dans la presse nationale. Il témoigne de fait du maintien de l’intérêt, ou plutôt du souci, public pour les anglicismes, amorcé par René Étiemble en 1946 dans un article paru dans Combat et amplifié dans le livre Parlez-vous franglais ? (1964).

2Si, au début du livre, les auteurs veulent construire leur démarche scientifiquement en se libérant de tous les préjugés, les textes présentés en annexes témoignent d’un avis assez tranché en défaveur des anglicismes. La pétition d’Annamaria Testa (présentée parfois « Anna Maria » dans le livre) invite le gouvernement italien, les entreprises, les médias, les administrations publiques à privilégier l’italien dès que possible ; elle concède nonobstant que des anglicismes enracinés en italien comme tram ou computer continuent d’être usités. Cette prise de position a été relayée par une pétition de l’Accademia della Crusca, laquelle partage les mêmes revendications. Cette dernière a d’ailleurs mis en place un site accessible au plus grand nombre pour trouver les alternatives possibles aux emprunts ainsi qu’un bureau de consultation.

3Quelques écueils méritent cependant d’être signalés en vue d’une réédition ultérieure. Rarement intégrées dans les actes de colloques, des photographies permettent de revivre visuellement l’événement, d’évaluer le nombre d’auditeurs et auditrices, de l’interactivité rendue possible par les locaux, toutefois, il aurait été plus judicieux de mettre une photographie des intervenants et intervenantes au début de leur article respectif et de s’assurer d’une meilleure résolution. Il est curieux que les chapitres ne soient pas numérotés alors que le découpage interne de chacun d'eux l'est quant à lui. Si le plurilinguisme du livre est appréciable, avec des contributions en italien pour l’essentiel, mais aussi en français et en espagnol, il est néanmoins dommage que l’article consacré au portugais de Maria Teresa Rijo da Fonseca Lino ne figure pas dans cette langue, alors même que le livre appelle à une écologie linguistique. Deux remarques au niveau micro : l’usage des guillemets anglais au lieu des guillemets en chevrons dans la plupart des cas est étonnant, voire paradoxal, étant donné la prise de position qui est loin d’être anglomaniaque. S’agit-il d’une convention imposée par la maison d’édition goWave ou d’un choix pour faciliter le référencement ? Par ailleurs, un manque de cohérence réside dans le fait que certaines références sont indiquées à la fois dans le texte et en note de bas de page, d’autres uniquement dans le texte. Dans l’ensemble des interventions, l’alliance d’analyses qualitatives et quantitatives mérite d’être soulignée, tout comme la variété diamésique des sources (Wikipédia, mails, journaux…), mais leur choix n’est pas toujours justifié laissant douter de la représentativité quant aux anglicismes.

4Venons-en au contenu des articles assez inégaux en longueur. Claudio Marazzini, président de l’Accademia della Crusca, brosse une histoire des réactions italiennes vis-à-vis des mots étrangers. Il accorde une place non négligeable à la période fasciste et remonte jusqu’au XVIIe siècle à Gravina. Cette borne chronologique n’est peut-être pas la plus adéquate. L’auteur recourt en tout cas à une terminologie précise ; il différencie en effet les emprunts de nécessité à ceux de luxe se référant à Ernst Tappolet, linguiste suisse qui s’était penché au début du XXe siècle sur les variétés linguistiques de la Suisse romande. Michele Cortelazzo explique quant à lui les tâches du linguiste : ce dernier a en charge de notifier les changements linguistiques. Le rôle prescriptif se limite à la phase d'introduction des mots exogènes. Un arrêt sur quatre anglicismes offre quatre graphiques qui indiquent leur évolution sur plusieurs années. Claudio Giovanardi se penche sur les vocables préconisés pour contrer les anglicismes dix ans après (sans que soit indiqué ce qu’il s’est passé de décisif en 2005). Remigio Ratti se focalise sur les différentes traductions de governance en italien et conseille governanza car le mot est présent dans la langue italienne depuis au moins sept siècles. On regrettera l’oubli des majuscules à l’initiale des substantifs allemands qui viennent à l’appui dans le tableau. Annamaria Testa est la seule à ne pas indiquer de bibliographie à la fin de son article, c’est en fait compréhensible puisqu’elle est la seule non-universitaire de l’ouvrage. Elle a été conviée en raison de son engagement contre les emprunts à l’anglais, qui s’est matérialisé par l’initiative Dillo in italiano! L’article de Valeria Della Valle relate les conclusions de l’Observatoire néologique de la langue italienne et du film-documentaire sorti en 2014 sur les rapports entra fascisme et langue italienne (ce dernier n’est mentionné que brièvement en fin d’article). Jean-Luc Egger s’intéresse quant à lui aux anglicismes dans l’italien helvétique. L’article de John Humbley opère une démarche croisée franco-québecoise vis-à-vis des anglicismes qui précède la comparaison hispano-catalane de Gloria Clavería. Enfin, Luca Serianni appelle à une conscientisation de la néologie. Le rôle du linguiste est de nouveau évoqué : celui de sensibiliser et de favoriser la réflexion sur la langue.

5En définitive, l’ouvrage actualise et renouvelle les études sur les emprunts à l’anglais de façon théorique et empirique mais sans se conformer à une scientificité neutre. En fin de lecture, on peut regretter que bon nombre de langues romanes (comme le roumain, le galicien, l’aranais, le mirandais pour se limiter à la péninsule ibérique) ne soient pas du tout évoquées dans l’analyse comme le laisse présager l’article défini dans le titre.

Haut de page

Notes

1 On se limitera à citer la plus marquante des dernières années : A. Zoppetti, Diciamolo in italiano. Gli abusi dell’inglese nel lessico dell’Italia e incolla, préface d’Annamaria Testa, Milano, Hoepli, 2017.

2 Voir R. J. Alfaro, Diccionario de anglicismos, Madrid, Gredos, 1970.

3 De même, nous restreignons à mentionner : M. Picone, Anglicisms, Neologisms and Dynamic French, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1996.

4 Nous entendons par là des publications dans des revues académiques où les auteurs et autrices sortent du périmètre scientifique : J. Mallo, « La plaga de los anglicismos », Hispania, 1954, vol. XXXVII, no 2, p. 135-140. En ligne : [https://doi.org/10.2307/335626] (consulté le 19 août 2021).

5 Un exemple hispanophone : H. Gil, « Abuso de anglicismos », La vanguardia, 2014. En ligne : [https://www.lavanguardia.com/participacion/cartas/20140329/54404235474/abuso-de-anglicismos.html] (consulté le 19 août 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Elisabeth Ducatteau, « Claudio Marazzini et Alessio Petralli (éd.), La lingua italiana e le lingue romanze di fronte agli anglicismi », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 14 octobre 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/7003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.7003

Haut de page

Auteur

Héloïse Elisabeth Ducatteau

Universités d’Aveiro, Paris 3-Sorbonne Nouvelle, Lille et Sciences Po

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search