Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Enrica Maria Ferrara éd., Posthum...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Enrica Maria Ferrara éd., Posthumanism in Italian Literature and Film : Boundaries and Identity

Cham, Palgrave Macmillan (Italian and Italian American Studies), octobre 2020, 303 p., 100,99 €
Amélie Aubert-Noël
Référence(s) :

Enrica Maria Ferrara éd., Posthumanism in Italian Literature and Film : Boundaries and Identity, Cham, Palgrave Macmillan (Italian and Italian American Studies), octobre 2020, 303 p., 100,99 €.

Texte intégral

1L’ambition de l’ouvrage collectif dirigé par Enrica Maria Ferrara est de donner un aperçu approfondi de ce à quoi peut ressembler une critique post-humaniste appliquée à la culture italienne, dans le sillage de Thinking Italian Animals. Human and Posthuman in Italian Literature and Film (Deborah Amberson et Elena Past éd., 2014). Ce premier volume affichait une approche à la fois plus vaste (non exclusivement posthuman) et plus restrictive (centrée sur la question animale) ; Posthumanism in Italian Literature and Film apporte donc bien une pierre essentielle à l’édifice des études posthuman italiennes, qui pour l’instant se développent principalement dans des milieux universitaires non italiens. En effet, un seul des contributeurs du volume enseigne dans une université italienne, tous les autres dépendant d’universités anglaises, irlandaises, néerlandaises, suisses ou nord-américaines.

2Le projet tire sa légitimité de l’importance acquise par la pensée posthuman (nous gardons le terme anglais car sa traduction française renvoie plutôt au transhumaniste, courant très différent du post-humanisme philosophique dont il s’agit ici) au cours des dernières décennies, ainsi que de l’existence de ramifications italiennes représentées par des philosophes tels que Roberto Marchesini ou Francesca Ferrando. Il s’agit en outre d’un filon théorique apte à fournir des clefs de lecture utiles pour penser certains aspects fondamentaux de l’époque contemporaine, notamment l’évolution des relations de l’être humain avec la nature, avec les animaux ou encore avec les altérités technologiques. Ferrara justifie en outre son projet par l’affirmation plutôt contre-intuitive que l’Italie serait le berceau du post-humanisme (p. 14), s’appuyant sur l’existence d’une littérature canonique qui aurait opéré précocement une remise en question de la vision anthropocentriste du monde ; mais aussi et surtout par l’idée que des penseurs comme Luisa Muraro, Giorgio Agamben, Franco Cassano ou Serenella Iovino auraient été « parmi les premiers à repenser la condition humaine au sein du nouveau cadre post-humaniste » (loc. cit.). Par ailleurs, elle considère les années quatre-vingt-dix comme l’époque d’un « tournant post-humaniste dans la littérature italienne », notamment avec la publication de l’anthologie Gioventù cannibale (Daniele Brolli, 1996), qui contient des textes de plusieurs auteurs étudiés dans le volume.

3Ce dernier se concentre avant tout sur la question de l’identité, étroitement mise en rapport par la pensée post-humaniste avec celle des altérités et avec la notion d’hybridation entendue au sens large. Le présupposé commun à tous les chapitres est en effet le dépassement de la structure dualiste qui sous-tend la quasi-totalité de la pensée occidentale traditionnelle, et l’affirmation de nouvelles modalités de construction de l’identité et de nouvelles relations (de l’ordre de l’interconnexion et non de l’exclusion) entre le Moi et l’Autre, entre sujet et objet ou encore entre humain et non-humain.

4La diversité des articles, répartis en trois parties selon une logique thématique, vise à proposer au lecteur des « études de cas » exemplaires permettant d’avoir un aperçu de la complexité des problématiques mises en jeu par une critique culturelle post-humaniste (p. 21). Un autre objectif est celui d’ouvrir différents débats potentiellement féconds sur les rapports entre le post-humanisme et la science-fiction ou les films d’horreur, sur le rôle de l’Italie dans le développement de cette pensée ou encore sur la compatibilité entre une remise en question du logocentrisme (corollaire de l’anthropocentrisme) et l’expression par le biais de la littérature de « voix » non humaines et de nouveaux types de relations.

5La première partie réunit des articles sur deux auteurs de la tradition italienne (Leopardi et Pirandello) et sur deux autrices contemporaines (Pugno et Ferrante) dans le but de montrer le processus du « devenir » post-humaniste, au sens à la fois généalogique et individuel. Dans le premier article, Gianna Conrad développe la conviction – partagée par beaucoup – que le Zibaldone aurait eu un rôle pionnier dans le passage d’un paradigme fondé sur les dualismes à un autre construit autour des idées de continuité du vivant, de vulnérabilité partagée et de la nécessité de transformer l’organisation de la société pour prendre en compte les relations et l’harmonie entre tous les êtres, humains et non humains. L’article collectif qui suit explore les procédés utilisés par Pirandello pour « reconstruire les hiérarchies axiologiques ou idéologiques » (p. 55), notamment l’effacement de toute frontière entre le personnage et son environnement à la fin de Uno, nessuno e centomila ainsi que l’« ironie cosmique » consistant à élargir infiniment la perspective pour montrer le caractère infime des vies humaines au sein de l’univers. Pirandello brouille parfois aussi les frontières entre animal « réel » et « métaphorique », à travers des « devenir-animaux » de personnages humains présentés comme les vecteurs de véritables épiphanies menant à des changements existentiels radicaux.

6Dans son article sur Laura Pugno, Marco Amici montre comment Sirene illustre un aspect pervers de l’effacement post-humaniste des barrières entre humain et non humain au sein du monde capitaliste, phénomène associé à la « nécropolitique » par Rosi Braidotti. Le roman rend visible la manière dont une même domination patriarcale s’exerce sur les femmes, sur les animaux et sur la nature. Amici analyse également le rôle d’espaces naturels comme le bois et la montagne dans d’autres romans de Pugno : celui de « seuil » entre la société humaine et des espaces où règnent le mystère et la pure altérité, impliquant un abandon de l’anthropocentrisme. Dans le dernier article, Ferrara propose une analyse remarquable de l’œuvre d’Elena Ferrante à la lumière – une fois encore – de l’effacement des frontières, en l’occurrence entre deux individus humains de sexe féminin (les deux protagonistes de sa tétralogie), mais aussi entre l’une d’elles et l’altérité technologique à la fin du récit. Ces deux formes de fusion apparaissent comme des processus libérateurs permettant l’émergence d’identités féminines post-humaines très différentes l’une de l’autre.

7La deuxième section explore différentes problématiques liées à l’impact des nouvelles technologies sur la construction de l’identité. Le premier problème abordé est celui de la transformation de tout le système de production et de réception littéraires à l’ère du « multimédia », avec une attention particulière au cas de la poésie et aux possibilités inédites offertes à cette dernière par les nouvelles technologies, entendues aussi bien comme un champ thématique à explorer que comme un inventaire de ressources permettant d’hybrider et de renouveler profondément l’écriture poétique (Giancarlo Alfano). L’article de Kristina Varade se penche sur la présence croissante des téléphones portables dans les narrations contemporaines et dans la manière dont ils influencent l’évolution des formes littéraires ; elle propose une lecture de textes d’Aldo Nove, Andrea De Carlo et Giuseppe Culicchia, montrant les différentes manières dont cet objet omniprésent dans la vie contemporaine contribue à façonner aussi bien notre sentiment d’identité que nos relations et modes de communication interpersonnels.

8Les deux derniers articles abordent la question des relations entre technologie et féminité. Celui d’Eleonora Lima propose une lecture comparée de deux romans de Luciano Bianciardi et Tiziano Scarpa mettant en scène l’impact des technologies qui ont émergé durant le « boom économique » sur la redéfinition et l’émancipation – ou au contraire l’aliénation – de l’identité féminine. Lima vise ainsi à montrer à quel point le langage et la littérature jouent un rôle essentiel dans l’attribution de signification et de valeur idéologique à la technologie et à son rapport avec l’évolution des rôles de genre. Anna Lisa Somma et Serena Todesco analysent quant à elles Bambini di ferro de Viola Di Grado, s’appuyant sur le concept d’abjection de Kristeva et les réflexions de Braidotti sur la maternité, la technologie et la monstruosité pour montrer comment la représentation d’une maternité androïde, en remettant en question la maternité biologique, permet l’émergence d’une « subjectivité plus fluide et autonome » (p. 187).

9La troisième et dernière section explore la « redéfinition des frontières » entre l’être humain et ses altérités naturelles et technologiques ainsi que les problèmes éthiques qu’elle pose. Eugenio Bolongaro voit dans La vita oscena d’Aldo Nove le récit d’une tentative de dépasser les limitations de la perspective humaine pour embrasser un horizon post-humaniste, c’est-à-dire pour s’ouvrir à des présences non humaines (objets et animaux) et aux implications éthiques d’une telle entrée en contact. Cette tentative se solde cependant par un échec qui souligne la difficulté des défis liés à un véritable changement de paradigme. Dans le deuxième article, Enrico Vettore utilise et croise les ressources du bouddhisme zen et de l’éco-psychologie pour mettre en lumière les affinités de nombreux personnages de Gianni Celati avec l’idée d’une identité « post-humaine », au sens d’impermanente et profondément liée à l’environnement. Cette conception de la vie humaine et non humaine ainsi que de l’environnement inorganique comme « coextensifs » et interdépendants a pour corollaire un positionnement moral écologique au sens fort : « Le fait d’accepter que la nature et les êtres humains sont coextensifs nous aide à porter un regard différent sur l’environnement et à prendre soin de lui, sachant qu’en faisant cela nous prenons soin de nous-mêmes » (p. 250). Dans le troisième chapitre, Fabio Camilletti se penche sur des œuvres et des supports très différents (romans, chansons et films) pour analyser la figure du zombie, véritable « icône post-humaine de l’aliénation contemporaine » (p. 257), et son évolution en lien avec les évolutions de la société italienne. Le zombie serait ainsi venu à incarner l’union de tous les marginaux et l’« élan révolutionnaire » (p. 262) susceptible d’ébranler l’hégémonie du capitalisme et du consumérisme. Enfin, Paolo Saporito offre une belle interprétation de trois films d’Antonioni (L’avventura, La notte et L’eclisse) à la lumière du new materialism de Karen Barad, y voyant la mise en scène de résistances croissantes des personnages féminins à l’aliénation imposée par la société contemporaine, à travers la recherche d’une relation nouvelle à leur environnement avec lequel elles sont profondément « enchevêtrées ». Dans cette optique, Antonioni multiplie les procédés cinématographiques performatifs, capables d’opérer la fusion des personnages avec le monde matériel et de faire émerger l’« agency » de ce dernier, créant un ultime « enchevêtrement » entre caméra et matière qui remet l’humain à sa juste place, celle d’un élément du monde connecté aux autres et en aucun cas au centre de ce dernier.

10Les auteurs du volume s’appuient sur un vaste corpus de références théoriques (notamment les analyses de Donna Haraway, Judith Butler, Julia Kristeva, Rosi Braidotti ou encore Karen Barad) pour analyser des œuvres relevant de médias différents. C’est d’ailleurs le degré d’assimilation de théories complexes, plus ou moins solide et solidement reliée à une lecture subtile et non instrumentale des œuvres, qui peut donner l’impression d’un ouvrage assez hétérogène du point de vue de la qualité des articles, dont certains sortent clairement du lot.

11Le volume dans sa globalité s’avère en fin de compte précieux grâce à sa capacité à rendre visible la prégnance d’un imaginaire post-anthropocentrique, ainsi que d’œuvres science-fictionnelles aptes à questionner les problématiques les plus actuelles de la réalité contemporaine, dans une culture italienne que le peu d’attention accordé par l’université italienne à ces thématiques pouvait laisser croire hermétique à ces dernières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Aubert-Noël, « Enrica Maria Ferrara éd., Posthumanism in Italian Literature and Film : Boundaries and Identity », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 27 octobre 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/7028 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.7028

Haut de page

Auteur

Amélie Aubert-Noël

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search