Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2021Antonio Perrone e Carolina Borell...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2021

Antonio Perrone e Carolina Borelli (éd.), Scelta di poesie nell’incendio del Vesuvio di Urbano Giorgi

Soveria Mannelli, Rubettino, 2021, 128 p., 15 €
Jean-Louis Fournel
Référence(s) :

Antonio Perrone e Carolina Borelli (éd.), Scelta di poesie nell’incendio del Vesuvio di Urbano Giorgi, Soveria Mannelli, Rubettino, 2021, 128 p., 15 €

Texte intégral

1Voici la réédition d’un curieux petit livre de poèmes dont la princeps date de 1632 et fut publiée à Rome chez Francesco Corbelletti, imprimeur attitré des Jésuites depuis 1625. On remarquera en passant que la question semble d’ailleurs intéresser les imprimeurs romains de la Société de Jésus puisqu’un autre d’entre eux, Giacomo Mascardi, publie la même année 1632 un livre du médecin Pietro Castelli intitulé Incendio del monte Vesuvio [...]. Nel quale si tratta di tutti li luoghi ardenti, delle differenze delli fuoghi; loro segni; cagioni; prognostici; e rimedij, con metodo distinto, historico, e filosofico. […]). Mais une rapide comparaison des deux ouvrages contemporains montre toute la singularité de celui qui nous occupe ici pour au moins trois raisons. Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un ouvrage scientifique en prose écrit hâtivement (comme Castelli le remarque lui-même dans sa dédicace au cardinal Biscia), mais d’un recueil poétique relevant d’une opération éditoriale complexe bilingue qui implique une trentaine d’auteurs (parmi lesquels les Napolitains sont souvent liés à l’académie des Oziosi). Ensuite, l’ouvrage est dédié à un grand de l’Église, le cardinal légat Antonio Barberini, neveu du pape Urbain VIII et acteur important des tractations diplomatiques liées à la récente guerre du Montferrat (1628-1631), une figure déterminante de la politique étrangère de l’État pontifical (autrement plus important donc que Lelio Biscia, le dédicataire du livre de Castelli). Enfin et surtout, comme le souligne l’introduction de Perrone, il est probable que l’ouvrage fut sans doute « conçu idéalement à Naples », après l’éruption du Vésuve de 1631, un des événements les plus marquants du XVIIe siècle napolitain. On sait que les récits et comptes rendus de la catastrophe furent nombreux, mais on sait moins qu’ils deviendront des références, sinon des modèles, dans l’ébauche d’une typologie d’un véritable sous-genre poétique illustrant les réactions immédiates aux désastres – notamment dans l’histoire méridionale. Cette réédition s’inscrit d’ailleurs dans le cadre d’un vaste programme de recherches piloté par l’université de Naples Federico II sur l’histoire des désastres dans la première modernité – projet intitulé DisComPose sur lequel on se référera au récent article de méthode, doté d’une solide bibliographie, de Domenico Cecere intitulé « Dall’informazione alla gestione dell’emergenza. Una proposta per lo studio dei disastri in età moderna » (Storica, vol. LXXVII, 2020, p. 9-40).

2Ce petit livre comporte 78 poèmes dont 24 compositions sont écrites en latin. Le nom du dédicataire confère un statut spécifique à l’ouvrage, montrant que Giorgi n’entend pas se limiter à un simple texte d’intervention, une sorte d’instant book appelé à disparaître du panorama culturel en quelques mois. Il est intéressant à cet égard de constater que la langue vernaculaire privilégiée dans les poésies du recueil n’est pas farcie de méridionalismes et relève d’un instrument rhétorique commun à la péninsule, se référant à la langue vulgaire commune et supposant donc un destinataire qui n’est pas purement local et régional : là encore, la publication à Rome, en tant qu’elle est publication « centrale » et non périphérique, prend tout son sens. On comprend mieux dès lors la construction du recueil : le bloc des poésies sur l’incendie du Vésuve est en effet précédé par 25 poésies (8 en latin et 17 en vulgaire, p. 31-55) de nature encomiastique qui sont autant de dédicaces répétées et posent d’emblée, de façon pour le moins insistante, le lien étroit et proclamé entre le dédicataire et les textes qui portent plus directement sur l’éruption du volcan (p. 56-119). Il s’agit de contribuer à une interprétation « autorisée » (relevant peut-être d’une commande) de la catastrophe qui soit compatible avec le récit de l’histoire en cours qui s’écrit chaque jour à la Curie romaine, dans le cadre d’un renforcement de la centralité de sa position sapientiale et idéologique autant que religieuse, faute d’un véritable rôle politico-militaire dans l’Europe pré-Westphalienne. Il s’agit en effet par ce livre de proposer une interprétation de l’événement et non une simple lamentation sur les malheurs du monde. Cette interprétation, compte tenu des promoteurs de l’édition, mobilise évidemment la notion de punition divine, susceptible de rappeler et renforcer le rôle irremplaçable de l’Église dans la gestion comme dans l’interprétation de la situation et de la conjoncture.

3La seconde singularité de ce livre est qu’il s’agit d’une anthologie produite par une sorte d’intellectuel collectif de 32 auteurs réunis par une seule personne particulière, dont malheureusement nous ne savons pas grand-chose. La fine fleur des lettrés méridionaux – mais aussi d’autres régions de la péninsule selon une perspective proto-« nationale » – se rencontrent dans ces pages (Antonio Bruni, Giambattista Basile, Andrea Santamaria pour ne citer que ceux-ci) rassemblés par quelqu’un, Urbano Giorgi (« Acuto accademico Umorista », selon le frontispice d’une autre de ses publications), qui n’est pas l’un des leurs mais, semble-t-il, n’est pas totalement étranger à ce type d’opération (et a peut-être été choisi pour cette raison ?) : il est Romain, il a publié trois ans auparavant en 1629 à Venise chez Giovanni Salis (qui est loin d’être un éditeur secondaire de la place vénitienne) une autre anthologie de poètes, vénitiens cette fois – Nicolò Barbarigo et MarcoTrevisan.

4Le recours à l’anthologie ne vise pas ici (ou pas essentiellement) à donner une image éclatée et un exemple d’une production d’un ou de plusieurs auteurs, mais permet de proposer une forme de synthèse à plusieurs voix tendant à rendre compte de la surprise que l’événement a suscitée. L’instrument littéraire se fait ici outil pour une écriture historico-poétique dans laquelle les poètes baroques font ce qu’ils savent faire et qu’ils ont déjà fait pour la plupart dans d’autres domaines : dire la meraviglia. Comme le souligne Antonio Perrone, c’est là ce qui explique la structure répétée des pièces rassemblées, toutes tendues vers le déploiement de cette meraviglia, meilleure façon de dire la surprise face à la catastrophe (p. 14). La troisième caractéristique importante de l’anthologie est en effet l’identification d’un schéma d’écriture, mais également la construction du recueil, marquée selon les mots pertinents de l’introduction par une cohérence cyclique au service d’un cheminement précis qui conduit de l’écroulement de l’ordre naturel au lamento. En outre, le recueil de poèmes et plus généralement les poésies sur l’événement-Vésuve peuvent ainsi marquer un tournant dans la poésie méridionale qui délaisse l’otium pour les fureurs de la nature (p. 11) jusqu’à fournir « uno dei prodotti culturali più alti del XVII secolo [la cui] valorizzazione [diventa] un passo importante per la riconsiderazione della storia del versante lirico della letteratura barocca » (p. 15).

5En conclusion, on notera aussi la publication au même moment, par Antonio Perrone également, d’une anthologie de la poésie baroque méridionale (Poesie d’amore e d’altri disastri. Antologia di liriche del Meridione barocco, Rome, Carocci, 2021, 190 p.), rassemblant, sous un titre qui n’est pas dénué d’un certain humour, 70 poésies éditées avec soin, écrites par 37 poètes – plus ou moins célèbres – entre 1632 et 1695, sur la thématique du « désastre ». Dans l’introduction (p. 13-32) sont présentées les logiques et les substrats idéologiques propres à une thématique qui jouit d’un succès impressionnant sur le marché éditorial pendant toute la durée du XVIIe siècle. À cet égard, le choix de l’anthologie ne représente pas là aussi une « réduction » mais un instrument d’analyse intéressant et fécond pour rendre compte de ce large éventail de productions poétiques qui sont liées entre elles moins par une auctorialité diversifiée ou par des choix formels que par le sujet, socialement dramatique, qui y est abordé : dans cette perspective, la poésie devient une projection qui relève de l’information et du savoir – d’où parfois des ponts possibles à une poésie d’ordre scientifique – autant que des catégories rhétoriques et esthétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « Antonio Perrone e Carolina Borelli (éd.), Scelta di poesie nell’incendio del Vesuvio di Urbano Giorgi », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 09 novembre 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/7038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.7038

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search