Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27VariaGramsci et l’idéologie (entre Mar...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Gramsci et l’idéologie (entre Marx et Croce)

Gramsci e l’ideologia (tra Marx e Croce)
Gramsci and Ideology (between Marx and Croce)
Giuseppe Cospito

Résumés

Pour comprendre l’originalité de la conception gramscienne de l’idéologie, il est nécessaire de la comparer avec celle des penseurs qui sont ses points de référence les plus importants : Karl Marx et Benedetto Croce. Chez Marx, Gramsci trouve non seulement la conception négative de l’idéologie comme fausse conscience, mais aussi la constatation qu’elle est le lieu de manifestation et de résolution du conflit social. Pour Croce, l’idéologie est liée surtout à l’abstraction et au dogmatisme, ou du moins à la partialité. Dans les Cahiers de prison aussi on trouve cette acception négative de l’idéologie, mais bientôt elle devient synonyme de conception du monde, qui est liée aux conditions matérielles d’existence des hommes, mais ne dérive pas mécaniquement de ces conditions.

Haut de page

Notes de l'auteur

Je remercie Romain Descendre, Marie Lucas et Jean-Claude Zancarini pour la lecture attentive de mon texte et les nombreuses corrections.

Texte intégral

  • 1 G. Francioni, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei Quaderni del carcere, Naples, Bib (...)
  • 2 Dans cette édition sont paru jusqu’à présent les Quaderni di traduzioni (1929-1932) et le premier (...)
  • 3 Q 16, 2, p. 1841-1842 ; et voir Q 4, 1 [F [b], 1].

1Je vais examiner ici la question de l’idéologie chez Gramsci d’un point de vue génétique et évolutif, en suivant la lecture philologique et diachronique des Cahiers de prison, inaugurée par Gianni Francioni avec son Officina gramsciana en 19841 et qui actuellement est à la base de l’édition nationale des manuscrits gramsciens, en cours de parution chez l’éditeur de l’Enciclopedia Treccani, à l’initiative de la Fondazione Gramsci de Rome2. Il s’agit d’appliquer à Gramsci le même critère heuristique que celui qu’il proposait d’utiliser pour lire Marx, à la « recherche du leitmotiv, du rythme de la pensée en développement, [qui] doit être plus importante que telle ou telle affirmation occasionnelle et les aphorismes détachés du contexte », comme on le lit dans un paragraphe du Cahier 16, sous le titre « Questions de méthode », qui est une réécriture de la note ouvrant les « Appunti di filosofia » (Notes de philosophie) du Cahier 43.

  • 4 K. Marx, Contribution à la critique de l’économie politique [1859], Paris, Les Éditions sociales, (...)
  • 5 F .Antonini, « Gramsci, il materialismo storico e l’antologia russa del 1924 », Studi storici, no  (...)

2C’est pourquoi je vais citer et commenter, par ordre de rédaction, quelques textes des Cahiers de prison sur le concept d’idéologie, en essayant de les comparer avec les écrits de Marx et de Croce, que Gramsci connaissait. À ce propos, jusqu’à récemment, j’aurais commencé mon exposé en rappelant que Gramsci n’avait aucune chance de lire le texte fondateur de la conception négative de l’idéologie du marxisme, c’est-à-dire l’Idéologie allemande de Marx et Engels. Composée entre 1845 et 1846, elle avait été abandonnée par ses auteurs « à la critique rongeuse des souris »4 et elle ne sera publiée dans son intégralité qu’en 1932, alors que Gramsci était en prison depuis plusieurs années. Mais aujourd’hui, grâce aux recherches patientes de Irina Gregor’eva, Francesca Izzo et Francesca Antonini, nous sommes presque certains que Gramsci avait lu le résumé-paraphrase du premier livre de l’Idéologie allemande, dédié à Feuerbach, dans une anthologie russe sur le matérialisme historique réalisée par Adoratskij (d’abord collaborateur puis successeur de Rjazanov à la direction de la MEGA, la Marx Engels Gesamte Ausgabe), qui parut à Moscou au début de l’année 1924, mais que Gramsci a pu lire à l’état de brouillon dès l’automne 1923, avant de quitter la capitale soviétique pour aller à Vienne. Là, il proposera à son ancien professeur d’université puis collaborateur de L’Ordine Nuovo, Zino Zini, de traduire en italien ce livre, mais le projet ne sera pas réalisé5.

3Dans le chapitre de l’Idéologie allemande inclus dans l’anthologie russe, on trouve la célèbre affirmation selon laquelle « les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes, autrement dit la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle ». C’est pourquoi,

  • 6 Istoričeskijmaterializm: otryvki iz proizvedenij K. Marksa i F. Èngel’sa [Le Matérialisme historiq (...)

lorsque l’on étudie une société, les prémisses dont il faut partir ne sont pas des bases arbitraires, des dogmes ; ce sont des bases réelles dont on ne peut faire abstraction qu’en imagination. Ce sont les individus réels, leur action et leurs conditions d’existence matérielles, celles qu’ils ont trouvées toutes prêtes, comme aussi celles qui sont nées de leur propre action. […] La production des idées, des représentations et de la conscience est d’abord directement et intimement mêlée à l’activité matérielle et au commerce matériel des hommes, elle est le langage de la vie réelle. Ce sont les hommes qui sont les producteurs de leurs représentations, de leurs idées, etc., mais les hommes réels, agissants, tels qu’ils sont conditionnés par un développement déterminé de leurs forces productives et des rapports qui y correspondent. La conscience ne peut jamais être autre chose que l’être conscient et l’être des hommes est leur processus de vie réel. Et si, dans toute l’idéologie, les hommes et leurs rapports nous apparaissent placés la tête en bas comme dans une camera obscura, ce phénomène découle de leur processus de vie historique, absolument comme le renversement des objets sur la rétine découle de son processus de vie directement physique. La philosophie allemande descend du ciel sur la terre […].6

  • 7 Q 8, 61 [F [c], 61], p. 978.

4La célèbre comparaison avec la chambre noire (camera obscura) fournit un autre argument pour soutenir que Gramsci avait au moins feuilleté ces premières pages de l’Idéologie allemande, puisque, dans une note du Cahier 8, il écrit que, dans la Sainte Famille, Marx et Engels diraient que « chez Hegel on peut voir la réalité, mais elle a la tête en bas, pour ainsi dire, comme dans un appareil photo, où les images apparaissent inversées et le ciel a pris la place de la terre ; il suffit de mettre l’homme sur ses pieds »7. Or cette métaphore photographique n’est pas utilisée dans la Sainte Famille, mais, comme nous venons de le voir, dans l’Idéologie allemande. De toute évidence, dans son souvenir Gramsci confond les deux textes, très proches d’un point de vue temporel (1844-1846) et de contenu (détachement définitif de la gauche hégélienne).

5Il faut également considérer que Gramsci connaissait très bien le résumé de l’Idéologie allemande que Marx avait fait dans la « Préface » de 1859 à la Critique de l’économie politique : dans ces pages, qu’il traduira de l’allemand en prison, dans le Cahier 7, en 1931, d’après une autre anthologie marxienne – Lohnarbeit und Kapital (Travail salarié et capital) –, on lit que

  • 8 A. Gramsci, Quaderni del carcere, 1 : Quaderni di traduzioni (1929-1932), G. Cospito et G. Francio (...)

dans la production sociale de leur vie, les hommes s’engagent dans des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté, rapports de production qui correspondent à un degré déterminé de développement de leurs forces productives matérielles. L’ensemble de ces rapports de production constitue la structure économique de la société, la base concrète sur laquelle s’élève une superstructure juridique et politique et à laquelle correspondent des formes de conscience sociales déterminées. Le mode de production de la vie matérielle conditionne en général le processus de vie social, politique et intellectuel. Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur façon d’être ; c’est inversement leur façon d’être social qui détermine leur conscience. À un certain stade de leur développement, les forces matérielles de production de la société entrent en contradiction avec les rapports de production existants, ou, ce qui n’en est que l’expression juridique, avec les rapports de propriété au sein desquels elles s’étaient mues jusqu’alors. De formes de développement des forces productives, ces rapports en deviennent des entraves. Alors s’ouvre une époque de révolution sociale. Le changement dans la base économique bouleverse plus ou moins rapidement toute l’énorme superstructure. Lorsqu’on considère de tels bouleversements, il faut toujours distinguer entre le bouleversement matériel des conditions de production économiques, qu’on doit constater fidèlement par la méthode des sciences naturelles, et les formes juridiques, politiques, religieuses, artistiques ou philosophiques, bref, les formes idéologiques sous lesquelles les hommes prennent conscience de ce conflit et le mènent jusqu’au bout.8

  • 9 K. Marx et F. Engels, Werke, Berlin, Dietz Verlag, 1956-1990, vol. XXXIX, p. 97.
  • 10 Pour un exposé complet de la question, voir T. Eagleton, Ideology. An Introduction, Londres, Verso (...)
  • 11 L. Paggi, Gramsci e il moderno principe, Rome, Editori Riuniti, 1970, p. 18.
  • 12 V. Lénine, Que faire ? [1902], présenté et annoté par J.-J. Marie, Paris, Seuil, 1966, p. 389.

6Comme on le voit dans ces textes, on trouve la conception négative de l’idéologie qui est généralement attribuée à Marx et surtout au marxisme, à partir de la définition de la « fausse conscience » contenue dans une lettre du vieux Engels à Franz Mehring de 18939. Mais on y trouve aussi une conception neutre, sinon positive, de l’idéologie comme lieu de manifestation et de résolution du conflit social10. Une conception que Gramsci avait déjà rencontrée dans le troisième paragraphe de l’article d’Antonio Labriola de 1896 Del materialismo storico (Sur le matérialisme historique), publié dans le journal socialiste turinois Il Grido del Popolo le 5 janvier 1918 sous le titre « Le ideologie nel divenire storico » (Les idéologies dans le devenir historique)11, et dans le Que faire de Lénine, qui posait l’alternative : « idéologie bourgeoise ou idéologie socialiste. Il n’y a pas de milieu »12.

  • 13 B. Croce, Etica e politica [1931], Milan, Adelphi, 1994, p. 277.
  • 14 Ibid., p. 281.

7Croce aussi utilise le terme idéologie avec une signification principalement négative, en se référant au champ sémantique de l’abstraction, du dogmatisme, du fanatisme ou au moins de la partialité, opposé à celui de l’universalité concrète, de la vérité et de la liberté représentées par la philosophie. Par exemple, dans Etica e politica (Éthique et politique), un livre que Gramsci connaissait très bien et qu’il possédait en prison, Croce écrivait que « chaque parti politique développe une idéologie ou théorie, ou plutôt une pseudo-théorie, qu’il utilise pour faire semblant d’avoir comme alliées la vérité, la raison, la philosophie, la science et l’histoire »13. De ce point de vue, les Jacobins sont emblématiques et sont considérés par le philosophe néo-idéaliste italien comme les héritiers légitimes des philosophes des Lumières, avec leur rationalisme abstrait. De plus, Croce attribue à Marx la thèse – il dit : « l’idée folle » – selon laquelle les idéologies ne sont que le reflet des conditions matérielles de la société14.

  • 15 Q 1, 24, p. 18.
  • 16 Ibid., p. 19.

8On retrouve cette acception négative de l’idéologie surtout dans la phase initiale du travail en prison de Gramsci. Dans le Cahier 1, commencé en 1929, il définit par exemple comme « idéologiques » les représentations hypocrites, sectaires et de caste de certains intellectuels italiens qu’il appelle i nipotini di padre Bresciani (les petits-enfants du père Bresciani), d’après le nom du père jésuite réactionnaire du XIXe siècle, auteur de romans cléricaux et anti-risorgimentaux15. Et parfois, dans le même Cahier 1, Gramsci parle d’idéologie aussi comme fausse conscience – même s’il n’utilise pas cette expression –, comme à propos du mythe de l’Amérique qui a poussé beaucoup de gens à émigrer16.

  • 17 Q 1, 43, p. 34. Je reprends la datation des manuscrits de la prison établie par Francioni pour l’é (...)

9Mais bientôt le concept d’idéologie connaît un élargissement jusqu’à devenir synonyme de conception du monde (Weltanschauung). Cette acception est déjà implicite dans les paragraphes 43-44 du Cahier 1 – rédigés au début de 1930 et consacrés à l’analyse du Risorgimento italien – où Gramsci écrit que « les changements dans les modes de pensée, dans les croyances, dans les opinions, n’ont pas lieu par “explosions” rapides, simultanées et généralisées, ils se produisent presque toujours par “combinaisons successives”, selon des “formules” très disparates. […] Dans la sphère de la culture, les diverses strates idéologiques se combinent de façon variée et ce qui est devenu “ferraille” en ville est encore “ustensile” en province »17.

  • 18 Q 3, 49 [F 50], p. 332.
  • 19 Q 10, II, 17 [F 18], p. 1255.

10Un nouvel élargissement du champ sémantique de l’idéologie se produit vers le milieu de la même année, dans le Cahier 3, où Gramsci introduit les expressions de « front idéologique », « matériel idéologique » et « structure idéologique » de la classe dominante18. On peut en conclure que tous les hommes sont porteurs d’une idéologie, bien que beaucoup d’entre eux ne le sachent pas, aussi bien que, comme Gramsci le dira ensuite, tous les hommes sont des intellectuels, même s’ils n’exercent pas dans la société cette fonction particulière, ou que « tous les hommes sont philosophes », mais la plupart d’entre eux « sont philosophes dans la mesure où ils agissent pratiquement et où, dans leurs actions pratiques (dans les lignes directrices de leur conduite) est implicitement contenue une conception du monde, une philosophie »19.

  • 20 Q 3, 56 [F 57], p. 337.
  • 21 Voir G. Cospito, « Le “cautele” nella scrittura carceraria di Gramsci », International Gramsci Jou (...)
  • 22 Q 4, 37 [F [b], 38], p. 455.
  • 23 G. Cospito, Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei Quaderni del carcere di Gramsci, (...)

11De plus, toujours dans le Cahier 3, Gramsci écrit qu’« il ne faut pas concevoir l’“idéologie”, la doctrine comme quelque chose d’artificiel et mécaniquement superposé (comme une robe sur la peau, et non comme la peau qui est organiquement produite par l’organisme biologique animal tout entier), mais historiquement, comme une lutte incessante »20. Dans ce dernier texte, le mot « idéologie » est placé entre guillemets, pour indiquer, comme dans d’autres cas, son éloignement du sens commun du terme21. Mais cette note anticipe surtout, d’une part la superposition entre idéologies et superstructures qu’on peut observer à partir du Cahier 4 (où l’on parle par exemple de « superstructures idéologiques »)22, et d’autre part le dépassement de l’opposition entre structure et superstructures qui se trouve encore dans la première série de « Notes de philosophie » du même Cahier 4, réalisées entre mai et novembre 1930. Gramsci ira interroger cette opposition dans la deuxième série de « Notes de philosophie » du Cahier 7 (de novembre 1930 à novembre 1931) et surtout dans la troisième, qui se trouve dans le Cahier 8 (de novembre 1931 à mai 1932)23.

12Mais déjà dans une note du Cahier 4, qui s’intitule significativement Croce et Marx, Gramsci écrit : « Le point qui nous intéresse le plus est celui des “idéologies” [encore entre guillemets] et de leur valeur ; il faut noter les contradictions dans lesquelles Croce tombe à cet égard. […] Il soutient que pour Marx les “superstructures” [encore une fois entre guillemets] sont apparence et illusion et il les critique pour cela. Mais est-ce vrai ? » Selon Gramsci, « la théorie des idéologies de Croce […] est évidemment d’origine marxiste : les idéologies sont des constructions pratiques, elles sont des instruments de direction politique, mais cette théorie ne reproduit qu’une partie de la doctrine marxiste, la partie critique-destructrice ». En effet, « pour Marx les “idéologies” », toujours entre guillemets,

  • 24 Q 4, 15 [F [b], 16], p. 436-437.

sont tout autre chose qu’illusion et apparence. Elles sont une réalité objective et opérante, mais elles ne sont pas le ressort de l’histoire, voilà tout. Ce ne sont pas les idéologies qui créent la réalité sociale, mais c’est la réalité sociale, dans sa structure productive, qui crée les idéologies. Comment Marx pourrait-il avoir pensé que les superstructures sont apparence et illusion ? Ses doctrines sont aussi une superstructure. Marx affirme explicitement que les hommes prennent conscience de leur rôle sur le terrain idéologique, ce qui n’est pas une mince affirmation de « réalité » : sa théorie veut précisément elle aussi « faire prendre conscience » à un groupe social déterminé de son propre rôle, de sa propre force, de son propre devenir. Mais il détruit les « idéologies » [bien sûr entre guillemets] des groupes sociaux adversaires, qui précisément sont des instruments pratiques de domination politique sur le reste de la société : il démontre qu’elles sont privées de sens, parce qu’en contradiction avec la réalité effective.24

13Gramsci avait déjà utilisé des expressions similaires une douzaine d’années plus tôt, en 1918, dans l’article « Astrattismo e intransigenza » (Abstraction et intransigeance), dans lequel il écrivait :

  • 25 A. Gramsci, «Astrattismo e intransigenza», Il Grido del Popolo, 11 mai 1918, désormais dans Il nos (...)

Marx se moque des idéologies, mais il est idéologue en tant qu’homme politique, en tant que révolutionnaire. La vérité est que les idéologies sont risibles lorsqu’elles ne sont que bavardages, lorsqu’elles visent à créer des confusions et des illusions, à asservir les énergies sociales potentiellement antagonistes, pour un but étranger à ces énergies. Marx se moque des mauviettes démocrates, qui ne connaissent pas la force, qui croient que la parole est chair, qui croient qu’il suffit d’opposer la parole aux forces organisées, qu’il suffit d’opposer le pétard du verbiage aux fusils et aux canons. Mais en tant que révolutionnaire, c’est-à-dire homme d’action actuel, il ne peut pas ignorer les idéologies et les schémas pratiques, qui sont des entités historiques en puissance, en formation ; mais il les soude avec la force de l’organisation, du parti politique, de l’association économique.25

  • 26 Q 4 32 [F [b], 33], p. 451.

14Dans les deux cas, Gramsci ne propose évidemment pas une interprétation littérale des textes marxiens, à partir de la « Préface » de 1859. Son interprétation s’oppose à celles qui dominent dans la IIe Internationale – inspirées par l’Antidühring de Engels, que Gramsci critique sévèrement dans ses Cahiers – et dans le marxisme-léninisme de la IIIe Internationale, que Gramsci identifie à l’œuvre de Nicolas Boukharine de 1921, traduite en français en 1927 sous le titre La théorie du matérialisme historique. Manuel populaire de sociologie marxiste. En prison, Gramsci soumet ce livre à une critique très dure, en l’accusant de dogmatisme, de scientisme, de déterminisme, de mécanisme, d’économisme, de fatalisme, etc. Mais le défaut le plus grave du livre, écrit Gramsci dans le Cahier 4, est qu’il présente la pensée de Marx comme « une idéologie au sens défavorable du mot, c’est-à-dire un système dogmatique de vérités absolues et éternelles », et la confond « avec le matérialisme vulgaire »26.

  • 27 A. Gramsci, Quaderni di traduzioni, op. cit., p. 743.

15Au contraire, Gramsci relit l’Idéologie allemande et son résumé dans la « Préface » de 1859 à la lumière d’autres œuvres de Marx, comme les Thèses sur Feuerbach, qu’il traduit aussi dans le Cahier 7. Là, on peut lire que « le principal défaut de chaque matérialisme jusqu’ici – y compris celui de Feuerbach – est que l’objet, la réalité, le monde sensible n’y sont saisis que sous forme d’objet ou d’intuition, mais non en tant qu’activité humaine sensible, en tant que praxis »27. De plus,

  • 28 Ibid., p. 743-744. Comme on le sait, la formule « renversement de la praxis » au lieu de « praxis (...)

la doctrine matérialiste qui veut que les hommes soient des produits de l’environnement et de l’éducation, que, par conséquent, les transformations des hommes soient des produits d’un autre environnement et d’une éducation modifiée, oublie que ce sont précisément les hommes qui transforment l’environnement et que l’éducateur a lui-même besoin d’être éduqué. […] La convergence du changement d’environnement et de l’activité humaine ne peut être considérée et comprise rationnellement qu’en tant que renversement de la praxis.28

  • 29 Ibid., p. 744-745.

16Par conséquent, « la question de savoir si la pensée humaine possède une vérité objective n’est pas une question théorique, mais pratique. C’est dans l’activité pratique qu’il faut que l’homme prouve la vérité, c’est-à-dire la réalité et la puissance de sa pensée, son caractère terrestre ». Et cette pensée peut être assez puissante pour permettre aux philosophes, qui jusqu’à présent « n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, […] de le transformer »29.

  • 30 Q 4, 38 [F [b], 39], p. 462.
  • 31 Q 4, 35 [F [b], 36], p. 453.
  • 32 Loc. cit.

17Dès le Cahier 4, Gramsci met en relation les Thèses sur Feuerbach avec la Misère de la philosophie, où Marx oppose aux élucubrations pédantes et arbitraires de Proudhon le caractère concret de l’idéologie capitaliste bourgeoise de Ricardo et surtout de l’idéologie communiste, qui dépasse les limites corporatives et de classe des idéologies précédentes pour adopter un point de vue universel, même si historiquement déterminé et donc non définitif30. Ces différentes acceptions de l’idéologie conduisent Gramsci à approfondir l’origine historique du concept. Il écrit encore dans le Cahier 4 qu’au départ l’«“idéologie” [entre guillemets] a été un aspect du sensualisme ou disons du matérialisme français du XVIIIe siècle. À l’origine, le mot signifiait “science des idées” et puisque l’analyse était la seule méthode reconnue et appliquée par la science, le mot signifiait “analyse des idées” c’est-à-dire “recherche de l’origine des idées”. Les idées devaient être décomposées en leurs éléments originaires et ceux-ci ne pouvaient être autre chose que les “sensations” »31. Après avoir mentionné les principaux représentants de cette doctrine (Condillac, Helvétius, Destutt de Tracy, Cabanis et Taine, mais aussi des penseurs catholiques comme Alessandro Manzoni), Gramsci observe que la signification même que le terme d’“idéologie” a prise dans la pensée de Marx contient implicitement un jugement défavorable et exclut que, pour lui, l’origine des idées soit à rechercher dans les sensations et, de ce fait, en dernière analyse, dans la physiologie : pour Marx, cette même “idéologie” doit être analysée historiquement, comme une superstructure ». Mais le problème est que, avec le temps, « le concept d’idéologie, de “science des idées”, d’“analyse portant sur l’origine des idées” », a pris « le sens d’un “système d’idées” déterminé »32.

18Dans les cahiers suivants, ces différentes significations de l’idéologie s’alternent. C’est pourquoi il devient nécessaire, comme on le lit dans le Cahier 7, de

  • 33 Q 7, 19 [F [b], 19], p. 868-869.

distinguer entre idéologies historiquement organiques, qui sont nécessaires à une certaine structure, et idéologies arbitraires, rationalistes, « voulues ». En tant qu’historiquement nécessaires, elles ont une validité qui est une validité « psychologique », elles « organisent » les masses humaines, forment le terrain où les hommes se meuvent, où ils prennent conscience de leur position, où ils luttent, etc. En tant « qu’arbitraires » elles ne créent rien d’autre que des « mouvements » individuels, des polémiques, etc. (elles non plus ne sont pas complètement inutiles, parce qu’elles sont comme l’erreur qui s’oppose à la vérité et l’affirme).33

  • 34 Q 7, 21 [F [b], 21], p. 869.

19Les idéologies historiquement organiques représentent ce que Gramsci appelle la « forme » du « “bloc historique”, où justement les forces matérielles sont le contenu », mais « cette distinction entre forme et contenu est purement didactique, car les forces matérielles ne seraient pas concevables historiquement sans forme et les idéologies seraient de petites lubies individuelles sans les forces matérielles »34. Par conséquent, dans une autre note du Cahier 7, intitulée « Struttura e superstruttura. Economia e ideologia » (Structure et superstructure. Économie et idéologie), Gramsci affirme que

  • 35 Q 7, 24 [F [b], 24], p. 871-872.

la prétention (présentée comme postulat essentiel du matérialisme historique) de présenter et d’exposer toute fluctuation de la politique et de l’idéologie comme une expression immédiate de la structure, doit être combattue théoriquement comme un infantilisme primitif, ou doit être combattue pratiquement avec le témoignage authentique de Marx, auteur d’œuvres politiques et historiques concrètes. Sur cet aspect, Le 18 brumaire et les écrits sur la Question d’Orient sont particulièrement importants, mais d’autres également (Révolution et contre-révolution en Allemagne, La guerre civile en France et d’autres ouvrages mineurs). Une analyse de ces œuvres permet de mieux définir la méthodologie historique marxiste, en complétant, en éclairant et en interprétant les affirmations théoriques éparses dans toutes les œuvres. On pourra voir combien de précautions réelles Marx introduit dans ses recherches concrètes, des précautions qui ne pouvaient pas trouver place dans les œuvres générales,35

où la conception de l’idéologie apparaît parfois schématique et réductrice.

  • 36 Q 8, 27 [F [c], 27], p. 958.
  • 37 Q 8, 52 [F [c], 52], p. 973.

20La réflexion gramscienne sur l’idéologie et sur ses rapports avec les autres éléments du « bloc historique » continue dans le Cahier 8, où l’on trouve encore la signification négative de l’« idéologie » – entre guillemets – comme « tendance politique-pratique unilatérale, qui ne peut pas fonder une science », même si « chaque idéologie s’efforce de se présenter comme science et comme philosophie »36. En ce sens, l’« idéologie » – encore entre guillemets – devient pour Gramsci un « moyen pratique d’action politique »37. Le Cahier 8 présente aussi un approfondissement de la réflexion sur le Prince de Machiavel, qui aboutira au Cahier 13, intitulé Noterelle sulla politica di Machiavelli (Petites notes sur la politique de Machiavel). Cette réflexion s’entrelace avec celle sur l’idéologie parce que, comme l’écrit Gramsci :

  • 38 Q 8, 21 [F [c], 21], p. 951.

le caractère fondamental du Prince, c’est de ne pas être un exposé systématique, mais un livre « vivant », où l’idéologie devient « mythe », c’est-à-dire « image » fantastique et artistique entre l’utopie et le traité scolastique, où l’élément doctrinal et rationnel se trouve incarné dans un « condottiere », qui représente sous un aspect plastique et « anthropomorphique » le symbole de la « volonté collective ». Le processus de formation d’une « volonté collective » est représenté non pas à travers de pédantes classifications des principes et des critères d’une méthode d’action, mais comme « qualités et devoirs » d’une personne concrète, qui fait travailler l’imagination artistique et suscite les passions. Le Prince de Machiavel pourrait être étudié comme une illustration historique du « mythe » sorélien, c’est-à-dire de l’idéologie politique qui se présente non pas comme une froide utopie ou une argumentation doctrinaire, mais comme « fantaisie » concrète qui opère sur un peuple dispersé et pulvérisé pour y susciter et y organiser une volonté collective.38

21Cette signification intégrale de l’idéologie peut être appliquée, mutatis mutandis, au marxisme, selon lequel

  • 39 Q 8, 182 [F [b], 17], p. 1051-1052.

la structure et les superstructures forment un « bloc historique », c’est-à-dire que l’ensemble complexe et discordant [contradictoire] des superstructures est le reflet de l’ensemble des rapports sociaux de production. On en tire : – que seul un système d’idéologie totalitaire reflète rationnellement la contradiction de la structure et représente l’existence des conditions objectives réunies pour le renversement de la praxis. S’il se forme un groupe social homogène à 100 % par l’idéologie, cela signifie qu’existent à 100 % les prémisses pour ce renversement, c’est-à-dire que le « rationnel » est réel activement et actuellement. Le raisonnement se fonde sur la réciprocité nécessaire entre structure et superstructures (réciprocité qui est justement le processus dialectique réel).39

  • 40 Sur cette question voir F. Frosini, « La “politica totalitaria” e la crisi dello Stato », dans Cri (...)
  • 41 G. Cospito, Il ritmo del pensiero, op. cit., p. 45-50.
  • 42 Q 11, 50 [F 6°, 1], p. 1474.

22À propos de cet autre texte du Cahier 8, il faut observer d’un côté que, pour Gramsci, totalitaire n’a pas encore pris le sens négatif d’aujourd’hui, après le travail de Hannah Arendt, mais qu’il est synonyme de intégral, universel40 ; et de l’autre côté que la découverte du caractère dialectique et non mécanique des relations entre structure et superstructures est la prémisse du dépassement, dans ce même Cahier 8, de la métaphore architecturale elle-même, qui est rapportée à l’influence du naturalisme positiviste de la seconde partie du XIXe siècle41. Dans la réécriture de la note sur « Structure et superstructures » du Cahier 8 dans le Cahier 11, Gramsci viendra inclure cette métaphore parmi celles, « grossières et violentes », auxquelles les fondateurs du matérialisme historique ont eu recours du fait de leur simplicité et de leur popularité, mais qu’il faut aujourd’hui abandonner – ou au moins utiliser avec précaution – pour empêcher qu’on les matérialise et qu’on les mécanise, comme l’ont fait les marxistes soi-disant orthodoxes42.

  • 43 Q 10, II, 10 [F 11]. Et voir les considérations de Fabio Frosini dans A. Gramsci, La « Storia d'Eu (...)
  • 44 Q 11, 12 [F 1°], p. 1380.

23La réflexion gramscienne trouve une systématisation, (quoique) partielle et provisoire, dans les premiers cahiers « spéciaux » que Gramsci élabore à partir de la moitié de l’année 1932 : il s’agit des Cahiers 10, 11, 12, 13 et 16. Dans le Cahier 10, de nombreuses observations critiques sur la conception crocienne de l’idéologie sont reprises, avec l’ajout significatif que Croce, « après avoir distingué la philosophie et l’idéologie, finit par confondre une idéologie politique avec une conception du monde en démontrant pratiquement que la distinction est impossible, qu’il ne s’agit pas de deux catégories, mais d’une seule catégorie historique, et qu’il n’y a une différence que de degré »43. Par conséquent, dans le Cahier 11, avec lequel il se propose de formuler une « Introduction à l’étude de la philosophie », Gramsci décide de donner au terme « idéologie […] justement le sens le plus élevé d’une conception du monde qui se manifeste implicitement dans l’art, dans le droit, dans l’activité économique, dans toutes les manifestations de la vie individuelle et collective »44. Sur cette signification élargie de l’idéologie est fondée la notion pareillement élargie d’intellectuel, que nous avons déjà rencontrée dans quelques notes du Cahier 4, transcrites dans le Cahier 12, où Gramsci réitère que

il n’existe pas d’activité humaine dont on puisse exclure toute intervention intellectuelle, on ne peut séparer l’Homo faber de l’Homo sapiens. Chaque homme, enfin, en dehors de sa profession, exerce une certaine activité intellectuelle, il est un « philosophe », un artiste, un homme de goût, il participe à une conception du monde, il a une ligne de conduite morale consciente, donc il contribue à soutenir ou à modifier une conception du monde, c’est-à-dire à faire naître de nouveaux modes (de nouvelles façons) de penser,

  • 45 Q 12, 3, p. 1550-1551.
  • 46 Q 13, 10, p. 1570.
  • 47 Q 16, 9, p 1864.

que l’on peut définir idéologies dans le sens le plus large du terme45. En ce sens, Gramsci répète dans le Cahier 13 que « les hommes deviennent conscients (du conflit entre les forces matérielles de production) sur le terrain idéologique »46. Ce terrain est historiquement déterminé : c’est pourquoi Gramsci écrit dans le Cahier 16 que « la philosophie de la praxis, [qui] ne prétendait pas seulement expliquer et justifier tout le passé, mais s’expliquer et se justifier historiquement elle aussi, […] était l’“historicisme” maximum, la libération totale de tout “idéologisme” abstrait »47.

  • 48 G. Cospito, Il ritmo del pensiero, op. cit., p. 50-59.
  • 49 Ibid., p. 59-70.

24Quant aux cahiers spéciaux qui vont de 18 à 28, ils ont été compilés entre 1934 et 1935, à un moment où les énergies psycho-physiques du prisonnier étaient très faibles et le travail de transcription des vieilles annotations miscellanées était presque toujours un travail de reproduction, parfois mécanique. C’est pour cela que ces cahiers, bien que très importants, ne sont pas très utiles pour notre lecture évolutive de la pensée de Gramsci48. Dans cette perspective, il est beaucoup plus intéressant de s’attarder sur quelques notes contemporaines des trois derniers cahiers de miscellanées – 14, 15 et 17 – et du Cahier 29, parce qu’elles ont été écrites à partir de zéro et donc elles conservent les traces de la dernière phase du travail créatif de Gramsci avant l’interruption définitive de l’écriture des Cahiers, vers le milieu de l’année 193549.

  • 50 Q 14, 3 [F 79], p. 1658.
  • 51 Q 15, 35, p. 1789.
  • 52 Q 17, 28, p. 1930-1931.
  • 53 Q 14, 62 [F 59], p. 1721.
  • 54 Q 29, 3, p. 2346. Et voir G. Schirru, « Per la storia e la teoria della linguistica educativa. Il (...)
  • 55 Q 10, II, 6 [F 7], p. 1245.

25Dans ces pages, on peut encore trouver la signification négative du terme idéologie et de ses dérivés. Par exemple, dans le Cahier 14, Gramsci définit « aperçus “idéologiques” » les considérations d’Alexandre Dumas sur le « surhomme de roman feuilleton » dans ses romans50 ; dans le Cahier 15, il se moque de « l’idéologue qui, comme le coucou, a placé ses œufs dans un nid déjà prêt et ne sait pas comment construire des nids », mais il « pense que les volontés collectives sont un fait naturaliste, qu’elles fleurissent et se développent pour des raisons inhérentes aux choses, etc. »51 ; dans le Cahier 17, Gramsci critique les « intellectuels “idéologiques”, dont les intérêts n’étaient pas “fatalement” liés à ceux des propriétaires terriens, mais [auraient dû être liés] à ceux des paysans »52. Mais, dans ces cahiers, on peut trouver surtout un nouvel approfondissement du lien entre idéologie et hégémonie. Et cela ne doit pas être compris dans le sens trivial de la soi-disant « hégémonie culturelle », mais du rôle, selon Gramsci, de la « culture » ou « idéologie générale » dans la fonction de direction qui, avec la fonction de domination, constitue l’hégémonie. En fait, « dans la réalité », l’élément idéologique et l’élément économique « ne peuvent pas être détachés », mais « ils doivent cependant être tenus séparés »53. Dans le Cahier 29, cette réflexion se mêle à la recherche, qui n’est académique qu’en apparence, que Gramsci mène sur la langue et la grammaire, qui sont les instruments de production et de diffusion de toute idéologie. Le fait est que, comme l’écrit Gramsci, « chaque fois qu’affleure d’une façon ou d’une autre la question de la langue, cela signifie qu’une série d’autres problèmes est en train de se poser : la formation et l’élargissement de la classe dirigeante, la nécessité d’établir des rapports plus intimes et plus sûrs entre les groupes dirigeants et la masse populaire-nationale, c’est-à-dire de réorganiser l’hégémonie culturelle »54. Mais l’hégémonie culturelle n’est pas opposée à l’idéologie politique parce que, comme on peut lire dans le Cahier 10, « la philosophie de la praxis conçoit la réalité des rapports humains de connaissance comme des éléments d’“hégémonie” politique »55.

Haut de page

Notes

1 G. Francioni, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei Quaderni del carcere, Naples, Bibliopolis, 1984 ; pour une mise au point plus récente, voir id., « Un labyrinthe de papier (introduction à la philologie gramscienne) », Laboratoire italien, no 18, 2016.

2 Dans cette édition sont paru jusqu’à présent les Quaderni di traduzioni (1929-1932) et le premier tome des Quaderni miscellanei (1929-1935), qui contient les cahiers de 1 à 4. En attente de son achèvement, je vais citer celle de Valentino Gerratana (A. Gramsci, Quaderni del carcere, Turin, Einaudi, 1975), indiquée par l’abréviation “Q” suivie des numéros de cahier, de paragraphe et enfin de page, mais lorsqu’il existe des divergences entre les deux éditions, je donnerai aussi, entre crochets et précédée de “F”, la référence à l’ordre établi par Francioni.

3 Q 16, 2, p. 1841-1842 ; et voir Q 4, 1 [F [b], 1].

4 K. Marx, Contribution à la critique de l’économie politique [1859], Paris, Les Éditions sociales, 2014, p. 64.

5 F .Antonini, « Gramsci, il materialismo storico e l’antologia russa del 1924 », Studi storici, no 59(2), 2018, p. 403-435.

6 Istoričeskijmaterializm: otryvki iz proizvedenij K. Marksa i F. Èngel’sa [Le Matérialisme historique. Passages extraits des œuvres de K. Marx et F. Engels], V.V. Adoratskij et A.D. Udal’voc éd., Moscou, Novaja Moskva, 1924, p. 11-21.

7 Q 8, 61 [F [c], 61], p. 978.

8 A. Gramsci, Quaderni del carcere, 1 : Quaderni di traduzioni (1929-1932), G. Cospito et G. Francioni éd., Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana (Edizione nazionale degli scritti di Antonio Gramsci), 2007, p. 746.

9 K. Marx et F. Engels, Werke, Berlin, Dietz Verlag, 1956-1990, vol. XXXIX, p. 97.

10 Pour un exposé complet de la question, voir T. Eagleton, Ideology. An Introduction, Londres, Verso, 2007.

11 L. Paggi, Gramsci e il moderno principe, Rome, Editori Riuniti, 1970, p. 18.

12 V. Lénine, Que faire ? [1902], présenté et annoté par J.-J. Marie, Paris, Seuil, 1966, p. 389.

13 B. Croce, Etica e politica [1931], Milan, Adelphi, 1994, p. 277.

14 Ibid., p. 281.

15 Q 1, 24, p. 18.

16 Ibid., p. 19.

17 Q 1, 43, p. 34. Je reprends la datation des manuscrits de la prison établie par Francioni pour l’édition nationale des écrits de Gramsci.

18 Q 3, 49 [F 50], p. 332.

19 Q 10, II, 17 [F 18], p. 1255.

20 Q 3, 56 [F 57], p. 337.

21 Voir G. Cospito, « Le “cautele” nella scrittura carceraria di Gramsci », International Gramsci Journal, no 1(4), 2015, p. 28-42.

22 Q 4, 37 [F [b], 38], p. 455.

23 G. Cospito, Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei Quaderni del carcere di Gramsci, Naples, Biblipolis, 2011, p. 17-75.

24 Q 4, 15 [F [b], 16], p. 436-437.

25 A. Gramsci, «Astrattismo e intransigenza», Il Grido del Popolo, 11 mai 1918, désormais dans Il nostro Marx: 1918-1919, S. Caprioglio éd., Turin, Einaudi, 1984, p. 17. Sur le marxisme du jeune Gramsci, voir L. Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo, Rome, Carocci, 2011.

26 Q 4 32 [F [b], 33], p. 451.

27 A. Gramsci, Quaderni di traduzioni, op. cit., p. 743.

28 Ibid., p. 743-744. Comme on le sait, la formule « renversement de la praxis » au lieu de « praxis qui renverse », c’est-à-dire révolutionnaire, est une particularité de la réception italienne de Marx, de Giovanni Gentile à Roberto Mondolfo. Gramsci aussi suit cette traduction, mais il l’émancipe de tout héritage idéaliste.

29 Ibid., p. 744-745.

30 Q 4, 38 [F [b], 39], p. 462.

31 Q 4, 35 [F [b], 36], p. 453.

32 Loc. cit.

33 Q 7, 19 [F [b], 19], p. 868-869.

34 Q 7, 21 [F [b], 21], p. 869.

35 Q 7, 24 [F [b], 24], p. 871-872.

36 Q 8, 27 [F [c], 27], p. 958.

37 Q 8, 52 [F [c], 52], p. 973.

38 Q 8, 21 [F [c], 21], p. 951.

39 Q 8, 182 [F [b], 17], p. 1051-1052.

40 Sur cette question voir F. Frosini, « La “politica totalitaria” e la crisi dello Stato », dans Crisi e rivoluzione passiva. Gramsci interprete del Novecento, G. Cospito, G. Francioni et F. Frosini éd, Côme-Pavie, Ibis, 2021, p. 243-269.

41 G. Cospito, Il ritmo del pensiero, op. cit., p. 45-50.

42 Q 11, 50 [F 6°, 1], p. 1474.

43 Q 10, II, 10 [F 11]. Et voir les considérations de Fabio Frosini dans A. Gramsci, La « Storia d'Europa » di Benedetto Croce e il fascismo, Milan, Unicopli, 2019.

44 Q 11, 12 [F 1°], p. 1380.

45 Q 12, 3, p. 1550-1551.

46 Q 13, 10, p. 1570.

47 Q 16, 9, p 1864.

48 G. Cospito, Il ritmo del pensiero, op. cit., p. 50-59.

49 Ibid., p. 59-70.

50 Q 14, 3 [F 79], p. 1658.

51 Q 15, 35, p. 1789.

52 Q 17, 28, p. 1930-1931.

53 Q 14, 62 [F 59], p. 1721.

54 Q 29, 3, p. 2346. Et voir G. Schirru, « Per la storia e la teoria della linguistica educativa. Il Quaderno 29 di Antonio Gramsci », dans Linguistica educativa. Atti del XLIV Congresso internazionale di studi della Società Linguistica Italiana, S. Ferreri éd., Rome, Bulzoni, 2012, p. 77-90.

55 Q 10, II, 6 [F 7], p. 1245.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuseppe Cospito, « Gramsci et l’idéologie (entre Marx et Croce) », Laboratoire italien [En ligne], 27 | 2021, mis en ligne le 31 janvier 2022, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/7723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.7723

Haut de page

Auteur

Giuseppe Cospito

Université de Pavie • Giuseppe Cospito enseigne l’histoire de la philosophie dans le département des Sciences humaines de l’université de Pavie. Ses recherches portent principalement sur la pensée politique et philosophique italienne du XVIe au XXe siècle (en particulier à Machiavel, Vico, Cattaneo et Gramsci), et ses relations avec les grands courants intellectuels européens. Parmi ses publications sur Gramsci, les monographies Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei «Quaderni del carcere» di Gramsci (Bibliopolis, 2011) ; Introduzione a Gramsci (Il melangolo, 2015) et Egemonia. Da Omero ai Gender Studies (Il Mulino, 2021). Giuseppe Cospito a aussi co-publié, avec Gianni Francioni, Quaderni di traduzioni 1929-1932 (Istituto della Enciclopedia Italiana, 2007) ; et, avec Gianni Francioni et Fabio Frosini, l’édition en fac-similé des Quaderni del carcere (Istituto della Enciclopedia Italiana, L’Unione Sarda, 2009, 18 vol.) et le premier tome des Quaderni miscellanei (Istituto della Enciclopedia Italiana, 2017 ; les tomes suivants sont en préparation).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search