Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2022Maria Luisa Russo, Battaglie, fie...

2022

Maria Luisa Russo, Battaglie, fiere e propaganda. Libro e letteratura a metà degli anni Venti attraverso le carte di Marino Parenti

Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 2021, 148 p., 20 €
Claire Lorenzelli
Référence(s) :

Maria Luisa Russo, Battaglie, fiere e propaganda. Libro e letteratura a metà degli anni Venti attraverso le carte di Marino Parenti, Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 2021, 148 p., 20 €

Texte intégral

1L’ouvrage de Maria Luisa Russo se concentre sur les initiatives pour la promotion du livre et de la littérature italienne qui émergent dans la seconde moitié des années 1920. Le sous-titre indique clairement les sources exploitées par l’autrice – conservatrice et archiviste de formation –, qui, en travaillant sur le fonds de Marino Parenti, redonne toute son importance à un personnage méconnu, voire négligé par l’historiographie. À travers la figure de Marino Parenti, c’est une vue d’ensemble des débats et des acteurs de la question du livre des années 1920 que dresse l’autrice. L’angle d’attaque choisi par la chercheuse, pour circonscrit et précis qu’il soit, offre une ouverture des plus intéressantes sur le monde littéraire et bibliophile d’abord milanais, puis national, voire international, des années 1920.

2Le premier chapitre retrace le parcours de vie de Parenti. Alors même qu’il avait affiché un soutien sans failles et sans réserve au parti fasciste, dont il prend la carte dès 1921, Parenti fait partie de ces intellectuels qui, face aux changements politiques italiens, assurent une continuité ininterrompue au sein des structures et des institutions culturelles et éditoriales entre le Ventennio fasciste et l’après-guerre.

3Les trois chapitres suivants permettent de situer Parenti à l’intérieur du panorama littéraire de l’époque. Ce dernier fait partie du cercle intellectuel Bagutta, constitué à la moitié des années 1920, autour de la revue Fiera Letteraria, et dont le nom fait écho au bistrot milanais de via Bagutta où le groupe aimait se retrouver. Le cercle, qui réunit, outre Parenti, des intellectuels et artistes comme Riccardo Bacchelli, Orio Vergani, Adolfo Franci, Mario Vellani Marchi, Ottavio Steffenini, Mario Alessandrini, Massimo Del Curto, Umberto Fracchia, Gino Scarpa ou Antonio Veretti, donne aussi son nom, en 1927, au célèbre prix littéraire.

4La première partie de l’ouvrage s’articule principalement autour des premières expériences de Parenti au sein du cercle Bagutta. La « battaglia del libro » lancée par les intellectuels de la Fiera Letteraria ne reçoit néanmoins pas l’approbation finale des autorités, lesquelles préfèrent mettre un frein à leur enthousiasme zélé. L’entreprise de défense du livre n’a, pour déplaire aux institutions fascistes, que le défaut d’être une initiative venue de la base, à un moment où précisément – dans le sillage du congrès des intellectuels fascistes de mars 1925 et l’épisode des deux manifestes – le régime fasciste souhaite contrôler et prendre en main l’organisation, par le haut, des actions culturelles se réclamant du fascisme. Les activités sont ainsi interrompues et retirées au groupe, puis reprises, dans le cadre institutionnel qui leur sied désormais.

5Les heurs et malheurs du projet de la « battaglia del libro » n’auraient un intérêt qu’anecdotique et relevant de l’érudition, si Maria Luisa Russo ne parvenait pas à en faire une sorte de thermomètre de la politique culturelle fasciste des années 1920, permettant d’en révéler les temporalités, les tendances et les tournants.

6La seconde moitié du livre, correspondant au chapitre V, et dédiée à la diffusion du livre italien à l’étranger, suit la même logique. Au-delà des enjeux politiques qui entourent la question du livre sur le territoire italien, l’historiographie sur la diplomatie culturelle du fascisme a démontré l’importance du livre comme vecteur de promotion culturelle et de propagande éducative et politique en dehors des frontières de l’Italie. Pouvant s’adresser, au moins en théorie, aussi bien aux communautés italiennes émigrées qu’aux élites locales sensibles à la culture italienne, le livre cristallise des questionnements et des défis, conceptuels comme pratiques, auxquels fait face la diplomatie culturelle dans son ensemble. De la production, promotion et exportation du livre à la constitution d’un panthéon littéraire capable de faire rayonner la culture italienne fasciste à l’étranger, le livre représente l’un des premiers bancs d’essai de la capacité du régime à se réapproprier le champ culturel, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Italie.

7Les années 1920 correspondent à une première phase de la promotion du livre à l’étranger, celle des questionnements et des programmes du début, des projets éditoriaux collectifs et des associations non institutionnelles, avant sa récupération et son intégration au sein des dispositifs d’État, au début des années 1930. La participation de Parenti aux débats sur la crise du livre en Italie, ainsi que ses premières expériences auprès de la Libreria del Littorio d’Augusto Turati, Giorgio Berlutti et Giovanni Gentile, le propulsent à la tête d’une maison d’édition vouée à la diffusion du livre hors Italie : la Libreria d’Italia, fondée à Milan au printemps 1928, au sein de laquelle Parenti joue à la fois le rôle de directeur et d’éditeur.

  • 1 « éditer des œuvres italiennes nouvelles, originales, dictées et modelées par des hommes du fascism (...)

8La Libreria d’Italia a pour objectif de « curare l’edizione di opere italiane nuove, originali, dettate e modellate da uomini del fascismo, diffondendole all’estero »1, en passant par une traduction en quatre langues – français, anglais, allemand, espagnol – de tous les volumes qu’elle publie. Parmi les fondateurs de la maison d’édition se trouvent des industriels, des juristes et surtout des banquiers, comme la famille Manzoni, fondatrice de la Banque de Milan, qui en est le principal financeur et actionnaire. Dès sa fondation, Parenti souhaite accoler la Libreria d’Italia à la promotion culturelle institutionnelle. En témoignent ses correspondances avec Giovanni Bottai, alors sous-secrétaire au ministère des Corporations (1929-1932), puis ministre de l’Éducation nationale (1936-1943), Augusto Turati, secrétaire du PNF (1926-1930) ou Costanzo Ciano, ministre des Communications (1924-1934) et père de Galeazzo Ciano.

9Au sein de la Libreria d’Italia, Parenti s’interroge sur le marché éditorial du livre italien à l’étranger et sur la diversité de ses publics. Quels sont les livres italiens traduits en langue étrangère ? À quels types d’œuvres les libraires et les italianisants étrangers s’intéressent-ils ? Le taux d’alphabétisation des Italiens émigrés consent-il à la communauté locale de lire l’italien ? Combien coûtent les livres italiens à l’étranger et qui peut se les permettre ? Pour répondre à ces questions, Parenti lance une grande enquête auprès d’écrivains et d’intellectuels italiens, qui vivent en Italie ou à l’étranger, au travers d’un questionnaire détaillé concernant la fortune de leurs œuvres en dehors de la Péninsule. Parenti voudrait créer, sur la base des indications qui lui sont transmises, une sorte d’album des italianisants d’Europe et des Amériques, que les écrivains italiens pourraient d’eux-mêmes contacter pour promouvoir leurs œuvres à l’étranger.

10Les réponses reçues par Parenti témoignent de la diversité des points de vue qui règne parmi les intellectuels, notamment sur la méthode à appliquer pour parvenir à une promotion et circulation satisfaisante des livres italiens à l’étranger. Giuseppe Antonio Borgese, qui indique que son œuvre la plus traduite est Rubè, souligne qu’il est de la responsabilité des auteurs de faire en sorte que la littérature italienne puisse susciter un intérêt universel, en rappelant que les littératures ne se propagent pas à travers les conquêtes individuelles, mais par groupements. Face aux mauvaises traductions que subissent les livres italiens, Guido da Verona propose des accords de traductions réciproques entre auteurs reconnus. Tandis que Pietro Nurra attribue la crise du livre italien, en Italie comme à l’étranger, aux éditeurs, qui en considérant les bibliothèques comme un bien de luxe, que l’on ne saurait développer sans une large base de lecteurs, semblent oublier que c’est grâce aux bibliothèques, des outils auxiliaires à l’école, qu’un goût pour la lecture se forme. Face à cette multitude de suggestions qui arrivent de toutes parts, Parenti joue un rôle de catalyseur : par le biais de la Libreria d’Italia, ce dernier essaye de convertir ce fourmillement d’idées en des pratiques et des initiatives efficaces, dignes d’être présentées au parti.

11Parmi les initiatives les plus significatives de Parenti, on dénombre : le lancement de six nouvelles collections, la mise en place d’un bulletin mensuel, La vita del libro italiano all’estero, et surtout, la rédaction d’un programme détaillé pour la diffusion du livre à l’étranger. Signe indéniable de l’intérêt de Parenti pour les politiques culturelles pensées de manière institutionnelle, ce programme s’appuie sur un organigramme précis. Parmi ses mesures phares, il prévoit la constitution d’un fonds de 25 000 livres, la redistribution des livres italiens dans des dépôts à Paris, Londres, Berlin, New York et Buenos Aires et l’ouverture, dans ces mêmes villes, d’un organisme éditorial responsable des traductions et des campagnes de promotion.

12Malgré le soutien d’Augusto Turati, la concurrence du monde de l’édition est rude. Parenti peine à affirmer son programme, notamment face à la Federazione Nazionale Fascista dell’Industria Editoriale. Le livre reste le produit d’une industrie, dont les éditeurs et le parti se disputent les multiples bénéfices. Pris entre ces deux forces d’une part, et contraint de redimensionner son programme suite à un scandale financier d’autre part, Parenti finit par démissionner de la Libreria d’Italia en mars 1930. L’expérience qu’il a accumulée au cours des années 1920 le porte au constat suivant :

  • 2 W. Canavesio, « Un “uomo dai cento sapori” », dans A. D’Orsi éd., Un uomo di lettere. Marino Parent (...)

mi convinsi che un aumento nell’esportazione del libro italiano poteva ottenersi soltanto attraverso quelli che erano i mezzi naturali di vendita; vale a dire i librai stranieri stessi, la cui simpatia doveva essere acquistata con maggiori facilitazioni e maggiore fiducia e non distolta con concorrenze irritanti attraverso librerie italiane e mostre permanenti improntate a manifestazioni di partito e non di nazione. Il mio atteggiamento sincero, onesto e disinteressato mi procurò l’ostilità dei magnati ufficiali tanto che decisi senz’altro di non occuparmi più della questione.2

13Parenti déménage alors à Rome et se tourne vers d’autres projets, comme l’Enciclopedia Treccani.

14L’issue quelque peu décevante des initiatives menées par Parenti, aussi bien en groupe que de manière plus individuelle, pour la diffusion du livre italien en Italie comme à l’étranger, témoigne en réalité d’un phénomène à l’œuvre au sein du champ culturel dans son ensemble. Le début des années 1930 marque, pour tous les projets lancés pendant la décennie précédente, un tournant : le rejet des initiatives individuelles, dont le régime a de surcroît tiré toutes les leçons et idées qui pouvaient lui être utiles. Face à une centralisation toujours plus forte et à l’émergence d’une caste de bureaucrates responsables des questions culturelles, des intellectuels, par ailleurs convaincus par le fascisme, comme Parenti, n’ont plus d’autre choix que d’intégrer les projets initiés et orchestrés par l’État. L’histoire de ces intellectuels du livre au tournant des années 1930, à la fois dépossédés de leur liberté d’action et destinataires de nouvelles tâches et propositions de collaboration de la part du régime, permet de mettre en lumière les mécanismes et rouages du projet « totalitaire » de l’État fasciste italien, devenu en l’occurrence, un État « éditeur ».

Haut de page

Notes

1 « éditer des œuvres italiennes nouvelles, originales, dictées et modelées par des hommes du fascisme, et les diffuser à l'étranger » ; nous traduisons.

2 W. Canavesio, « Un “uomo dai cento sapori” », dans A. D’Orsi éd., Un uomo di lettere. Marino Parenti e il suo epistolario, Turin, Quaderni della Biblioteca di Storia e Cultura del Piemonte « Giuseppe Grosso », 2001, p. 27. Cité par M. L. Russo, p. 104 : « j’avais acquis la conviction que l’augmentation de l’exportation des livres italiens ne pouvait se faire que par les moyens naturels de vente, c’est-à-dire les libraires étrangers eux-mêmes, dont il fallait acquérir la sympathie avec plus de facilité et de confiance, et non pas la détourner par une concurrence irritante à travers des librairies italiennes et des expositions permanentes fondées sur le modèle des événements de parti plutôt que de nation. Mon attitude sincère, honnête et désintéressée me valut l’hostilité des magnats officiels, au point que je décidais, une fois pour toutes, de ne plus m’occuper de cette question » ; nous traduisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lorenzelli, « Maria Luisa Russo, Battaglie, fiere e propaganda. Libro e letteratura a metà degli anni Venti attraverso le carte di Marino Parenti »Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 07 juillet 2022, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/7940 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.7940

Haut de page

Auteur

Claire Lorenzelli

ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search