Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DossierIntroduction

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Introduction

Introduzione
Introduction
Marie Fabre, Corinne Manchio, Beatrice Manetti et Francesca Sensini
Traduction(s) :
Introduzione

Résumés

Ce dossier de Laboratoire italien fait suite à un numéro consacré aux Voix et parcours du féminisme dans les revues de femmes (1870-1970) et propose un premier état des lieux des revues féministes italiennes depuis les années 1970 jusqu’au tournant numérique du nouveau millénaire et à la dimension transnationale des féminismes contemporains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression est de Biancamaria Franbotta citée dans son article par Chiara Mattesini – l’occasion (...)

1Ce nouveau dossier de Laboratoire italien fait suite à un premier numéro dédié aux « Voix et parcours du féminisme dans les revues de femmes (1870-1970) ». C’est à partir des années 1970 et du néo-féminisme que nous reprenons ce travail pour l’entraîner jusqu’à une actualité plus que jamais florissante de publications féministes. Alors que les coordinatrices du premier numéro pouvaient encore hésiter sur ce qualificatif, lui préférant pour des raisons historiques celui de « revues de femmes », il s’agira bel et bien pour nous d’explorer les revues féministes, nées dans le sillage d’un mouvement de libération des femmes qui perdure aujourd’hui après avoir traversé reflux, rebonds et métamorphoses. Le pari de ce numéro est justement de faire l’hypothèse que les revues, plus que d’autres matériaux archivistiques, dessinent les contours d’une histoire polymorphe, parfois conflictuelle, saisie sous son aspect le plus vivant, celui d’un « roman de formation collectif »1 qui parle toujours au présent, du cœur des pratiques. Et c’est bien à partir de cette hypothèse d’une continuité entre pratiques féministes et formes des revues que nous avons commencé à travailler, questionnant la manière dont le travail de création, de fabrication et de diffusion s’inscrit dans des relations entre femmes sans cesse discutées et recréées, objets d’une réflexivité toute particulière du mouvement dans son ensemble. La revue comme lieu, donc, et pas seulement comme objet – lieu de militance, lieu de vie, dont quiconque a fait l’expérience sait que l’objet n’est souvent que la partie émergée de l’iceberg. L’objet-revue serait donc à l’interface entre deux sortes de liens, ceux qui sont modelés par le travail collectif et ceux qui se forment à travers la circulation de la revue, son lectorat fidèle ou volatile, anonyme ou participant. La manière dont ces liens sont pensés et performés à travers ce work in progress qu’est l’objet-revue définit en elle-même une pratique politique dont la revue est l’espace virtuel et matériel. L’importance de la dimension collective nous a par ailleurs portées à faire une série de choix méthodologiques, comprenant l’exclusion de formes contemporaines plus individuelles, telles que les blogs.

  • 2 Pour qui voudrait élargir le panorama des revues féministes italiennes, voir par exemple le site V (...)

2Entre cet empan chronologique et un sommaire composé (et décimé) en pleine crise du Covid, toute prétention non seulement à l’exhaustivité, mais même à une forme de complétude, devait être mise de côté au profit du défrichage, pour l’heure unique en France, d’un terrain encore largement à explorer2. Une cartographie complète des revues féministes reviendrait en effet à dessiner une sorte de géopolitique en mouvement, articulant les réalités les plus locales, qui ont formé le terreau de féminismes italiens très diversifiés, à des problématiques de plus en plus transnationales, voire globalisées, comme le montre aujourd’hui l’écoféminisme. Les revues peuvent alors aussi bien jouer comme moyen d’expression et instrument de fortification d’un groupe physique déterminé que comme vecteur d’échanges théoriques ou de partages d’expériences transculturels, et l’on verra à quel point leur rôle a été important dans ce sens. Voici pour la géographie – et pour ce qui est de la politique, il nous a semblé que séparatisme, autonomie et auto-conscience, qui pouvaient initialement définir la spécificité des revues féministes, donnaient aussi lieu à de nouvelles configurations, interprétations ou compromissions à mesure que nous avançons dans le XXe, puis dans le XXIe siècle. Si l’incursion dans l’actualité des revues féministes nous tenait à cœur, c’est non seulement parce qu’il semblait inconcevable de se couper du moment présent, mais aussi parce que nous souhaitions vérifier sur le terrain les lignes de continuité et de rupture des années 1970 aux féminismes d’aujourd’hui. Sur l’ultra-contemporain et sur ce dernier point, deux articles et une interview permettent, non pas tant de dresser un tableau que de tracer quelques lignes, entre féminisme pop, intersectionnalité et écoféminisme.

3Enfin un dernier point méthodologique à convoquer est peut-être celui du caractère situé de la recherche, puisqu’une partie des contributrices de ce numéro ont participé ou participent à une revue féministe, pas toujours celles dont elles parlent d’ailleurs – cette participation passée ou présente nous semble évidemment être un enrichissement plus qu’une limite, voire une invitation à croiser les expériences et les écritures d’une même histoire, plurielle.

  • 3 Sur ce sujet, voir par exemple P. Stelliferi, « “Una originaria, irriducibile asimmetria”. Il rapp (...)

4Le dossier du numéro 26 se finissait par une ouverture sur le néo-féminisme, avec un article de Chiara Martinelli sur les rapports complexes entre le mouvement de 68 et le féminisme. Les premiers ferments du néo-féminisme avaient précédé cette date, avec la création du groupe Demau dès 1966 à Milan. L’article de Martinelli explorait les éléments d’un langage transversal du Mouvement dans sa manière de placer l’individu et sa libération au centre de l’agir politique – pourtant, comme on le sait, l’essor du néo-féminisme est caractérisé par un phénomène de « doppia militanza » qui finira dans l’explosion des groupes extraparlementaires, signe d’un irréductible conflit. Ce dernier prend forme à partir de la prise de conscience d’une condition de double exploitation – de la part du système capitaliste d’une part et de la part de la domination masculine qui lui serait fonctionnelle d’autre part – et de la reconnaissance manquée de cette spécificité. Ainsi, les femmes ne peuvent que se détacher du reste du mouvement et élaborer leurs stratégies propres contre l’oppression de système et de genre. D’autre part, au sein du mouvement, elles se trouvaient bien souvent reléguées au rôle d’« anges du cyclostyle » – version moderne et militante de l’ange du foyer/fée du logis – « secrétaires » des hommes, seules véritables têtes pensantes. Au désir de former des groupes séparés et autonomes répond bien souvent l’hostilité des camarades, qui accusent les femmes de déserter la lutte commune. Pourtant c’est justement cette trahison, cette conquête d’autonomie nécessaire et tourmentée, qui fut le point de départ d’innovantes et importantes élaborations théoriques et pratiques, confluant dans l’expérience des revues3.

5Le féminisme des années 1970 prend ses distances à la fois de l’histoire précédente des mouvements féminins – l’ « émancipationisme » – et de la gauche révolutionnaire de sa propre décennie, et notamment d’une idée de révolution qui ne prendrait pas en charge la question d’une transformation des rapports entre les sexes. Le séparatisme s’exprime avant tout dans la recherche d’une autonomie profonde des modèles intériorisés et de la vision du monde construite par les hommes. L’on tente de fonder une socialité entre femmes, non médiée par le regard masculin qui a cantonné les femmes dans des rôles ancillaires, « femmes de », « mères de ». L’analyse de la domination masculine se déplace ainsi de la scène sociale, où elle avait été considérée comme une « question féminine » (« questione femminile ») faite de discriminations et de désavantages, à l’histoire et au vécu personnel : le corps, la sexualité – et avec elle, la maternité – deviennent le terrain originel d’expropriation de l’existence, du corps et des capacités créatives propres des femmes. Se réapproprier le corps signifie alors se reconnaître une sexualité en propre, mais aussi soustraire le problème de la santé au caractère invasif de la science médicale. La volonté des femmes de prendre la parole gardait toujours en ligne de mire cette adhérence au corps et à l’intériorité, éléments eux-mêmes politiques, car marqués par l’histoire des hommes. Ainsi, pour déconstruire la civilisation de l’homme et ses structures porteuses – la famille en premier lieu – les pratiques du féminisme des années 1970 partent de l’impasse du dualisme, enkysté dans la pensée occidentale, et la recherche de nouveaux liens entre sexualité et politique, sexualité et symbolique, démasquant le travail gratuit du, care et illuminant l’articulation profonde entre politique et expérience personnelle. L’article-portfolio de Maurizia Morini, dans notre rubrique “Textes et documents”, nous introduit à ces thématiques e surtout à la manière dont elles ont été concrètement discutées sur le terrain par certains groupes à travers les revues, dans des publications où affleurent souvent les mots non seulement du groupe, mais aussi des femmes anonymes, travailleuses, ouvrières – mots situés y compris géographiquement, en Vénétie, à Naples ou en Émilie-Romagne. Les revues féministes des années 1970 sont à replacer dans l’écosystème foisonnant des formes éditoriales de l’époque, qui voit, en même temps que la multiplication des groupes, la prolifération des formes de tracts, de revues, de numéros uniques souvent de facture artisanale et de production autogérée – une littérature militante qui se caractérise précisément par la diversité des identités locales.

  • 4 Un traitement plus approfondi de la parabole des Differenze est encore offert par F. Paoli dans le (...)

6L’article de Chiara Martinelli repartait, au numéro 26, d’une revue féministe née dans l’après-guerre et historiquement liée au PCI, Noi donne, et de son rapport au néo-féminisme, pour arriver à deux des revues les plus importantes des années 1970, Effe (1973-1982) et Sottosopra (1973-1976). Cette dernière reflète particulièrement bien la continuité recherchée entre la forme-revue et les pratiques qui caractérisèrent cette saison du féminisme, avec la tentative de recréer un flux continu où se mélangent textes personnels, transcriptions de réunions, compte-rendu d’expérience de tel ou tel cercle ou « petit groupe », avec l’idée de recréer sur le papier le processus de l’auto-conscience. C’est également de cette prépondérance des pratiques que part Federica Paoli dans son article sur Differenze (1976-1982), revue née d’un contexte milanais particulièrement riche dont elle entendit se faire caisse de résonance jusque dans ses différences constitutives (d’où le titre), voire ses conflits. De l’auto-conscience à la pratique de l’inconscient, Differenze a matérialisé cet espace de la revue comme « luogo di pratiche e relazioni tra donne »4. La continuité entre action politique et vie quotidienne était par ailleurs déjà présente à différents niveaux, par exemple à l’intérieur d’une revue anti-autoritaire comme L’erba voglio (1971-1977), où les questions d’éducation et le rapport aux institutions scolaires ont un rôle fondamental, ainsi que le rapport à la psychanalyse que le féminisme se réapproprie de manière autonome. L’article signé par Monica Pacini reprend l’arc entier de l’existence du périodique, attentive à ses conditions (artisanales) de fabrication, aux interactions de la revue avec le contexte, aux parcours de vie accidentés de celles et ceux dont la vie personnelle a été le premier terrain d’expérimentation d’un changement global possible (on note notamment le beau portrait de Lea Melandri, figure incontournable qu’on retrouvera à l’origine de Lapis). Selon la formule de Pacini, les fascicules variés de ces années-là constituent jusque dans leur graphisme « una fenomenologia del desiderio di rottura e sperimentazione ». Ainsi, les titres restreints que nous présentons sont toujours à comprendre sur le fond d’une production informelle, indépendante et autogérée, fruit d’un travail militant qui dessine tout un « archipel » de revues, librairies, petites maisons d’édition, centres, en vertigineuse ascension jusqu’en 1977.

7Cet élan vers l’émancipation crée aussi les conditions pour mener des batailles juridiques fondamentales. En Italie, c’est dans les années 1970 que sont posées les bases normatives d’une profonde transformation des mentalités et d’une révolution culturelle qui, de fait, est encore en cours et loin d’être achevée : de la promulgation de la loi sur le divorce (1970), à l’institution des plannings familiaux (1975), à la loi de réglementation de l’avortement de 1978, confirmée par un referendum en 1981, jusqu’à la loi de 1977 sur la parité dans le travail. Le législateur travaille donc dans le sillage d’une saison de révoltes, alors que la société et les partis politiques montrent toute leur « angoisse », pour utiliser l’expression de Carla Lonzi – avec leurs instances spécifiques dans des institutions traditionnelles comme la famille, l’école, l’université, les partis.

8Si l’on considère la grande originalité et la créativité de son « séparatisme » vis-à-vis du mouvement de 68, le féminisme des années 1970 a marqué la première rupture radicale avec la prétendue universalité d’un sujet unique (masculin), défini comme moteur de l’histoire, jetant ainsi les bases pour étendre la critique, du machisme à l’occidentalisme, dans les études postcoloniales ou cultural studies, et de là à une critique de l’anthropocentrisme – autant de thématiques centrales du féminisme intersectionnel contemporain.

  • 5 Pour une synthèse du féminisme des années 1970, qui ouvre d’intéressantes perspectives historiogra (...)
  • 6 Voir F. Paoli, « Diversità fantastiche. Periodici del femminismo romano nei primi anni Ottanta », (...)

9Le passage des années 1970 à la décennie suivante est un moment crucial, où s’ajoutent à la crise des collectifs et des petits groupes, aux lacérations et aux contradictions ouvertes du débat sur l’avortement et plus en général sur la fermeture progressive des espaces publics de renouvellement politique et social, le déclin des principaux périodiques liés au mouvement et la disparition de titres qui expriment une conception différente de la pratique politique des femmes5. La fermeture de Effe et de Differenze en 1982 et la naissance de Memoria (1981-1991) représentent en ce sens un passage de témoin, tant symbolique que factuel, ouvrant une phase du féminisme plus directement impliquée dans les institutions culturelles et dans la valorisation de l’intellectualité féminine6. Le renouvellement des savoirs disciplinaires est alors conduit à partir des pratiques expérimentées dans les collectifs et les groupes d’autoconscience, avec la découverte du caractère indissociable du vécu personnel, des corps et des images sexuées dans la construction des paradigmes de connaissance.

10Dans notre numéro, l’article de Michelle Zancarini-Fournel dédié à Memoria souligne le difficile équilibre recherché par la revue entre une orientation disciplinaire marquée, visant à légitimer l’histoire des femmes dans le champ académique, et une continuité tout aussi revendiquée vis-à-vis de pratiques féministes qui impliquent un défi pour les structures traditionnelles d’élaboration et de diffusion de la recherche scientifique. L’aventure de Memoria, qui se déroule sur une décennie, est emblématique non seulement de l’affirmation de la Gender History en Italie, mais aussi de la progressive prise de conscience, de la part de certaines actrices du mouvement, de la valeur d’une histoire propre à conserver et à transmettre.

  • 7 E. Cirant, L’avventura di DWF (un tuffo in archivio), en ligne sur le site de l’Unione femminile n (...)

11Après la créativité des pratiques et le fort élan expérimental du mouvement féministe des années 1970, les années 1980 se présentent donc comme une décennie plus analytique et réflexive, avec l’entrée des études de genre dans le monde académique, l’intensification de la production culturelle et plus largement la « transformation du féminisme, de mouvement politique de masse à agence culturelle diffuse »7. C’est la naissance des départements de Women’s et Gender Studies, en particulier en Amérique du Nord et en Europe du Nord, et le féminisme, au sens large, commence à être reconnu comme une branche du savoir académique. En Italie on enregistre un affaiblissement, du moins en apparence, du féminisme comme mouvement social organisé, face à l’intensification de la discussion théorique, animée par un besoin diffus de valorisation et de reconnaissance culturelle et politique de la part des femmes. Dans tout le pays, on assiste à la création de nouvelles revues et à l’ouverture de bibliothèques, librairies, centres de documentations (comme le Centro di Documentazione Donna de Bologne, où se développera ensuite la bibliothèque), associations culturelles et coopératives consacrées à la conservation et à la valorisation des savoirs des femmes.

  • 8 A. Rossi-Doria, art. cit., p. 14.
  • 9 « Chi, per chi, come. La ricerca scientifica dalla parte della donna – dibattito tra le redattrici (...)

12On peut lire rétrospectivement cette transition comme le symptôme d’une atténuation de la tension politique qui avait animé le mouvement dans la première moitié des années 1970, ou bien comme la tentative de réinvestir cette même tension sur le plan « symbolique » du travail culturel ; comme une faille ou bien comme une adaptation nécessaire aux mutations du contexte historico-politique. Reste cependant que l’exigence de conjuguer militance et réflexion théorique dans un cercle vertueux de pratiques et de savoirs a été précocement perçue, et qu’elle trouve sa formulation la plus significative dans la période du « mouvement de masse »8, comme en témoigne l’expérience pionnière de DWF. DonnaWomanFemme, la première revue italienne de Women’s Studies, fondée à Rome en 1975 et promotrice, deux ans après, du centre d’études du même nom. Dans son article, Nadia Setti en reconstruit la trajectoire en parallèle avec celle de deux revues à la longue vie éditoriale : Via Dogana (1991-2014), éditée par la Libreria delle Donne de Milan, et Leggendaria, née comme supplément de Noi donne et devenue autonome en 1997, ce qui confirme le polycentrisme et les connotations idéologiques hétérogènes des mouvements féministes en Italie, souvent en fonction de critères géographiques. La revue DWF, dans sa proposition de révision critique de l’image de la femme telle que créée par la culture masculine, tout comme dans l’affirmation des « implications politiques du travail scientifique effectué par les femmes [...] dans un système disciplinaire conçu exclusivement par des hommes »9, partage avec Memoria le défi lancé aux savoirs académiques et le difficile exercice d’équilibre entre la conservation des pratiques collectives des mouvements et la valorisation professionnelle des individus.

  • 10 « Rivista internazionale di studi antropologici storici e sociali sulla donna » à « Quaderni di st (...)
  • 11 Kimberlé Crenshaw introduit le concept d’intersectionnalité dans le milieu universitaire dans un a (...)

13L’autre élément de continuité, que l’on rencontre de manière significative dans tous les articles de ce numéro, est la dimension internationale du féminisme italien, déterminant aussi bien pour les expériences de l’autoconscience et de la pratique de l’inconscient que pour la circulation des textes et des idées. En 1976, la deuxième série de DWF change de sous-titre de « Revue internationale d’études anthropologiques historiques et sociales sur la femme » à « Cahiers d’études internationales sur la femme »10, comme pour insister sur l’importance du travail de médiation et de traduction grâce auquel la revue a introduit dans le contexte féministe italien les textes les plus significatifs de la pensée américaine et européenne (Gayle Rubin, Donna Haraway, Adrienne Rich, etc.). Une attention analogue pour les recherches en cours à l’étranger caractérise l’activité éditoriale de Memoria, à laquelle on doit l’entrée précoce des concepts de genre et d’intersectionnalité11 dans le débat théorique, et de Leggendaria, qui dans le cours des années 1990 consacre différents fascicules aux luttes et aux productions artistiques de pays extra-européens, de l’Afrique à l’Argentine en passant par l’Inde. Mais le phénomène investit le champ éditorial dans son entier, comme on le voit dans notre rubrique « Varia » à travers l’article de Fanny Mazzone, qui, en reconstruisant le tableau de l’édition féministe italienne, offre aussi un premier bilan des échanges culturels avec la France à travers la « politique des traductions ».

  • 12 Diotima, Il pensiero della differenza sessuale, Milan, La Tartaruga, 1987 [nuova edizione 2003] ; (...)

14Toujours à partir des années 1980, le féminisme italien semble s’orienter massivement vers la recherche de définitions et d’une sorte de (re)fondation, dans les termes les plus objectifs et univoques possibles, du mouvement des femmes et des femmes elles-mêmes, en même temps que d’une méthodologie d’étude et d’action unificatrice, idéalement destinée à renforcer la position des femmes dans le corps social. Parmi les éléments déterminants de la décennie, on retiendra la publication, en janvier 1983, du document Più donne che uomini, par les féministes de la Libreria delle Donne de Milan. Dans ce texte est développé le concept d’« affidamento » qui, réaffirmant la nature sexuée de la pensée, présuppose l’existence d’un lien symbolique et de « généalogie » entre femmes, et définit un lien postulé comme a-conflictuel, grâce auquel une maîtresse-guide (une mère) transmet savoirs et expériences à une descendante plus jeune (une fille). La même année, naît la communauté de philosophes Diotima à l’université de Vérone. Cette dernière intègre également des femmes extérieures à l’université. Adriana Cavarero, Luisa Muraro et Chiara Zamboni en sont les fondatrices les plus connues. Dans la première période de cette expérience, la référence à la pensée de la différence sexuelle de Luce Irigaray et aux élaborations théoriques de la Libreria delle donne de Milan demeure centrale. Bien que partant de la pensée de la différence sexuelle de matrice internationale, le groupe Diotima développe une position de fermeture par rapport à la radicalité de la pensée féministe italienne des années 1970, en excluant a priori la voie d’une pensée de la post-différence, intersectionnelle12.

15En réalité, à la fin des années 1970 déjà, le rapport mère-fille avait été reconnu comme un nœud dans la relation entre femmes, à dénouer en vue d’une société libre du poids de ces rôles. Il était en effet apparu évident que ce lien portait en lui un passif de conflictualité, puisque la mère transmet la loi du père et parce que les femmes ont longuement parlé la langue de la domination masculine, intégrée comme naturelle. Ces acquis théoriques, reconnus par la Libreria delle donne de Milan, sont mis de côté par le groupe Diotima dans les années 1980, en même temps que l’autoconscience et la pratique de l’inconscient, qui avaient entrelacé psychanalyse et politique. Le nouvel objectif est de travailler sur le plan symbolique pour mettre en route une émancipation « depuis le haut » et fonder une subjectivité féminine culturellement forte. La proposition divise les féministes elles-mêmes. Le 26 avril 1986, l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, devient l’exemple emblématique d’un système de domination que le mouvement des femmes connaissait très bien et dont il dénonce à nouveau la non-neutralité, c’est-à-dire le caractère sexué, masculin. Le désastre nucléaire soulève à nouveau le problème du réel pouvoir des femmes, de leur poids politique et de l’urgence d’une transformation du monde. Le 24 mai, place Esedra à Rome, les différents groupes féministes organisent une manifestation qui pose les bases d’un « pacte entre femmes », nécessaire pour compter politiquement, et de la Charte des femmes. Dalle donne la forza delle donne. Carta itinerante. Idee proposte interrogativi est en effet le titre du document que les femmes du PCI publièrent en novembre de la même année dans le but d’imposer leurs raisons à l’intérieur du parti, processus laborieux et non indolore de reconnaissance.

16Émergent alors deux stratégies prévalentes : celle de la Charte, qui entend dégonder le monde masculin, en particulier le dogme marxiste, de l’intérieur, et celle, culturelle-symbolique, de la Libreria delle donne de Milan et de Diotima. La revue Reti. Pratiche e saperi di donne, à laquelle est dédié l’article de Maria Chiara Mattesini, est un produit de la première stratégie. Fondée en 1987 sous la direction de Maria Luisa Boccia, la revue représente la pensée des féministes qui gravitent autour du PCI et leur tentative de mettre en dialogue la pensée de la différence sexuelle avec une culture politique du Parti.

  • 13 Les actes de ces deux conférences sont rassemblés dans La ricerca delle donne: studi femministi in (...)

17À quelques mois de la publication de la Charte, un autre événement de grande importance fut le colloque des 6 et 7 mars 1987 sur les Études féministes en Italie, organisé par Maria Cristina Marcuzzo et Anna Rossi-Doria et promu par le département d’Économie politique de l’université de Modène. Pendant cet événement, qui suit de quelques mois le premier colloque international sur les Women’s Studies dans les universités italiennes (Rome, décembre 198613), se profilent deux orientations : l’une visant à assurer un travail de déconstruction des disciplines traditionnelles à partir de savoirs extérieurs à elles, dans la continuité du féminisme des années 1970, l’autre aspirant à instaurer un sujet féminin fort, reconductible aux élaborations du groupe Diotima. À cette occasion, certaines intellectuelles extérieures au monde académique, comme Lea Melandri, mais aussi certaines représentantes de l’université, comme Marina Zancan, évoquent le risque d’une expropriation d’un patrimoine de pratiques, culture et conscience de la part des institutions traditionnelles, faisant partie d’un système de pensée et de pouvoir incompatible avec les instances du mouvement féministe. L’aspiration à ce que Raffaella Lamberti, de l’Association Orlando, définit à cette occasion « un aller-retour entre l’intérieur et l’extérieur de l’université » peine encore aujourd’hui à se réaliser.

  • 14 Sur l’affirmation et la présence des études de genre dans les universités italiennes et sur le déb (...)

18Dans le but de mettre un frein à une régression des potentialités révolutionnaires de la pensée des femmes, accueillie comme un contenu disciplinaire nouveau, certes, mais neutralisée dans le cadre académique, naît à Milan, toujours en 1987, la revue Lapis. Percorsi delle riflessioni femminile, dirigée par Lea Melandri et étudiée dans ce numéro par Francesca Sensini. Lapis entend notamment dépasser les contradictions de la pensée de la différence sexuelle interprétée par la Libreria delle donne de Milan et par Diotima. Selon les rédactrices de la revue, la pensée de la différence a resignifié le genre féminin, en le libérant du mépris et de la minorité à laquelle l’ordre patriarcal l’a soumis, mais elle apparaît en quelque sorte bridée par la pensée dichotomique des pères, dont elle reproduit la polarité, bien qu’en l’inversant : en insistant sur les généalogies féminines et « l’ordre symbolique de la mère » – titre d’un essai fondateur de Muraro en 1991 – elle répéterait par analogie la forme de la pensée dominante masculine. Dans le débat entre savoirs féministes et disciplines académiques, sont en jeu, non seulement les alternatives opposées de l’assimilation et de l’autonomie de la production culturelle des femmes relativement aux institutions scientifiques et culturelles (une opposition qui peut peut-être contribuer à expliquer la spécificité du cas italien par rapport aux pays anglo-saxons)14, mais aussi la question de la transmission (ou de la transmissibilité) d’un patrimoine d’acquisitions qui, justement en raison de son lien indissoluble avec le vécu, n’est pas entièrement reconductible à l’intérieur de frontières disciplinaires. À cela s’ajoute la difficulté des plus jeunes à se reconnaître dans l’expérience d’une génération unie par les mêmes origines politiques et les mêmes formes de militance. Le dialogue, parfois le conflit, intergénérationnel, devient ainsi, du moins à partir des années 1990, l’un des points clés de l’agenda féministe, alors que la recherche de formes autonomes de protagonisme politique de la part d’une nouvelle génération de femmes rend possible l’émergence de thèmes inédits, ou que des questions de longue durée sont reformulées de manière différente (à l’instar du problème du travail dans un contexte de néolibéralisme global, ou encore de la nécessité de lire l’intersection du racisme et du sexisme comme un unique dispositif de domination).

19Les essais qui concernent la période contemporaine mettent en lumière les effets du développement d’internet et des réseaux sociaux, conformément à la définition donnée par certaines historiennes au concept de « quatrième vague » du féminisme, marquée par le développement du militantisme numérique et ainsi, par la naissance des revues féministes en ligne. Ces dernières ne traduisent pas seulement l’évolution des façons de communiquer liée à l’explosion d’internet, pas plus qu’elles ne marquent un passage homogène du format papier au numérique (puisque nombreuses sont les revues qui continuent à proposer les deux formats) ; elles se présentent plutôt comme un supplément et des ressources permettant de diversifier les points de vue et de créer de nouvelles façons d’interagir au sein du réseau très dense de blogs, sites et réseaux sociaux15. Parmi les problématiques qui se répètent presque à l’identique dans les revues papier comme en ligne, on trouve la question économique qui, non sans raison, est abordée dans la totalité des articles de ce numéro. On relève cependant des différences criantes à l’endroit du regard porté sur le travail, plutôt conçu comme source d’émancipation féminine dans les années 1970, puis soumis à l’émergence de questionnements et de réflexions sur la précarité du travail (notamment les questions du travail gratuit et du travail de care invisibilisé). En outre, les articles abordent deux problèmes bien distincts : d’un côté celui des conditions économiques de survie des revues et, de l’autre, celui de la rémunération du travail des rédactrices. Ce dernier marque également une évolution dans la façon de concevoir l’action féministe, initialement militante et qui aujourd’hui peut être intégrée dans une activité professionnelle (plus ou moins) lucrative. Même si le travail éditorial dans le champ féministe reste aujourd’hui un travail militant, dont la survie est en grande partie assurée par le travail volontaire et gratuit, la réflexion sur le poids, la diffusion et la reconnaissance de ce type de travail devient de plus en plus complexe et sensible.

  • 16 Voir L’ecofemminismo in Italia: le radici di una rivoluzione necessaria, F. Marcomin et L. Cima éd (...)
  • 17 Dictionnaire des féministes. France – XVIIIe-XXIe siècle, sous la direction de C. Bard avec la col (...)

20En tout cas, force est de constater que les magazines féministes ne peuvent être réduits et aplatis à une forme unique et cohérente même si les années 2000 marquent un changement de dimension dans les problématiques abordées, et ce à plusieurs niveaux : la montée en puissance de la multimédialité amorce un dépassement des frontières régionales et nationales (également identifiable dans la langue avec l’utilisation de l’anglais aux côtés de l’italien) créant ainsi plus d’espace pour les préoccupations transnationales. L’essai proposé par Francesca Maffioli est paradigmatique de ce point de vue, car il raconte le chemin qui a fait de la revue historique Aspirina, née en 1987 au sein de l’emblématique Bibliothèque des femmes de Milan, l’actuelle Erbacce qui propose une approche écoféministe, dont la perspective est radicalement transnationale et influencée par l’activiste et écologiste indienne Vandana Shiva16. L’élément crucial au cœur de l’hétérogénéité des contenus se situe peut-être à juste titre dans le développement d’un féminisme de masse, plus accessible, qui ne requiert pas d’être militante et qui repart très souvent de la culture populaire (le pop féminisme17) ou de l’expérience quotidienne et individuelle. De fait, quand elles ne traitent pas des questions transnationales, les revues des dernières décennies se concentrent sur l’émancipation individuelle et sur la volonté de remettre au centre le corps, la sexualité et les expériences de chacun et chacune dans une optique éminemment inclusive. L’essai d’Alison Carton-Kozak se concentre sur la revue Frisson. Oltre il piacere, qui est née en 2019 et est accessible en version papier comme en ligne. Elle nous montre comment la revue mélange différents types de codes pour concentrer son message autour de l’affirmation de valeurs positives, telles que les mouvements body-positive et sexe-positive, comme moyen de promotion de l’inclusivité et de la fluidité, et également dans le but de dépasser le modèle de l’hétéronormativité et de créer des espaces où chacun et chacune trouve sa place sans devoir nécessairement se définir en fonction d’une catégorie figée.

  • 18 Pour une vision plus large du panorama les débats ultra-contemporains, nous renvoyons à la plus ré (...)

21On constate également la diffusion de problématiques qui n’appartiennent pas in primis à la sphère collective mais bien à celle individuelle. Une telle évolution n’est pas inédite puisque les années 1970 correspondent à l’affirmation d’une subjectivité qui soutient une articulation nouvelle entre individualité et sujet politique collectif (et l’on pourrait à juste titre définir le féminisme en vertu de cette articulation entre expérience individuelle et expérience collective, depuis les premiers mouvements jusqu’à nos jours). Il apparaît toutefois que dans les dernières décennies, c’est bien la perspective individuelle (au détriment de la perspective collective) dont la compatibilité avec certaines expressions du système néolibéral semble confirmée par un certain « féminisme capitaliste ». Plus que jamais, la question de l’articulation des luttes féministes avec des propositions politiquement antagonistes semble brûlante, comme on le voit différemment avec les débats autour du voile islamique, qui à chaque épisode ravivent des lignes de fracture aussi bien idéologiques que générationnelles. Ces débats adviennent par ailleurs dans un contexte tout à fait différent de celui des années 1970 en ce qui concerne la politisation des nouveaux et nouvelles protagonistes, avec une socialisation politique qui bien souvent se fait directement à travers des questions de genre et/ou de race au sens large, et seulement marginalement au sein de milieux plus liés à la politique au sens traditionnel du terme18.

22L’identité semble ainsi se placer au centre non seulement en tant qu’individualisme positif, mais également comme condition liminaire d’acceptation de l’autre : les corps tout comme les choix individuels concernant la sexualité, l’apparence et le style de vie sont presque toujours conjugués au pluriel, mais depuis une perspective individuelle. La volonté de déconstruction des normes sociales débouche sur un horizon individuel et subjectif comme mesure (ou absence de mesure) du monde. Inévitablement, les revues des dernières années mettent ainsi en lumière des formes de collusion entre le système capitaliste et un certain type de féminisme de masse, apolitique et dont la forme semble proche d’un « life style » relativement adossé au consumérisme. Mais ne serait-ce pas là le prix à payer pour une plus grande accessibilité et une plus grande diffusion du mouvement féministe (puisque Beyoncé touchera inévitablement un public nettement plus large que n’importe quel texte universitaire ou militant) ?

23Frute, qui est née en 2018, fait partie des revues qui abordent certaines de ces contradictions. Dans l’interview qui a été faite à la rédaction et qui conclut ce numéro, on retrouve des traces de luttes traditionnellement associées à la « troisième vague », telles que la lutte pour l’égalité des salaires, pour les droits des personnes trans et des minorités, ainsi qu’une série de problématiques portées par les mouvements LGBTI+, parmi lesquelles la lutte contre les discriminations, contre le racisme et les violences de genre, et pour l’inclusivité et le changement de regard sur certaines catégories sociales et professionnelles (par exemple, les initiatives pour sensibiliser aux conditions de travail des travailleuses du sexe ou le mouvement post-porno qui cherche à repolitiser la pornographie). Toutefois, en observant les revues les plus récentes, il n’est pas toujours facile d’identifier les rapports qu’elles entretiennent avec les courants de pensée féministes précédents, ou même simplement leurs références, bien que l’on constate de façon récurrente que certains concepts développés pendant la « troisième vague » sont presque automatiquement repris (à l’instar de la volonté de promouvoir un féminisme intersectionnel).

24Dans une phase d’effervescence féministe où se multiplient à nouveau revues, fanzines, sites et initiatives individuelles et collectives variées, et où une génération se socialise à nouveau à travers des problématiques de genre, il nous revient d’ouvrir plus que de conclure cette introduction sur une invitation : à la lecture de ce numéro, des revues féministes désormais souvent numérisées et disponibles en ligne, à la (re)découverte d’un passé proche, et à celle d’une production contemporaine foisonnante.

Haut de page

Notes

1 L’expression est de Biancamaria Franbotta citée dans son article par Chiara Mattesini – l’occasion de rendre hommage à la poétesse morte en mai 2022.

2 Pour qui voudrait élargir le panorama des revues féministes italiennes, voir par exemple le site Vitamine vaganti, et les articles de M. Banci, Le riviste femministe in Italia, 2019. En ligne : [https://vitaminevaganti.com/2019/11/23/le-riviste-femministe-in-italia/] (consulté le 13 juin 2022).

3 Sur ce sujet, voir par exemple P. Stelliferi, « “Una originaria, irriducibile asimmetria”. Il rapporto della nuova sinistra con i femminismi in Italia (1972-1976) », dans Italia contemporanea, Genere e culture politiche dagli anni Settanta a oggi, no 2, 2018, p. 15-43.

4 Un traitement plus approfondi de la parabole des Differenze est encore offert par F. Paoli dans le volume Pratiche di scrittura femminista. La rivista “Differenze” 1976-1982, Milan, Franco Angeli, 2011 ; sur la revue et le contexte dans lequel elle est née, voir aussi P. Stelliferi, Il femminismo a Roma negli anni Settanta. Percorsi, esperienze e memorie dei collettivi di quartiere, Bologne, BUP, 2015.

5 Pour une synthèse du féminisme des années 1970, qui ouvre d’intéressantes perspectives historiographiques, voir A. Rossi-Doria, « Ipotesi per una storia che verrà », dans Il femminismo degli anni Settanta, T. Bertilotti et A. Scattigno éd., Rome, Viella, 2005, p. 1-23.

6 Voir F. Paoli, « Diversità fantastiche. Periodici del femminismo romano nei primi anni Ottanta », Zapruder. StorieInMovimento, a. VIII, no 21, janvier-avril 2010, p. 24-40. En ligne : [http://storieinmovimento.org/wp-content/uploads/2014/10/Zap21_3-Zoom2.pdf] (consulté le 19 mars 2022).

7 E. Cirant, L’avventura di DWF (un tuffo in archivio), en ligne sur le site de l’Unione femminile nazionale, qui accueille les archives historiques de la revue : [https://unionefemminile.it/lavventura-di-dwf/] (consulté le 19 mars 2022).

8 A. Rossi-Doria, art. cit., p. 14.

9 « Chi, per chi, come. La ricerca scientifica dalla parte della donna – dibattito tra le redattrici », Nuova DWF. DonnaWomanFemme, no 1, 1976, p. 3.

10 « Rivista internazionale di studi antropologici storici e sociali sulla donna » à « Quaderni di studi internazionali sulla donna ».

11 Kimberlé Crenshaw introduit le concept d’intersectionnalité dans le milieu universitaire dans un article de 1989 « Demarginalizing the intersection of race and sex: A Black Feminist critique of antidiscrimination doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum, vol. 1, no 8, p. 139-167. Voir également K. Crenshaw, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, no 39, 2005 [1991], p. 51-82.

12 Diotima, Il pensiero della differenza sessuale, Milan, La Tartaruga, 1987 [nuova edizione 2003] ; Eadem, Oltre l’uguaglianza. Le radici femminili dell’autorità, Naples, Liguori, 1994.

13 Les actes de ces deux conférences sont rassemblés dans La ricerca delle donne: studi femministi in Italia, M. C. Marcuzzo et A. Rossi-Doria éd., Turin, Rosenberg & Sellier, 1987 ; Gli studi sulle donne nelle università: ricerca e trasformazione del sapere, G. Conti Odorisio éd., Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1988.

14 Sur l’affirmation et la présence des études de genre dans les universités italiennes et sur le débat qui les a accompagnées, voir Gli studi delle donne in Italia, P. Di Cori et D. Barazzetti éd., Rome, Carocci, 2001. En 2013, les Cahiers d’études italiennes ont dédié à cette question le numéro monographique « “On ne naît pas… on le devient”. I gender studies e il caso italiano, dagli anni Settanta a oggi », Cahiers d’études italiennes, no 16, 2013. En ligne : [https://journals.openedition.org/cei/1049] (consulté le 19 mars 2022).

15 À titre d’exemples, voir la plateforme collective Non una di meno (2016) [https://nonunadimeno.wordpress.com/] qui s’inspire du groupe argentin Ni una menos (2015) et rassemble une multitude de groupes (aux positionnements parfois très éloignés) dans la lutte contre les violences faites aux femmes et/ou aux personnes LGBTIQA+. Voir, dans une perspective individuelle mais dans une même volonté de fédérer et de créer un espace d’expression alternatif, le blog d’Eretica Whitebread, Abbatto i muri, [https://abbattoimuri.wordpress.com/].

16 Voir L’ecofemminismo in Italia: le radici di una rivoluzione necessaria, F. Marcomin et L. Cima éd., Padoue, Il poligrafo, 2017 et S. Federici, Reincantare il mondo: femminismo e politica dei commons, Vérone, Ombre Corte, 2018.

17 Dictionnaire des féministes. France – XVIIIe-XXIe siècle, sous la direction de C. Bard avec la collaboration de S. Chaperon, PUF, Paris, 2017. En ligne : [http://blog.univ-angers.fr/dictionnairefeministes/2017/01/30/pop-feminisme/] (consulté le 13 juin 2022).

18 Pour une vision plus large du panorama les débats ultra-contemporains, nous renvoyons à la plus récente synthèse dans B. Pavard, F. Rochefort, M. Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, La Découverte, 2020, p. 387-417. Bien que plus axé sur la France, cet ouvrage permet de s’orienter dans les problématiques d’un mouvement désormais global. À ce sujet, voir aussi F. Rochefort, Histoire mondiale des féminismes, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2022, et sa traduction italienne, Femminismi, Uno sguardo globale, L. Falaschi trad., Laterza, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Fabre, Corinne Manchio, Beatrice Manetti et Francesca Sensini, « Introduction », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 18 juillet 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8019

Haut de page

Auteurs

Marie Fabre

ENS de Lyon • Marie Fabre est maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon. Spécialiste de littérature italienne du XXe siècle, elle s’intéresse aussi au cinéma et à la traduction. Son principal axe de recherche a trait à l’articulation entre littérature et politique, notamment à travers les œuvres d’Elio Vittorini, Italo Calvino, Elsa Morante, Pier Paolo Pasolini ou encore Amelia Rosselli. Elle a également traduit certains de ces auteurs (Vittorini, Pasolini, Rosselli), ainsi que récemment Cesare Pavese (Dialogues avec Leuco, Trente-trois morceaux, 2021). Ses activités personnelles la portent aussi bien vers l’écriture que vers la fabrication de revues.

Articles du même auteur

Corinne Manchio

Université Paul-Valéry-Montpellier 3 • Corinne Manchio est maîtresse de conférences à l’université Paul-Valéry-Montpellier 3. Elle a soutenu une thèse sur la langue de Machiavel et l’écriture de la politique (1498-1512), sous la direction de Jean-Louis Fournel et la codirection de Francesco Senatore à l’université de Naples « Federico II ». Ses recherches portent sur la pensée politique italienne de la première modernité et sur le développement des méthodes computationnelles en histoire. Elle est coresponsable scientifique de l’outil d’analyse textuelle Machiato avec M. Lasson.

Articles du même auteur

Beatrice Manetti

Université de Turin • Beatrice Manetti enseigne la littérature italienne contemporaine à l’université de Turin, où elle a dirigé le Centro interdisciplinare di ricerche e studi delle donne e di genere (CIRSDE ; Centre interdisciplinaire de recherches et d’études sur les femmes et le genre) de 2019 à 2022. Elle a rédigé des essais et dirigé des ouvrages collectifs sur les principaux auteurs féminins du XXe siècle, d’Anna Maria Ortese à Paola Masino, Natalia Ginzburg, Anna Banti, Elsa Morante, Cristina Campo, en privilégiant la perspective des gender studies.

Francesca Sensini

Université Côte d’Azur • Francesca Sensini est maîtresse de conférences en études italiennes à l’université Côte d’Azur de Nice, membre du laboratoire de recherche CMMC (Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine) et de l’équipe ExFem (projet IDEX « Cent ans d’expressions féminines 1918-1968-2018 ») de la même université. Comparatiste de formation, elle consacre principalement ses recherches aux réécritures et à l’herméneutique de l’Antiquité classique entre le XVIIIe et le XXe siècle en Europe ainsi qu’aux représentations littéraires et culturelles liées au genre. Parmi ses récentes publications : Pascoli maledetto (Il Nuovo Melangolo, 2020) ; La lingua degli dei. L’amore per il greco antico e moderno (Il Nuovo Melangolo, 2021) ; M. Ferro, Le romantiche, F. Sensini éd. (Succedeoggi, 2021) ; Non c’è cosa più dolce. Giovanni Pascoli ed Emma Corcos, lettere (Il Nuovo Melangolo, 2022).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search