Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DossierTrois revues féministes italienne...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Trois revues féministes italiennes : DonnaWomanFemme (DWF), Via Dogana, Leggendaria (années 1970-2000)

Tre riviste femministe italiane: DonnaWomanFemme (DWF), Via Dogana, Leggendaria (anni 70-2000)
Three Italian feminist magazines: DonnaWomanFemme (DWF), Via Dogana, Leggendaria (1970-2000)
Nadia Setti

Résumés

Cet article illustre le parcours historique, les thématiques principales, les buts de trois importantes revues féministes italiennes DonnaWomanFemme (DWF) (1975 à ce jour), Via Dogana (1991-2014) et Leggendaria (1997 à ce jour). Chacune de ces revues représente un document essentiel pour comprendre l’évolution et les changements du féminisme italien, l’émergence et la circulation d’idées, pratiques et pensées féministes depuis les années 1970 à aujourd’hui, et leur impact culturel, social et politique dans un horizon national et international. L’analyse de ces publications s’articule selon cinq axes thématiques : la politique féministe ; les archives, librairies, bibliothèques (du féminisme) ; le travail, la précarité, le care ; corps, sexualité, genre ; écriture, littérature, critique littéraire, langages.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

Contexte historique et politique de la naissance des revues : les mouvements des femmes en Italie (années 1970-1990)

1Dans l’histoire du féminisme en France, on date de l’année 1970 le début (symbolique) du mouvement de libération des femmes. En Italie, ce début se situe vers le milieu des années 1960, si l’on prend en compte la formation de petits groupes de femmes : piccolo gruppo ou gruppo di autocoscienza. Très vite commencent à circuler dans un périmètre local puis national des documents qui témoignent de ces idées et pratiques politiques, portant sur la libération de la femme plutôt que sur l’émancipation, et surtout sur la critique du patriarcat en tant que système d’oppression à la fois politique, culturel, économique. C’est dans ce cadre que naissent de nouveaux projets éditoriaux, des revues (hebdomadaires, mensuelles, bimensuelles), des maisons d’édition et des centres culturels.

  • 1 AA. VV., Lessico politico delle donne. Teorie del femminismo, Milan, edizioni Gulliver, 1978.
  • 2 C. Lonzi, Sputiamo su Hegel: la donna clitoridea e la donna vaginale. E altri scritti, Milan, Rivo (...)
  • 3 Je pense notamment aux Cahiers du GRIF (Groupe de recherche et d’information féministe), fondé par (...)

2Parmi les mots qui figurent dans l’un des premiers dictionnaires du féminisme Lessico politico delle donne. Teorie del femminismo1, on trouve « autonomia ». La première signification de ce terme après dix ans de mouvements (celui de Mai 68, les mouvements des femmes) est separatismo ou non-mixité par rapport aux hommes, aux camarades des partis politiques, ceux de la gauche et de l’extrême gauche ou extra-parlamentari. Les pratiques féministes prennent leurs distances, pas uniquement de la culture patriarcale masculine, mais également de la culture dans sa totalité comme production et représentation d’un imaginaire et d’une symbolique qui exclut, refoule et minorise systématiquement les femmes. Ces idées sont exprimées d’une façon tout à fait percutante dans les écrits de Rivolta femminile, sous la signature de Carla Lonzi2. Il ne s’agit plus de vouloir souscrire à la culture (masculine et phallique), il faut décidément en sortir. Notamment en créant des maisons d’édition autogérées (comme Rivolta femminile, précisément) ou des revues qui ne sont pas subventionnées pas des institutions. C’est le cas par exemple pour des revues féministes américaines qui ont acquis un grand prestige international, telle que Signs, créée en 1975 et publiée par University of Chicago Press, avec un imposant editorial board et des correspondant.e.s universitaires à l’étranger. Depuis les années 1960, les Women’s Studies ont commencé à être acceptées dans les universités américaines, non sans difficultés, ce qui a permis à un certain nombre de revues d’études féministes de bénéficier du soutien financier de presses universitaires. Cela n’a pas été le cas en Italie, en France ou en Belgique3, soit par choix des mouvements de femmes de se tenir en dehors des cadres institutionnels, soit par la résistance des universités à la création de programmes d’études de genre. Leggendaria, comme DWF et Via Dogana, sont nées en dehors du monde académique sous l’impulsion de femmes féministes, journalistes, intellectuelles, chercheuses engagées, et d’universitaires également militantes. Mais le public visé n’est certainement pas un public restreint à la recherche académique. Il apparaît clairement que les revues sont la cheville ouvrière du monde militant de la politique féministe, porteuse d’une réflexion politique et culturelle alternative qui développe d’autres horizons et savoirs.

3Pour les revues qui naissent entre les années 1970 et fin 1990, l’autonomie revêt de nouvelles significations à la fois politiques, économiques et culturelles. Autonomie veut dire par exemple auto-financement, même avec l’appui d’un réseau éditorial qui assure la fabrication et la diffusion. Cela signifie aussi parvenir à l’équilibre budgétaire entre les coûts d’édition et publication et les entrées (ventes directes et abonnements). Les comités de rédaction sont souvent constitués par des femmes intellectuelles, professionnelles, chercheuses, journalistes, dont la contribution est bénévole, car considérée comme un acte militant et politique. C’est le cas pour la plupart des revues féministes (et pas uniquement). Cependant, beaucoup d’articles sont signés par des universitaires qui, par ailleurs, publient des ouvrages scientifiques. Il me semble important de mettre en évidence le rôle des revues dans l’articulation entre les pensées féministes, la recherche universitaire, les questions politiques du mouvement, l’importance du réseau pour le soutien et la diffusion de ces productions très importantes.

  • 4 « La rivista nasce per libera iniziativa di un gruppo di donne impegnate nel campo della ricerca s (...)

4Nous trouvons dans la page de garde de Nuova DWF (1977) une explicitation de cette indépendance de toute subvention publique : « La revue naît de la libre initiative d’un groupe de femmes engagées dans le champ de la recherche scientifique et de l’enseignement universitaire. Elle ne jouit d’aucun financement ou subvention. Son seul soutien sont les abonnements et les ventes en librairie. »4 Les rapports avec l’université sont fluides, même si ces revues ne dépendent pas financièrement de ces institutions. Sur le plan théorique, l’attention et la réflexion à ce qui émerge du monde scolaire et universitaire, tant au niveau de la recherche que de la pédagogie, est constant. En 2001, Leggendaria consacre cinq numéros (du 24 au 30) aux Women’s Studies en Italie et en Europe. Un panorama vaste, détaillé, qui permet de constituer une carte précise de la diffusion et de l’enseignement des études de genre et de les soustraire, parfois, à une certaine invisibilité au cœur de l’institution universitaire. Dans cette carte figurent aussi des lieux extrêmement vivaces et importants du féminisme italien : les librairies, les centres de documentation et les bibliothèques.

Brève présentation de chaque revue

  • 5 Voir « Editoriale », dans « EMME EFFE. Maternità femministe », DWF, no 127-128, 2020, p. 3-4. En l (...)
  • 6 Voir « Editoriale », dans « Numero cento », DWF, no 100, 2013, p. 4. En ligne : [https://www.dwf.i (...)

5Nuova DonnaWomanFemme (sous-titrée Quaderni internazionali di studi sulla donna) est créée en 1975 par Annarita Buttafuoco, qui est aussi à l’initiative du « Centro Studi Donna Woman Femme » à Rome. Le titre trilingue montre explicitement l’orientation internationale ouverte aux multiples voix, courants, positions des féminismes. La revue connaît plusieurs périodes, avec des changements de direction et de comité de rédaction, parfois de format et aussi de rubriques. À partir de 1985, elle s’appelle uniquement DWF, il n’y a plus de directrice, mais une responsable éditoriale (Vania Chiurlotto), un comité éditorial et un comité de rédaction. Dans les années 2000, il y a un comité de rédaction qui s’appelle plus tard « redazione allargata » (rédaction élargie)5, mais pas de directrice ou responsable éditoriale. Selon la présentation du numéro 100 (2013)6, DonnaWomanFemme a connu trois grandes périodes : 1975-1985, 1986-2000, 2001 à ce jour. Première revue de Women’s Studies en Italie, DWF exprime le désir critique de changement à l’égard de la tradition culturelle sous l’impulsion de sa fondatrice A. Buttafuoco ; dans la deuxième période, le relais est pris par un groupe de féministes qui ont animé et créé des activités diverses (laboratoires, centres culturels, séminaires) : des pratiques qui interrogent les relations à soi, en tant que subjectivités en lien avec les autres et le monde ; la dernière période voit émerger des nouvelles générations qui se confrontent, parfois de façon conflictuelle, avec les réalités de la précarité dans le cadre du néo-libéralisme, de la mondialisation, de nouveaux enjeux politiques et militants. Trois rubriques principales constituent la structure de la revue : « materia », « poliedra » et « selecta » : dans la première est développée la thématique choisie pour chaque numéro, dans la deuxième sont présentés des textes de critique qui expriment plusieurs points de vue, tantôt des articles issus de thèses, ou des analyses de textes, des traductions d’essais ; la troisième présente des recensions de livres ou revues, en italien ou dans d’autres langues.

  • 7 Voir « E alla fine un’altra partenza: cambio di civiltà », Via Dogana, no 32-33, septembre 1997.
  • 8 Via Dogana, no 38-39, 1998, p. 14 : « Monica Benedetti fa parte della redazione di VD. Ha 25 anni, (...)

6Via Dogana est sortie en 1991 et s’est arrêtée en 2014. Ensuite, après une pause d’environ une année, Via Dogana/3 est publiée exclusivement en ligne avec une fréquence variable. La plupart des articles proviennent des réunions du comité de rédaction, en général des rencontres ouvertes, qui se tiennent à la Librairie des Femmes de Milan. En effet, le titre de la revue correspond à la première adresse de la librairie, qui est aussi le lieu concret et intellectuel de référence. Il n’y a pas d’éditorial proprement dit, mais chaque numéro propose quelques articles centrés en bonne partie sur des thèmes politiques. Via Dogana n’est pas organisée en rubriques, même si les articles portent souvent sur des questions d’actualité et font l’objet d’un débat et d’une réflexion approfondis. Les autrices sont souvent les membres de la Librairie (les fondatrices comme Lia Cigarini et Luisa Muraro, mais aussi Rosetta Stella, Clara Jourdan, Vita Cosentino et d’autres), mais aussi des femmes qui ont des expériences et des responsabilités dans l’administration publique, auprès de municipalités, maires, entrepreneuses, actives dans les organisations de la vie civile et sociale. Via Dogana invite également des hommes, journalistes, religieux7, philosophes, intellectuels. Les premiers numéros ne présentent aucune indication biographique sur les autrices et les auteurs des articles, puis apparaît un petit encadré biographique, d’environ une dizaine de lignes. Par exemple : « Monica Benedetti fait partie de la rédaction de VD. Elle a 25 ans, et depuis 3 ans elle enseigne dans l’école primaire après avoir fait diverses expériences de travail. Ce qui la lie à son travail, c’est son désir de faire en sorte que les premières années d’école soient une expérience heureuse pour les filles et les garçons, une richesse à laquelle on peut puiser même à l’âge adulte, comme ça a été le cas pour elle »8.

  • 9 Ce livre a été traduit en anglais par Patrizia Cicogna et Teresa de Lauretis, sous le titre Sexual (...)
  • 10 On peut trouver l’intégralité des numéros de Sottosopra, à savoir Sottosopra verde (1983), Sottoso (...)

7Les thèmes de chaque numéro articulent une pensée politique dont les termes et les concepts se développent et émergent régulièrement, en relation avec l’état du monde et l’actualité. Pour rappel, la Libraire des Femmes est le nom collectif d’autrices d’un ouvrage de référence pour la politique de femmes et le mouvement féministe italien, Non credere di avere dei diritti9 (1987). Ce livre reconstitue l’histoire du féminisme italien et les idées qui y ont circulé pour en finir avec la relecture du passé et ouvrir une réflexion sur le présent, perspective qui était élaborée dans le Sottosopra verde – « Più donne che uomini »10, fascicule édité par le groupe de la librairie. Via Dogana se situe en partie dans la continuité de ces publications, tout en ayant une structure très différente. Le lexique des réflexions qui s’y déroulent reprend un certain nombre de termes tels que : politica delle donne, autorità femminile, genealogia femminile, relazione, differenza sessuale, affidamento, ordine simbolico, lavoro, libertà femminile. Par ailleurs, I Quaderni di Via Dogana n’a pas comme la revue une parution régulière et rassemble du matériel de travail, des témoignages, des réflexions autour de thématiques ciblées.

8Le premier numéro de la revue bimestrielle Leggendaria paraît en mars 1997, avec le titre « Buio sulla politica » (« Noir sur la politique »). Anna Maria Crispino en est la directrice éditoriale, Monica Luongo, la vice-directrice. Dans ce numéro figurent 17 noms de collaboratrices, cependant ce chiffre varie selon le numéro. Leggendaria a des antécédents, comme l’explique A. M. Crispino dans le numéro spécial des 25 ans de Leggendaria en janvier 2021 (no 145) : ce sont de petits fascicules consacrés à des conseils de lecture, insérés dans le mensuel Noi Donne (revue hebdomadaire fondée en 1944) au moment des fêtes. Voici ce que Crispino en dit :

  • 11 Entretien du 5 août 2021 : « L’inserto uscì cangurato – vale a dire portato nel marsupio di Noi Do (...)

Le fascicule est d’abord sorti du ventre marsupial de Noi Donne, porté comme dans une poche de kangourou, entre 1987 et 1996, évolution de la rubrique « Pour lire ». Noi Donne était un mensuel de l’UDI (Unione Donne Italiane). Pendant la décennie 1982-1992 (c’est-à-dire à partir du XIIe congrès, fut décrétée son autonomie par rapport aux partis politiques), il fut un « laboratoire » politique et journalistique de confrontation entre l’UDI – très forte organisation féminine proche du PCI et du PSI dans l’après-guerre – maquisardes, mondines, cadres syndicaux et des coopératives, etc. – et le féminisme des années 1970, qui a grandi dans l’opposition nette à la gauche traditionnelle. Quelques féministes, comme Silvia Neonato, Roberta Tatafiore et moi-même, ont été associées à la rédaction pour réaliser cette opération politique et journalistique. Noi Donne était alors héritier d’un journal très « politique » et attentif au social – dans les années 1960 il avait été dirigé par de grandes journalistes telles que Miriam Mafai, il était hebdomadaire et se vendait à 3-4 000 exemplaires, en s’appuyant sur un réseau de militantes. Cependant, la culture et les mœurs ne les intéressaient pas vraiment, ainsi j’ai eu quelques difficultés à créer mon propre espace.11

  • 12 Leggendaria, no 1, 1997.

9Leggendaria est diffusée soit par la vente directe dans les kiosques et les librairies, dans toute l’Italie, soit par abonnement. Actuellement le tirage est de 1 000 exemplaires, dont 450 pour les abonnements (privés, mais aussi bibliothèques, centres culturels, associations en Italie et à l’étranger), 350 exemplaires sont destinés aux librairies et le reste à la vente directe (à l’occasion de présentations et d’événements). Il y a actuellement 200 abonnements pour le format .pdf (depuis 2015). Dans la dernière page, Crispino et Luongo, en exhortant à souscrire un abonnement à la revue, soulignent les changements et les innovations les plus importantes de la nouvelle Leggendaria, entre autres, plus d’attention au langage critique, mais aussi aux livres pour jeunes lectrices de moins de 15 ans (dites « under 15 »), pour les adolescent.e.s, recensions de livres en édition économique, et surtout des traductions de livres étrangers (Frontaliere, Lo straniero). Un espace pour des textes inédits, qui encourage ainsi la création littéraire12. La ligne éditoriale de la revue se rapproche de celle de la maison d’édition manifestolibri, qui est associée au quotidien il manifesto.

  • 13 Voir par exemple Via Dogana, no 102, septembre 2012 : images de la manifestation sous la Torre Gal (...)
  • 14 Voir par exemple les photos en noir et blanc de Shirin Neshat, Via Dogana, no 49, mai 2000 ; les p (...)

10L’identité de chaque revue dépend également des choix graphiques et esthétiques. Dès le début DWF présente une couverture monochromatique, dont la couleur change pour chaque numéro. Les essais sont privilégiés, mais lorsque le numéro contient des articles sur l’art (photographie, peinture, cinéma), sont insérées des illustrations des œuvres en noir et blanc. Les couvertures de Via Dogana sont généralement des photographies en noir et blanc, tandis que le titre et un bandeau vertical sont en couleurs. Toutefois, il y a des changements : plusieurs numéros adoptent des photos en couleurs et parfois des reproductions de tableaux d’artistes. Souvent, les photos témoignent des activités du mouvement (assemblées, réunions, manifestations13) ou des événements sur lesquels portent les contributions du numéro14. Quant à Leggendaria, elle est à mon sens la revue qui consacre à la dimension graphique un soin et une attention spécifiques, en choisissant souvent des artistes et des graphistes prestigieux.

  • 15 Entretien du 5 août 2021 avec Anna Maria Crispino, directrice de Leggendaria : « La grafica è molt (...)

Le graphisme est très important : nous voulons que la revue soit « belle », également comme objet matériel, qu’on ressente du plaisir à la feuilleter et à la regarder avant de la lire, principalement pour transmettre une idée d’« accueil ». Nous sommes très attentives au style de l’écriture et aux images, nous évitons dans la mesure du possible les langages spécialisés ou « jargonnants » (de communautés féministes fermées et/ou autoréférentielles). Notre formule est : le maximum des savoirs, la plus grande implication de qui lit.15

Le/la politique du mouvement des femmes et/ou féministe

11Simone de Beauvoir affirmait que la femme ne pouvait être que l’Autre du Sujet (masculin) : pour qu’elle puisse accéder au statut de Sujet, il fallait qu’elle puisse transcender (voir, penser, créer, agir). Or, le féminisme des années 1970, après avoir mis en discussion le sujet phallocratique du savoir et de la politique, contribue à l’émergence d’un sujet-femme, qui ne saurait être ni l’objet ni tout simplement l’autre symétrique du Sujet. Et encore moins la femme, réifiée, idéalisée, stéréotypée. Le sujet-femme, imprévu, inédit, agit selon des pratiques politiques qui s’affirment de façon autonome, en dehors de la politique institutionnelle, machiste, phallique. La question du politique, de la politique (il politico/la politica) est donc récurrente dans plusieurs numéros de ces revues.

  • 16 I. Dominijanni, « Forzando i confini », Leggendaria, no 1, mars 1997, p. 5 : « Da una parte il pol (...)
  • 17 Ibid., p. 4 : « genealogia femminile della critica radicale della politica ».
  • 18 Ida Dominijanni se réfère à Luisa Muraro et Lia Cigarini.

12Ainsi, toutes les questions concernant la politique féministe et/ou des femmes sont discutées et différemment analysées dans chacune de ces revues en fonction de l’actualité. C’est bien de la crise de la politique que naissent maintes réflexions au sein de la société italienne. Il s’agit d’élaborer de nouvelles pratiques et théories, d’investir autrement la politique et d’interroger le sujet du féminisme. Or, cette théorisation du politique est perçue au début comme non politique, comme le souligne Ida Dominijanni : « D’un côté le politique bloqué dans ses obsessions et répétitions, de l’autre l’impolitique, avec ses excès non représentables : un binôme qu’il faut bousculer avec les armes de la critique et une réinterprétation de ce siècle. »16 L’article de Dominijanni est une recension d’une anthologie éditée par le philosophe Roberto Esposito sur deux grandes philosophes du XXe siècle auxquelles les philosophes féministes ont consacré beaucoup d’attention, Hannah Arendt et Simone Weil. Chez ces philosophes, Dominijanni reconnaît une « généalogie féminine de la critique radicale de la politique »17. Or, ajoute Dominijanni, la politique des femmes du dernier quart de siècle a élargi sa signification à d’autres sphères, que le statut politique traditionnel ne prévoyait pas : la corporéité, le désir, l’inconscient et le langage. En conclusion, il ne s’agit pas d’opposer politique/impolitique, mais de forcer les limites de cette opposition, en envisageant tout ce qui n’est pas encore politique, mais peut le devenir18.

13À partir de cette définition ouverte et poreuse de « politique », d’innombrables articles déplacent le questionnement et font entrer dans la théorie politique ce qui semblait être en marge du politique. Cela est aussi valable pour la carte des féminismes et des pensée féministes. Il s’agit d’une topographie variable qui dépasse toute forme ou tentation nationale ou eurocentrique. D’ailleurs l’histoire des féminismes est composée de nombreux transferts et traductions. C’est ce que souligne Rosi Braidotti en discutant avec bell hooks, l’une de premières féministes américaines à aborder la question de la nécessaire intersectionnalité, en proposant de focaliser sa réflexion sur la juxtaposition du racisme et du sexisme. À travers la pensée de bell hooks, Braidotti approfondit l’idée de critique radicale, de radicalité, à savoir d’une pensée qui parvient à déstabiliser, voire à déraciner, des positions qui tendent à identifier le féminisme avec un féminisme : mainstream, blanc, hétérosexuel.

  • 19 Cet article ne peut certainement pas rendre compte de l’histoire des mouvements des femmes et du f (...)
  • 20 « Editoriale », dans « Forme della politica », DWF, no 7, 1988, p. 5 : « Farlo è già politica quan (...)

14Via Dogana affiche comme sous-titre Rivista di politica, et ensuite Rivista di pratica politica. Comme dans les documents de la Libraire des Femmes de Milan, dont Via Dogana est l’héritière, la politica delle donne est un terme récurrent qui est conceptualisé et théorisé à plusieurs reprises. Au-delà des articles d’approfondissement plus théoriques, chaque revue rend compte des événements relatifs au mouvement et aux féminismes, et à l’actualité politique dans le monde19. Leggendaria consacre une rubrique « News » aux annonces de colloques, séminaires, expositions, conférences. DWF prévoit également une rubrique « Appuntamenti, informazioni ». Entre l’été 1986 et décembre 1988, DWF publie une série considérable d’articles qui interrogent la politique à partir des questions de subjectivité, d’appartenance, de positionnement, de relation. En particulier le numéro 7, qui fait le point sur les débuts du mouvement des femmes, caractérisés par la forme du petit groupe d’auto-conscience, et le mouvement actuel, où cette forme politique a disparu car elle n’est plus praticable de la même manière. Au cours de ces années, des pensées théoriques se sont répandues, en suscitant toujours de vives discussions : en fait, l’une des formes de la politique féministe est justement la confrontation et la conflictualité entre parcours individuels, histoires politiques et expériences différentes, comme l’observe Angela Putino : « Faire cela, c’est déjà de la politique, quand se diversifier signifie assumer la nécessité-responsabilité d’un point de vue et de son projet »20.

  • 21 Ibid., p. 7 : « Le situazioni di disparità dovute a dei problemi economici, la neutralizzazione su (...)
  • 22 A. Putino, « Donna guerriera », DWF, no 7, 1988, p. 10 : « Questo abitare con sé e con altre non n (...)
  • 23 Loc. cit. : « La donna nella sua differenza non è né producente né prodotto di questa cultura, dic (...)

15L’action politique (fare politico) peut émaner de la différence et de l’appartenance à son sexe, avec la responsabilité que cela implique. Cette pratique exclut toute négociation avec le pouvoir institutionnel, masculin, dans lequel les femmes n’apparaissent que de façon subalterne. La seule forme politique préconisée est celle de la relation entre femmes, à travers laquelle se forgent véritablement la force et la liberté féminine : « Les situations d’inégalité dues aux problèmes économiques, la neutralisation dans le travail, la transmission culturelle selon les règles de la déformation sexiste, qui rend invisible le genre politique féminin, la tromperie d’une démocratie formelle, doivent trouver un obstacle dans la forme-relation que les femmes construisent politiquement entre elles »21. Dans la réflexion d’Angela Putino, la différence n’est pas un concept figé, mais articule subtilement la distance, l’écart et l’émergence d’autres modalités d’être qui correspondent à la fois à une appartenance et à un devenir fluide et mobile, une action continuelle qui ne contredit pas l’enracinement en soi-même : « Habiter avec soi-même et avec les autres ne naît pas d’une manière de prendre place, de s’installer, mais d’une disposition nomade : se déplacer hors de certains périmètres pour trouver son territoire, dépister pour trouver des traces »22. Tandis que l’ordre symbolique masculin est sédentaire, statique, et a besoin de tout contrôler et assimiler : « La femme dans sa différence n’est ni productrice ni produit de cette culture, elle dit l’écart et le bond, et agit ainsi contre les périmètres, les morales, les mœurs déjà donnés »23.

  • 24 B. Sarasini, « Sovrana individua », DWF, no 7, 1988, p. 15 : « Individualità esorbitanti ed eccess (...)
  • 25 Loc. cit. : « Io parlo in prima persona, in quanto io sono, donna, unitamente alle altre determina (...)
  • 26 Dans Ne crois pas avoir des droits, voici comment est défini l’affidamento : « Nous disons donc qu (...)

16Pour Bia Sarasini, la vraie forme politique issue du féminisme est celle des « individualités exorbitantes, excessives »24 et c’est par l’affirmation de la parole à la première personne que cette individualité s’exprime avec force : « Je parle à la première personne, en tant que femme, avec toutes les autres déterminations qui font de moi le sujet sexué que je suis »25. Ce qu’elle retient des pratiques politiques du féminisme, c’est l’articulation du conflit entre « femmes » et des termes proposés par la Librairie des Femmes de Milan : « désir de vaincre », « disparité », « inégalité », « affidamento »26, dont elle souhaite donner une autre interprétation. Pour ce dernier en particulier, Sarasini suggère une forme de réciprocité et de renversement de sorte que l’affidata puisse devenir affidante. Il est évident que ces discussions ont comme objectif de prendre ses distances vis-à-vis des formes du pouvoir patriarcal, institutionnel, bourgeois, tout en faisant valoir un point de vue situé, de genre.

17En 2012, à Paestum, lors d’une grande rencontre de trois jours qui renouvelle celle, significative, de 1977, toutes ces questions sont au centre des débats. L’appel s’intitule précisément ainsi : « Primum vivere anche nella crisi. La rivoluzione necessaria. La sfida femminista nel cuore della politica ». Leggendaria publie une série d’articles qui en restitue quelques aspects à travers le point de vue de certaines participantes parmi les 800 présentes et de journalistes engagées. Le blog créé pour préparer la rencontre27 a enregistré avant et après les trois jours (5, 6, 7 octobre) un nombre impressionnant de commentaires.

  • 28 V. Dimoro, « Prove di forza. Noi e loro », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 11 : « […] se non (...)
  • 29 G. Pezzuoli, « Della necessità di visibilità pubblica », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 9 : (...)
  • 30 C. Romano, « Voglia di esserci », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 14 : « […] se la presenza (...)
  • 31 B. Sarasini, « C’è da fare, qui e ora. A modo nostro », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 6 : (...)

18Ces assemblées ont fait émerger les nouvelles exigences du militantisme féministe : « Si nous ne continuons pas à faire un travail sérieux d’intersection entre sexisme, classisme et racisme, dans ce pays, on ne comprend plus rien »28. Celle qui écrit ces lignes a 26 ans, une maîtrise de Lettres et fait partie du groupe Costituente à la Casa Internazionale delle Donne de Rome, ainsi que du groupe Kespazio, pour une recherche queer et postcoloniale. Ces quelques éléments donnent déjà une idée des profils des « nouvelles » militantes. Plusieurs remarquent la richesse des expériences, la persistance de la radicalité féministe, tout en se posant la question de la traduction en termes de communication et visibilité publique : « car sans visibilité publique il ne se passe rien ou trop peu ou trop lentement »29. D’autres rappellent que la question de la parité ou de la représentation (rappresentanza) en politique (50 %) continue à être un tabou : « […] si la présence des femmes partout où l’on décide pour tous – et donc pour nous aussi – n’est pas la solution de tous les problèmes, aucun problème ne sera résolu sans la présence des femmes »30. L’absence d’une structuration préalable a laissé émerger des voix et des thèmes en partie inattendus : « Des chemins difficiles, pleins de conflits, avec deux points nodaux. D’un côté la représentation, les femmes dans les institutions et dans la démocratie, avec la parité, la démocratie de genre […] Pas de sexualité, on n’en a pas parlé […] par contre le thème du travail s’est imposé, ou plutôt le non-travail, tout spécialement la précarité »31.

Archives, librairies, bibliothèques

19Après une première phase militante, où la diffusion des journaux et revues féministes s’est appuyée sur les réseaux militants et les librairies des femmes, féministes ou autres, les bibliothèques spécialisées sur les femmes et le féminisme ont entrepris un travail d’archivage et de numérisation très important, qui nous permet aujourd’hui d’avoir une idée assez précise de la masse de publications depuis les années 1970 à ce jour. Même s’il n’est pas possible d’avoir accès à la totalité des articles et des numéros, on peut se rendre compte des thèmes abordés et des personnes impliquées par les sommaires, les résumés, les couvertures. Surtout, la création d’archives consultables est un signe très fort de la valorisation de cette production, qui devient ressource et base bibliographique pour les recherches sur le féminisme. C’est également l’indice d’un tournant significatif des mouvements féministes qui ont mis l’accent sur les savoirs et les pratiques culturelles des femmes, au niveau de la production, de la diffusion et de leur circulation. Il ne s’agit pas uniquement d’une contre-culture alternative, mais d’une visibilisation d’expertises, de savoirs professionnels, dans tous les champs du savoir, et cela sans passer par le sceau de la culture dominante, mais à travers une organisation en grande partie auto-financée ou en tout cas bénéficiant d’une collaboration avec des coopératives éditoriales engagées.

20Il est également significatif que la première directrice éditoriale de DWF, A. Buttafuoco (1951-1999), soit historienne de formation et universitaire (elle a été professeure d’histoire à l’université d’Arezzo), ainsi qu’une des fondatrices de la Società Italiana delle Storiche (SIS) dont elle a été présidente entre 1991 et 1995. Elle a été aussi à l’initiative des Archivi Riuniti delle Donne, dont le siège est la fondation Elvira Badaracco à Milan et, également, membre de l’école doctorale de Storia delle scritture femminili, à l’université La Sapienza de Rome, en collaboration avec Marina Zancan. Dans Leggendaria, elle a écrit un article intitulé « Vite e storie da conservare » sur les archives, dont la valorisation constitue l’un des événements fondamentaux des années 1990, car elles tissent un trait d’union, dans certains cas, entre les mouvements émancipationnistes et suffragistes de la première moitié du siècle et les féminismes des années 1970. C’est le cas par exemple des archives de l’Unione Femminile Nazionale, qui documentent le travail des associations sur les questions de citoyenneté, des programmes scolaires, des organisations sociales et des rôles de genre.

Travail, précarité, lavoro di cura32

  • 32 En Italie « cura » e « lavoro di cura » renvoient à l’ensemble d’actions et réflexions sur le « ca (...)
  • 33 À signaler en particulier deux moments importants : la manifestation « Se non ora quando » du 13 f (...)
  • 34 M. Marangelli, « La femminilizzazione del lavoro », Via Dogana, no 30, mars 1997 : « La femminiliz (...)

21Dans les années 2000, les questions du travail et de la précarité sont au centre des activités de plusieurs groupes, principalement à Milan et à Rome. Toutes les revues y consacrent des numéros en faisant référence aux assemblées et aux réflexions qui émergent33. DWF propose un titre ironique, « Diversamente occupate » (no 1, janvier-mars 2010), suivi de « Lavoro. Se e solo se » (no 2, avril-juin 2010). Via Dogana rend compte des travaux du Gruppo lavoro de la Librairie des Femmes de Milan qui s’est créé en 1994. Le fascicule s’intitule « Pausa lavoro » et il paraît assez régulièrement : à côté des thèmes majeurs comme la féminisation du travail (Via Dogana, no 30, mars 1997) sont publiés des témoignages de syndicalistes, entrepreneuses, professionnelles, militantes. L’un des objectifs de ces réflexions est de comprendre le changement de signification du travail sous l’impact de la subjectivité – à savoir des désirs, des histoires personnelles, des besoins. Le point de départ est l’idée que : « La féminisation du travail, à notre avis, n’est pas un effet du marché, mais est produite par une volonté féminine autonome qui a su profiter des modifications en cours du travail »34.

  • 35 T. di Martino, « Il tempo delle giovani donne: lavoro e molto di più. Intervista a Carmen Leccardi (...)

22Leggendaria intitule le thème du numéro 86 en mars 2011 « Voglio lavorare. A modo mio » (« Je veux travailler. À ma façon »). Après les luttes pour l’émancipation des femmes, surtout pour atteindre le plein emploi à égalité avec les hommes, les crises des années 1990 et 2000 ont fragilisé l’emploi en général, mais en particulier celui des femmes des générations post-féministes. Cependant, les femmes qui dialoguent dans les articles de Leggendaria (« Speciale : Autobiografia di una generazione ») prennent leurs distances avec la génération féministe précédente qui a joui (même avec des limites) du plein emploi. Il est évident, à travers ces analyses très lucides, que l’époque du « doppio sì » (double oui) est terminée, car la conciliation entre temps de travail et temps de vie empêche de voir les contradictions réelles. Elles s’interrogent différemment sur le rapport entre le travail – même lorsqu’il s’agit d’une profession choisie – et la vie personnelle, à savoir le temps pour soi, pour les affects, pour les relations. Certaines se sont tellement identifiées avec leur rôle social, la réussite professionnelle, que les autres besoins et désirs sont marginalisés. Le temps est plus que jamais une marchandise, ce qui signifie priver « le temps de sa relation profonde avec la dimension de l’existence, les rythmes, les scansions et les multiples expressions de ces temps existentiels, en découvrir à nouveau la richesse que la structure capitaliste du travail a appauvrie »35.

  • 36 T. di Martino, « Sì, ma il lavoro … ? », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars (...)
  • 37 C. Bruno, « Sì, ma il lavoro… ? », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars 2010, (...)

23Si les « jeunes femmes » reconnaissent un accès beaucoup plus aisé au monde du travail, il est rare par contre qu’elles y trouvent une satisfaction complète de leur idée du travail et de son organisation : « Le travail rémunéré est l’obstacle. Il est l’obstacle parce qu’il n’est pas pensé et organisé pour moi, pour mes exigences, pour mes désirs, c’est un travail pensé par les hommes pour les hommes, qui a survécu à la féminisation du travail, et qui, peut-être, en a été régénéré »36. La précarité s’impose comme un état d’instabilité constant qui empêche de se projeter dans le futur : « Nous remarquons une grande différence par rapport aux femmes qui nous ont précédé. Nous vivons avec l’idée que la précarité n’est pas uniquement un passage obligé ou le commencement d’un grand tour mais aussi un point d’arrivée »37.

  • 38 A. Buonauro, « Sì, ma il lavoro… ? », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars 201 (...)
  • 39 Mouvement né à Padoue au début des années 1970, relié au réseau anglo-saxon International Wages fo (...)
  • 40 Le premier acte de ce groupe, le « Manifesto alla sinistra », date de 2008.
  • 41 Il gruppo del mercoledì, « La cura del vivere », Leggendaria, no 89, Supplément, septembre 2011, p (...)

24Le troisième aspect de cette condition du travail à l’époque de l’ultralibéralisme est la fragmentation, l’accumulation, la juxtaposition des tâches et des emplois. En effet, chaque personne, chaque femme se trouve isolée dans les négociations répétées, et les relations entre femmes, que le féminisme a constitué en lieu politique, semblent ne pas fonctionner sauf à prendre en compte les multiples niveaux conflictuels : « Allons-nous être capables d’allier conscience du conflit de classe, conflit de genre et savoir accumulé à partir des relations et du savoir de la différence ? »38 On peut considérer que le mouvement féministe dès ses débuts a analysé profondément et radicalement les modes de production et reproduction, ainsi que l’entrelacement entre privé et public. « Il personale è politico » était le slogan des années 1970, et l’une des revendications des groupes de Lotta femminista per il Salario al Lavoro Domestico était l’obtention d’un salaire pour le travail domestique39. En 2011 naît à Rome le Gruppo del mercoledì40 avec l’objectif d’interroger tous les aspects du lavoro di cura, ce qu’on désigne en France par le mot anglais care. Leggendaria publie un fascicule dont plusieurs articles exposent les résultats de ces séminaires. Qu’est-ce qui a changé entre les revendications d’autonomie et de liberté des mouvements des années 1970 et la prise de conscience d’une double présence (travail+maison) ? Ce double travail persiste pour certaines. D’autres délèguent le travail d’assistance et de soins, la plupart du temps à des femmes étrangères et mal rémunérées. Elles sont peu dans ce cas selon les participantes du groupe : « Aujourd’hui encore le travail gratuit contribue à la richesse nationale. Cependant il ne rentre pas dans les analyses économiques »41.

  • 42 Loc. cit. : « Svolgono un compito che è un bene sociale e umano primario: riproducono la vita, si (...)
  • 43 B. Pomeranzi, « Collegare il sé al mondo », Leggendaria, no 89, Supplément, septembre 2011, p. VII (...)

25Les badanti sont les protagonistes du lavoro di cura au centre des relations familiales, sociales, économiques : « Leur tâche est un bien social et humain essentiel : elles reproduisent la vie, se chargent de la dépendance d’autrui ; parfois, elles cherchent, dans ce travail, leur propre indépendance »42. Encore une fois ce sont les relations et la cura delle relazioni qui sont au centre de ces réflexions : savoir relier soi-même, ses affects, ses activités, avec d’autres, réseaux, mondes, cultures avec une conscience aiguë des enjeux politiques et économiques. Lavoro di cura est à la fois cura di sé (soin de soi) et cura del mondo (soin du monde). L’autodétermination des femmes a transformé l’idée de ce travail, à condition de prendre en compte les femmes comme sujets de ces changements et pas comme victimes. Bianca Pomeranzi rappelle opportunément que, depuis les années 1980, les femmes des mouvements féministes avaient repéré les conséquences néfastes de la globalisation, la destruction du welfare, « l’attaque à la reproduction de la vie sous toutes ses formes, depuis la procréation jusqu’à la disparition de la biodiversité »43.

Corps, sexualité, genre

  • 44 Cette traduction avait déjà été publiée par la revue Effe en 1981. En français, la traduction est (...)
  • 45 Cet article fait référence de façon plus condensée aux thèmes d’un essai très important « Fertilit (...)
  • 46 S. Spinelli, « Il silenzio è perdita », dans « Appartenenza », DWF, no 4, 1987, numéro co-édité av (...)
  • 47 Ibid., p. 52. « […] paura che, nominando ciò a cui danno valore prevalente rispetto alle loro vite (...)

26Le sujet politique du féminisme ne peut exclure une politique du corps et du désir. La sexualité et l’orientation sexuelle apparaissent à plusieurs reprises comme des thèmes majeurs. Le numéro 23-24 de Nuova DWF, paru en 1985, s’intitule « Amore proibito. Ricerche americane sull’esistenza lesbica ». Il contient la première traduction italienne du texte phare d’Adrienne Rich, « Compulsory Heterosexuality and Lesbian Existence » (1980)44, avec d’autres essais d’Elisabeth Wilson, Lilian Faderman, Esther Newton et Joan Nestle. Comme annoncé clairement par le titre, ce numéro est constitué par des traductions, cependant y figure également un article majeur de Paola Tabet « Riproduzione imposta, sessualità mutilata »45. Dans le numéro « Appartenenza », où la question de l’appartenance est diversement traitée et interrogée par des parcours singuliers de féministes, dans des postures collectives, l’appartenance lesbienne est vécue comme un manque d’explicitation et de savoir collectif transmissible : « Une grande partie de femmes lesbiennes politisées a concentré ses efforts sur la signification du sujet femme, mais a évité – ou refusé – d’articuler dans le langage le savoir de ses pratiques d’intimité »46. Simonetta Spinelli rappelle qu’en Italie, contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres mouvements, les femmes lesbiennes ont choisi de se confronter avec le débat féministe à l’intérieur des collectifs. Toutefois, la conséquence de cette pratique est l’effacement et le silence, alimentés par « […] la peur qu’en nommant ce à quoi elles assignent une valeur majeure par rapport à leurs vies, se produise une perte »47.

  • 48 Patrizia Pieri a également publié un volume intitulé Chiaroscuro di donna (Rome, A. Stango, 1997).
  • 49 M. Nadotti, « E le donne stanno a guardare? », Leggendaria, no 31, 2002, p. 5 : « Per quanto possa (...)

27Comment l’appartenance éviterait l’écueil de l’appropriation, du propre, de l’assignation ? Dans la réalité, celles qui font de leur identité féminine un avantage se heurtent à son contraire, à savoir aux discriminations liées au genre. Cela se traduit dans la vie sociale par une valorisation de la pratique féministe comme élément positif. L’identité virile, masculine, fait l’objet de plusieurs numéros de Leggendaria. On peut signaler le numéro 31, paru en février 2002, dont le titre est tout simplement « Uomini » et la couverture montre la photo d’un homme nu, de profil. D’autres sont reproduites dans les pages intérieures de la revue. La photographe, Patrizia Pieri, est l’autrice d’un livre homonyme48. Les articles de ce numéro ont l’ambition de faire un bilan de ce qui a changé ou pas dans les rapports entre les sexes depuis les années 1970. Il y a eu certainement un renversement du regard, les féministes ont exprimé à plusieurs reprises un regard critique, ironique, subversif à l’égard de l’homme. Les sujets femmes ont évolué et sont capables de résister aux régressions. Les guerres en acte après le 11 septembre ont poussé à interroger une fois de plus les rapports entre masculinité, pouvoir, guerre et mort : « Bien que cela puisse apparaître archaïque et totalement en contradiction avec les issues du soi-disant postmodernisme, c’est le scénario de la guerre qui fait venir à la surface le vir latent dans chacun.e de nous, ou bien son opposé, le vilis, le bourgeois médiocre […] »49.

  • 50 Elle a émis un avis favorable à la demande de deux femmes de partager la maternité entre qui a con (...)
  • 51 Journaliste à l’Unità et interlocuteur régulier de Via Dogana.
  • 52 A. Leiss, « Un terremoto simbolico », Via Dogana, no 49, mars 2000, p. 4 : « Siamo di fronte, inso (...)

28Si les débuts des mouvements des années 1970 sont caractérisés par les luttes pour la légalisation de l’avortement, en France comme en Italie, à la fin des années 1990, c’est plutôt le débat concernant les lois sur la procréation médicalement assistée (PMA) pour tous et toutes qui est au centre de nombreuses contributions. La discussion au parlement italien d’une loi sur la maternité pour autrui et la publication d’un décret de la juge Chiara Schettini50 soulèvent d’innombrables réactions dans la presse nationale et auprès des publications féministes. Le numéro 49 de Via Dogana (mai 2000) intitulé « Generare non generare » contient plusieurs articles qui offrent une idée de l’amplitude des positions et du débat. Alberto Leiss51 analyse l’effet linguistique de termes utilisés tels que utero in affitto ou in prestito donazione di organi tra vivi, ce qui lui permet de conclure : « Nous sommes confrontés à un panorama complètement bouleversé du monde affectif et symbolique défini par les modalités de la reproduction »52.

  • 53 C. Jourdan, « Eclissi della madre? intervista a Maria Luisa Boccia », Via Dogana, no 49, mars 2000 (...)

29Dans ces mêmes pages, Maria Luisa Boccia, autrice avec Grazia Zuffa du livre L’eclissi della madre (1998), répond aux questions de Clara Jourdan. Selon Boccia, les techniques de reproduction mettent en évidence que pour accomplir le désir d’enfant, il faut le consentement d’une femme pour porter l’enfant et lui donner naissance. Cette médiation féminine de la naissance est essentielle. Très critique à l’égard de la formulation du projet de loi, Boccia a signé un appel demandant son retrait, car elle le considère excessivement prescriptif, inspiré par l’idéologie libérale. Même à gauche, ce projet de loi est considéré comme une persistante conception paternaliste de l’État et du droit. Le langage ayant une place centrale dans leur ouvrage, les autrices ont préféré utiliser des expressions comme « madre gestante », « prestazione d’utero », « madre surrogata ». En reprenant la pensée de Barbara Duden dans Il corpo della donna come luogo pubblico, Boccia ajoute : « Que devient et que signifie une grossesse à partir du moment où une femme vit son corps comme lieu publique, ou la gestation comme une expérience d’étrangeté entre son propre corps et son contenu ? »53

30Le féminisme avait déjà souligné le fait qu’être femme ne coïncidait pas avec le fait d’être mère, plutôt avec la possibilité de ne pas être mère. La technologie peut même devenir une opportunité pour dépasser des positions opposées entre celles et ceux qui la considèrent comme une possibilité de se libérer de l’identité féminine/maternelle et celles et ceux qui y voient une expropriation de la puissance maternelle.

Écriture, critique littéraire, littérature, langages

  • 54 Voir en particulier « Donne e letteratura », Nuova DWF, octobre-décembre 1977, avec des contributi (...)
  • 55 https://www.societadelleletterate.it
  • 56 A.-M. Crispino, « Leggere, un corpo a corpo col testo. È qui la critica? », Leggendaria, no 9, jui (...)

31Parmi les trois revues étudiées, on peut dire que DonnaWomanFemme et Leggendaria donnent une place considérable à la réflexion et au débat autour de la relation entre femmes et littérature, de l’écriture et de la lecture, de la critique littéraire féministe. DWF consacre un numéro spécial à ces sujets en 197754. Quelques années plus tard, la rédaction décide de publier le contenu d’une revue Luna e l’altro, qui n’a pas pu sortir par défection de l’éditeur. Le titre significatif de ce numéro, « Rappresentazione e autorappresentazione del femminile », fait apparaître l’un des thèmes majeurs de la réflexion féministe, celui de la représentation du féminin : les articles portent sur des ouvrages littéraires et artistiques, une tendance qui sera confirmée dans la suite des publications de la revue. Quant à Leggendaria, rappelons qu’elle a pris son autonomie par rapport à Noi Donne justement pour donner plus d’espace aux pages culturelles consacrées à la littérature féminine. En effet, à partir de la fin des années 1990, Leggendaria publie régulièrement des comptes rendus sur les nouveautés en librairie d’autrices italiennes et étrangères, certaines de notoriété internationale, d’autres à leurs débuts. La revue est aussi un lieu de débat et de confrontation sur l’émergence et l’expansion d’une critique littéraire féministe très active depuis les années 1970. En témoigne le numéro thématique de juin 1998, « È qui la critica? » ou un article de fond sur la portée de la lecture – « Quei testi che abbiamo attraversato », paru en février 1999 – rédigé suite à un colloque de la Società Italiana delle Letterate55. En juin 2005, pour fêter le cinquantième numéro de la revue, un numéro thématique est sorti sur la libridine, la passion de la lecture et des livres. On y rassemble les textes en réponse au questionnaire « Un libro che ti ha cambiato la vita » (« Un livre qui a changé ta vie »). Crispino remarque : « Il a fallu un grand travail d’invention, une torsion vers l’acte de lecture en tant que geste explicitement, courageusement partiel, une longue et encore en cours, opération d’excavation jusqu’aux racines, une capacité d’écoute qui ne se laisse pas détourner par le déjà-dit, ces dernières trente années, des modalités reconnaissables de lecture des textes écrits par les femmes »56.

  • 57 Voir dans « È qui la critica? », Leggendaria, no 9, juin 1998 : M. C. Cardona, « Napoli, ombre col (...)
  • 58 Voir Leggendaria, no 38, avril 2003 : en couverture, un montage d’une photo de Elsa Morante et de (...)
  • 59 Y figurent des écrits inédits de Annelisa Alleva, Antonella Anedda, Daniela Attanasio, Maria Cleli (...)
  • 60 Par exemple, la Casa di Ramìa, à Vérone. En ligne : [https://www.comune.verona.it/] (consulté le 2 (...)
  • 61 Le concours littéraire national « Lingua Madre » a été créé en 2005 à l’initiative de Daniela Fino (...)
  • 62 Parmi d’autres, ceux de L. Curti « Letteratura della migrazione tra arte e testimonianza » et N. S (...)

32La publication ou la nouvelle édition d’un livre est ordinairement l’occasion de produire une analyse renouvelée de l’œuvre. Ainsi, plusieurs articles sont consacrés à des autrices qui sont aujourd’hui entrées dans le « canon » de la littérature italienne, comme Elsa Morante, Anna Maria Ortese, Lalla Romano, notamment dans le numéro déjà cité de juin 199857 et ultérieurement58. Dans ce cas, il ne s’agit pas de faire le compte rendu d’un livre, mais d’une œuvre. Leggendaria accueille également des textes inédits d’autrices, de narratrices et de poètes. C’est le cas du fascicule spécial (supplément) du numéro 34-35 sur Rome, illustré par Marina Cianetti59. Comme sur le plan des actualités et des débats politiques au sein des mouvements, l’horizon littéraire des revues est décidément international. Des articles de fond sur la littérature arabe sont publiés dans un fascicule (« Bibliomappa: Voci dal mondo arabo ») à l’intérieur du numéro 3-4 de juillet-août 1997, d’autres paraissent sur les voix d’Afrique, mais également sur les natives, à savoir les militantes et autrices issues des peuples aborigènes australiens, ou sur les indigenas d’Amérique du Sud (« Bibliomappa: Voci dall’Africa », no 7, février 1998 et no 8, avril 1998). DWF entreprend également cette ouverture aux écritures du monde, dans le numéro 1-2 paru en 2000, « Scritture del mondo ». Ce numéro, proposé par les membres de la Società delle Letterate, invite à lire et entendre ce qui vient des générations « plus jeunes », mais aussi de voix d’ailleurs (Allemagne post-unification, Cuba, Le Caire) en interrogeant ultérieurement le sens d’une culture globale du féminisme, pour réfléchir sur ce qui est commun, mais aussi sur les nombreuses différences. Les années 2000 ont été marquées par la diffusion au niveau européen et planétaire de l’importance des identités issues des nouvelles migrations économiques et politiques. Au-delà des premiers secours portés aux migrant.e.s dans des centres d’accueil mis en place par l’État, des associations ont ouvert des centres culturels dans plusieurs villes italiennes60. Ainsi le numéro « Voci Migranti » de DWF (no 3-4, 2006) développe cette thématique dans plusieurs directions – voir le dialogue entre Maria Vittoria Tessitore et Monica Luongo au sujet de la création, à l’université de Rome 3, du master « Politiche dell’incontro », et de la signification de la médiation culturelle ; l’analyse de Aminata Dramane Traoré sur les femmes et le féminisme dans les pays africains à l’ère de la mondialisation ; la présentation du concours « Lingua Madre »61 ; ainsi que plusieurs articles sur les littératures postcoloniales62.

  • 63 La rubrique est d’abord appelée « Libri dagli occhi grandi », puis « Leggerò Leggerò Leggerò». En (...)
  • 64 L. Muraro, « Lingua corrente », Via Dogana, no 67, décembre 2003, p. 3 : « dare un ascolto più lib (...)
  • 65 Le titre fait allusion à plusieurs attentats qui ont eu lieu à New York, (11 septembre 2001), Casa (...)
  • 66 Quelques exemples : Valigie de Rossella Roli (no 110, septembre 2014) ; Elena del Rivero (no 62, 2 (...)

33Via Dogana réserve une rubrique régulière63 à des articles et souvent à des recensions sur un ou plusieurs livres. Le numéro intitulé « Il dono delle lingue » comporte plusieurs analyses sur la langue maternelle par rapport à l’école et à l’enseignement, mais aussi des textes inédits témoignant du rapport entre langue dialectale et langue littéraire. Le texte de Luisa Muraro « Lingua corrente » relance le débat autour de langue et différence sexuelle, de l’usage de la parole des un.e.s et des autres : « donner une écoute plus libre à notre être se signifiant en femmes/hommes sans prévention envers le langage courant »64. En fait, la poésie et le langage poétique sont privilégiés par-dessus tout, comme en témoigne le numéro « Quelle che di notte » (no 42, février 1999), avec vingt poèmes inédits de poètes italiennes et étrangères, mais également le titre et la couverture du numéro 69 (juin 2004) : « 11 settembre, 11 marzo. Scriverò un poema »65. Nous trouvons également assez régulièrement de courtes présentations de films dans la rubrique « Piccolo Grande schermo » ainsi que des entretiens avec des artistes dont les ouvrages66 illustrent la revue.

 

34Lorsque j’ai commencé à réfléchir au plan de cet article, j’avais à disposition ma mémoire de lectrice des revues, depuis les années 1980 à aujourd’hui. Je n’avais pas encore envisagé un travail spécifique de recherche. Or, il m’est apparu au fur et à mesure que ce travail est indispensable, et que les revues constituent plus qu’un témoignage des pensées, activités, histoire du féminisme, mais une réserve immense pour les études de genre et au-delà sur presque un demi-siècle.

35Le féminisme des années 1970 a attiré l’attention sur l’enjeu du langage et de l’ordre symbolique qui est aussi un ordre social, politique, culturel, d’où la nécessité de renouveler le questionnement à plusieurs niveaux et dans de multiples champs du savoir. Les revues ont réalisé, chacune avec ses propres objectifs et stratégies, cette recherche et production de langages critiques, politiquement articulés, sans reproduire ni viser des modèles théoriques et conceptuels, mais à travers diverses pratiques d’information, d’analyse, d’ouverture d’horizons de lecture et de création à la lumière du genre : enfin on pourrait avancer que les revues sont le fruit d’une intense performativité de langages critiques générés par des échanges entre subjectivités différentes, mais solidaires quant aux objectifs culturels et politiques.

36Cette présentation de trois revues féministes italiennes démontre leur importance en tant que documents essentiels pour l’histoire du féminisme italien et de ses liens avec les autres féminismes grâce à une intense activité de traduction qui a permis à des articles et à des textes majeurs du féminisme de circuler et d’alimenter la pensée et les pratiques féministes. D’autre part, elle souligne la dimension culturelle et politique, les pratiques et les théories étant strictement connectées : les revues, avec leur diversité de politique éditoriale, représentent la voie la plus rapide de transmission et de relais entre les questionnements et les productions au niveau associatif, académique et plus largement social. Différemment de la presse, la revue représente le moment de la réflexion et de la discussion de thèmes qui résonnent dans la société et dans les milieux militants. Enfin, l’utilisation des réseaux (web, Facebook, Instagram, etc.) constitue certainement un nouveau moyen de communication et diffusion, qui permet entre autres de créer des synergies entre le monde de la recherche, celui des associations militantes féministes, et un public plus vaste, pas toujours militant, mais qui participe de plus en plus aux débats touchant aux identités, au corps, au genre, aux relations, à l’environnement dans la société et le monde contemporains.

Haut de page

Notes

1 AA. VV., Lessico politico delle donne. Teorie del femminismo, Milan, edizioni Gulliver, 1978.

2 C. Lonzi, Sputiamo su Hegel: la donna clitoridea e la donna vaginale. E altri scritti, Milan, Rivolta femminile, 1974.

3 Je pense notamment aux Cahiers du GRIF (Groupe de recherche et d’information féministe), fondé par Françoise Collin, philosophe féministe, avec d’autres personnalités féministes dans le comité de rédaction : le premier numéro « Féminisme, pour quoi faire ? » est sorti en 1973, le dernier en 1997. La revue était autogérée et à partir de 1985 publiée par les éditions Tierce. Mais on peut évoquer également Questions féministes, créée en 1977, sous la direction de Simone de Beauvoir, et puis Nouvelles questions féministes (1981, éditions Antipodes à partir de 2001) (source : https://nouvellesquestionsfeministes.ch/la-revue-nqf/).

4 « La rivista nasce per libera iniziativa di un gruppo di donne impegnate nel campo della ricerca scientifica e dell’insegnamento universitario. Si sostiene con i soli abbonamenti e la vendita in libreria », Nuova DWF, no 5, octobre-décembre 1977.

5 Voir « Editoriale », dans « EMME EFFE. Maternità femministe », DWF, no 127-128, 2020, p. 3-4. En ligne : [https://www.dwf.it/rivista/emme-effe-maternita-femministe/] (consulté le 17 février 2022).

6 Voir « Editoriale », dans « Numero cento », DWF, no 100, 2013, p. 4. En ligne : [https://www.dwf.it/rivista/numero-cento-dwf-100-2013-4/] (consulté le 17 février 2022).

7 Voir « E alla fine un’altra partenza: cambio di civiltà », Via Dogana, no 32-33, septembre 1997.

8 Via Dogana, no 38-39, 1998, p. 14 : « Monica Benedetti fa parte della redazione di VD. Ha 25 anni, e da 3 insegna nella scuola elementare dopo aver fatto svariate esperienze lavorative. Il più grande desiderio che la lega al suo lavoro è quello di rendere i primi anni di scuola un’esperienza felice per le bambine e i bambini, una ricchezza alla quale si può attingere anche da adulte/i, così com’è stato per lei. »

9 Ce livre a été traduit en anglais par Patrizia Cicogna et Teresa de Lauretis, sous le titre Sexual Difference. A Theory of Social-Symbolic Practice, Indiana University Press, 1990. Il a été traduit en français par un collectif sous le titre Ne crois pas avoir des droits, Bordeaux, Éditions la Tempête, 2017.

10 On peut trouver l’intégralité des numéros de Sottosopra, à savoir Sottosopra verde (1983), Sottosopra blu (1987), Sottosopra oro (1989), Sottosopra rosso (1996), sur le site de la Libreria delle donne. En ligne : [https://www.libreriadelledonne.it/categorie_pubblicazioni/sottosopra/page/2/] (consulté le 17 février 2022).

11 Entretien du 5 août 2021 : « L’inserto uscì cangurato – vale a dire portato nel marsupio di Noi Donne – tra il 1987 e il 1996 – come evoluzione di una rubrica che si chiamava “Per leggere”. Noi donne, allora mensile dell’Udi (Unione donne italiane) fu in quel decennio, dal 1982 in poi (cioè dal loro XII congresso, che sancì l’autonomia dai partiti), un “laboratorio” politico e giornalistico di confronto tra l’Udi – fortissima organizzazione femminile collaterale di Pci e Psi nel dopoguerra (partigiane, mondine, quadri sindacali e delle cooperative, etc.) – e il femminismo cresciuto negli anni Settanta in netta contrapposizione con la sinistra tradizionale. Due o tre di noi femministe – Silvia Neonato, Roberta Tatafiore ed io – fummo inglobate nella redazione per questa operazione politico-giornalistica. Noi donne allora era l’erede di una testata fortemente “politica” e attenta al sociale – negli anni Sessanta era stata diretta da giornaliste del calibro di Miriam Mafai, era settimanale e vendeva 3-4 mila copie anche con una rete di militanti – poco alla cultura e al costume, così io feci fatica a farmi spazio. La rubrica “Per leggere” all’inizio erano due pagine di segnalazione di libri, poi diventò uno spazio che faceva alcuni “Speciali” – ad esempio per Natale e l’estate, quando si presumeva che i libri vendessero di più. »

12 Leggendaria, no 1, 1997.

13 Voir par exemple Via Dogana, no 102, septembre 2012 : images de la manifestation sous la Torre Galfa en mai 2012.

14 Voir par exemple les photos en noir et blanc de Shirin Neshat, Via Dogana, no 49, mai 2000 ; les photos sur les guerres des Balkans, Via Dogana, no 43, mai 1999 ; les dessins de Valentina Berardinone, Via Dogana, no 102, septembre 2012.

15 Entretien du 5 août 2021 avec Anna Maria Crispino, directrice de Leggendaria : « La grafica è molto importante: vogliamo che la rivista sia “bella” anche come oggetto materiale, che sia un piacere sfogliarla e guardarla prima di leggerla, essenzialmente per trasmettere una idea di “accoglienza”: stiamo molto attente allo stile della scrittura e alle immagini, evitiamo per quanto possibile linguaggi specialistici o “gergali” (da comunità femministe chiuse e/o autoreferenziali) la formula è massimo dei saperi, massimo coinvolgimento di chi legge. »

16 I. Dominijanni, « Forzando i confini », Leggendaria, no 1, mars 1997, p. 5 : « Da una parte il politico bloccato nelle sue ossessioni e ripetizioni, dall’altra l’impolitico, con le sue irrapresentabili eccedenze: un binomio da scardinare con le armi della critica e reinterpretando il secolo. »

17 Ibid., p. 4 : « genealogia femminile della critica radicale della politica ».

18 Ida Dominijanni se réfère à Luisa Muraro et Lia Cigarini.

19 Cet article ne peut certainement pas rendre compte de l’histoire des mouvements des femmes et du féminisme italien depuis environ un demi-siècle, c’est pourquoi je me limiterai à signaler quelques moments forts, qui ont été commentés au sein des revues.

20 « Editoriale », dans « Forme della politica », DWF, no 7, 1988, p. 5 : « Farlo è già politica quando diversificarsi significa assumere la necessità-responsabilità di un punto di vista e del suo progetto. »

21 Ibid., p. 7 : « Le situazioni di disparità dovute a dei problemi economici, la neutralizzazione sul lavoro, la trasmissione culturale secondo le regole della deformazione sessista, che rende invisibile il genere politico femminile, l’inganno di una democrazia formale, devono trovare ostacolo nella forma-relazione che le donne politicamente stabiliscono tra loro. »

22 A. Putino, « Donna guerriera », DWF, no 7, 1988, p. 10 : « Questo abitare con sé e con altre non nasce da uno stanziarsi, da un trovar posto, ma da un assetto nomadico : dislocarsi da certi perimetri per aver territorio, depistare per trovar tracce. »

23 Loc. cit. : « La donna nella sua differenza non è né producente né prodotto di questa cultura, dice lo scarto e il salto da questa, agisce perciò contro i perimetri, le morali, i costumi già dati. »

24 B. Sarasini, « Sovrana individua », DWF, no 7, 1988, p. 15 : « Individualità esorbitanti ed eccessive, questa mi sembra la vera forma politica prodotta, raggiunta dal femminismo. »

25 Loc. cit. : « Io parlo in prima persona, in quanto io sono, donna, unitamente alle altre determinazioni che fanno di me il soggetto sessuato che sono. »

26 Dans Ne crois pas avoir des droits, voici comment est défini l’affidamento : « Nous disons donc que le rapport de confiance féminin est un rapport social, et nous en faisons le contenu d’un projet politique. La dette symbolique envers la mère se paye de manière visible, publique, sociale, aux yeux de tous, femmes et hommes », op. cit. p. 221 ; « Perciò noi diciamo che il rapporto di affidamento femminile è un rapporto sociale e ne facciamo il contenuto di un progetto politico. Il debito simbolico verso la madre si paga in maniera visibile, pubblica, sociale, sotto gli occhi di tutti, donne e uomini », Non credere di avere dei diritti, op. cit. p. 159.

27 https://femminileplurale.wordpress.com/2012/10/08/paestum-precariato-radicalita/

28 V. Dimoro, « Prove di forza. Noi e loro », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 11 : « […] se non continuiamo a fare un lavoro serio d’intersezione tra sessismo, classismo e razzismo in questo paese non ci si capisce più niente. »

29 G. Pezzuoli, « Della necessità di visibilità pubblica », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 9 : « […] perché senza visibilità pubblica non accade nulla, o accade troppo poco, o troppo lentamente. »

30 C. Romano, « Voglia di esserci », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 14 : « […] se la presenza delle donne in ogni luogo dove si decide per tutti – e dunque anche per noi – non sarà la soluzione di tutti i problemi, nessun problema potrà mai essere risolto senza la presenza delle donne. »

31 B. Sarasini, « C’è da fare, qui e ora. A modo nostro », Leggendaria, no 96, novembre 2012, p. 6 : « Strade difficili, piene di conflitti, con due punti focali. Da un lato la rappresentanza, le donne nelle istituzioni e nella democrazia, con il 50e50, la democrazia di genere. [...] Niente sessualità, non se ne è parlato. […] invece si è imposto il lavoro o meglio il non-lavoro, in special modo il precariato. »

32 En Italie « cura » e « lavoro di cura » renvoient à l’ensemble d’actions et réflexions sur le « care », concept qu’en France on a préféré garder dans la terminologie anglo-saxonne, avec l’expression « travail du care ».

33 À signaler en particulier deux moments importants : la manifestation « Se non ora quando » du 13 février 2011 dans plusieurs villes italiennes ; les journées « Primum vivere anche nella crisi. La rivoluzione necessaria. La sfida femminista nel cuore della politica » à Paestum les 5, 6 et 7 octobre 2012.

34 M. Marangelli, « La femminilizzazione del lavoro », Via Dogana, no 30, mars 1997 : « La femminilizzazione del lavoro, a nostro parere, non è prodotta dal mercato, ma viene da un’autonoma volontà femminile che ha saputo sfruttare le modificazioni del lavoro in corso ». En ligne : [https://www.libreriadelledonne.it/immaginacheillavoro/pausa_lavoro/la-femminilizzazione-del-lavoro/] (consulté le 18 février 2022).

35 T. di Martino, « Il tempo delle giovani donne: lavoro e molto di più. Intervista a Carmen Leccardi », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars 2010, p. 35 : « […] il tempo della sua relazione profonda con la dimensione dell’esistenza, i ritmi, le scansioni e le pluralità d’espressione di questi tempi esistenziali, riscoprirne la ricchezza che la struttura capitalistica del lavoro ha impoverito. »

36 T. di Martino, « Sì, ma il lavoro … ? », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars 2010, p. 13. « Il lavoro, quello retribuito è l’ostacolo. E ostacolo perché non è pensato e organizzato per me, per le mie esigenze, per i miei desideri, è un lavoro pensato da uomini per uomini, sopravvissuto alla femminilizzazione del lavoro e, forse, rigenerato da essa. »

37 C. Bruno, « Sì, ma il lavoro… ? », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars 2010, p. 12. « Quella che notiamo è una forte differenza rispetto alle donne venute prima: noi viviamo con l’idea che la precarità non sia solo un passaggio obbligato o l’inizio d’un giro largo ma anche un punto d’arrivo. »

38 A. Buonauro, « Sì, ma il lavoro… ? », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars 2010, p. 16 : « Saremmo in grado di tenere insieme coscienza del conflitto di classe, del conflitto di genere e del sapere accumulato a partire delle relazioni e del sapere della differenza? ».

39 Mouvement né à Padoue au début des années 1970, relié au réseau anglo-saxon International Wages for Housework Campaign et répandu dans 20 villes italiennes. Voir « Salario al lavoro domestico » (universitadelledonne.it). Voir aussi l’article de Antonella Picchio dans le supplément « Sì, ma il lavoro… ? », dans « Diversamente occupate », DWF, no 85, janvier-mars 2010, p. 16-17 : « Il lavoro non pagato dello spazio domestico. Dire un doppio no per aprire spazi di libertà alle nostre passioni di cura. Per agire insieme i conflitti e non condividere solo le narrazioni. »

40 Le premier acte de ce groupe, le « Manifesto alla sinistra », date de 2008.

41 Il gruppo del mercoledì, « La cura del vivere », Leggendaria, no 89, Supplément, septembre 2011, p. 2 : « […] ancora oggi il lavoro gratuito di per sé contribuisce alla ricchezza nazionale. Eppure non entra nelle analisi economiche. »

42 Loc. cit. : « Svolgono un compito che è un bene sociale e umano primario: riproducono la vita, si caricano dell’altrui dipendenza; cercano, a volte, in questo lavoro, la propria indipendenza

43 B. Pomeranzi, « Collegare il sé al mondo », Leggendaria, no 89, Supplément, septembre 2011, p. VII : « l’attacco alla riproduzione della vita in tutte le sue forme, dalla procreazione alla scomparsa della biodiversità. »

44 Cette traduction avait déjà été publiée par la revue Effe en 1981. En français, la traduction est parue dans le premier numéro de Nouvelles Questions Féministes, en mars 1981.

45 Cet article fait référence de façon plus condensée aux thèmes d’un essai très important « Fertilité naturelle, reproduction forcée », paru dans N. Claude-Mathieu, L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, Éditions de l’EHESS, 1985.

46 S. Spinelli, « Il silenzio è perdita », dans « Appartenenza », DWF, no 4, 1987, numéro co-édité avec Utopia, p. 50 : « Gran parte delle donne lesbiche politicitizzate ha concentrato i suoi sforzi nella significazione del soggetto donna, ma ha evitato – o rifiutato – di articolare in linguaggio il sapere delle sue pratiche di intimità. »

47 Ibid., p. 52. « […] paura che, nominando ciò a cui danno valore prevalente rispetto alle loro vite, si produca una perdita. »

48 Patrizia Pieri a également publié un volume intitulé Chiaroscuro di donna (Rome, A. Stango, 1997).

49 M. Nadotti, « E le donne stanno a guardare? », Leggendaria, no 31, 2002, p. 5 : « Per quanto possa apparire arcaico e del tutto in contraddizione con gli approdi del cosidetto postmoderno, lo scenario di guerra è questo e fa venire a galla il vir latente in ognuno/a di noi, oppure il suo netto opposto, il vilis, il borghese piccolo piccolo […] ».

50 Elle a émis un avis favorable à la demande de deux femmes de partager la maternité entre qui a conçu et qui porte l’enfant à naître.

51 Journaliste à l’Unità et interlocuteur régulier de Via Dogana.

52 A. Leiss, « Un terremoto simbolico », Via Dogana, no 49, mars 2000, p. 4 : « Siamo di fronte, insomma, a un panorama del mondo affettivo e simbolico definito dalle modalità riproduttive completamente sconvolto. »

53 C. Jourdan, « Eclissi della madre? intervista a Maria Luisa Boccia », Via Dogana, no 49, mars 2000, p. 6. : « Cosa diviene e cosa significa gravidanza dal momento in cui una donna vive il suo corpo come luogo pubblico, o la gestazione come un’esperienza d’estraneità tra il proprio corpo e il suo contenuto? »

54 Voir en particulier « Donne e letteratura », Nuova DWF, octobre-décembre 1977, avec des contributions de N. Fusini, « Sulle donne e il loro poetare », A. Nozzoli, « Sul romanzo femminista italiano degli anni settanta », G. Pagliano Ungari, « Donne e letteratura ».

55 https://www.societadelleletterate.it

56 A.-M. Crispino, « Leggere, un corpo a corpo col testo. È qui la critica? », Leggendaria, no 9, juin 1998, p. 5 : « é stato necessario un grande lavoro di invenzione, una torsione verso l’atto della lettura come gesto dichiaratamente, proditoriamente “parziale”, una lunga – e tuttora in corso – operazione di scavo alle radici, una capacità di ascolto che non si facesse distrarre dal già detto per costruire, negli ultimi trent’anni, delle modalità riconoscibili di lettura dei testi scritti dalle donne. »

57 Voir dans « È qui la critica? », Leggendaria, no 9, juin 1998 : M. C. Cardona, « Napoli, ombre colori e luci di una visione interiore », un article sur Anna Maria Ortese ; M.-V. Vittori, « Storia di un’amicizia », une étude sur l’amitié et la correspondance entre Paola Masino et Anna Maria Ortese ; et M. C. Cardona, « Andante con moto e variazioni sul tema », un article sur Lalla Romano.

58 Voir Leggendaria, no 38, avril 2003 : en couverture, un montage d’une photo de Elsa Morante et de ses dessins ; à l’intérieur, deux articles de N. Setti « L’educazione sentimentale di Elsa Morante » et A. Santoro « Inimitabile e inimitata » sur A.-M. Ortese.

59 Y figurent des écrits inédits de Annelisa Alleva, Antonella Anedda, Daniela Attanasio, Maria Clelia Cardona, Silvia Cossu, Maria Rosa Cutrufelli, Daniela Gambino, Annamaria Guadagni, Lia Levi, Monica Mariotti, Marisa Tolve, Valeria Viganò.

60 Par exemple, la Casa di Ramìa, à Vérone. En ligne : [https://www.comune.verona.it/] (consulté le 21 février 2022).

61 Le concours littéraire national « Lingua Madre » a été créé en 2005 à l’initiative de Daniela Finocchi et continue jusqu’à aujourd’hui. Le concours comprend deux sections : les femmes étrangères racontent et les femmes italiennes racontent les femmes étrangères. En ligne : [https://concorsolinguamadre.it/] (consulté le 21 février 2022).

62 Parmi d’autres, ceux de L. Curti « Letteratura della migrazione tra arte e testimonianza » et N. Setti « Scritture dell’alterità ».

63 La rubrique est d’abord appelée « Libri dagli occhi grandi », puis « Leggerò Leggerò Leggerò». En quatrième de couverture, un encart intitulé « Ai libri non si resiste », par Liliana Rampello.

64 L. Muraro, « Lingua corrente », Via Dogana, no 67, décembre 2003, p. 3 : « dare un ascolto più libero al significarsi del nostro essere donne/uomini, senza preclusione verso il linguaggio corrente. »

65 Le titre fait allusion à plusieurs attentats qui ont eu lieu à New York, (11 septembre 2001), Casablanca (16 mai 2003) et Madrid (11 mars 2004).

66 Quelques exemples : Valigie de Rossella Roli (no 110, septembre 2014) ; Elena del Rivero (no 62, 2002) ; Jan Groover (no 54, mars 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Setti, « Trois revues féministes italiennes : DonnaWomanFemme (DWF), Via Dogana, Leggendaria (années 1970-2000) », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 19 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8169

Haut de page

Auteur

Nadia Setti

Université Paris 8 • Nadia Setti est professeure en études de genre et littérature comparée à l’université Paris 8, LEGS membre de « Gradiva, créations au féminin » depuis 2009 et de la Società italiana delle letterate depuis sa création. Sa recherche porte sur les poétiques/politiques de genre, la critique littéraire féministe, les éco-poétiques féministes. Elle a publié notamment Hypothèses d’une langue-mère (L’Harmattan, 2022) ; « Le genre : une catégorie utile pour étudier la littérature ? », dans Le genre, effet de mode ou concept pertinent ?, N. Mékouar-Hertzberg, F. Marie et N. Laporte éd. (Peter Lang, 2016) ; « Écrire, penser, créer : modalités et pratiques de l’agir », dans Femmes, genre, féminismes en Méditerranée : Hommage à Françoise Collin, C. Veauvy et M. Azzoug éd. (éditions Bouchène, 2014) ; « Eppure si muove: pensiero e pratiche di genere, tra accademia, mondo associativo ed editoriale femminista », Cahiers d’études italiennes, no 16, 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search