Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DossierMemoria, une revue féministe pion...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Memoria, une revue féministe pionnière (1981-1993)

«Memoria», una rivista femminista pionieristica (1981-1993)
Memoria, a pioneering feminist journal (1981-1993)
Michelle Zancarini-Fournel

Résumés

Cet article retrace l’histoire du processus de légitimation d’une revue féministe installée à Rome, à la fondation Basso, et consacrée à l’histoire des femmes, acte qui représentait alors un défi dans le champ académique italien, par le choix délibéré du qualificatif féministe et l’affirmation de la non-mixité du comité de rédaction. Les historiennes fondatrices de la revue ont fait leur apprentissage politique dans les mouvements sociaux et le néo-féminisme des « années 1968 ». Pendant une décennie, Memoria a conservé ses principes et son organisation (éditorial et responsable du dossier attribué au collectif, non signés). La revue est ouverte aux échanges transnationaux, en particulier avec les chercheuses françaises et états-uniennes et développe précocement, dès 1981, le concept « d’identité de genre ». Le comité de rédaction veut être une interface entre les groupes ou centres féministes et le monde académique de la recherche et s’investit dans la formation en histoire des femmes, des enseignantes, des étudiantes, des ouvrières et des employées. Au moment où se développe la microstoria dans la discipline historique, les fondatrices de Memoria, attentives aux subjectivités, se pensent comme sujet et objet de la recherche et entendent varier les échelles d’analyse. La revue arrête sa parution dans une période du déclin des luttes politiques et sociales et de mise en veille progressive des mouvements féministes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la publication des interventions dans F. Thébaud et M. Zancarini-Fournel éd., « L’histoire de (...)
  • 2 A. Bellavitis, « Angela Groppi (1947-2020), pionnière de l’histoire des femmes en Italie », CLIO. (...)

Le 8 décembre 2000, une rencontre européenne des revues en histoire des femmes était organisée à Lyon, à la Villa Gillet, à l’occasion du cinquième anniversaire de la revue française CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés1. L’historienne Angela Groppi y avait présenté l’histoire d’une revue italienne : « Une revue d’antan : Memoria entre invention et innovation ». Angela Groppi est décédée en 20202 et j’ai souhaité écrire en hommage un texte sur l’histoire de Memoria dans ce numéro de Laboratoire italien consacré aux revues féministes du second XXe siècle. Mon point de vue situé – construisant une comparaison implicite (et parfois explicite) entre les deux pays – est celui d’une chercheuse en histoire sociale des femmes, du genre et des féminismes, co-fondatrice en 1995 de la revue CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés.

La naissance d’une revue féministe d’histoire socio-culturelle

  • 3 Je remercie La Contemporaine et son conservateur, Franck Veyron, de m’avoir facilité (en période d (...)
  • 4 M. Salvati et R. Vaccaro, « Madeleine Rebérioux et la fondation Basso de Roma (1978-1985). Notes e (...)

1Le projet de la revue Memoria est né à Rome, à la Fondazione Lelio e Lisli Basso, dans le prolongement d’un colloque consacré au renouvellement de l’histoire sociale où étaient conviés des historiens et historiennes européens3. Organisée à l’initiative d’un groupe de la fondation Basso (Angela Groppi, Margherita Pelaja, Gabriella Bonacchi) avec le soutien d’autres chercheuses italiennes présentes au colloque (Anna Rossi-Doria, Marina d’Amelia, Simonetta Piccone Stella) – personnes que l’on retrouve dans le comité de rédaction de Memoria –, la journée du 20 avril 1979, consacrée à l’histoire des femmes, était présidée par l’historienne française Madeleine Rebérioux. Cette rencontre représente un premier indice pour prendre en compte les rapports transnationaux : quelques articles d’historiennes italiennes étaient déjà parus dans des revues françaises telles Annales. Économies, Sociétés, Civilisations et Le Mouvement social4. Au cours de cette journée d’étude de 1979 est né le projet de création en Italie d’une revue d’histoire des femmes qui publie son premier numéro deux ans plus tard, sous l’égide d’une dizaine de féministes résidant à Rome, historiennes en majorité, mais aussi spécialistes de littérature, de psychanalyse ou de sciences politiques.

  • 5 L. Passerini, Storie di donne e femministe, Turin, Rosenberg & Sellier, 1991 ; M. A. Bracke, La nu (...)
  • 6 N. Zemon Davis « “Women’s history” in transition: The European case », Feminist Studies, vol. III, (...)
  • 7 F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007. En ligne : [https: (...)

2Le groupe des fondatrices est très homogène par son âge – ce sont des trentenaires et quarantenaires –‑, par sa géolocalisation – toute la rédaction de Memoria résidait à Rome – et les itinéraires politiques et professionnels de ses protagonistes. Appartenant à la génération étudiante de 1968, liée à l’extrême gauche extraparlementaire et aux groupes féministes, les membres du groupe fondateur avaient construit leur identité sur la dimension collective de la revue : les éditoriaux n’étaient pas signés et les noms des responsables des dossiers de chaque numéro n’y figuraient pas, ce qui rendait difficile pour les protagonistes de revendiquer le travail collectif, caractéristique qui a pu être vécue, dans la durée, comme un obstacle pour l’investissement professionnel universitaire. Par ailleurs, le comité de rédaction, qui affichait son féminisme, ne reflétait pas la diversité des formes organisationnelles et des orientations politico-culturelles de groupes féministes italiens très marqués par les différences entre les capitales régionales (Bologne, Padoue, Milan, Turin, Naples, etc.)5. C’est sans doute le tropisme culturel des féministes romaines qui a permis et soutenu la création et l’orientation de la revue. Aux yeux des fondatrices, il ne s’agissait d’écrire ni une histoire du mouvement féministe ni une histoire des femmes séparée du reste de la société, mais d’examiner la différence et les rapports entre les sexes, point de vue suggéré dès 1976 par l’historienne moderniste Natalie Zemon Davis6, de produire une histoire des mentalités (mot du moment) et des sensibilités, une histoire culturelle, en lien avec les différences sociales, qui prenne en compte les subjectivités, tout en tenant à distance la dichotomie femmes dominées/femmes rebelles. On perçoit, dans ces principes énoncés dès le premier éditorial, la différence avec le paysage français où la prégnance d’une histoire sociale imprégnée de marxisme a privilégié une histoire des femmes centrée sur les ouvrières7.

  • 8 G. Crainz, Il paese mancato. Dal miracolo economico agli anni ottanta, Rome, Donzelli editore, 201 (...)
  • 9 M. Caugant, op. cit.

3Il faut souligner enfin, dans la séquence historique – une décennie – de l’existence de Memoria, le poids du contexte social et politique des années 1980 en Italie, années de normalisation néo-libérale, du déclin des luttes politiques et sociales et de la répression politique8. C’est aussi, parallèlement au « riflusso », une période de mise en veille progressive des mouvements féministes après les victoires obtenues avec la promulgation des lois sur le divorce et l’avortement, mais aussi une période de développement des librairies et des centres culturels : un Congrès de coordination des centres et librairies des femmes d’Italie a pu ainsi réunir 350 femmes à l’université de Sienne, du 19 au 21 septembre 19869.

  • 10 On peut noter cependant dans l’histoire de la revue une exception au séparatisme sexué : dans le n (...)
  • 11 B. Pavard, F. Rochefort et M. Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge ! Une histoir (...)

4Cet article entend donc retracer l’histoire du processus de légitimation d’une revue féministe, consacrée à l’histoire des femmes, acte qui représentait alors un défi dans le champ académique italien : d’abord par le choix délibéré du qualificatif féministe et l’affirmation de la non-mixité du comité de rédaction, à l’image des mouvements féministes des années 1970 dont se revendiquaient les fondatrices de la revue, en tant que chercheuses et militantes10. La pratique de non-mixité dans les mouvements féministes s’appuie sur une histoire globale de longue durée : la théorisation et la pratique, depuis les années 1960, du séparatisme sexué viennent d’Afrique du Sud et des États‐Unis lors des luttes de libération et d’émancipation, ainsi que de la volonté des féministes noires d’avancer leurs propres analyses qui ne correspondaient pas à celles des féministes blanches de la classe moyenne11. Le principe a été repris afin de permettre aux féministes du moment 68, en Italie comme en France, de s’autonomiser des groupes politiques de la gauche extraparlementaire, où la plupart d’entre elles avaient commencé leur carrière militante.

  • 12 Giovanni Levi et Carlo Ginzburg ont dirigé, entre 1981 et 1991, la collection « Microstorie » chez (...)

5Cet article entend donc expliquer le processus de légitimation de l’histoire des femmes et du genre dans les universités par le biais d’une revue qui se revendique du féminisme, démarche impensable alors en France dans la discipline historique. Au moment où des historiens italiens – Carlo Ginzburg, Edoardo Grendi et Carlo Levi – bousculaient le champ académique et l’écriture de l’histoire avec la proposition de la microstoria autour de la revue Quaderni storici12, le défi autre des fondatrices de Memoria a été de proposer un nouveau modèle historiographique pour réfléchir aux rapports entre les sexes en variant les échelles d’analyse et de ne pas s’en tenir à un seul paramètre explicatif. Référence novatrice pour le féminisme italien, Memoria, bien avant l’historiographie française, a promu, dans le champ historiographique de la péninsule, la Gender History, non sans résistance, ici comme ailleurs, des milieux universitaires. La réflexion sur la « différence » et la spécificité du féminin, au centre des débats dans les groupes féministes italiens, avait été traitée dans d’autres revues d’histoire classique, tel le numéro des Quaderni storici de 1980 dirigé par Luisa Accati sur « Parto e maternità, momenti della biografia femminile », fruit d’une réflexion collective avec un groupe de femmes. Le lien entre chercheuses et personnes de la société civile – enseignantes, étudiantes, employées, ménagères – est une caractéristique de l’Italie ; il est favorisé par l’organisation de sessions de formation de 150 h, dans des centres féministes et des universités d’été sur l’histoire des femmes et ouvertes à toutes. Dès le premier numéro, en 1981, les rédactrices de Memoria posent la question des identités de genre, au prisme des émotions, des sentiments et de la raison (voir tableau 1).

Tableau 1. Présentation des titres et de quelques autrices des numéros parus entre 1981 et 1993

Numéro
et date
Titre Autrices et auteurs
1. 1981 « Ragione e sentimenti »
(Scienza di emozioni e identità di genere)
Angela Groppi
Paola di Cori
2. 1981 « Piccole e grandi diversità »
(Il femmismo come caso letterario)
Carla Cotti
3. 1982 « Corpi possibili »
(Storia di vita e di lavoro)
Paola Nava
4. 1982 « Politiche »
(Il movimento delle donne a Milano. Biografie femministe. Fra cultura e politica)
Annarita Calabro
Laura Grasso
Yasmine Ergas
5. 1982 « Sacro e profano »
(La nuova critica femminista americana)
Rita Caviglioli
6. 1982 « Gli anni cinquanta »
(Il testo e lo specchio: storia, autobiografia, scrittura)
Giulia Calvi
7. 1983 « Madri e non madri »
(Corso delle 150 ore sul desiderio di maternità)
Franca Balsamo
8. 1983 numéro non répertorié
9. 1983 « Sulla storie delle donne. Dieci anni di miti ed esperienze »
(Sul separatismo tra storia sociale e storiche femministe)
Gerda Lerner
Anna Rossi-Doria
entretiens avec N. Zemon Davis
10. 1984 « La solitudine »
(« La vieille fille » storia di uno stereotipo(
Tamara Hareven, Louise Tilly Cécile Dauphin
11. 1984 « Vestire » Silvia Tozzi : « Il movimento delle donne, la salute, la scienza. L’esperienza di Simonetta Tosi »
12. 1984 « Vestire » Jane Schneider
13. 1985 « Donne insieme. Gruppi degli anni ottanta »
(Prostituzione e nuovo femminismo della differenza)
Michi Staderini
Maria d’Amelia
15. 1985 « Culture del femminismo »
(Epistemologia delle differenze sessuali)
Rosi Braidotti (Donne e filosofia in Francia)
Maria Elena Vasario (Women’s Studies negli USA)
16. 1986 « L’età e gli anni. Riflessioni sull’invecchiare »
(L’emancipazionismo italiano tra ideologia e pratica)
Michela De Giorgio
Angela Groppi
Marina d’Amelia
Maria Teresa Chialant
17. 1986 « Prostituzione »
18. 1986 « Donne senza uomini »
19. 1987 « Il movimento femminista »
(« Entre sexe et genre »)
Yasmine Ergas
20. 1987 « Negli anni 70 »
(Gruppo femminista per la salute della donna)
Anna Scattigno
Silvia Tozzi
21. 1987 « L’uso del potere »
22. 1988 « Giovani donne »
23. 1988 « Il bel matrimonio » Franca Pizzini
24. 1988 « Sesso: differenza e simbiosi »
25. 1989 « Genere e soggetto. Strategie del femminismo fra Europa e America »
(Femminismo culturale e post-strutturalismo
Strategie fra Europa e America)
Linda Alcoff
26. 1989 « Questioni di etica »
(Dai margini al centro: essere donna nera)
bell hooks
27. 1989 « Uomini »
28. 1990 « Bambine. Raconti d’infanzia »
(Récits féminins d’enfance)
29. 1990 « Bambini. Racconti d’infanzia » (Récits masculins d’enfance) Six auteurs masculins
30. 1990 « Lavori delle donne »
(Lavorare in tempo di guerre. Mercato dell’assistenza)
Anna Bravo
Angela Groppi
31. 1991 « Sulla storia politica »
(Politica delle donne e cultura delle donne. Teoria e storia del movimento delle donne in Germania)
Neuf historiennes
Ute Gerhard
32. 1991 « Amicizie »
(Figure dell’amicizia femminile e femminismo)
Gabriella Paolucci
Note : Les éditoriaux n’étaient pas signés et le nom des responsables des dossiers ne figurait pas dans la revue ; les noms indiqués ont été choisis après lecture des articles.
  • 13 Eleni Varikas est la première à avoir employé en 1987, dans sa thèse en français sur les féministe (...)
  • 14 J. Scott, « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique », Les cahiers du GRIF, no 37-38, (...)

6Le premier numéro de Memoria s’ouvre sur les « identités de genre ». Il faut insister sur la précocité de l’emploi du concept de genre/gender/genere, vingt ans avant son intronisation en France. À la différence de l’Italie, le mot et le concept de genre se sont diffusés tardivement et lentement en France, grâce à un article publié aux États-Unis en 1984 de l’historienne Joan Scott, traduit en 1986 par Eleni Varikas13 pour le numéro des Cahiers du GRIF consacré au « genre de l’histoire » : « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique »14. Dans cet article, Joan Scott propose cette définition, devenue canonique : « Le genre est un élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir. » Cette précocité italienne d’emploi du concept de genre s’explique par les contacts transnationaux constants en particulier avec les États-Unis, sur lesquels nous reviendrons dans la troisième partie de cet article. Dans le paragraphe qui suit, nous examinerons comment la revue a représenté le mouvement féministe en Italie.

Présentation des féministes en mouvement dans la revue Memoria

7Nous avons souligné précédemment comment les fondatrices de Memoria s’étaient présentées comme féministes et avaient adapté le mode d’organisation et le fonctionnement de la revue à leurs principes. Il s’agit ici de voir comment est étudiée, dans la revue Memoria, l’histoire du mouvement féministe en Italie et comment les approches se sont diversifiées avec l’intégration progressive des fondatrices dans les structures académiques et une plus grande professionnalisation. En 1987, intitulé « Il movimento femminista negli anni ’70 », un numéro double (no 19-20) est totalement consacré aux origines et à diverses expériences féministes locales, mais chaque numéro comporte un ou deux articles sur des pans de cette histoire de la théorie ou des groupes féministes.

  • 15 Cette remarque renvoie au succès éditorial en France du livre Sorcières. La puissance invaincue de (...)

8Posant la question du rapport entre objet et sujet de la recherche, la discussion ouverte dans le colloque de Modène en 1982 pour dresser un bilan critique des liens entre mouvement féministe et histoire des femmes, est reprise en 1983 dans le numéro de Memoria intitulé « Sulla storia delle donne. Dieci anni di miti ed esperienze ». Angela Groppi et Margherita Pelaja identifient, dans un premier article, une borne chronologique de départ soumise à la discussion : la publication en 1976, chez Feltrinelli, de l’essai de Luisa Muraro, La signora del gioco, qui conceptualise la différence féminine, le désir, et prône le séparatisme comme méthode historiographique et le recours à la psychanalyse ; la représentation de la sorcière devient l’incarnation et l’emblème du féminisme militant15.

9À partir d’une expérience didactique entre 1980 et 1982, consacrée aux « Movimenti femministi e movimento operaio in Francia, Italia, Germania tra ’800 e ’900 », Anna Rossi-Doria relate, dans ce même numéro, dans un article intitulé « Didattica e ricerca nella storia delle donne. Per un avvio di discussione » (p. 20-49), ses expériences de cours au Centre culturel Virginia Woolf à Rome. Ces cours sont dispensés en direction de syndicalistes de la FLM (Federazione Lavoratori Metalmeccanici), d’étudiantes de l’université et de femmes employées ou ménagères. Le centre Virginia Woolf de Rome était un de ces centres qui, dans chaque grande ville italienne, proposait un lieu avec une organisation, parfois minimale, de la documentation, des cours, de la formation à la recherche, des initiatives culturelles, une librairie des femmes, tels le centre Elsa Borgamaschi de Reggio Emilia, le centre Sibilla Aleramo de Milan ou encore le centre Orlando de Bologne. Il existait aussi des groupes de travail dirigés par des femmes dans des institutions mixtes, mais dans des espaces séparés, comme par exemple le Centro di studi storici sul movimento di liberazione della donna in Italia à la Fondazione Feltrinelli. Des comités et des collectifs « de service », de type politico-social, tels les groupes organisant des cours de formation (corsi delle 150 ore), coexistaient avec des collectifs politiques du Mouvement des femmes, comme les groupes d’auto-conscience centrés sur les individualités. Ce panorama des groupes féministes de femmes dressé dans ce numéro de 1983 par Maria Luisa Boccia, enseignante en philosophie politique, et par ailleurs sénatrice de Rifondazione comunista, se divise en plusieurs catégories et apparaît très diversifié.

  • 16 La loi 194, promulguée en 1978, légalise l’avortement jusqu’à 12 semaines de grossesse, et jusqu’à (...)
  • 17 P. Stelliferi, Il femminismo a Roma, op. cit. ; M. A. Bracke, La nuova politica delle donne, op. c (...)

10Une autre façon d’aborder dans Memoria l’histoire des groupes féministes passe par la nécrologie. Dans le numéro 11 de 1984, un dossier intitulé « Il movimento delle donne, la salute, la scienza. L’esperienza di Simonetta Tosi », en hommage à la biologiste et doctoresse récemment décédée, rappelle son parcours militant. Elle a rejoint en 1972 le Collectif féministe de Via Pompeo Magno, fusionnant par la suite avec le Mouvement féministe romain et participant à des initiatives à partir de 1975 pour la dépénalisation du « crime » d’avortement. Deux ans plus tard, ouvre dans le quartier romain de San Lorenzo le centre de conseil autogéré de Via dei Sabelli, qui devient le siège du CRAC (Comité romain pour la libéralisation de l’avortement et de la contraception) et du Collectif féministe San Lorenzo, expressions des groupes de santé des femmes qui se multiplient dans les années 1970. Avec ce collectif et d’autres groupes féministes, elle a participé à l’occupation d’un service du Policlinico Umberto Io de Rome au cours de l’été 1978, immédiatement après l’approbation de la loi 19416, afin de promouvoir auprès des médecins les pratiques d’avortement non chirurgicales et de soutenir les patientes hospitalisées en les informant sur les méthodes contraceptives. L’expérience a eu un fort écho médiatique et s’est terminée par l’expulsion des militantes féministes par la police le 25 septembre 1978. Ce dossier de Memoria sur « Il movimento delle donne, la salute, la scienza » permet de souligner l’importance à Rome des collectifs féministes de quartiers, qui ont été étudiés ultérieurement dans l’historiographie à l’aide, entre autres, des sources orales17.

  • 18 M. E. Vasario, « Women’s Studies negli USA », dans « Culture del femminismo », Memoria, no 15, 198 (...)

11Pourrait-on appliquer à Memoria ce qui est écrit par Maria Elena Vasario dans son article sur les Women’s Studies, à savoir qu’elles sont « la manifestation académique » du féminisme18 ? Il est permis d’en douter compte tenu de la diversité organisationnelle et régionale des mouvements féministes, de leurs orientations et, par ailleurs, de la lenteur d’intégration des fondatrices dans les structures académiques.

Un renouvellement historiographique ouvert sur le monde, mais peu accepté par le monde académique italien

  • 19 L. Toupin, Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-197 (...)
  • 20 F. Rochefort, « Quelques remarques sur les publications et éditions des “recherches féministes” en (...)

12Dès son premier numéro, Memoria présentait un bilan des articles publiés dans 35 revues : italiennes (10), états-uniennes et anglaises (18 dont 3 au titre explicitement féministe), allemandes (4) et françaises (3 : Annales. Économies, Sociétés, Civilisations ; Mouvement social ; Révoltes logiques). Cet effort remarquable pour faire connaître les recherches extérieures est constant dans la collection de Memoria et il serait fastidieux d’en dresser une liste exhaustive. Pourtant, il serait tout à fait nécessaire de reconstruire en détail une histoire transnationale des féminismes passant par l’étude des rapports internationaux – principalement avec les États-Unis, le Royaume-Uni et la France – comme cela a été fait pour le « salaire ménager »19, par le bilan des rencontres communes ainsi que par l’historique des traductions et des citations. Prenons un exemple : les textes parmi les plus importants du féminisme radical états-unien sont traduits immédiatement en Italie, dès 1971 et 1972, à partir de The Dialectic of Sex (Shulamith Firestone, 1970) et de Woman’s Estate (Juliet Mitchell, 1971 [1966]). Des articles importants de revues américaines sont traduits immédiatement en italien, tel celui de Linda Alcoff publié dans Signs en 1988 et paru l’année suivante dans le numéro 25 de Memoria en 1989 : « Femminismo culturale e post-strutturalismo » (p. 7-35). À l’inverse de la situation italienne, on a souligné la faible ouverture sur l’étranger des productions universitaires féministes françaises, la coupure avec la sphère culturelle et le manque de traductions de textes étrangers20.

  • 21 L’entretien avec Natalie Zemon Davis a été réalisé en 1980 par une doctorante et un professeur de (...)
  • 22 C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques, Paris, La Découverte, 202 (...)
  • 23 Voir son parcours évoqué par L. Gordon, L. Kerber et A. Kessler-Harris, « Gerda Lerner (1920-2013) (...)

13Dans le numéro 9 de Memoria (1983) cité précédemment, on trouve deux entretiens passionnants qui témoignent des liens étroits avec les historiennes féministes états-uniennes21. Première historienne ayant théorisé la différence des sexes en 1976, la moderniste Natalie Zemon Davis retrace ses années de formation dans la période maccarthyste de « chasse aux sorcières » aux États-Unis : il faudrait traduire et faire lire ces lignes dans la période actuelle de dénonciation par différents ministres français de « l’américanisation » de la recherche22. Dans le même numéro, est publiée l’allocution prononcée en 1982, à l’occasion de son élection à la présidence de l’Organization of American Historians, par l’historienne Gerda Lerner23. Dans son discours elle rapproche la « double conscience » des Africains-Américains, décrite par W. E. B. Du Bois dans Les âmes du peuple noir (1903), de la « double conscience » des femmes, désignées comme « l’Autre » ; elle évoque aussi la situation des « femmes de couleur » soumises à une double discrimination, comme femmes et comme membres d’une minorité raciale.

14En Italie, Dacia Maraini, écrivaine et militante féministe, avait tourné en 1976 un documentaire, Le ragazze del Capo Verde, qui analysait l’exploitation des femmes africaines, souvent recrutées par des associations catholiques et employées comme main-d’œuvre à bas prix par les familles de la bourgeoisie romaine pour faire les colf (collaboratrice familiare). Parallèlement, des femmes érythréennes arrivent par l’intermédiaire de familles d’ex-colons italiens. Ce processus migratoire concerne des migrantes venues seules, qui prennent peu à peu la place jadis occupée par les femmes provenant des régions méridionales les plus pauvres d’Italie. La question intersectionnelle de la race et de son articulation avec le genre est évoquée dans le féminisme italien, comme dans Memoria, non pas en suivant cet exemple des « migrantes de couleur », ni celui des Érythréennes, mais par analogie avec la situation des groupes opprimés aux États-Unis, celui des Africaines-Américaines. Sans doute parce que ces migrantes venues d’Afrique témoignent des traces d’un passé colonial que l’Italie a largement occulté. Les mouvements féministes révolutionnaires européens des années 68 se réfèrent tous, également, à l’expérience des mouvements de lutte africains-américains, dans laquelle Angela Davis incarne une figure fondamentale (du fait du soutien des partis communistes occidentaux consécutif à son appartenance au parti communiste américain). Women, Race and Class d’Angela Davis a été traduit en italien sous le titre de Bianche e nere (Rome, Editori Riuniti, 1985). Le recueil Elogio del margine. Razza, sesso e mercato culturale de bell hooks a été publié par Feltrinelli en 1998. Toutes ces traductions prouvent les liens transnationaux des mouvements féministes et les influences réciproques de part et d’autre de l’Atlantique.

  • 24 Yasmine Ergas dresse un bilan des acquis du mouvement féministe occidental dans F. Thébaud éd., H (...)
  • 25 Y. Ergas, Fra le maglie della politica. Femminismo, istituzioni e politiche sociali nell’Italia de (...)

15Le miroir américain est présent en permanence dans Memoria. En 1989, le numéro 25 examine les stratégies féministes entre Europe et Amérique et le succès aux États-Unis du feminism. Maria Teresa Chialant présente « la teoria letteraria femminista » par le biais de la critique nord-américaine. Elle souligne le rôle important du Women’s Studies Group du Centre de Birmingham, lieu initiateur des cultural studies états-uniennes, pluridisciplinaires, qui ont aboli la différence entre grande littérature et cultures populaires, la réflexion sur le langage et la théorie de l’écriture féminine d’Hélène Cixous et Luce Irigaray. Maria Teresa Chialant note la place des récits sur l’exil comme réalité politique et comme métaphore et cite comme exemple l’ouvrage de Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes (1988). Elle souligne l’importance de l’étude des autobiographies féminines et le rôle de la fiction. Membre fondatrice de Memoria, la politiste Yasmine Ergas, qui a tenu le rôle de passeuse des débats de part et d’autre de l’Atlantique24, a poursuivi sa carrière aux États-Unis, tout en publiant sur le mouvement féministe italien25.

Bilan

  • 26 M. Caugant, op. cit.

16En 1991, la Biblioteca Italiana delle Donne de Bologne obtient le label de « Centre d’intérêt national »26. Cette reconnaissance institutionnelle incarne à la fois la valorisation de la culture féminine, le passage à la mémorialisation du féminisme et le déclin du mouvement, au moment même où disparaissent à la fois le parti communiste italien et la revue Memoria.

  • 27 Après le succès en France de L’histoire des femmes en Occident dirigée par Georges Duby et Michell (...)
  • 28 A. Groppi, « Mercato del lavoro e mercato dell’assistenza. Le opportunità delle donne nella Roma p (...)

17Dans le bilan sur l’activité de Memoria publié en 2002 et évoqué au début de cet article, Angela Groppi, un peu amère, évaluait le rapport entre investissement collectif, production individuelle et carrière académique, en examinant les « erreurs et les limites du comité de rédaction de Memoria ». Si l’on prend le cas personnel d’Angela Groppi, on peut constater que, effectivement, elle n’a obtenu un poste à l’université qu’à 53 ans, en 2000, alors que son apport à l’histoire sociale des femmes et du genre a été fondamental : sur le travail avec la direction de la publication en 1996, par l’éditeur Laterza, du volume Il lavoro delle donne, concernant le rapport entre activités productrices des femmes, droits à la propriété et gestion de leurs biens (patrimoine, héritages, dot)27. Elle a aussi revisité dans Memoria ce qu’on appelle aujourd’hui le care, fruit d’une intense discussion et d’un partage du soin aux personnes âgées entre institutions d’assistance et familles28.

  • 29 Les volumes de la Storia delle donne in Italia (1994-1997), à la différence de L’histoire des femm (...)

18Les autres volumes de la Storia delle donne in Italia sont publiés sous la responsabilité d’historiennes ayant participé à l’aventure de Memoria29 : c’est dire, au-delà de l’existence relativement brève de la revue et de certaines désillusions après l’arrêt de la publication, l’importance de la place tenue par les membres du comité de rédaction de la première revue féministe italienne dans l’histoire des femmes et du genre de la péninsule.

  • 30 Voir les actes de ce colloque : M. C. Marcuzzo et A. Rossi-Doria éd., La ricerca delle donne: stud (...)
  • 31 R. Sarti, « La genèse de Genesis », dans « L’Histoire des femmes en revues France-Europe », CLIO. (...)

19Il faut également prendre en compte la postérité de la réflexion menée pendant une décennie par les rédactrices de Memoria. Parallèlement à la réalisation des derniers numéros de la revue, avait été créée, en 1989, la Società Italiana delle Storiche (SIS). Organisé à Modène en 1987 par les historiennes italiennes, un colloque consacré aux études féministes en Italie avait dressé un bilan et éprouvé le besoin de créer une coordination pour rompre l’isolement et mettre en valeur le travail collectif30. La SIS édite, à partir de 1989 et jusqu’en 1999, le bulletin Agenda, moyen de communication entre ses membres et de visibilité pour l’extérieur, qui prend progressivement de l’épaisseur, coordonné par Simonetta Soldani. Après 21 numéros, on passe du bulletin Agenda à la revue Genesis pour « combler le vide laissé par la disparition de Memoria » et résoudre un paradoxe : « L’Italie se retrouvait désormais dépourvue d’une revue d’histoire des femmes, après avoir été parmi les premières à donner naissance avec Memoria à un nouveau genre de revue imité dans toute l’Europe. »31 (Raffaella Sarti). La décision de créer cette nouvelle revue a été prise par l’assemblée générale de la SIS, le 24 mars 1996, au lendemain du séminaire sur « La storia delle donne: percorsi storiografici e rapporti con le istituzioni », organisé à Rome par la SIS en collaboration avec l’École française de Rome à l’occasion de la sortie, en 1995, du premier numéro de CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés. La question des rapports entre la SIS et le comité de rédaction de Genesis, qui revendique une autonomie scientifique, est pendante. Les discussions ont porté sur les choix d’orientation vers des cultures extra-occidentales et le multiculturalisme ainsi que sur l’acceptation des hommes comme auteurs (il y en a deux dans le premier numéro en 2003) et comme membres du comité scientifique. Le comité de rédaction a été élu dans une assemblée générale de la SIS en novembre 1997 et comporte, à la différence de Memoria, des représentantes de toutes les grandes villes universitaires d’Italie.

  • 32 R. Sarti, 2002 : « Verginità », G. Fiume et L. Scaraffia éd., no 75, 1990 ; « Maschile e femminile (...)

20Pour créer leur nouvelle revue, les membres de la SIS ont beaucoup discuté des raisons de la fin de l’expérience de Memoria, du paysage historiographique italien et des exemples de revues d’histoire des femmes et du genre dans les autres pays. Raffaella Sarti a établi une liste des revues généralistes ayant accueilli des articles sur l’histoire des femmes et du genre : Quaderni storici, Passato e presente, Rivista di storia contemporanea, Italia contemporanea. Cesarina Casanova, professeure à l’université de Bologne, a comptabilisé la présence de l’histoire des femmes et du genre dans les pages de Quaderni storici et a relevé la présence dans les années 1990 de contributions d’historiens et d’historiennes témoignant de la prise en compte de la catégorie de genre. Par ailleurs, dans la même période, le pourcentage des articles signés par une autrice s’élève à 55,77 % et des numéros spéciaux de Quaderni storici consacrés à l’histoire des femmes et du genre ont régulièrement été publiés32 . Le bilan comptable apparaît bien plus favorable en Italie qu’en France et les historiennes de Memoria ont trouvé la possibilité de publier dans d’autres revues généralistes après la disparition de la leur. Dans l’éditorial qui ouvre le dernier numéro de Memoria, daté de 1991, mais publié, de fait, en janvier 1993, les autrices avaient dressé le constat d’un paysage socio-politique et académique transformé : les débats politiques internes au mouvement féministe se sont éteints et les spécialisations académiques dans la recherche sont devenues plus pointues. Angela Groppi insiste, dans son bilan publié en 2002, sur les réticences de la corporation historienne, qu’elle soit italienne ou française. Il est certain qu’en 1993, quand Memoria cesse de paraître, l’histoire des femmes et du genre, en Italie comme en France, apparaît comme marginale dans la « communauté des historiens ». C’est sans doute la raison pour laquelle les revues créées ultérieurement n’ont plus fait de référence explicite à un mouvement féministe devenu, un temps, évanescent.

Haut de page

Notes

1 Voir la publication des interventions dans F. Thébaud et M. Zancarini-Fournel éd., « L’histoire des femmes en revues. France-Europe », CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, no 16, 2002, dont celle d’A. Groppi, « Une revue d’antan : Memoria entre invention et innovation », p. 65-75. En ligne : [https://journals.openedition.org/clio/] (consulté le 22 février 2022).

2 A. Bellavitis, « Angela Groppi (1947-2020), pionnière de l’histoire des femmes en Italie », CLIO. Femmes, Genre, Histoire, no 51, 2020, p. 257-259. En ligne : [https://journals.openedition.org/clio/] (consulté le 22 février 2022).

3 Je remercie La Contemporaine et son conservateur, Franck Veyron, de m’avoir facilité (en période de Covid et de déménagement de la bibliothèque !) la lecture de la collection de Memoria.

4 M. Salvati et R. Vaccaro, « Madeleine Rebérioux et la fondation Basso de Roma (1978-1985). Notes et souvenirs d’un témoin », Cahiers Jaurès, no 183-184(1-2), 2007, p. 81-93. En ligne : [https://www.cairn.info/revue-cahiers-jaures] (consulté le 22 février 2022).

5 L. Passerini, Storie di donne e femministe, Turin, Rosenberg & Sellier, 1991 ; M. A. Bracke, La nuova politica delle donne. Il femminismo in Italia. 1968-1983, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2019 [trad. de Women and the Reinvention of the Political. Feminism in Italy, 1968-1983, Londres, Routledge, 2014] ; A. R. Calabrò et L. Grasso éd., Dal movimento femminista al femminismo diffuso. Storie e percorsi a Milano dagli anni ’60 agli anni ’80, 2e édition, Milan, Franco Angeli, 2004 [1985] ; A. Rossi-Doria, Dare forma al silenzio. Scritti di storia politica delle donne, Rome, Viella, 2007 ; F. Lussana, Il movimento femminista in Italia: esperienze, storie, memorie (1965-1980), Rome, Carocci, 2012 ; P. Stelliferi, Il femminismo a Roma negli anni Settanta: percorsi, esperienze e memorie dei collettivi di quartiere, Bologne, Bononia University Press, 2015 ; A. Martini, « Fuori e dentro le mura dell’università. Il femminismo a Padova negli anni Settanta », Italia contemporanea, no 294, 2020, p. 99-127 ; M. Caugant, « Chroniques du féminisme autonome bolonais. Naissance, développement et déclin du mouvement féministe autonome à Bologne de 1971 à 1986 », mémoire de master 2, université de Bourgogne, 2020.

6 N. Zemon Davis « “Women’s history” in transition: The European case », Feminist Studies, vol. III, no 3-4, 1976, p. 83-103. En ligne: [https://www.jstor.org/] (consulté le 22 février 2022). N. Zemon Davis, « Gender and genre: Women as historical writers, 1400-1820 », dans Beyond their Sex: Learned Women of the European Past, P. H. Labalme éd., New York, New York University Press, 1980, p. 153-182.

7 F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007. En ligne : [https://books.openedition.org/enseditions/] (consulté le 22 février 2022).

8 G. Crainz, Il paese mancato. Dal miracolo economico agli anni ottanta, Rome, Donzelli editore, 2016.

9 M. Caugant, op. cit.

10 On peut noter cependant dans l’histoire de la revue une exception au séparatisme sexué : dans le numéro 29 de Memoria (1990), la parole a été donnée à six hommes pour raconter leur enfance, le numéro précédent ayant été consacré à des récits d’enfance écrits par des femmes.

11 B. Pavard, F. Rochefort et M. Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge ! Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, La Découverte, 2020. En ligne : [https://www.cairn.info/ne-nous-liberez-pas] (consulté le 22 février 2022).

12 Giovanni Levi et Carlo Ginzburg ont dirigé, entre 1981 et 1991, la collection « Microstorie » chez l’éditeur Einaudi (Turin) dans la période de publication de Memoria.

13 Eleni Varikas est la première à avoir employé en 1987, dans sa thèse en français sur les féministes grecques du XIXe siècle, les concepts de « conscience de genre » et « d’identité de genre » que l’on trouve dès le premier numéro de Memoria en 1981.

14 J. Scott, « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique », Les cahiers du GRIF, no 37-38, 1988, p. 125-153. En ligne : [https://www.persee.fr/doc/grif/] (consulté le 22 février 2022).

15 Cette remarque renvoie au succès éditorial en France du livre Sorcières. La puissance invaincue des femmes de Mona Chollet (Paris, Zones, 2018).

16 La loi 194, promulguée en 1978, légalise l’avortement jusqu’à 12 semaines de grossesse, et jusqu’à 5 mois en cas d’interruption de la grossesse pour raisons thérapeutiques.

17 P. Stelliferi, Il femminismo a Roma, op. cit. ; M. A. Bracke, La nuova politica delle donne, op. cit.

18 M. E. Vasario, « Women’s Studies negli USA », dans « Culture del femminismo », Memoria, no 15, 1985, p. 93.

19 L. Toupin, Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977), Montréal, les Éditions du remue-ménage, 2014.

20 F. Rochefort, « Quelques remarques sur les publications et éditions des “recherches féministes” en France », dans « Les études féministes, quelle visibilité ? », Bulletin de l’ANEF, 2003, p. 77‐81. Il y a des exceptions, tel le numéro célèbre « Libération des femmes année zéro » de la revue Partisans, août-septembre 1970, qui présentait nombre d’articles traduits de féministes états-uniennes.

21 L’entretien avec Natalie Zemon Davis a été réalisé en 1980 par une doctorante et un professeur de Yale, traduit en italien par Barbara Verni et publié dans le no 9 de Memoria, 1983, p. 79-93.

22 C. Gautier et M. Zancarini-Fournel, De la défense des savoirs critiques, Paris, La Découverte, 2022 (chap. I : « Débat sur l’américanisation de la recherche », p. 64-71).

23 Voir son parcours évoqué par L. Gordon, L. Kerber et A. Kessler-Harris, « Gerda Lerner (1920-2013). Féministe, pionnière de l’histoire des femmes », dans « Ouvrières, ouvriers », CLIO. Femmes, Genre, Histoire, no 38, 2013, p. 261-271. En ligne : [https://journals.openedition.org/clio/] (consulté le 22 février 2022).

24 Yasmine Ergas dresse un bilan des acquis du mouvement féministe occidental dans F. Thébaud éd., Histoire des femmes en Occident, t. V : Le XXe siècle, Paris, Plon, 1992.

25 Y. Ergas, Fra le maglie della politica. Femminismo, istituzioni e politiche sociali nell’Italia degli anni ’70, Milan, Franco Angeli, 1986 ; id., Il movimento femminista negli anni ’70, Turin, Rosenberg & Sellier, 1987.

26 M. Caugant, op. cit.

27 Après le succès en France de L’histoire des femmes en Occident dirigée par Georges Duby et Michelle Perrot (5 tomes, Paris, Plon, 1991-1992), sont publiés A. Groppi éd., Il lavoro delle donne, Rome, Bari, Laterza, 1996 ; L. Scaraffia et G. Zarri éd., Donne e fede, Rome, Bari, Laterza, 1994 ; M. de Giorgio et C. Klapisch-Zuber éd., Storia del matrimonio, Rome, Bari, Laterza, 1996 ; M. d’Amelia éd., Storia della maternità, Rome, Bari, Laterza, 1997.

28 A. Groppi, « Mercato del lavoro e mercato dell’assistenza. Le opportunità delle donne nella Roma pontificale », Memoria, no 30, 1990, p. 7-32.

29 Les volumes de la Storia delle donne in Italia (1994-1997), à la différence de L’histoire des femmes en Occident, ne sont pas chronologiques, mais thématiques avec une approche historienne d’anthropologie structurale.

30 Voir les actes de ce colloque : M. C. Marcuzzo et A. Rossi-Doria éd., La ricerca delle donne: studi femministi in Italia, Turin, Rosenberg & Sellier, 1988.

31 R. Sarti, « La genèse de Genesis », dans « L’Histoire des femmes en revues France-Europe », CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, F. Thébaud, M. Zancarini-Fournel éd., no 16, 2002, p. 77-92. En ligne : [https://journals.openedition.org/clio/] (consulté le 22 février 2022).

32 R. Sarti, 2002 : « Verginità », G. Fiume et L. Scaraffia éd., no 75, 1990 ; « Maschile e femminile », R. Ago et A. Arru éd., no 79, 1992 ; « Fratello e sorella », A. Arru et S. Boesch Gajano éd., no 83, 1993 ; « Costruire la parentela », R. Ago, M. Palazzi et G. Pomata éd., no 86, 1994 ; « Diritti di proprietà », R. Ago éd., no 88, 1995 ; « Gestione dei patrimoni e diritti delle donne », A. Arru éd., no 98, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « Memoria, une revue féministe pionnière (1981-1993) », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 19 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8214

Haut de page

Auteur

Michelle Zancarini-Fournel

Université Claude-Bernard Lyon 1 • Professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Claude-Bernard Lyon 1 et membre de l’UMR LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes), Michelle Zancarini-Fournel a co-fondé CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, revue qu’elle a co-dirigé entre 1995 et 2010 et dont elle est actuellement membre du comité de rédaction. Elle a notamment publié Ne nous libérez pas, on s’en charge ! Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, La Découverte, 2020 (avec Bibia Pavard et Florence Rochefort) ; Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Zones, 2016 ; Luttes de femmes. 100 ans d’affiches féministes (avec Bibia Pavard), Paris, Les Échappés, 2013 ; Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008 et Histoire des femmes en France, XIXe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search