Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DossierQuand la trace écrite dessine le ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Quand la trace écrite dessine le parcours de l’autonomie : l’expérience de la revue Lapis

Dalla traccia scritta al tracciato dell’autonomia: l’esperienza della rivista «Lapis»
When the written record plots the path to autonomy: The experience of the magazine Lapis
Francesca Sensini

Résumés

La revue trimestrielle Lapis. Parcours de la réflexion féminine naît le 1er janvier 1987 à Milan et poursuit ses activités jusqu’en 1996, pour un total de 32 fascicules. Sa directrice a été Lea Melandri, philosophe, essayiste et activiste du Mouvement des femmes en Italie. Loin d’être un projet éditorial mené par un groupe défini et fixe de rédactrices, Lapis se veut, depuis sa fondation, un espace ouvert destiné à recueillir réflexions, témoignages et histoires du monde des femmes, à partir des expériences individuelles, au-delà de toute tentation symbolique et métaphysique. Dans notre contribution, nous nous pencherons sur la manière dont Lapis a poursuivi les pratiques les plus innovantes et potentiellement révolutionnaires du féminisme des années 1970, tout particulièrement l’analyse de sujets refoulés – tels le lien entre amour et violence, les dynamiques de la vie affective et sexuelle et les problèmes issus de la vision dualiste propre au patriarcat – qui infléchissent silencieusement le réseau des relations humaines tant dans le privé que dans le domaine public.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les numéros de la revue sont entièrement consultables en ligne sur le site de la Biblioteca delle (...)
  • 2 Traduite en italien par Maria Nadotti, avant-garde du féminisme intersectionnel, bell hooks (Glori (...)

1La revue trimestrielle Lapis. Percorsi della riflessione femminile naît le 1er janvier 1987 à Milan et poursuit ses activités jusqu’en 1996. Au fil des années la revue publie 32 fascicules1. Sa directrice est Lea Melandri, philosophe, essayiste et activiste du mouvement des femmes en Italie. Loin d’être un projet éditorial mené par un groupe fixe de rédactrices, depuis sa fondation Lapis aspire à devenir un espace ouvert susceptible de recueillir réflexions, témoignages et histoires du monde des femmes. La revue entretient aussi des contacts avec le mouvement féministe à l’étranger, surtout par l’intermédiaire de Maria Nadotti, journaliste, essayiste et traductrice. Nadotti fait connaître l’œuvre d’intellectuelles et d’artistes encore méconnues en Italie, telles les Américaines bell hooks2, Toni Morrison et Cindy Sherman et les Françaises Sophie Calle et Louise Bourgeois.

  • 3 La notion de différence sexuelle élaborée par Luisa Muraro est influencée par la réflexion de la p (...)
  • 4 La Librairie des femmes de Milan naît en 1975 à l’initiative d’un collectif de femmes, parmi lesqu (...)

2Lors de la fondation de la revue, la « pensée de la différence sexuelle » occupe une place importante au sein du mouvement féministe italien, eu égard en particulier à l’éclat de ses représentantes, telle Luisa Muraro et Adriana Cavarero3. En Italie, elle est représentée par le collectif de la Libreria delle donne de Milan4. Tout en perpétuant la vitalité du féminisme des années 1970 en Italie, aux yeux d’une partie des féministes italiennes ce courant philosophique délaisse des intuitions fondatrices de la décennie précédente, notamment les acquis issus de la pratique de l’auto-conscience et de l’intérêt pour l’inconscient, développé à partir des instruments mis à disposition par la psychanalyse. Ces expériences avaient amorcé le processus de libération d’une vision patriarcale du monde intériorisée par les femmes en favorisant l’émergence d’une individualité féminine effacée par le déterminisme biologique qui, pendant des siècles, avait réduit les femmes au statut de femmes de…, mères de… La « pensée de la différence sexuelle » considère encore comme primordial le problème lié à l’intériorisation de la part des femmes de leur subalternité ; néanmoins, elle mise sur une opération de déconstruction et de renversement axée sur le domaine du symbolique, à partir de la thèse du pouvoir des mères et, plus généralement, de la génération, considérée comme principe fondateur, délibérément écarté au sein de notre civilisation en faveur et en fonction de l’ordre patriarcal.

  • 5 L. Muraro, L’ordine simbolico della madre, 2e édition, Rome, Editori Riuniti, 2006, p. 56. L’essai (...)

3Au sein du Mouvement des femmes, cette thèse a soulevé – et soulève encore aujourd’hui – un certain nombre d’interrogations. D’une part, elle ne semble pas prendre de véritable distance vis-à-vis de la vision dominante, patriarcale du réel, foncièrement dualiste et oppositive : réalité vs symbole, nature vs culture, mères vs pères ; d’autre part, la poursuite de l’exploration du conflit entre l’expérience personnelle et l’expérience politique, à la recherche de liens susceptibles de redessiner les relations entre histoire personnelle et publique, entre la personne – la subjectivité comme expérience propre de l’individu et comme « corps qui pense », irréductible à la seule dimension sociale – et les institutions politiques et culturelles, perd sa prééminence, en vue d’autres objectifs considérés comme prioritaires. Tout particulièrement, les efforts se concentrent sur la célébration de la naissance d’une « généalogie de femmes » susceptible de se délester de la dépendance de la culture dominante des hommes et de s’imposer sur la scène de l’histoire grâce à une élaboration inédite de l’idée d’origine – la relation avec la mère, symbolique, non réelle – qui devient un principe métaphysique : « L’ancienne relation avec la mère nous donne un point de vue durable et vrai sur le réel ; vrai non selon la vérité-correspondance selon la vérité métaphysique (ou logique) qui ne sépare pas l’être de la pensée »5. Pour une partie du mouvement des femmes, la « pensée de la différence sexuelle » débouche ainsi sur un paradoxe, en proposant, de fait, une sorte de parallélisme avec l’ordre patriarcal : l’ordre symbolique des mères à la place du vieil ordre symbolique des pères. La revue Lapis propose une contre-réponse à ce parallélisme.

  • 6 Libreria delle donne (éd.), Non credere di avere diritti. La generazione della libertà femminile n (...)
  • 7 Ibid., p. 9 : « I fatti e le idee che comunemente vengono messi sotto il nome di femminismo, sono (...)

4Sous plusieurs aspects, l’année de la fondation de Lapis marque un tournant pour le mouvement féministe italien. En 1987, l’œuvre collective Non credere di avere dei diritti, issue de la Libraire des femmes de Milan paraît6. On y affirme l’ambition de déterrer le véritable sens – et ainsi le véritable nom – des faits et des idées qui ont eu lieu à Milan entre 1966 et 1987 et que l’on appelle « féminisme ». « Le nom » correspondrait à une véritable « généalogie » : selon le collectif d’autrices, le phénomène portant le nom de féminisme marquerait la naissance « d’une généalogie de femmes ; autrement dit, une mise au monde de femmes légitimées par la référence à leur origine féminine »7. Comme Luisa Muraro l’écrira plus tard dans son essai théorique, l’origine féminine est « l’ordre symbolique de la mère ». Il s’agit non seulement d’une interprétation, voire d’une refonte, du féminisme des années 1970, mais aussi d’un tournant radical dans le domaine linguistique : un retour à un langage philosophique, métaphysique, soutenu par une logique apodictique, c’est-à-dire par des affirmations qui n’ont pas besoin de s’appuyer sur l’expérience. La priorité de l’ordre symbolique de la mère – la dette de reconnaissance que chaque femme a envers sa mère (déduction faite des conflits et des ressentiments qui peuvent avoir marqué la relation, qui ne sont tout simplement pas pris en compte dans cette théorisation) – est présentée comme une vérité irréfutable, à partir d’une conception du symbolique qui fait abstraction des corps et de la vie psychique des individus.

5Cette renonciation à l’expérience concrète des corps et de la psyché a coïncidé pour une partie du Mouvement des femmes au retour, d’un côté, à l’idéalisme issu de la pensée platonicienne ; de l’autre, au déterminisme biologique et, par conséquent, à l’idée d’un féminin maternel, quoique repensée par le biais d’un renversement des parties en cause. L’analogie avec la vision masculine du monde – la séparation entre corps et pensée, les généalogies construites de mère en fille (plutôt que de père en fils) – posait un problème évident, dans la mesure où la nouvelle « sacralisation » du féminin des années 1980 entraînait la marginalisation, voire la mise sous silence, d’une pensée féministe qui, pendant les années 1970, n’avait eu de cesse d’interroger l’expérience concrète des individus.

  • 8 « Una geografia non una genealogia, paesaggi inquinati ma dove può nascere movimento e libertà » ; (...)
  • 9 Intellectuelle et femme politique italienne, cofondatrice du quotidien «il manifesto», Rossana Ros (...)

6Face à cette revanche du symbolique, la revue Lapis entame un chemin tout à fait opposé, comme l’affirme ouvertement la devise qui introduit ses numéros, opposant la « géographie » – description et représentation de la Terre et de ses phénomènes – à la « généalogie », discipline qui étudie l’origine de familles et de lignées : « Une géographie, non pas une généalogie, des paysages contaminés mais où peuvent naître le mouvement et la liberté »8. La revue refuse donc de se placer sur le terrain du féminisme en quête de hiérarchies et structures semblables à celles des partis de masse ou de l’Église. Bien au contraire, la revue vise à s’interroger sur les corps sexués qui « habitent » les femmes, pour reprendre l’expression utilisée par Rossana Rossanda dans l’un de ses articles destinés à Lapis9 :

  • 10 Ces sont les mots de Paola Redaelli dans sa préface a Lapis. Incubi di pace : « Lasciarci alle spa (...)

Laisser derrière nous les simplifications idéologiques, les restrictions imposées par le débat politique, la contribution riche mais spécialisée des chercheuses en études féminines de toutes les disciplines, dans le but de vérifier s’il était vrai que des femmes en apparence très différentes avaient encore ou pouvaient avoir en commun « des liens d’une parenté invisible » […]. Une parenté invisible reconnaissable non dans l’appartenance à une noble généalogie féminine, enracinée dans le mythe, ou bien dans la reconnaissance d’une différence qui impose comme une évidence un sujet féminin qui serait en compétition avec le sujet masculin sur son propre terrain ; mais dans le fait que chaque femme est, avec son corps concret, distinguée, marquée, étranglée dans une omniprésente vision dualiste mais fatalement partagée, qui lui impose de symboliser – et de penser – avec les autres la nature, la vie affective et la sexualité comme séparées et éloignées de la culture, de la civilisation et de l’histoire.10

  • 11 Marina Zancan parle « d’une opération massive d’expropriation et de redéfinition du patrimoine pro (...)

7Le positionnement critique de la revue ne concerne pas seulement la « pensée de la différence sexuelle », mais aussi la prolifération des « études de genre » dans les milieux universitaires. Lorsque le féminisme se répand en dehors de petits groupes et des collectifs citoyens pour intégrer les institutions officielles de la culture et de la politique, il court fatalement le risque d’une redéfinition susceptible d’en désamorcer l’élan révolutionnaire11. Une partie des féministes prennent en compte ce danger en essayant de le neutraliser autant que possible.

  • 12 Le colloque eut lieu les 6, 7 et 8 mars 1987 au Collegio San Carlo de Modène. Les enregistrements (...)

8Ce n’est pas un hasard si, en mars 1987, lors du colloque « Studi femministi in Italia » à Modène, Lea Melandri refuse de participer aux travaux12. Elle craint, en fait, la naissance d’une élite intellectuelle et universitaire destinée à s’approprier le legs culturel féministe pour en faire, tout simplement, une nouvelle branche d’études académiques, avec pour effet d’en désamorcer la portée révolutionnaire sur le plan politique et social. En effet, le besoin de reconnaissance et de définition d’une identité féminine forte, d’une culture, d’une langue et d’une tradition propres aux femmes, risque de s’entremêler de manière ambiguë avec la recherche de légitimation – et par conséquent l’acceptation implicite – de la tradition et de ses structures de pensée dominantes.

  • 13 Féministe italienne de premier plan, Raffaella Lamberti (Pesaro, 1938) est la fondatrice de l’asso (...)

9À l’occasion du colloque de Modène, deux orientations majeures se dessinent. La première propose une rencontre entre les champs disciplinaires traditionnels de l’université d’une part et les instruments et les voix extérieurs au milieu des institutions culturelles officielles d’autre part, et aspire à développer « des espaces d’autonomies et d’autogestion au sein des universités » et à « définir des paradigmes scientifiques différents ». C’est la position défendue par Raffaella Lamberti13. L’autre est consacrée à la fondation d’un sujet féminin fort désireux d’un ubi consistam, à savoir un point d’appui, un ancrage symbolique analogue à celui hérité de la tradition. C’est le projet porté par Luisa Muraro. Dans cette construction identitaire d’une différence féminine, le savoir découlant de l’attention au vécu personnel et au corps s’entremêle avec un essentialisme somme toute rassurant en raison de son statut de vérité absolue, définitivement établie, permettant d’emblée de sortir des « bancs de sable », pour ainsi dire, des pratiques de libération à proprement parler, par nature lentes et laborieuses.

  • 14 « aprire uno spazio di scrittura da cui tornare a interrogare l’esperienza delle donne e, dove è p (...)

10Face au danger d’une dévitalisation de l’expérience des femmes et d’une fermeture dans le huis clos de nouveaux spécialismes, la revue Lapis se propose, à partir de son premier éditorial, signé par Melandri elle-même, « d’ouvrir un espace d’écriture où interroger l’expérience des femmes et, quand c’est possible, dessiner les parcours par lesquels elles ont commencé à se placer de manière plus autonome par rapport à des modèles intériorisés, à des relations sociales, à des schémas interprétatifs donnés »14.

  • 15 Elvio Facchinelli parle expressément de « nexologie », du latin nexus, « lien ». Psychiatre, psych (...)
  • 16 L. Melandri, « Il colonialismo che non si vede », ilmanifestoinrete, 17 juillet 2021. En ligne : [(...)

11Aussi Lapis vise à poursuivre les expériences de terrain des années 1970 en approfondissant la recherche des « liens » – « nessi » est le terme exact que Melandri emploie dans ses réflexions15 – entre politique et vie privée, entre la connaissance de soi et les « cent ordres du discours »16 que nous avons intériorisés. L’instrument est le « lapis », le crayon, qui permet de dessiner et d’écrire. Le but est d’aiguiser une auto-conscience capable tant d’interroger les savoirs et les pouvoirs de la vie publique que de sonder sans crainte les relations hommes-femmes dans leurs aspects contradictoires et dans leur complexité.

  • 17 Cette expérience, qui a duré dix ans, est devenue un film, Scuola senza fine, réalisé par Adriana (...)

12Cette continuité avec les années 1970 est assurée aussi par la participation des protagonistes des expériences du féminisme à Milan, ville d’adoption de Lea Melandri : les ménagères du quartier Affori, qui, en 1976, avaient suivi des cours de 150 heures pour obtenir le diplôme de l’école secondaire et qui, par la suite, ont fondé la Coopérative Gervasia Broxon17 ; ou encore les femmes qui avaient intégré les groupes « Sexualité et symbolique » et « Sexualité et écriture » sous la coordination de Melandri elle-même en 1977. Ces groupes mettaient l’écriture au centre des pratiques d’auto-conscience, afin d’identifier une langue nouvelle, capable d’exprimer la mémoire des corps, de la vie intime et, dans le même temps, de dialoguer avec les langages sociaux. En effet, la parole prononcée et la trace écrite de soi pouvaient amener, tel un chemin inédit gravé au « lapis », vers une authenticité et une autonomie inconnue. Le succès de ces expériences en avait témoigné.

  • 18 « sconvolgere, nella scrittura delle donne, i modi di pensare e di esprimersi acquisiti senza che (...)
  • 19 « è quasi sempre la scrittura a rompere la rigidità degli schemi dualistici, a mostrare connession (...)

13Dans le sillage de ces expérimentations pionnières, Lapis aspire à « bousculer, dans l’écriture des femmes, les façons de penser et de s’exprimer acquises sans liberté de choix ; retrouver l’origine et l’émergence de la parole écrite au sein de l’histoire du corps, apprendre à lire sans pitié, dans nos propres productions écrites, l’écriture de l’inconscient, les signes multiples de la violence que nous avons subie »18. La trace écrite de soi-même indique les chemins, « i percorsi » – le tracé matériel à suivre – vers l’autonomie tant dans le domaine privé que dans le domaine public, les deux étant considérés comme indissociables et entremêlés. Par ailleurs, Lea Melandri n’a de cesse de le dire : « c’est presque toujours l’écriture qui rompt la rigidité des schémas dualistes, qui dévoile les connexions en dehors de la complémentarité, qui s’offre comme lieu d’un espace possible d’autonomie vis-à-vis des modèles hérités ». Et Paola Redaelli de le confirmer en soulignant « le profond silence que le vacarme du langage produit chez qui est conscient d’être ce que le langage, dans l’instant même où il le nomme, refoule »19.

14Aussi l’écriture est-elle l’un des thèmes primordiaux que Lapis approfondit. Pour des raisons d’espace, dans l’impossibilité de rendre compte de tous les sujets abordés par la revue, je vais porter mon attention sur des articles particulièrement significatifs axés sur l’expression féminine par l’écriture et, plus généralement, les arts.

  • 20 Lapis, no 31, 1996, p. 54-57. Voir aussi Ibid., p. 33-36.

15Dans « Lettere e diari. Cellula prima della scrittura » de 1996, Marisa Bulgheroni se penche sur les journaux intimes et les lettres, réinventés par les femmes au XIXe siècle, et sur leur caractère secret et d’une certaine façon dangereux, tel un produit de contrebande : la société n’octroyant pas aux femmes – filles, mères, épouses – la possibilité de déroger aux rôles qui leur sont imposés, elles trouvent un espace alternatif au quotidien dans une lettre ou dans les pages d’un journal, où elles peuvent se mettre en scène elles-mêmes, creusant leur identité par la parole. « Le dépaysement du quotidien trouve dans la dislocation sur une feuille de papier une patrie, dans les instruments d’écriture, une énergie vitale »20. Dans ce genre d’écriture sans public (hormis le je et éventuellement le tu de la lettre) et sans un statut littéraire à proprement parler, les femmes peuvent s’approprier leur propre langue en puisant dans la langue commune et en exprimant une réalité qui les nie. Ainsi Bulgheroni finit-elle par affirmer que la « discipline de la clandestinité », propre aux écrivaines du XIXe et XXe siècle qui noircissaient des milliers de pages de lettres et de journaux intimes, en partie liée à la grande poésie (elle cite Amelia Rosselli et Emily Dickinson en particulier) : le monologue privé ressemble, en fait, au « monologue » de la langue de la poésie qui, en réfléchissant sur elle-même, cherche à sortir de soi afin de révéler sa vérité au monde.

  • 21 Lapis, no 8, 1990, p. 49-55.

16Lapis ne manque pas d’aborder également les difficultés que les femmes rencontrent dans leur parcours à la recherche d’une identité par le biais de l’écriture et, plus en général, des arts. Dans un article intitulé « Una soglia sul mistero », Rossana Rossanda met en évidence le premier obstacle que les femmes doivent franchir pour parvenir à se voir et à se concevoir de manière autonome : il s’agit du poids de leur image « forcée », l’expérience de « se voir vues » par le regard masculin, qui se veut et se dit, dans le discours commun, neutre, universel, allié à « la charge symbolique de la maternité »21, telles deux invisibles mais lourdes cuirasses à traîner sur son dos. On peut passer une vie entière enchevêtrée dans cet entrelacs d’images reçues, centrée sur la séduction, d’une part, et la maternité, de l’autre. Séduction et maternité, en fait, identifient et définissent « par nature » les femmes selon la vision patriarcale du monde. De plus, ces deux fonctions leur assurent un rôle, une valeur, même un pouvoir, en s’avérant puissamment fascinantes, du moins sur un plan théorique. Moyennant ces prérogatives, en effet, les femmes peuvent savoir ce qu’elles sont et ce qu’elles valent aux yeux du monde des hommes. C’est facile de tomber dans le piège. Il s’agit, après tout, d’une monnaie d’échange destinée à compenser leur subalternité et susceptible, dans le même temps, de leur épargner le chemin tortueux à la recherche de la conscience de soi.

  • 22 Lapis, no 31, 1996, p. 65.
  • 23 « Dando spudoratamente voce all’indisciplinata politica del cuore e ai contradditori pendolarismi (...)

17Dans l’article « Frida Kahlo o della finzione narcisistica », Maria Nadotti analyse le cas de l’artiste mexicaine Frida Kahlo, devenue une icône pop internationale à partir des années 1970, qui a trouvé sa propre manière d’exprimer « ce que rarement l’on dit », à savoir tout ce qui a trait au domaine du corps, de la sexualité, de l’affectivité, sur lesquels on a collé l’étiquette de « non dicible, non exprimable, non représentable »22. Kahlo s’est attelée à chercher un langage visuel capable de représenter le corps féminin – notamment son propre corps – observé, vu et pensé de l’intérieur et de l’extérieur à la fois ; de cette façon le sujet qui habite le corps et qui le connaît par l’expérience et le sujet qui se regarde au miroir œuvrent ensemble en vue de leur représentation artistique. La peintre devient ainsi sujet et objet de sa propre expression, où le corps – son corps – essaie de sortir de son silence ainsi que de son obscénité, pour ainsi dire : tout ce qui concerne les vicissitudes biologiques, considérées comme inférieures, voire repoussantes et honteuses, sort du terrain médical, pathologique, pour se faire représentation universelle. Pour remplir le rôle de narratrice de sa propre vie, Kahlo, nous explique Nadotti, a recours à deux stratégies opposées : une exhibition extrême alliée à un extrême déguisement. Elle se regarde et se montre dans l’acte même de se regarder – inutile de préciser que Kahlo est la protagoniste absolue de toutes ses œuvres, son visage et son corps étant omniprésents – dans le but de dévoiler ce qui se cache derrière les masques de la féminité – la séduction de la beauté, la maternité, la pureté, le mystère – où les hommes cherchent leur refuge lorsqu’ils quittent la scène publique. De cette manière, le domaine du féminin est complètement dépouillé de son côté rassurant pour devenir un espace où l’artiste peut exprimer sa douleur de ne pas correspondre aux attentes du monde des hommes et, à la fois, être apaisée en regagnant le contrôle sur son corps (un corps éprouvé par la souffrance physique et stérile) et sur son image. L’œuvre de Kahlo, exhibant sans médiation les sentiments et les sensations de son autrice, nous « oblige » à nous mettre dans sa peau. C’est pour cette raison même que les tableaux de l’artiste peuvent être considérés comme irregardables : ils nous mettent au défi de rentrer dans le corps de Kahlo (et de prendre contact avec le nôtre). Ce n’est pas un hasard si Kahlo se dédouble souvent dans ses œuvres : les couples de femmes portant son visage nous parlent de la difficulté – de l’impossibilité même – de parvenir à une identité unitaire, non contradictoire, le destin de l’artiste (et des femmes) étant marqué du sceau d’une trahison originaire, celle qui a repoussé les femmes en dehors de l’humain, identifié avec le neutre masculin, dans le domaine mystérieux et violent de la biologie, des corps sans pensées, de la nature brute, de matière passive. Ainsi, comme Nadotti le met en évidence, tout en n’étant pas une héroïne féministe, Frida Kahlo s’impose comme un type féminin exemplaire par sa conscience d’elle-même et sa lucidité : « en exprimant sans pudeur la politique rebelle du cœur et les contradictoires migrations pendulaires du sentiment, elle a affirmé en avance de quelques décennies le caractère absolument incontournable du privé »23.

18Quel type « d’espace d’écriture » a représenté Lapis pour la « réflexion féminine » qui voulait marquer sa distance tant vis-à-vis de la presse d’usage strictement politique que des savoirs spécialistes de l’université ? C’est aussi la question que la rédaction de la revue se pose lorsqu’elle se transforme en public de lectrices en vue de l’édition de l’anthologie Lapis. Sezione aurea di una rivista.

  • 24 Ibid., p. 10.

19Pour utiliser les métaphores géographiques chères à la revue, en polémique avec les abstraites généalogies féminines de l’ordre symbolique de la mère, Lapis a été une véritable terra incognita sillonnée par de sinueux parcours d’encre. Le dépaysement, dû au refus des structures hiérarchiques et symboliques de la pensée de la différence sexuelle, a assuré à la réflexion menée dans les pages de Lapis la pleine vitalité de ses doutes, si j’ose dire, ainsi que celle d’une recherche inépuisable focalisée sur l’expérience individuelle, notamment sur les sujets refoulés et confinés au domaine du privé : le corps, le sexe, l’amour, les relations familiales, l’enfance. En fait, la possibilité de réfléchir sur deux fronts – en puisant dans la mémoire profonde de soi-même, dans le langage intime de sa propre enfance et, à la fois, dans les codes linguistiques de la vie sociale, du travail, des institutions politiques et culturelles – a permis à la revue d’entretenir un « bilinguisme salvateur »24.

20Ainsi Lapis avance-t-elle en zigzag entre ces deux pôles, afin de retracer une histoire de l’espèce humaine à partir des relations entre les sexes, ainsi que de déconstruire et réinterpréter, à partir de ces nouveaux acquis, l’histoire héritée de la tradition. En effet, pour que les femmes parviennent à définir un champ de recherche qui leur assure une autonomie majeure, elles se doivent d’opérer un double éloignement : de la perception réductrice du vécu individuel, comme d’un champ inférieur de réflexion, d’une part ; des langages de la culture, des méthodologies du savoir issu des hommes, d’autre part. Si l’on veut ressembler à soi-même, il faut travailler à sortir de la dialectique dangereuse qui a opposé biologie et histoire, individu et société, en repoussant les femmes en dehors de la pólis pour les confiner au domaine de la nature et du corps. Dans ce but, il est nécessaire d’opérer une refonte de l’histoire de notre espèce, qui a trait aux volets les plus profonds – naissance, amour, sexualité – des relations entre les sexes. Cette refonte portera un nouvel éclairage sur notre histoire sociale.

  • 25 Dans le cadre de ce que Lea Melandri définit comme « écritures d’expérience », la fracture corps-e (...)
  • 26 The care collective, Manifesto della cura. Per una politica dell’interdipendenza, Rome, Edizioni A (...)

21Lapis insiste sur l’importance de l’auto-conscience et de l’écriture dans ce processus25. Dévoilée par la mémoire sédimentée dans le corps et dans les rêves, l’émergence de notre histoire intime nous oblige de facto à repenser l’histoire sociale. Elle est irréductible à l’histoire sociale, tout comme chaque individu, avec sa propre expérience de vie, est irréductible au rôle abstrait de citoyen.ne. La déconstruction de notre « préhistoire » personnelle s’impose en vue de la fondation d’une communauté capable de reconnaître les « liens » entre les êtres humains – leurs luttes, leurs désirs – pour prendre « soin » de ses membres – une communauté « della cura »26 – pour assurer leur épanouissement.

Haut de page

Notes

1 Les numéros de la revue sont entièrement consultables en ligne sur le site de la Biblioteca delle donne de Bologne, l’un de centre de documentation les plus importants en Europe : bibliotecadelledonne.women.it/rivista/lapis/#fascicoli. Je renvoie aussi à l’anthologie d’articles Lapis. Sezione aurea di una rivista 1987-1997, Rome, Manifestolibri, 1998 et au recueil d’articles, signés par les anciennes rédactrices de la revue, Lapis. Incubi di pace, Rome, Manifestolibri, 2000, aspirant à poursuivre les réflexions de Lapis quelques années après le dernier numéro de la revue. Les contributions se focalisent tout particulièrement sur la représentation et les images, notamment de la guerre, de l’État-nation, des sexes, du genre dans la littérature, les arts et les médias. Je remercie beaucoup Simona Bonsignori de la maison d’édition Manifestolibri pour son aide. Un remerciement spécial à Lea Melandri pour la vitalité inépuisable de sa pensée et de son exemple.

2 Traduite en italien par Maria Nadotti, avant-garde du féminisme intersectionnel, bell hooks (Gloria Jean Watkins) est décedée le 16 décembre 2021 à l’âge de 69 ans. Au lien suivant on peut trouver l’interview accordée par bell hooks à Nadotti en 1998 à Florence : https://m.youtube.com/watch?v=VqPTsCHmnsE&fbclid=IwAR30o9ke4BA3a0077w_5IYiedYwZWNUCf60qJot2XXk7ViCAVTZavtFS8ww

3 La notion de différence sexuelle élaborée par Luisa Muraro est influencée par la réflexion de la philosophe et psychanalyste lacanienne belge Luce Irigaray, ainsi que de celle d’Antoinette Fouque, elle aussi psychanalyste et femme politique française, fondatrice des éditions Des Femmes en 1973. Pour un approfondissement, je renvoie aux œuvres de Muraro, tout particulièrement Tre lezioni sulla differenza sessuale e altri scritti, Naples, Orthotes editrice, 2011, mais aussi à l’essai du collectif de l’université de Vérone, Diotima. Il pensiero della differenza sessuale, Milan, La Tartaruga, 2003 et à Susy Zanardo et Riccardo Fanciullacci (éd.), Donne e uomini. Il significare della differenza, Milan, Vita e pensiero, 2010. Pour un point de vue critique de la pensée de la différence, incontournable est la réflexion de Lea Melandri, en particulier dans l’essai Amore e violenza, Turin, Bollati Boringhieri, 2011. Voir aussi Benedetta Selene Zorzi, Al di là del «genio femminile». Donne e genere nella storia della teologia cristiana, Rome, Carocci, 2014.

4 La Librairie des femmes de Milan naît en 1975 à l’initiative d’un collectif de femmes, parmi lesquelles Luisa Muraro et Lia Cigarini. Expression du féminisme dit de la « deuxième vague », focalisé non plus et non seulement sur l’extension des droits politiques et civils, mais sur une critique plus radicale de la société, des institutions politiques et culturelles ainsi que des structures symboliques, tel que le sexisme, qui les ont façonnés et qui continuent de les diriger, la Librairie des femmes de Milan poursuit ses activités au 29, rue Pietro Calvi 29 à Milan (son siège historique était au 2 de la rue Dogana). Son site officiel : www.libreriadelledonne.it

5 L. Muraro, L’ordine simbolico della madre, 2e édition, Rome, Editori Riuniti, 2006, p. 56. L’essai a été traduit en français par Francesca Solari et Roland Cornaz : L’ordre symbolique de la mère, Paris, L’Harmattan, 2003. Voir le compte rendu de Amélie Maugère, « Luisa Muraro, L’ordre symbolique de la mère, Paris, L’Harmattan, 2003, 162 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, no 21, 2005. En ligne : [https://journals.openedition.org/clio/1485] (consulté le 10 novembre 2021).

6 Libreria delle donne (éd.), Non credere di avere diritti. La generazione della libertà femminile nell’idea e nelle vicende di un gruppo di donne, Milan, Rosenberg & Sellier, 1987.

7 Ibid., p. 9 : « I fatti e le idee che comunemente vengono messi sotto il nome di femminismo, sono in realtà da considerarsi come la nascita di una genealogia di donne, ossia un venire al mondo di donne legittimate dal riferimento alla loro origine femminile ».

8 « Una geografia non una genealogia, paesaggi inquinati ma dove può nascere movimento e libertà » ; voir https://archiviodilea.wordpress.com/2016/10/28/il-femminismo-la-sua-storia/ (consulté le 25 mars 2022).

9 Intellectuelle et femme politique italienne, cofondatrice du quotidien «il manifesto», Rossana Rossanda (1924-2020) a publié dans Lapis plusieurs articles : « Autodifesa di un io politico », « Un ussaro di nome Speranza », « Théroigne de Méricourt : né popolana né signora », « Il profondo e la storia », « Una soglia sul mistero », « Lanterne rosse » et « Questo corpo che mi abita ». « Questo corpo che mi abita » est aussi le titre du recueil de ces mêmes contributions : Rossana Rossanda, Questo corpo che mi abita, Lea Melandri éd., Turin, Bollati Boringhieri, 2018.

10 Ces sont les mots de Paola Redaelli dans sa préface a Lapis. Incubi di pace : « Lasciarci alle spalle le semplificazioni ideologiche, le restrizioni imposte dal dibattito politico, il contributo ricco ma specialistico delle studiose di questioni femminili in ogni campo; con l’obiettivo di verificare se mai rimanesse vero che donne apparentemente diversissime ancora avevano, o potevano avere, in comune, “fili di una parentela invisibile”. […] Una parentela invisibile ravvisabile certamente non nell’appartenenza a una nobilitante genealogia femminile radicata nel mito o nel riconoscimento di una differenza che spaccia per dato un soggetto femminile in tenzone con quello maschile sul suo stesso terreno, quanto piuttosto nell’essere ciascuna donna, col suo corpo concreto, segnata, marchiata, stretta in una visione dualistica pervasiva ma ineluttabilmente condivisa, che la delega a simboleggiare con le altre – e a pensare – la natura, la vita affettiva e la sessualità separate e lontane dalla cultura, dalla civiltà e dalla storia » (Lapis. Incubi di pace, op. cit., p. 7).

11 Marina Zancan parle « d’une opération massive d’expropriation et de redéfinition du patrimoine produit par les femmes de la part des milieux institutionnels de la politique et de la culture » (« Un’operazione massiccia di esproprio e ridefinizione del patrimonio prodotto dalle donne, da parte di ambiti istituzionali della politica e della cultura »). En ligne : [www.universitadelledonne.it/lea-bicocca.htm] (consulté le 25 mars 2022).

12 Le colloque eut lieu les 6, 7 et 8 mars 1987 au Collegio San Carlo de Modène. Les enregistrements audios des deuxièmes et troisièmes journées sont disponibles sur le portail archIVI de la ville de Bologne : www.cittadegliarchivi.it. Voir aussi F. Lussana, Il movimento femminista in Italia. Esperienze, storie, memorie, Rome, Carocci, 2012.

13 Féministe italienne de premier plan, Raffaella Lamberti (Pesaro, 1938) est la fondatrice de l’association Orlando de Bologne, ainsi que du Centre de documentation, recherche et innovation des femmes de Bologne : www.orlando.women.it

14 « aprire uno spazio di scrittura da cui tornare a interrogare l’esperienza delle donne e, dove è possibile, delineare i percorsi attraverso i quali esse hanno cominciato a porsi in modo più autonomo rispetto a modelli interiorizzati, relazioni sociali, schemi interpretativi storicamente dati » (« Editoriale », Lapis, no 1, novembre 1987).

15 Elvio Facchinelli parle expressément de « nexologie », du latin nexus, « lien ». Psychiatre, psychanalyste et pédagogue, promoteur d’initiatives centrées sur la notion de « pédagogie anti-autoritaire », Facchinelli fonde avec Melandri la revue L’Erba voglio (1971-1977). Je renvoie en particulier à E. Facchinelli, Il bambino dalle uova d’oro. Brevi scritti con testi di Freud, Reich, Benjamin e Rose Thé, Milan, Feltrinelli, 1974.

16 L. Melandri, « Il colonialismo che non si vede », ilmanifestoinrete, 17 juillet 2021. En ligne : [www.ilmanifestoinrete.it/2021/07/17/il-colonialismo-che-non-si-vede/] (consulté le 25 mars 2022).

17 Cette expérience, qui a duré dix ans, est devenue un film, Scuola senza fine, réalisé par Adriana Monti et produit en 1983. « La pratica dell’inconscio nel quartiere di Affori » est aussi un chapitre du livre de G. Bruno et M. Nadotti (éd.), Off-Screen: Women & film in Italy, Londres, New York, Routledge, 1988. Voir www.universitadelledonne.it/scuola%20senza%20fine.htm

18 « sconvolgere, nella scrittura delle donne, i modi di pensare e di esprimersi acquisiti senza che si avesse la libertà di scegliere, rintracciare l'origine e il farsi della parola scritta dentro la storia del corpo, imparare a leggere impietosamente, dentro i nostri scritti, la scrittura dell'inconscio, i molteplici segni della violenza subita » ; (L. Melandri, « Enfatici e corrucciati », dans « A Zig Zag » [numéro spécial], Lapis, 1977, p. 28-31).

19 « è quasi sempre la scrittura a rompere la rigidità degli schemi dualistici, a mostrare connessioni fuori dalla complementarietà, ad offrirsi come luogo di un’autonomia possibile da modelli ricevuti »; « il silenzio prodotto dal fragore del linguaggio in chi la consapevolezza di essere ciò che il linguaggio nominando rimuove » ; Lapis, ibid., p. 10 ; 15.

20 Lapis, no 31, 1996, p. 54-57. Voir aussi Ibid., p. 33-36.

21 Lapis, no 8, 1990, p. 49-55.

22 Lapis, no 31, 1996, p. 65.

23 « Dando spudoratamente voce all’indisciplinata politica del cuore e ai contradditori pendolarismi del sentimento, ha affermato con alcuni decenni d’anticipo l’assoluta ineludibilità del privato » (ibid., p. 237).

24 Ibid., p. 10.

25 Dans le cadre de ce que Lea Melandri définit comme « écritures d’expérience », la fracture corps-esprit fait surface, tout comme le besoin de la dépasser et de recomposer cette séparation douloureuse : « Il femminismo degli anni 70, la pratica collettiva del ‘narrarsi’, è come se avessero frantumato lo specchio in cui qualcuna aveva sperato di vedersi a tutto tondo. Per la costruzione di un sé più autonomo da modelli interiorizzati era necessario lo sguardo di altre donne, la disponibilità a interrogare la trama profonda del proprio essere, a riconoscere i molti volti e voci che ci abitano » ; L. Melandri, Alfabeto d’origine, Vicence, Neri Pozza, 2017, p. 27.

26 The care collective, Manifesto della cura. Per una politica dell’interdipendenza, Rome, Edizioni Alegre, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Sensini, « Quand la trace écrite dessine le parcours de l’autonomie : l’expérience de la revue Lapis », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 20 juillet 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8269

Haut de page

Auteur

Francesca Sensini

Université Côte d’Azur • Francesca Sensini est maîtresse de conférences en études italiennes à l’université Côte d’Azur de Nice, membre du laboratoire de recherche CMMC (Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine) et de l’équipe ExFem (projet IDEX « Cent ans d’expressions féminines 1918-1968-2018 ») de la même université. Comparatiste de formation, elle consacre principalement ses recherches aux réécritures et à l’herméneutique de l’Antiquité classique entre le XVIIIe et le XXe siècle en Europe ainsi qu’aux représentations littéraires et culturelles liées au genre. Parmi ses récentes publications : Pascoli maledetto (Il Nuovo Melangolo, 2020) ; La lingua degli dei. L’amore per il greco antico e moderno (Il Nuovo Melangolo, 2021) ; M. Ferro, Le romantiche, F. Sensini éd. (Succedeoggi, 2021) ; Non c’è cosa più dolce. Giovanni Pascoli ed Emma Corcos, lettere (Il Nuovo Melangolo, 2022).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search