Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier« Io sono mia ! » D’Aspirina à Er...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

« Io sono mia ! » D’Aspirina à Erbacce, la généalogie d’une revue humoristique éco-féministe

«Io sono mia!» Da Aspirina a Erbacce, la genealogia di una rivista umoristica eco-femminista
Io sono mia!” From Aspirina to Erbacce, the genealogy of a humorous eco-feminist journal
Francesca Maffioli

Résumés

L’article a pour objectif de rendre visibles les transformations d’une revue féministe historique italienne : Aspirina, aujourd’hui Erbacce. L’article est construit sur deux axes d’analyse : le premier vise à raconter le parcours qui a conduit à la naissance d’Aspirina en 1987, au sein de l’historique « Libreria delle Donne di Milano ». Le deuxième prend comme exemple trois rubriques de la revue pour expliquer la nouvelle approche éco-féministe d’Erbacce. Après 26 ans de publication en version papier, la revue arrive en ligne en 2013 jusqu’en 2018, l’année qui marque le début de la transformation d’Aspirina en Erbacce. Dans cette même période de polémique avec Aspirina, le groupe Bayer était en train de conclure la fusion avec Monsanto. En résistance et en réponse à la fusion d’une société pharmaceutique avec un producteur multinational de pesticides et de semences OGM, Aspirina prendra le nom d’Erbacce. Forme di vita resistenti ai diserbanti (« Mauvaises herbes. Formes de vie résistantes aux herbicides »). Les intérêts de la revue basculent vers les thèmes de l’éco-féminisme. La résistance d’Erbacce, avant même de devenir une nécessité liée à l’affirmation, devient nécessaire à sa survie. Erbacce est ouverte aux relations entre humains, plantes et animaux – le Vivant – selon une perspective des relations qui implique nécessairement l’autre en tant qu’autre espèce.

Haut de page

Texte intégral

L’extinction est la seule façon dont le patriarcat traite les choses vivantes et libres.
(Vandana Shiva)

Image 1. Illustration de Pat Carra dans « L’aspirina che va di traverso à Bayer », Erbacce, 11 mars 2019

Image 1. Illustration de Pat Carra dans « L’aspirina che va di traverso à Bayer », Erbacce, 11 mars 2019

(« Je suis à moi ! »)

www.erbacce.org

1Le 8 mars 2022, lors de l’inauguration du Salon de l’édition féministe « Feminism 2 », à la Maison internationale des femmes à Rome, Vandana Shiva, activiste et écologiste indienne et présidente de Navdanya International, a prononcé les mots que j’ai choisi d’apposer en ouverture de cet article.

  • 1 Bayer contro Aspirina. L’umorismo che resiste ai diserbanti, Redazione d’Erbacce éd., Rome, Derive (...)

2Ces mots sont aussi le titre de l’un des chapitres du livre Bayer contro Aspirina. L’umorismo che resiste ai diserbanti1, signé par la rédaction d’Aspirina – à présent Erbacce. Ce livre, qui a été publié en 2020 par la maison d’édition romaine DeriveApprodi, contient les lignes d’une lutte satirique et créative contre « l’extinction d’une revue », qui a conduit à la naissance du projet éco-humoristique et féministe d’Erbacce.

  • 2 La rédaction d’Aspirina, comme on le verra dans l’article, en lien avec les attaques de la multina (...)

3Avant de commencer à aborder cette histoire, j’ai choisi de traduire une page du livre qui contient la déclaration explicite de la transition de la revue2 à laquelle je collabore en tant qu’autrice avec Laura Marzi pour la rubrique « Le sofistiche » depuis 2015.

  • 3 « Lorsque la revue a été attaquée, en novembre 2017, par le colosse pharmaceutique Bayer, au milie (...)

Quando «Aspirina la rivista» è stata attaccata, nel novembre 2017, dal colosso farmaceutico Bayer, tra tumulti, rabbia e risate ci siamo chieste: e ora la rivista dove la mettiamo? Come possiamo salvarla e renderla rintracciabile, se il sito non si chiamerà più come prima? Fin dal primo momento sapevamo che non avremmo mai permesso che il nostro lavoro, insieme a quello di tante autrici e autori, lungo trent’anni, fosse cancellato da un’entità inquietante, che richiamava storie di brevetti sull’eroina, esperimenti nazisti e di recente la fusione con la multinazionale dei pesticidi Monsanto. Per qualche tempo abbiamo immaginato di far apparire la rivista in ogni dove, magari sul sito della pillola Bayer, cosicché i raffreddati naviganti del web potessero virare dall’acido acetisalicilico all’ironia acetilsatirica. Abbiamo sognato di essere infestanti come le erbacce che ogni mattina ricrescono più forti, come i pop up che più ne chiudi e più ne apri. Siamo certe che un giorno i palazzi di Bayer, le sue poltrone e le sue arroganze, saranno rovine infestate da erbacce.3

  • 4 Pour plus de détails voici la page à laquelle vous vous pouvez vous référer : https://www.erbaccel (...)
  • 5 C’est un des pseudonymes de Margherita Giacobino, l’une des rédactrices historiques d’Aspirina.
  • 6 « La martyre Aspirina, du statut de comprimé devient supprimée, elle est canonisée et pétille dans (...)

4En effet, à partir de 2018, tous les numéros et les matériaux d’Aspirina, du 2013 au 2018, peuvent être heureusement trouvés sur le web, précisément dans une archive web4. L’évolution transformatrice qui a conduit à la naissance des « mauvaises herbes », Erbacce, vient de la poudre blanche de la « Santa Aspirina Soppressa ». « La martire Aspirina », selon les mots de Cicuta5, « da compressa diventa soppressa, viene canonizzata ed effervesce nei cieli della satira »6.

  • 7 Il s’agit de l’entretien avec Loretta Borrelli, Piera Bosotti et Pat Carra (rédactrices d’Aspirina(...)

5L’histoire de la revue féministe satirique Aspirina – une généalogie enracinée dans l’univers de la pensée féministe italienne – recouvre trois décennies. Aspirina raconte, dans son histoire et dans les vicissitudes de sa nomination, une part généalogique de la pensée des femmes, notamment italienne. Le premier sous-titre « Revue pour femmes de sexe féminin » place le choix de l’écrivaine Bibi Tomasi (qui est la créatrice du nom de la revue) dans le contexte de la pensée de la différence sexuelle italienne – cette pensée de la différence qui avait inspiré le mouvement féministe de la deuxième vague depuis le tout début. Il s’agissait de donner la parole aux « […] femmes qui ne veulent pas ressembler aux hommes, des femmes qui marquent la différence sexuelle contre les politiques d’égalité des chances et le féminisme d’État »7.

6Il s’agissait aussi de remettre en cause un certain académisme ancré dans la pensée : et pour cela quoi de mieux qu’une revue satirique ?

7La revue est alors née comme une réaction qui transforme l’impatience et l’insatisfaction en satire, mais aussi comme un changement de cap d’un langage qui semblait incapable de nommer les multitudes de la réalité :

  • 8 « Certaines d’entre nous, à la Libreria delle donne di Milano, étaient allergiques au langage poli (...)

Alcune di noi, alla Libreria delle donne di Milano, erano insofferenti al linguaggio politico del movimento, non ci bastava per nominare quello che stava succedendo.
Non volevamo collaborare a ponderosi saggi, anche se ne leggevamo tanti, o forse proprio per questo: in quegli anni cresceva la produzione teorica della differenza sessuale, da Irigaray a Fouque, e nel 1983 all’Università di Verona era nata la comunità filosofica Diotima, che «Aspirina» ribattezzò Diotimanda. Stava crescendo una sorta di accademia femminista che faceva lievitare in misura direttamente proporzionale il nostro senso dell’umorismo. Sentivamo il desiderio di un linguaggio diverso per ridere di noi e di tutto.8

8Loretta Borrelli, Piera Bosotti, Pat Carra situent la naissance de la revue dans un contexte de réaction à l’académisme féministe italien, mais surtout contre le conservatisme de la contre-offensive masculine des années 1980 :

  • 9 « Le féminisme occidental a lutté et ce furent des années de forte expansion et d’enracinement. Le (...)

Il femminismo occidentale ha lottato e quelli sono stati anni di forte espansione e radicamento. Gli anni Ottanta hanno diviso i destini di chi stava nei gruppi extraparlamentari e viveva radicalità politiche estreme (i compagni di strada di molte di noi nei 20 anni precedenti), e dall’altra parte il femminismo. Per i primi la parabola era in discesa, crollavano le lotte operaie e cominciava la delocalizzazione, per le femministe è stata un’epoca fondamentale. Noi non vivevamo la Milano da bere, ma una città aperta a tanti scambi e conflitti, a una libertà femminile in ferment.9

9Piera Bosotti et Pat Carra faisaient partie de la rédaction initiale, qui comprenait des femmes et des féministes d’horizons différents : la susmentionnée Bibi Tomasi ainsi que Pat Carra, Piera Bosotti, Fiorella Cagnoni, Sylvie Coyaud, Ketty Frost, Margherita Giacobino, Giuliana Maldini et Isia Osuchovska. La conception graphique de la revue, alors encore uniquement sur papier, a été confiée à Stefania Guidastri. La revue est née sur papier et a été publiée par la Libreria delle donne de Milan, ouverte depuis 1975, par des femmes valorisant la différence sexuelle contre les politiques d’égalité des chances et le féminisme d’État. Le tirage était de 1 500 exemplaires, diffusés par abonnement et distribués en librairie. Après dix numéros, le groupe Aspirina est passé au mensuel Noi donne avec des numéros spéciaux et au fascicule SottoSotto jusqu’en 1992. L’équipe de rédaction était variée, certaines avaient déjà une expérience dans l’édition et le journalisme, la bande dessinée et l’écriture, d’autres non, mais toutes avaient l’envie de se mettre à l’épreuve ensemble. Le travail éditorial et créatif était entièrement bénévole, la vente de la revue couvrait les frais d’impression.

L’année 2013 : le passage au numérique

Image 2. Image de couverture conçue par Elena Leoni

Image 2. Image de couverture conçue par Elena Leoni

(« Aspirina. Revue acétylsatirique »)

www.erbacce.org

10Après 26 ans de publication version papier, la revue arrive en ligne en 2013, date qui marque le début de la transformation d’Aspirina – transformation qui a continué jusqu’en 2019. En 2013, Aspirina acquiert le sous-titre Rivista acetilsatirica (revue acétylsatirique). Le groupe de rédaction se développe avec la participation de Loretta Borrelli, Anna Ciammitti, Manuela De Falco, Elena Leoni et Livia Lepetit. Interrogées sur la transition vers un nouveau support, Loretta Borrelli, Piera Bosotti et Pat Carra expliquent :

  • 10 « Le format en ligne nous a permis d’étoffer le contenu de la revue, en ajoutant des vidéos, des a (...)

Il formato online ci ha permesso di ampliare i contenuti della rivista, aggiungendo video, animazioni, a volte test interattivi.
Nel passaggio all’online è stato importante il confronto tra noi, soprattutto perché siamo riuscite a svincolare il progetto dal normale utilizzo di sistemi già esistenti. Questo è quello che si fa di solito nell’informatica, cioè riprodurre gli stessi sistemi logici che ripropongono il già pensato.
La nostra esigenza invece era quella di pensare insieme, partendo da quello che volevamo: una rivista periodica i cui contenuti creassero un’opera corale. Siamo rimaste distanti dall’imperativo della comunicazione odierna che prevede la produzione costante e frammentaria di contenuti.10

11Avec le passage à la version en ligne, l’année suivante, une série d’eBooks animés et sonores au format ePub3 a été inaugurée. Il est également possible, sur le site dédié, de retrouver tous les PDF de la revue des années 1980. Cette volonté de réédition en ligne des numéros papier représente un travail de sauvegarde de la mémoire – travail qui concerne la généalogie, les racines et la conservation des relations entre les femmes qui ont collaboré à la revue au fil des années.

L’année 2018 : le changement de nom

Image 3. Image de couverture conçue par Teresa Sdralevich

Image 3. Image de couverture conçue par Teresa Sdralevich

(« Mauvaises herbes. Formes de vie résistantes aux herbicides »)

www.erbacce.org

12Un nouveau chapitre de l’histoire d’Aspirina s’ouvre en novembre 2017, en concomitance avec l’attaque du géant pharmaceutique Bayer. La conclusion des faits est brièvement résumée : au terme de 30 ans d’activité, la revue féministe et humoristique Aspirina a dû renoncer à son nom après avoir été attaquée par le géant pharmaceutique Bayer, producteur du comprimé du même nom. La revue féministe milanaise, qui avait vu le jour en 1987, ferme en 2018 à cause de l’attaque d’une entité comme Bayer : la multinationale parvient à dépenser presque 70 milliards de dollars pour acquérir Monsanto et, en même temps, montre de l’intérêt pour l’existence d’une revue de bandes dessinées satiriques.

  • 11 « La revue féministe évite sagement un procès qui aurait duré des décennies et garde la “mesure hu (...)

13Malgré l’enregistrement régulier du nom « Aspirina » par la Libreria delle donne di Milano (qui éditait la revue), le géant pharmaceutique allemand décida donc de protester contre le soi-disant usage abusif du nom. Si Aspirina a changé de nom, c’est aussi pour ne pas avoir à se retrouver empêtrée dans des délais juridiques onéreux et afin de continuer son activité au nom de l’irrévérence et de l’ironie. Le dénouement de l’histoire suit les trajectoires de la clairvoyance de la revue, et comme l’écrit Alessandra Pigliaru « la rivista femminista evita saggiamente una causa che sarebbe durata decenni e si tiene la “misura umana” che meglio l’ha caratterizzata fino a oggi »11.

  • 12 Bayer contro Aspirina, op. cit.

14Le récit de l’attaque de la multinationale allemande a donné naissance au livre intitulé Bayer contro Aspirina. L’umorismo che resiste ai diserbanti12. Le livre documente la métamorphose et le combat de la revue, qui a renoncé à son nom et à son domaine web, mais n’a pas à s’exprimer sur l’affaire, déplaçant le champ d’intérêt de la revue. Les bandes dessinées et les textes rassemblés dans cet article illustrent cette aventure, entre ironie et sérieux de l’enquête.

15Comme dans une sorte de revanche, on peut se rappeler que malgré des cabinets d’avocats prestigieux, spécialisés dans le droit du plus fort, le procès contre la revue s’est terminé avec le rachat par Bayer de la multinationale américaine Monsanto, au cœur des milliers de procès pour l’« affaire » Roundup, l’herbicide à base de glyphosate.

16En mars 2019, dans la lignée d’une défense des mauvaises herbes qui donnent vie à l’imprévu le plus fécond, Aspirina est devenue Erbacce. Forme di vita resistenti ai diserbanti (« Mauvaises herbes. Formes de vie résistantes aux herbicides »). C’est de cet « excédent excessif » et d’une « fête de l’infestation » dont parle Alessandra Pigliaru dans la glose de son article apparu dans il manifesto en mars 2019 :

  • 13 « Par contre les mauvaises herbes résistent, ce sont des infestanti au sens littéral du terme ou é (...)

Le erbacce invece resistono, sono «infestanti» nel senso letterale del termine ovvero perennemente «in festa». Crescono a una velocità sorprendente, di consistenza spesso urticante osservano mute e ostinate dove potersi dirigere. Si immagina di averle eliminate e invece si riproducono. Come tante staffette che orientano e poi fuggono da un capo all’altro dello spazio.13

17Après l’abandon obligé du nom d’origine, la revue Erbacce est devenue la porte-parole de ces instances de pensée et d’action politique proches de l’engagement éco-féministe. Dans un chapitre du livre Bayer contro Aspirina intitulé « Un matrimonio infernale », les grandes lignes de la fusion de Bayer avec Monsanto sont décrites :

  • 14 « Dans ce scénario, on imagine quel déploiement de forces et quelle puissance de feu Bayer et Mons (...)

In questo scenario immaginiamo quale dispiegamento di forze abbia messo in campo Bayer per abbattere gli ostacoli e ottenere quello che assolutamente voleva, la fusione tra due superpotenze produttrici di diserbanti, pesticidi e semi OGM, alla conquista del mercato europeo, la nostra terra. Il 7 giugno 2018 Bayer celebra in pompa magna il matrimonio con Monsanto, acquisita con 66 miliardi di dollari.14

18Dans ce chapitre, l’équipe éditoriale d’Erbacce fait allusion à la lutte contre l’appauvrissement de la terre, pour la défense de la biodiversité semencière et pour la liberté des agriculteurs – idéologiquement soutenue par les combats de Vandana Shiva en Inde et par les luttes des Mères du Barrio Ituzaingò en Argentine.

Image 4. Illustration de Pat Carra dans « Per Bayer la vita umana vale meno di un salario minimo » de Gaby Weber, Erbacce, 29 juin 2020

Image 4. Illustration de Pat Carra dans « Per Bayer la vita umana vale meno di un salario minimo » de Gaby Weber, Erbacce, 29 juin 2020

(« Maudit glyphosate »/« Nous voulons un milliard de billets verts »/« Pour chaque mauvaise herbe affectée »)

www.erbacce.org

Image 5. Illustration d’Anna Ciammitti dans « Osservatorio del crollo Bayer n.1 », Erbacce, 17 mai 2019

Image 5. Illustration d’Anna Ciammitti dans « Osservatorio del crollo Bayer n.1 », Erbacce, 17 mai 2019

www.erbacce.org

Erbacce et ses graines

19Erbacce voit le jour, non pas seulement en réaction à l’attaque de Bayer, mais aussi comme une graine, léthargique mais vivante, qui germe, nourrie par des années d’échanges et de relations entre femmes. L’éco-féminisme a représenté un maillon solide pour construire le chemin de la ligne éditoriale. La question des semences et les controverses bien connues entourant les brevets des semences transgéniques et hybrides de Monsanto ont résonné dans les écrits et les dessins d’Erbacce, depuis le tout début. À ce sujet, les références constantes à Vandana Shiva soutiennent les luttes de l’activiste indienne contre le pouvoir excessif des multinationales agricoles.

20L’article « Erbacce a Londra con Extinction Rebellion » parle de la participation d’Erbacce à la manifestation londonienne du groupe écologiste de désobéissance civile. Une nouvelle fois « la résistance contre Bayer-Monsanto » est mise en lumière. L’objectif est la mise en valeur des graines, aussi petites soient-elles, elles sont essentielles à la survie du Vivant.

  • 15 En 2014, à Bethléem, Vivien Sansour a fondé la Bibliothèque des graines anciennes de Palestine. La (...)

21Dans le récent Femminismi futuri, Lidia Curti parle de l’art visuel et des graines de l’artiste palestinienne Vivien Sansour15 – de sa Heirloom Seed Library, une « agro-archive » pour trouver et préserver des variétés anciennes de semences et des pratiques agricoles traditionnelles :

  • 16 « Vivien Sansour donne vie à une préservation de graines qui contiennent des histoires millénaires (...)

Vivien Sansour dà vita a una preservazione di semi che racchiudono in sé storie millenarie, contro ogni pretesa di occupazione e appropriazione, e promettono di riattivare il senso di appartenenza e spazi di ribellione. In pratiche di resistenza che hanno al centro l’immagine della terra, i semi funzionano come forma di archivio di relazioni intra-generazionali e intra-specie.16

  • 17 G. Borrelli, « Vandana Shiva: Per un’agricoltura non patriarcale », Erbacce, 29 mars 2019. En lign (...)

22Vivien Sansour préserve les graines sans s’arroger le droit à un « coffre-fort de biodiversité agricole » ; elle agit en réponse au Svalbard Global Seed Vault en Norvège, dont les actionnaires sont la Fondation Bill & Melinda Gates, la Fondation Rockefeller et Monsanto. Comme le dit Lidia Curti, l’agro-archive de Sansour a été créée pour sauvegarder et propager non seulement la mémoire des graines, mais aussi les histoires culturelles qui ont nourri leur propagation et leur résistance. Le travail de préservation de Vivien Sansour constitue la concrétisation d’intentions et l’« épanouissement » d’une bonne pratique ; cette pratique, comme celles de Vandana Shiva, semble vraiment correspondre aux intentions idéologiques d’Erbacce. En effet, la figure de Vandana Shiva est une référence majeure pour la revue, comme en témoigne l’article de Giovanna Borrelli « Vandana Shiva : per un’agricoltura non patriarcale »17.

Image 6. Illustration d’Anna Ciammitti dans « Wonder Rina erbaccia malandrina », Erbacce, 11 mars 2019

Image 6. Illustration d’Anna Ciammitti dans « Wonder Rina erbaccia malandrina », Erbacce, 11 mars 2019

(« Toute référence au médicament est purement fortuite. »/« Aucune pilule n'a été abusée lors des réunions. »)

www.erbacce.org

23Une série de protestations et d’initiatives découlent de la position d’Erbacce. Le 11 mars 2019, l’artiste vénézuélienne Argelia Bravo publie ainsi la vidéo Tutorial de cuchara. Contro Monsanto18 avec Erbacce. En référence aux travaux d’Argelia Bravo, mais aussi à la lutte écologique soutenue par Erbacce, il semble utile de se référer à la publication en Italie d’un ouvrage important, basé, comme les recherches d’Argelia Bravo, sur la lutte incarnée pour la préservation du patrimoine indigène, sur la sauvegarde des semences, mais aussi de la terre et de l’eau qui les font germer. Le livre est paru chez la jeune maison d’édition Capovolte à Alessandria, dans la collection « REBELS – Des fleurs qui brisent l’asphalte » : Chi ha ucciso Berta Cáceres? Dighe, squadroni della morte e la battaglia di una difensora indigena per il pianeta19. Il a été écrit par la journaliste londonienne Nina Lakhani, dans la traduction italienne d’Agnese Gazzera. Berta Cáceres a été impliquée dans de nombreuses batailles pour la terre et l’eau, aux côtés des communautés indigènes Lenca dans l’ouest du Honduras – notamment depuis 2013 pour arrêter la construction d’un barrage hydroélectrique sur la rivière Gualcarque, dans la communauté de Río Blanco, jusqu’à son assassinat le 2 mars 2016.

24Une autre initiative est née grâce à la sollicitation de la journaliste et correspondante d’Erbacce Gaby Weber. Celle-ci a demandé à la revue de participer à la manifestation internationale du 23 avril au 16 mai 2020 #stopbayermonsanto organisée par les activistes allemands « CBG » (Coordination contre les dangers de Bayer). Erbacce est intervenue virtuellement lors de la manifestation internationale du 28 avril 2020 en direct et en streaming avec une vidéo explicative20 de l’attaque de Bayer.

25Le lien entre Erbacce et l’univers de l’activisme féministe international s’exprime enfin dans la collaboration de Liza Donnelly, dessinatrice du New Yorker depuis 1982 : celle-ci participe activement à Erbacce et illustre pour la revue les textes de la journaliste féministe et poète américaine Robin Morgan.

  • 21 L’ecofemminismo e il mondo: incontro con Francesca Maffioli, Pat Carra, Jamie Herd, Piera Bosotti. (...)
  • 22 Loc. cit.

26Dans le contexte italien, le rôle d’Erbacce a été confirmé au printemps 2021, pendant la série de rencontres intitulée « L’ecofemminismo e il mondo » auxquelles la revue Erbacce a été invitée. La rencontre intitulée « Ecofemminismo in pagina, nel web e nelle associazioni »21 a été organisée par Luisa Carminati de l’association Legambiente Bergamo en collaboration avec les associations Donne per Bergamo Bergamo per le Donne, Politeia Laboratorio Donne e Politica et La Città delle Mille. Au cours de la rencontre, le rôle d’Erbacce dans l’activisme et dans le débat éco-féministe en Italie a été discuté22.

27Il est certain que les mouvements de soutien à Erbacce et l’étonnement provoqué par l’attaque d’un « géant » sur une revue humoristique ne peuvent pas être arrêtés, comme ne s’arrêtent pas non plus les histoires et la mémoire des faits, par la rédaction d’Erbacce.

Trois Mauvaises herbes, trois visions du Vivant

28Erbacce a une structure organique et des colonnes fixes. Cependant, comme le site est conçu comme un blog, il n’y a pas de délais fixes à respecter pour les autrices et pour les lectrices et les lecteurs, c’est toujours une surprise. Toutefois, l’équipe éditoriale a choisi de se tenir à l’écart de l’impératif de communication constante et fragmentaire du contenu : l’approche, plus courante, de la séquence d’articles d’actualité (où chaque élément de contenu individuel vit isolé dans le jeu de rebondissement continu des utilisateurs entre un élément de contenu et un autre) a été écartée. Au lieu de cela, a été choisie une approche qui rend impossible la dislocation de la revue et le partage de ses pages individuelles sur les réseaux – sociaux – en accord avec le désir et le choix esthétique de rendre l’unité et la beauté graphique d’une revue à feuilleter. L’équipe de rédaction commence toujours par une maquette papier afin de créer la mise en page.

  • 23 Il s’agit d’une colonne temporaire, qui a eu l’espace-temps des premiers confinements de la pandém (...)

29Je voudrais donner de la place à trois rubriques d’Erbacce. Ces rubriques ont en commun la tentative de cultiver les relations avec le Vivant, en particulier le lien avec les formes de vies animales. Je veux me référer tout d’abord aux vidéos d’Anna Ciammitti23, qui ont été publiées sur les pages web d’Erbacce à l’occasion du premier confinement. Ensuite, il y a les épisodes de « Io e la Natura » écrit par Manù et enfin « La mia gatta e il cambiamento climatico » de Calendula. Mais avant d’aborder ces rubriques d’Erbacce et d’expliquer les formes que prennent « les mauvaises herbes » dans leurs relations avec le Vivant, je voudrais proposer ici la citation et traduction intégrale d’un texte de l’erbaccia Margherita Giacobino.

Image 7. Illustration d’Isia Osuchowska dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 124

Image 7. Illustration d’Isia Osuchowska dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 124

www.erbacce.org

30Dans le numéro 12 (printemps) d’Aspirina, sorti en 2016, on peut lire « Il manifesto dell’ecomisantropa » de Margherita Giacobino, avec les illustrations de Pat Carra. Ce texte me semble être une bonne introduction à la relation que les mauvaises herbes entretiennent avec les espèces animales.

31Il s’agit du texte d’une éco-misanthrope, c’est-à-dire une femme, une éco-féministe, certes assez en colère contre ses semblables, mais prête à s’ouvrir aux relations avec les espèces compagnes. Le texte envisage une relation avant tout entre les espèces animales, devenues intolérantes aux catastrophes environnementales causées par l’espèce humaine, en étant capable de remettre en cause, avec une grande ironie, les relations de domination entre espèces. Selon l’enseignement de Donna Haraway, pourrons-nous enfin arriver à nous positionner au-delà de ce que la philosophe féministe américaine définit comme des logiques d’appropriation, d’incorporation et d’identification essentialiste ?

  • 24 « Ce manifeste s’adresse à tous les êtres vivants – animaux, plantes, micro-organismes – conscient (...)

Questo manifesto si rivolge a tutti gli esseri viventi – animali, piante, microrganismi – consapevoli che l’umanità è la forma di vita più infestante che esista sul pianeta, e decisi a non sopportare oltre e ad agire per salvare la terra nel solo modo possibile: eliminando la razza umana. L’unico modo per fermare le estinzioni è de-umanizzare il mondo. In natura esiste ogni genere e sessualità, dalle lumache ermafrodite ai gorilla gay, dalla riproduzione per spore al servizio a domicilio effettuato dalle api, e ogni tipo di organizzazione sociale, dalle comunità di formiche rosse guerriere alle comuni pacifiste di suricati in cui zie e zii allevano i bambini. È l’essere umano che cataloga, elimina e riduce, e in più chiama ‘naturale’ quello che ha deciso lui. Diciamo basta all’imperialismo culturale umano! Le azioni si svilupperanno su vari fronti e in contemporanea. Ecco alcuni esempi, puramente indicativi: piante carnivore giganti si apposteranno nei centri commerciali, agendo soprattutto nelle ore di punta dello shopping, quando la coscienza umana è al suo minimo. I lombrichi si asterranno dal lavoro rifiutandosi di digerire la terra, ormai indigeribile, e si trasferiranno in massa nei caveau delle banche dove processeranno banconote trasformandole in humus. Lucciole zombie migreranno dai cimiteri di campagna verso le città e spargeranno l’insonnia nella popolazione. Le muffe da camembert si moltiplicheranno durante la notte colonizzando le cucine. I lieviti fermenteranno negli stomaci fino a farli scoppiare (questa azione è già in corso, sperimentalmente, in tutti i paesi avanzati, dopo la criptopropaganda svolta dal film Alien). Gli animali domestici sfrutteranno le loro capacità trasformative per lotte inedite, che avranno per protagonisti barboncini piranha, conigli assassini e bufale che produrranno latte acido (LSD) per pizze da overdose. Fino al momento in cui verrà sferrato l’attacco finale: nanoparassiti si insedieranno nelle schede telefoniche, erodendone la memoria in pochi secondi.24

  • 25 D. Haraway, Manifeste des espèces compagnes, Jérôme Hansen trad., Paris, Climats, 2019.
  • 26 D. Haraway, Vivre avec le trouble, Vivien Garcia trad., Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à Fair (...)

32Dans ce manifeste, les « espèces compagnes » et les espèces considérées abjectes (c’est-à-dire les insectes, ou les micro-organismes), ainsi que tout ce qui s’entremêle au niveau microbiotique pour permettre la vie, accompagnent la narration de Margherita Giacobino, en suivant l’entrelacement de la pensée harawayenne, dans laquelle l’être humain n’est plus au centre. Au cœur de cette théorie critique qui parle des espèces compagnes, se pose en effet la question des relations qui impliquent nécessairement l’autre (créature), dans une généalogie qui reconstruit une parenté radicale dans le commun du vécu. Cette relationnalité est présentée comme nécessaire à la co-évolution des espèces qui survivront, qui veulent survivre et qui ne pourront le faire que si elles parviennent à sortir de la dimension anthropocentrique et spéciste25. Selon Donna Haraway et selon sa théorie féministe multi-espèces, dont Margherita Giacobino est redevable, les animaux humains et non humains sont des espèces compagnes, qui se rejoignent dans une histoire ininterrompue de co-évolution. Le chemin existentiel se construit sur un partage solidaire et un échange d’existence commune avec les espèces compagnes : « Nous devons créer de nouvelles parentés, des lignées de connexions inventives. Nous devons apprendre ainsi, au cœur d’un présent épais, à bien vivre et à bien mourir, ensemble »26.

33Or, dans le texte de Margherita Giacobino, on assiste ironiquement aux représailles des animaux contre les hostilités continues de la part de l’espèce humaine. L’ironie révèle en fait une exaspération non dissimulée envers le comportement de l’espèce humaine qui abuse des espèces animales et de l’ensemble du vivant. Les rôles de domination semblent s’inverser, dans une redistribution particulière des privilèges : on assiste alors à la phase qui précédera l’effondrement de ce malentendu entre espèces (ou plutôt de soumission de toutes les autres par l’espèce humaine). Les formes de vie animales se vengeront de la seule espèce réellement dangereuse pour toutes les autres, se moquant de nos habitudes laxistes et de nos addictions technologiques. En ce sens, nous approchons de l’une des pierres angulaires de l’antispécisme, c’est-à-dire de la reconnaissance qu’il y a, dans le monde animal, une conscience de l’injustice et du mal subi qui se transforme en résistance. L’historien canadien Jason Hribal a mené des années de recherches sur la résistance animale qui se manifeste dans des actes courants chez les animaux domestiques et sauvages. Selon Jason Hribal, les espèces animales méritent une considération qu’elles n’ont malheureusement pas, en raison de la non-reconnaissance de leur rôle dans la croissance du bien-être de l’espèce humaine : en effet, les animaux auraient contribué à la coopération au bien-être économique humain et devraient être considérés comme des « membres de la classe ouvrière » :

  • 27 « Ici, le cheval, la vache ou le poulet peuvent avoir travaillé dur, résisté parfois et produit de (...)

Herein, the horse, cow, or chicken may have worked hard, resisted at times, and produced power, milk, and flesh; but it is not demonstrated how the horse or cow or chicken were workers, shaping their own density, and becoming part of the working class.27

  • 28 Cfr. J. Hribal, Fear of the Animal Planet: The Hidden History of Animal Resistance, Chico, AK Pres (...)

34En tant qu’exploités, ces animaux révèlent une résistance à l’exploitation, au point que cette résistance est constamment gérée et réprimée28, bien que ces actes de résistance ne soient pas connus de la plupart de l’espèce humaine. À cet égard, Margherita Giacobino semble être partie de cette idée de résistance et d’une forme de revanche qu’on voit se manifester dans l’écriture de son « Manifesto dell’ecomisantropa ».

35Le moment est venu de passer en revue la première des rubriques que je me suis proposée d’analyser ici. Comme prévu, je voudrais commencer par les vidéos d’Anna Ciammitti. Pendant la période pénible du début du premier confinement, ses vidéos sur des animaux réagissant à leur manière à l’anxiété pandémique a représenté pour moi, comme pour d’autres erbacce et pour tant d’autres, l’un des moments de joie les plus hilarants.

36Le 14 avril 2020 sur le site d’Erbacce a été publiée la première vidéo de la série Lo Zoovid_ep.129. Les quatre vidéos montrent quatre animaux qui réagissent aux clichés de la première période du confinement. Il s’agit de : « Il Lemure odia » (le Lémurien hait) ; « La Foca malinconica » (le Phoque mélancolique) ; « L’ottimismo della Giraffa » (l’optimisme de la Girafe) et enfin « Pesce d’Aprile » (Poisson d’Avril). Ces vidéos décrivent à travers les monologues de ces animaux parlants, comment en Italie, en particulier dans le nord de l’Italie et dans la ville de Milan, les différents comportements et les différentes réactions à l’avènement de la pandémie se sont extériorisés. Comment ne pas se reconnaître dans les réactions d’un de ces animaux parlants ?

Image 8. Capture d’écran de la vidéo d’Anna Ciammitti

Image 8. Capture d’écran de la vidéo d’Anna Ciammitti

37Comment ne pas reconnaître les traits d’hystérisation défensive vis-à-vis du virus ou de maladresse vis-à-vis de la gestion du temps libre à la maison ? Comment ne pas se reconnaître dans le désir d’un retour à la normalité ? Comment ne pas penser aux distorsions et retards administratifs des premières semaines de la crise pandémique ? Les vidéos ont été suivies d’une autre série d’animaux parlants, cette fois aux prises avec les nouvelles habitudes de la vie en confinement. Le dispositif d’identification et de reconnaissance utilisé par Anna Ciammitti est le porte-parole de l’idée que l’animalité – même anthropomorphisée comme dans ce cas – peut agir comme un miroir déformant et véridique de ce que l’être humain est ou va devenir.

38La deuxième rubrique dont j’aimerais parler est la rubrique dirigée par Manù, avec les épisodes de « Io e la Natura ». Le sous-titre de la rubrique est : « Cronache di una cittadina trapiantata su un selvaggio bricco del cuneese » (chroniques d’une citadine transplantée dans une crique sauvage de la région de Cuneo).

39La chronique a débuté en juin 2020, lors du premier été de la crise pandémique, et continue à ce jour avec une cadence d’un à deux épisodes par mois. Nous ne savons pas si Manù a décidé de vivre dans une crique sauvage de la région de Cuneo pour des raisons liées à l’éloignement, à la recherche de grands espaces loin de la ville ou pour faire le choix de l’abandon de « la civilisation urbaine ». Ce que nous savons, c’est que le résultat de ces 25 épisodes (à ce jour) sont les chroniques de la vie d’une femme et d’espèces compagnes en milieu rural.

40Dans cette rubrique, la vie au contact de la nature ne tourne jamais en idéalisation bucolique de l’espace vert et de ses rythmes. On dirait plutôt que le choix d’une vie alternative à la vie citadine devient le champ d’expression d’un soi renouvelé et la recherche d’un espace qui corresponde aux envies de changement de l’autrice. Les relations avec les êtres humains sont vraiment minimisées ; celles avec les animaux représentent plutôt la nouvelle quotidienneté :

  • 30 « Avec le printemps, les problèmes de surpeuplement réapparaissent. Les loirs ont commencé à gamba (...)

Con la primavera si ripresentano problemi di affollamento. I ghiri hanno ricominciato a scorrazzare nel sottotetto, colonne di formiche prendono possesso del territorio casalingo, le mosche ti assaltano appena ti fermi e nonostante la presenza di due felini Giuseppino continua a scagazzare nel mobile sotto al lavello. Tra poco la nostra convivenza compie un anno.
Luigina, la gallina anziana, è rimasta nuovamente sola. La sua amica è stata attaccata e mangiata da qualche predatore (io in realtà sospetto del gatto Bibo). Vuoi perché tutti mi dicono che gli animali da cortile se stanno da soli si lasciano morire di malinconia, vuoi perché la produzione di uova di una sola gallina non basta, sono andata a comprare due giovanissime pollastrelle. Rita e Clara. In realtà Luigina, superato lo spavento, (è la terza volta che si vede mangiare una collega) non mi sembra per niente triste. Apprezza molto la compagnia umana (la mia, che non è che abbia tutto sto tempo per stare nel pollaio a intrattenerla) e quando vado a darle da mangiare si accovaccia con il collo in avanti e le ali leggermente spiegate. La prima volta ho pensato che avesse mal di schiena poi ho capito che vuole un grattino in mezzo alle ali.30

41Les modes de vie quotidiens et les rythmes de travail de la narratrice de la rubrique de Manù correspondent à ce qu’on appelle la « néoruralité », c’est-à-dire un retour durable à la vie rurale. Comme déjà mentionné, cette approche de l’existence révèle non seulement les plaisirs calmes du contact avec la nature, mais montre tous les aspects – même les plus difficiles et inconfortables – d’une « découverte de la nature ». Le choix de se réapproprier la terre, de la cultiver et de tenter l’autosuffisance répond à l’un des défis auxquels sont confrontés ceux qui font le choix de la néoruralité. Il s’agit en fait d’une tentative de ne pas céder aux formes de chantage au travail salarié auxquelles les êtres humains, notamment les femmes, sont confronté.e.s au moins depuis les XVIIe et XVIIIe siècles. Selon l’approche marxiste à laquelle se réfèrent certains courants de l’éco-féminisme, les Inclosure Acts représentaient la fin de l’agriculture vivrière et de l’économie de subsistance dans les terres communales :

  • 31 C. Albertini, Résistances des femmes à l’Androcapitalocène. Le nécessaire écoféminisme, Saint-Jose (...)

Ce phénomène d’expropriation qui isole la population de ses moyens de subsistance et de ses liens avec les autres êtres vivants caractérise la condition humaine sous le joug capitaliste. La nature devient ainsi un « autre » extérieur pouvant être exploité à l’infini et considéré comme une marchandise.31

42Le choix de quitter la ville représente alors un retour à un rapport véritable avec la nature, considérée à nouveau comme une alliée et non comme un puits de ressources inextinguibles. Dans cette reconversion, le rapport aux animaux devient une coopération pour la survie, mais aussi la représentation d’une relation affective, sous le signe de la cohabitation. Dans l’épisode 17, publié le 10 août 2021, Manù raconte la perte de deux des compagnons dont elle parlait dans le premier épisode susmentionné :

  • 32 « Requiem pour deux poules. J’ai réalisé que quelque chose n’allait pas quand, à sept heures, j’ai (...)

Requiem per due galline
Ho capito che qualcosa non andava quando, alle sette, ho portato il becchime ed è arrivata solo Clara.
L’ansia saliva mentre cercavo le altre due, pensando non sarà mica possibile che le abbiano beccate tutte e due contemporaneamente.
Poi il solito bosco, dove in passato più di una gallina cadde vittima di qualche predatore, me ne ha dato conferma.
Dopo pochi passi ho visto le piume bianche.
Ho ancora sperato che, come era successo con l’aggressione a cui Luigina era sopravvissuta, almeno una fosse riuscita a scampare nascondendosi.
E invece ho trovato per prima proprio lei, Luigina, la mia preferita e poco più in là Rita.
Uccise probabilmente da un piccolo predatore, una donnola o una faina.
Mi sono appoggiata a un albero e sono scoppiata a piangere.
Le mie adorate pollastrelle, così brave e simpatiche!
Rimorso, senso di colpa, dubbi.
Le solite cose che ci si porta dietro, consapevoli della loro totale inutilità.
E cosa faccio adesso con Clara?
La lascio sola e la tengo chiusa?
La lascio sola e la tengo libera?
Ne prendo altre due?
Chiuse.
Libere.
Le mangiano.
Non tengo più galline.
Poi mi è venuto in mente che esistono anche le vie di mezzo.
Devo costruire un recinto.32

43La néoruralité représente une réaction à la crise de la ville occidentale : une crise à la fois écologique, sociale et morale. Dans de nombreux pays européens dont l’Italie, les expériences de réinsertion des activités agricoles et forestières en milieu urbain se multiplient. Celle racontée par la voix narrative de Manù représente certainement l’une de ces expériences.

44Le rapport à la nature et plus généralement au vivant représente, comme nous l’avons compris à partir des exemples présentés jusqu’ici, le foyer idéologique et l’expression de l’activisme de la rédaction et des collaboratrices et des collaborateurs d’Erbacce.

  • 33 Je me réfère et j’emprunte le terme choisi par Catherine Albertini dans Résistances des femmes à l (...)
  • 34 S. Federici, Le capitalisme patriarcal, Paris, La Fabrique, 2019.

45Quand on parle de la relation entre l’être humain et le vivant, on ne peut s’empêcher de penser aux catastrophes environnementales de l’ère géologique dans laquelle nous sommes entré.e.s, ladite Androcapitalocène33. L’ère du capitalisme patriarcal34 néolibéral présente une escalade de catastrophes environnementales, dont les causes se trouvent dans le mode colonialiste (qui a permis « l’invasion de la planète » par un modèle socio-économique unique), dans le pillage incontrôlé des ressources et dans l’érection hégémonique d’un modèle de développement devenu exemple de progrès universel. Dans l’un des échanges au sein de la rubrique « Le sofistiche », Laura Marzi et moi avons tenté de discuter en quoi les incendies qui ont dévasté le territoire australien début 2020 sont l’une des attaques de l’humain contre les vivants. Le rôle des femmes autochtones, engagées dans la cause planétaire de l’éco-féminisme, s’inscrit dans les luttes des dernières décennies pour tenter de prévenir et de limiter les effets néfastes et irréversibles des catastrophes climatiques. L’incapacité d’apprendre de la connaissance des indigènes sur les petits incendies périodiques contrôlés (comme vecteur qui préserve des incendies de plus grande ampleur causés par une sécheresse extrême ou par action malveillante directe), s’accompagne de remords envers le choix de Prométhée qui a volé le feu des dieux pour le donner à l’humanité.

46Dans le dialogue entre La Gorgia et La Protagora de « Le sofistiche », nous discutons du passé et du futur, du sort du feu et des erreurs humaines :

  • 35 « Ma bien-aimée, je veux maintenant te parler de ces tablettes colorées qui me parlaient ainsi : “ (...)

Mia diletta, ora voglio raccontarti di queste tavolette variopinte che mi hanno parlato così: «I popoli che abitavano queste terre sapevano controllare il divino fuoco, servendosi delle sue lingue con maestria e conoscendo i modi per arginarne l’esuberanza. Si racconta che in tempi successivi altri popoli, venuti dal Nord, invasero queste terre e lo fecero in noncuranza di quest’antica maestria autoctona. Fino a oggi, tempo in cui si piangono innumerevoli ettari di vegetali inceneriti, corpi animali e vittime umane ».
E se allora Prometeo si fosse sbagliato? Se quando infranse il divieto di Zeus, padre degli dèi e degli uomini, il suo coraggio rivoltoso vide male? È forse meglio che il fuoco ritorni al carro del Sole o alla torcia di Efesto? Forse meglio che agli uomini resti la sua assenza?35

Image 9. Illustration d’Isia Osuchowska dans « Le Sofistiche in terre australiane » de Francesca Maffioli et Laura Marzi, Erbacce, 1er février 2020

Image 9. Illustration d’Isia Osuchowska dans « Le Sofistiche in terre australiane » de Francesca Maffioli et Laura Marzi, Erbacce, 1er février 2020

www.erbacce.org

  • 36 H. Cixous, Animal Amour, Paris, Bayard, 2021.

47La question des incendies incontrôlés et des déséquilibres climatiques revient dans le dernier des textes que j’ai choisi d’exposer. Il s’agit du texte de Calendula intitulé « La mia gatta e il cambiamento climatico », qui représente l’une des parties du livre Bayer contro Aspirine, ironiquement intitulé « Meteo Gossip ». Cette partie du livre, qui comprend également le « Manifesto dell’ecomisantropa », retrace les préoccupations liées aux changements climatiques qui affectent notre planète. Il s’agit ici d’un dialogue entre la voix narrative et sa chatte Bethsabée, en proie aux déséquilibres dus à l’instabilité environnementale. La narratrice, parlant toute seule, ne comprend pas le langage de sa chatte qui tente par tous les moyens d’avertir son humaine d’un incendie imminent ou bien de la fin de la civilisation humaine. On pense alors aux chats et à l’incendie qu’Hélène Cixous évoque dans son livre Animal Amour36 et on se met à l’écoute du dialogue entre Calendula et Bethsabée – dialogue entre une voix humaine et les signaux corporels d’une chatte très communicative :

  • 37 « Il s’est arrêté de grêler, tu vois ? Et le soleil s’est levé, regarde ce beau soleil rouge vif, (...)

Ha smesso di grandinare, vedi? Ed è spuntato il sole, guarda che bel sole rosso vivo, anzi non guardarlo, mettiti questi occhiali a triplo filtro infrarosso-ultravioletto, vedi tutto si è asciugato in pochi secondi, il vapore sale verso il cielo, oddio forse quello non è vapore, la casa di fronte sta andando a fuoco…
Betsabea, perché hai il pelo irto e continui a urlare e roteare gli occhi? È la vecchiaia che ti rende ansiosa insofferente e tirannica o stai cercando di dirmi qualcosa? Perché i tuoi baffi vibrano così? Quali segnali captano nell’aria? Questo è soltanto il solito odorino di discarica che arriva sempre a quest’ora… No, tu senti altro, tu sei in comunicazione con gli eventi tellurici, anche ieri correvi in tondo come una pazza e poi subito dopo si è staccata la faglia di Sant’Andrea in California, e allora dimmelo Betsabea, smetti di miagolare e parla finalmente, dimmelo: quanti giorni ci restano da vivere?37

48La voix narrative, exaspérée par le comportement de sa chatte qu’elle ne parvient pas à déchiffrer, lui pose une dernière question décisive : « Combien de jours nous reste-t-il à vivre ? »

Image 10. Illustration de Dalia Del Bue dans « La mia gatta e il cambiamento climatico » de La Misantropa, Erbacce, 6 juillet 2019

Image 10. Illustration de Dalia Del Bue dans « La mia gatta e il cambiamento climatico » de La Misantropa, Erbacce, 6 juillet 2019

www.erbacce.org

  • 38 Ce n’est pas le contexte pour entrer dans la question des zoonoses, si importante pour expliquer l (...)

49Comme dans le texte de Calendula, on sait que les températures élevées peuvent être la cause de périodes d’inappétence, de stress et d’anxiété pour les animaux domestiques dont nous ne sommes pas toujours capables de comprendre les signaux. Il est connu que le changement climatique n’entraîne pas seulement une augmentation incommensurable des cas de maladies infectieuses38 et d’infestations parasitaires chez les animaux ; les animaux souffrent également de changements de comportement et d’humeur que le climat déclenche.

Image 11. Illustration de Livia Lepetit dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 97

Image 11. Illustration de Livia Lepetit dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 97

(« Je déconstruis mon espèce. »/« Je revendique le droit d'être un chat. »/« Queer antispéciste »)

www.erbacce.org

50Le livre d’Eva Meijer intitulé Linguaggi animali. Le conversazioni segrete del mondo vivente parle des langues animales, malgré le fait que la tradition philosophique leur ait refusé cette faculté jusqu’à ces dernières décennies. En choisissant de vouloir écouter les conversations secrètes du monde vivant, il faudra une interaction ouverte, capable d’ouvrir de nouvelles perspectives. En effet, les animaux communiquent entre eux et avec d’autres espèces (dont la nôtre), redonnant dignité et complexité de sens à leur comportement. La « culture » et la création de codes de communication ne sont pas qu’« une affaire humaine » et la coexistence sur Terre nécessite une diplomatie interprétative prudente à l’égard des autres vies. Dans le texte de Calendula, la chatte Bethsabée révèle à travers son comportement son intelligence du monde, son langage, ses droits, son éthique et une vie digne d’être racontée et écoutée. Il s’agit alors de commencer à écouter et à interagir avec d’autres espèces que la nôtre pour des questions qui nous unissent, comme celle du sort de la planète où nous vivons ensemble :

  • 39 E. Meijer, Linguaggi animali. Le conversazioni segrete del mondo vivente, S. Musilli trad., Milan, (...)

Au lieu de déterminer si les formes de communication d’espèces autres que la nôtre rentrent dans le cadre de ce que nous appelons « langage », nous devrions faire attention à ce que disent les autres animaux et commencer à partir de là à enquêter sur le langage. Ce n’est pas seulement un problème d’écoute : il faut aussi faire de notre mieux afin d’identifier de nouveaux modes d’interaction avec les animaux dans les enjeux qui nous unissent.39

51Tenter un dialogue avec les espèces compagnes devrait être possible et cela vaudrait au moins la peine d’essayer, aussi parce qu’il faut reconnaître qu’étant donné la réalité des choses, en termes environnementaux, nous devrions trouver les réponses en dehors de nous-mêmes, parmi d’autres espèces que jusqu’à présent nous ne nous sommes pas donné la peine d’écouter et de comprendre. Entrer en dialogue avec le vivant qui peuple notre planète, c’est ce que tente de faire aujourd’hui la revue Erbacce. Dans sa trajectoire, qui débute avec le nom d’Aspirina en 1975, ce dialogue s’est métamorphosé ; celui-ci a évolué au fil des années, tout comme les luttes des femmes au sein de la rédaction de la revue et qui ont écrit pour la revue.

52La revue humoristique féministe a rendu compte, en l’espace de 45 ans de son existence, de la façon dont les luttes qui accompagnent le militantisme et l’activisme peuvent changer de forme et donner voix au contexte, se situant dans l’espace et dans le temps.

53On pourrait dire que la vie d’Aspirine, puis d’Erbacce, s’est construite selon l’attrait épistémologique de la théorie du point de vue féministe. Elle s’est située par rapport au présent politique italien, mais aussi international, à travers une expérience de lutte politique collective, au fil des décennies – restant vivante car vivantes sont les réalités incarnées qui habitent les corps des femmes qui ont collaboré et collaborent avec cette revue féministe.

Image 12. Illustration de Pat Carra dans « Insonnia » de Pat Carra et Gaby Weber, Erbacce, 9 février 2021

Image 12. Illustration de Pat Carra dans « Insonnia » de Pat Carra et Gaby Weber, Erbacce, 9 février 2021

(« Raconte-moi un conte de fées. »/« Il était une fois un dragon… »)

www.erbacce.org

Haut de page

Notes

1 Bayer contro Aspirina. L’umorismo che resiste ai diserbanti, Redazione d’Erbacce éd., Rome, DeriveApprodi, 2020.

2 La rédaction d’Aspirina, comme on le verra dans l’article, en lien avec les attaques de la multinationale Bayer a commencé à s’intéresser et à publier des articles traitant des questions d’éco-féminisme.

3 « Lorsque la revue a été attaquée, en novembre 2017, par le colosse pharmaceutique Bayer, au milieu de l’agitation, de la colère et des rires, on s’est demandé : et maintenant, la revue, on la met où ? Comment la conserver et faire en sorte qu’on puisse la retrouver, si le site ne s’appelle plus comme avant ? Nous savions dès le départ que nous ne laisserions jamais notre travail de trente ans, ainsi que celui de tant d’autrices et d’auteurs, être effacé par une entité louche, dont le nom rappelait des histoires de brevets d’héroïne, d’expériences nazies et de fusions avec la multinationale des pesticides Monsanto. Nous avons d’abord imaginé faire apparaître la revue partout sur le web, peut-être sur le site de la pilule Bayer, pour que les internautes enrhumé.e.s puissent passer de l’acide acétylsalicique à l’ironie “acétylsatirique”. Nous rêvions d’être de mauvaises herbes qui repoussent plus fort chaque matin, comme les pop-ups qui s’ouvrent au fur et à mesure qu’on en ferme. Nous sommes certaines qu’un jour les buildings, les fauteuils et l’arrogance de Bayer seront des ruines infestées de mauvaises herbes » ; dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 51. Ma traduction.

4 Pour plus de détails voici la page à laquelle vous vous pouvez vous référer : https://www.erbaccelarivista.org/category/archivio/ (consultée le 30 mars 2022).

5 C’est un des pseudonymes de Margherita Giacobino, l’une des rédactrices historiques d’Aspirina.

6 « La martyre Aspirina, du statut de comprimé devient supprimée, elle est canonisée et pétille dans les cieux de la satire » ; dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 50. Ma traduction.

7 Il s’agit de l’entretien avec Loretta Borrelli, Piera Bosotti et Pat Carra (rédactrices d’Aspirina) dans le numéro spécial de la revue Primo Maggio intitulé « Le voci di Aspirina la rivista » : L. Borrelli, P. Bosotti, P. Carra, « Le voci di Aspirina la rivista », Primo Maggio, 23 mars 2018. En ligne: [https://www.libreriadelledonne.it/puntodivista/dallarete/le-voci-di-aspirina-la-rivista/] (consulté le 23 aout 2021). Ma traduction. L’entretien il est également contenu dans la publication Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 82.

8 « Certaines d’entre nous, à la Libreria delle donne di Milano, étaient allergiques au langage politique du mouvement, il ne nous suffisait pas pour nommer ce qui se passait. Nous n’avons pas voulu collaborer à des essais de grande ampleur, même si nous en avons lu beaucoup, ou peut-être précisément pour cette raison : dans ces années-là, la production théorique de la différence sexuelle s’est développée, de Luce Irigaray à Antoinette Fouque, et en 1983 à l’université de Vérone est née la communauté philosophique Diotima – communauté qu’Aspirina a rebaptisée « Diotimanda » (selon le jeu de mot « Dio-ti-manda », Dieu-t’envoie). Une sorte d’académie féministe se développait, en faisant monter notre sens de l’humour de manière directement proportionnelle. Nous avons ressenti le désir d’une langue différente pour nous moquer de nous-même et de tout » ; dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 81. Ma traduction.

9 « Le féminisme occidental a lutté et ce furent des années de forte expansion et d’enracinement. Les années 1980 ont divisé les destins de celles et de ceux qui vivaient dans des groupes extra-parlementaires et vivaient un radicalisme politique extrême (les camarades de route de beaucoup d’entre nous au cours des 20 dernières années), et d’autre part le féminisme. Pour les premiers, la parabole était en chute libre, les luttes ouvrières se sont effondrées et les délocalisations ont commencé ; pour les féministes, c’était un moment fondamental. Nous n’avons pas connu “la Milano da bere”, mais une ville ouverte à de nombreux échanges et conflits, à une liberté féminine en effervescence » ; dans ibid., p. 82. Ma traduction.

10 « Le format en ligne nous a permis d’étoffer le contenu de la revue, en ajoutant des vidéos, des animations, parfois des tests interactifs. Dans le passage en ligne, la confrontation entre nous était importante, notamment parce que nous avons pu faire sortir le projet de l’utilisation normale des systèmes existants : c’est ce qui se fait habituellement en informatique, c’est-à-dire reproduire les mêmes systèmes logiques qui reproduisent ce qui a déjà été pensé. Notre besoin, en revanche, était de penser ensemble, à partir de ce que nous voulions : une revue périodique dont le contenu créerait une œuvre chorale. Nous sommes restées éloignées de l’impératif de la communication d’aujourd’hui, qui implique la production constante et fragmentaire de contenus » ; dans ibid., p. 84. Ma traduction.

11 « La revue féministe évite sagement un procès qui aurait duré des décennies et garde la “mesure humaine” qui l’a le mieux caractérisée à ce jour » ; dans A. Pigliaru, « La rivista Aspirina diventa Erbacce », il manifesto, 23 mars 2019. En ligne : [https://ilmanifesto.it/la-rivista-aspirina-diventa-erbacce/] (consulté le 23 août 2021). Ma traduction.

12 Bayer contro Aspirina, op. cit.

13 « Par contre les mauvaises herbes résistent, ce sont des infestanti au sens littéral du terme ou éternellement “en fête”. Elles poussent à une vitesse surprenante, sont souvent irritantes de consistance, silencieuses et têtues – cherchant où aller. Vous pensez que vous les avez éliminées et au lieu de cela elles se reproduisent. Comme autant d’estafettes qui s’orientent puis s’enfuient d’un bout à l’autre de l’espace » ; dans A. Pigliaru, art. cité. Ma traduction.

14 « Dans ce scénario, on imagine quel déploiement de forces et quelle puissance de feu Bayer et Monsanto ont mis en place pour faire tomber les obstacles et obtenir ce qu’ils voulaient absolument : la fusion entre deux superpuissances de la chimie, producteurs de pesticides, d’herbicides, de semences OGM – à la conquête du marché européen, de notre terre. Le 7 juin 2018, Bayer célèbre un mariage infernal avec Monsanto, acquis pour une somme de 66 milliards de dollars » ; dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 22. Ma traduction.

15 En 2014, à Bethléem, Vivien Sansour a fondé la Bibliothèque des graines anciennes de Palestine. La bibliothèque s’efforce de trouver et de préserver les variétés de semences anciennes et les pratiques agricoles traditionnelles. La Bibliothèque et les associés El Beir Arts and Seeds symbolisent cette idée fondamentale que l’agriculture est vraiment composée à la fois d’« agri » (pratiques agricoles traditionnelles) + « culture » (mode de vie/traditions de subsistance essentielles à l’identité d’une communauté). Vivien Sansour a passé les quatre dernières années à rechercher, à conserver et à propager la mémoire non seulement sous forme de graines, mais aussi sous forme d’histoires culturelles. En ligne : [https://www.visibleproject.org/blog/project/palestine-heirloom-seed-library/] (consulté le 24 août 2021)

16 « Vivien Sansour donne vie à une préservation de graines qui contiennent des histoires millénaires, contre toute revendication d’occupation et d’appropriation, et promet de réactiver un sentiment d’appartenance et des espaces de rébellion. Dans les pratiques de résistance qui placent l’image de la terre au centre, les graines fonctionnent comme une forme d’archive de relations intergénérationnelles et intra-espèces » ; dans L. Curti, introduction à « Frontiere femministe, ecologie future », Femminismi futuri. Teorie, pratiche, fabulazioni, L. Curti éd., Rome, Iacobelli, 2019, p. 13. Ma traduction.

17 G. Borrelli, « Vandana Shiva: Per un’agricoltura non patriarcale », Erbacce, 29 mars 2019. En ligne : [https://www.erbacce.org/vandana-shiva-per-unagricoltura-non-patriarcale/] (consulté le 7 décembre 2021).

18 A. Bravo, Tutorial de cuchara. Contro Monsanto. En ligne : [https://www.erbacce.org/tutorial-de-la-cuchara-contro-monsanto/] (consulté le 24 août 2021).

19 N. Lakhani, Chi ha ucciso Berta Cáceres? Dighe, squadroni della morte e la battaglia di una difensora indigena per il pianeta, A. Gazzera trad., Alexandrie, Capovolte, 2021.

20 Bayer against Aspirina. En ligne: [https://www.erbacce.org/protesta-internazionale-contro-bayer-monsanto/] (consulté le 20 août 2021).

21 L’ecofemminismo e il mondo: incontro con Francesca Maffioli, Pat Carra, Jamie Herd, Piera Bosotti. En ligne : [https://www.youtube.com/watch?v=Z_sFwoO1Us8] (consulté le 20 juin 2021).

22 Loc. cit.

23 Il s’agit d’une colonne temporaire, qui a eu l’espace-temps des premiers confinements de la pandémie.

24 « Ce manifeste s’adresse à tous les êtres vivants – animaux, plantes, micro-organismes – conscients que l’humanité est la forme de vie la plus invasive qui existe sur la planète, et résolus à ne plus endurer et à finalement agir pour sauver la terre de la seule manière possible : en éliminant la race humaine. La seule façon d’arrêter les extinctions est de déshumaniser le monde. Il y a toutes sortes de genres et de sexualités dans la nature, des escargots hermaphrodites aux gorilles homosexuels, de la reproduction par les spores au service à domicile fourni par les abeilles, et toutes sortes d’organisations sociales : des communautés de fourmis guerrières rouges aux communes pacifistes suricates dans lesquelles tantes et oncles élèvent les enfants. C’est l’être humain qui répertorie, élimine et réduit, et en plus appelle naturel ce qu’il a décidé. On dit stop à l’impérialisme culturel humain. Les actions se développeront sur plusieurs fronts et en même temps. Voici quelques exemples, purement indicatifs : des plantes carnivores géantes se cacheront dans les centres commerciaux, agissant surtout pendant les heures de pointe des achats, lorsque la conscience humaine est au plus bas. Les vers de terre s’abstiendront de travailler en refusant de digérer la terre, désormais indigeste, et se déplaceront en masse dans les coffres des banques où ils traiteront les billets de banque et les transformeront en humus. Les lucioles zombies migreront des cimetières de campagne vers les villes et répandront l’insomnie parmi la population. Les moisissures du camembert vont se multiplier du jour au lendemain en colonisant les cuisines. Les levures vont fermenter dans les estomacs jusqu’à éclater (cette action est déjà en cours, expérimentalement, dans tous les pays avancés, après la crypto-propagande menée par le film Alien). Les animaux de compagnie utiliseront leurs capacités de transformation pour des combats sans précédent, mettant en vedette des caniches piranhas, des lapins tueurs et des buffles qui produiront du lait aigre (LSD) pour des pizzas surdosées. Jusqu’à ce que l’attaque finale soit lancée : des nano-parasites vont s’installer dans les cartes téléphoniques, érodant leur mémoire en quelques secondes » ; dans M. Giacobino, « Manifesto dell’ecomisantropa », Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 63-64. Ma traduction.

25 D. Haraway, Manifeste des espèces compagnes, Jérôme Hansen trad., Paris, Climats, 2019.

26 D. Haraway, Vivre avec le trouble, Vivien Garcia trad., Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à Faire, 2020, p. 7.

27 « Ici, le cheval, la vache ou le poulet peuvent avoir travaillé dur, résisté parfois et produit de la puissance, du lait et de la chair ; mais il n’est pas démontré comment le cheval ou la vache ou le poulet étaient des travailleurs, façonnant leur propre densité et faisant partie de la classe ouvrière » ; dans J. Hribal, « Animals, agency and class: Writing the history of animals from below », Human Ecology Review, vol. XIV, no 1, 2007, p. 102. Ma traduction.

28 Cfr. J. Hribal, Fear of the Animal Planet: The Hidden History of Animal Resistance, Chico, AK Press, 2010.

29 A. Ciammitti, Lo Zoovid_ep.1, En ligne: [https://www.erbacce.org/lo-zoovid-_-ep-1/] (consulté le 2 août 2021).

30 « Avec le printemps, les problèmes de surpeuplement réapparaissent. Les loirs ont commencé à gambader dans le grenier, des colonnes de fourmis prennent possession du territoire domestique, les mouches vous attaquent dès que vous vous arrêtez et malgré la présence de deux chats, Giuseppino [la souris] continue à faire ses crottes dans le placard sous l’évier. Notre cohabitation aura bientôt un an. Luigina, la vieille poule, est de nouveau laissée seule. Son amie a été attaquée et mangée par un prédateur (je soupçonne en fait le chat Bibo). Soit parce que tout le monde me dit que les volailles se laissent mourir de mélancolie si elles restent seules, soit parce que la production d’œufs d’une seule poule ne suffit pas, je suis allée acheter deux très jeunes poussins. Rita et Clara. En réalité, une fois sa frayeur surmontée (c’est la troisième fois qu’elle voit une collègue être dévorée), Luigina ne semble pas du tout triste. Elle apprécie beaucoup la compagnie humaine (la mienne, même si j’ai autre chose à faire que de rester dans le poulailler pour la divertir) et quand je vais la nourrir elle s’accroupit le cou en avant et les ailes légèrement déployées. La première fois j’ai pensé qu’elle avait mal au dos, j’ai réalisé ensuite qu’elle voulait une gratouille au milieu des ailes » ; dans Manù, « Io e la natura | 1o puntata ». En ligne : [https://www.erbacce.org/io-e-la-natura-1-puntata/] (consulté le 30 août 2021). Ma traduction.

31 C. Albertini, Résistances des femmes à l’Androcapitalocène. Le nécessaire écoféminisme, Saint-Joseph-du-Lac, M éditeur, 2021, p. 23.

32 « Requiem pour deux poules. J’ai réalisé que quelque chose n’allait pas quand, à sept heures, j’ai apporté les graines aux poules et que seule Clara est arrivée./L’anxiété monta pendant que je cherchais les deux autres, pensant qu’il ne serait pas possible qu’ils les attrapent toutes les deux en même temps./Puis le bois habituel, où dans le passé plus d’une poule a été victime d’un prédateur, m’en a donné la confirmation./Après quelques pas, j’ai vu les plumes blanches./J’espérais toujours que, comme cela s’était produit avec l’attaque à laquelle Luigina avait survécu, une au moins avait réussi à s’échapper en se cachant./Et à la place je l’ai d’abord trouvée, Luigina, ma préférée et un peu plus loin Rita./Probablement tuées par un petit prédateur, une belette ou une fouine./Je m’appuyai contre un arbre et fondis en larmes./Mes poulettes bien-aimées, si bonnes et si gentilles!/Remords, culpabilité, doutes./Les choses habituelles qu’on transporte, consciente de leur totale inutilité./Et qu’est-ce que je fais avec Clara maintenant?/Dois-je la laisser seule et la garder enfermée?/Dois-je la laisser seule et la garder en liberté?/Vais-je en prendre deux de plus?/Enfermées./Libres./Ils les mangent./Je n’élève plus de poules./Puis il m’est venu à l’esprit qu’il y avait aussi des voies médianes./Je dois construire une clôture » ; dans Manù, « Io e la natura | 17o puntata ». En ligne : [https://www.erbacce.org/io-e-la-natura-17-puntata/] (consulté le 30 août 2021). Ma traduction.

33 Je me réfère et j’emprunte le terme choisi par Catherine Albertini dans Résistances des femmes à l’Androcapitalocène, op. cit., p. 14.

34 S. Federici, Le capitalisme patriarcal, Paris, La Fabrique, 2019.

35 « Ma bien-aimée, je veux maintenant te parler de ces tablettes colorées qui me parlaient ainsi : “Les peuples qui habitaient ces terres savaient contrôler le feu divin, utilisant les langues du feu avec habileté et connaissant les moyens d’endiguer leur exubérance. On dit que par la suite d’autres peuples, venus du Nord, ont envahi ces terres et l’ont fait au mépris de cet ancien savoir autochtone. Jusqu’à aujourd’hui, une époque où l’on pleure d’innombrables hectares de plantes incinérées, de corps d’animaux et de victimes humaines”./Et si Prométhée avait tort ? Et si lorsqu’il enfreignait l’interdit de Zeus, père des dieux et des humains, son courage rebelle voyait mal ? Vaut-il mieux que le feu retourne au char du Soleil ou au flambeau d’Héphaïstos ? Peut-être vaut-il mieux qu’aux hommes reste finalement un feu absent ? » ; dans F. Maffioli, L. Marzi, « Le Sofistiche in terre australiane ». En ligne : [https://www.erbacce.org/le-sofistiche-in-terre-australiane/] (consulté le 1er août 2021).

36 H. Cixous, Animal Amour, Paris, Bayard, 2021.

37 « Il s’est arrêté de grêler, tu vois ? Et le soleil s’est levé, regarde ce beau soleil rouge vif, ou plutôt ne le regarde pas, mets ces triples verres filtrants infrarouges-ultraviolets. Tu vois ? Tout a séché en quelques secondes, la vapeur monte vers le ciel, oh mon Dieu peut-être que ce n’est pas de la vapeur, la maison d’en face est en feu... Bethsabée, pourquoi as-tu la fourrure hérissée et continues-tu de crier et de rouler des yeux ? Est-ce la vieillesse qui te rend anxieuse, intolérante et tyrannique ou essaies-tu de me dire quelque chose ? Pourquoi ta moustache vibre comme ça ? Quels signaux capte-t-elle dans l’air ? Est-ce juste l’odeur habituelle de décharge qui vient toujours à cette heure... Non, tu n’entends plus, tu es en communication avec des événements telluriques, hier encore tu as tourné en rond comme une folle et puis, immédiatement après, la faille de San Andreas en Californie s’est détachée, et puis dis-moi Bethsabée, arrête de miauler et parle enfin, dis-moi : combien de jours nous reste-t-il à vivre ? » ; dans Calendula, « La mia gatta e il cambiamento climatico », Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 70-72. Ma traduction.

38 Ce n’est pas le contexte pour entrer dans la question des zoonoses, si importante pour expliquer la crise pandémique actuelle. Je renvoie au texte de F. Keck, Sentinelles des pandémies : Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine, Bruxelles, Éditions Zones Sensibles, 2020 ; et à celui de M.-M. Robin, La fabrique des pandémies. Préserver la biodiversité, un impératif pour la santé planétaire, Paris, La Découverte, 2021.

39 E. Meijer, Linguaggi animali. Le conversazioni segrete del mondo vivente, S. Musilli trad., Milan, Nottetempo, 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Illustration de Pat Carra dans « L’aspirina che va di traverso à Bayer », Erbacce, 11 mars 2019
Légende (« Je suis à moi ! »)
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Image 2. Image de couverture conçue par Elena Leoni
Légende (« Aspirina. Revue acétylsatirique »)
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Image 3. Image de couverture conçue par Teresa Sdralevich
Légende (« Mauvaises herbes. Formes de vie résistantes aux herbicides »)
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Image 4. Illustration de Pat Carra dans « Per Bayer la vita umana vale meno di un salario minimo » de Gaby Weber, Erbacce, 29 juin 2020
Légende (« Maudit glyphosate »/« Nous voulons un milliard de billets verts »/« Pour chaque mauvaise herbe affectée »)
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Image 5. Illustration d’Anna Ciammitti dans « Osservatorio del crollo Bayer n.1 », Erbacce, 17 mai 2019
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Image 6. Illustration d’Anna Ciammitti dans « Wonder Rina erbaccia malandrina », Erbacce, 11 mars 2019
Légende (« Toute référence au médicament est purement fortuite. »/« Aucune pilule n'a été abusée lors des réunions. »)
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Image 7. Illustration d’Isia Osuchowska dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 124
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Image 8. Capture d’écran de la vidéo d’Anna Ciammitti
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Image 9. Illustration d’Isia Osuchowska dans « Le Sofistiche in terre australiane » de Francesca Maffioli et Laura Marzi, Erbacce, 1er février 2020
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Image 10. Illustration de Dalia Del Bue dans « La mia gatta e il cambiamento climatico » de La Misantropa, Erbacce, 6 juillet 2019
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Image 11. Illustration de Livia Lepetit dans Bayer contro Aspirina, op. cit., p. 97
Légende (« Je déconstruis mon espèce. »/« Je revendique le droit d'être un chat. »/« Queer antispéciste »)
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Image 12. Illustration de Pat Carra dans « Insonnia » de Pat Carra et Gaby Weber, Erbacce, 9 février 2021
Légende (« Raconte-moi un conte de fées. »/« Il était une fois un dragon… »)
Crédits www.erbacce.org
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8449/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Maffioli, « « Io sono mia ! » D’Aspirina à Erbacce, la généalogie d’une revue humoristique éco-féministe », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 19 juillet 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8449

Haut de page

Auteur

Francesca Maffioli

LEGS (Laboratoire d’études de genre et de sexualité), CNRS, Paris 8, Paris-Nanterre • Francesca Maffioli est née à Lovere (Bergame) mais vit entre Milan et Paris. En 2017, elle a terminé son doctorat en Études de genre à l’université de Paris 8 et en Histoire de la langue et de la littérature italienne à l’université de Milan, avec une thèse sur la poète Amelia Rosselli. En 2018, elle obtient le titre de maître de conférences en Langue et littérature italienne. Parmi ses dernières publications figurent « Paura », SIL/llabario. Conflitti e rivoluzioni di femminismi e letteratura, G. Misserville, R. Svandrik et L. Marzi dir. (Iacobelli, 2022) ; « Joséphine Bacon, chasseresse de mots dans la toundra », Hypothèses d’une langue-mère, N. Setti dir. (L’Harmattan, 2022) ; et « Une excentricité glaciale : l’identité du corps dans l’œuvre d’Amelia Rosselli » dans « Résonances », Poésie au féminin/Poétique(s) du corps, no 18, numéro spécial, P. Godi et L. Lavergne coord., 2018 [2021].
Elle est membre de la SIL (Société italienne des femmes de lettres).
Depuis 2016, elle écrit dans le quotidien italien il manifesto. Elle publie aussi dans le revue Erbacce avec « Le Sofistiche », dans la revue Leggendaria avec «Canto e Controcanto» et dans la revue en ligne Limina.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search