Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DossierFrisson, une revue féministe incl...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Frisson, une revue féministe inclusive et intersectionnelle au design pop à l’ère des réseaux sociaux et de la mondialisation

«Frisson», una rivista femminista inclusiva e intersezionale con un design pop nell’epoca dei social network e della globalizzazione
Frisson, an inclusive and intersectional pop art style feminist magazine in the age of social networks and globalisation
Alison Carton-Kozak

Résumés

Créé en 2019 par Francesca Ceccarelli, Frisson. Oltre il piacere se présente comme un « magazine féministe » dédié à la sexualité, au plaisir, aux droits et à l’intersectionnalité. Il accorde une place toute particulière à la dimension visuelle de la revue par un graphisme pop affirmé et par le choix de photographies percutantes. À l’heure des réseaux sociaux, Frisson fait le choix d’une publication papier, mais utilise aussi largement internet pour diffuser ses publications et débattre de ses idées. L’article montre comment la revue s’inscrit dans une double tradition, celle de la presse féministe et de la presse féminine, tout en en bouleversant les codes, en mettant au centre de ses réflexions la question du corps et de la sexualité. Objet multimédial, Frisson apparaît comme un trimestriel moderne dans son esthétique, engagé politiquement, et déploie sur papier glacé un féminisme de « quatrième vague », international, inclusif et intersectionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Page web professionnelle de Francesca Ceccarelli, rubrique « About ». En ligne : [https://www.fran (...)
  • 2 Loc. cit. : « Nel 2019 ho fondato la testata giornalistica indipendente Frisson, nata come tesi di (...)
  • 3 Publié pour la première fois en mai 2018, le magazine Frute a été créé par Cecilia Cappelli dans l (...)
  • 4 Mulieris Magazine, dont la langue de rédaction est l’anglais, est un semestriel né en 2020 et publ (...)
  • 5 Ossì, qui exploite également une veine graphique très pop et coloré, est un fanzine érotique à pub (...)
  • 6 Publié depuis 2017 par Alice Franceschini, Chicks se veut une « autoproduzione che raccoglie illus (...)
  • 7 J. Luyssen, « Pop féminisme », dans C. Bard (dir.), Dictionnaire des féministes : France XVIIIe-XX (...)

1Avec son titre français « Frisson » et son sous-titre « Oltre il piacere », la revue italienne créée en octobre 2019 par Francesca Ceccarelli se place d’emblée sous le signe de la corporéité. Née en 1991 à Ronciglione, dans la province de Viterbe, Francesca Ceccarelli se forme à l’Accademia di Belle Arti de Rome, où elle obtient « la laurea triennale in Grafica Editoriale e quella magistrale in Grafica e Fotografia »1. Issue du projet de fin d’études2 de sa rédactrice en chef, illustratrice et graphiste, la revue Frisson se veut objet visuel autant que textuel et accorde une très large place aux illustrations et aux photographies, sur fond de design pop et coloré. Disponible uniquement en format papier, Frisson n’est pas vendu en kiosque, mais peut être obtenue en ligne sur le site de la revue et dans quelques lieux physiques à Bologne, Milan, Rome et Turin (dans des librairies, des sex shops, un musée ou encore un espace de coworking). La revue est publiée à un rythme trimestriel, avec un tirage à 1 000 exemplaires, et compte une centaine de pages dédiées au thème de la sexualité et du plaisir, dans lesquelles se mêlent interviews, articles de fond, pages consacrées à la culture, à la politique, mais aussi nouvelles, recettes de cuisine et horoscopes. Inscrite dans un réseau de publications indépendantes féministes italiennes contemporaines similaires (de type magazine ou fanzine, comme Frute3, Mulieris Magazine4, Ossì5 ou Chicks6), la revue Frisson se fait le reflet du « féminisme pop » contemporain, ce « féminisme de masse » qui circule surtout via les réseaux sociaux et dont les mots d’ordre sont « sororité, immédiateté, viralité »7.

  • 8 Publiés entre l’automne 2019 et l’été 2020, les quatre premiers numéros de la revue Frisson étudié (...)

2Nous proposons dans cet article une étude des quatre premiers numéros de la revue, correspondant à sa première année de parution (2019-2020), dont l’actualité fut largement marquée par la crise du coronavirus et les confinements8. Nous verrons comment Frisson interroge à la fois les codes des revues féministes et ceux des magazines féminins afin de mettre en mots et en images un féminisme que l’on pourrait qualifier « de quatrième vague », inclusif et intersectionnel, international, mais aussi ultra-connecté, à l’ère des réseaux sociaux.

Un premier numéro sous forme de manifeste féministe

3Le premier numéro de la revue Frisson mérite une analyse détaillée tant il constitue un modèle pour tous les numéros suivants qui en respecteront presque à la lettre les formes graphiques et l’organisation des rubriques d’une part, mais aussi la ligne éditoriale dont l’édito se fait le manifeste.

Figure 1. Couverture du no 1 de la revue Frisson, automne 2019

Figure 1. Couverture du no 1 de la revue Frisson, automne 2019

4Dès la couverture, le ton est donné : si de prime abord la forme ressemble à celle d’un magazine féminin moderne assez standard (une femme en pied fait la une, de gros titres colorés annoncent les articles principaux), le thème central de la revue est clairement la sexualité comme l’indiquent le champ lexical dominant (« sex », « dick pic », « piacere », « sex work », « sessuale », « sessualità »), mais aussi l’identité du modèle photographié (Erika Lust, réalisatrice de films pornographiques), ainsi que les corps nus et flous en arrière-plan. C’est à travers une citation intrigante attribuée à cette réalisatrice que l’adjectif « féministe » apparaît pour la première fois dans Frisson : « Sono femminista solo dietro la videocamera ».

  • 9 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 1, automne 2019, p. 5 : « un magazine lifestyle sur la sexua (...)
  • 10 Loc. cit. : « Frisson – du français “frisson de plaisir”, orgasme de la peau ».

5L’édito qui ouvre ensuite la revue occupe deux pages et est signé Francesca Ceccarelli (dans les numéros suivants, avec l’arrivée d’une « direttrice responsabile », Angela Gennaro, on trouvera désormais deux éditos, d’une page chacun). La revue y est définie comme « un magazine lifestyle sulla sessualità, piacere, diritti ed intersezionalità »9 et son titre explicité : « Frisson – dal francese brivido di piacere, orgasmo della pelle »10. Le lien entre sexualité et droits serait justifié par le contexte politique délétère pour les femmes :

  • 11 Loc. cit. : « Cependant, à un moment de l’histoire où l’autodétermination des femmes est menacée, (...)

Tuttavia in un momento storico in cui l’autodeterminazione della donna è messa a rischio, in cui sembrano esserci passi indietro su importanti diritti ottenuti negli anni e la discriminazione è sempre più tangibile, passare da un messaggio “fisico” a uno più politico è stato un movimento naturale.
Ecco perché il motto del magazine è Oltre il piacere: andare oltre la superficie e approfondire temi legati alle politiche sociali è la base per poter sostenere qualsiasi discorso sulla sessualità e sul superamento dei tabù.11

  • 12 Une évolution apparaît au fil des numéros sur la question de l’héritage des féminismes antérieurs, (...)

6L’héritage des féminismes « de deuxième vague » semble évident avec l’idée que « le privé est politique » et que cette politisation du privé est le levier à actionner pour conserver les droits acquis par les femmes et les minorités. Pour autant, on a l’impression qu’il s’agit plus d’une culture féministe diffuse que d’un véritable lien généalogique revendiqué avec les féministes des générations précédentes qui ont œuvré à l’obtention de ces droits12. Cette première déclaration d’intention aboutit ensuite à une interrogation sur l’usage de l’adjectif « féministe », questionnement qui parcourra tout le numéro :

  • 13 Loc. cit. : « Je parle de Frisson comme d’un magazine féministe : en fait, aujourd’hui plus que ja (...)

Parlo di Frisson come di un magazine femminista: in realtà, oggi più che mai, trovo che sia molto difficoltoso usare questo termine con cognizione di causa. Infatti, anche grazie alla fragorosa risonanza dei social media, oggi il femminismo è sulla bocca di tutti e tutte […]: di sicuro questo ne ha favorito la sua diffusione nelle generazioni più giovani […] e una maggiore comprensione anche in quelle più grandi.
Tuttavia, nel tempo si sono formate frange diversi, ognuna con i propri ideali e le proprie posizioni: per questo motivo in molti sostengono che oggi sia più corretto parlare di femminismi – sì, al plurale – che di un solo femminismo.13

  • 14 C’est le cas de l’ouvrage collectif intitulé Le siècle des féminismes, E. Gubin et al. (dir.), P (...)
  • 15 F. Ceccarelli, art. cit., p. 5.

7Si, en effet, le choix du pluriel est adopté par les historiennes et historiens pour parler des féminismes des années 1960-1970 et plus largement des mouvements des femmes du XXe siècle14, Francesca Ceccarelli l’applique aux féminismes contemporains qui dessinent selon elle « un panorama delicato »15 dans lequel elle souhaite positionner sa revue :

  • 16 Loc. cit. : « Les féminismes que défend Frisson sont les plus transitionnels possibles : ceux qui (...)

I femminismi di cui si fa portavoce Frisson sono i più transizionali possibili: quelli che si basano sul principio di autodeterminazione di ogni essere umano, che appoggiano qualsiasi posizione che non leda le libertà altrui e che siano il frutto della propria libera scelta, nell’ottica di una fioritura personale.16

  • 17 L. Dechaufour, « Anarchaféminisme », dans C. Bard (dir.), op. cit., p. 57.

8Véritable déclaration de principes, cette priorité accordée aux libertés et à l’inclusivité irriguera les choix éditoriaux de ce numéro comme des suivants. Mais il ne s’agit pas ici d’un féminisme libertaire au sens d’anarcha-féminisme – dont Laetitia Dechaufour rappelle qu’il « est d’abord un anti-autoritarisme »17, rejetant notamment les formes institutionnelles de l’autorité comme le mariage, la justice ou l’école –, qui viserait une remise en question et un rejet collectif des structures sociales et du pouvoir, mais plutôt d’une approche individualiste, voire néolibérale, visant à l’épanouissement personnel des individus. Il convient également de s’interroger sur l’adjectif « transizionale » dont le sens reste flou, bien qu’il semble se référer à l’inclusivité de la revue, comme s’il s’agissait d’une confusion avec l’adjectif « intersezionale ».

  • 18 F. Ceccarelli, art. cit., p. 5 : « culture, prise de conscience, curiosité et plaisir ».
  • 19 Loc. cit. : « Frisson n’aime pas les sermons […] ni les “leçons” ».
  • 20 Loc. cit. : « Nous pensons que les belles choses doivent être touchées, senties et regardées à la (...)
  • 21 Loc. cit. : « un langage “conventionnel, convaincue que la volonté même du projet et les thèmes q (...)

9La suite de l’édito s’attache à la mise en œuvre de tels principes par le biais de la presse et affirme vouloir créer « cultura, consapevolezza, curiosità e divertimento »18 sans jamais donner de leçons (« Frisson non ama le paternali […] o gli “spiegoni” »19). La revue se veut source de plaisir dans ses contenus mais aussi dans sa matérialité – un magazine papier sans format web – (« Crediamo che le cose belle debbano essere toccate con mano, odorate e guardate con la luce naturale, oltre che conservate »20). Une réflexion sur la langue conclut l’édito : la directrice de la revue, malgré son souci d’inclusivité, utilisera « un linguaggio “convenzionale”, fiduciosa che la volontà stessa del progetto e i temi trattati espletino con forza la volontà di parlare a tutte le persone »21. Cette ligne linguistique sera toutefois amenée à évoluer au fil des parutions puisque l’usage de l’astérisque à valeur neutre à la fin des adjectifs se généralisera dans la revue pour éviter le marquage genré dans les phrases s’adressant à l’ensemble du lectorat. Les grandes lignes de force de Frisson, telles qu’elles seront reprises dans les numéros suivants, transparaissent dans ce premier édito que l’on peut considérer comme le manifeste de la revue : l’importance accordée au plaisir ; la vision du corps comme sujet politique ; la revendication d’un féminisme inscrit dans une tradition riche et multiple, mais ancré dans son présent ; la recherche d’un discours inclusif et non dogmatique.

  • 22 Ibid., p. 6.
  • 23 On pensera par exemple au Livre de la Cité des Dames de Christine de Pisan, dans lequel différent (...)
  • 24 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 5.
  • 25 Loc. cit. : « J’ai voulu raconter moi aussi une partie difficile de mon adolescence – et je ne le (...)

10Au niveau structurel, ce premier numéro inaugure une organisation autour de deux rubriques principales. La première, intitulée « Storie », regroupe les interviews ou les témoignages de figures célèbres ou anonymes dans une visée « d’ispirazione per il pubblico »22. La revue choisit ainsi pour illustrer le thème principal de son numéro une figure exemplaire (à qui la une est dédiée) dont le parcours se veut inspirant, reprenant en quelque sorte la tradition des exempla23, ces narrations mettant en scène un modèle exceptionnel digne d’être imité ou, plus exactement ici, digne d’être donné à voir et à entendre, dans un souci de visibilité et de lutte contre les tabous. Pour sa première année de parution, Frisson a mis en lumière la réalisatrice et productrice de films pornographiques Erika Lust, dans un numéro consacré au travail du sexe ; Orlando Myxx, artiste trans italien vivant à Londres, pour son numéro sur la transidentité ; Kali Sudhra, « performer, sex worker, attivista e molto altro »24 installée à Barcelone, pour illustrer le numéro sur l’intimité et les corps ; Jiz Lee, « performer e attivista american* genderqueer e genderfluid », pour un numéro sur la « contrainte » des corps. De nombreuses autres histoires de vie émaillent les numéros et le sens de ces « storie » est éclairé par l’édito du troisième numéro dans lequel Francesca Ceccarelli explique pourquoi elle aussi a choisi de témoigner : « Ho voluto raccontare anche io – e non lo faccio spesso – una parte difficile della mia adolescenza: sentivo che fosse necessario, per tutte le altre “me” che non hanno ricevuto alcun supporto. Forse è proprio questo il senso di tutte queste storie »25.

  • 26 L. Irigaray, Speculum, de l’autre femme, Paris, Minuit, 1974.

11Inspirée d’une métaphore gynécologique, mais aussi du titre de l’un des ouvrages phares du féminisme différentialiste26, la deuxième grande rubrique est intitulée « Speculum. Guardare più a fondo ». Elle regroupe les articles de fond, politiques ou militants, et occupe la moitié des pages de la revue. Enfin, des formats brefs s’intercalent entre les articles les plus longs sous le titre « Extra » : suivant le fil rouge de la sexualité, on y lit des comptes rendus de lecture, des présentations de séries télévisées ou de blogs, des portraits d’artistes internationales célébrant la bodyposivity (comme dans celui de l’artiste noire américaine Lizzo dans le premier numéro) ou la non-binarité (comme dans celui de la chanteuse Billie Eilish dans le numéro 2) ou encore des recettes de cuisine et des nouvelles érotiques.

  • 27 F. Ceccarelli, « Le Sex en Rose: mille modi di parlare di sessualità », Frisson, no 1, automne 201 (...)
  • 28 F. Ceccarelli, « Colazine da Tuba », Frisson, no 1, automne 2019, p. 29 : « Que pensez-vous du con (...)
  • 29 F. Ceccarelli, « Come crescere un figlio femminista », Frisson, no 1, automne 2019, p. 77 : « Par (...)
  • 30 F. Ceccarelli, « Come essere una “slut” e vivere per sempre felici e contente », Frisson, no 1, au (...)
  • 31 G. Zollino, « Quando a salvarti è il sex work », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 83.
  • 32 Ibid., p. 84 : « éducatrice sexuelle, travailleuse de rue et pute féministe ».
  • 33 Ibid., p. 83 : « Celles qui considèrent la prostitution comme l’expression ultime de la domination (...)
  • 34 Ibid., p. 84 : « qu’être une ou un travailleur du sexe peut être un choix autodéterminé et que le (...)

12Interroger le féminisme, en fournir une définition possible, est le questionnement qui traverse le premier numéro. Dans les interviews, on peut noter la récurrence de ce type de questions, avec à chaque fois un début de réponse suggérée : « Che cosa ne pensate del femminismo oggi? […] dopo gli ultimi casi mediatici sembrava che si fosse risvegliata una nuova ondata femminista »27, « Che ne pensi del concetto di femminismo oggi? A volte sembra che sia diventato molto pop (chi non ha nel proprio armadio una t-shirt con un motto femminista?) e che forse si sia perso il concetto alla base di questo movimento »28. L’article « Come crescere un figlio femminista », dans le même numéro, est l’occasion pour Francesca Ceccarelli de définir elle-même le terme « féministe » : « Intendo con “femminista” una persona che crede nella piena parità degli uomini e delle donne »29. Outre cette définition minimale, c’est au fil des articles que se construit la vision du féminisme de la rédaction, comme dans l’article dédié à l’histoire de la prostitution qui affirme qu’il s’agit d’un « tema troppo divisivo anche per il femminismo, che spesso lo considera come degradante sfruttamento del proprio corpo »30, semblant s’écarter ici des thèses féministes abolitionnistes. Cette position modérée donnera lieu dans le numéro 3 de Frisson à une affirmation en faveur du travail du sexe beaucoup plus marquée avec la publication d’un témoignage intitulé « Quando a salvarti è il sexwork » dans lequel une jeune Italienne raconte combien la prostitution a été pour elle un facteur d’empowerment31 et où l’autrice de l’article, Giulia Zollino (« educatrice sessuale, operatrice di strada e puta feminista »32), rappelle les différentes positions féministes quant à la prostitution : « Quelle che vedono nella prostituzione la massima espressione del dominio maschile sulle donne; quelle che sottolineano la natura lavorativa della prostituzione e insistono sulla richiesta di diritti e tutela; e infine quelle che mettono in rilievo l’autodeterminazione e la dimensione della scelta »33 avant de conclure que le témoignage choisi montre que « quella di fare la o il sex worker può essere una scelta autodeterminata e che il Sex Work è anche liberazione »34. Le numéro 1 pose ainsi différents jalons idéologiques qui seront développés plus largement dans les numéros suivants, comme l’affirmation de l’inclusivité de la revue, qui consacrera en effet son deuxième numéro à la question de la transidentité et le numéro 6 à celle du handicap.

13Résolument féministe dans son propos, le premier numéro de la revue Frisson s’engage également politiquement par une critique acerbe des politiques conservatrices : rédigé par Francesco Mazzenga, le dossier « Il sessismo ai tempi della nuova destra » attaque sur six pages la politique menée par Simone Pillon, Matteo Salvini et Lorenzo Fontana, qui se trouve résumée dans le chapeau du dossier :

  • 35 F. Mazzenga, « Il sessismo ai tempi della nuova destra », Frisson, no 1, automne 2019, p. 80 : « L (...)

Il governo precedente, nell’ultimo anno ha spinto notevolmente su leggi discutibili riguardanti l’affido condiviso dei figli, discriminazioni e un’unica dominante certezza: lotta senza quartiere contro il genere femminile.35

  • 36 Ibid., p. 84 : « Heureusement, nous parlons d’un passé possible, mais il semble vraiment important (...)
  • 37 F. Ceccarelli, « Pippo Civati. È impegnativo essere femministi », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 90 (...)

14L’auteur conclut le dossier – qui mêle récit des batailles politiques aux portraits des hommes politiques qu’il taxe d’obscurantisme – en justifiant son besoin d’écrire sur ces projets de loi pourtant avortés en avançant l’idée que se souvenir des risques passés permettrait d’éviter le retour à une politique « moyenâgeuse » : « Fortunatamente stiamo parlando di un passato eventuale, ma ci sembra davvero importante ricordare cosa si stava scrivendo e come si continui a riprogettare una società che, avendo raggiunto tali diritti, sarebbe stata condannata ad un medioevo assurdo alle porte del 2020… »36. Ce rejet des politiques de la droite conservatrice italienne restera une constante des numéros suivants, et s’accompagne par ailleurs d’un soutien marqué à des figures identifiées à gauche, comme Pippo Civati, ancien membre du Parti démocrate, auquel Frisson consacre une longue interview37 dans son deuxième numéro (accompagnée d’une photo de Francesca Ceccarelli attablée à ses côtés et lui souriant).

15Si la revue Frisson s’apparente à n’en pas douter à une revue féministe, affirmant nettement sa politique éditoriale et son engagement idéologique, elle s’inspire toutefois également d’un autre modèle de presse, que l’on aurait tendance à lui opposer, celui du magazine féminin de type revue de mode, dont elle reprend les codes pour parfois s’en jouer.

« Sembra una rivista come quelle delle edicole » : le modèle du magazine féminin en question

  • 38 Pour un panorama de la presse féminine du xxe siècle et du début du xxie siècle, voir G. Bochicchi (...)
  • 39 Créé en 1944, NoiDonne est le mensuel de l’UDI (Union donne italiane). Malgré sa longévité, une cr (...)
  • 40 Effe est une revue féministe mensuelle créée en 1973 dont le dernier numéro est publié en 1982. El (...)
  • 41 DWF DonnaWomenFemme naît en 1975 grâce à Tilde Capomazza et Annarita Buttafuoco. Consacrée aux wom (...)

16Voulant offrir à son lectorat un contenu engagé mais aussi divertissant, comme il le promettait dès le premier édito, Frisson opte pour un ton, un aspect visuel et des rubriques spécifiques qui rappellent l’univers du magazine féminin38 plus que celui de la revue féministe. Faisant la part belle à la couleur, aux illustrations, aux formes brèves et aux petites habitudes du quotidien (cuisine, séries télévisées, vêtements, etc.), la revue féministe créée en 2019 s’écarte du modèle offert par ses prédécesseurs historiques (NoiDonne39, Effe40 ou encore DWF41 pour n’en citer que quelques-uns) dans lesquels les articles, sans doute en raison de la formation académique de nombre de leurs autrices, occupent souvent de pleines pages, et où le graphisme, même dans les numéros les plus récents, reste sobre et se concentre sur l’aspect textuel.

  • 42 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 5.
  • 43 F. Mazzenga, art. cit., p. 80.
  • 44 Peut-être s’agit-il ici d’une allusion à la célèbre réplique brechtienne : « Le ventre est encore (...)

17« È fighissimo, sembra una rivista come quelle delle edicole! »42 fait partie des messages de remerciements reçus par la rédaction si l’on en croit Francesca Ceccarelli, qui s’en félicite dans l’édito du numéro 2. En effet, forte de sa formation de graphiste, la créatrice de la revue oriente la lecture tant sur le texte que sur les images – qu’il s’agisse de photos ou d’illustrations qu’elle-même crée pour les articles – et donne à l’ensemble de cette revue très colorée une tonalité toujours légère et joyeuse, même dans les articles les plus durs et engagés idéologiquement. La page d’ouverture du dossier « Il sessismo ai tempi della nuova destra »43, présenté plus haut, fournit un exemple typique de cette esthétique. Les visages de Simone Pillon, Matteo Salvini et Lorenzo Fontana y sont représentés sur des corps de nouveau-nés aux visages fluo, enfermés dans des utérus colorés flottant au bout de cordons ombilicaux eux-mêmes rattachés à un ventre rond44, qu’une paire de ciseaux tenus par la main maternelle s’apprête à couper : l’illustration pleine page symbolise en une seule image l’immaturité attribuée à leurs discours rétrogrades tout autant que leur ridicule et leur aspect monstrueux, que le texte de l’article s’attachera à démontrer.

Figure 2. Page d’ouverture du dossier « Il sessismo ai tempi della nuova destra », Frisson no 1, automne 2019, p. 80

Figure 2. Page d’ouverture du dossier « Il sessismo ai tempi della nuova destra », Frisson no 1, automne 2019, p. 80

18La gaieté des visuels et leur esthétique pop sont particulièrement frappantes dans le choix des couvertures. Comme dans les revues féminines de mode contemporaines, une « star » est au centre la couverture. Mais Frisson détourne cette coutume en ne faisant pas le choix de célébrités mainstream et en s’écartant des codes traditionnels de la séduction féminine sur papier glacé.

Figure 3. Couvertures des quatre premiers numéros de Frisson

Figure 3. Couvertures des quatre premiers numéros de Frisson

19En une du premier numéro, où les corps féminins dénudés sont relégués à l’arrière-plan, Erika Lust, vêtue simplement d’un pantalon et d’un t-shirt noirs occupe le centre de la couverture et sourit largement à l’objectif. La deuxième couverture s’éloigne plus encore des codes de la revue féminine en choisissant un portrait en buste d’un homme trans, Orlando Myxx. Ce numéro offre même une couverture personnalisée à chaque lectrice/lecteur puisque chacune est taguée à la main pour rendre chaque exemplaire unique. Le troisième numéro représente certes une femme dénudée à la posture aguicheuse et à la poitrine visible, Kali Sudhra, mais joue sur les effets de couleurs pour dépasser ce stéréotype : la bouche du modèle, comme le titre et son nom, rayonnent d’un jaune vif tandis que le reste de son visage et le fond sont nimbés de rouge. Kali Sudhra accède ainsi au rang d’icône pop art, sur cette couverture largement inspirée par la sérigraphie Diptyque Marilyn d’Andy Warhol (1962) où l’actrice américaine apparaît 50 fois, 25 fois en noir et blanc à droite et 25 fois avec des couleurs très vives accentuant son maquillage. La couverture du quatrième numéro bouleverse quant à elle totalement les codes de la revue de mode et opte pour ceux du BDSM en mettant en scène le corps nu de Jiz Lee, attaché et suspendu par des cordes, les bras en croix dévoilant sa poitrine et les jambes resserrées sur ses poils pubiens, dans une posture christique dont émane une sensation de grande puissance.

  • 45 « Vous êtes bien plus que votre apparence extérieure, votre genre et votre statut sentimental. »

20Ce détournement des codes visuels de la couverture dans une perspective féministe où les corps s’affirment dans leur diversité et dans leur force trouve un écho dans d’autres jeux avec les formes traditionnelles du magazine féminin. Ainsi, les rares pages publicitaires ne vantent ni des crèmes amincissantes ni des sacs à main, mais des sextoys ou des messages « bodypositive » (comme sur la double page pour une parfumerie qui affirme en pages 2-3 de chaque publication à partir du deuxième numéro : « Sei molto di più del tuo aspetto esteriore, del tuo genere e del tuo stato sentimentale »45, aux côtés d’une illustration représentant un personnage non genré, maquillé tel le David Bowie de la période Ziggy Stardust).

Figure 4. Publicité « Naturale. Bioprofumeria »

Figure 4. Publicité « Naturale. Bioprofumeria »

21De la même façon, si la revue se prête aux figures de style imposées des journaux féminins que sont les recettes, l’horoscope ou la nouvelle, c’est en opérant encore une fois un détournement à la sauce féministe tel que l’entend Frisson : la cuisine se fait hédoniste et célèbre la sensualité plutôt que les consignes efficaces, les nouvelles – évidemment érotiques – suggèrent une sexualité libre et sans tabou, tandis que les horoscopes virent à la parodie pure et simple, sous forme de prédictions sexuelles à l’humour parfois douteux.

22De ce modèle mainstream qu’est le magazine féminin, Frisson semble tirer un double bénéfice : en empruntant ses codes esthétiques au journal de mode, il peut proposer un objet-revue agréable à consulter et divertissant, facile d’accès et sans doute plus « vendeur » qu’une revue féministe textuelle au format plus austère ; mais, ce faisant, il place également son lectorat dans les dispositions idéales pour recevoir un message politique féministe résolument moderne, dans un style léger ou drôle, même lorsque le message se fait plus didactique et sérieux. On peut y voir en filigrane la particularité du public auquel semble s’adresser la revue : le ton pédagogique récurrent, l’emploi de codes esthétiques pop et de formes journalistiques habituellement dévolues à des sujets plus légers suggèrent un lectorat sans doute sensibilisé aux luttes féministes, mais plutôt néophyte, sans doute assez jeune, plus qu’un public de féministes militantes ou d’intellectuelles engagées.

Parler du corps ou l’affirmation d’un féminisme inclusif et intersectionnel « de quatrième vague »

  • 46 On en trouve une occurrence dans le premier numéro mais sous forme d’interrogation : « Che cosa ne (...)
  • 47 N. Hedjerassi, « Intersectionnalité », dans C. Bard (dir.), Dictionnaire des féministes, op. cit., (...)
  • 48 Frisson (4 juillet 2019). En ligne : [https://www.facebook.com/frissonmagazine/videos/162058870140 (...)
  • 49 G. Zollino, « La Parada delle Travestis », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 58-63.

23Mais de quel féminisme Frisson se fait-il le porte-parole au sein du « panorama delicato » de ses courants, pour reprendre l’expression du premier édito ? Choisir le prisme du corps et de la sexualité (y compris en les donnant à voir par un large choix de clichés photographiques) place d’emblée le discours de la revue dans une logique d’incarnation multiple et de diversité du féminin, et plus largement du genre. En cela, la revue semble vouloir marquer clairement sa distance avec les féminismes « de deuxième vague » à qui l’on a souvent reproché de considérer le sujet femme comme un groupe homogène, en particulier chez les féministes noires et les féministes lesbiennes dès les années 1970. Sans qu’il soit mentionné explicitement, on sent poindre dans cette insistance sur l’inclusivité et l’intersectionnalité de Frisson une forme de conflit générationnel féministe. Si le terme de « vague » (« ondata ») est peu utilisé dans la revue pour s’auto-définir46, la revendication récurrente du caractère « intersectionnel » de la publication peut être lue comme une façon de s’inscrire dans une logique de renouveau plus que d’héritage. Concept majeur de la troisième vague féministe, issu des féminismes afro-américains (même si l’origine du terme fait l’objet de débats), l’intersectionnalité doit être entendue comme « un croisement d’oppressions, qui s’exercent simultanément et interagissent entre elles »47. La prise en compte des identités multiples (race, genre, sexualité, classe, etc.) des sujets féminins et des oppressions qui y sont liées a marqué un tournant générationnel chez les féministes. Cette approche intersectionnelle semble une évidence pour les plumes de la revue qui la revendiquent tant dans le choix des thèmes abordés que dans celui des personnalités présentées ou dans les discours militants des articles. Ainsi le terme est choisi pour définir l’identité de la revue dès le premier post publié sur la page Facebook de Frisson le 4 juillet 2019, quelques mois avant la première parution : « Frisson è un magazine femminista intersezionale nato come progetto di tesi magistrale di @francesca_ceccarellii, ma con l’ambizione di diventare un luogo reale di approfondimento, cultura, scambio e anche una rivista cartacea »48. La notion sera définie plus tard dans un petit encart du numéro 2, à l’occasion d’un long reportage consacrée aux travailleuses du sexe péruviennes en Italie49 :

  • 50 Ibid, p. 63 : « Intersectionnalité : le terme “intersectionnalité” est né au sein du féminisme noi (...)

INTERSEZIONALITÀ
Il termine « intersectionality » nacque all’interno de black feminism statunitense sul finire degli anni ’80. Ad utilizzarlo per la prima volta fu Kimberlé Crenshaw, giurista e attivista statunitense, che nel 1989 scrisse Demarginalizing the Intersextion of Race and Sex.50

  • 51 Loc. cit. : « L’identité de prostituée rencontre et se superpose avec celle de trans et d’immigrée (...)
  • 52 F. Ceccarelli, « Kali Sudhra. Brown, wild & free », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 28 : « […] ê (...)

24Souvent présent dans les articles de fond, ce travail de recontextualisation et de définition des concepts place la revue dans une logique pédagogique et vient également éclairer les récits de vie de la rubrique « Storie », comme c’est le cas ici avec le parcours de « Francesca », travailleuse du sexe péruvienne et trans à Milan, que l’autrice de l’article, Giulia Zolino, présente en ces termes : « L’identità di prostituta si incontra e si sovrappone con quella di trans e immigrata. Queste tre assi identitari si intrecciano tra loro, generando un sistema di oppressione, che qualcuna un po’ di tempo fa spiegò meravigliosamente con il paradigma dell’intersezionalità »51. Sous une apparente légèreté et un design pop et coloré, Frisson dissémine le long de ses pages de véritables leçons théoriques ou historiques, délimitant les contours d’un féminisme intersectionnel qui trouve sa justification dans les témoignages de femmes racisées dont la revue se fait l’écho, tel que celui de la performer Kali Sudhra sur le racisme dans l’industrie pornographique : « […] il fatto di essere una donna indiana che lavora nel porno comporta non solo l’essere feticizzata, ma anche infantilizzata. Per esempio, mi viene spesso chiesto: “Cosa pensa la tua famiglia del fatto che tu fai porno?” »52.

  • 53 F. Ceccarelli, « Jiz Lee. I don’t feel like a woman, I don’t feel like a man. Can’t I just be me?  (...)

25Autre héritage du féminisme dit « de troisième vague », l’assimilation des théories queer permet à Frisson de livrer un message sur le genre qui déconstruit les dichotomies sexuelles et genrées et propose une lecture des corps fluide et un érotisme qui l’est tout autant. La revue dédie la quasi-totalité de son deuxième numéro à la transidentité et s’attache à en fournir des représentations multiples : par la présence de témoignages réels d’abord – dont la matérialité physique et la représentation photographique semblent importer autant que les mots dans le but de lutter contre l’invisibilisation des minorités –, mais aussi par la mention de nombreux produits culturels mettant en scène des personnages non cisgenres (BD, romans, shows télévisés, etc.) pour œuvrer à la représentativité et à la visibilité des modèles, qu’ils soient littéraires ou cinématographiques. Deux numéros plus tard, à l’été 2020, dans son numéro consacré au thème de la contrainte et inspiré du confinement lié à la crise du Covid-19, c’est une autre personnalité non cisgenre qui est choisie en la personne de Jiz Lee, performer américain* non-binaire, au centre d’une longue interview largement illustrée de portraits au titre efficace : « I don’t feel like a woman, I don’t feel like a man. Can’t I just be me? »53.

  • 54 D. Garcia Di Meo, « What? », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 45-53.
  • 55 Ibid., p. 49 : « La surdité n’est plus considérée comme un handicap. Je me considère comme n’impor (...)
  • 56 M. P. Binazzi, « Paralitico supergay e… very cool! », Frisson, no 4, été 2020, p. 69 : « Special a (...)
  • 57 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 6, hiver 2021, p. 5 : « L’objectif est de normaliser une per (...)

26Dans une logique d’inclusivité et dans une volonté de représenter tous les types de corps (en s’éloignant de la représentation dominante dans la presse de corps blancs, cisgenres, valides et supposément hétérosexuels), Frisson multiplie donc les modèles queer, mais aussi ceux porteurs de handicap. Dans son troisième numéro, Frisson intègre le thème du handicap dans ses textes en dédiant un reportage photographique54 à une jeune femme atteinte de surdité, Ambra. Donner à voir pour habituer le regard à la différence semble être l’objectif de tels articles. « Alla sordità non do più tanto peso come handicap. Mi ritengo come una qualsiasi altra persona »55, déclare Ambra, semblant faire écho au processus d’inclusivité et de normalisation des clichés photographiques. Le numéro 4 de la revue poursuit cette lignée et propose une recension de la série Special, mettant un scène un homme gay et atteint de paralysie cérébrale, et dont est fait le résumé suivant : « Special parla di diverse tematiche riguardanti diversità, disabilità e intersezione tra queste dimensioni »56. Mais c’est avec un numéro publié lors de sa deuxième année de parution, à l’hiver 2021, que Frisson s’engagera plus avant pour la visibilité des personnes touchées par le handicap, auquel l’intégralité du numéro 6 est consacrée : suivant le fil rouge qui la caractérise, la revue y traitera du lien entre sexualité et handicap, en proposant des témoignages multiples et des reportages photographiques variés. La couverture du numéro ne fera aucun doute sur la volonté de rendre visible les personnes atteintes de handicap puisque le modèle en une, Ryann Kress, « Mrs Wheelchair Virginia 2020/21 », sera représenté pas moins de 26 fois, débordant sur la quatrième de couverture, en hommage de nouveau au travail sérigraphique pop art d’Andy Warhol auquel l’image emprunte cette fois son caractère sériel. « L’intento è quello di normalizzare una persona – una donna, in questo caso – sulla sedia a rotelle, e far sì che lei rappresenti se stessa, ma anche tutte le altre persone con disabilità che vengono discriminate, silenziate e lasciate da parte »57, affirme alors Francesca Ceccarelli dans l’édito du numéro.

Figure 5. Couverture du no 6 de la revue Frisson, hiver 2021

Figure 5. Couverture du no 6 de la revue Frisson, hiver 2021
  • 58 S. Magaraggia, « Il moto ondoso dei femminismi: abbiamo avvistato la quarta ondata? », dans Genere (...)

27Si Frisson est donc bien l’héritier revendiqué des grands courants féministes « de troisième vague » par son caractère queer, inclusif et intersectionnel, et sans doute l’héritier inconscient des grands acquis des féminismes « de deuxième vague », il nous semble pourtant qu’il constitue un exemple de revue typique du féminisme « de quatrième vague », dont on peut situer l’émergence au milieu de la décennie 2010, et qui se distinguerait de la précédente « vague » non tant par le contenu dont il prolonge les combats que par les moyens d’action, avec l’apogée d’internet et l’explosion des réseaux sociaux, et dont les mouvements #MeToo ou #BalanceTonPorc seraient des moments-clés. Sveva Magaraggia58, retraçant le passage de la troisième à la quatrième vague féministe, résume ainsi l’effet fédérateur et donc politique des réseaux sociaux :

  • 59 One Billion Rising est le nom de la campagne mondiale de lutte contre le viol et les violences sex (...)
  • 60 S. Magaraggia, art. cit., p. 29-30 : « Grâce à la diffusion des smartphones et des réseaux sociaux (...)

Grazie alla diffusione degli smartphone e dei social media si è sviluppato quello che viene definito #activism. L’eco globale che azioni femministe quali One Billion Rising59 hanno avuto, mostrano le potenzialità delle pratiche di partecipazione ed organizzazione digitale. La rete è il perfetto traduttore di pratiche individuali in azioni globali.60

28Malgré sa nature de revue papier, Frisson s’inscrit pourtant pleinement dans cette logique d’utilisation des réseaux sociaux, pour sa diffusion commerciale, mais aussi pour fédérer son lectorat autour de ses engagements féministes. Très présente sur internet, Frisson est dotée d’un site web où sont vendus revues et produits dérivés, ainsi que d’une page Facebook61, d’un compte Twitter62 et d’un compte Instagram63. On peut considérer qu’il s’agit d’une forme de « multimédialité » dans la mesure où le contenu textuel et le contenu visuel sont (partiellement) reproduits sur ces supports numériques, projetant la revue dans une temporalité et une interactivité différentes : caisse de résonance du magazine, les réseaux sociaux de la revue font fonction de lieux de sociabilité féministe où les lectrices et les lecteurs se mettent en scène régulièrement avec le numéro en cours à la main et commentent parfois les thématiques des numéros ou les photographies. Véritable péritexte, les pages numériques de la revue en relaient les intentions ou en prolongent les contenus, notamment par le biais de vidéos dans lesquelles la rédactrice Francesca Ceccarelli s’adresse à ses lectrices et lecteurs.

  • 64 Dans un des articles de son blog Vitamine Vaganti, Marika Banci, autrice d’un mémoire sur les revu (...)
  • 65 F. Ceccarelli, « Calpestando il Catcall », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 18-21.
  • 66 L’expression désigne le harcèlement de rue, en particulier les interpellations verbales ou les com (...)
  • 67 A. Gennaro, « Edito », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 6 : « […] nous allons essayer de réfléchir. A (...)

29Autre caractéristique de la « quatrième vague » féministe, la dimension internationale inhérente à la nature numérique des luttes et des échanges constitue l’un des traits particuliers de la revue. Largement influencée dans son design par les magazines anglo-saxons du même type64, Frisson utilise largement la langue anglaise : sur les réseaux sociaux – et dès le premier post sur Facebook – les messages et les hashtags sont souvent traduits en anglais, en particulier lorsqu’ils concernent des personnalités non italiennes dont traite la revue. Plus étonnant, les citations en une sont en anglais pour la plupart des numéros (généralement avec une traduction en regard) et certains articles apparaissent même en version intégralement bilingue italien-anglais (notamment les interviews de figures non-italophones comme celles de Kali Sudhra dans le troisième numéro ou de Jiz Lee dans le quatrième). L’anglais joue dans la revue le rôle de langue de communication d’un féminisme international, marqué par la globalisation des luttes féministes grâce aux réseaux sociaux et à internet. Se plaçant dans cette dimension internationale en choisissant elle-même de mettre en avant des personnalités étrangères ou de cultures mixtes (Erika Lust, suédoise et espagnole ; Kali Sudhra, d’origine indienne, ayant grandi au Canada et vivant à Barcelone, etc.), il semble alors logique que la revue Frisson relaie dès le premier numéro les luttes féministes numériques de nombreux pays, dont elle ne manque pas de souligner le caractère mondial comme dans l’article « Calpestando il Catcall »65 où l’interview de la New-Yorkaise Sophie Sandberg, en lutte contre le catcalling66 et créatrice du projet Catcalls of New York, est accompagnée de trois autoportraits présentant les créatrices de projets identiques à Milan, Rome et Florence. Penser le féminisme dans une perspective internationale ne signifie pas pour autant considérer les femmes comme un groupe homogène et universel, comme le rappelle Angela Gennaro dans l’un des deux éditos du même numéro : « […] tenteremo di riflettere. Con uno sguardo costantemente rivolto anche a quello che accade nel resto del mondo, per farci ispirare e perché conoscere l’Alterità, chissà, forse può aiutarci a capire e raccontare meglio anche quello che ci è più vicino »67. S’inscrivant dans une dimension internationale et connectée, mais attachée toutefois à sa réalité nationale comme en témoignent les articles sur la politique italienne ou sur les projets féministes en Italie (qu’il s’agisse de librairies ou d’éducation à la sexualité), Frisson donne à voir un féminisme ancré dans son époque, conscient de son histoire récente et sans doute un peu moins de ses origines, mais aussi soucieux de son avenir.

 

  • 68 La fin des années 1970 représente une évolution importante du mouvement féministe italien, qui pas (...)
  • 69 A. Calabrò et L. Grasso, Dal movimento femminista al femminismo diffuso: ricerca e documentazionen (...)

30La première année de publication de la revue Frisson étudiée dans cet article donne à lire une ligne éditoriale politiquement engagée et un design graphique original, dont l’objectif n’est pas qu’esthétique comme on l’a vu. Née à l’époque non plus du féminisme politique militant68 mais du féminisme « diffuso »69, l’équipe rédactionnelle de la revue propose un type de féminisme que l’on pourrait qualifier – que l’on nous pardonne le jeu de mots – d’infuso (« infusé »). Héritier des féminismes précédents, dont il semble avoir intégré les enjeux idéologiques et déterminé les limites et les points de tension, Frisson propose des prises de position variées mais cohérentes, considérant en quelque sorte le féminisme comme une grille de lecture du monde évidente, qui en infiltrerait tous les niveaux (du design à la politique des corps, de la série télévisée à l’action militante), sans en assoupir pour autant les revendications politiques et la volonté de passage à l’activisme politique, virtuel ou non. Cette ligne féministe, libérale, intersectionnelle et inclusive, semble être fertile et rencontrer son public, si l’on en croit la poursuite de la publication de la revue qui, malgré la crise économique et sanitaire du Covid-19, qui en a entravé parfois la diffusion, a publié à l’automne 2021 son 11e numéro.

Haut de page

Notes

1 Page web professionnelle de Francesca Ceccarelli, rubrique « About ». En ligne : [https://www.francescaceccarelli.it/about/] (consulté le 3 avril 2022).

2 Loc. cit. : « Nel 2019 ho fondato la testata giornalistica indipendente Frisson, nata come tesi di laurea magistrale e divenuta poi realtà » (« En 2019, j’ai fondé le journal indépendant Frisson, qui a commencé comme un mémoire de maîtrise avant de devenir une réalité » ; les traductions sont de l’éditrice).

3 Publié pour la première fois en mai 2018, le magazine Frute a été créé par Cecilia Cappelli dans le cadre de ses études en conception graphique éditoriale. La publication se définit comme « una rivista indipendente che affronta i temi del femminismo intersezionale, dei confini sessuali e dell’accettazione » (« un magazine indépendant qui aborde les questions du féminisme intersectionnel, des frontières sexuelles et de l’acceptation »). En cours de publication, elle comprend pour le moment six numéros.

4 Mulieris Magazine, dont la langue de rédaction est l’anglais, est un semestriel né en 2020 et publié par deux photographes, Greta Langianni et Sara Lorusso, et une graphiste, Chiara Cognigni. Il se présente comme « an independent magazine based in Italy. Mulieris is not only a magazine, but it’s a platform, a safe place, a community, a source for art and events created by women, but that aims to speak to everyone regardless of their gender or sex » (« un magazine indépendant basé en Italie. Mulieris n’est pas seulement un magazine, c’est aussi une plateforme, un lieu sûr, une communauté, une source d’art et d’événements créés par des femmes, mais qui vise à s’adresser à tout le monde, indépendamment de leur genre ou de leur sexe »). Trois numéros ont actuellement été publiés.

5 Ossì, qui exploite également une veine graphique très pop et coloré, est un fanzine érotique à publication semestrielle créé par Alice Scornajenghi en 2018, dont chaque numéro comporte une nouvelle et des photographies.

6 Publié depuis 2017 par Alice Franceschini, Chicks se veut une « autoproduzione che raccoglie illustrazioni, collage, fotografie, è una fanzine di mitologia femminista » (« auto-production qui rassemble des illustrations, des collages, des photographies ; c’est un fanzine de mythologie féministe »).

7 J. Luyssen, « Pop féminisme », dans C. Bard (dir.), Dictionnaire des féministes : France XVIIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2017, p. 1150.

8 Publiés entre l’automne 2019 et l’été 2020, les quatre premiers numéros de la revue Frisson étudiés dans cet article paraissent juste avant puis en pleine crise du coronavirus. Si le thème de la pandémie apparaît peu jusqu’au troisième numéro du printemps 2020 – où le sujet est mis de côté dans l’édito qui affirme vouloir offrir un contenu propice à l’évasion, loin de l’actualité dramatique –, il se fait central dans le numéro 4, et le confinement vécu dans de nombreux pays, dont l’Italie, inspire à la revue son thème trimestriel, la contrainte, déclinée sous plusieurs aspects : celui de la contrainte physique dans l’univers de la sexualité avec le BDSM, celui de la contrainte des normes de genre et de la possibilité de s’en échapper, celui de la contrainte physique liée à la pandémie enfin avec des articles sur la sexualité en temps de confinement.

9 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 1, automne 2019, p. 5 : « un magazine lifestyle sur la sexualité, le plaisir, les droits et l’intersectionnalité ».

10 Loc. cit. : « Frisson – du français “frisson de plaisir”, orgasme de la peau ».

11 Loc. cit. : « Cependant, à un moment de l’histoire où l’autodétermination des femmes est menacée, où il semble y avoir des retours en arrière sur des droits importants obtenus au fil des ans et où la discrimination est de plus en plus tangible, passer d’un message “physique” à un message plus politique était un mouvement naturel. C’est pourquoi la devise du magazine est “Au-delà du plaisir” : aller au-delà de la surface et approfondir les questions liées aux politiques sociales est la base pour soutenir tout discours sur la sexualité et sur la libération des tabous. »

12 Une évolution apparaît au fil des numéros sur la question de l’héritage des féminismes antérieurs, comme si, après avoir revendiqué son identité féministe contemporaine, la revue pouvait également revenir à ses sources idéologiques. C’est par exemple le cas de l’article « Lì, dove la vita ha inizio », dans le 7e numéro, qui présente le témoignage d’une femme travaillant dans un Centro Antiviolenza et qui retrace longuement l’histoire de ces centres nés dans les années 1970 et se place dans une logique de continuité militante et idéologique : « Ricordo ancora il giorno del colloquio: seduta in quel divanetto all’ingresso, davanti a me quadri in bianco e nero, foto di manifestazioni femministe degli anni ’70. […] Era come se lì potesse avvertire l’energia di secoli di lotta », M. Tescari, « Lì, dove la vita ha inizio », Frisson, no 7, printemps 2021, p. 86 (« Je me souviens encore du jour de l’entretien : assise sur ce petit canapé à l’entrée, devant moi des images en noir et blanc, des photos de manifestations féministes des années 1970. [...] C’était comme si je pouvais sentir l’énergie de siècles de lutte là »).

13 Loc. cit. : « Je parle de Frisson comme d’un magazine féministe : en fait, aujourd’hui plus que jamais, je trouve très difficile d’utiliser ce terme en toute connaissance de cause. En effet, grâce aussi à la résonance tonitruante des médias sociaux, le féminisme est aujourd’hui sur toutes les lèvres […] : cela a sûrement favorisé sa diffusion auprès des jeunes générations […] et une meilleure compréhension chez les plus anciennes aussi. Cependant, au fil du temps, différentes franges se sont formées, chacune avec ses propres idéaux et positions : c’est pourquoi beaucoup affirment qu’aujourd’hui, il est plus correct de parler de féminismes – oui, au pluriel – plutôt que d’un seul féminisme. »

14 C’est le cas de l’ouvrage collectif intitulé Le siècle des féminismes, E. Gubin et al. (dir.), Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 2004, ou encore de Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, B. Pavard, F. Rochefort et M. Zancarini-Fournel, Paris, La Découverte, 2020.

15 F. Ceccarelli, art. cit., p. 5.

16 Loc. cit. : « Les féminismes que défend Frisson sont les plus transitionnels possibles : ceux qui se fondent sur le principe d’autodétermination de chaque être humain, qui soutiennent toute position qui n’empiète pas sur les libertés d’autrui et qui sont le résultat d’un libre choix de chacun, en vue de l’épanouissement personnel. »

17 L. Dechaufour, « Anarchaféminisme », dans C. Bard (dir.), op. cit., p. 57.

18 F. Ceccarelli, art. cit., p. 5 : « culture, prise de conscience, curiosité et plaisir ».

19 Loc. cit. : « Frisson n’aime pas les sermons […] ni les “leçons” ».

20 Loc. cit. : « Nous pensons que les belles choses doivent être touchées, senties et regardées à la lumière naturelle, et qu’elles doivent être conservées. »

21 Loc. cit. : « un langage “conventionnel, convaincue que la volonté même du projet et les thèmes qu’il aborde expriment fortement la volonté de s’adresser à tous les publics. »

22 Ibid., p. 6.

23 On pensera par exemple au Livre de la Cité des Dames de Christine de Pisan, dans lequel différentes figures de femmes illustres, légendaires ou historiques, illustrent des vertus comme la Force, l’Intelligence et l’Invention ou bien au De mulieribus claris dans lequel Boccace propose une collection de biographies de femmes illustres réelles ou imaginaires.

24 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 5.

25 Loc. cit. : « J’ai voulu raconter moi aussi une partie difficile de mon adolescence – et je ne le fais pas souvent – je sentais que c’était nécessaire pour tous les autres “moi” qui n’ont reçu aucun soutien. C’est peut-être le sens de toutes ces histoires. »

26 L. Irigaray, Speculum, de l’autre femme, Paris, Minuit, 1974.

27 F. Ceccarelli, « Le Sex en Rose: mille modi di parlare di sessualità », Frisson, no 1, automne 2019, p. 23 : « Que pensez-vous du féminisme aujourd’hui ? […] après les dernières affaires médiatiques, il semblait qu’une nouvelle vague féministe s’était réveillée ».

28 F. Ceccarelli, « Colazine da Tuba », Frisson, no 1, automne 2019, p. 29 : « Que pensez-vous du concept de féminisme aujourd’hui ? Il semble parfois qu’il soit devenu très pop (qui n’a pas un t-shirt avec une devise féministe dans son armoire ?) et que le concept à l’origine de ce mouvement ait été perdu ».

29 F. Ceccarelli, « Come crescere un figlio femminista », Frisson, no 1, automne 2019, p. 77 : « Par “féministe”, j’entends une personne qui croit en la pleine égalité des hommes et des femmes ».

30 F. Ceccarelli, « Come essere una “slut” e vivere per sempre felici e contente », Frisson, no 1, automne 2019, p. 38 : « un sujet qui divise trop, même pour le féminisme, qui le considère souvent comme une exploitation dégradante de son propre corps ».

31 G. Zollino, « Quando a salvarti è il sex work », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 83.

32 Ibid., p. 84 : « éducatrice sexuelle, travailleuse de rue et pute féministe ».

33 Ibid., p. 83 : « Celles qui considèrent la prostitution comme l’expression ultime de la domination masculine sur les femmes ; celles qui soulignent que la prostitution est un travail et insistent sur la demande de droits et de protection ; et enfin, celles qui mettent l’accent sur l’autodétermination et la dimension du choix ».

34 Ibid., p. 84 : « qu’être une ou un travailleur du sexe peut être un choix autodéterminé et que le travail du sexe est aussi une libération ».

35 F. Mazzenga, « Il sessismo ai tempi della nuova destra », Frisson, no 1, automne 2019, p. 80 : « Le gouvernement précédent, au cours de l’année écoulée, a soutenu fermement des lois discutables concernant la garde partagée des enfants, des discriminations et une unique certitude dominante : la lutte sans limite contre le genre féminin ».

36 Ibid., p. 84 : « Heureusement, nous parlons d’un passé possible, mais il semble vraiment important de se rappeler ce qui était en train de s’écrire et comment nous continuons à redessiner une société qui, ayant obtenu de tels droits, serait condamnée à un Moyen Âge absurde aux portes de 2020 ».

37 F. Ceccarelli, « Pippo Civati. È impegnativo essere femministi », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 90-96.

38 Pour un panorama de la presse féminine du xxe siècle et du début du xxie siècle, voir G. Bochicchio et R. De Longis, La stampa periodica femminile in Italia: repertorio 1861-2009, Rome, Biblink, 2010.

39 Créé en 1944, NoiDonne est le mensuel de l’UDI (Union donne italiane). Malgré sa longévité, une crise financière le contraint à opter en 2016 pour une version numérique. Il propose désormais une publication hebdomadaire. En ligne : [https://www.noidonne.org/] (consulté le 3 avril 2022).

40 Effe est une revue féministe mensuelle créée en 1973 dont le dernier numéro est publié en 1982. Elle a pour objectif la diffusion de la culture et de l’actualité du mouvement des femmes. Adele Cambria en fut l’une des premières responsables éditoriales. Les archives de la revue sont disponibles sur son site web. En ligne : [https://efferivistafemminista.it/] (consulté le 3 avril 2022).

41 DWF DonnaWomenFemme naît en 1975 grâce à Tilde Capomazza et Annarita Buttafuoco. Consacrée aux women’s studies, la revue s’oriente davantage vers la politique au milieu des années 1980. Elle continue d’être publiée et dispose également d’une version numérique. En ligne : [https://www.dwf.it/] (consulté le 3 avril 2022).

42 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 5.

43 F. Mazzenga, art. cit., p. 80.

44 Peut-être s’agit-il ici d’une allusion à la célèbre réplique brechtienne : « Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde », dans l’épilogue de la pièce La Résistible Ascension d’Arturo Ui (1941), qui retrace sous forme de parabole la montée du nazisme en Allemagne. L’expression « bête immonde » est aujourd’hui associée à toute forme d’idéologie nazi-fasciste ou plus largement d’extrême droite.

45 « Vous êtes bien plus que votre apparence extérieure, votre genre et votre statut sentimental. »

46 On en trouve une occurrence dans le premier numéro mais sous forme d’interrogation : « Che cosa ne pensate del femminismo oggi? […] dopo gli ultimi casi mediatici sembrava che si fosse risvegliata una nuova ondata femminista » (« Que pensez-vous du féminisme aujourd’hui ? […] après les dernières affaires médiatiques, il semblait qu’une nouvelle vague féministe s’était réveillée »), dans F. Ceccarelli, « Le Sex en Rose: mille modi di parlare di sessualità », Frisson, no 1, automne 2019, p. 23. Sur l’utilisation de la métaphore des vagues et son rôle dans l’histoire des féminismes, voir B. Pavard, « Faire naître et mourir les vagues : comment s’écrit l’histoire des féminismes », dans Itinéraires, 2017-2/2018. En ligne : [http://journals.openedition.org/itineraires/3787] (consulté le 3 avril 2022) et J. Reger, « Finding a place in history: The discursive legacy of the wave metaphor and contemporary feminism », Feminist Studies, vol. XLIII, no 1, 2017, p. 193-221.

47 N. Hedjerassi, « Intersectionnalité », dans C. Bard (dir.), Dictionnaire des féministes, op. cit., p. 795.

48 Frisson (4 juillet 2019). En ligne : [https://www.facebook.com/frissonmagazine/videos/1620588701408298/] (consulté le 3 avril 2022).

49 G. Zollino, « La Parada delle Travestis », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 58-63.

50 Ibid, p. 63 : « Intersectionnalité : le terme “intersectionnalité” est né au sein du féminisme noir américain à la fin des années 1980. Il a été utilisé pour la première fois par Kimberlé Crenshaw, juriste et activiste américaine, qui a écrit en 1989 Demarginalizing the Intersectionality of Race and Sex. »

51 Loc. cit. : « L’identité de prostituée rencontre et se superpose avec celle de trans et d’immigrée. Ces trois axes d’identité s’entrecroisent, générant un système d’oppression, qu’une femme a magnifiquement expliqué il y a quelque temps avec le paradigme de l’intersectionnalité. »

52 F. Ceccarelli, « Kali Sudhra. Brown, wild & free », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 28 : « […] être une femme indienne travaillant dans le porno implique non seulement d’être fétichisée, mais aussi infantilisée. Par exemple, on me demande souvent : “ Que pense ta famille du fait que tu fasses du porno ?” »

53 F. Ceccarelli, « Jiz Lee. I don’t feel like a woman, I don’t feel like a man. Can’t I just be me? », Frisson, no 4, été 2020, p. 20-35.

54 D. Garcia Di Meo, « What? », Frisson, no 3, printemps 2020, p. 45-53.

55 Ibid., p. 49 : « La surdité n’est plus considérée comme un handicap. Je me considère comme n’importe quelle autre personne. »

56 M. P. Binazzi, « Paralitico supergay e… very cool! », Frisson, no 4, été 2020, p. 69 : « Special aborde différentes questions concernant la diversité, le handicap et l’intersection entre ces dimensions. »

57 F. Ceccarelli, « Edito », Frisson, no 6, hiver 2021, p. 5 : « L’objectif est de normaliser une personne – une femme, en l’occurrence – en fauteuil roulant, et de faire en sorte qu’elle se représente elle-même, mais aussi toutes les autres personnes handicapées qui sont discriminées, réduites au silence et laissées de côté. »

58 S. Magaraggia, « Il moto ondoso dei femminismi: abbiamo avvistato la quarta ondata? », dans Genere e partecipazione politica, S. Magaraggia et G. Vingelli éd., Milan, FrancoAngeli, 2015, p. 23-34.

59 One Billion Rising est le nom de la campagne mondiale de lutte contre le viol et les violences sexuelles contre les femmes lancée en 2012 sous l’impulsion de la dramaturge et militante féministe américaine Eve Ensler.

60 S. Magaraggia, art. cit., p. 29-30 : « Grâce à la diffusion des smartphones et des réseaux sociaux, ce que l’on appelle #activisme s’est développé. L’écho mondial qu’ont eu des actions féministes telles que One Billion Rising montre le potentiel des pratiques de participation et d’organisation numériques. Le web est le parfait traducteur des pratiques individuelles en actions globales. »

61 En ligne : [https://www.facebook.com/frissonmagazine] (consulté le 3 avril 2022).

62 En ligne : [https://twitter.com/Frisson_Mag] (consulté le 3 avril 2022).

63 En ligne : [https://www.instagram.com/frisson_magazine/] (consulté le 3 avril 2022).

64 Dans un des articles de son blog Vitamine Vaganti, Marika Banci, autrice d’un mémoire sur les revues féministes des années 1970 à aujourd’hui, propose une liste de magazines anglo-saxons « [che] trattano di femminismo con ironia e giocando sulla forma oltre che sui contenuti » (« [qui] traitent du féminisme avec ironie et en jouant sur la forme comme sur le fond ») et qui ont inspiré selon elle certaines revues féministes italiennes comme Frute ou Flewid. Voir M. Banci, « Le riviste femministe in Italia », Vitamine Vaganti, 23 novembre 2019. En ligne : [https://vitaminevaganti.com/2019/11/23/le-riviste-femministe-in-italia/] (consulté le 3 avril 2022).

65 F. Ceccarelli, « Calpestando il Catcall », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 18-21.

66 L’expression désigne le harcèlement de rue, en particulier les interpellations verbales ou les commentaires non sollicités dans l’espace public.

67 A. Gennaro, « Edito », Frisson, no 2, hiver 2020, p. 6 : « […] nous allons essayer de réfléchir. Avec un regard constamment tourné vers ce qui se passe dans le reste du monde, pour nous inspirer et parce que, qui sait, connaître l’altérité peut peut-être nous aider à mieux comprendre et à mieux raconter aussi ce qui nous est le plus proche. »

68 La fin des années 1970 représente une évolution importante du mouvement féministe italien, qui passe des actions militantes et collectives, très visibles, à une diffusion plus intellectuelle, dans des associations, des groupes de recherche, des associations de femmes contre la violence, des bibliothèques, etc. Parmi les multiples causes de ce changement, le contexte économique et politique italien post « années de plomb » joue un rôle important, tout comme les avancées légales récemment obtenues qui, en estompant quelque peu les disparités entre hommes et femmes, font perdre au Mouvement son élan contestataire. L’Italie passe alors du féminisme historique politique à un féminisme qualifié de « diffus ».

69 A. Calabrò et L. Grasso, Dal movimento femminista al femminismo diffuso: ricerca e documentazionenell’area lombarda, Milan, Angeli, 1985.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Couverture du no 1 de la revue Frisson, automne 2019
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8524/img-1.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Figure 2. Page d’ouverture du dossier « Il sessismo ai tempi della nuova destra », Frisson no 1, automne 2019, p. 80
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8524/img-2.png
Fichier image/png, 852k
Titre Figure 3. Couvertures des quatre premiers numéros de Frisson
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 4. Publicité « Naturale. Bioprofumeria »
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8524/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 5. Couverture du no 6 de la revue Frisson, hiver 2021
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/8524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alison Carton-Kozak, « Frisson, une revue féministe inclusive et intersectionnelle au design pop à l’ère des réseaux sociaux et de la mondialisation », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 19 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8524

Haut de page

Auteur

Alison Carton-Kozak

ENS de Lyon • Docteure en Études romanes, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS de Lyon, Alison Carton-Kozak a soutenu en 2013 une thèse intitulée Écritures du corps et féminismes : genre, sexualité et maternité dans l’œuvre narrative à la première personne de Dacia Maraini. S’inscrivant dans la perspective des gender studies, ses recherches portent sur l’écriture féministe et les écrits féminins italiens des XXe et XXIe siècles. Elle dirige depuis 2014 le volet italien de la revue La clé des langues. Elle a notamment publié les articles suivants : « Protester en chanson : la parodie de La canzone di Marinella de Fabrizio De André par le Movimento femminista romano », dans Chanson & parodie, P. Abbrugiati éd. (Presses universitaires de Provence, 2018) et « Fare o disfare il genere, la tentazione paradossale della collana di racconti lesbici Principesse azzurre », dans Cahier d’études italiennes. Novecento... e dintorni, no 16, 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search