Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28VariaLes échanges féministes franco-it...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Les échanges féministes franco-italiens par la traduction éditoriale depuis les années 1960

Gli scambi femministi franco-italiani tramite le traduzioni editoriali dagli anni 1960 a oggi
Franco-Italian feminist exchanges through published translated texts since the 1960s
Fanny Mazzone

Résumés

Cette étude propose d’observer les échanges éditoriaux franco-italiens en matière de féminisme et de genre à l’aune de l’activité de traduction vers le français des livres édités dans les maisons d’éditions et les collections spécialisées en Italie. L’attention portée sur les activités de traduction permet, d’une part, de dresser un panorama de l’édition spécialisée sur le féminisme, les femmes et le genre en Italie et, d’autre part, d’évaluer la part de l’édition spécialisée dans les échanges culturels par le transfert de ces textes. Alors que la publication d’un livre dans une structure spécialisée confère au texte une grille de lecture ou renforce son message militant, le transfert d’un texte d’une langue à l’autre ne se réalise pas toujours entre structures homologues. Toutefois, par leur politique de traduction, les structures spécialisées ont contribué à favoriser la circulation transnationale de la pensée féministe, dans une alternative à l’anglais, par l’exportation de textes variés. Le développement d’une offre nouvelle – inédite, traduite ou redécouverte, locale ou venue d’ailleurs – témoigne de l’émulation éditoriale suscitée par l’ouverture d’un marché depuis le pôle militant et sur lequel se sont ensuite insérés les éditeurs les mieux installés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. D., « L’Italie au féminisme, recueil de textes sous la responsabilité de Louise Vandelac, Paris (...)

1En 1978, à l’occasion de la parution du recueil L’Italie au féminisme aux éditions Tierce de Françoise Pasquier à Paris1, la revue représentative en France du féminisme matérialiste Questions féministes a affirmé le caractère intrinsèquement international et internationaliste du féminisme, mais elle a aussi relevé les obstacles, principalement financiers et linguistiques, qui se posent à la communication entre les mouvements nationaux. Si l’écrit semble fondamental pour contourner ces difficultés, quel ouvrage peut en effet restituer, à lui seul, l’ampleur et la diversité des mouvements féministes dans chaque région du monde ? S’il est avéré que le féminisme transnational comporte une forte dimension franco-américaine, qu’en est-il des échanges culturels féministes conduits sur d’autres axes géoculturels ? Cette étude, qui envisage d’observer une partie des échanges éditoriaux franco-italiens, s’intéresse aux publications consacrées au féminisme et au genre, principalement à partir de l’activité de traduction vers le français des livres publiés dans les maisons d’éditions et les collections spécialisées. Par leur politique de traduction, ces structures ont contribué à favoriser la circulation transnationale de la pensée féministe par l’exportation de textes variés, qu’il s’agisse de classiques transnationaux, de livres militants, d’essais, de fictions ou d’études universitaires.

2L’attention portée à l’édition féministe italienne permet d’évaluer la place occupée par l’édition spécialisée dans ces transferts. Il est probable, d’une part, que l’hypothèse de l’existence de voies de circulation privilégiées constituées par ces structures spécialisées, en raison des positions homologues qu’elles occupent dans chacun des champs nationaux respectifs, soit relativisée. D’autre part, les relations professionnelles qu’entretiennent ces structures éditoriales féministes ou spécialisées dans les questions de genre ne semblent pas systématiques. Les premières structures éditoriales et librairies spécialisées à avoir développé ce marché ont été immédiatement confrontées, à l’instar de leurs homologues situées dans d’autres régions du monde, aux questions relatives à la viabilité entrepreneuriale de leur activité culturelle. Une édition féministe peu dotée financièrement ouvre cependant ce marché composé d’œuvres traduites, suscitant une production nouvelle ou incitant à la redécouverte de classiques fondamentaux, un marché dans lequel s’insèrent aussi les éditeurs les mieux installés.

  • 2 Notamment the Italian Women’s Library Catalogue et le catalogue du Servizio bibliotecario nazional (...)
  • 3 F. Mazzone, « La traduction aux éditions Des Femmes : une stratégie “géo-politico-poético-éditoria (...)
  • 4 P. Codognotto et F. Moccagatta, Editoria femminista in Italia, Rome, Associazione italiana bibliot (...)
  • 5 R. Sarti, « La genèse de Genesis », F.-R. Lorenzo trad., dans « L’Histoire des femmes en revue Fra (...)

3Partant de l’observation des fonds des maisons spécialisées en Italie, le repérage des textes ayant fait l’objet de traductions du français (quel que soit le pays francophone d’origine) s’est accompagné de l’identification, dans l’autre sens des échanges, des textes produits en Italie ayant fait l’objet d’une traduction française. Grâce à la consultation croisée des catalogues des bibliothèques spécialisées2 et au sondage de l’Index translationum lorsque la base était encore disponible à la consultation, les titres passés du français à l’italien pour leur édition au sein de structures féministes ont été recensés. Aussi, cette recherche envisage une partie des politiques éditoriales de traduction alternatives à l’anglais au sein de l’édition féministe, ce que nous avions ébauché dans le cadre de travaux antérieurs3. L’investigation réalisée vers la fin des années 1990 par Piera Codognotto et Francesca Moccagatta4, toutes deux bibliothécaires à Florence et fondatrices de la Cooperativa delle donne de la ville, fournit un panorama relativement précis des initiatives éditoriales italiennes depuis les années 1970. Le traitement systématique des revues a été écarté de la présente recherche pour considérer ici principalement le livre, mais nous savons, tout au moins pour la France, que de nombreux périodiques spécialisés ont consacré leurs colonnes au féminisme en Italie, comme Des femmes en mouvements hebdo (no 14 du 8 février 1980) ou les premiers numéros du mensuel Histoires d’elles. Les Cahiers du GRIF et Nouvelles Questions féministes ont traduit des articles de l’italien et d’autres périodiques continuent de s’intéresser aux revues féministes. Pour citer un exemple plus récent, la revue universitaire CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, s’est intéressée en 2002 à Genesis5.

La constitution d’un champ éditorial spécialisé

  • 6 A. Bokobza « La vague de la littérature italienne », dans Translatio. Le marché de la traduction e (...)
  • 7 Librairie des femmes de Milan, Ne crois pas avoir de droits. La génération de la liberté féminine (...)

4La production littéraire traduite depuis l’italien est loin d’être ignorée des catalogues éditoriaux francophones – on parle de « vague littéraire italienne »6 pour caractériser ces échanges culturels de la fin du XXe siècle – depuis les œuvres d’Elsa Morante traduites à partir des années 1960, jusqu’à Susanna Tamaro et Anna-Maria Ortese, les deux seules femmes qui figurent au palmarès des 17 autrices et auteurs les plus traduit.es en français au tournant des années 2000. Le mouvement de publication des succès internationaux du féminisme accroît l’intérêt des éditeurs pour les textes qui développent une pensée féministe. Ce processus accompagne la lecture des américaines telles que Shulamith Firestone, Germaine Greer, Kate Millett ou Juliet Mitchell dont les essais ont été publiés dans les années 1960 et traduits en italien aux Edizioni di Comunità, à La Nuova Sinistra, chez Guaraldi et chez Bompiani alors que se développaient les premiers groupes de réflexion féministes tels que Demau à partir de 19657. Si les essais de Simone de Beauvoir sont publiés en italien à partir de 1955 chez Einaudi et chez Feltrinelli, Le Deuxième Sexe (Gallimard, 1949) n’est traduit qu’en 1961 (Il Saggiatore), tandis que, chez les éditeurs français, l’œuvre d’Oriana Fallaci est régulièrement traduite depuis Le Sexe inutile (Julliard) en 1961.

5Dans les années 1970, paraissent en italien les essais produits dans le sillage de la pensée de Carla Lonzi. Il s’agit de ceux de Luce Irigaray, Speculum (éditions de Minuit, 1975) et Ce sexe qui n’en est pas un (éditions de Minuit, 1978), parus chez Feltrinelli dans les traductions de Luisa Muraro. Elle a également rendu disponibles en italien les livres de Hélène Cixous dans les années 1970 avant ceux de Nicole Brossard en 1990, tandis qu’elle signe dans les années 2000 L’Ordre symbolique de la mère (L’Harmattan, 2003) ainsi que des articles édités dans les revues Langages (no 85, mars 1987), Les Cahiers du GRIF (1996) et CLIO (2000). Toujours dans les années 1970, le livre retentissant de Marie Cardinal, Les Mots pour le dire (Grasset, 1975), est traduit en italien et édité en 1976 chez Bompiani d’abord sous le titre In altri termini. En 1980, la maison lesbienne Felina, à Rome, traduit en italien un autre texte important, Les Femmes avant le patriarcat (Payot, 1976) de Françoise d’Eaubonne.

  • 8 Catalogue Denoël 1966, fonds Bibliothèque nationale de France.

6Comme dans plusieurs pays d’Europe, une édition féministe prend son essor en Italie et accompagne le mouvement des femmes dans les années 1970, en premier lieu au moyen des périodiques et des revues militantes, puis avec les maisons d’éditions et les collections. Un certain nombre de titres sont aussi édités en français dans les maisons d’éditions spécialisées. Dès les années 1960, les éditions Denoël-Gonthier publient dans la collection « Femme » les témoignages rassemblés par l’anthropologue Gabriella Parca, Les Italiennes se confessent, dans une traduction de Henriette Valot (1966)8. Édité en 1959 à Florence et en 1963 à New York, l’ouvrage présenté par Pier Paolo Pasolini et préfacé par Cesare Zavattini a connu un succès de réception en Italie avec sept éditions chez Parenti jusque 1962, avant de passer chez Feltrinelli en 1964 (pour encore 4 autres éditions jusque 1977). En 1968, toujours de Gabriella Parca, Les Italiens et l’amour : un rapport sur la mentalité et le comportement du mâle italien paraît chez Gallimard dans une traduction d’Armand Monjo. En plus des collectifs, la collection « Femme » fait également connaître le récit de la résistante Elsa Oliva, avec La Partisane Elsa, 1970 (initialement paru en 1969). Si l’on s’intéresse aux ouvrages collectifs, les éditions Des Femmes publient Être exploitées (1976), une traduction de La coscienza di sfruttata (Mazzotta, 1972) qui rassemble les textes de Luisa Abbà, Gabriella Ferri, Giorgio Lazzaretto, Elena Medi – elle-même traductrice en italien du livre d’Elisabeth Bing issu d’un atelier d’écriture pour enfants, … et je nageai jusqu’à la page, pour Feltrinelli (1977, rééd. La Linea, 2021) – et Silvia Motta qui a travaillé pour les éditions Dalla parte delle bambine. D’autres traductions de La coscienza di sfruttata paraissent les années suivantes en espagnol (Torres, 1977) et en allemand (Frauenoffensive, 1978). Michèle Causse et Maryvonne Lapouge constituent et traduisent à leur tour, toujours pour les éditions Des Femmes, le recueil inédit Écrits, voix d’Italie (1977) qui réunit des textes et des entretiens entre autres de Goliarda Sapienza, Elsa Morante, Maria Antonietta Macciocchi, Carla Lonzi, Dacia Maraini, Elena Gianini Belotti, Alice Ceresa, etc. D’autres ouvrages collectifs traduits de l’italien sont publiés ces dernières années dans les maisons et collections spécialisées, et notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales, l’anthologie féministe Les doigts coupés (2018) de Paola Tabet dans une traduction de Pascal Cordara de Le dita tagliate (Ediesse, 2014), dans la collection « Genre du monde » chez l’éditeur indépendant La Dispute-Éditions Sociales. Les œuvres de fiction restent toujours présentes en traduction dans l’édition spécialisée comme c’est le cas des Difettose d’Eleonora Mazzoni (Einaudi, 2012), paru au sein d’une maison centrée sur les autrices, le Chèvre-Feuille étoilée (Montpellier, 2018), dans une traduction de Paola Casadei. Un autre exemple contemporain est la publication des travaux que mène l’historienne de l’art Giovanna Zapperi à propos de Carla Lonzi (Derive Approdi, 2017 ; Presses du réel, 2019) ou encore l’essai de Camilla Vivian sur l’éducation non genrée avec Mon fils en rose (2019), paru aux éditions de La Contre allée.

  • 9 Escupamos sobre Hegel, Buenos Aires, La Pleyade, 1975.
  • 10 Die Lust Frau zu Sein, Berlin, Merve Verlag, 1975.
  • 11 Italian Feminist Thought: A Reader,P. Bono et S. Kemp éd., Cambridge, Basil Blackwell, 1991 et Fem (...)
  • 12 P. Codognotto et F. Moccagatta, op. cit.
  • 13 Librairie des femmes de Milan, op. cit.

7Les contributions théoriques marquantes du début du développement des structures féministes sont celles de Carla Lonzi et des éditions Scritti di Rivolta femminile fondées en 1970 à Milan au sein du collectif féministe italien qui pratique l’auto-conscience et le séparatisme. Parmi les textes de Carla Lonzi publiés dans les « Libretti verdi », Sputiamo su Hegel a fait date et connaît plusieurs traductions dès 1975, en espagnol9, en allemand10 et en anglais sous la forme d’extraits rassemblés dans des anthologies11, mais il faut attendre 2017 pour l’édition française (Eterotopia). Son succès est d’autant plus remarquable qu’il n’avait bénéficié d’aucune promotion éditoriale de la part des éditrices, puisque Rivolta femminile avait refusé toute pratique de recension et de publicité jugeant que ces conventions éditoriales auraient pu affaiblir la portée de son contenu12. On attribue également à Carla Lonzi le Manifesto di Rivolta femminile (Scritti di Rivolta femminile, 1970) où elle développe un féminisme différentialiste. Elle participe en effet à l’essor de l’auto-conscience, inspirée du counsciousness-raising américain de la fin des années 1960 pour développer la conscience de l’oppression, qu’elle articule à l’expression de l’expérience personnelle pratiquée dans les groupes non mixtes entre 1970 et 197413. Cette expérience donne lieu d’une part à la publication de Donne è bello par le groupe Anabasi (Grafiche Liton, 1972), une structure qui regroupe des textes américains et français, et, d’autre part, aux numéros de la revue Sottosopra composée de textes de femmes italiennes (1973, 1974). Certaines productions sont écrites dans l’Erba voglio, la revue du mouvement antiautoritaire du même nom et notamment le texte qui propose une théorisation politique des rapports entre femmes, « Mater mortifera » (L’Erba voglio, no 15, 1974).

Les Edizioni delle donne

  • 14 Des femmes en mouvements, no 11, novembre 1978, p. 52-53.
  • 15 Respectivement M. Wittig, Le guerrigliere, Bologne, Lesbacce incolte, 1996 ; id., Virgile, non, Mi (...)
  • 16 E. Rasy, La lingua della nutrice: percorsi e tracce dell’espressione femminile, Rome, Edizioni del (...)
  • 17 C. Curzi, Bimba de Maria, M. Mafai et E. Rasy, Scrivere contro: esperienze, riflessioni e analisi (...)

8C’est en 1972 que les Edizioni delle donne se développent à Rome pour faire de l’édition une pratique féministe. Les fondatrices proviennent de deux groupes, le Collectif féministe communiste de Via Pomponazzi à Rome, lié au PCI, et le collectif la Maddalena, qui a déployé plusieurs activités culturelles : un théâtre, une bibliothèque, une librairie et la revue Effe. Les quatre fondatrices des Edizioni delle donne, Anne-Marie Boetti, Maria Caronia, Manuela Fraire (qui coordonne aussi le Lessico politico delle donne aux éditions Gulliver à Milan en 1978-1979) et Elisabetta Rasy, sont rejointes en 1981 par deux femmes qui prennent des participations dans l’entreprise, Marina Gregotti et Alda Colombo. Elles délèguent la fabrication et la distribution pour se consacrer aux autres tâches éditoriales en sélectionnant ce qui leur paraît significatif du Mouvement des femmes, selon les termes d’Anne-Marie Boetti dans un entretien pour Des femmes en mouvements en 197814. La traduction, en effet, marque dès le départ la politique éditoriale des Edizioni delle donne, qui introduisent dans le répertoire italien les textes de Gertrude Stein, Ingeborg Bachmann, Marina Tsvetaïeva, Lou Salomé, puis aussi La Pelle Cambiata de Verena Stefan (1976), Scum Manifesto de Valerie Solanas (1976) et Assassina de Gayl Jones (1978). On doit à cette structure, depuis le français, des livres de Michèle Montrelay et d’Eugénie Lemoine-Luccioni, les œuvres de Rachilde introduites par l’éditrice Ginevra Bompiani et celles de la poétesse Colette Peignot, qui écrit sous le pseudonyme de Laure (Storia di una ragazzina e altri scritti, 1976), dans une édition d’Anne-Marie Boetti. Parmi les œuvres plus récentes sur lesquelles interviennent les éditrices, Agatha de Marguerite Duras est encore éditée par Boetti (1981), et Le corps lesbien de Monique Wittig est publié avec l’introduction d’Elisabetta Rasy (1976). S’agissant des textes de Monique Wittig, si l’Opoponax était disponible chez Einaudi depuis 1966, il faut attendre les années 1990 pour les traductions des Guérillères (éditions de Minuit, 1969), de Virgile, non (éditions de Minuit, 1985) et de La pensée straight (Balland, 2001) chez d’autres éditrices spécialisées15. Éditrice aux Edizioni delle donne, Elisabetta Rasy est aussi autrice d’essais et de fictions de littérature féminine et féministe parus en langue française chez Rivages et au Seuil (par exemple le roman consacré à Mary Wollstonecraft, La Citoyenne de l’ombre, Seuil, 2001). Elle publie aux Edizioni delle donne en 1978 un ouvrage dont Julia Kristeva16 rédige l’introduction. Également journaliste, Rasy a participé aux actes du colloque, « Donna e informazione » (1977), paru en français sous le titre Écrire contre : expériences, réflexions et analyses des femmes journalistes, présentées au congrès « Femme et information », 1977 (éditions Des Femmes, 1979)17. Miriam Mafai contribue à cet ouvrage ; elle est autrice d’enquêtes sur l’après-guerre et sur le communisme, traduites en français ainsi que de l’essai sur les femmes en politique après la guerre, L’apprendistato della politica: le donne italiane nel dopoguerra (1979) paru dans la collection « La questione femminile » des Editori Riuniti.

  • 18 Publié dans Cahiers d’histoire des littératures romanes, no 14 (1-2), 1990 ; dans Actes de la rech (...)

9Le processus de circulation transnationale des textes tend à évacuer le contexte dans lequel les écrits ont été produits. Les ouvrages en provenance de maisons spécialisées qui arrivent en français dans une structure homologue se voient apposer à leur arrivée une marque de lecture proche de celle du contexte de production originale, atténuant cet effet de malentendu qu’a souligné Pierre Bourdieu dans son texte programmatique « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées »18. Ainsi, l’ouvrage collectif L’aparole électorale, traduit aux éditions Des Femmes en 1978, provient de La parola elettorale (Edizioni delle donne, 1976). Il rassemble des thématiques variées, abordées par des spécialistes comme Giulietta Ascoli pour l’histoire du féminisme, Biancamaria Frabotta pour les femmes de lettres ou la femme politique Lidia Menapace.

  • 19 M. Dalla Costa et S. James, Potere femminile e sovversione sociale, Padoue, Marsilio Editori, 1972
  • 20 C. Salaris, À la fête de la révolution. Artistes et libertaires avec D’Annunzio à Fiume, Monaco, L (...)

10Si le fonds des Edizioni delle donne n’est pas systématiquement traduit en langue française, les productions des autrices circulent toutefois en traduction, chez des éditeurs généralistes. C’est le cas de Mariarosa Dalla Costa, cofondatrice du Collectif féministe international en 1971 avec Silvia Federici, dont Louise Toupin publie des entretiens dans La crise de la reproduction (éditions du Remue-Ménage, 2020). Le livre, Brutto ciao: direzioni di marcia delle donne negli ultimi 30 anni, que Mariarosa Dalla Costa écrit avec Leopoldina Fortunati, (Edizioni delle donne, 1976) n’est pas traduit, mais elle a publié en français un essai sur l’avortement intitulé Le pouvoir des femmes et la subversion sociale (Librairie adversaire, 1973), un classique italien cosigné avec Selma James19. Plus récemment, l’étude de Claudia Salaris, l’historienne spécialiste du futurisme, des femmes et de la littérature d’avant-garde durant la guerre (Edizioni delle donne, 1982), ne connaît pas de version française, on lit cependant ses travaux aux éditions du Rocher en 2006 et dans la revue Mil neuf cent20 en 2010.

La Tartaruga

  • 21 L. Lepetit, Autobiografia di una femminista distratta, Rome, Nottetempo, 2016.

11Le record de longévité appartient cependant aux éditions La Tartaruga, en activité à Milan depuis 1975. Fondées par Laura Lepetit21, la politique éditoriale s’oriente vers la publication de textes produits par des femmes en langue originale comme en traduction, de la redécouverte de classiques et de la découverte d’écrivaines contemporaines.

12Depuis le français, la Tartaruga publie les œuvres de George Sand, de Colette et d’Albertine Sarrazin ou encore, en 1986, la correspondance de Jeanne Weil Proust avec son fils, auteur de La Recherche. Cette maison a en commun avec la maison Tierce un répertoire de traductions de l’anglais ; elle puise aussi dans la collection « Femme » de Colette Audry le récit autobiographique de Gisèle Freund et, dans la collection d’histoire « Femmes et Révolutions » des éditions Alinéa, celui de Dominique Godineau, Cittadine tricoteuses : le donne del popolo a Parigi durante la Rivoluzione francese (1989). Luisa Muraro, qui a pris en charge la série « Il pensiero della differenza » (1990) de la collection « Gli studi: filosofia e scienze umane » des Editori Riuniti, avait proposé une traduction de Sexes et parentés de Luce Irigaray (Sessi e genealogie, La Tartaruga, 1989) et, pour les éditions Estro, un livre de Nicole Brossard paru aux éditions du Remue-Ménage (La lettera aerea, 1985).

  • 22 I. Donfrancesco, « La Tartaruga », Storia dell’Editoria d’Europa, Florence, Shakespeare and Compan (...)

13La styliste Mariuccia Mandelli entre au capital de La Tartaruga en 1985, puis c’est Leonardo Mondadori qui augmente ses parts en 1990, tout en laissant à Laura Lepetit l’autonomie de ses choix. L’éditrice s’entoure de deux salariées et s’appuie sur le système de distribution de la maison Mondadori22. Parmi les titres qui circulent dans l’édition spécialisée, La fille prodigue d’Alicia Ceresa, initialement paru chez Einaudi en 1967, a connu une nouvelle édition à La Tartaruga (La figlia prodiga e altre storie, 2004) et en France aux éditions Des Femmes (1975). D’autres titres paraissent en français, chez des éditeurs généralistes. C’est le cas du Silence de Milan (Actes Sud, 2001) d’Anna Maria Ortese, de La passion suspendue (Seuil, 2016) – un entretien de Leopoldina Pallotta Della Torre avec Marguerite Duras –, ou du Fil d’une vie (Viviane Hamy, 2008) de Goliarda Sapienza. Enfin, La Massaia, naissance et mort de la fée du foyer (Nascita e morte della massaia: un romanzo, La Tartaruga, 1982), roman écrit par Paola Masino sous le fascisme, paraît aux éditons de La Martinière en 2018 avec un décalage relativement important, alors que Colloquio di notte (1994) de la même autrice, paru dans une autre structure spécialisée à Palerme, La Luna, avec une préface de la sociologue Maria Rosa Cutrufelli, n’est pas traduit. Il en va de même pour le roman écrit par l’historienne des femmes Maria Schiavo, qui paraît dans la collection spécialisée « Astrea » (Discorso eretico alla fatalità, 1990) avant d’être traduit pour un éditeur généraliste, Actes Sud sous le titre Discours hérétique à la fatalité (1995), alors que son texte publié par La Tartaruga, Macellum: storia violenta e romanzata di donne e di mercato (1979), n’est toujours pas disponible en langue française.

  • 23 E. Caracciolo, Mystères des couvents de Naples, M. d’Estraignes trad., Paris, Edouard Dentu, 1865.

14La production conséquente de la sociologue Maria Rosa Cutrufelli arrive en français. Mais ses livres, publiés dans l’édition spécialisée, à La Tartaruga, La Luna ainsi que dans les collections « La questione femminile » (Editori Riuniti) et « Astrea » (Giunti Editore), ne paraissent pas dans les collections francophones spécialisées. En effet, La Briganta (La Luna, 1990) est traduit aux éditions Viviane Hamy (1995), et inversement, Des siciliennes aux éditions Des Femmes (1977) provient de l’éditeur Mazzotta dans une traduction de Laura Revelli de Disoccupata con onore: lavoro e condizione della donna (1975). Enfin, son essai J’ai vécu pour un rêve : les derniers jours d’Olympe de Gouges, traduction de La donna che visse per un sogno (Tascabili Frassinelli, 2004) est disponible aux éditions Autrement depuis 2008. Pour la collection « Astrea », Maria Rosa Cutrufelli a réalisé l’édition des Misteri del chiostro napoletano (Giunti, 1986), mémoires de la franc-maçonne et figure de l’Unité italienne Enrichetta Caracciolo, dont la seule traduction disponible en français, parue chez Edouard Dentu, date de 186523. Un constat similaire concerne les textes de Neera traduits au tournant du XXe siècle sous les titres Les idées d’une femme sur le féminisme (Giard et Brière, 1908), « Trois femmes » (La Revue hebdomadaire, 13 juin 1896, p. 304-311) et Thérèse (Hachette, 1902), non réédités depuis.

15Ces chassés-croisés se répètent pour plusieurs autrices dont les textes parus aux éditions La Tartaruga ne passent pas dans l’édition spécialisée en France, de même qu’en France, l’édition féministe puise ses textes dans l’édition généraliste italienne. Prenons encore le cas de Léa Melandri qui s’est vu confier dans les années 2000 « Letture d’archivio », une collection aux éditions FrancoAngeli qui regroupe des publications sur le féminisme. Par exemple, Lo strabismo della memoria (La Tartaruga, 1991) n’est pas traduit en français, mais les éditions Des Femmes publient un texte qu’elle rédige en 1977 pour l’Erba voglio, « L’infamia originaria » (L’infamie originaire, 1979). De la philosophe du langage Luisa Muraro, on connaît la traduction de L’ordine simbolico della madre (Editori Riuniti, 1991) aux éditions L’Harmattan (L’ordre symbolique de la mère, 2003), mais pas ses livres parus antérieurement aux éditions La Tartaruga dans les années 1980. Enfin, les livres de Margherita Giacobino publiés dans l’édition spécialisée italienne, à La Tartaruga et Il dito e la luna, ne sont pas traduits alors que son roman Toutes nos mères existe aux éditions Stock (2015). La production conséquente et la belle longévité de La Tartaruga rassemble néanmoins un fonds de romans dont un certain nombre paraît en français dans l’édition littéraire, depuis les écrits d’Anna Bant jusqu’à ceux de Fabrizia Ramondino, en passant par Fausta Cialente, Francesca Duranti, Sandra Petrignani, Elena Soprano, les nouvelles de Monica Farnetti, les livres jeunesse de Beatrice Solinas Donghi ou encore les textes de l’éditrice Ginevra Bompiani.

Marché et politiques de traduction

  • 24 M. Fraire et F. Collin, « Féminisme historique et nouveau féminisme en Italie », Les Cahiers du GR (...)

16Parmi les structures qui mènent une politique de traduction, on trouve, à Rome, Limenetimena (1976-1977) qui publie les textes de femmes engagées dans les premiers centres antiviolence aux USA et à Londres, tandis qu’Amanda editrice (1978-1981) traduit Oroonoko d’Aphra Behn en 1981. Alors qu’elles sont fondées principalement à Rome et Milan dans les années 1970, elles couvrent par la suite l’ensemble du territoire comme en témoignent dans le Mezzogiorno, le Nemesiache, installé à Naples en 1973. Leur positionnement politique plutôt à gauche pourrait être rapproché d’une caractéristique du féminisme. En effet, au cours d’un entretien avec Françoise Collin pour la revue francophone produite en Belgique Les Cahiers du GRIF en 197824, Manuela Fraire rappelle que le féminisme italien émane de la gauche avant de s’en désolidariser au moment de la bataille pour l’avortement. Ce séparatisme qui s’amorce en décembre 1975, comme le souligne la fondatrice des Edizioni delle donne, pose comme fondamental le lien des féministes italiennes à la gauche avec une autre subordination du féminisme à la gauche qui se manifeste depuis qu’en 1977 la nouvelle génération articule lutte des classes et féminisme.

  • 25 Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, G. Sapiro éd., Pa (...)
  • 26 Loc. cit.
  • 27 P. Codognotto et F. Moccagatta, op. cit.
  • 28 A. M. Crispino, « Autrici? visto, si stampi », Leggendaria, nos 2-3, mai 1990, p. 10-11.
  • 29 C. Fabre, « Histoire des femmes en occident », Le Monde, 18 août 2008. En ligne : https://www.lemo (...)

17Les années 1980 expriment une ébullition éditoriale où se développe la production de textes universitaires et des biographies exemplaires. Dans les années 1980 à 2000, l’italien représente la 3e langue la plus traduite dans le monde25, derrière l’anglais (en 1re position) et le français (en 2e position), avec une moyenne annuelle qui représente 3 % des livres traduits dans le monde. Entre 1980 et 2002, un titre exporté du français sur dix l’est vers l’italien, ce qui fait de cette langue la 2e (après l’espagnol) vers laquelle sont cédés les droits de traduction par les éditeurs français. Dans la même période, l’italien représente en moyenne 5 % des traductions vers le français, tous secteurs éditoriaux confondus. En y regardant de plus près26, le nombre de titres traduits entre le début et la fin de la période augmente de 150 % et 10 % des titres de sciences humaines et sociales sont traduits de l’italien entre 1985 et 2002. Mais un net recul s’opère autour des années 2000 car l’italien passe du rang de 2e langue faisant l’objet d’acquisitions de droits de traduction entre 1997 et 2000 au 4e rang entre 2001 et 2005. Sur une période plus large, de 11 ans, entre 1993 et 2004, les acquisitions de droits de l’italien baissent de 63 %, alors que les cessions de droits du français vers l’italien continuent d’augmenter. Cependant, l’édition féministe représente un champ en manque de financements. Toutes les structures ne résistent pas sur le long terme. Dans les années 1980, les Edizioni delle donne et Dalla parte delle bambine se retirent du marché pour des raisons économiques et de distribution alors que La Tartaruga réussit à se maintenir grâce à des choix économiques et de gestion. Quant à Rivolta femminile, cette structure a renforcé sa spécialité27. L’élargissement du lectorat dans la seconde moitié des années 1980 ne résorbe pas la fragilité économique des petites entreprises exposées aux coûts de fabrication élevés – à plus forte raison pour les petits tirages –, aux difficultés d’investir dans la promotion comme à celles d’accéder à la médiatisation et à la distribution. Toutefois, dans les années 1990, cette spécialité tend à représenter un secteur de marché à part entière, capable d’influencer l’ensemble de la production éditoriale, comme en témoigne la recrudescence des collections. En attestent les initiatives présentées au salon livre de Turin consacré aux femmes, en 1996, telles que la constitution d’un catalogue collectif des titres28. Au titre des exemples d’échanges éditoriaux attestés, le succès de la Storia delle donne in Italia (1990) conduit l’éditeur Laterza à solliciter Georges Duby pour travailler sur L’histoire des femmes en Occident (Plon, 1991-1992)29. Avec Michelle Perrot, ils rendent visibles un certain nombre de travaux.

18Les nouvelles maisons et collections développées dans les années 1980 et 1990 qui s’intéressent à la traduction puisent principalement dans les catalogues des éditeurs généralistes et parfois dans ceux des éditeurs spécialisés. Estro, de Liana Borghi et Rosanna Fiocchetto, propose des études sur les femmes et la culture lesbienne avec des traductions de Sapho et Adrienne Rich ou des essais de Gisela Bock et Teresa de Lauretis. La Luna, qui a publié les Cahiers de doléances des femmes en coédition avec les éditions Des Femmes (1989) propose parmi ses traductions les essais de Catherine Cazalé consacrés à l’artiste Michèle Katz (1990) et l’étude de Soumaya Naamane-Guessous sur la sexualité féminine au Maroc (1993). On doit à Silvia Federici des traductions des œuvres de Nawal El Saadaoui dans la collection « Astrea », chez Giunti, en plus des récits d’Assia Djebar, dont l’un provient des éditions Des Femmes (Donne d’Algeri nei loro appartamenti, 1988), et de la mise en lumière des œuvres de la journaliste Suzanne Voilquin, directrice de La tribune des femmes (1832-1834), ou de Maryse Condé, dont la biographie a été traduite récemment aux éditions de La Tartaruga (La vita senza fard, 2019). Enfin, c’est aux éditions Il dito e la luna que Margherita Giacobino propose en traduction Desiderio e libertà: questioni di politica femminista e lesbica de Marie-Jo Bonnet (2018) à côté des œuvres de Monique Wittig et Paul B. Preciado.

Les collections spécialisées

19La cohérence éditoriale des collections est à envisager dans leur rapport à l’éditeur qui les prend en charge. Si les collections bénéficient des conditions entrepreneuriales favorables de la maison qui les héberge, cette configuration n’est pas exempte de contraintes en termes de soutiens – financiers ou stratégiques – déterminés par le projet d’ensemble. Parmi les collections spécialisées repérées chez des éditeurs généralistes, « La questione femminile » se maintient de 1976 à 1982 aux Editori Riuniti à Rome. Apparue tardivement, par rapport au développement du mouvement des femmes et à celui de l’édition féministe, elle annonce toutefois l’essor des collections spécialisées et le développement d’un marché concurrentiel. Sa politique éditoriale, si on l’observe à l’aune des ouvrages qui parviennent en langue française, semble relativement dénuée de prise de risque. La collection propose depuis le français de lire la socialiste Flora Tristan en 1981 et un récit issu de la collections « Femme » des éditions Denoël et préfacé par Elena Gianini Belotti (Emanuela, infanzia di una donna de Danielle Flamant-Paparatti, 1982). « La questione femminile » compte à son actif une autrice déjà installée dans le répertoire traduit en français, Sibilla Aleramo. La donna e il femminismo paraît en 1978 dans la collection italienne mais son autobiographie, Une femme, est déjà disponible en langue française depuis sa publication chez Calmann-Lévy en 1908, puis aux éditions du Rocher dans une version révisée en 2002, à côté d’autres récits d’Aleramo parus dans les années 2000. Ce n’est qu’en 1974 que les éditions Des Femmes publient leur version d’Une femme (rééd. 2007, 2021). Plusieurs autres livres d’Aleramo sont encore publiés en français depuis le début du XXe siècle (Le Passage, Rieder et Cie, 1922) et notamment aux Nouvelles Éditions Latines (Joies d’occasion traduit par Yvonne Lenoir, préfacé par Valery Larbaud, 1933). Le catalogue de la collection « La questione femminile » comporte en outre les essais de l’hispaniste Rosa Rossi, Le parole delle donne (1978), et de la femme politique Vera Squarcialupi, Donne in Europa (1979). Bien que les textes de ces autrices ne soient pas traduits, on trouve en français une biographie de Thérèse d’Avila par Rosa Rossi aux éditions du Cerf (1989) et les rapports pour le Parlement européen que Vera Squarcialupi produit dans les années 1980 dans le cadre de son mandat de députée (PCI), dont l’un concerne les discriminations sexuelles au travail (1984).

Dalla parte delle bambine

  • 30 Courrier des éditions Dalla parte delle bambine aux éditions Des Femmes du 4 novembre 1980 (archiv (...)

20La solution de collection que développe Adela Turin présente encore une autre originalité dans le paysage de l’édition féministe. L’autrice des livres pour enfants Carlotta pour les éditions Mondadori, fonde en 1975 cette première structure féministe pour la jeunesse, les éditions Dalla parte delle bambine, à Milan, active jusque 1983. La collection, indépendante, fonctionne en coédition internationale pour partager les coûts de production avec les structures partenaires30 européennes que sont Pax (Oslo), Feministische Uitgeverij Sara (Amsterdam), Frauenoffensive (Munich), Ali-Baba Verlag (Francfort), Writers and Readers Publishing cooperative (Londres), Hatier (Paris), Des Femmes (Paris), Nordan (Stockholm) et Lumen (Barcelone). Elle tire son nom de l’essai d’Elena Gianini Belotti, publié en France par les éditions Des Femmes (1974), Du côté des petites filles, qui rencontre un important succès éditorial international. Cette bonne réception de Gianini Belotti est confirmée par la traduction en français d’autres de ses travaux pour l’édition féministe, comme « La violence contre le nouveau-né » dans Les cahiers du GRIF de Françoise Colin (1975) et Courrier au cœur dans la collection « Libre à elles » de Monique Cahen au Seuil (1981). Si Adela Turin est la principale autrice des textes – et on lui doit par exemple l’un des rares livres pour adolescentes sur les menstruations, Alice e Lucia: sul nostro sangue (Dalla parte delle bambine, 1979) ­, les illustratrices et autrices de bandes-dessinées qui interviennent dans l’écriture des ouvrages travaillent aussi pour les éditeurs des secteurs jeunesse et BD : Aura Cesari dans l’édition pour la jeunesse en français des années 1980, Cinzia Ghigliano et sa série Solange (1986-1993) aux éditions Castermann, Annie Goetziner aux Humanoïdes associés.

« Griff »

  • 31 L. Corradi, « Feminist Semiotics. Pour une sociologie politique du cul féminin dans les publicités (...)
  • 32 S. Piccone Stella, « Pour une étude sur la vie des femmes dans les années 1950 », traduit de l’ita (...)

21Parmi les nombreuses collections fondées durant les décennies 1980 et 1990, relevons celle du Gruppo di ricerca sulla famiglia e la condizione femminile (GRIFF) fondé en 1973 par les enseignantes en sociologie de l’université de Milan et qui prend en charge, en 1981, la collection universitaire du même nom chez l’éditeur FrancoAngeli. Les « Quaderni du Griff » proposent une approche de recherche sous l’angle du genre à partir de l’analyse sociologique pour s’étendre à l’histoire, à l’anthropologie et à la psychanalyse. Quelques ouvrages sont traduits dans l’édition féministe en France. Il s’agit du recueil de la politiste Alisa Del Re, avec Jacqueline Heinein, Quale cittadinanza per le donne? La Crisi dello stato sociale e della rapprezentanza politica in Europa (1996), qui paraît immédiatement dans la « Bibliothèque du féminisme » aux éditions L’Harmattan, après sa participation à un ouvrage collectif publié par les éditions Côté femmes. Une autre étude issue de la collection « Griff », Un silence de mortes : la violence masculine occultée de la psychologue Patrizia Romito, paraît en 2006 dans la collection « Nouvelles questions féministes » chez Syllepse. Les traductions en français tendent à situer « Griff » plutôt du côté matérialiste. Les chercheures, principalement sociologues, dont les travaux sont publiés dans cette collection publient en français dans l’édition scientifique spécialisée. C’est le cas de Yasmine Ergas. Son livre Nelle maglie della politica: femminismo, istituzioni e politiche sociali nell’italia degli anni ’70 (1986) n’est pas traduit, mais elle contribue à l’ouvrage collectif international Stratégies des femmes aux éditions Tierce (1984) avec le chapitre « Identité collective et droits de l’homme : les italiennes dans les années 70 ». Sociologue en poste aux États-Unis, elle écrit un essai sur le féminisme italien pour Feminist press, livre écrit avec la théoricienne italienne de la « double présence » Laura Balbo –  dont on dispose d’une étude sur la condition des femmes dans l’Italie d’après-guerre dans la revue Sociologie et sociétés (1974) – et qui donne lieu à la parution dans la collection « Griff » de Doppia presenza: lavoro intellettuale e lavoro per sé (1981). Dans les années 1980 toujours, Chiara Saraceno publie Pluralità e mutamento: riflessioni sull’identità al femminile dans cette collection (1987) alors que ses travaux traduits en français dans les revues Travail, genre et sociétés (en 1999) et Informations sociales (en 2016) concernent la précarité financière des femmes en Italie. Les travaux de la sociologue du corps Laura Corradi parus dans les années 1990 sous le titre Il tempo rovesciato: quotidianità femminile e lavoro noturno alla Barilla (1991) n’existent pas en français, mais la revue Nouvelles questions féministes publie en 2012 son analyse des publicités italiennes sous le prisme du genre31. Enfin, ceux de Simonetta Piccone Stella donnent lieu à des productions sur les mêmes sujets – les conditions économiques et sociales des jeunes femmes – traduits dans la revue CLIO32 avec vingt ans de décalage.

« Astrea » et « Soggetto donna »

  • 33 R. Menchù, Mi chiamo Rigoberta Menchù, Florence, Giunti, 1987, des propos recueillis par Élisabeth (...)
  • 34 « Mémoire et histoire : la visite de Mussolini à l’usine Fiat de Mirafiori », Le Mouvement social, (...)
  • 35 M. Filippa, « Vivre la culture à Turin sous l’Occupation », dans Villes et cultures sous l’Occupat (...)
  • 36 M. Sbisà, « Actes de langage et (acte d’)énonciation », Langages, no 70, 1983, p. 99-106.

22Non seulement la circulation des publications parues dans les collections n’est pas systématique, mais paraissent en français de nombreux travaux produits par les autrices sur d’autres thématiques que celles du genre. La collection « Astrea » fondée en 1986 chez Giunti, à Florence, et dirigée par Roberta Mazzanti publie des fictions et des biographies de femmes de tous pays, notamment l’autobiographie de Rigoberta Menchú33, un autre succès éditorial. Les livres de cette collection ne sont pas traduits de l’italien vers le français, mais l’on rencontre les textes des mêmes autrices parfois étrangers aux domaines du féminisme et du genre. En effet, des articles de l’historienne Luisa Passerini (Autoritratto di un gruppo, 1988) paraissent en français dans les années 1980 dans la revue Le Mouvement social34, des analyses de Marcella Filippa (Avrei capovolto le montagne: Giorgina Levi in Bolivia 1939-1946, 1990) concernant l’Italie sous l’Occupation sont aussi traduites35 et, si on ne lit pas non plus en français les travaux conduits par Anna Vanzan sur le féminisme islamique et les femmes dans les pays islamiques (Le dita nella terra, le dita nell’inchiostro: voci di donne in Afghanistan, India, Iran, Pakistan, 2002), c’est son travail sur l’art perse dans l’Antiquité qui passe en français. À Turin, Rosenberg & Sellier abrite « Soggetto donna » depuis 1987, une collection inaugurée avec Non credere di avere diritti, un témoignage collectif de Luisa Abbà et la Libreria delle donne de Milan à propos de l’émergence des groupes d’auto-conscience féministes en Italie. Le livre a été traduit pour les États-Unis par Teresa de Lauretis (Sexual difference : a theory of social symbolic practice, Inidiana University press, 1990), pour l’Espagne par Maria Cinta Montagut Sancho (No creas tener derechos, Horas y horas, 1991) et pour l’Allemagne par Traudel Sattler (Wie weibliche Freiheit entsteht, Orlanda Frauenverlag, 1988), mais ne paraît en français qu’au bout de 30 ans, en 2017, puis encore en 2019 avec une postface de Teresa de Lauretis, suite à sa réédition italienne (2016) dans une autre collection de l’éditeur Rosenberg & Sellier, « Differenza e differenze ». Les autrices de « Soggetto donna » voient d’autres de leurs travaux publiés en français, comme Histoire du voile (Bayard, 2017) de l’historienne Maria Giuseppina Muzzarelli (coéditrice de Donne e lavoro nell’Italia medievale, 1991 dans la collection), ou encore les analyses de la sémioticienne Marina Sbisà (Come sapere il parto. Storia, scenari, linguaggi, 1992) parues dans Langages (1983)36 et enfin l’étude du changement social dans le sud de l’Italie de Carmen Leccardi (Futuro breve: le giovani e il futuro, 1996).

« Gender »

23Même constat concernant « Gender », la collection du domaine « I campi del sapere » (Feltrinelli) fondée en 1996 et consacrée à la critique des savoirs et des langages dans les disciplines des lettres et des sciences humaines. Les travaux des autrices ne sont pas traduits en français bien que l’on puisse lire leurs recherches sur le genre via d’autres traductions. En effet, les recherches sur les sexualités dans l’Antiquité d’Eva Cantarella, professeure de droit grec et romain paraissent en français, même si Passato prossimo: donne romane da Tacita a Sulpicia (1996) n’est pas traduit. Et, bien que les analyses de Teresa de Lauretis soient traduites depuis l’anglais dans la collection « Le genre du monde » à La Dispute-Éditions Sociales (Théorie queer et cultures populaires : de Foucault à Cronenberg, 2007) puis aux Presses universitaires de France (Pulsions freudiennes, 2010), son essai Soggetti eccentrici (1999) n’est pas traduit, ni même Differenza e indifferenza sessuale: per l’elaborazione di un pensiero lesbico paru aux éditions Estro (1989). Liana Borghi et Rosanna Fiochetto, fondatrices d’Estro, ont choisi de se spécialiser depuis 1985 dans les études sur les femmes et la culture lesbienne.

  • 37 I. Fazio, « Les femmes et les règles du jeu. Nuptialité, transmission de la propreté et travail da (...)
  • 38 P. Viola, G. Fiume, A. Mastrpaolo et L. Azzolina, « Deux siècles de politique en Sicile », Annales (...)
  • 39 T. Maraini, « L’Italie est-elle encore un pays méditerranéen ? », D. Laglace trad., La revue des d (...)

24Enfin, deux maisons d’édition spécialisées, La Luna et Il dito e la luna sont apparues à près de dix ans d’intervalle et sur des spécialités différentes. La Luna est une structure fondée à Palerme en 1986 par Valeria Ajovalasit, orientée sur l’histoire locale. En témoignent les études d’Ida Fazio, chercheure en sciences humaines, dont un article sur les femmes dans la Sicile rurale au début du XIXe siècle a été traduit pour les Mélanges de l’école française de Rome37. La Luna a publié également Giovanna Fiume, dont on lit en français les essais sur l’histoire de la Sicile38. Du côté des romans, Toni Maraini, la sœur de Dacia Maraini, y publie La Murata (1991) avec une préface d’Alberto Moravia. Le livre n’est pas traduit en français, mais Toni Maraini, elle-même polyglotte et traductrice, importe en Italie les textes d’Etel Adnan depuis l’anglais, de Mohamed Choukri depuis l’arabe et d’Assia Djebar depuis le français (Les nuits de Strasbourg, Actes Sud, 1997). On connaît mieux ses écrits traduits en français pour La revue des deux mondes39 et ses études sur l’art et la littérature maghrébins, écrits en français dans la revue Horizons maghrébins – Le droit à la mémoire, en parallèle de ses publications pour le Centre italien pour les relations italo-arabes. Ses textes en langue française sont majoritairement publiés au Maroc où elle vit et enseigne jusqu’en 1988, qu’il s’agisse des poèmes et récits parus sous le titre Message d’une migration : poème, 1970-1975 (Shoof publications, 1976) ou des Écrits sur l’art : choix de textes. Maroc 1967-1989 chez Al Kalam (1990, rééd. Le Fennec, 2014).

25La deuxième structure, Il dito e la luna, fondée en 1995 à Milan pour amplifier et approfondir l’information et la connaissance de certaines thématiques sociales, accueille de nombreux ouvrages consacrés aux femmes de lettres notamment ceux de Margherita Giacobino depuis les années 2000. Également écrivaine, elle signe le roman Ritratto di famiglia con bambina grassa (Mondadori, 2015) traduit en français (Toutes nos mères, Stock, 2015). Directrice de la collection « Officine T-Parole in corso », elle y traduit les œuvres d’Emily Brontë, Margaret Atwood, Audre Lorde, un essai sur Valérie Solanas ainsi que les productions plus récentes de Lola Van Guardia, Dorothy Allison et Emma Donoghue. C’est encore Margherita Giacobino qui réalise l’édition du livre de Marie-Jo Bonnet, Desiderio e libertà : questioni di politica femminista e lesbica (2018).

Conclusion

26Cette observation des publications traduites en français en provenance des structures spécialisées en Italie permet de dresser un panorama de l’édition spécialisée sur le féminisme, les femmes et le genre en Italie et d’en tirer quelques constats. Premièrement, le passage des textes dans l’édition spécialisée en langue française, identifiable comme le renforcement du message militant des textes, n’est pas systématique puisque de nombreux textes sortent du circuit de l’édition spécialisée. L’étude de la production des éditions de La Tartaruga illustre le phénomène selon lequel le processus de circulation par la traduction se réalise de façon prépondérante en dehors de l’édition spécialisée. Si les livres des Edizioni delle donne paraissent sans trop de décalage et semblent circuler aisément, on remarque des décalages temporels, notamment concernant le texte de Carla Lonzi, Sputiamo su Hegel, publié dans la première structure, Scritti di rivolta femminile en 1974 et rendu disponible tardivement en français puisqu’il n’est traduit qu’en 2017 alors qu’il est disponible dès 1975 dans d’autres langues.

27C’est plus tardivement, au regard du développement du mouvement féministe et des maisons d’éditions, que les éditeurs généralistes consacrent des collections spécialisées au féminisme, aux femmes et au genre. Cela témoigne cependant de l’émulation éditoriale générale suscitée par l’ouverture d’un marché constitué à partir du pôle militant depuis 1970. La politique éditoriale de la première collection identifiée chez un éditeur généraliste, « La questione femminile », semble relativement dénuée de prise de risques, si l’on s’en tient à l’observation des traductions. Plus risqué, le modèle original des éditions pour la jeunesse Dalla parte delle bambine repose sur de la coédition internationale mise en place avant l’essor du secteur des livres pour enfants. Née à Naples et Milan, l’édition spécialisée sur les femmes et le féminisme se développe sur l’ensemble du territoire et se diversifie en accordant une attention de plus en plus appuyée à la circulation des études universitaires dans les années 1980-1990. On observe notamment que les traductions en français de la collection « Griff » la positionnent plutôt du côté des conceptions matérialistes. Enfin, si tous ces livres ne sont pas traduits en français, les travaux des autrices, dans de nombreux cas, passent dans le répertoire francophone, avec des variations selon les collections. En effet, les livres parus dans « Astrea », « Soggetto donna » et « Gender » ne sont pas traduits en français bien que le soient d’autres travaux de leurs autrices. On rencontre tout de même en langue française des livres sur le genre et le féminisme produits par les autrices de « Soggetto donna » et « Gender » (non édités dans ces collections), alors que les livres parus en français des autrices éditées par « Astrea » ne portent ni sur le féminisme ni sur le genre.

  • 40 M.-J.  Bonnet, Mon MLF, Paris, Albin Michel, 2018, p. 114.

28Il reste à expliquer ces échanges culturels à l’aune des relations individuelles ou collectives, informelles ou organisées, entre militantes féministes, situées de part et d’autre des frontières, polyglottes ou non. Un certain nombre de témoignages rappellent ces relations tissées. Par exemple les autrices de Ne crois pas avoir de droits relatent les échanges théoriques et idéologiques entre femmes milanaises et françaises de la tendance Psychanalyse et politique. Récemment encore, Marie-Jo Bonnet évoque dans Mon MLF la circulation informelle du manifeste écrit par Carla Lonzi de Rivolta femminile ou encore les rassemblements militants européens visant au boycott d’un congrès international de psychiatres à San Remo, où il était question de « guérir l’homosexualité par la neurochirurgie »40. La circulation du féminisme par la voie du livre, phénomène plus complexe qu’il n’y paraît, s’éclaire aussi de la compréhension du rôle qu’occupe le livre dans les échanges culturels internationaux.

Haut de page

Notes

1 C. D., « L’Italie au féminisme, recueil de textes sous la responsabilité de Louise Vandelac, Paris, éditions Tierce, 1978, 251 p. », Questions féministes, no 4, novembre 1978, p. 95-97.

2 Notamment the Italian Women’s Library Catalogue et le catalogue du Servizio bibliotecario nazionale.

3 F. Mazzone, « La traduction aux éditions Des Femmes : une stratégie “géo-politico-poético-éditoriale” », dans Les contradictions de la globalisation éditoriale, G. Sapiro éd., Paris, Nouveau Monde éditions, 2009, p. 177-199 et F. Mazzone et B. Banoun, « Féminisme et études de genre », dans Histoire des traductions en langue française, XXe siècle, B. Banoun, I. Poulin et Y. Chevrel éd., Lagrasse, Verdier, 2019, p. 1719-1756.

4 P. Codognotto et F. Moccagatta, Editoria femminista in Italia, Rome, Associazione italiana biblioteche, coll. « Enciclopedia tascabile », no 12, 1997.

5 R. Sarti, « La genèse de Genesis », F.-R. Lorenzo trad., dans « L’Histoire des femmes en revue France-Europe », CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, F. Thébaud et M. Zancarini-Fournel éd., no 16, 2002, p. 77-92

6 A. Bokobza « La vague de la littérature italienne », dans Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, G. Sapiro éd., Paris, CNRS Éditions, 2008.

7 Librairie des femmes de Milan, Ne crois pas avoir de droits. La génération de la liberté féminine à travers les idées et les aventures d’un groupe de femmes, Bordeaux, éditions La Tempête, 2017, p. 266, traduit de l’italien Non credere di avere diritti, Turin, Rosenberg & Sellier, 1987, chap. I.

8 Catalogue Denoël 1966, fonds Bibliothèque nationale de France.

9 Escupamos sobre Hegel, Buenos Aires, La Pleyade, 1975.

10 Die Lust Frau zu Sein, Berlin, Merve Verlag, 1975.

11 Italian Feminist Thought: A Reader,P. Bono et S. Kemp éd., Cambridge, Basil Blackwell, 1991 et Feminist interpretations of G. W. F. Hegel, P. Jagentowicz Mills éd., Harrisburg, Pennsylvania State University Press, 1996.

12 P. Codognotto et F. Moccagatta, op. cit.

13 Librairie des femmes de Milan, op. cit.

14 Des femmes en mouvements, no 11, novembre 1978, p. 52-53.

15 Respectivement M. Wittig, Le guerrigliere, Bologne, Lesbacce incolte, 1996 ; id., Virgile, non, Milan, Il dito e la luna, 2005 ; id., Il pensiero eterosessuale, Vérone, Ombre corte, 2019.

16 E. Rasy, La lingua della nutrice: percorsi e tracce dell’espressione femminile, Rome, Edizioni delle donne, 1978.

17 C. Curzi, Bimba de Maria, M. Mafai et E. Rasy, Scrivere contro: esperienze, riflessioni e analisi delle giornaliste presentate al convegno Donna e informazione, Rome, Edizioni delle donne, 1977, traduit en français par M. Pavan, éditions Des Femmes, 1979.

18 Publié dans Cahiers d’histoire des littératures romanes, no 14 (1-2), 1990 ; dans Actes de la recherche en sciences sociales, no 145 (5), 2002 ; dans P. Bourdieu, Forschen und Handeln/Recherche et action, Freiburg-im-Breisgan ; Paris, Rombach-Verlag, Maison des sciences de l’homme, 2004 et dans L’espace intellectuel en Europe, G. Sapiro éd., Paris, La Découverte, 2009.

19 M. Dalla Costa et S. James, Potere femminile e sovversione sociale, Padoue, Marsilio Editori, 1972.

20 C. Salaris, À la fête de la révolution. Artistes et libertaires avec D’Annunzio à Fiume, Monaco, Le Rocher, 2006 et Id., « Le futurisme et l’esthétique de la foule », Mil neuf cent, no 28 (1), 2010, p. 59-82.

21 L. Lepetit, Autobiografia di una femminista distratta, Rome, Nottetempo, 2016.

22 I. Donfrancesco, « La Tartaruga », Storia dell’Editoria d’Europa, Florence, Shakespeare and Company, 1995, vol. II, p. 638-639.

23 E. Caracciolo, Mystères des couvents de Naples, M. d’Estraignes trad., Paris, Edouard Dentu, 1865.

24 M. Fraire et F. Collin, « Féminisme historique et nouveau féminisme en Italie », Les Cahiers du GRIF, no 23-24, 1978, p. 30-32.

25 Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, G. Sapiro éd., Paris, CNRS Éditions, 2008 ; voir en particulier les chapitres III, IV, V et VII.

26 Loc. cit.

27 P. Codognotto et F. Moccagatta, op. cit.

28 A. M. Crispino, « Autrici? visto, si stampi », Leggendaria, nos 2-3, mai 1990, p. 10-11.

29 C. Fabre, « Histoire des femmes en occident », Le Monde, 18 août 2008. En ligne : https://www.lemonde.fr/livres/article/2008/08/18/histoire-des-femmes-en-occident-par-clarisse-fabre_1084982_3260.html (consulté le 5 avril 2022).

30 Courrier des éditions Dalla parte delle bambine aux éditions Des Femmes du 4 novembre 1980 (archives des éditions Des Femmes).

31 L. Corradi, « Feminist Semiotics. Pour une sociologie politique du cul féminin dans les publicités italiennes », traduit de l’italien par N. Benelli et S. Ricci Lempen, Nouvelles Questions féministes, vol. XXXI, no 2, 2012, p. 66-88.

32 S. Piccone Stella, « Pour une étude sur la vie des femmes dans les années 1950 », traduit de l’italien par J.-C. Zancarini, CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, no 16, 2002, p. 245-269. Édition originale publiée dans Memoria (1981).

33 R. Menchù, Mi chiamo Rigoberta Menchù, Florence, Giunti, 1987, des propos recueillis par Élisabeth Burgos et traduits de l’espagnol en français pour l’édition originale par Michèle Goldstein (Moi, Rigoberta Menchú : une vie et une voix, la révolution au Guatemala, Gallimard, 1983).

34 « Mémoire et histoire : la visite de Mussolini à l’usine Fiat de Mirafiori », Le Mouvement social, no 126, 1984, p. 53-81 et « Le mouvement de 1968 comme prise de parole et comme expression de la subjectivité : le cas de Turin », Le Mouvement social, no 143, 1988, p. 39-74.

35 M. Filippa, « Vivre la culture à Turin sous l’Occupation », dans Villes et cultures sous l’Occupation. Expériences françaises et perspectives comparées, F. Taliano-Des-Garets éd., Paris, Armand Colin, 2012, p. 48-57.

36 M. Sbisà, « Actes de langage et (acte d’)énonciation », Langages, no 70, 1983, p. 99-106.

37 I. Fazio, « Les femmes et les règles du jeu. Nuptialité, transmission de la propreté et travail dans la Sicile rurale (début du XIXe siècle) », Mélanges de l’école française de Rome, vol. CX, no 1, 1998, p. 259-266.

38 P. Viola, G. Fiume, A. Mastrpaolo et L. Azzolina, « Deux siècles de politique en Sicile », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 111, no 4, 2004, p. 117-139 et G. Fiume, « Lettres de Barbarie : esclavage et rachat de captifs siciliens (XVIe-XVIIIe siècle) », Cahiers de la Méditerranée, no 87, 2013, p. 229-253.

39 T. Maraini, « L’Italie est-elle encore un pays méditerranéen ? », D. Laglace trad., La revue des deux mondes, juillet-août 2011, p. 74-82.

40 M.-J.  Bonnet, Mon MLF, Paris, Albin Michel, 2018, p. 114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Mazzone, « Les échanges féministes franco-italiens par la traduction éditoriale depuis les années 1960 », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 20 juillet 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8719

Haut de page

Auteur

Fanny Mazzone

Université de Toulouse • Fanny Mazzone est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Toulouse. Ses recherches se situent à la croisée des aspects socio-économiques du livre et de l’édition et des études féministes et de genre. Elle a publié, avec Bernard Banoun, « Traduction du féminisme et des études sur le genre », dans Histoire des traductions en langue française, XXe siècle, B. Banoun, I. Poulin et Y. Chevrel éd. (Verdier, 2019) ; « Feminist publishing in France 1975-2000: A quest for legitimacy », dans Making Waves: French Feminisms and their Legacies 1975-2015, M. Atack, A. S. Fell, D. Holmes et I. Long éd. (Liverpool University press, 2019) ; « La traducción en las ediciones Des femmes: una estrategia “géo-politico-poético-éditorial” », dans Las contradicciones de la globalización éditorial, G. Sapiro éd. (Ediciones Uniandes, 2019).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search