Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28VariaSociologie et littérature face à ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Sociologie et littérature face à la question du travail : le cas italien

Sociologia e letteratura di fronte alla questione del lavoro: il caso italiano
Sociology and literature and the question of work: the case of Italy
Giustina Orientale Caputo et Stefano Lazzarin

Résumés

Cette étude se propose de réfléchir sur le rapport entre sociologie et littérature, en revenant sur la question cruciale – et toujours ouverte – de la légitimité de l’usage sociologique des sources littéraires. Il s’agira notamment ici d’enquêter sur une articulation particulière de cette relation, le récit littéraire du monde du travail, en examinant plus spécifiquement le cas italien. À l’instar d’autres pays occidentaux – mais peut-être plus qu’eux – l’Italie a expérimenté les transformations récentes du monde du travail (flexibilité, précarisation, parcellisation), et elle a produit, ces vingt dernières années, une grande quantité de textes littéraires qui mettent en scène de tels changements en tâchant de les interpréter.

Haut de page

Notes de l'auteur

* Cette étude est le fruit d’un travail commun de recherche et de réflexion. Cependant, Giustina Orientale Caputo a écrit, plus particulièrement, les 2e, 3e, 4e sections du présent article, tandis que Stefano Lazzarin a écrit la 1re section et s’est également chargé d’effectuer la révision finale du travail.

Texte intégral

Le travail et son récit

  • 1 W. Lepenies, Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft, Munich, Hanser, 19 (...)
  • 2 G. Turnaturi, Immaginazione sociologica e immaginazione letteraria, Rome, Bari, Laterza, 2003.
  • 3 E. G. Parini, « Tra sociologia e letteratura. Per una mappa di una o più storie di incontri », Ras (...)
  • 4 Loc. cit.

1Le rapport entre littérature et sociologie a été « souffert »1, pas toujours facile à reconnaître, souvent sous-évalué, si ce n’est carrément nié. Malgré la réflexion incessante des chercheurs – pour la plupart sociologues de formation – et une bibliographie secondaire comprenant des enquêtes à la portée générale, mais aussi des études de cas, cette relation ambiguë est née et s’est affirmée dans la « clandestinité », selon l’image choisie par Gabriella Turnaturi2. Pourtant, l’usage de matériaux littéraires dans les études sociologiques date des origines de cette discipline, et c’est l’un des éléments les plus intéressants de sa relation avec d’autres savoirs, discours, points de vue3. À partir des travaux de Marx, Engels, Durkheim, Weber, les sociologues ont fait plus ou moins explicitement référence à la littérature en tant que forme d’expression, susceptible de transmette d’une façon plus vivante les concepts et les théories, mais aussi en tant que source, dans laquelle il conviendrait de puiser lorsqu’on ne dispose pas d’informations pour ainsi dire « directes »4. En dépit de tout cela, dans l’ensemble, on s’est assez peu penché sur la relation entre ces deux disciplines.

  • 5 Notamment : G. Turnaturi, op. cit. ; M. Longo, Il sociologo e i racconti. Tra letteratura e narraz (...)

2Questionner le rapport de collaboration entre sociologie et littérature signifie donc, en premier lieu, vérifier si entre les critiques littéraires et les sociologues peut vraiment se produire cette synergie disciplinaire dont on parle beaucoup, mais qui reste, dans la plupart des cas, une aspiration chimérique, contre laquelle agissent les tendances de plus en plus répandues à la parcellisation du travail intellectuel et la logique commerciale de plus en plus effrénée du « marché universitaire ». Questionner ce rapport signifie également, en second lieu, examiner de nouveau – à la lumière de quelques analyses récentes5 – la question cruciale et toujours ouverte de la légitimité de l’usage sociologique des sources littéraires. La littérature est-elle d’une utilité quelconque au sociologue dans son travail ? Peut-elle, notamment, l’aider à comprendre les transformations de la société ? Dès les années 1960, l’historien et sociologue américain Lewis A. Coser s’interroge sur la possibilité d’accéder à la réalité sociale à travers la littérature, en se demandant si la représentation des phénomènes sociaux fournie par les romanciers dans leurs œuvres peut affiner notre compréhension des schémas théoriques les plus complexes et abstraits des grands sociologues. Coser n’hésite pas à répondre par l’affirmative ; non seulement la littérature est utile, mais elle est absolument indispensable au sociologue qui, sans elle, serait beaucoup moins efficace dans l’exercice de sa profession intellectuelle :

  • 6 L. A. Coser, Sociology through Literature. An Introductory Reader, Englewood Cliffs (USA), Prentic (...)

The sociologist who ignores literature is bound to be not merely a much impoverished man, but a worse social scientist. Nothing human ought to be alien to the social scientist: if a novel, a play or a poem is a personal and direct impression of social life, the sociologist should respond to it with the same openness and willingness to learn that he displays when he interviews a respondent, observes a community or classifies and analyzes survey data.6

3Voici donc un premier objectif de notre étude : il s’agit de reprendre l’analyse des rapports entre la sociologie et ses sources littéraires, pour vérifier si les prémisses posées par Coser sont encore valables un demi-siècle plus tard, et quelles rectifications ou intégrations mériteraient éventuellement d’y être apportées. En descendant de niveau – d’un « plus » vers un « moins » d’abstraction théorique – et en circonscrivant le domaine de la recherche, nous rencontrons immédiatement un deuxième but de la présente investigation : nous voudrions étudier un cas particulier, l’une parmi les nombreuses articulations de la relation sociologie/littérature – la mise en récit littéraire du monde du travail. En admettant que les intuitions de Coser soient toujours actuelles, il s’agirait, en effet, de voir si elles possèdent une actualité quelconque dans le domaine spécifique de la sociologie du travail. Ce qui équivaut à se demander si le grand nombre de « narrations du travail » qui envahissent la littérature de la seconde moitié du XXe siècle, et encore plus celle du XXIe siècle, peuvent ou non constituer une source pertinente pour l’analyse sociologique du travail.

  • 7 Z. Bauman, Liquid Modernity, Cambridge (UK), Polity Press, 2000.

4Nous arrivons par là, en réduisant encore notre angle d’observation et en approchant davantage de l’analyse concrète d’un cas d’étude, au troisième but que nous nous sommes fixé, celui de sonder plus spécifiquement la situation italienne. L’Italie représente un banc d’essai idéal pour mettre à l’épreuve les ambitions de recherche que nous venons d’énoncer – vérifier si la littérature a quelque chose à dire au sociologue et, en l’occurrence, si la littérature qui décrit les conditions de travail peut être utilisée comme source dans les enquêtes sociologiques (ou de sociologie de la littérature). À l’instar d’autres pays occidentaux – mais peut-être plus qu’eux –, l’Italie a expérimenté les transformations récentes du monde du travail : de la précarisation croissante des différentes formes de travail à la fragmentation des parcours professionnels et jusqu’à la diffusion de plus en plus grande de l’alternance entre travail et non-travail (temps partiel, travail occasionnel, inactivité et chômage, travail non rétribué, travail au noir, etc.), de l’émergence de nouvelles formes de travail que nous pourrions appeler flexibles – ou « liquides », pour reprendre, dans un autre contexte, une catégorie de Zygmunt Bauman7 –, aux nombreux et profonds changements dans l’organisation de l’existence quotidienne qui sont en lien avec les transformations des processus de production et de travail, de l’ingénieurisation de l’industrie à la technologisation du travail ouvrier, jusqu’à la numérisation des professions avec l’avènement du web. De même que d’autres pays occidentaux, l’Italie a également produit, ces vingt dernières années, une grande quantité de textes littéraires qui mettent en scène ces changements, cherchent à les comprendre et à les expliquer, produisent des modèles prospectifs d’interprétation de l’avenir qui nous attend.

5Dans la suite de notre étude, nous allons donc considérer le marché du travail en Italie et son évolution, à partir des années 1950 mais avec une attention particulière pour l’époque récente, afin d’essayer de répondre aux questions suivantes : est-il possible d’instaurer un dialogue, y compris méthodologique, entre la littérature et la sociologie ? Les récits et les romans sur le travail ont-ils, notamment, quelque chose de significatif à dire à la sociologie du travail ? Quel est le rôle de la littérature comme moyen de compréhension du travail qui change, pendant ce moment historique particulier que connaît l’Italie entre la fin du XXe et le premier quart du XXIe siècle ? La littérature peut-elle se faire pour la sociologie instrument, source, mémoire, matière de réflexion et dispositif d’anticipation de scénarios futurs ? Est-il possible de se servir des romans et des récits pour illustrer et expliquer ce qui s’est passé dans le tissu social du pays ? En somme, et pour résumer : la littérature peut-elle devenir « sociologiquement productive » en ce qui concerne les thématiques du travail, du chômage, de la précarité, des nouvelles relations entre le travail et le capital ?

Les transformations du marché du travail et la réponse de la narration

  • 8 R. Sennett, The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitalism, N (...)

6En 1998, Richard Sennett publie The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitalism, qui vise, comme l’indique explicitement le titre, à analyser les conséquences que les transformations du travail à l’ère du nouveau capitalisme sont en train de produire sur les personnes et sur leur caractère, autrement dit, sur les traits permanents de l’expérience émotionnelle des personnes8.

  • 9 Selon Sennett dans The Corrosion of Character, op. cit., le nouveau capitalisme se fonde sur plusi (...)

7Sennett définit en termes sociologiques les caractéristiques structurelles de ce nouveau capitalisme9, mais ce qui fait de son livre une contribution authentiquement originale et pour ainsi dire déconcertante est la construction de l’analyse sociologique à partir du récit détaillé de la vie de deux personnages réels : Enrico, gardien d’immeuble d’origine italo-américaine à New York, que Sennett avait rencontré pendant les années 1970, et son fils Rico, diplômé en ingénierie électronique dans une prestigieuse business school, qu’il a connu vingt ans plus tard. Les vicissitudes de ces deux personnages permettent à Sennett de raconter le passage du modèle de production fordiste au modèle post-fordiste, avec tout ce que cela implique – sur le plan des choix, des comportements, des conséquences – dans les vies d’Enrico et Rico, emblèmes de deux époques bien différentes. La première vie, celle du père, est fondée sur une perspective à long terme qui comporte la mise en place d’une planification et la poursuite d’objectifs ; la seconde, celle du fils, contemple des horizons à courte portée et se définit à partir de la nécessité de réinventer sans cesse, à chaque nouvelle étape, sa propre raison d’être – alors que le fils était en possession d’une scolarisation plus élevée, d’une instrumentation conceptuelle et logistique plus raffinée, et a priori de meilleures chances de carrière et de réussite par rapport à son père.

8Pour Sennett, le système de pouvoir implicite dans les formes modernes de flexibilité sape à la base l’identité du sujet et sa capacité de nouer des relations sociales. En perdant ses certitudes, le sujet qui évolue au sein de ce nouveau capitalisme perd aussi, petit à petit, sa capacité d’auto-narration : il n’est plus en mesure de maîtriser une narration qui, jusqu’à l’avènement de la flexibilité, était structurée comme une séquence temporelle fondée sur une situation professionnelle stable et définie, laquelle garantissait l’enchaînement logique et la linéarité de la séquence temporelle elle-même et fournissait, en même temps, des gages de sécurité supplémentaires du point de vue social et culturel. L’économie capitaliste post-fordiste, toujours d’après Sennett, est en train de déterminer une véritable mutation anthropologique, dont les conséquences méritent d’être attentivement étudiées.

  • 10 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro. Conversazioni critiche, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2013, p (...)
  • 11 R. Sennett, The Corrosion of Character, op. cit. : « vous êtes toujours “toujours en train de reco (...)
  • 12 Nous n’avons pas ici la possibilité d’examiner en détail la relation entre narration et constructi (...)

9L’importance attribuée par Sennett à la biographie, à la narration et à l’auto-narration, qui remplissent une fonction décisive dans la construction de la subjectivité et la structuration de la vie humaine, fait de The Corrosion of Character non seulement une attaque menée en profondeur contre le système capitaliste actuel, mais aussi un texte lucide et « incontournable pour quiconque s’occupe des narrations du travail dans le nouveau millénaire »10. Pour Sennett, la conséquence la plus néfaste de cette nouvelle phase du capitalisme est que, tandis qu’il efface la linéarité des parcours professionnels, ce dernier anéantit les points de repère et détruit ainsi la capacité qu’a le sujet de se raconter, de situer les succès et les échecs de sa vie au sein d’une structure narrative cohérente, logique, séquentielle. La linéarité du temps de vie d’Enrico (le père), fondée sur la certitude de sa carrière professionnelle, lui permettait de nourrir des perspectives à long terme et, en même temps, lui garantissait une identité précise. La vie de Rico (le fils) se déroule, au contraire, dans une éternelle redéfinition de son réseau de relations et de positionnements professionnels ; le temps de son existence est le temps court, voire très court, que définissent ses expériences de travail fragmentaires : or ce temps pour ainsi dire « syncopé » – un temps où « you are always “always starting over” »11 – compromet la capacité du sujet à produire une narration de soi cohérente et continue12.

  • 13 R. Sennett, L’uomo flessibile. Le conseguenze del nuovo capitalismo sulla vita personale, Milan, F (...)
  • 14 L’introduction de la flexibilité, à la suite de l’approbation de nouvelles règles de négociation, (...)

10Le livre de Sennett fut traduit en Italie en 199913, deux ans à peine après l’approbation de la loi 196/97 de la République italienne14, qui, sous prétexte de mettre un frein au chômage, donna le feu vert aux transformations post-fordistes du marché du travail italien. Cette traduction est trop précoce, pourrait-on avancer, pour que les effets et les conséquences évoqués par Sennett puissent déjà être évidents dans la Péninsule. Pourtant, peu de temps après, l’Italie deviendra le pays où, plus qu’ailleurs, le terme « flexibilité » – en principe un vocable neutre, désignant les différentes manières d’utiliser la main d’œuvre en fonction des exigences de la production – sera un synonyme de précarité, en se chargeant de ces connotations négatives qui, comme le montre Sennett, impactent toutes les dimensions de la vie du sujet.

  • 15 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo. Dalla fine degli anni Settanta a oggi, (...)
  • 16 Ibid., p. 184.
  • 17 Dans Letteratura come storiografia ? Mappe e figure della mutazione italiana, Macerata, Quodlibet, (...)

11Face à ces transformations sociales, à partir des premières années du nouveau siècle, on assiste en Italie à la parution d’une grande quantité de romans qui concentrent leur attention sur le travail et sur les phénomènes résultant de la destruction du monde du travail tel qu’on l’avait connu jusqu’alors. « Au cours des années 2000, le poids des romans sur la totalité de la production libraire augmente : en 2010, il touche 19,1 %, par rapport à 15 % en 2004 »15. À cet essor quantitatif correspond un nombre plus élevé d’ouvrages qui recommencent, en quelque sorte, à décrire le réel : « les auteurs démontrent une conscience de plus en plus forte du système économique à l’intérieur duquel ils évoluent »16. Cette production est si importante qu’on a pu parler d’une « littérature italienne post-industrielle » qui prendrait le relais de la littérature industrielle des années 1960 et 197017.

12En un sens, on pourrait affirmer que c’est justement dans la destruction de la possibilité d’une narration de soi – destruction engendrée ou accélérée par l’avènement de la flexibilité – que réside l’une des principales raisons d’être de la nouvelle littérature italienne. Autrement dit, à partir des années 2000, voire de la fin des années 1990, une partie significative des écrivains italiens des nouvelles générations choisissent de remettre au centre de l’intérêt – à travers leurs romans, récits, narrations autobiographiques, mais aussi leurs documentaires, recueils d’histoires de vie et témoignages directs – les personnes et leur vécu quotidien, presque invariablement définis par les changements récents dans les conditions de travail : on peut voir en cela une sorte de compensation symbolique que la littérature offre à des sujets en plein désarroi face à la perte de leur propre rôle dans la société et à la fin de la centralité du travail. L’écriture du « vrai » semble vouloir raconter la dissolution de la narration de soi, résultant de l’avènement de la flexibilité, et redonner ainsi une voix à celles et à ceux qui n’en ont pas eue pour s’opposer au changement. Par ailleurs, on pourrait également soutenir que, à la suite des profondes transformations sociales et de la nouvelle organisation du travail, ce n’est pas seulement la capacité de chaque individu à élaborer une lecture cohérente et continue de « soi » qui s’évanouit, mais qu’en fait autant la capacité collective à produire une lecture de « nous ».

  • 18 M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950.
  • 19 J.-F. Lyotard, La condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit, 1979.
  • 20 M. Paci, Nuovi lavori, nuovo welfare. Sicurezza e libertà nella società attiva, Bologne, il Mulino (...)
  • 21 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro, op. cit., p. 18.

13Si, comme le souligne Maurice Halbwacks18, la mémoire individuelle est aussi mémoire collective, si, autrement dit, il existe dans cette dernière un élément de subjectivité très fort, et que la mémoire exerce une fonction active dans la reconstruction d’une identité et d’un sens collectif, il s’ensuit que, quand on perd le sens du vécu individuel, on court alors le risque de perdre aussi le sens d’une communauté entière. Il est certain que la crise des grandes narrations collectives à la suite de la fin des idéologies19 s’entrelace étroitement, en le déterminant d’une façon ou d’une autre, avec le processus historique d’individualisation que traversent nos sociétés actuelles20. Cette individualisation n’est pas exempte de souffrance, égarement, dissolution des horizons de sens. Ce n’est donc pas un hasard si « ce sentiment de la fin d’un modèle social, de la mort d’un monde qu’on avait pu considérer comme immuable, a été intercepté, de façon plus ou moins consciente, par plusieurs écrivains italiens contemporains, dont les histoires sont profondément marquées par des ambiances funéraires, pleines d’une anxiété à peine voilée, angoissées et angoissantes »21.

14D’un côté, donc, la réalité se transforme, et les analyses sociales cherchent à identifier les lois, les facteurs et les conséquences de cette transformation ; de l’autre, on constate l’apparition d’un nombre considérable de romans qui se confrontent avec la contemporanéité, qui racontent le « vrai » à travers des histoires « réelles » (vécues), et qui sont caractérisés par un engagement social de dénonciation.

  • 22 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo, op. cit., p. 10-11.

Pendant les années 2000 prend forme pour la première fois une koinê narrative, une « langue commune » faite de techniques, figures de style, motifs, topoï spirituels. D’autres koinê ont existé [en Italie] dans le passé (le roman historique ou le vérisme au XIXe siècle, le roman décadent, le néoréalisme ou le roman néo-avant-gardiste au XXe siècle, pour donner quelques exemples) ; cependant, c’étaient souvent des phénomènes épigonaux, basés sur des modes rapidement disparues […]. La koinê qui se révèle pendant les années 2000, au contraire, est répandue.22

  • 23 E. Zinato, Letteratura come storiografia ?, op. cit., p. 77.
  • 24 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo, op. cit.

D’une part, on se retrouve face au « réalisme à l’époque des reality »23, et d’autre part, nous sommes en présence de produits hybrides qui se situent entre la littérature d’invention et la narration de faits authentiques24. On dirait presque que l’Italie, ou du moins une partie du pays, recommence à parier sur la responsabilité sociale de la littérature.

Le travail qui change et la tradition de l’enquête sociale en Italie

  • 25 Nous nous limiterons à mentionner quelques travaux qui nous semblent particulièrement fondateurs : (...)

15Les analyses économiques et sociologiques des transformations récentes des modèles de production et de travail sont nombreuses. La bibliographie internationale est très riche, il serait impossible de fournir une liste exhaustive de titres25.

  • 26 M. Paci, Nuovi lavori, nuovo welfare, op. cit. ; A. Accornero, San Precario lavora per noi. Gli im (...)
  • 27 E. Pugliese, Sociologia della disoccupazione, Bologne, il Mulino, 1993. Parmi les travaux les plus (...)

16En Italie, parmi les réflexions les plus intéressantes sur la flexibilité, on peut rappeler celles de Massimo Paci, Aris Accornero, Luciano Gallino, Franco Ferrarotti, Serafino Negrelli26. D’un côté, les recherches menées à partir des années 1990 ont été consacrées à l’identification des caractéristiques des individus les plus lourdement frappés par les conséquences de la nouvelle situation, notamment les jeunes ; de l’autre, on n’a pas omis de souligner combien les conditions de souffrance actuelles dérivent, au moins pour une partie de leur intensité, de questions plus anciennes, jamais résolues – intrinsèquement liées au marché du travail très fragmenté en fonction de facteurs comme le genre, le niveau de scolarisation et la zone géographique de résidence, ce qui explique le modèle italien du chômage défini par Enrico Pugliese27.

  • 28 E. Pugliese éd., L’inchiesta sociale in Italia, Rome, Carocci, 2008.

17Dans tous ces travaux, éminemment sociologiques, l’attention au vécu quotidien et aux vicissitudes humaines est centrale : le recours à des instruments d’enquête qualitative et la reconstruction de parcours biographiques occupent ici une place essentielle. Ce choix, qui découle certes de l’objet d’étude, s’inscrit en même temps pleinement dans une tradition de recherches sur le travail qui compte, parmi ses précurseurs, quelques enquêtes ayant fait l’histoire de la recherche sociologique italienne28. Pendant l’après-guerre, cette tradition contribue de façon décisive à la reconnaissance de la sociologie en tant que forme de connaissance autonome et à sa consolidation comme discipline universitaire spécifique.

  • 29 « Les paysans du Sud de l’Italie [sont] en dehors de l’Histoire et de la Raison progressive, [ils (...)
  • 30 C. Levi, Cristo si è fermato a Eboli (« Le Christ s’est arrêté à Eboli »), Turin, Einaudi, 1945 ; (...)
  • 31 E. Pugliese éd., L’inchiesta sociale in Italia, op. cit.

18La lecture du développement économique et social de l’Italie, qui sortait de la Seconde Guerre mondiale et s’apprêtait à se transformer en profondeur, ne saurait, en effet, faire l’économie d’analyses célèbres, telles que l’exploration du monde paysan de la part de Carlo Levi (Cristo si è fermato a Eboli)29 et Rocco Scotellaro (Contadini del Sud), et l’étude par Danilo Dolci d’un peuple « banni » et inconnu dans le reste du pays ; ou encore, les biographies d’ouvriers et travailleurs de toutes les régions d’Italie par Edio Vallini (Operai del Nord) et la recherche historique sur l’émigration des Italiens du Sud à Milan réalisée par Franco Alasia et Danilo Montaldi (Milano, Corea) ; pour arriver, enfin, aux Autobiografie della leggera de Danilo Montaldi, qui choisit son camp dès le sous-titre de son ouvrage (Ricerca sociologica sulle classi sociali nella bassa Lombardia, « Recherche sociologique sur les classe sociales dans la basse Lombardie », est celui de la première édition ; Emarginati, balordi e ribelli raccontano le loro storie di confine, « Marginaux, voyous et rebelles racontent leurs histoires de frontière », celui de la deuxième), et aux travaux de Franco Ferrarotti sur les périphéries (Vite di baraccati. Contributo alla sociologia della marginalità) et d’Alessandro Portelli sur la ville de Terni (Biografia di una città. Storia e racconto : Terni 1830-1985)30. Un fil rouge semble relier ces enquêtes historiques à celles que les Quaderni Rossi – l’une des revues à l’incidence la plus forte sur l’histoire intellectuelle italienne de l’après-guerre – consacrent aux expériences ouvrières, et jusqu’aux enquêtes de dénonciation de la revue Inchiesta31 et aux premières recherches des années 1980 sur l’immigration et sur le chômage. À bien y regarder, ce même parcours nous conduit à ces études sur la précarité et sur les nouveaux travailleurs qui cherchent à rendre compte de la réalité contemporaine.

  • 32 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro, op. cit.

19Mais comme nous l’avons souligné plus haut, parallèlement à cette bibliographie, à proprement parler scientifique, la flexibilité des années 2000, et plus généralement les nouvelles dynamiques du travail, ont nourri une production qu’on pourrait qualifier de « littérature de travail », où le thème du travail ne sert plus seulement de décor au récit mais devient lui-même l’angle d’observation et le point de départ des œuvres. La diffusion de conditions de travail inédites semble même imposer, dans le domaine littéraire, la contrainte d’utiliser des matériaux biographiques et narratifs, les seuls qui permettraient une description adéquate de la situation contemporaine. De plus, comme l’a rappelé l’un des plus remarquables écrivains de la nouvelle génération, Angelo Ferracuti, l’intérêt de la littérature italienne pour le thème du travail s’inscrit au sein d’une tendance plus générale à la récupération d’une fonction testamentaire, documentaire et dénonciatrice du texte littéraire32.

  • 33 M. Rovelli, Servi: il paese sommerso dei clandestini al lavoro (« Serfs : le pays souterrain des i (...)

20Ainsi, romanciers, journalistes et chercheurs accompagnent, enrichissent et revitalisent la recherche empirique sur le travail, et se remettent à la tâche commune de l’enquête sociale, en poursuivant l’œuvre des prédécesseurs sous différentes formes. Dans cet horizon s’inscrivent les enquêtes de Rovelli (Servi), les nombreux travaux de Ferracuti (Le risorse umane ; Il costo della vita ; I tempi che corrono ; Addio. Il romanzo della fine del lavoro), les reportages d’Alessandro Leogrande dans les Pouilles (Uomini e caporali. Viaggio tra i nuovi schiavi nelle campagne del sud), sans oublier les livres de Concita De Gregorio (Io vi maledico), Riccardo Brun (Qui si chiama fatica), Renato Curcio (Mal di lavoro), et beaucoup d’autres33.

  • 34 R. Gianola, Diario operaio. La condizione del lavoro nella crisi italiana (« Journal ouvrier. La c (...)
  • 35 Pensons par exemple à l’essai autobiographique d’Elena Marisol Brandolini, Morire di non lavoro. L (...)

21Viennent ensuite les romans qui recommencent à sonder la condition ouvrière, moins centrale qu’autrefois, mais certainement pas disparue34, ceux qui se penchent sur le chômage, affectant le présent et l’avenir des individus au même titre que la précarité35, et ceux qui s’interrogent sur la qualité de vie, qui se perd petit à petit. Il y a, surtout, de très nombreux récits et romans, écrits à la première personne, décrivant des jeunes femmes et des jeunes hommes qui sont sans cesse obligés de courir après des travaux atypiques, fragmentés, déqualifiés, à temps déterminé, précaires, occasionnels, et qui partagent la même expérience de la déperdition du sens de leur travail : en aucun cas, la qualité du travail n’est prise en compte parmi les paramètres du choix à accomplir.

  • 36 L. Gallino, Il lavoro non è una merce, op. cit.
  • 37 International Labour Organization (ILO), Decent Work, Report of the Director-General, Internationa (...)
  • 38 Non credere di avere dei diritti est le titre d’un volume de la Libreria delle Donne de Milan : ce (...)
  • 39 C. Boscolo et F. Roverselli, « Scritture precarie attraverso i media: un bilancio provvisorio », B (...)

22En somme, la littérature italienne des vingt dernières années met en scène le monde du travail sans qualifications, sans avenir et sans horaires, ou pour utiliser le langage sociologique de Luciano Gallino36, le processus de re-marchandisation de la main d’œuvre. Elle se penche sur une réalité si répandue qu’on a ressenti le besoin, au niveau international, d’une redéfinition de ce qu’est le decent work, et des standards minimaux en dessous desquels on doit parler non pas de travail mais d’esclavage37. Cette réalité, les écrivains italiens la représentent presque toujours par l’entremise de récits épars, souvent déstructurés, presque toujours brefs, dont les personnages ne croient pas qu’ils ont des droits38, même pas les moindres ; et en utilisant une langue dure, directe, minimale. Car si l’existence est déstructurée, la narration qui l’interprète ne pourra qu’être tout aussi déstructurée : « les récits de la précarité n’ont quasiment jamais une configuration linéaire, ils sont décomposés, ils nous présentent des épisodes, des fragments de réalité, des témoignages, des réflexions […]. Le début est in medias res et les conclusions sont ouvertes »39.

  • 40 T. Ben Jelloun et E. Volterrani, Dove lo Stato non c’è. Racconti italiani (« Là où l’État n’existe (...)
  • 41 M. Colucci, Storia dell’immigrazione straniera in Italia. Dal 1945 ai nostri giorni, Rome, Carocci (...)
  • 42 P. Khouma et O. Pivetta, Io venditore di elefanti (« Moi, vendeur d’éléphants »), Milan, Garzanti, (...)
  • 43 M. Pas Bagdadi, A piedi scalzi nel Kibbutz (« Nu-pieds dans le kibboutz »), Milan, Bompiani, 2002  (...)

23Il est aussi à remarquer que, au cours de cette période, s’affirme en Italie une littérature migrante, œuvre d’écrivains immigrés qui, poussés par la même nécessité de témoigner, racontent sous une forme autobiographique leur expérience de la migration. Ces auteurs écrivent en italien et, surtout au début, travaillent souvent en collaboration avec des auteurs italiens. Le premier livre significatif de ce point de vue est un recueil intitulé Dove lo Stato non c’è. Racconti italiani– ce sont des « fictions nourries du quotidien », peut-on lire sur le volet éditorial – recueil signé par Tahar Ben Jelloun, écrivain marocain bien connu, en collaboration avec Egi Volterrani40 ; les deux auteurs commencent à rédiger leur ouvrage à la suite de l’assassinat du réfugié sud-africain Jerry Masslo, en 1989. Le premier roman est Io venditore di elefanti de Pap Khouma avec Oreste Pivetta, que l’auteur déclare avoir écrit parce que « nous n’avions pas voix au chapitre, nous n’avions pas… la parole »41. Suivent Immigrato de Salah Methnani avec Mario Fortunato, Chiamatemi Alì de Mohamed Bouchane avec Carla De Girolamo et Volevo diventare bianca de Nassera Chohra avec Alessandra Atti Di Sarro42. Les romans qui paraissent pendant la décennie suivante sont, en revanche, écrits sans co-auteurs, et ils portent sur des sujets désormais assez diversifiés. Parmi eux, mentionnons A piedi scalzi nel Kibbutz de Masal Pas Bagdadi, Memorie di una principessa etiope de Martha Nasibù, Madre piccola de Cristina Ali Farah, Amiche per la pelle de Laila Wadia, Rosso come una sposa de Anilda Ibrahimi, In altre parole de Jhumpa Lahiri43.

24D’un point de vue plus général, l’attention au travail qui caractérise la littérature italienne contemporaine peut évoquer d’autres époques de crise du travail et de changement des relations entre les individus et les modes de production. À bien y regarder, en effet, à chaque fois que les sociétés humaines – notamment les sociétés occidentales – ont connu une réorganisation profonde des structures et des rapports de production, à chaque fois que les existences des individus ont donc subi non seulement des modifications organisationnelles et logistiques, mais aussi anthropologiques, ces mêmes sociétés ont enregistré, en parallèle, l’éclosion d’une littérature consacrée au thème du travail. Ainsi, à côté des analyses économiques, des enquêtes sociologiques, des recherches historiques, sont apparus des romans, des récits, des documents biographiques, des narrations autobiographiques, mais aussi des mémoires, des recueils de témoignages et des histoires de vie, des pièces théâtrales et des documents audiovisuels, qui se sont penchés sur la signification de ces changements et de cette transformation du monde environnant.

  • 44 G. Orientale Caputo, La lezione degli anni Trenta. Disoccupazione e ricerca sociale, Milan, Bruno (...)
  • 45 E. Vittorini éd., Industria e letteratura, numéro monographique de Il Menabò, no 4, 1961.
  • 46 Cité dans F. Pappalardo, « Lavoro e coscienza di classe nel Metello di Pratolini », dans Lavoro, d (...)
  • 47 P. Volponi, Memoriale (« Mémorial »), Milan, Garzanti, 1962.
  • 48 G. P. Cella, « L’industria tra alienazione e speranza. Le domande di Volponi », dans R. Voza éd., (...)
  • 49 Ibid., p. 143.

25Nous pouvons comparer cette situation à celle des années 1930 en Grande-Bretagne et aux États-Unis, lorsque la littérature représenta une base de connaissance essentielle de la crise de l’époque et fut en mesure d’exprimer, bien avant les recherches sociologiques, les lourdes conséquences individuelles et collectives d’un phénomène qu’on découvrait alors pour la première fois : le chômage de masse44. Quelque chose de similaire a lieu aussi à des époques plus récentes, entre autres en Italie, lors de la transition du monde paysan et rural à l’univers urbain des villes (voir, sur ce sujet, les publications citées plus haut). C’est avec le boom économique des années 1950 que le travail à l’usine produit une « littérature de l’usine » proprement dite (Bianciardi, Pratolini, Parise, Volponi), ainsi qu’un débat sur la littérature et l’industrie dont on peut trouver trace, pour ne citer que le texte sans doute le plus représentatif, dans le numéro historique de la revue il Menabò coordonné par Elio Vittorini45. Il s’agit là d’une saison extraordinaire de conscience profonde du rôle social que peut revêtir la littérature. Qu’on lise, par exemple, les déclarations de Vasco Pratolini au Congrès national des entrepreneurs du bâtiment, en 1965, lorsque l’écrivain toscan présente son roman Metello. Celui-ci, affirme Pratolini, constitue « une tentative pour donner finalement droit de cité dans notre littérature à des personnages qui ne représentent pas de façon démagogique, ni faussement compréhensive, ni même abstraite et révolutionnaire coûte que coûte, la réalité de plus en plus vivante et pressante du monde du travail »46. Qu’on considère aussi l’énorme valeur sociologique qu’assume le chef-d’œuvre de Paolo Volponi Memoriale47 aux yeux d’un spécialiste des relations professionnelles comme Gian Primo Cella. Dans Memoriale, écrit Cella, « la description de l’usine tayloriste-fordiste, qui ne permet aucune identification ni reconnaissance professionnelle, mais accorde en même temps identité et sécurité, bien que sans affections et sans émotions, est parfaite »48 ; et plus loin : « Les caractères du travail et de l’organisation de l’usine sont représentés avec efficacité et précision ; il en émerge une réalité qui est la même qu’on trouve dans nombre de célèbres études sociologiques, de Travail en miettes (1956) et Où va le travail humain (1963) de Georges Friedmann à Alienation and Freedom (1964) de Robert Blauner »49.

  • 50 Dans Letteratura come storiografia ?, op. cit., p. 76, Emanuele Zinato cite Filippo La Porta, op.  (...)
  • 51 Wu Ming, New Italian Epic. Letteratura, sguardo obliquo, ritorno al futuro, Turin, Einaudi, 2009.
  • 52 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo, op. cit., p. 187.
  • 53 M. Murgia, Il mondo deve sapere (« Le monde entier doit savoir »), Milan, Isbn Edizioni, 2006 ; A. (...)
  • 54 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro, op. cit., p. 28.

26La situation italienne à partir de années 2000, avec le passage à une ère qu’on peut qualifier de « post-fordiste », présente beaucoup d’analogies avec ces époques révolues : on assiste aujourd’hui, comme nous l’avons dit, à l’essor d’une nouvelle « littérature italienne post-industrielle »50, et en même temps d’une production « néo-épique » italienne, d’un New Italian Epic comme on a pu l’appeler51, pour désigner « des œuvres qui veulent reconstruire notre histoire récente en revitalisant une matrice épique, fondatrice, de la littérature »52. Au lieu de raconter les « pleins », cette littérature préfère dire les « vides », elle met en scène les angoisses plutôt que la prospérité et les loisirs, la routine glauque des call center et non pas l’existence brillante des nouveaux riches : deux romans emblématiques, dans ce sens, sont Il mondo deve sapere de Michela Murgia et Mi chiamo Roberta, ho 40 anni, guadagno 250 euro al mese… d’Aldo Nove53. À ce sujet, Chirumbolo remarque : « Une fois que nous avons opéré les distinctions nécessaires, on peut affirmer que, à l’instar de ce qui s’est passé il y a plus de soixante ans, le “retour à la réalité” […] répond à une exigence partagée d’authenticité et à une exigence analogue de vérité »54.

  • 55 F. Dezio, Nicola Rubino è entrato in fabbrica (« Nicola Rubino est entré à l’usine »), Milan, Felt (...)
  • 56 L. Furini, Volevo solo lavorare. Siamo tutti precari : da giovani flessibili, licenziati a cinquan (...)
  • 57 M. Desiati et T. Tarquini, Laboriosi oroscopi. Diciotto racconti sul lavoro, la precarietà e la di (...)
  • 58 G. Falco, Pausa caffè (« Pausé café »), Milan, Sironi, 2004 ; A. Bajani, Mi spezzo ma non m’impieg (...)
  • 59 M. Rovelli, Lavorare uccide (« Le travail tue »), Milan, Rizzoli, 2008 ; M. Desiati, Ternitti (« E (...)

27Par ailleurs, bien que la flexibilité assume un rôle prédominant dans les romans et récits des années récentes, elle est loin de constituer l’objet unique de l’écriture, qui se structure en vérité autour d’une large gamme de questions, allant des nouvelles relations contractuelles au déclin de la centralité du travail ouvrier, lequel n’a pourtant pas disparu55, et de la précarité en tant que condition qui concerne tous les travailleurs, pas seulement les jeunes56, au chômage qui a tendance à se faire, d’une phase de la vie qu’il était, la destinée inéluctable de beaucoup de gens57, pour arriver jusqu’à la condition de ceux qui vivent dans un continuum auparavant jamais enregistré de passages successifs entre occupation, chômage, précarité58, dans une alternance de travaux mal payés, à la dimension formatrice mince, voire inexistante, jusqu’au drame des décès dus à l’activité professionnelle – qu’on appelle couramment en Italie morti bianche, « morts blanches » – ou bien aux innombrables poisons du travail industriel59. En somme, la littérature actuelle semble vouloir raconter un ensemble de phénomènes liés au travail – à sa qualité ou à son manque – qui, par leur richesse et leur variété, ne sauraient être négligés par les sociologues souhaitant enquêter sur l’univers des professions et de l’emploi.

Tracer des frontières ou bâtir des ponts ? Le rapport mutuel entre littérature et sociologie

  • 60 Z. Bauman et R. Mazzeo, In Praise of Literature, Cambridge (UK), Polity Press, 2016.
  • 61 Z. Bauman, What Use is Sociology ? Conversations with Michael Hviid Jacobsen and Keith Tester, Cam (...)

28Dans l’un de ses derniers livres, Zygmunt Bauman se demande si, entre la littérature et la sociologie, il faudrait tracer des frontières ou plutôt bâtir des ponts60. Le parcours que nous avons accompli jusqu’à présent, en retraçant la réflexion des chercheurs qui se sont penchés sur la question, indique à l’évidence que la seconde orientation est la plus féconde. « Sociology – remarquent Michael Hviid Jacobsen et Keith Tester, dans le livre de conversations qu’ils ont écrit avec Bauman – is useful when it offers narratives connecting epoch with experience »61.

  • 62 G. Turnaturi, op. cit.
  • 63 E. Zinato, op. cit., p. 63.

29Le rapport entre ces deux types d’écritures que sont l’écriture littéraire et sociologique a tout intérêt, aujourd’hui, à prendre la forme d’un partage incessant, puisque l’objet sur lequel elles s’interrogent est le même, et que les sujets sont plus que jamais semblables : la littérature se nourrit en profondeur de ces « thèmes du travail » auxquels s’intéressait la sociologie des années 1950, 1960, 1970 ; ce faisant, la littérature fixe des topoï sur lesquels la sociologie est susceptible, par la suite, de recommencer à travailler. La littérature, comme le souligne Turnaturi62, ne fournit pas plus de réponses que ne le fait la sociologie, elle permet cependant à la sociologie de se poser un plus grand nombre de questions. En appliquant cette remarque à la problématique qui est la nôtre, on pourrait dire que la littérature sur le travail, la précarité et la vie quotidienne à l’ère des nouveaux travaux révèle l’existence d’autres déclinaisons possibles des catégories utilisées par les sciences sociologiques et économiques. Autrement dit, la littérature possède une valeur de connaissance ; elle « n’est pas, en effet, seulement un supra-monde imaginaire : le réel fait irruption dans ses formes et structures avec sa matérialité immédiate »63.

  • 64 Z. Bauman, What Use is Sociology ?, op. cit., p. 17-18 : « Écrire de la littérature et écrire de l (...)

Writing a novel and writing sociology are not the same. Each activity has its own techniques and modes of proceeding, and its own criteria of propriety, which set them apart from each other. But I would say that literature and sociology […] serve each other as reference points which they can’t resist comparing, and they are yardsticks by which to measure the success or failure of their own life pursuits.64

  • 65 I. Calvino, Saggi. 1945-1985, 2 vol., M. Barenghi éd., Milan, Mondadori, 1995, vol. I, p. 691.

30D’un côté, donc, il y a l’action de la sociologie – en l’occurrence, la sociologie du travail – qui traduit des événements concrets dans des schémas plus généraux, définit des processus et des tendances, opère des abstractions, s’efforce de dégager des lois universelles ; de l’autre, se situe la forme narrée du travail – à la fois en ce qui concerne les narrations du « je » et le récit collectif ou communautaire – au sein de laquelle les moyens expressifs du langage littéraire rendent compte de ce qu’Italo Calvino aurait sans doute appelé l’« aspect sensible des histoires »65. Ce sont deux façons d’envisager le même monde qui, à notre avis, ont beaucoup à se dire et encore beaucoup à se donner réciproquement.

  • 66 F. Ferrarotti, Storia e storie di vita, Rome, Bari, Laterza, 1981 ; D. Bertaux, Les récits de vie. (...)

31Essayer de comprendre les processus sociaux, en l’occurrence les mécanismes et les facteurs d’un certain phénomène au niveau de la production ou du marché du travail, ne saurait supporter qu’on oublie les êtres humains dans leur intégralité, leur dialectique, leurs dynamiques interpersonnelles. Par ailleurs, il est désormais acquis que les témoignages oraux, les récits de vie, les narrations autobiographiques constituent des sources essentielles de la sociologie, lui permettant d’accéder à la sphère des émotions, des motivations, des significations objectives attribuées à l’expérience vécue66. En ce domaine, la littérature évolue avec une aisance indéniablement plus grande : elle trouve des mots et fournit des regards plus profonds, car, par sa nature même, elle est l’incarnation et la réification vécue de tendances plus générales.

  • 67 E. Zinato, op. cit., p. 16.
  • 68 P. Battista, « Quando la letteratura aiuta a capire », Corriere della Sera, 27 janvier 2019, en li (...)
  • 69 F. Borrelli, « Intervista a David Foster Wallace », Il Manifesto, 1er juillet 2006, en ligne [http (...)

32« Peut-être pouvons-nous considérer la littérature comme cette forme paradoxale d’historiographie et de reconstruction qui se prend la liberté de reconfigurer, manipuler, renverser, rendre vaines les données officielles, et qui garde, “dans la pénombre des œuvres”, à la fois la voix des vainqueurs et les “traces des oubliés” »67. Parmi ses multiples fonctions, la littérature a celle de rendre public l’événement privé et privé ce qui relève de la sphère publique : « un roman peut saisir un kaléidoscope [entier] d’humeurs, perceptions, obsessions, frénésies, sentiments, ressentiments »68. Ce ne sont pas les écrivains qui contrediront les chercheurs. Ce que le dramaturge napolitain Eduardo De Filippo dit du théâtre pourrait être appliqué tel quel au roman : « Le théâtre est la fiction jusque dans la vérité », mais aussi « la vérité jusque dans la fiction » ; et l’écrivain américain David Foster Wallace de relever : « Je ne tiens pas à donner une représentation fidèle du monde qui nous entoure, je voudrais toutefois que ce que j’écris puisse apparaître digne de foi »69.

  • 70 Z. Bauman, What Use is Sociology ?, op. cit., p. 34.
  • 71 E. Zinato, op. cit.
  • 72 R. A. Nisbet, Sociology as an Art Form, New York, Oxford University Press, 1976.
  • 73 E. G. Parini, art. cit., p. 119.

33Il nous reste, dès lors, à comprendre quelle pourrait être la tâche du sociologue vis-à-vis de cette matière complexe. Pour Bauman, c’est encore celle qu’avait définie le sociologue américain Charles Wright Mills : « tying together “biography” and “history”, in the practice of “sociological hermeneutics” : deciphering human conduct as a continuous interplay and interchange between situational (“objective”) challenges and human (“subjective”) life strategies »70. Quant à nous, sans pouvoir approfondir ici, pour d’évidentes raisons d’espace, ni la relation entre écritures « véridiques » et écritures « d’imagination »71, ni celle – encore plus générale et inépuisable – entre vérité et littérature, fiction et réalité, nous nous bornerons à souligner que la dichotomie entre science et art, de même que l’opposition entre sciences idiographiques et nomothétiques, ou encore entre méthodes de recherche quantitatives et qualitatives, n’a plus, aujourd’hui, aucun sens. La relation entre sociologie et littérature ne saurait être décrite dans les termes d’une compétition destinée à établir laquelle de ces deux formes de narration et de réflexion détient la vérité, ou dispose du prisme le meilleur pour observer la réalité. Cette relation prend plutôt la forme d’un jeu de renvois réciproques à partir d’une orientation commune vers la connaissance et la compréhension du monde72, en sachant que « cette rencontre d’altérités » est susceptible de promouvoir « des remises en question mutuelles et profitables, comme cela arrive toujours lorsque deux mondes s’observent et s’interrogent, en laissant à chacun d’entre eux la pertinence de ses propres réponses »73.

  • 74 M. Kundera, Le rideau. Essai en sept parties, Paris, Gallimard, 2005, p. 182.

34Parmi les très nombreuses réflexions sur la littérature formulées par les écrivains, nous souhaiterions, pour conclure, rappeler la pensée de Milan Kundera, grand écrivain et grand théoricien du roman. Kundera revendique l’autonomie du roman et sa raison d’être, qui consiste à arracher le rideau de la pré-interprétation, puisque ce genre littéraire est le dernier observatoire qui nous reste pour essayer d’embrasser la vie humaine dans son ensemble. Mais surtout, l’écrivain tchèque indique dans la distinction entre mémoire factuelle et mémoire existentielle la valeur la plus importante parmi celles que nous propose la littérature. Pour mieux expliquer ce qu’il entend, Kundera recourt à sa propre mémoire historique ; à propos de l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’Armée rouge, en 1968, il écrit : « je sais ce qu’est pour un homme vivre la mort de sa nation »74. L’histoire du Printemps de Prague allait être racontée de nombreuses fois, et cependant, l’histoire ne suffit parfois pas à notre soif de connaissance :

  • 75 Ibid., p. 184

Ce n’est pas la connaissance des événements historiques qui me manquait. J’avais besoin d’une autre connaissance, celle qui, comme l’aurait dit Flaubert, va dans « l’âme » d’une situation historique, qui saisit son contenu humain. Peut-être un roman, un grand roman, aurait-il pu me faire comprendre comment les Tchèques d’alors avaient vécu leur décision. Or un tel roman n’a pas été écrit. Il est des cas où l’absence d’un grand roman est irrémédiable.75

Haut de page

Notes

1 W. Lepenies, Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft, Munich, Hanser, 1985.

2 G. Turnaturi, Immaginazione sociologica e immaginazione letteraria, Rome, Bari, Laterza, 2003.

3 E. G. Parini, « Tra sociologia e letteratura. Per una mappa di una o più storie di incontri », Rassegna Italiana di Sociologia, 1, 2018, p. 93-122

4 Loc. cit.

5 Notamment : G. Turnaturi, op. cit. ; M. Longo, Il sociologo e i racconti. Tra letteratura e narrazioni quotidiane, Rome, Carocci, 2012 ; M. Longo, Fiction and Social Reality. Literature and Narrative as Sociological Resources, Farnham (UK), Ashgate Publishing Limited, 2015.

6 L. A. Coser, Sociology through Literature. An Introductory Reader, Englewood Cliffs (USA), Prentice-Hall, 1963, p. 8 : « Le sociologue qui ignore la littérature ne sera pas seulement un homme très appauvri, mais un plus mauvais spécialiste des sciences sociales. Rien de ce qui est humain ne devrait être étranger au sociologue : si un roman, une pièce de théâtre ou un poème est une impression personnelle et directe de la vie sociale, le sociologue devrait y répondre avec la même ouverture d’esprit et la même volonté d’apprendre qu’il manifeste lorsqu’il interroge un répondant, observe une communauté ou classe et analyse des données d’enquête » (nous traduisons).

7 Z. Bauman, Liquid Modernity, Cambridge (UK), Polity Press, 2000.

8 R. Sennett, The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitalism, New York, Londres, W. W. Norton & Company, 1998.

9 Selon Sennett dans The Corrosion of Character, op. cit., le nouveau capitalisme se fonde sur plusieurs aspects d’importance cruciale : a) la réinvention ininterrompue des institutions (les restructurations, les réductions des filières productives, la relocalisation de la production) ; b) la spécialisation flexible de la production, qui s’adapte aux requêtes du marché grâce à l’usage des technologies ; c) la concentration du pouvoir sans centralisation (la production en réseau, la dispersion de l’unité des temps, des lieux et des modalités de production).

10 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro. Conversazioni critiche, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2013, p. 22.

11 R. Sennett, The Corrosion of Character, op. cit. : « vous êtes toujours “toujours en train de recommencer” » (p. 84 ; nous traduisons).

12 Nous n’avons pas ici la possibilité d’examiner en détail la relation entre narration et construction de l’identité, un thème central tant dans la réflexion féministe que dans les disciplines les plus diverses, entre autres la philosophie. D’après la philosophe politique Adriana Cavarero, l’identité n’a pas seulement une dimension subjective, mais aussi un caractère d’exposition, lequel se présente, justement, dans la narration. Car on se raconte, par définition, à un autre : « On apparaît toujours à quelqu’un, on ne saurait apparaître s’il n’y avait personne d’autre » (A. Cavarero, Tu che mi guardi, tu che mi racconti. Filosofia della narrazione, Milan, Feltrinelli, 1997, p. 32).

13 R. Sennett, L’uomo flessibile. Le conseguenze del nuovo capitalismo sulla vita personale, Milan, Feltrinelli, 1999.

14 L’introduction de la flexibilité, à la suite de l’approbation de nouvelles règles de négociation, est plus tardive et complexe en Italie qu’ailleurs en Europe : pour cette raison, on utilise habituellement la formule « flexibilité normée ». Les étapes à travers lesquelles ce processus s’est accompli peuvent être résumées de la façon suivante : la loi 196 du 24 juin 1997, plus connue comme Pacchetto Treu (ensemble de propositions formulées par le ministre du Travail et de la Sécurité sociale Tiziano Treu), marque la fin du monopole public dans la gestion de l’adéquation de l’offre et de la demande sur le marché du travail ; en ouvrant la porte aux agences de travail intérimaire et en rendant légitime la dérogation au CDI, le Pacchetto Treu introduit d’autres types de contrats de travail, génériquement définis comme « atypiques ». À la loi 196 fait suite la loi 30 du 10 septembre 2003, qu’on nomme couramment Legge Biagi en l’honneur de son promoteur, Marco Biagi, juriste italien dans le domaine du droit du travail, tué par les Brigades Rouges le 19 mars 2002 (avec son Livre blanc sur le marché du travail, Biagi fut l’inspirateur des lignes directrices de cette loi, mais il ne la signa pas). La loi 30 élargit considérablement les types de contrat possibles, en contribuant à diffuser l’idée selon laquelle des licenciements plus faciles favoriseraient un accès tout aussi facile au monde du travail, et que la courte durée des contrats permettrait à un plus grand nombre de gens – notamment aux sujets « faibles » comme les femmes et les jeunes – de commencer à travailler. Les données statistiques, et le temps, ont démontré que cette causalité n’était pas si linéaire que les promoteurs de la Legge Biagi pouvaient l’espérer. La loi 92 du 28 juin 2012, connue comme Legge Fornero, du nom de l’économiste italienne Elsa Maria Fornero qui en fut l’autrice, marque une nouvelle étape dans le processus de réforme du marché du travail en Italie. Ce passage se rend nécessaire à la suite de la lourde crise économique et financière éclatée en 2008 : la loi 92 vise, en effet, à réduire la flexibilité en ce qui concerne le flux de travail entrant, en compensant cette réduction par une plus grande flexibilité dans le flux de travail sortant. La Legge Fornero sera suivie, deux ans plus tard, par la loi 183 du 10 décembre 2014, connue comme Jobs Act, à son tour précédée par la loi 78/2014 (transformation du Décret Poletti) et suivie par des décrets d’application qui en ont permis la réalisation concrète.

15 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo. Dalla fine degli anni Settanta a oggi, Rome, Carocci, 2018, p. 183.

16 Ibid., p. 184.

17 Dans Letteratura come storiografia ? Mappe e figure della mutazione italiana, Macerata, Quodlibet, 2015, p. 76, Emanuele Zinato cite Filippo La Porta, « Albeggia una letteratura postindustriale », dans Tirature 2000. Romanzi di ogni genere. Dieci modelli a confronto, V. Spinazzola éd., Milan, il Saggiatore, 2000, p. 97-105.

18 M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950.

19 J.-F. Lyotard, La condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

20 M. Paci, Nuovi lavori, nuovo welfare. Sicurezza e libertà nella società attiva, Bologne, il Mulino, 2005.

21 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro, op. cit., p. 18.

22 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo, op. cit., p. 10-11.

23 E. Zinato, Letteratura come storiografia ?, op. cit., p. 77.

24 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo, op. cit.

25 Nous nous limiterons à mentionner quelques travaux qui nous semblent particulièrement fondateurs : R. B. Reich, The Work of Nations. Preparing Ourselves for 21th Century Capitalism, New York, Vintage Books, 1991 ; Z. Bauman, Life in Fragments. Essays in Postmodern Morality, Cambridge (USA), Blackwell, 1995 ; J. Rifkin, The End of Work. The Decline of the Global Labor Force and the Dawn of the Post-Market Era, New York, Putnam Publishing Group, 1995 ; M. Castells, The Rise of the Network Society. The Information Age : Economy, Society and Culture, Malden (USA), Oxford (UK), Blackwell, 1996 ; A. Gorz, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée, 1997 ; P. Bourdieu, « La précarité est aujourd’hui partout », dans P. Bourdieu, Contre-feux. 1. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-liberale, Paris, Éditions Liber-Raisons d’Agir, 1998, p. 95-101 ; U. Beck, Schöne neue Arbeits Welt, Francfort-sur-le-Main, Vision : Weltbürgergesellschaft, 1999 ; J.-C. Barbier et H. Nadel, La flexibilité du travail et de l’emploi, Paris, Flammarion, 2000 ; R. Dore, New Forms and Meanings of Work in an Increasingly Globalized World, e-book, Genève, International Institute for Labour Studies, 2004 ; D. Gallie éd., Employment Regimes and the Quality of Work, Oxford, Oxford University Press, 2007 ; D. Gallie éd., Economic Crisis, Quality of Work, and Social Integration. The European Experience, Oxford, Oxford University Press, 2013 ; G. Standing, The Precariat. The New Dangerous Class, Londres, New York, Bloomsbury Academic, 2011.

26 M. Paci, Nuovi lavori, nuovo welfare, op. cit. ; A. Accornero, San Precario lavora per noi. Gli impieghi temporanei in Italia, Milan, Rizzoli, 2006 ; L. Gallino, Il lavoro non è una merce. Contro la flessibilità, Rome, Bari, Laterza, 2007 ; F. Ferrarotti, La strage degli innocenti. Note sul genocidio di una generazione, Rome, Armando, 2011 ; S. Negrelli, Le trasformazioni del lavoro. Modelli e tendenze nel capitalismo globale, Rome, Bari, Laterza, 2013.

27 E. Pugliese, Sociologia della disoccupazione, Bologne, il Mulino, 1993. Parmi les travaux les plus remarquables sur les transformations du marché du travail, le chômage et la précarité dans l’Italie contemporaine, on mentionnera : A. Schizzerotto éd., Vite ineguali. Disuguaglianze e corsi di vita nell’Italia contemporanea, Bologne, il Mulino, 2002 ; G. Fullin, Vivere l’instabilità del lavoro, Bologne, il Mulino, 2004 ; S. Bertolini et R. Rizza éd., Atipici?, numéro monographique de Sociologia del lavoro, no 97, Milan, Franco Angeli, 2005 ; V. Borghi et R. Rizza, L’organizzazione sociale del lavoro. Lo statuto del lavoro e le sue trasformazioni, Milan, Bruno Mondadori, 2006 ; S. Piccone Stella éd., Tra un lavoro e l’altro. Vita di coppia nell’Italia postfordista, Rome, Carocci, 2007 ; A. Cortese, « Carriere mobili di giovani istruiti nel Mezzogiorno », dans Mobilità e transizioni nei mercati del lavoro locali, M. Colasanto et E. Zucchetti éd., Milan, Franco Angeli, 2008, p. 66-98 ; M. C. Cimaglia, F. Corbisiero et R. Rizza éd., Tra imprese e lavoratori. Una ricerca sul lavoro non standard in Italia, Milan, Bruno Mondadori, 2009 ; G. Orientale Caputo, Come una danza immobile. Tre anni di disoccupazione, lavoro nero e povertà a Napoli, Milan, Ledizioni, 2012 ; E. Armano et A. Murgia, Mappe della precarietà. I. Spazi, rappresentazioni, esperienze e critica delle politiche del lavoro che cambia, Bologne, I libri di Emil, 2012 ; Id., Mappe della precarietà. II. Knowledge workers, creatività, saperi e dispositivi di soggettivazione, Bologne, I libri di Emil, 2012 ; Id., Generazione precaria. Nuovi lavori e processi di soggettivazione, Bologne, I libri di Emil, 2014 ; V. Fortunato et R. Palidda éd., I call center in Italia. Lavoro e organizzazione tra retoriche e realtà, Rome, Carocci, 2012 ; M. Giannini, « Precarietà, una categoria ambigua. Radici sociali e percezioni differenti nei contesti socio-economici », dans Lavoro e crisi: l’Europa del Sud, un laboratorio?/Travail et crise : l’Europe du Sud, un laboratoire ?, P. Bouffartigue, M. Giannini et A. Lamanthe éd., Milan, Franco Angeli, 2017, p. 99-110.

28 E. Pugliese éd., L’inchiesta sociale in Italia, Rome, Carocci, 2008.

29 « Les paysans du Sud de l’Italie [sont] en dehors de l’Histoire et de la Raison progressive, [ils ne sont que] sapience très ancienne et douleur patiente », écrit l’auteur sur la jaquette de l’édition originale du roman (Levi, 1945).

30 C. Levi, Cristo si è fermato a Eboli (« Le Christ s’est arrêté à Eboli »), Turin, Einaudi, 1945 ; R. Scotellaro, Contadini del Sud (« Paysans du Sud »), Bari, Laterza, 1954 ; D. Dolci, Inchiesta a Palermo (« Enquête à Palerme »), Turin, Einaudi, 1956 ; E. Vallini, Operai del Nord (« Ouvriers du Nord »), Bari, Laterza, 1957 ; F. Alasia et D. Montaldi, Milano, Corea: inchiesta sugli immigrati (« Milan, Corée : enquête sur l’immigration »), Rome, Donzelli, 1960 ; D. Montaldi, Autobiografie della leggera (« Autobiographies de la “légère” »), Turin, Einaudi, 1961 ; F. Ferrarotti, Vite di baraccati. Contributo alla sociologia della marginalità (« Vies de squatteurs. Contribution à la sociologie de la marginalité »), Naples, Liguori, 1974 ; A. Portelli, Biografia di una città. Storia e racconto : Terni 1830-1985 (« Biographie d’une ville. Histoire et récit : Terni 1830-1985 »), Turin, Einaudi, 1985.

31 E. Pugliese éd., L’inchiesta sociale in Italia, op. cit.

32 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro, op. cit.

33 M. Rovelli, Servi: il paese sommerso dei clandestini al lavoro (« Serfs : le pays souterrain des immigrés clandestins au travail »), Milan, Feltrinelli, 2009 ; A. Ferracuti, Le risorse umane (« Les ressources humaines »), Milan, Feltrinelli, 2006 ; Id., Il costo della vita: storia di una tragedia operaia (« Le coût de la vie : histoire d’une tragédie ouvrière »), Turin, Einaudi, 2013 ; Id., I tempi che corrono (« Les temps qui courent »), Rome, Alegre, 2013 ; Id., Addio. Il romanzo della fine del lavoro (« Adieu. Le roman de la fin du travail »), Milan, Chiarelettere, 2016 ; A. Leogrande, Uomini e caporali. Viaggio tra i nuovi schiavi nelle campagne del sud (« Hommes et caporaux. Voyage parmi les nouveaux esclaves dans les campagnes du Sud »), Milan, Feltrinelli, 2016 ; C. De Gregorio, Io vi maledico (« Je vous maudis »), Turin, Einaudi, 2013 ; R. Brun, Qui si chiama fatica: storie, racconti e reportage dal mondo del lavoro (« Ici on l’appelle fatigue : histoires, récits et reportages du monde du travail »), Naples, L’ancora dei Mediterraneo, 2010 ; R. Curcio, Mal di lavoro: socioanalisi narrativa della sofferenza nelle attuali condizioni di lavoro (« Mal du travail : socio-analyse narrative de la souffrance dans les conditions actuelles de travail »), Rome, Sensibili alle foglie, 2013.

34 R. Gianola, Diario operaio. La condizione del lavoro nella crisi italiana (« Journal ouvrier. La condition du travail dans la crise italienne »), Rome, Ediesse, 2010.

35 Pensons par exemple à l’essai autobiographique d’Elena Marisol Brandolini, Morire di non lavoro. La crisi nella percezione soggettiva (« Mourir de non-travail. La crise dans la perception subjective »), Rome, Ediesse, 2013.

36 L. Gallino, Il lavoro non è una merce, op. cit.

37 International Labour Organization (ILO), Decent Work, Report of the Director-General, International Labour Conference, 87th Session, Genève, International Labour Office, 1999, en ligne : [http://www.ilo.org/public/libdoc/ilo/P/09605/09605(1999-87).pdf] (dernière consultation le 9 février 2020) ; L. Gallino, Il costo umano della flessibilità, Rome, Bari, Laterza, 2001.

38 Non credere di avere dei diritti est le titre d’un volume de la Libreria delle Donne de Milan : ce texte classique de la pensée italienne sur la différence sexuelle fut publié par l’éditeur Rosenberg & Sellier en 1987 (Ne crois pas avoir de droits, T. De Lauretis trad., Bordeaux, éditions La Tempête, 2019). Comme les femmes d’hier, les travailleurs d’aujourd’hui sont des individus privés même du droit d’avoir des droits.

39 C. Boscolo et F. Roverselli, « Scritture precarie attraverso i media: un bilancio provvisorio », Bollettino ’900 – Electronic Newsletter of ’900 Italian Literature, no 1-2, 2009, en ligne : [https://boll900.it/2009-i/BoscoloRoverselli.html] (dernière consultation le 7 février 2020) ; cité dans P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro, op. cit., p. 25.

40 T. Ben Jelloun et E. Volterrani, Dove lo Stato non c’è. Racconti italiani (« Là où l’État n’existe pas. Récits italiens »), Turin, Einaudi, 1991.

41 M. Colucci, Storia dell’immigrazione straniera in Italia. Dal 1945 ai nostri giorni, Rome, Carocci, 2018, p. 125.

42 P. Khouma et O. Pivetta, Io venditore di elefanti (« Moi, vendeur d’éléphants »), Milan, Garzanti, 1990 ; S. Methnani et M. Fortunato, Immigrato (« Immigré »), Rome, Naples, Theoria, 1990 ; M. Bouchane et C. De Girolamo, Chiamatemi Alì (« Appelez-moi Ali »), Milan, Leonardo, 1991 ; N. Chohra et A. Atti Di Sarro, Volevo diventare bianca (« Je voulais devenir blanche »), Rome, e/o, 1993.

43 M. Pas Bagdadi, A piedi scalzi nel Kibbutz (« Nu-pieds dans le kibboutz »), Milan, Bompiani, 2002 ; M. Nasibù, Memorie di una principessa etiope (« Mémoires d’une princesse éthiopienne »), Vicence, Neri Pozza, 2005 ; C. Ali Farah, Madre piccola (« Petite mère »), Milan, Frassinelli, 2007 ; L. Wadia, Amiche per la pelle (« Amies inséparables ») Rome, e/o, 2007 ; A. Ibrahimi, Rosso come una sposa (« Rouge comme une épouse »), Turin, Einaudi, 2008 ; J. Lahiri, In altre parole (« En d’autres mots »), Parme, Guanda, 2015.

44 G. Orientale Caputo, La lezione degli anni Trenta. Disoccupazione e ricerca sociale, Milan, Bruno Mondadori, 2009.

45 E. Vittorini éd., Industria e letteratura, numéro monographique de Il Menabò, no 4, 1961.

46 Cité dans F. Pappalardo, « Lavoro e coscienza di classe nel Metello di Pratolini », dans Lavoro, diritto e letteratura italiana, R. Voza éd., Bari, Cacucci, 2008, p. 83-104.

47 P. Volponi, Memoriale (« Mémorial »), Milan, Garzanti, 1962.

48 G. P. Cella, « L’industria tra alienazione e speranza. Le domande di Volponi », dans R. Voza éd., Lavoro, diritto e letteratura italiana, op. cit., p. 142.

49 Ibid., p. 143.

50 Dans Letteratura come storiografia ?, op. cit., p. 76, Emanuele Zinato cite Filippo La Porta, op. cit.

51 Wu Ming, New Italian Epic. Letteratura, sguardo obliquo, ritorno al futuro, Turin, Einaudi, 2009.

52 C. Tirinanzi De Medici, Il romanzo italiano contemporaneo, op. cit., p. 187.

53 M. Murgia, Il mondo deve sapere (« Le monde entier doit savoir »), Milan, Isbn Edizioni, 2006 ; A. Nove, Mi chiamo Roberta, ho 40 anni, guadagno 250 euro al mese… (« Je m’appelle Roberta, j’ai 40 ans, je touche 250 euros par mois… »), Turin, Einaudi, 2006.

54 P. Chirumbolo, Letteratura e lavoro, op. cit., p. 28.

55 F. Dezio, Nicola Rubino è entrato in fabbrica (« Nicola Rubino est entré à l’usine »), Milan, Feltrinelli, 2004 ; A. Bajani, Cordiali saluti (« Veuillez recevoir nos plus cordiales salutations »), Turin, Einaudi, 2005 ; A. Cisi, Cronache dalla ditta (« Chroniques de la boîte »), Milan, Mondadori, 2008 ; S. Avallone, Acciaio (« Acier »), Milan, Rizzoli, 2010 ; C. Cavina, Scavare una buca (« Creuser un trou »), Milan, Marcos y Marcos, 2010 ; I. Guerrerio, L’ultima notte di quiete (« La dernière nuit de calme »), Milan, Ponte alle Grazie, 2011 ; etc.

56 L. Furini, Volevo solo lavorare. Siamo tutti precari : da giovani flessibili, licenziati a cinquant’anni… e la pensione che non arriva (« Je voulais juste travailler. Nous sommes tous des précaires : flexibles tant que nous sommes jeunes, licenciés à cinquante ans… et la retraite qui n’arrive pas »), Milan, Garzanti, 2008 ; V. Santoni, Personaggi precari (« Personnages précaires »), Rome, Voland, 2013.

57 M. Desiati et T. Tarquini, Laboriosi oroscopi. Diciotto racconti sul lavoro, la precarietà e la disoccupazione (« Horoscopes laborieux. Dix-huit récits sur le travail, la précarité et le chômage »), Rome, Ediesse, 2006.

58 G. Falco, Pausa caffè (« Pausé café »), Milan, Sironi, 2004 ; A. Bajani, Mi spezzo ma non m’impiego. Guida di viaggio per lavoratori flessibili (« Je me plie mais je ne m’emploie pas. Guide de voyage pour des travailleurs flexibles »), Turin, Einaudi, 2006 : le titre de Bajani fait allusion au proverbe italien mi piego ma non mi spezzo, « je suis affaibli, mais encore en vie », « je plie, mais ne casse pas » ; M. Desiati, Vita precaria e amore eterno (« Vie précaire et amour éternel »), Milan, Mondadori, 2006 ; A. Incorvaia et A. Rimassa, Generazione mille euro (« Génération mille euros »), Milan, Rizzoli, 2006.

59 M. Rovelli, Lavorare uccide (« Le travail tue »), Milan, Rizzoli, 2008 ; M. Desiati, Ternitti (« Eternit »), Milan, Mondadori, 2011 ; A. Prunetti, Amianto. Una storia operaia (« Amiante. Une histoire ouvrière »), Milan, Agenzia X, 2012.

60 Z. Bauman et R. Mazzeo, In Praise of Literature, Cambridge (UK), Polity Press, 2016.

61 Z. Bauman, What Use is Sociology ? Conversations with Michael Hviid Jacobsen and Keith Tester, Cambrige (UK), Polity Press, 2014, p. 6.

62 G. Turnaturi, op. cit.

63 E. Zinato, op. cit., p. 63.

64 Z. Bauman, What Use is Sociology ?, op. cit., p. 17-18 : « Écrire de la littérature et écrire de la sociologie, ce n’est pas la même chose. Chaque domaine a ses propres conventions et manières de fonctionner, ses propres critères de convenance, qui les distinguent l’un de l’autre. Mais je dirais que la littérature et la sociologie […] se servent l’une l’autre de points de référence qu’elles ne peuvent s’empêcher de comparer, et qu’elles constituent des critères de mesure du succès ou de l’échec de leurs propres activités » (nous traduisons).

65 I. Calvino, Saggi. 1945-1985, 2 vol., M. Barenghi éd., Milan, Mondadori, 1995, vol. I, p. 691.

66 F. Ferrarotti, Storia e storie di vita, Rome, Bari, Laterza, 1981 ; D. Bertaux, Les récits de vie. Perspective ethnosociologique, Paris, Nathan, 1997 ; R. Bichi, La società raccontata. Metodi biografici e vite complesse, Milan, Franco Angeli, 2000.

67 E. Zinato, op. cit., p. 16.

68 P. Battista, « Quando la letteratura aiuta a capire », Corriere della Sera, 27 janvier 2019, en ligne [https://www.corriere.it/opinioni/19_gennaio_27/populismo-quando-letteratura-aiuta-capire-8ca2f6f8-224c-11e9-9349-c3c76bb921b8.shtml] (dernière consultation le 14 février 2020).

69 F. Borrelli, « Intervista a David Foster Wallace », Il Manifesto, 1er juillet 2006, en ligne [https://www.doppiozero.com/materiali/speciale-dfw/esercizi-di-esitazione-su-sfondo-realista] (dernière consultation le 14 février 2020).

70 Z. Bauman, What Use is Sociology ?, op. cit., p. 34.

71 E. Zinato, op. cit.

72 R. A. Nisbet, Sociology as an Art Form, New York, Oxford University Press, 1976.

73 E. G. Parini, art. cit., p. 119.

74 M. Kundera, Le rideau. Essai en sept parties, Paris, Gallimard, 2005, p. 182.

75 Ibid., p. 184

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giustina Orientale Caputo et Stefano Lazzarin, « Sociologie et littérature face à la question du travail : le cas italien », Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 20 juillet 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8779

Haut de page

Auteurs

Giustina Orientale Caputo

Université de Naples Federico II • Giustina Orientale Caputo est Professore Associato en Sociologie des processus économiques, du travail, de l’environnement et du territoire à l’université de Naples Federico II. Elle a consacré de nombreux travaux à l’analyse du marché du travail en Italie, en étudiant les phénomènes du chômage, de la précarité, du travail au noir, de l’immigration, avec une attention particulière pour les sujets les plus faibles sur le marché (femmes, jeunes, immigrés). Son livre le plus récent est Analisi sociale del mercato del lavoro (il Mulino, 2021).

Stefano Lazzarin

Université Jean-Monnet, Saint-Étienne • Stefano Lazzarin est maître de conférences en Études italiennes à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Ses travaux portent sur la littérature italienne des deux derniers siècles. Il s’est notamment intéressé à la littérature fantastique et, plus récemment, à la littérature du travail et de la précarité en Italie. Son livre le plus récent est Dante trash. Sulla desacralizzazione della «Commedia» nella cultura contemporanea (Vecchiarelli, 2021).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search