Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Souvenir de Mario Pozzi

Texte intégral

1Dans la nuit du 24 au 25 juillet dernier Mario Pozzi est mort brutalement : une fièvre trop forte en des temps de canicule, une hospitalisation d’urgence et le cœur qui lâche. Et puis, le lendemain, la mauvaise surprise de la nouvelle, alors que des échanges récents avaient encore eu lieu.

2Avec Mario Pozzi c’est plus qu’un professeur émérite de l’Université de Turin, passionné de didactique de la littérature et longtemps co-directeur du Giornale storico della letteratura italiana, que nous perdons. Pour beaucoup d’entre nous, c’est un interlocuteur de (presque) toujours qui disparaît et un ami avec lequel le dialogue constant n’était jamais formel, jamais seulement académique, toujours parsemé de boutades et de remarques affectueuses. S’il est un adjectif précis pour dire les relations de Mario avec les autres, il faudrait dire qu’il était généreux, généreux avec tous et toutes, quels que soient les âges et les statuts, la seule condition étant de partager sérieusement l’intérêt obstiné d’une recherche qui jamais ne se soumette aux effets de mode.

3La présence de Mario Pozzi était précieuse dans chaque rencontre où il était invité : il animait inlassablement les débats, discutait fermement sans jamais être dur, revenait à la lettre pour éviter les élucubrations. Mais, dans le même temps, il manifestait toujours une sorte de réserve qui l’incitait à ne jamais aller trop loin, laissant le soin à qui voulait bien l’entendre de tirer les conséquences, sinon les conclusions, de ce qu’il avait pu avancer. Ce qui s’impose quand on pense à lui c’est aussi l’évidence d’une modestie impressionnante, qui le portait à ne jamais mettre en avant les résultats de ses propres travaux, et à accepter d’en parler seulement pour les inscrire dans des questions plus générales ou des débats concernant également les enquêtes de ses interlocuteurs. Il s’agissait de nourrir une philologie intelligente, collective et vivante qui ne s’enferme pas dans l’obsession héroïque du rétablissement d’un improbable texte originel et qui s’attache constamment à la vie des mots. Et c’était là peut-être la véritable source de la nécessaire attention renouvelée pour la « question de la langue ». Il réussissait à mettre ensemble des hypothèses originales de lecture – fondées sur le travail textuel de quelqu’un qui fut un grand éditeur et commentateur – et une maîtrise impressionnante de la bibliographie critique et des évolutions de l’italianistica, une maîtrise construite peu à peu depuis le début des années 1970 au travers d’une expérience sans équivalent : son travail dans l’équipe, puis rapidement dans la direction collégiale, du Giornale storico della letteratura italiana, point de référence de la scuola storica turinoise dans laquelle il fit naturellement ses premières armes sous la direction d’Ettore Bonora. Mario Pozzi a ainsi porté haut l’art du compte-rendu et de la rassegna, produisant des instruments de travail utiles à tout le monde et des piliers solides pour ses propres analyses. Ce travail patient, tenace, obstiné devint une composante caractéristique de ce qui faisait la position et l’horizon de Mario Pozzi comme professeur : mettre à la disposition de chacun son propre travail de lecture, d’établissement de texte, de commentaire et de réflexion.

4Pour Laboratoire italien il avait donné trois contributions symptomatiques de ses intérêts et du dialogue que l’équipe de notre revue entretenait avec lui, notamment sur l’histoire de la langue et de la traduction politiques, mais aussi sur la pensée géographique : en 2007, un article intitulé « Pour un lexique politique de la Renaissance : la situation linguistique italienne au début du XVIe siècle » (dans le numéro 7, Philologie et politique) ; en 2008, un papier sur « Politica e grandi scoperte geografiche » (dans le numéro 8, Géographie et politique au début de l’âge moderne) ; enfin, en 2015, « La traduzione del Cortegiano e l’aspirazione spagnola a una cultura degna della nuova condizione imperiale » (pour le numéro 16, Traductions politiques).

5Sa liberté face aux genres et aux canons conduisait Mario Pozzi, l’air de rien, à faire bouger certaines lignes et certaines « frontières », pour utiliser un terme récurrent (confini) qu’il employait pour définir son parcours : on pense au titre de ses deux volumes d’articles intitulés Ai confini della letteratura. Aspetti e momenti di storia della letteratura italiana (Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 1998-1999). On pourrait pointer à cet égard trois domaines dans lesquels ses recherches et ses publications s’avèrent cruciales pour quiconque entend faire de l’histoire littéraire différemment.

6Tout d’abord, le travail consacré à la littérature artistique, de ses premières amours, avec sa tesi di laurea sur les traités vénitiens de peinture, ouvrant à sa première contribution au Giornale storico della letteratura italiana (« L’ut pictura poesis in un dialogo di Lodovico Dolce », GSLI, CLXIV, 1967, p. 234-260) jusqu’à l’importante monographie préparée avec Enrico Mattioda intitulée Giorgio Vasari storico e critico (Florence, Olschki, 2006).

7Ensuite la questione della lingua bien sûr, à laquelle il revint toujours, depuis le recueil paru en 1975, intitulé Lingua e cultura del Cinquecento, dans une collection – à Padoue chez Liviana – illustrant sa relation forte avec Gianfranco Folena, à compter du début des années 1970 : un livre dont le titre un peu générique ne rend pas justice aux articles pionniers sur la langue de la politique au XVIe siècle (notamment sur Machiavel, Guicciardini et Sarpi) qu’il rassemble. Sa réflexion sur la question de la langue fut ancrée d’abord sur un patient travail d’édition, que ce soit dans la prestigieuse collection « La letteratura italiana. Storia e testi » de l’éditeur Ricciardi (Bembo, Speroni, Gelli, pour le premier volume des Trattatisti del Cinquecento en 1978), dont les deux autres volumes prévus ne virent jamais le jour malheureusement, ou encore auprès de la maison d’édition UTET (avec une large anthologie de Speroni, Tolomei, Trissino, Valeriano, Lenzoni, Borghini pensée pour les Discussioni linguistiche del Cinquecento, en 1988). Et dans ce bref panorama manquent hélas les travaux très avancés qui, pour des raisons éditoriales extérieures, ne furent pas publiés (les œuvres de Borghini pour Laterza, dans la collection « Scrittori d’Italia », ou les deux autres tomes des Trattatisti pour Ricciardi).

8Le chantier sur la questione della lingua se déployait aussi dans des perspectives plus monographiques afin de comprendre – au-delà des étiquettes et des cases pré-déterminées de l’histoire de la littérature – le poids de certaines interventions singulières. À cet égard, les travaux sur Gelli, sur Borghini et surtout sur Speroni déplacèrent certains questionnements traditionnels et permirent notamment de nuancer et mesurer plus précisément l’influence des écrits de Bembo et aussi d’engager une enquête originale sur son disciple padouan ou sur certains quiproquos nés de la lecture de ce même Bembo par les Florentins (qu’il s’agisse de la critique de l’imitation chez Speroni, des confusions de Varchi entre langue et littérature, de l’ébauche d’une distinction entre langue et style chez Borghini ou de la critique sévère de certaines élucubrations critiques sur les « étrusqueries »). Au double titre de l’entreprise éditoriale et des études monographiques, il convient aussi de faire une place aux deux tomes de Lettere familiari de Speroni (pour l’essentiel des lettres « familiales » entre le rhéteur et ses filles, Edizioni dell’Orso, 1994), parce qu’on y trouve une trace précieuse d’usages différenciés de la langue vulgaire, mais aussi parce qu’ils furent préparés en étroite collaboration avec Maria Rosa Loi, son épouse et sa complice de toujours, dont Mario rappelait qu’elle connaissait mieux que quiconque « la main » de Speroni. L’ensemble de ces contributions sur la questione della lingua contribuèrent à dépoussiérer une histoire un peu convenue, notamment grâce à l’attention à la pluralité des sources dialoguées (en redonnant toute leur place à des auteurs parfois tenus pour « mineurs ») et aussi à son histoire matérielle (si l’on pense aux derniers travaux consacrés aux imprimeurs et aux imprimeries – notamment sur l’imprimeur vénitien Giolito, ou sur l’« éditeur » Ruscelli, qui représenta pour lui une « découverte » tardive, acquise grâce aux travail de rassegna entrepris sur le programme de publication des œuvres complètes de Ruscelli chez Vecchiarelli).

9En troisième et dernier lieu (mais on aurait pu aussi s’arrêter sur ses essais consacrés à l’histoire disciplinaire de l’italianistica pour nourrir un quatrième volet…), on citera les récits de voyage à la Renaissance auxquels il consacra les deux volumes Scopritori e viaggiatori del Rinascimento (Milan, Ricciardi, 1991 et 1996) puis plusieurs éditions de textes et publications consacrées à Vespucci (Il mondo nuovo di Amerigo Vespucci, Milan, Serra e Riva, 1984 ; Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 1993), à Antonio Pigafetta (Primo viaggio intorno al mondo con il trattato della sfera, Vicence, Neri Pozza, 1994), ou à Filippo Pigafetta (Filippo Pigafetta consigliere del Principe, Vicence, Biblioteca Civica Bertoliana, 2004, 2 vol.). Dans ces travaux-ci, il bousculait les frontières de la littérature au travers de la prise en compte d’un chantier linguistique et d’une multitude de récits dont il savait bien qu’ils avaient eu leur importance pour des textes et des réflexions plus classiques. Comme d’habitude, Mario Pozzi, sans grande proclamation et sans généralisation excessive, en se fondant sur des textes et des vies singulières, apportait là encore sa contribution à l’étude d’une nouvelle carte des écritures et des savoirs.

10Son amour de la langue vulgaire et son respect des textes, sa conviction que la littérature ne s’arrête pas au canon consacré, son questionnement ininterrompu sur ce que l’on peut dire de nouveau à propos de textes et d’auteurs sur lesquels on a déjà dit beaucoup, ont conduit Mario Pozzi à pratiquer sans relâche une histoire singulière, une histoire radicalement vivante qui s’adaptait particulièrement bien à son siècle de prédilection, le XVIe siècle, comme siècle où les règles de l’écriture ne sont pas encore stabilisées, où les imprimeurs bousculent quotidiennement la perception des œuvres et des auteurs, où la pluralité des langues contraint à penser les rapports qu’elles entretiennent entre elles (notamment par la traduction), un siècle de tous les possibles que Mario explora avec délice et ténacité. Adieu et merci à toi Mario.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « Souvenir de Mario Pozzi »Laboratoire italien [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/8993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.8993

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search