Skip to navigation – Site map

Home

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

 Appel du comité de rédaction de Laboratoire italien en lutte

Le comité de rédaction de la revue Laboratoire italien. Politique et société s’oppose aux « réformes » actuelles qui concourent à détruire l’ensemble du système de protection sociale et des services publics en France. Outre la « réforme » des retraites, il dénonce en particulier les logiques à l’oeuvre dans le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) telles qu’elles apparaissent dans les trois rapports préparatoires rendus publics en novembre dernier. Rappelons que le président du CNRS a revendiqué le caractère « darwinien et inégalitaire » de ce projet de loi. 

Le comité de rédaction juge également indignes les situations d’emplois précaires dans lesquelles se trouvent de nombreux collègues, en raison de la réduction drastique des emplois pérennes dans l’enseignement supérieur et la recherche, aussi bien s'agissant des fonctions d’enseignement et de recherche que des fonctions d’administration et d’accompagnement, notamment dans le domaine de l’édition et des revues scientifiques. Il s’élève contre les logiques managériales qui, au nom de l’évaluation des carrières, dénaturent la fonction des revues scientifiques – qui est de produire et diffuser une recherche de qualité fondée sur la coopération, l'échange et la mise en commun des résultats de la recherche.

Le comité de rédaction de la revue Laboratoire italien s’associe donc à la mobilisation des universités, laboratoires et revues en lutte contre la destruction du régime général des retraites et du service public de l’enseignement et de la recherche. Il invite ses lecteurs et ses auteurs à s’informer et à participer aux actions collectives initiées ou relayées sur les sites de SLU (http://www.sauvonsluniversite.com/)  ou de RogueESR (http://rogueesr.fr/).  Il appelle également à participer à la solidarité financière grâce aux caisses de grève, par exemple sur le site https://www.lepotsolidaire.fr/pot/solidarite-financiere.


Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour quiconque s’intéresse à l’Italie en tant que laboratoire politique. Postuler un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu de réalisations et de réflexions politiques spécifiques qui ont pu avoir quelque importance au-delà des frontières de la péninsule. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan de la méthode, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts. Il ne s’agit donc pas seulement de faire dialoguer les auteurs mais de les inscrire dans l’histoire brûlante de leur cité et, tout à la fois, dans les traditions textuelles – juridique, littéraire, philosophique, etc. – qu’ils modifient ou enrichissent, de donner de la vie à leurs mots et de les replacer dans le champ des objectifs qu’ils servent et des enjeux qu’ils dévoilent.
Chaque numéro de Laboratoire italien comporte un dossier monographique, des articles de varia, des publications de textes et documents inédits et des lectures d’ouvrages récemment publiés.
Laboratoire italien est une revue publiée par ENS Éditions et qui bénéficie du soutien de l’UMR 5206 Triangle (ENS de Lyon / Université de Lyon) et du Dipartimento di scienze giuridiche de l’Université de Trente et de l'université Paris 8, Laboratoire d'études romanes, et de l'IUF.

Nouvel emplacement de la rubrique « Lectures »

La rubrique Lectures, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

 

Latest issue
25/2020
Mots et gestes dans l’Italie de la Renaissance

Parole e gesti nell’Italia del Rinascimento
Words and Gestures in Early Modern Italy
Edited by Jean-Louis Fournel and Corinne Lucas Fiorato

The Early Modern period explores, in many ways, the question of the diversity of non-verbal language: natural and uncontrolled, or constructed and codified. According to what parameters, with what objectives, do we question ourselves about this mode of understanding the world which, through direct or indirect non-verbal signs, is either seen as a universal means of communication, or is patiently studied as a form of technical mastery (from the designer to the surgeon, from the courtier to the actor, from the preacher to the lawyer or diplomat)? In the vast reorganisation of codes, prompted by new and emerging knowledge (archaeology, philology) and politico-religious upheavals, interactions between word and image lead new forms of perception of what is seen and what is said or written, based on new articulations. The stability of writing and drawing, more assertive and able to reach a wider audience (through printing and engraving), and the inherent instability of gesture, which is sometimes fleeting and often temporary, lead to a friction between words and gestures, a game of appearances and signs, surface and depth, with the new status of the image (with devotion through illustration) and multiple arrangements of words, gestures and voices in the inventiveness of secular theatre, or in diplomatic and legal practices, fed by the abundant and experimental diversity of words to convey the nuances of gesture.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search