Skip to navigation – Site map

Home

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour quiconque s’intéresse à l’Italie en tant que laboratoire politique. Postuler un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu de réalisations et de réflexions politiques spécifiques qui ont pu avoir quelque importance au-delà des frontières de la péninsule. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan de la méthode, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts. Il ne s’agit donc pas seulement de faire dialoguer les auteurs mais de les inscrire dans l’histoire brûlante de leur cité et, tout à la fois, dans les traditions textuelles – juridique, littéraire, philosophique, etc. – qu’ils modifient ou enrichissent, de donner de la vie à leurs mots et de les replacer dans le champ des objectifs qu’ils servent et des enjeux qu’ils dévoilent.

Chaque numéro de Laboratoire italien comporte un dossier monographique, des articles de varia, des publications de textes et documents inédits et des lectures d’ouvrages récemment publiés.
Laboratoire italien est une revue publiée par ENS Éditions et qui bénéficie du soutien de l’UMR 5206 Triangle (ENS de Lyon / Université de Lyon) et du Dipartimento di scienze giuridiche de l’Université de Trente et de l'université Paris 8, Laboratoire d'études romanes, et de l'IUF.

Nouvel emplacement de la rubrique « Lectures »

La rubrique Lectures, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

 

Latest issue
27/2021
A distanza

À distance
Distance learning
Edited by Jean-Louis Fournel and Matteo Palumbo

University has always involved new experiences, face-to-face meetings, attendance, exchanges of ideas: “distance”, when it was thought about at all, was above all a matter of method, a problematisation which allowed construction from an original point of view: distance was productive when it was purely metaphorical. In contrast, what was imposed in March 2020 was a brutal and very tangible distance. This led to the emergence of awful neologisms and acronyms: the pair of antonyms “présentiel"/“distanciel” in French; the DAD (didattica a distanza) in Italian. Something that was obvious, presence, has become a simply an option, which can be rejected, hence the emergence of new academic practices. Due to travel bans, the pandemic has also upset interrelationships at different levels which generally have a bearing on higher education. Even if the generalisation of distancing has led to its share of suffering, both individual and collective, the question of distance cannot be approached purely on the basis of emotional or technophobic reactions. On the contrary, it involves making observations, analysing consequences, identifying forecasts and taking into account the possible knock-on effects for the various actors, starting with those who govern universities at both local and national level. These are all the topics on which this study seeks to launch an open debate.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search