Navigation – Plan du site

Accueil

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour quiconque s’intéresse à l’Italie en tant que laboratoire politique. Postuler un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu de réalisations et de réflexions politiques spécifiques qui ont pu avoir quelque importance au-delà des frontières de la péninsule. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan de la méthode, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts. Il ne s’agit donc pas seulement de faire dialoguer les auteurs mais de les inscrire dans l’histoire brûlante de leur cité et, tout à la fois, dans les traditions textuelles – juridique, littéraire, philosophique, etc. – qu’ils modifient ou enrichissent, de donner de la vie à leurs mots et de les replacer dans le champ des objectifs qu’ils servent et des enjeux qu’ils dévoilent.

Chaque numéro de Laboratoire italien comporte un dossier monographique, des articles de varia, des publications de textes et documents inédits et des lectures d’ouvrages récemment publiés.
Laboratoire italien est une revue publiée par ENS Éditions et qui bénéficie du soutien de l’UMR 5206 Triangle (ENS de Lyon / Université de Lyon) et du Dipartimento di scienze giuridiche de l’Université de Trente et de l'université Paris 8, Laboratoire d'études romanes, et de l'IUF.

Nouvel emplacement de la rubrique « Lectures »

La rubrique Lectures, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

 

Dernier numéro en ligne
27/2021
A distanza

À distance
Distance learning
Sous la direction de Jean-Louis Fournel et Matteo Palumbo

L’université a toujours supposé des rencontres, des face à face, des présences, des croisements : la « distance », quand elle y était pensée, relevait avant tout d’une question de méthode, d’une problématisation permettant la construction d’un point de vue original : la distance était féconde quand elle se contentait d’être métaphorique. Au contraire, ce qui s’est imposé en mars 2020 ce fut bien une distance d’une concrétude brutale. Des néologismes barbares et des acronymes surgirent tels le couple « présentiel » / « distanciel » en français ou la DAD (didattica a distanza) en italien. Un élément qui relevait de l’évidence, la présence, est devenu une simple option, qu’il est loisible d’écarter, d’où de nouvelles pratiques universitaires. Du fait de l’impossibilité des déplacements, la pandémie a également bouleversé les jeux d’échelle (local, national, international) touchant habituellement l’enseignement supérieur. Même si la généralisation de la mise à distance a entraîné son lot de souffrances, individuelles et collectives, la question de la distance ne saurait être abordée seulement à partir de réactions affectives ou technophobes. Il s’agit au contraire à la fois d’établir des constats, d’analyser les conséquences, d’identifier les projections, de prendre en compte les effets d’aubaine éventuels pour les différents acteurs, à commencer par ceux qui gouvernent l’université localement et nationalement. C’est sur tout cela que ce dossier voudrait engager une discussion ouverte.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search