Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Pour ce numéro, Labyrinthe a pris le large. Souvent il fut question en ses pages de désaligner les prises de parole savantes. Toujours ce fut dit avec à l’esprit le travail, l’étude, la « recherche ». Nous nous demandions des efforts d’imagination ; il ne fallait pas toutefois que tout pouvoir lui revienne.

2Pour cette fois, il en va autrement. Nous sommes ailleurs. Ici la Dédalie. À l’horizon, l’utopie.

3Ce jour nous décidons d’écrire une Utopie à plusieurs. Les lecteurs facétieux y percevront la directe poursuite d’une veine apicole récemment explorée ici même : il y eut en effet des utopistes pour inviter leurs maîtres et mécènes à l’imitation des abeilles. Pourtant notre projet ne vise pas à revivifier le genre quelque peu désuet (voire…) du « miroir des princes ». Il ne prétend pas davantage donner forme à une écriture romanesque. L’intérêt du topos utopique est précisément de ne forcer l’arrêt sur aucun de ces modes d’élocution. Ceci n’est pas un programme politique. Ceci n’est pas, non plus, un roman.

4Car si l’utopie côtoie la fiction, elle n’en est pas pour autant identifiée au récit d’une histoire : plutôt à un jeu de société. Nous parlons d’un paysage humain inaccessible à l’observation empirique, et dont la description sera donc inépuisable. L’intérêt formel de l’exercice est qu’il offre une palette également infinie de descripteurs : reportages documentaires, courts récits, discours politiques, dialogues, manuels de l’utilisateur, etc.

5Quant au programme : qu’on ne s’attende pas à voir se livrer ici un idéal politique. Quant bien même l’utopie se mêlerait çà et là d’eutopie, elle donne non moins volontiers dans le sardonique. Et certains, laissons-les en juges, accorderont même peut-être à la dystopie le fin mot de l’histoire. Pour nous tous, quoi qu’il en soit, l’utopie fut un appareil de réflexion, davantage qu’un dispositif d’affirmation. Dédalie, ce serait une terre où s’actualiseraient des postulations morales, sociales et politiques divergentes, et non simplement l’occasion de décliner en règle le chapelet des réformes nécessaires.

6Par ce numéro, Labyrinthe prend le large en un autre sens également : nous voulons dire que la revue ne paraîtra plus — ou du moins (car qui sait ?) plus de sitôt. Après quinze ans sans relâche, nous faisons route vers d’autres lieux, qui seront, nous l’espérons, autant de nouvelles utopies labyrinthiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Éditorial »,Labyrinthe, 41 | 2015, 7-8.

Référence électronique

« Éditorial », Labyrinthe [En ligne], 41 | 2014-2015, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/labyrinthe/4339

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page