Navigation – Plan du site

AccueilNumérosNuméro spécial 5I. Les pièces du lego et leur man...

I. Les pièces du lego et leur manuel d’assemblage (ou comment envisager et analyser les langues)

Beatriz Fernández Fernández
Traduction de Nahia Zubeldia
p. 13-22

Texte intégral

La langue est un lego ; la grammaire, son manuel d’assemblage. Toute grammaire n’est pas normative. Point de vue et mode d’analyse du lego. Basque et français, deux langues si différentes et si éloignées ou si ressemblantes et si proches. Langues isolées, langues apparentées. Où sommes-nous ? Où allons-nous ?

1.1. La langue est un lego ; la grammaire, son manuel d’assemblage

1Bizarrement, il est difficile de définir des choses aussi quotidiennes que la langue —sans même entrer dans les explications—. Même les experts, dont je fais partie, ont du mal à se mettre d’accord sur le sujet. En effet, comme pour toutes choses, la nature de l’objet dépend non pas de l’objet lui-même, mais du point de vue depuis lequel on l’observe. Je n’ai pas la prétention de donner une définition unique ni définitive de la langue, cela ne servirait à rien au lecteur. Mais je voudrais aborder quelques sujets qui lui permettront probablement de comprendre la façon dont certains linguistes comme moi la conçoivent.

2Le langage humain est incontestablement universel —j’espère que le lecteur partage cet avis— et il se manifeste en un nombre indéterminé de langues. Les experts estiment qu’il y a environ sept mille langues sur la planète aujourd’hui. Parmi ces sept mille langues, certaines ont un nombre de locuteurs immense, comme le français de nos lecteurs, alors que d’autres en ont nettement moins, comme le basque. Certaines présentent une vitalité enviable et d’autres survivent contre vents et marées. Les unes ont une solide tradition littéraire, les autres une tradition plus récente et d’autres encore ne disposent pas d’un alphabet permettant un emploi écrit répandu parmi les locuteurs. Les unes sont parlées sur les flancs de l’Himalaya, les autres dans de grandes métropoles ; les unes sur des îles exotiques et lointaines, les autres dans notre propre quartier. Certaines sont officielles ou co-officielles, comme l’espagnol et le basque dans la Communauté autonome basque et sur le territoire appelé zone bascophone de la Communauté forale de Navarre ; d’autres ne le sont pas, comme le basque dans la zone francophone, le breton ou le corse... Malgré tout, toutes les langues sont égales par essence, comme de nombreux linguistes nous l’ont expliqué, arguments incontestables à l’appui. C’est pourquoi je ne vais pas aborder ici la question de l’égalité des langues, car je pars du principe que le lecteur partage ce point de vue.

3Sans entrer dans de longues dissertations ou explications savantes, disons que la langue est un lego et que la grammaire est son manuel d’assemblage. Cela suffit. Toutes les langues comprennent fondamentalement les mêmes pièces et la façon de les assembler est toujours étonnamment similaire, pour ne pas dire quasiment identique. Certains grammairiens, dont l’auteure de ce livre, pensent même que le lego est universel, c’est-à-dire que tous les êtres humains possèdent les mêmes pièces et les assemblent les unes aux autres de la même manière. Les grammairiens de ce type aspirent à expliquer ce lego universel et construisent à cet effet ce qu’on appelle la Grammaire Universelle.

4Ce projet scientifique ambitieux, qui a émergé au siècle dernier, est dû au théoricien exceptionnel et grand savant Noam Chomsky. D’aucuns penseront injustement : encore une invention des Américains, mais ils feront fausse route s’ils pensent que l’explication universaliste du langage commence dans les années soixante avec ce génie américain. En réalité, ce projet universaliste se devine déjà dans la Grammaire de Port-Royal, que nous devons à des intellectuels tout aussi exceptionnels, Antoine Arnauld et Claude Lancelot, qui n’étaient pas américains mais bien français, et qui publièrent cet ouvrage au milieu du xviie siècle. Cette grammaire s’éloignait nettement de la tendance de l’époque, puisqu’elle s’attachait moins aux formes et aux usages de la langue telle qu’elle se réalise qu’aux principes généraux qui la gouvernent. Leur parti pris est en cela clairement différent de celui d’un autre grammairien français, dont le nom sera sans doute plus familier à nos lecteurs, puisqu’il s’agit du célèbre poète Joachim Du Bellay, qui préférait une grammaire normative inspirée de l’usage des autorités littéraires. Nous y reviendrons un peu plus tard dans ce même chapitre (point 1.2).

5Laissons donc les préjugés, linguistiques ou autres, et considérons que l’esprit est une machine prodigieuse qui ne connaît pas de frontières spatio-temporelles et qui nous permet de comprendre l’essence des choses, dont celle de la langue, et au bout du compte, de nous-mêmes.

6Mais évitons les considérations historiques et revenons à nos legos. Partons du principe que les pièces du lego sont les mêmes pour toutes les langues, de même que leur assemblage. Il se trouve que les langues sont bien différentes, du moins en apparence. Prenons les deux langues qui nous occupent et commençons par le point le plus immédiat et le plus évident : le basque et le français ne partagent pas le même lexique, ils ont un lexique nettement différent. Ainsi, une chose aussi quotidienne que le pain se dit ogia en langue basque, et une chose aussi rare de nos jours que le travail se dit lana. Nous observons qu’absolument rien dans ces mots ne nous renvoie à leur équivalent dans l’autre langue. Ogia a peu à voir —pour ne pas dire rien— avec pain, qui ressemble en revanche au mot pan, en espagnol ou en occitan. Évidemment, cela n’empêche pas le basque et le français d’avoir un important héritage lexical commun, car ces langues sont voisines depuis très longtemps, tout comme le basque et le latin avant elles. Cela laisse indéniablement des empreintes dans leur histoire.

7Le voisinage, qu’il soit ou non problématique, a son importance et explique certains aspects, même si, en principe, le lexique est différent, comme semblent l’être les pièces du lego. D’autre part, les différences resurgissent dès que ces pièces se combinent les unes aux autres, grâce à la grammaire, c’est-à-dire à notre manuel d’assemblage. Par exemple, certains chanceux peuvent dire : j’ai un travail. Sans entrer dans les détails, on trouve dans cette phrase, entre autres éléments, un verbe (avoir) et un nom (travail), qui est l’objet du verbe, et nous les plaçons dans cet ordre : V(erbe)-O(bjet). En basque, en revanche, quand nous avons la chance d’avoir un travail, nous disons lana daukat, où nous avons également un verbe (eduki ‘avoir’) et un nom (lana, que vous aurez identifié, en lecteur expérimenté, comme le mot ‘travail’), mais que nous plaçons dans l’ordre inverse, c’est-à-dire O(bjet)-V(erbe). Nous y reviendrons plus tard, au chapitre III. Pour le moment, le lecteur peut considérer que, vu sous son angle de francophone (comme le ferait un occitanophone ou un catalophone), le monde basque est à l’envers, ce qui n’est pas faux, depuis son point de vue.

8Cependant, des langues composées de mots différents et organisées à l’inverse peuvent se rejoindre sur des points pour le moins inhabituels, du moins pour les linguistes dont je suis. Sans aller trop loin, quand nous disons j’ai un travail ou lana daukat, le sujet est explicite en français et omis en basque. Mais dans certains contextes spécifiques, cette omission du sujet peut également avoir lieu en français. Ainsi, dans l’usage télégraphique, qui revient en force avec le développement des sms et des réseaux sociaux, car ils encouragent l’économie de lettres, on omet souvent le sujet (Pensons venir en octobre ou Coincé dans les bouchons, arriverai en retard). De même, quand une phrase présente deux propositions dont les verbes correspondent au même sujet, on omet habituellement le sujet la deuxième fois, pour éviter la répétition : Ils ont trouvé un travail et ont changé de vie. Ici, il y a ellipse du sujet ils devant le second verbe ont changé.

9En résumé, les mots sont différents et la façon de les associer diverge parfois d’une langue à l’autre, mais pas toujours. La Grammaire Universelle, que nous avons mentionnée plus haut, celle qui nous renvoie à Arnauld et Lancelot, utilise le terme principes pour faire référence aux aspects communs à toutes les langues, comme le fait que toute phrase ait un sujet, et appelle paramètres les aspects qui varient d’une langue à l’autre, comme le fait d’omettre ou non le sujet, ou le fait que le verbe précède ou non l’objet. Ces paramètres ne semblent pas aléatoires et nous permettent de distinguer les langues. Ils constituent, pour certains d’entre nous, cet obscur objet du désir.

1.2. Toute grammaire n’est pas normative

10Le manuel d’assemblage que nous avons évoqué plus haut a bien peu de choses à voir avec la grammaire telle que tout lecteur scolarisé la connaît, compte tenu de la place qu’elle occupe dans nos études élémentaires, c’est-à-dire la grammaire normative. Ainsi, l’Académie française, institution historique, est chargée de réglementer les usages des locuteurs. Elle a élaboré le Dictionnaire de l’Académie française et la Grammaire de l’Académie française. Comme l’expliqua Abel Hermant en séance publique quand il annonça la publication de cette grammaire, « l’Académie n’interdit pas, elle ne se flatte même pas d’épargner à ceux qui ne veulent rien entendre les fautes qu’elle signale, et qu’elle n’est pas d’ailleurs la première à signaler. Elle ne prétend dicter à personne des règles qu’elle consacre mais qu’elle n’a pas inventées, qu’elle n’aurait pas même le pouvoir de réformer, que les insoumis peuvent violer à leur gré impunément, car elle ne dispose d’aucun moyen de répression (…) ». Il n’en demeure pas moins que sa finalité est de prescrire certains usages et d’en reléguer d’autres. Donc, entre Du B­ellay et le duo Arnauld-Lancelot, cette grammaire préfèrerait le premier au second. Dans cet ouvrage, je vous propose d’emprunter le chemin inverse.

11La grammaire normative vise l’usage de la langue et cherche à établir une variante réglementée et standard, une variante culte, avant tout écrite. Pour ce faire, elle s’appuie fondamentalement —mais évidemment pas toujours— sur des autorités littéraires reconnues. Cette variante est souvent bien loin de l’usage quotidien de la langue par les locuteurs. Pour ne donner qu’un exemple, nous sommes nombreux à devoir confesser que nous n’utilisons pas l’indicatif après la locution après que, mais le subjonctif. Pourtant, d’après l’Académie française, « à la différence de avant que, qui implique une notion d’éventualité, après que, marquant que l’on considère le fait comme accompli, introduit une subordonnée dont le verbe doit être mis à l’indicatif. Je rentrerai après que la nuit sera tombée. Il est parti après que nous l’avons tous salué. »

12Il y a donc des usages qui, s’ils ne sont pas à proprement parler censurés, sont considérés comme contraires au bon usage de la langue. Il y a même des locuteurs qui excluent telle ou telle forme, s’érigeant en censeurs et applaudissant ou condamnant les usages qui leur paraissent étrangers, en se fondant souvent sur leur propre usage, au détriment de celui de leurs voisins.

13Bien que tout citoyen moyen envisage la grammaire sous sa forme normative, la grammaire normative n’est évidemment ni la seule façon de faire une grammaire, ni la plus intéressante. L’un des rares auteurs de grammaires descriptives du français, Roland Éluerd (Grammaire descriptive de la langue française, 2002), déclare ainsi : « une démarche empirique d’inventaire et de description des régularités et des analogies est, elle aussi, une démarche rationnelle ». Sa grammaire n’est donc pas un ouvrage normatif mais une description raisonnée et organisée de la langue. Chaque point de vue est donc tout à fait défendable, selon l’usage que l’on cherche à en faire.

14La grammaire basque a elle aussi son académie, Euskaltzaindia, l’Académie de la langue basque. C’est elle qui fut chargée de créer le basque standard (ou euskara batua) et de le diffuser, dès sa création dans les années soixante, comme nous le verrons au chapitre VIII. En dépit des différences avec son homologue française, Euskaltzaindia a aussi élaboré un dictionnaire unifié (Euskaltzaindiaren hiztegia) qui a été dirigé pendant de longues années par le lexicographe basque Ibon Sarasola, et une grammaire normative intitulée Euskal Gramatika : Lehen Urratsak (Grammaire basque : premiers pas), écrite par la Commission Grammaire et coordonnée aujourd’hui par le professeur Pello Salaburu. Si les histoires et les dimensions de ces deux académies sont bien différentes, l’esprit qui les conduit est probablement le même : l’établissement de la norme, au-delà des différences dialectales, sa préservation et sa transmission.

15Une fois de plus, toutes proportions gardées (les grammairiens qui travaillent sur la langue basque sont bien moins nombreux que ceux qui travaillent sur le français), il existe également une magnifique grammaire descriptive du basque, bien qu’elle soit rédigée non pas en basque, ni même en français ou en espagnol, mais en anglais, langue que le lecteur a peut-être l’habitude de lire, même sans en être locuteur natif. Il s’agit de l’ouvrage A grammar of Basque, édité par les professeurs José Ignacio Hualde et Jon Ortiz de Urbina, à consulter absolument par toute personne intéressée par la structure de la langue basque. Naturellement, il en existe bien d’autres, comme Standard Basque de Rudolf de Rijk, Sareko Euskal Gramatika (Grammaire Basque en Ligne), ou Grammaire basque : navarro-labourdin littéraire de Pierre Lafitte, mais restons-en là pour le moment. Le fait de savoir que certaines grammaires réglementent, d’autres décrivent et d’autres expliquent ou du moins tentent d’expliquer la nature la plus intime de la langue —et du langage, en somme—, suffit amplement.

1.3. Point de vue et mode d’analyse du lego

16J’ai indiqué au début de ce chapitre que notre définition des objets ne dépendait pas de leur nature, mais bien du point de vue depuis lequel nous les observons. Ce principe se vérifie dans les langues. Sans entrer dans les détails, sachez que l’auteure de ce livre est syntacticienne (de ceux qui s’occupent de l’assemblage du lego), mais tous les linguistes ne le sont pas : certains sont phonéticiens et étudient les sons ; d’autres sont lexicographes et analysent les mots, les ordonnent alphabétiquement et les définissent dans des dictionnaires. Les linguistes comme moi rejoignent la tradition rationaliste de Chomsky, Arnauld ou Lancelot, alors que d’autres sont des empiristes convaincus qui s’occupent exclusivement des problèmes qu’ils observent par l’expérience sensible. Certains, dont je suis, préfèrent sans aucun doute la déduction comme méthode scientifique, alors que d’autres sont des inductivistes convaincus. Nous préférons ignorer que les langues évoluent à travers l’histoire, alors que d’autres sont précisément motivés dans leurs recherches par le cours inexorable du temps et par ses conséquences inéluctables sur les langues.

17Disons que c’est comme dans la vie : certains viennent de la côte, d’autres de la campagne ; certains préfèrent le Saint-Émilion et d’autres ne jurent que par le Graves.

18Ce sujet, qui peut sembler dérisoire et banal, est pourtant, encore aujourd’hui, au cœur de grandes controverses scientifiques (et œnologiques). Par exemple, le fait d’ignorer le temps, l’implacable, a amené la linguistique du xxe siècle à développer un courant appelé synchronique (du grec syn —avec— et chronos —temps—) et qui considère que l’étude de la langue n’a pas à se soumettre à l’histoire. Cette façon d’envisager la recherche linguistique a caractérisé le siècle dernier face à la linguistique historico-comparée du siècle précédent. Cela n’empêche pas ces deux courants de coexister aujourd’hui, mais disons qu’ils sont sensiblement éloignés.

19De même, la version rationaliste de la grammaire, qui cherche à déterminer la nature ultime du langage humain et qui se traduit par une grammaire universelle, s’oppose à d’autres modèles scientifiques qui s’attachent à ce que les langues naturelles nous montrent, pour parvenir à comprendre, à travers les sens et l’intuition, l’essence même du langage.

20Mais il faut bien que nous nous entendions. Pour revenir à des considérations plus terre à terre, cela me console de penser que les appellations de Saint-Émilion et de Graves sont toutes deux issues du cépage du Merlot. Peut-être tout le reste est-il arbitraire, trivial et secondaire.

21Sans parler de lego ni d’assemblage, un linguiste américain remarquable, Mark Baker, utilise une délicieuse métaphore pour évoquer la conception de la langue dans la grammaire chomskyenne —à laquelle j’ai fait référence et qu’on appelle communément grammaire générative— et dans d’autres grammaires plus empiristes. Il raconte que sa femme Linda, apparemment grande cuisinière, va jusqu’à préparer le pain pour ses convives. Une fois de plus, on revient à notre pain quotidien. Baker raconte qu’après un dîner entre amis, certains demandent à Linda du pain à rapporter chez eux ; elle enveloppe donc les restes de pain du dîner, dans une ultime attention pour ses convives. Mais certains formulent leur demande trop tardivement, quand il ne reste que des miettes dans la panière. Linda s’assoit alors devant une feuille de papier et note la recette du pain. Ainsi, certains rapportent chez eux un échantillon de pain, alors que d’autres repartent avec la recette.

22Quand on explique la métaphore bakerienne (soit dit en passant, baker signifie ‘boulanger’ en anglais) aux élèves de typologie linguistique —matière des Études basques qui porte sur la variation des langues du monde— et qu’on leur demande si la recette de pain constitue ou non du pain, une discussion passionnée surgit souvent entre ceux qui pensent qu’évidemment, ceux qui ont eu la recette sont repartis avec du pain, et même que la recette du pain est plus importante que le pain, et d’autres, plus réticents et peut-être plus terre-à-terre, qui assurent que le pain, c’est du pain, que la recette n’est pas du pain et qu’il n’y a pas à tergiverser. D’autres enfin, plus conciliants et plus sereins, voient du pain dans les restes et dans la recette écrite et assurent que les restes et la recette constituent l’un comme l’autre une représentation du pain réel.

23Certains linguistes sont de ces conciliants, et j’en fais partie, même si l’on sait, et cela déçoit souvent les élèves, qu’en dépit du traité de non-agression entre les tendances, il faut bien faire un choix entre observer l’échantillon de pain et travailler sur la recette, et c’est ce que chacun de nous fait : choisir une des deux façons d’observer la langue et de l’analyser. En ce qui me concerne, j’ai opté pour la recette. Les termes techniques qui correspondent à la recette et à l’échantillon, que le lecteur peut choisir d’oublier ou non (en gardant toujours cette même métaphore) sont respectivement la langue interne et la langue externe. La langue interne désigne une capacité localisée dans le cerveau du locuteur, qui lui permet de générer des phrases grammaticales dans sa langue et de les distinguer des phrases agrammaticales, alors que la langue externe est celle qui se matérialise et se perpétue dans les textes ou surgit dans la parole puis s’éteint, si elle n’est pas enregistrée à temps. Un grammairien chomskyen préfère analyser la langue interne et fait appel à la raison pour la comprendre ; d’autres linguistes ne perdent pas de temps en abstractions, ils observent la langue externe et soumettent leur travail à une recherche soigneuse d’éléments concrets qui permettent de construire la réalité.

24Les uns sont aussi (in)dispensables que les autres.

1.4. Basque et français, deux langues si différentes et éloignées ou si ressemblantes et si proches

25Puisque nous avons expliqué d’une certaine manière comment, parmi les spécialistes, les uns et les autres conçoivent les langues, il ne nous reste plus qu’à revenir à notre champ d’étude, constitué fondamentalement du français et du basque, et à essayer de les envisager à partir des concepts abordés.

26Si nous comparons les échantillons des deux langues, si nous nous attardons sur l’observation de leur forme externe, les différences seront immenses et la distance qui les sépare sera insurmontable. Nous découvrirons d’innombrables aspects différents, si nombreux et si divers qu’il ne vaudra même pas la peine de les lister ; cela s’avérera même probablement impossible. Mais si on observe leur forme interne, on sera surpris par les similitudes entre les deux langues, qui ébahiront jusqu’aux plus incrédules. Elles existent véritablement, non pas tellement du fait de leur proximité géographique ou parce qu’elles partagent une partie de territoire, ni même parce qu’elles cohabitent dans l’esprit de nombreux locuteurs bilingues, mais parce qu’elles constituent deux illustrations différentes d’une même capacité humaine, ce qui les rend forcément similaires. Elles ont donc bien plus de similitudes que celles qu’on leur présuppose, car ces deux langues, comme toutes les autres langues naturelles, sont le fruit d’une même faculté universelle, qui rend tous les êtres humains parfaitement égaux. Ainsi, paradoxalement, quand nous nous penchons sur la langue française, nous étudions simultanément le langage humain, et il en est de même, évidemment, pour la langue basque : quand nous disséquons le basque en ethnolinguistes amoureux, nous étudions involontairement le français et vice versa.

27La variation est donc fortement contrainte par les limites de la Grammaire Universelle, qui fait que les langues se ressemblent entre elles. Elle laisse toutefois, heureusement pour les amoureux de la variation comme moi, de nombreuses portes ouvertes aux langues pour varier jusque dans leurs aspects les plus profonds et intimes. Ce sont les paramètres —le lecteur aura retenu ce nom— qui le permettent. Dans certains de ces paramètres, le basque et le français divergent et sont farouchement opposés, mais dans d’autres, ils se retrouvent comme de vieux amis.

1.5. Langues isolées, langues apparentées

28Au-delà des questions sur la nature des deux langues qui nous occupent, d’autres aspects proviennent de leur parcours historique et en font deux langues nettement distinctes. Il y a par exemple une question que le lecteur connaîtra sûrement et qui a trait à l’origine historique de ces langues. Le français appartient à une famille très nombreuse, bien connue et précisément située, la famille romane, à laquelle appartiennent également le catalan, le corse, l’occitan etc. Les linguistes chargés de classer les langues selon leurs liens de parenté, que l’on appelle également linguistes diachroniciens, représentent les relations de parenté entre langues par des arbres généalogiques, en partant des ancêtres communs dont les nœuds se ramifient à mesure que de nouvelles langues émergent. Ainsi, les langues romanes ont une mère commune et reconnue —car on parle bien de langue mère, de langues filles etc.—, qui est le latin.

29Les familles se regroupent à leur tour avec d’autres familles comme la famille germanique, à laquelle appartiennent l’anglais et l’allemand, ou la famille celtique, qui englobe le gaélique et le breton, et bien d’autres familles encore, qui composent des grandes familles connues sous le nom de phylums, dont le phylum indoeuropéen. Le français est donc une de ces filles issues de famille nombreuse, bruyante, que tout le monde connaît, qui a des sœurs, des cousines germaines et des cousines du deuxième degré, comme on en connaît dans tous les villages, une famille qui est dans le village depuis toujours (ou pas).

30À l’inverse, le basque n’a de lien de parenté avec aucune autre langue, ou du moins pas à notre connaissance. Disons que c’est une langue orpheline, ce qui est une façon un peu dickensienne de voir les choses, ou peut-être une fille unique, de mère inconnue. Dans ces cas, les linguistes parlent d’isolats. Le basque est donc un isolat. Si l’on ajoute à cela que la langue en question est une sorte d’ilot qui a résisté à travers les siècles aux assauts de l’océan indoeuropéen qui l’entoure, on obtient les ingrédients de base pour lui offrir un grand poème épique, qu’elle mérite amplement.

31Précisons toutefois que le basque n’est pas la seule orpheline de la planète. Non pas qu’il faille forcément chercher du réconfort dans la singularité d’autres langues, mais il suffira au lecteur curieux de consulter le site web d’Ethnologue sur les langues du monde, pour constater que bien qu’assez peu nombreuses, il existe d’autres isolats, tels que le bourouchaski au Pakistan, le purépecha du Michoacán au Mexique ou le warao au Venezuela. Il en existe donc, ici et là, et d’autres se sont éteintes, comme l’étrusque. Ceci dit, il n’existe aucune corrélation entre le fait d’être une langue isolée et le fait d’être une langue minorisée ou même menacée. Pour ne donner qu’un seul exemple, le coréen est également une langue isolée, mais quantitativement très vigoureuse (elle compte plus de 70 millions de locuteurs !). Elle reste à distance des 115 millions de francophones, mais elle est loin devant le nombre très modeste de locuteurs du basque (qui n’est pas la plus mal lotie, puisqu’elle n’est pas loin d’atteindre le million de locuteurs). Revenons au thème qui nous occupe : le basque est certes un isolat, mais pas il n’est pas le seul ; c’est une situation certes exceptionnelle, mais finalement pas si unique qu’on pourrait le penser.

1.6. Où sommes-nous ?

32Nous avons évoqué les affaires internes des langues, les legos et les assemblages, et il me semble que nous avons fini par aborder des questions moins techniques, comme leurs liens de parenté. Il y a d’autres aspects externes des langues qui intéressent souvent les locuteurs, en particulier ceux des langues minorisées, comme c’est le cas de la langue basque. Je répète que ma tâche quotidienne et l’objectif principal de ce livre ne sont pas tant de parler des vicissitudes de nos langues, mais de me plonger dans leur nature profonde. Cependant, nous sommes tous humains et nous connaissons nos langues, non seulement parce que nous les observons et les analysons minutieusement et méthodiquement, mais aussi parce que nous les aimons et nous vivons avec elles, dans elles et, parfois, pour elles. Or, le lecteur ne peut ignorer que celui qui aime est souvent amené à souffrir. Par exemple, en ce qui me concerne, je suis obligée de constater que dans mon environnement proche, j’ai la possibilité d’acheter un journal en langue basque au kiosque, je peux acheter des piles à la quincaillerie en m’adressant au vendeur en langue basque, mais je ne peux pas acheter la viande chez mon adorable boucher en basque, ni le lait au supermarché, ce qui me fait évidemment s­ouffrir. Il est vrai que dans ma pâtisserie préférée, une des employées ose parler un basque un peu rudimentaire, avec lequel elle jongle véritablement, et elle me met en joie à chaque fois que je vais lui acheter un plateau de petits gâteaux (et pas seulement à cause des petits gâteaux).

33On peut même dire, sans exagérer, que des questions en apparence aussi triviales que de savoir dans quelle langue rédiger un article scientifique et où le publier deviennent des décisions lourdes, compte tenu du petit nombre non pas de locuteurs basques, mais de locuteurs alphabétisés qui ont l’habitude de lire dans cette langue, qui sont d’autant moins nombreux, sans parler du nombre infiniment moindre des bascophones qui liraient un article spécialisé sur la grammaire basque. Dans ces cas-là, soit on publie l’article en basque, tout en étant pleinement conscient des conséquences, soit on n’a plus qu’à avoir recours à une lingua franca, qui n’est d’ailleurs souvent même pas le français, mais une langue plus avantagée comme l’anglais.

34Une « petite » langue comme le basque, que beaucoup voudraient voir plus petite encore, a de nombreux obstacles à franchir. Je ne vais ni les énumérer, ni les analyser, non pas par lâcheté ni par manque d’envie, mais parce que ceux qui s’en chargent déjà sont nombreux, contrairement aux rares personnes qui, comme moi, se consacrent à l’observation des deux langues à travers le spectre de leur nature la plus intime, au plus profond du cosmos, dans l’équilibre et l’harmonie, où seuls quelques rares illuminés comme moi parviennent même à trouver le bonheur.

1.7. Où allons-nous ?

35Pour conclure, il ne s’agit pas tant d’où l’on vient, ni même d’où on se trouve, mais plutôt d’où on va, et c’est là que chacun devrait être libre de choisir. Pièces du lego ou assemblage ? Échantillon ou recette ? Induction ou déduction ? Rationalisme ou empirisme ? Arnauld et Lancelot ou Du Bellay ? Synchronie ou diachronie ? Graves ou Saint-Émilion ? Je propose au lecteur de m’accompagner, jusqu’à la fin de ce livre je l’espère, puis de décider par lui-même quel chemin il souhaite suivre.

1.8. Annexe

36Le Dictionnaire de l’Académie française est une publication de l’Académie française. Elle compte 9 éditions, dont la dernière est en cours de rédaction (les trois premiers tomes, de A à Enzyme, de Éocène à Mappemonde et de Maquereau à Quotité, ont été publiés entre 1992 et 2011. La matière du quatrième tome est en cours de rédaction). La neuvième édition du dictionnaire peut être consultée en cliquant sur le lien suivant : [http://atilf.atilf.fr/​­academie9.htm]

37La Grammaire de l’Académie fut publiée par l’Académie Française en 1932, après une publication reportée d’année en année. Après 296 ans et demi d’attente, cette grammaire est enfin publiée dans une première édition annoncée en 1930, très rapidement décriée et désavouée et non renouvelée.

38Roland Éluerd a publié la Grammaire descriptive de la langue française à Paris, Nathan Université en 2002. Il est l’auteur d’autres ouvrages réjouissants tels que La Ponctuation française. Règles, usages et plaisir du texte, publié chez Garnier en 2017.

39Euskaltzaindia, l’Académie de la langue basque, a elle aussi son dictionnaire normatif (Euskaltzaindiaren Hiztegia, ‘Le dictionnaire d’Euskaltzaindia’ qui, comme nous le disions au chapitre précédent, a été coordonné depuis le départ et jusqu’à très récemment par Ibon Sarasola). Sarasola élabore actuellement un dictionnaire descriptif en ligne intitulé Egungo Euskararen Hiztegia, ‘Dictionnaire du basque contemporain’ [http://www.ehu.eus/​fr/​web/​eins/​egungo-euskararen-hiztegia-eeh-], sous l’égide de l’Institut de la langue basque de l’UPV/EHU (Université du Pays Basque). Le dictionnaire est fondé sur le corpus Ereduzko Prosa Gaur (Prose de référence contemporaine) qui recueille des textes écrits et publiés entre les années 2000 et 2007 et compte 25,1 millions de mots. Le corpus est également publié sur le site web de l’Institut de la langue basque : [http://www.ehu.eus/​fr/​web/​eins/​ereduzko-prosa-gaur-epg-].

40C’est la Commission Grammaire d’Euskaltzaindia, aujourd’hui dirigée par Pello Salaburu, qui a élaboré la grammaire normative de la langue basque, Euskal Gramatika : Lehen Urratsak (Grammaire basque : premiers pas), grammaire la plus complète dont nous disposons en langue basque, avec un total de sept volumes.

41Sareko Euskal Gramatika (Grammaire basque en ligne) est, comme son nom l’indique, une grammaire (descriptive) du basque disponible en ligne [http://www.ehu.eus/​seg/​]. Cette grammaire est dirigée par Pello Salaburu, Patxi Goenaga et Ibon Sarasola.

42Nos lecteurs, qui dans leur grande majorité ne lisent pas en langue basque, peuvent consulter A grammar of Basque, une excellente grammaire descriptive éditée par José Ignacio Hualde et Jon Ortiz de Urbina en 2003, à Amsterdam/Philadelphie, par la maison d’éditions John Benjamins. La grammaire de Rudolf P.G. de Rijk Standard Basque, a progressive grammar fut publiée par le Massachusetts Institute of Technology en 2008. C’est une grammaire descriptive qui a par ailleurs des objectifs pédagogiques, mais il me semble que seuls les initiés dans les questions grammaticales auront plaisir à lire ce texte.

43L’œuvre de Mark Baker dans laquelle on trouve la métaphore sur les recettes et les échantillons s’intitule The atoms of language. The mind’s hidden rules of grammar, une œuvre de vulgarisation délicieuse sur l’étude de la variation linguistique du point de vue de la grammaire générative. Elle fut publiée par la maison d’édition Basic Books à New York en 2001. Elle est aussi facile à lire qu’à comprendre.

44Le site internet d’Ethnologue est consultable ici : [http://www.ethnologue.com]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beatriz Fernández Fernández, « I. Les pièces du lego et leur manuel d’assemblage (ou comment envisager et analyser les langues) »Lapurdum, Numéro spécial 5 | 2020, 13-22.

Référence électronique

Beatriz Fernández Fernández, « I. Les pièces du lego et leur manuel d’assemblage (ou comment envisager et analyser les langues) »Lapurdum [En ligne], Numéro spécial 5 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/3867 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lapurdum.3867

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search