Navigation – Plan du site

AccueilNumérosNuméro spécial 5II. La forme des mots : les langu...

II. La forme des mots : les langues qui agglutinent les pièces et celles qui les fusionnent

Beatriz Fernández Fernández
Traduction de Nahia Zubeldia
p. 23-28

Texte intégral

Les pièces du lego : les mots. Les langues qui mettent tout dans un seul et même mot. Non négligeable, mais peut mieux faire. Les langues qui agglutinent les pièces… et celles qui les fusionnent. Qu’en est-il du français ?

2.1. Les pièces du lego : les mots

1Je disais au chapitre précédent que, si on prête attention aux mots qui font partie des lexiques du basque et du français, on note a priori une divergence absolue. Le lecteur se souviendra que nous avons parlé du mot français pain et de son homologue basque ogia, qui n’ont, pour ainsi dire, rien en commun. C’est ce que disent souvent les francophones ou les locuteurs d’autres langues romanes ou germaniques qui commencent à apprendre le basque, car ils ont l’impression d’escalader un mur vertical quasiment dépourvu de prises. Pourtant, là encore, seul l’habit distingue les mots basques des mots français, puisqu’au-dedans (du moins d’un point de vue lego-maniaque), les mots de ces deux langues se ressemblent bien plus qu’il n’y paraît. C’est sans doute la raison pour laquelle, en plus d’une forte volonté d’apprendre, le processus d’apprentissage tardif de l’euskara, bien que difficile, n’est pas impossible. Il existe heureusement de nombreux cas qui peuvent en témoigner. En somme, c’est une langue naturelle parmi tant d’autres.

2Puisqu’il faut bien commencer quelque part, le lecteur me pardonnera cette évidence : pain et ogia présentent le point commun d’être des mots. Nous le précisons, car bien que ce ne soit pas le cas du lecteur, certains pensent encore aujourd’hui qu’il existe des langues qui ne sont pas composées des mêmes ingrédients fondamentaux que les langues au prestige reconnu. Louis-Jean Calvet, par exemple, a traité ce sujet dans Linguistique et colonialisme : petit traité de glottophagie en 1974. À propos de la langue basque, le lecteur curieux pourra lire le Libro negro del euskera (Livre noir de la langue basque), de Joan Mari Torrealdai, qui présente une sorte de musée des horreurs auxquelles notre langue a été soumise au long de son histoire. Pour autant, nous n’insisterons pas sur ce point.

3Revenons aux similitudes, car il y en a d’autres : les deux mots font partie de la même catégorie, ce qui revient à dire que certains mots sont des noms, d’autres des adjectifs, d’autres des verbes, etc. Ici, les deux mots sont des noms. Le socle scolaire commun suffit pour savoir les distinguer.

4Pour revenir au lego, le nom constitue une seule et même pièce, qu’elle soit en français, en basque ou dans toute autre langue. En somme, même si la forme extérieure diffère effectivement d’une langue à l’autre, pour monter le lego, il s’agit de la même pièce et elle se place au même endroit, comme nous le verrons plus tard.

5Pour résumer, le basque et le français ont des mots et ces mots font partie du dictionnaire. Ce dictionnaire peut être défini de façons très diverses. Il peut s’agir du dictionnaire mental que tout locuteur, francophone, bascophone ou autre, possède dans son esprit et qui lui permet d’obtenir les mots dont il a besoin pour les combiner et générer des phrases. Il peut aussi s’agir de n’importe lequel des dictionnaires qui sont mis à disposition des locuteurs par des lexicographes, comme Emile Littré pour le français ou Sarasola, par exemple, pour le basque. Ce dictionnaire n’est pas mental, contrairement à celui que tous les locuteurs transportent dans leur esprit et dont la taille immense n’empêche pas la légèreté. C’est un dictionnaire matériel qui, sauf exceptions, est volumineux, lourd et prend une place considérable dans nos bibliothèques ; ou qui, grâce aux progrès technologiques, peut être plus important encore, mais consultable sur un outil aussi petit qu’un téléphone portable ou une tablette. Quoi qu’il en soit, les dictionnaires existent dans les deux langues.

2.2. Les langues qui mettent tout dans un seul et même mot

6Une petite mise au point s’impose avant de poursuivre. En réalité, ogia, s’il n’est qu’un mot, est un peu plus que pain. À la différence de pain, mot qui n’enferme aucune pièce lexicale moindre, ogia est composé de deux pièces : ogi, qui correspond bien à ‘pain’, et a qui est un déterminant, comme le en français. Donc, ogia ne correspond pas simplement à ‘pain’ mais à ‘le pain’. Je ne cherchais évidemment pas à tromper le lecteur avec les explications du chapitre précédent, je voulais simplement omettre des détails qui auraient pu entraver sa compréhension des premiers éléments. Il se pourrait que je recommence plus tard, mais toujours dans les limites du raisonnable.

7Cette nouvelle découverte nous permet d’aborder un autre point essentiel dans ce nouveau périple. Nous le présentons ici au lecteur pour qu’il puisse y voir plus clair :

(1)

a. Ogia

b. Le pain

8En effet, si nous comptons les mots dans une langue et dans l’autre, en basque nous avons un seul mot de deux pièces, nom et déterminant, alors qu’en français nous avons deux mots indépendants (le nom d’une part et le déterminant de l’autre), dont aucune ne comprend de pièces plus petites. Disons que les pièces sont fondamentalement les mêmes, mais qu’elles s’assemblent différemment.

9Prenons un nouvel exemple : À la question Avec qui es-tu allé en voyage ? En français, nous pourrions répondre par avec le voisin, et en basque nous dirions auzoarekin.

(2)

a. Auzoarekin

b. Avec le voisin

10Là encore, nous pourrions compter les mots : un, deux et trois en français ; deux de moins en basque, soit un seul mot. Je tiens à préciser, comme nous le verrons plus tard, qu’en basque, sauf exception, il n’y a pas de distinction des genres, ce qui facilite le chemin à celui qui veut apprendre la langue et coupe court à toute discussion byzantine sur l’usage sexiste de la langue. Ainsi, auzoarekin ne signifie pas seulement ‘avec le voisin’ mais aussi ‘avec la voisine’. Quoi qu’il en soit, ce qui nous intéresse ici n’est pas le genre grammatical ni son absence, mais le nombre de mots dans les deux langues.

11Supposons maintenant que nous fassions du bricolage à la maison et que nous ayons besoin d’un marteau. Une personne de bonne volonté, nous voyant dans la difficulté, pourrait nous dire, en basque ou en français, respectivement :

(3)

a. Badakarkizut

b. Je te l’apporte

12Une fois de plus, comptons les mots : un, deux, trois et quatre en français, et hourra ! Trois de mois, soit toujours un seul mot, en basque. Ce mot apparemment solitaire a évidemment une vie interne bien agitée. Il se trouve qu’en basque, on aime mettre tous les éléments dans un seul et même mot écrit, à l’image des bandes de copains typiquement basques dont les membres pratiquent la devise un pour tous et tous pour un et restent unis par des liens invisibles mais indissolubles, alors qu’en français, les mots préfèrent vivre séparément.

2.3. Non négligeable, mais peut mieux faire

13Cette pratique du comptage des mots vient de loin et nous renvoie au xixe siècle, époque à laquelle des linguistes tels que Wilhelm von Humboldt commencèrent à réfléchir à la forme interne des mots. Sans entrer dans les détails, disons qu’ils observèrent alors et que nous observons aujourd’hui qu’il existe des langues qui, comme la langue basque, tendent à construire des mots complexes qui comprennent des pièces morphologiques plus petites, et d’autres comme le français qui, au contraire, ont tendance à séparer les pièces en mots indépendants. On appelle les premières les langues synthétiques et les secondes les langues analytiques. Et s’il est (relativement) vrai qu’en basque, comparativement au français, certaines pièces du lego sont plus synthétiques et comprennent en elles de nombreuses petites pièces, il n’en demeure pas moins que ces pièces sont nombreuses, certes, mais peut-être pas tant que nous le pensons. Il existe en effet des langues plus synthétiques que les langues synthétiques, elles sont le comble de la synthèse, et les linguistes les appellent polysynthétiques. Baker, le linguiste dont nous avons abordé la métaphore culinaire (échantillon et recette) au premier chapitre, a étudié attentivement la nature des langues polysynthétiques et propose un exemple en mohawk, langue iroquoise menacée, parlée au Canada et aux États-Unis :

(4)

Washakotya’tawitsherahetkvhta’se’

14La traduction française, à partir de l’explication anglaise de l’auteur cité —et non de notre connaissance du mohawk, que nous ne maîtrisons malheureusement pas—, donnerait à peu près ceci : « il fit en sorte que la chose qui se met sur le corps [le vêtement] soit laid pour elle ». Baker indique que c’est un exemple quelque peu forcé, une sorte de valise de retour de vacances dans laquelle il ne resterait absolument aucun espace vide, mais pas pour autant agrammaticale. En résumé, les exemples en basque, paraîtront plus synthétiques que les exemples français, mais si on les compare aux exemples mohawks, ils seront largement derrière les iroquois.

2.4. Les langues qui agglutinent les pièces…

15En réalité, je présente les choses un peu à l’envers, car avant de parler de langues synthétiques ou analytiques, on aborde habituellement une autre question sur la typologie des mots, que nous devons également à Humboldt et qui concerne non pas le nombre de pièces qui cohabitent dans un mot, mais la façon dont les pièces s’assemblent. Je vais revenir à un exemple déjà mentionné (auzoarekin, « avec le voisin/la voisine »), mais cette fois nous allons analyser la forme interne du mot, identifier ses petites pièces et les séparer par des traits d’union. Nous ajouterons pour la première fois la traduction mot à mot, à la manière des linguistes :

(5)

Auzo-a-rekin

voisin-le/la-avec

16Bien. Non seulement ce mot basque contient trois pièces fondamentales, mais elles sont faciles à identifier et à segmenter. La première petite pièce est le nom auzo, « voisin(e) », la deuxième est le déterminant a et la troisième et dernière est rekin qui correspond à avec (nous reviendrons au chapitre VIII à cette dernière pièce, par une analyse un peu plus poussée). Par conséquent, il n’y a plus qu’à choisir les pièces appropriées du lego et à les assembler les unes aux autres. Nous allons maintenant demander au lecteur de faire un petit lego basque. Si nous lui donnons la pièce gizon (« homme »), et si nous lui demandons de construire avec l’homme, il assemblera d’abord le nom et le déterminant, il obtiendra donc évidemment :

(6)

Gizon-a

homme-le

« L’homme »

17Puis, il assemblera cette pièce complexe et l’équivalent du mot avec, ce qui lui donnera :

(7)

Gizon-a-rekin

homme-le-avec

« Avec l’homme »

18Il peut aussi le faire avec emakume (« femme »). Et donc, pour dire avec la femme, il suivra les étapes suivantes :

(8)

a. Emakume-a

femme-la

« La femme »

b. Emakume-a-rekin

femme-la-avec

« Avec la femme »

19Donc, la pièce homologue du mot avec et les autres sont invariables, ce qui permet de les identifier sans difficulté, pour les unir les unes aux autres.

20Pour poursuivre le jeu du lego, si nous disons au lecteur que pour se dit rentzat en basque et qu’il se situe au même endroit que avec/rekin, comment notre lecteur francophone, désormais initié aux rudiments de la grammaire basque, dirait-il pour la femme ? En effet :

(9)

Emakume-a-rentzat

femme-la-pour

« Pour la femme »

21On appelle les langues qui associent ainsi de petites pièces pour former de plus grandes pièces les langues agglutinantes, et ce depuis bien longtemps. De même, la distinction entre ces langues et les langues flexionnelles, dans lesquelles les choses semblent un peu différentes, date du xixe siècle.

2.5. … et celles qui les fusionnent

22Si pour illustrer les langues agglutinantes on cite très souvent le basque ou le turc, quand on parle de langues flexionnelles, l’exemple favori reste celui du latin. Il est possible que certains lecteurs d’âge moyen ou plus se rappellent au moins la première déclinaison latine, illustrée par ce cher rosa, rosae. Il se peut que les plus jeunes ne la connaissent même pas, puisqu’ils apprennent de moins en moins le latin, malheureusement (certains apprennent-ils le grec classique ?). Voici les formes au singulier (sg) et au pluriel (pl) de cette première déclinaison à deux colonnes :

(10)

sg

pl

nominatif

ros-a

ros-ae

vocatif

ros-a

ros-ae

accusatif

ros-am

ros-as

génitif

ros-ae

ros-arum

datif

ros-ae

ros-is

ablatif

ros-a

ros-is

23Chaque ligne correspond à ce que l’on connaît, plus ou moins heureusement, sous le nom de cas. Nous en traiterons certains aux chapitres V et VII. Nous ne cherchons pour le moment ni à les analyser en détails ni à faire peur à notre patient lecteur. Rappelons simplement que nous analysons des mots et constatons les formes qu’ils prennent dans une langue et dans l’autre. Comme nous venons de le voir, dans les langues agglutinantes comme le basque, nous avons des petites pièces invariables qui se joignent les unes aux autres. Cependant, les choses semblent bien différentes en latin.

24Prenons pour exemple la forme rosa. Si nous observons le tableau, nous constatons que rosa est à la fois : a) nominatif singulier, b) vocatif singulier et c) ablatif singulier. Nous ne savons pas à quoi correspond chaque chose, mais nous savons qu’un même mot peut être trois choses différentes. Prenons désormais la forme rosae, qui peut être : a) génitif singulier, b) datif singulier et, pour compliquer encore les choses, c) nominatif pluriel et d) vocatif pluriel. Encore une fois, nous ne savons pas précisément ce qu’est chaque chose, mais un même mot représente cette fois quatre choses différentes. En outre, si on demande au lecteur familiarisé de distinguer la petite pièce qui correspond au cas (accusatif) et au nombre (pluriel) dans rosas, sera-t-il capable de le faire ? Non ? Comment se fait-il qu’il puisse trouver —nous n’avons aucune doute sur ce point— les pièces qui composent auzoarekin (« avec le voisin/la voisine »), alors que jusqu’au début de ce livre, le basque était pour lui une langue inconnue (et qu’il a peut-être abordée avec une certaine appréhension), et qu’il soit incapable de distinguer la petite pièce du cas et celle du nombre (ne parlons même pas du genre) dans une forme comme rosas, alors qu’elle appartient à une langue qui n’est autre que la mère de sa langue maternelle et qu’il a peut-être même étudiée au collège ?

25La raison est simplement qu’il est impossible de le faire, car dans les langues comme le latin les petites pièces ne s’assemblent pas les unes aux autres mais fusionnent en une seule pièce, et même si on peut parler de manière abstraite, par exemple, de cas et de nombre (ou de genre) séparément, quand nous observons la forme du mot en question, il est tout simplement impossible de distinguer une pièce de l’autre. Les linguistes appellent ces langues qui fusionnent les pièces les langues flexionnelles.

2.6. Annexe

26L’ouvrage Linguistique et colonialisme : petit traité de glottophagie de Louis-Jean Calvet fut publié à Paris par la maison d’éditions Payot en 1974. L’auteur y analyse le rapport entre les langues dans un contexte colonial et démontre le lien intime qui lie les combats linguistiques et politiques.

27De nombreux ouvrages introductifs de typologie linguistique peuvent être consultés pour une approche à la typologie morphologique. Citons, entre autres, le manuel classique de Bernard Comrie Language universals and linguistic typology publié par l’Université de Chicago en 1982.

28Les caractéristiques des langues polysynthétiques peuvent être consultées dans l’ouvrage de Mark Baker cité et recommandé au chapitre I et dans son annexe.

29L’ouvrage de Joan Mari Torrealdai El libro negro del euskera fut publié en 1998 chez Ttarttalo à Donostia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beatriz Fernández Fernández, « II. La forme des mots : les langues qui agglutinent les pièces et celles qui les fusionnent »Lapurdum, Numéro spécial 5 | 2020, 23-28.

Référence électronique

Beatriz Fernández Fernández, « II. La forme des mots : les langues qui agglutinent les pièces et celles qui les fusionnent »Lapurdum [En ligne], Numéro spécial 5 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/3879 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lapurdum.3879

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search