Navigation – Plan du site

AccueilNumérosNuméro spécial 5III. Un monde à l’envers

III. Un monde à l’envers

Beatriz Fernández Fernández
Traduction de Nahia Zubeldia
p. 29-39

Texte intégral

Un monde à l’envers. Objet-Verbe ou Verbe-Objet, telle est la question. Prépositions et images miroir. Pièces assemblées dans d’autres pièces assemblées. Ordonnons d’autres pièces du lego : Verbe-Auxiliaire ou Auxiliaire-Verbe. Le sujet se trouve toujours à gauche. (Seulement) relativement libres.

3.1. Un monde à l’envers

1Un poème écrit par Jean-Luc Moreau en 1980 et intitulé Si..., très utilisé dans le milieu scolaire, dit ceci :

Si la sardine avait des ailes,
Si Gaston s’appelait Gisèle,
Si l’on pleurait lorsque l’on rit,
Si le pape habitait Paris,

Si l’on mourait avant de naître,
Si la porte était la fenêtre,
Si l’agneau dévorait le loup,
Si les Normands parlaient zoulou,

Si la mer Noire était la Manche
Et la mer Rouge la mer Blanche,
Si le monde était à l’envers,
Je marcherais les pieds en l’air,

Le jour je garderais la chambre,
J’irais à la plage en décembre,
Deux et un ne feraient plus trois...
Quel ennui ce monde à l’endroit !

2Difficile de savoir s’il y a vraiment dans ce monde des agneaux qui dévorent des loups, si les sardines ont véritablement des ailes, ou s’il existe des Normands qui parlent zoulou. En revanche, nous savons avec certitude que le français est un monde basque inversé onirique. Vous découvrirez pourquoi dans ce chapitre.

3.2. Objet-Verbe ou Verbe-Objet, telle est la question

3Quand nous assemblons les pièces d’un lego en grammaire, nous avons l’habitude de porter notre attention sur un certain type de verbes appelés les verbes transitifs et leurs objets : ainsi, après le verbe lire, nous nous attendons à trouver un objet, comme un journal ou un livre (qu’il soit en papier ou numérique). Ainsi, parmi les rares leçons de grammaire que l’on retient des années scolaires, on trouve cette définition du verbe transitif qui se construit avec un objet. Fort heureusement, cette définition nous est utile. Nous avons donc deux pièces de lego, un V(erbe) et un O(bjet), et nous avons, en principe, deux façons logiques de les ordonner : VO ou OV, telle est la question.

4Naturellement, un francophone, du fait de son expérience linguistique, de sa langue maternelle VO et peut-être d’autres langues maternelles comme le catalan, le corse ou l’occitan, ne pourra que corroborer cet ordre VO. Même les francophones les plus jeunes —qui ont probablement appris l’anglais à l’école— et les plus âgés —ceux qui ont appris l’es­pagnol—, seront tous témoins de ce même ordre. Par conséquent, il est probable que ni les uns ni les autres n’aient envisagé que l’autre ordre logique, l’ordre OV, puisse exister dans les langues du monde. Étrangement, la langue sur laquelle nous nous penchons dans ce livre, le basque, est précisément de cette nature ; c’est la langue qu’un locuteur VO trouvera sur son chemin s’il se met à rêver à un monde à l’envers.

(11)

a. Dévorer le loup

b. Otsoa jan

5Naturellement, les bascophones vivent la même situation, inversée. Mais, à la différence de nombreux francophones bilingues ou multilingues, comme nombre de nos lecteurs, les bascophones connaissent au moins une langue VO (espagnol ou français) et une langue OV (basque), dans leurs rêves comme à l’éveil. De ce fait, les deux options logiques qui permettent d’ordonner ces deux pièces du lego sont présentes simultanément dans leur tête et s’alternent dans leur bouche.

6De nombreux linguistes d’une tradition scientifique ou de l’autre se sont penchés sur la question de l’ordre des mots pour établir qu’une langue est de tel ou tel type, comme par exemple les langues OV et les langues VO. Ils sont parfois en désaccord, cependant, sur la définition d’objet, également connu sous le nom de complément. Certains linguistes envisagent les compléments comme des loups ou des livres que nous dévorons ; d’autres voient plutôt le complément comme quelque chose de plus abstrait, c’est-à-dire pas nécessairement des livres ou des loups, mais aussi la position syntaxique dans laquelle les uns ou les autres se placent dans l’arbre syntaxique de la phrase. En effet, quand les grammairiens montent des lego, ce n’est pas pour représenter le temple maudit d’Indiana Jones ou l’étoile de la mort de la Guerre des étoiles, mais pour représenter l’échafaudage interne des langues.

3.3. Prépositions et images miroir

7Une seule et même chose peut parfois porter plus d’un nom. C’est ce qui arrive avec les prépositions qui, comme les noms ou les verbes, sont des catégories syntaxiques. J’en ai déjà cité quelques-unes au chapitre II et j’y reviendrai plus tard, mais j’aurais aussi pu citer pour ou à, qui font partie des nombreuses prépositions du français.

8Les prépositions ont une particularité qui les rapproche des verbes transitifs que j’ai mentionnés plus haut : toutes, sans exception, ont besoin d’un complément, de telle sorte que si cette préposition apparaît sans son complément, alors le lego désassemblé s’avère défectueux.

(12)

a. À la plage

b. *À

9Dans le monde à l’envers rêvé par le lecteur francophone, ces prépositions s’appellent postpositions et semblent être, en dehors du monde des rêves, les images miroir des prépositions. Je ne voudrais pas teinter les postpositions d’irréalité, ni disserter philosophiquement sur ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Du point de vue de la grammaire, les prépositions et les postpositions, que ces dernières soient des images miroir ou des êtres d’un monde onirique, sont une seule et même chose portant deux noms différents. La différence cruciale est que la préposition précède son complément en français, comme nous l’avons vu, alors que la postposition le suit en langue basque (13a). Par ailleurs, une postposition ne peut pas non plus éluder son complément (13b), à moins de vouloir composer un lego agrammatical, comme en français (12b).

(13)

a. Hondartzara

b. *ra

10C’est pourquoi les désignations de préposition et postposition, que nous pourrions simplement remplacer par P, correspondent à la position que l’élément occupe quand il est associé à son objet : P se place en position initiale en français, alors qu’en basque il se place en position finale.

(14)

a. À la plage

b. Hondartzara

11Ce que nous disons sur la préposition à et son image miroir ra est valable pour n’importe quelle autre P. Prenons un autre exemple, pour approfondir :

(15)

a. à toi

b. zuri

12Faisons encore un pas ; un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour la théorie syntaxique. Les verbes et les pré/postpositions sont des pièces particulièrement importantes dans le lego de la grammaire. Elles ont des pièces qui tournent autour de leur orbite. En français, on les appelle des têtes, terme très évocateur et équivalent de head en anglais et de burua en basque. Ainsi, certains linguistes ne parlent pas de langues VO ou de langues à prépositions mais de langues à tête initiale (celles dans lesquelles l’élément précède le complément, comme le français). De même, ils appellent les langues OV ou langues à postpositions les langues à tête finale (celles dans lesquelles l’élément se place en position finale quand il accompagne l’objet, comme en langue basque).

3.4. Pièces assemblées dans d’autres pièces assemblées

13Nous avons vu que des pièces s’unissent à d’autres pour former des pièces plus complexes. Dans certains cas, l’une de ces pièces, la tête, s’unit à un complément. Dans ce cas, le lego est relativement simple : il n’est composé que de deux pièces. L’arbre compte deux branches et une des pièces pend au bout de chacune d’elles : la préposition et le pronom.

14On observe quelque chose de très similaire, pour ne pas dire la même chose, en basque, avec deux pièces également : la postposition qui constitue la tête et le pronom qui est son complément. Même si, nous le savons, l’ordre est inversé.

15Supposons maintenant que nous n’ayons plus deux mais trois pièces, comme dans l’exemple suivant :

(18)

Penser à toi

16En tant que grammairiens, nous devons deviner quel est l’échafaudage interne qui soutient une pièce complexe comme celle-là, ou, en d’autres termes, quelle forme prend le lego. On pourrait alors spéculer que ce lego en forme d’arbre présente trois branches au lieu des deux branches des arbres précédents.

17Mais cet arbre à trois branches n’est pas une représentation fidèle du squelette interne de la pièce complexe, puisqu’il ne reflète pas, par exemple, les relations hiérarchiques entre les différentes pièces (en outre, l’arbre ne pousse pas). Par exemple, le lecteur sait que quand nous disons penser à toi, il y a d’une part un verbe penser et d’autre part un complément, qui n’est pas seulement à ni seulement toi mais la pièce complexe à toi. Ainsi, nous préférerons un lego mieux articulé, à deux branches, dont la plus haute branche se ramifiera pour inclure une nouvelle pièce complexe, qui se ramifie à son tour en deux éléments, la préposition à et le nom toi.

18Ainsi, le verbe penser se joint à un complément et ils forment ensemble une pièce complexe, que nous appellerons syntagme. La tête de ce syntagme étant un verbe, nous dirons que ce syntagme est un syntagme verbal. Et comme nous avons du mal à faire entrer tout cela dans un arbre, nous utiliserons des abréviations, comme V pour Verbe ou SV pour Syntagme Verbal et nous les placerons dans les nœuds des branches.

19Observons maintenant ce que nous avons appelé complément. Dans ce complément, il y a aussi une tête, même si la tête, cette fois, n’est pas un verbe mais une préposition que nous avons appelée P plus haut (qui remplace non pas seulement le terme de préposition mais aussi celui de postposition, son image miroir). Cette préposition à s’unit au nom toi et les deux éléments composent cette pièce complexe que nous appelons syntagme, mais il s’agit ici d’un syntagme prépositionnel, dont l’abréviation est SP.

20Les choses sont quasiment identiques en basque. Dans une pièce complexe comme zuri pentsatu (‘penser à toi’), il y a trois pièces simples (zu ‘toi’, ri ‘à’ et pentsatu ‘penser’). Le lego de cette pièce complexe a-t-il trois branches comme (23b) ? Pour les mêmes raisons que nous avons invoquées pour son équivalent français, la réponse est non. En effet, en basque comme en français, on note d’une part un verbe (pentsatu) et d’autre part un complément (zuri), qui se ramifie à son tour en deux branches auxquelles sont suspendus le pronom et la postposition (23c). Si nous ajoutons, enfin, les abréviations qui correspondent aux têtes (verbe et postposition) et aux pièces complexes qu’elles composent (syntagme verbal et syntagme postpositionnel), nous obtenons un lego (23d) exactement identique à celui de l’exemple français, à une seule exception près : le lego du basque est organisé selon son monde à l’envers.

21Dans ce monde à l’envers, nous le savons, la tête est toujours placée à la fin, qu’elle soit un verbe ou une postposition. Ainsi, zuri pentsatu correspond à peu près à toi à penser (et non penser à toi), avec un verbe pentsatu ‘penser’ qui suit son complément zuri ‘à toi’, et une postposition ri ‘à’ qui suit son complément zu ‘toi’.

3.5. Ordonnons d’autres pièces du lego : Verbe-Auxiliaire et Auxiliaire-Verbe

22Je cherche ici simplement à faire une petite incursion dans les profondeurs de nos deux langues, c’est pourquoi j’ai pris la liberté de montrer quelques petites parties de leur lego. Je ne le ferai qu’à titre exceptionnel, le lecteur n’a donc aucune raison de craindre le pire (que les arbres continuent de pousser et de pousser, et qu’ils se multiplient). Il serait donc dommage qu’il décide, à la hâte, d’abandonner ce livre et, avec lui, l’intention de pénétrer dans la forêt luxuriante de la grammaire. Si nous poursuivions, il se pourrait que les arbres nous cachassent la forêt, nous préférons donc savourer le plaisir de l’incursion, sans nous arrêter à chaque pas pour connaître les particularités de chaque arbre. Bien sûr, ces arbres ne sont ni des chênes ni des hêtres, mais des baobabs, de ceux qui se ramifient sous terre depuis que les dieux les ont punis pour vanité et plantés à l’envers (dans ce chapitre, vous l’aurez constaté, rien n’est à l’endroit).

23La question fondamentale est donc de savoir comment les petites choses grammaticales s’ordonnent. En ce sens, si l’on en croit ce que nous avons observé jusqu’ici, l’histoire du monde à l’envers est définitivement un fait incontestable à propos du basque. Faisons encore un dernier pas avant d’interrompre notre observation attentive des arbres et de poursuivre notre chemin.

24Supposons que nous voulions composer une phrase avec penser à toi. Pour cela, du moins dans une phrase indépendante, nous aurions besoin d’un verbe auxiliaire, dont nous parlerons au prochain chapitre (chapitre IV).

25Ainsi, dans la phrase j’ai pensé à toi, le verbe penser est conjugué et accompagné d’un auxiliaire, soit, en français, le verbe avoir, et il porte une chose que nous analyserons également au quatrième chapitre et que nous appelons inflexion. Grâce à l’inflexion, nous savons qu’une forme conjuguée est au présent, par exemple, si elle accompagne un marqueur aspectuel, si elle est à la première ou à la troisième personne, si c’est la première personne du singulier ou du pluriel. Toutes ces questions se retrouvent sous le même nom d’inflexion et structurent ce que nous appelons phrase. Bien, ajoutons deux branches à notre baobab, qui n’en sera que plus robuste, pour que l’inflexion, que nous appellerons INFL, puisse s’y nicher.

26Prenons maintenant son correspondant en basque : zuri pentsatu dut ‘toi à pensé j’ai’. Nous connaissons déjà certaines de ces pièces. La seule que nous n’ayons pas encore présentée est la dernière, dut. Cette forme dut ressemble beaucoup à ai : ce sont des formes conjuguées de l’auxiliaire. Dans les deux cas, l’auxiliaire est avoir ; il porte l’inflexion et exprime, comme en français, qu’il s’agit d’une forme du présent, de la première personne, etc. Ici, rien ne diffère, si ce n’est la position de ce que nous appelons inflexion par rapport aux autres pièces : en basque —il ne pouvait en être autrement—, elle se trouve en position finale.

27La réalité, vous le verrez, est un peu têtue. On dit d’ailleurs que les Basques sont têtus, de manière générale. Après ce que vous venez de lire, vous vous direz même, sans doute, que décidément, les Basques sont prêts à tout pour nous contredire. Mais il arrive parfois que même les Basques et leur langue finissent par céder.

3.6. Le sujet se trouve toujours à gauche

28Avec ces deux derniers baobabs, qui ne sont en réalité qu’un baobab et son image miroir, comme nous l’avons vu plus haut pour les prépositions et les postpositions, nous avons quasiment un lego complet. Rappelons que pour un syntacticien, il n’y a pas de vie au-delà de la phrase, ou s’il y en a, il ne s’attarde pas à l’étudier, il la laisse à d’autres, ce qui nous ramène quasiment aux portes de la fin du monde —qu’il soit à l’endroit ou à l’envers—.

29Toutefois, avant de compléter le lego d’une phrase, il reste à accrocher le sujet à une branche, et c’est ce que nous allons faire.

30Ce sujet apparaît à la gauche de l’inflexion et des autres pièces. Comme nous connaissons désormais le monde interne du syntagme verbal, que nous avons appelé SV, nous avons disposé sous lui un triangle qui nous permet de mettre en évidence les détails de ses profondeurs, que nous avons déjà rappelés, et de nous attarder sur les autres pièces et leur position dans l’arbre. Quand nous ajoutons le sujet au lego, nous avons devant nous la phrase ou proposition complète, que nous représentons à la cime de l’arbre par Pr.

31Alors, où trouve-t-on le sujet dans cette langue du monde à l’envers ? Eh bien, contre toute attente, il se trouve dans la même position que celle qu’occupe le sujet en français dans le monde à l’endroit. Ce qui revient à dire que même si une langue est l’image inversée de l’autre en ce qui concerne les têtes, comme le verbe ou P, et ses compléments respectifs, les deux langues fonctionnent exactement de la même manière quant à l’ordre du sujet : le sujet se place à gauche.

32Des linguistes moins legomanes que moi présenteraient les choses de manière plus pragmatique, sans s’attarder sur les branches : le français est une langue VO et le basque une langue OV, mais les deux sont des langues S(ujet)-V(erbe). Quelle que soit la manière de le présenter, rappelez-vous : le sujet, comme le cœur, se trouve toujours à gauche.

3.7. (Seulement) relativement libres

33Nous approchons de la fin de ce chapitre légèrement plus court que les suivants, tant il est ardu de voyager du réel à l’onirique, surtout en passant par des forêts de baobabs. Les baobabs nous ont montré que, bien que la réconciliation syntaxique entre les deux langues soit franchement difficile, sinon impossible, en ce qui concerne l’ordre des mots, elles se rejoignent au moins sur la position du sujet dans la phrase. C’est mieux que rien.

34Il y a un autre aspect de l’ordre des mots sur lequel les deux langues semblent diverger, mais qui peut être intéressant à observer, puisque l’ordre des mots en basque est relativement libre, et théoriquement fixe en français. En effet, en basque, bien qu’il y ait un ordre que les grammairiens appellent canonique ou non-marqué et que les lecteurs pourront simplement appeler l’ordre normal, qui est l’ordre habituel des éléments d’une phrase, cet ordre canonique peut changer et devenir marqué, sans que cela ne suppose un lego mal construit ou défectueux. Les choses se meuvent donc avec une certaine liberté surveillée. Prenons quelques exemples :

(28)

a. Nik zuri pentsatu dut

b. Zuri pentsatu dut nik

c. Pentsatu dut nik zuri

d. Zuri nik pentsatu dut

e. Nik pentsatu dut zuri

f. Pentsatu dut zuri nik

35L’ordre canonique est celui de (28a), que nous avons déjà analysé. Toutefois, les phrases des autres exemples sont tout aussi grammaticales. Il existe des nuances entre les unes et les autres, comme le fait que ce soit moi et pas un autre qui aie pensé à toi (28e) ou le fait que j’aie pensé à toi et pas à un autre (28b), etc., mais il se trouve que chacun des ordres présentés est grammatical.

36On constate un fonctionnement nettement plus rigide en français, car il serait difficile d’imaginer un changement de l’ordre des mots de la phrase équivalente en français (j’ai pensé à toi), mais il peut aussi arriver en français que l’ordre habituel des mots soit bousculé, pour mettre en valeur tel ou tel élément de la phrase :

(29)

a. La mer Rouge était blanche

b. Blanche était la mer Rouge

37Cette liberté est très relative en français, mais elle a aussi ses limites en basque, puisque tous les ordres n’y sont pas autorisés, comme on peut l’observer dans les exemples suivants, tous agrammaticaux :

(30)

a. *Pentsatu nik zuri dut

b. *Zuri pentsatu nik dut

Annexe

38Le poème Si… est tiré du recueil L’arbre perché, publié aux Éditions ouvrières, Enfance Heureuse, à Paris, en 1980. Son auteur, Jean-Luc Moreau, né en 1937 à Tours, est donc poète, mais aussi traducteur et professeur de langues finno-ougriennes. Pour revenir sur les liens de parenté entre les langues, notons que la famille finno-ougrienne —dont font partie, entre autres, le hongrois et le finnois— est une famille de langues parlées en Europe, mais qui n’ont aucune parenté avec les langues indo-européennes, dont font partie le français ou l’espagnol, par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beatriz Fernández Fernández, « III. Un monde à l’envers »Lapurdum, Numéro spécial 5 | 2020, 29-39.

Référence électronique

Beatriz Fernández Fernández, « III. Un monde à l’envers »Lapurdum [En ligne], Numéro spécial 5 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/3885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lapurdum.3885

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search