Navigation – Plan du site

AccueilNumérosNuméro spécial 5IV. Manuel d’urgence ou comment c...

IV. Manuel d’urgence ou comment comprendre sommairement la nature sophistiquée de l’inflexion basque

Beatriz Fernández Fernández
Traduction de Nahia Zubeldia
p. 41-57

Texte intégral

1L’inflexion verbale basque : une machinerie sophistiquée. Formes verbales synthétiques et analytiques dans une langue synthétique et une langue qui ne l’est pas. Ce que cache l’inflexion (et ce qu’elle ne cache pas) : arguments et obliques, acteurs principaux et seconds rôles. La rébellion des obliques. ki et une petite parenthèse. Des étrangers au nom bizarre se sont glissés dans l’inflexion : les allocutifs. Verbes auxiliaires et formes analytiques. Intransitifs contre transitifs. Participes accompagnés d’auxiliaires.

4.1. L’inflexion verbale basque : une machinerie sophistiquée

2À ce niveau de la présentation, le lecteur est déjà presque un expert, ce qui va nous permettre de pénétrer plus en avant dans un territoire insondable, même pour moi qui ai travaillé pendant des années sur le sujet et qui lui consacre encore aujourd’hui d’intenses heures d’étude, souvent conclues par de terribles migraines paralysantes. Je ne souhaite pas le moins du monde cette souffrance au lecteur ; je voudrais, au contraire, qu’il se délecte du bonheur de découvrir quelques secrets de cette machinerie sophistiquée de l’inflexion verbale basque, que nous avons déjà mentionnée timidement au chapitre précédent.

3Vous vous demanderez, une fois de plus et avec raison, ce qu’est cette histoire d’inflexion verbale ! Eh bien, l’inflexion verbale, c’est tout ce qu’on ajoute à un verbe comme apporter quand il apparaît dans sa forme conjuguée. Pour le verbe apporter, on obtient ainsi apporte, ai apporté ou encore apportais et apporterai, ses équivalents respectifs étant dakart, ekarri dut ou nekarren et ekarriko dut. En basque, l’inflexion nous indique s’il y a un sujet, si ce sujet est la première personne, la deuxième ou la troisième, si elle est au singulier ou au pluriel ; nous savons aussi s’il y a, en plus du sujet, un objet direct ou un objet indirect ; nous savons si le verbe est au présent ; nous savons s’il est à l’indicatif ou au subjonctif ; si son aspect est perfectif ou imperfectif ; nous savons qui est l’interlocuteur et quel est son degré de familiarité avec le locuteur ; nous connaissons même le genre, masculin ou féminin, de cet interlocuteur. Tout ceci, grâce à une machinerie sophistiquée dont les secrets demeurent bien gardés.

4.2. Formes verbales synthétiques et analytiques dans une langue synthétique et une langue qui ne l’est pas

4Parmi les formes conjuguées que nous venons de mentionner, nous pouvons distinguer des formes verbales synthétiques et des formes analytiques. Le lecteur doit se rappeler que, dans une langue synthétique comme le basque, nous intégrons plusieurs éléments dans un même mot, alors qu’en français, langue habituellement considérée comme analytique, nous séparons ces éléments en différents mots. Cependant, dans le domaine de l’inflexion verbale de ces deux langues, il semble y avoir aussi bien des formes synthétiques que des formes analytiques, et dans certains cas, il se peut que ce ne soit qu’un effet d’optique qui nous les fasse considérer comme analytiques et non synthétiques. Bien, posons un exemple. En basque, un verbe comme joan ‘aller’ présente des formes synthétiques. Ainsi, à la troisième personne du singulier au présent, on dit :

(31)

doa

5Cette forme synthétique s’exprime par un seul mot. Mais on peut en dire autant de son homologue française, tout aussi synthétique que la précédente :

(32)

Va

6Des différences apparaissent dans d’autres formes synthétiques en basque et français. Ainsi :

(33)

a. dakart

b. apporte

7Apparemment, nous avons un mot pour chaque langue. Cependant, si nous nous montrons plus rigoureux, nous dirons que ce qui correspond à dakart n’est pas seulement apporte mais plutôt :

(34)

a. dakart

b. je l’apporte

8On n’a donc d’autre choix que d’utiliser trois mots pour exprimer ce que nous disons en un seul mot basque. Mais bizarrement, même quand les deux langues semblent diverger, comme nous le disions plus haut, la divergence semble être plus une question de point de vue que de nature profonde de l’objet. En effet, en français, certains linguistes estiment qu’une sorte de verbe synthétique fait son apparition, portée par la phonétique. Ainsi, si nous oublions un instant l’écriture pour nous focaliser sur la prononciation, nous noterons que le verbe a tendance à se synthétiser :

(35)

a. je l’apporte

b. jl’apporte

9Cette approche, certes peu orthodoxe, permet de comprendre que cette tendance à synthétiser n’est pas si étrangère au francophone qu’il ne le pense. De même, quand le destinataire de l’action est exprimé dans le verbe, nous dirons respectivement, en basque et en français :

(36)

a. dakarkizut

b. je te l’apporte

10Nous revenons donc à l’exemple du IIe chapitre sur le bricolage et le marteau (badakarkizut, ‘je te l’apporte’). Là encore, nous nous trouvons face à un seul mot complexe en basque, contre pas moins de quatre en français. Mais la tendance phonétique exposée plus haut se vérifie ici aussi :

(37)

a. dakarkizut

b. jtlapporte

11Si les deux langues diffèrent nettement à l’écrit, on constate donc qu’à l’oral, les francophones intègrent la même somme d’informations que les bascophones dans une seule et même unité prononcée.

12Certes, cela ne nous viendrait pas à l’esprit d’écrire en basque une forme verbale composée telle que :

(38)

dakar kizu t

13(qui correspondrait à ce que nous pourrions grossièrement traduire par le-apporter te-je). Donc, ce qui ne peut s’écrire qu’en plusieurs mots en français ne peut s’écrire qu’en un seul mot en langue basque. Malgré tout, là encore, nous pouvons nous demander jusqu’à quel point la tradition écrite elle-même conditionne d’une façon ou d’une autre la perception que nous avons de l’unité du mot.

14En ce sens, il y a de nombreuses années, j’ai eu l’occasion d’entendre une réflexion de Juan Carlos Moreno Cabrera sur ces questions, lors d’une de ses délicieuses conférences, à la faculté de Lettres de l’Université du Pays Basque. Que le linguiste madrilène (qui est aussi, soit dit en passant, bascophone, et donc, plurilingue) me le pardonne, ma mémoire n’a gardé que les grandes lignes de l’esprit de cette conférence, mais j’ose dire, au risque de me tromper, que si nous posions au linguiste la question suivante : les formes verbales suivantes se ressemblent-elles ?

(39)

a. jtlapporte

b. dakarkizut

15Il répondrait sans hésiter que oui, elles se ressemblent. J’espère que cela motivera le lecteur à résister à la tentation d’abandonner ces pages avant la fin du périple. Même sur des aspects qui semblent les distinguer très nettement, on arrive à la conclusion que, sans se ressembler comme deux gouttes d’eau, elles présentent toutefois quelques traits communs.

4.3. Ce que cache l’inflexion (et ce qu’elle ne cache pas) : arguments et obliques, acteurs principaux et seconds rôles

16L’inflexion verbale basque cache un bon nombre de choses, dont certaines concernent ce que nous appelons les arguments d’un verbe. Le mot argument n’a rien à voir ici avec les acceptions que le lecteur a probablement dans son dictionnaire mental et même dans les dictionnaires de sa bibliothèque, à moins qu’il ne possède un dictionnaire technique de linguistique.

17Quand j’explique en cours de linguistique à mes élèves ce que sont les arguments, je fais généralement référence aux acteurs d’un film. Disons que les arguments sont les personnages principaux du film, ceux sans lesquels le tournage ne peut absolument pas avoir lieu. D’autres, les seconds rôles, ont une vie cinématographique plus fragile, futile et éphémère. Les premiers sont les arguments et les seconds les obliques. Si l’un des premiers disparaît, le tournage du film est interrompu. Mais si l’un des seconds disparaît, ils ne manqueront probablement même pas aux maquilleurs. La phrase est donc une sorte de film abstrait dans lequel on trouve les acteurs principaux et les autres, qu’on appelle justement les seconds rôles.

18En bonne cinéphile, je ne veux pas trop en ajouter sur les différences entre les acteurs principaux et ceux qui ne le sont pas. Toutefois, il y a certains films dans lesquels il y a clairement un seul personnage principal. Si on ramène cela à la syntaxe, cela correspond aux phrases à un seul argument. Par exemple, le célébrissime film Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet, 2001), met en scène une héroïne très atypique, Amélie, incarnée par la très douée Audrey Tautou. Nous ne rappellerons pas ici les détails de l’histoire. Les rares lecteurs qui ne l’ont pas encore vu auront le plaisir de les découvrir par eux-mêmes. De même, nous nous garderons d’encenser une fois de plus l’interprétation magnifique d’une Tautou qui avec les années, comme le bon vin, parvient à toujours se bonifier.

19Si on transposait un récit comme celui d’Amélie Poulain à la syntaxe, on obtiendrait un verbe appelé, comme le lecteur l’aura retenu de ses années d’école, un verbe intransitif, qui a un seul argument, cet unique argument étant par ailleurs le sujet de la phrase. Les verbes aller (répandre le bien) ou venir (de la rue Lepic), par exemple, sont des verbes intransitifs, et dans ces cas-là, un seul argument apparaît dans l’inflexion :

(40)

a. noa

b. nator

20Pour un francophone, cela correspondrait à :

(41)

a. vais

b. viens

21Mais parfois, aux côtés du sujet principal, on trouve un autre individu (comme le romantique Nino Quincampoix sur sa mobylette) et dans ces cas-là, on n’a plus un seul mais deux arguments. Même si le personnage principal est toujours indiscutablement le sujet, un autre personnage s’infiltre qui, bien qu’il ne soit pas l’acteur principal, ne fait pas pour autant partie des figurants qui décorent la scène. Ainsi dirons-nous, en basque :

(42)

a. noakizu

b. natorkizu

22Qui pourraient correspondre à peu près à ceci :

(43)

a. jetevais

b. jeteviens

23Si nous attachons les mots, ce n’est pas pour irriter les professeurs, mais pour montrer au lecteur le point de vue depuis lequel nous travaillons et qui permet d’observer une plus grande ressemblance entre les deux langues. Qu’elles soient écrites en un seul mot ou en plusieurs (c’est-à-dire en suivant les règles ou non), il est probable que ces formes heurtent les francophones, qui les percevront sans doute comme erronées et agrammaticales. Nous savons que le lecteur cherchera des stratégies d’amélioration ou de correction, comme d’ajouter à je te viens, quelque chose comme en aide, pour obtenir je te viens en aide. Mais dans la forme natorkizu/je te viens, il n’y a aucun autre élément que moi, Amélie, qui viens là où tu es. Rien de plus.

24Dix ans après le fabuleux film de Jean-Pierre Jeunet, un autre film français très atypique a fait le tour du globe, pour le bonheur de tous les cinéphiles. Il s’agit de The Artist (Michel Hazanavicius, 2011), sélectionné au Festival de Cannes en 2011 avant de briller dans bien d’autres pays. Dans ce film, les personnages de Georges Valentin et Peppy Miller, incarnés respectivement par un impressionnant Jean Dujardin et la non moins remarquable Bérénice Bejo, se croisent par hasard à plusieurs reprises, à des moments différents de leur carrière. Son interprétation muette magistrale a fait de Jean Dujardin le premier Français à avoir remporté l’Oscar du meilleur acteur en 2012. En recevant son prix, il ne manqua pas de remercier sa merveilleuse partenaire qui, même si elle n’a jamais été aussi primée que son collègue, a permis au rôle et à la maestria de l’acteur primé de s’épanouir, grâce à son talent de comédienne.

25Ainsi, dans certains films, les personnages principaux, primés ou pas, ne sont pas seuls, et on peut difficilement imaginer une scène dans laquelle on verrait l’un des personnages principaux sans l’autre.

26Les phrases —pourquoi se mentir ?— ne sont pas aussi passionnantes qu’une comédie musicale volontairement muette nommée dix fois aux Oscars, mais la métaphore a tout de même le mérite, d’une part, de rendre un petit hommage à un excellent film, et d’autre part, de rappeler au lecteur des choses plus vulgaires, comme le fait que les verbes ont parfois deux arguments, le sujet et l’objet, et que l’un comme l’autre sont cachés dans l’inflexion, comme le bras de Peppy dans la manche de son cavalier imaginaire. On trouve parmi ces verbes eduki ‘avoir’, eraman ‘emmener’ ou ekarri ‘apporter’, qui peuvent se conjuguer ainsi, respectivement :

(44)

a. naukazu

b. naramazu

c. nakarzu

27Dans ces exemples, na correspond à l’objet et zu au sujet. On pourrait les traduire comme suit :

(45)

a. tum’as

b. tum’emmènes

c. tum’apportes

28Le nombre de personnages principaux peut aussi dépasser le duo. Pour ne citer que quelques films français, prenons Les Valseuses de Bertrand Blier (1974), dont l’originalité réside précisément dans l’histoire d’un ménage à trois, ou, plus récemment, Huit Femmes, de François Ozon (2002), qui, comme son nom l’indique, met en scène huit personnages de même importance. Mais attardons-nous plutôt sur un film probablement moins connu de nos lecteurs, puisqu’il s’agit d’un film intégralement tourné en basque, qui a tout de même été présélectionné par l’Académie des Arts et des Sciences Cinématographiques pour la 88e édition des Oscars, dans la catégorie Meilleur Film en langue étrangère. Il s’agit du film Loreak (Jon Garaño et Jose Mari Goenaga, 2014) qui, comme le lecteur cinéphile doit le savoir, signifie ‘fleurs’ (ou ‘les fleurs’, ou ‘quelques fleurs’ ; quoi qu’il en soit, ce sont les fleurs qui importent et pas la façon dont elles sont déterminées).

29Dans ce film, contrairement à Amélie qui, seule, lutte contre la morosité du monde qui l’entoure, ou à Georges et Peppy qui font un numéro de claquettes, trois personnages principaux tournent autour des fleurs : une très vieille et très touchante Itziar Aizpuru et une bien plus jeune Itziar Ituño, qui ont toutes deux été primées lors des IIe Premios Feroz, et une troisième femme, Nagore Aranburu, qui n’a encore remporté aucun prix, mais dont la présence est cependant indispensable et d’un professionnalisme irréprochable. Ici, ce ne sont donc pas deux mais trois personnages (des femmes, qui plus est) qui supportent le poids d’un drame posé mais agité d’un certain suspense. Là encore, pour le citoyen moyen (pas pour nous), la syntaxe semblera plus triviale, mais la question consiste ici à déterminer la nature du verbe choisi et donc, le nombre de personnages principales qu’il implique (qu’on nous accorde ici l’emploi du féminin principales, puisque les trois personnages sont des femmes).

30Nous avons qualifié tout à l’heure les verbes eraman ‘emmener’ ou ekarri ‘apporter’ de transitifs, comme l’aurait probablement fait le lecteur si nous le lui avions demandé, et nous ne nous trompions pas, comme il ne se serait pas trompé. Mais ces verbes peuvent apparaître non seulement avec deux arguments, sujet et objet, mais aussi avec trois, c’est-à-dire avec un objet indirect qui s’ajoute aux deux précédents. En d’autres termes, en plus d’exprimer qui apporte quoi, la construction nous indiquera à qui on l’apporte. On appelle verbes ditransitifs les verbes à trois arguments (qui, quoi et à qui). Et une fois de plus, l’inflexion étant sage, quand la phrase compte trois personnages principaux, elle les intègre tous les trois dans le verbe. On obtient alors, en basque, des formes telles que :

(46)

a. dakarkiozu

b. daramakiozu

31qui correspondent aux formes françaises suivantes :

(47)

a. tuleluiapportes

b. tuleluiemmènes

32Ou, si nous l’écrivons correctement : tu le lui apportes et tu le lui emmènes. Précisons au passage que les verbes apporter et emmener ne sont pas les exacts équivalents d’ekarri et eraman. En effet, si le français distingue les animés (emmener) et les inanimés (apporter), le basque distingue la direction du transport : quand on amène ou —on apporte— quelqu’un —ou quelque chose— d’ici à ailleurs, on utilise eraman. Dans le cas contraire, si on fait venir à nous quelque chose ou quelqu’un, on emploie ekarri.

4.4. La rébellion des obliques

33Nous venons de découvrir les personnages principaux cachés dans l’inflexion : le sujet, l’objet et l’objet indirect. Les seconds rôles des phrases, eux, ont du mal à trouver refuge dans l’auberge de l’inflexion. Ils sont, comme nous le disions tout à l’heure, condamnés par définition à l’anonymat et à l’oubli le plus complet. Je peux ainsi dire :

(48)

a. Zurekin noa

b. Je pars avec toi

34Mais l’inflexion se fiche de savoir avec qui je pars, elle ne changera pas, que je parte avec toi ou avec Jean.

(49)

a. Jonekin noa

b. Je pars avec Jean

35Rien ne semble altérer la forme verbale fléchie : que je t’accompagne toi, ou que j’accompagne Jon ou Jean, en basque ce sera noa et en français pars. Dans ces phrases, Jonekin ou avec Jean sont des seconds rôles, tout comme autoz ou en voiture dans les exemples suivants :

(50)

a. Autoz noa

b. Je pars en voiture

36Une fois de plus, la forme verbale fléchie noa/pars ne varie pas. Les seconds rôles peuvent même être remplacés les uns par les autres sans que cela n’affecte la grammaticalité des phrases :

(51)

a. Goizez noa

b. Je pars le matin

37Naturellement, les phrases transitives agissent de la même façon. Si on leur ajoute des obliques, ils n’entreront pas dans l’inflexion :

(52)

a. Sagarra dakart zuretzat/Jonentzat

b. J’apporte une pomme pour toi/pour Jean

38L’inflexion veut savoir si j’apporte une pomme ou si je te l’apporte à toi, mais le fait que cette pomme soit pour toi ou pour Jean ou Jon lui importe peu. Zuretzat/pour toi ou Jonentzat/pour Jean sont également des obliques.

39Or, parfois, même les plus discriminés finissent par se rebeller et il arrive qu’ils parviennent à atteindre des niveaux de pouvoir auxquels un déshérité n’aurait pas même osé rêver, à l’image de Peppy Miller, qui enchaîne d’abord les seconds rôles alors que Georges est au sommet de sa gloire, avant de connaître le succès quand son collègue est au plus bas. Dans ces cas-là, les obliques deviennent arguments, et pas n’importe lesquels : les soulevés parviennent au rang d’objets. Par conséquent, le nombre d’arguments de la phrase augmente.

40Ces rébellions syntaxiques sont fréquentes dans les langues bantoues (en Afrique), les langues austronésiennes (région du Pacifique occidental) et les langues salish, mayas et uto-aztèques (Amérique du Nord et Centrale). On les appelle, en typologie linguistique et en grammaire, constructions applicatives.

41Je ne vais pas donner d’exemples des langues qui présentent ces constructions, car ils entraveraient sans doute la lecture de ce texte, mais je voudrais quand même m’y attarder un instant, de telle façon que le lecteur, qui n’est probablement pas bantou, puisse les comprendre. Prenons la dernière phrase française commentée.

(53)

J’apporte une pomme pour Jean

42Dans cette phrase, nous avons un verbe transitif conjugué (apporter, dans sa forme j’apporte), un sujet (j’), un objet (une pomme), et un oblique (pour Jean) qui est le bénéfactif de la phrase, c’est-à-dire probablement celui qui mangera la pomme, une bonne reinette par exemple, ce qui est toujours une bonne chose —sauf s’il s’agit de la pomme empoisonnée de la méchante sorcière du conte et de sa destinataire, la pauvre Blanche-Neige, auquel cas nous devrions parler de détrimentaire—. Ce bénéfactif est syntaxiquement un paysan ou un ouvrier confronté à des sujets et à des verbes des classes les plus puissantes et socialement favorisées de la phrase. Mais en pleine révolte, il peut arriver que l’oblique marqué jusqu’alors du stigmate de la préposition pour, abandonne son stigmate et que la préposition entre dans la forme verbale. On lui donnera alors le nom de (morphème) applicatif, et le rebelle, Jean, prendra la position canonique d’objet, qui serait en français immédiatement après le verbe (construction agrammaticale en français).

(54)

a. *Pourj’apporte Jean une pomme

b. *Pourj’apporte une pomme Jean

43La phrase (54a) est donc une construction hypothétique applicative dans un français tout aussi hypothétique (bantou). Dans cette phrase, la préposition pour ne précède plus Jean, elle est incorporée à la forme verbale, c’est-à-dire comme applicatif, et Jean apparaît en position d’objet. On trouve cette même histoire des applicatifs, en apparence si exotique, dans certains mots du dictionnaire français. Ainsi, on peut dire que l’avion vole au-dessus de Bilbao ou on peut intégrer la préposition au verbe et dire que l’avion survole Bilbao.

44Quand Jean est le nouvel objet de la construction applicative, la pomme, thème de la phrase, est confrontée à deux scénarios assez peu flatteurs : elle devient parfois chômeur, ainsi que l’appelle un certain modèle de grammaire, c’est-à-dire une sorte de sans-emploi auquel on aurait arraché le poste, lui faisant perdre non seulement un salaire mérité mais aussi tous ses privilèges en tant qu’objet —par exemple, en présence du rebelle, la pomme peut difficilement reprendre son ancienne position d’objet (54b)— ; parfois encore, dans des circonstances un peu moins défavorables, elle peut devenir le second à bord parmi les objets de la phrase, même si elle reste soumise à l’objet rebelle. Dans ces cas-là, la phrase (54b) serait également grammaticale —c’est le cas dans certaines langues—. Le frondeur pourrait également acquérir un autre privilège, celui de pouvoir apparaître sous forme pronominale dans l’inflexion, ce qui, dans notre cas hypothétique franco-bantou, donnerait lieu à des formes comme (55a) :

(55)

a. *Pourjeluiapporte une pomme

b. *Pourjel’apporte Jean

45Dans ces exemples, Jean est omis en tant que tel et apparaît comme pronom de l’objet lui, ce qui ne pourrait pas arriver à la pomme chômeuse, qui ne pourrait être ni omise en tant que telle ni pronominalisée.

46Par ailleurs, ce Jean rebelle qui s’est retrouvé objet de la phrase en détrônant les pommes, reinettes ou pas, empoisonnées ou pas, peut poursuivre sa révolte et même devenir le sujet d’une phrase passive construite sur une applicative précédente (celle dans laquelle la préposition pour est incorporée) :

(56)

a. *Jean est pourapporté une pomme

b. *La pomme est pourapportée Jean

47Et de nouveau, la pomme se sortirait assez mal de cette lutte intestine, puisqu’elle ne pourrait pas aspirer à être sujet dans une phrase passive en présence d’un rebelle syntaxiquement hissé par l’applicative.

48Je ne cherche pas par ces exemples hypothétiques à offenser la conscience linguistique des lecteurs francophones, qui doivent certainement être plurilingues, mais dont un petit nombre seulement, s’il y en a, possède simultanément la conscience linguistique bantoue, maya ou uto-aztèque. Je souhaite en revanche que vous sachiez qu’il existe des langues dans lesquelles les prépositions, qui précèdent les obliques, les acteurs de second rôle, s’incorporent à l’inflexion et terrassent l’hégémonie syntaxique instaurée jusque-là. Ces obliques rebelles peuvent être bénéfactifs (pour Jean), mais aussi commitatifs (avec Jean), instrumentaux (avec la hache) et même locatifs (dans l’eau). Après la révolte, tous, sans exception, deviennent objets, c’est-à-dire l’un des grands protagonistes de la phrase.

4.5. ki et une petite parenthèse

49Si j’ai parlé des applicatifs, au risque de mettre les nerfs du lecteur à l’épreuve, ce n’est pas parce que je n’avais rien de mieux à faire, mais parce qu’au sein de l’inflexion verbale basque il existe un morphème caméléon qui ressemble aux applicatives et que j’appellerai arbitrairement ki, (j’omets pour le moment les nombreuses dénominations attribuées à ce petit diablotin de la grammaire basque), puisque c’est la forme qu’il acquiert dans tous les exemples en basque analysés dans ce chapitre. Reprenons certains exemples, pour rappel :

(57)

a. noakizu

jetevais

b. natorkizu

jeteviens

(58)

a. dakarkiozu

Tuleluiapportes

b. daramakiozu

Tuleluiemmènes

50Je vous ai déjà donné ces exemples, mais jusqu’à présent j’ai délibérément ignoré la présence de ki, bien qu’il apparaisse invariablement dans toutes les formes analysées. Ce morphème est l’une des autres pièces clés de notre casse-tête et nous voulons lui dédier quelques lignes avant de poursuivre —nous y reviendrons au chapitre VI—.

51Le fait est que le statut théorique de ce morphème, sauf exceptions, n’a pas été discuté comme il se doit, mais comme je le disais plus haut, il semble s’apparenter à l’applicatif ou, si on préfère, à la préposition incorporée du bantou et d’autres langues. Ce morphème précède invariablement certains arguments ajoutés, qui ne pourraient se loger dans l’inflexion s’ils n’étaient pas précédés par le morphème, et les formes verbales conjuguées qui présentent ce morphème sans introduire un nouvel argument sont également agrammaticales. Cela apparaît dans les exemples suivants :

(59)

a. noa

je vais

b. noakizu

je te vais

c. *noazu

d. *noaki

52La forme de l’exemple (59a) correspond à je vais en français et n’a qu’un seul argument. (59b) présente, en plus du sujet, un second argument, zu, deuxième personne du singulier (je te vais) précédé de ki, soit en quelque sorte jevais-préposition-toi. (59c) est une forme incorrecte du fait de l’absence de ki en présence de l’argument ajouté zu. Enfin, (59d) est également incorrecte, mais cette fois, c’est la présence de ki en l’absence d’argument ajouté qui pose problème. Prenons des exemples similaires à partir du verbe apporter :

(60)

a. dakar

ill’apporte

b. dakarkio

Illeluiapporte

c. *dakarki

d. *dakarro

53S’agit-il bien d’un applicatif, c’est-à-dire, d’une préposition incorporée à la bantoue ? Je ne peux pas l’affirmer avec certitude, mais c’est probablement le cas. Ce que je sais, sans aucun doute possible, c’est qu’aucune analyse qui se respecte ne peut omettre la présence de cet animal morphologique apparemment endormi, mais syntaxiquement vivant.

4.6. Des étrangers au nom bizarre se sont glissés dans l’inflexion : les allocutifs

54Parfois, des étrangers, qui ne sont en rien des arguments de la phrase, s’invitent dans l’inflexion basque : ils ne sont ni sujets, ni objets, ni objets indirects. Ces étrangers ne sont pas non plus des héros de la révolte qui surgissent parmi les déshérités de la périphérie syntaxique et qui atteignent des niveaux de pouvoir en délogeant les grands protagonistes, comme ceux que nous avons vus dans notre amusant franco-bantou.

55Ces étrangers, non-arguments, sont en quelque sorte des éléments qui dépassent la phrase et la syntaxe elle-même et qui nous placent dans une certaine situation de communication, dans laquelle, quand nous parlons, nous nous adressons forcément à un interlocuteur et d’une certaine façon. Ainsi, quand nous disons, par exemple, que quelqu’un vient, qu’il apporte quelque chose ou qu’il apporte quelque chose à quelqu’un, nous ajoutons dans l’inflexion la personne à qui nous nous adressons et même le degré de familiarité avec lequel nous lui parlons. Et par un petit cadeau de la nature —comme elle en offre parfois aux mortels, sous forme d’espèces biologiques fascinantes, aux formes surprenantes et presque inimaginables—, dans une langue qui par ailleurs ne présente pas de genre morphologique (c’est-à-dire qui n’a qu’un seul et même mot auzo pour voisin et voisine, sans distinction de genre), nous trouvons des formes verbales exubérantes, qui incluent un morphème spécifique pour cet interlocuteur et qui, en outre, distinguent son genre. Ces étrangers intéressants (ils le sont toujours) sont les allocutifs.

56Ainsi, dans certaines formes que nous avons analysées et que nous reprenons ci-dessous, traduites, nous trouvons les formes allocutives correspondantes, dans la forme masculine (k) si l’interlocuteur est un homme (exemples 62b, 63b et 64b) et dans la forme féminine (n) dans le cas contraire (exemples 62c, 63c et 64c).

(61)

a. dator

‘il vient’

b. ziatorrek

c. ziatorren

(62)

a. dakar

‘il l’apporte’

b. ziakarrek

c. ziakarren

(63)

a. dakarkio

‘il le lui apporte’

b. ziakarkiok

c. ziakarkion

57Ces formes d’allocutif expriment un certain degré de familiarité avec l’interlocuteur, ce qui n’arrive pas dans toutes les formes allocutives. Elles sont donc pragmatiquement réglées et si on les utilise avec n’importe qui ou n’importe comment, on court le risque d’être malpoli ou même de manquer de respect ou d’indigner l’interlocuteur. L’architecture morphologique exquise de ces formes verbales est tout aussi fascinante que celle de la toile d’araignée qui régit socialement et pragmatiquement leur usage, comme l’a démontré Xabier Alberdi dans sa thèse doctorale. C’est peut-être l’un des aspects pour lesquels nous pouvons dire que définitivement, nous ne nous ressemblons pas (dans ce cas, nous ressemblons bien plus aux Japonais et à leurs suffixes honorifiques). Ces formes peuvent même sembler impossibles à apprendre, à traiter et d’autant plus à produire. Certains parviennent pourtant à les décrire avec une grande clarté, à l’instar de Beñat Oyharçabal, linguiste basque, pourtant né à Paris, à qui ont doit, entre bien d’autres travaux, l’étude la plus complète et la plus pertinente écrite sur les allocutifs basques à ce jour.

58Malgré les apparences, les bascophones qui possèdent ce trésor dans leur dialecte n’ont pas un esprit plus privilégié ou plus exotique que celui d’un francophone, ce qui veut dire qu’évidemment, ces formes peuvent être apprises (en toute simplicité, sans effort ni formation par les enfants, et avec discipline, dévouement et persévérance par les adultes).

4.7. Verbes auxiliaires et formes analytiques

59Jusqu’ici, la plupart des formes en langue basque présentées dans ce chapitre étaient synthétiques, et grâce à notre licence poético-grammaticale, il en était de même pour les formes en français, même si évidemment elles seraient sans doute devenues analytiques sans ces licences que nous nous sommes octroyées, si nous avions segmenté et écrit les mots selon les directives de l’Académie française (et peut-être aussi selon l’intuition de nos lecteurs francophones). Quoi qu’il en soit, si on laisse de côté te, le etc., les formes verbales telles que suis, as ou apportes sont également des formes synthétiques, qu’on appelle en grammaire française des formes fléchies (bien qu’elles soient en réalité loin de l’être). Elles se distinguent des formes analytiques, plus connues en grammaire française sous le nom de formes composées, alors que leurs homologues s’appellent périphrastiques en grammaire basque. Trois noms pour une seule et même chose ? Eh bien oui, la vie est capricieuse et son lexique aussi. Voici les formes analytiques (ou périphrastiques pour les bascophones) en basque :

(64)

a. joan naiz

b. etorri naiz

60Et leurs homologues français :

(65)

a. je suis parti

b. je suis venu

61Dans les deux langues, ces exemples présentent une même caractéristique : ils incluent un verbe appelé auxiliaire, grâce auquel nous pouvons conjuguer presque n’importe quel verbe comme bon nous semble (plus ou moins) et dire je suis parti, j’étais parti, je serais parti, etc.

62Ce verbe auxiliaire est étrange. Il pourrait sembler que l’élément fondamental de la phrase est le verbe (Au commencement était le verbe… et le verbe était Dieu), mais pour les legomanes comme nous, le verbe est une pièce lexicale, importante certes, mais peut-être pas autant que celle que nous appelons auxiliaire, puisqu’elle permet d’articuler toute l’inflexion et donc la phrase, quand, allez savoir pourquoi, tout n’entre pas dans une forme synthétique et qu’il faut la séparer en deux. Les auxiliaires sont donc aussi injustement baptisés que les seconds rôles. Nous supportons cette appellation à contrecœur, uniquement parce que nous savons que les mots, les pauvres petits mots, manquent de motivation et ont déjà le mérite d’encapsuler prodigieusement l’univers et de permettre que nous l’articulions de telle ou telle façon quand nous formons des phrases.

63Mais revenons à l’auxiliaire. Dans les temps composés, certaines langues, comme l’espagnol, le portugais et certaines variétés de catalan choisissent le verbe avoir et d’autres, comme le gallois, le gaélique écossais ou le tamoul, choisissent le verbe être. D’autres langues encore, comme le français, l’italien, l’occitan, l’allemand, le néerlandais, le portugais médiéval ou le galicien médiéval choisissent d’utiliser les deux auxiliaires, être et avoir. Dans ce cas, la langue basque ressemble davantage à son voisin français qu’à son voisin espagnol, puisqu’en basque comme en français, les deux auxiliaires sont utilisés. Ainsi, nous disons :

(66)

a. joan naiz

je suis parti

b. eraman dut

je l’ai emmené

64Contrairement à l’espagnol, par exemple, où nous dirions :

(67)

*joan dut

*j’ai parti

65Cette forme est agrammaticale dans la plupart des variétés dialectales, avec une petite exception pour le basque de la région du Baztan, dans lequel on trouve la forme gan dut (joan dut) dans le sens de « j’ai apporté » (et non pas dans le sens de « je suis parti »).

4.8. Intransitifs contre transitifs

66Compte tenu des exemples que j’ai proposés plus haut (66), le lecteur a probablement pu deviner que l’alternance des auxiliaires dont je parle fait fondamentalement écho à la distinction entre verbes intransitifs et transitifs : les intransitifs, qui n’ont qu’un personnage principal —qu’il soit une jeune femme aussi sympathique qu’Amélie Poulain ou pas—, choisissent souvent être, alors que les transitifs, ceux qui ont deux personnages qui jouent la comédie en noir et blanc, optent toujours pour avoir.

67Je dois préciser ici que, quand je dis dans ce texte qu’en basque les auxiliaires être et avoir alternent, je ne sous-entends évidemment pas que ces auxiliaires français correspondent exactement aux auxiliaires basques, mais plutôt à leur équivalent. Dans la littérature spécialisée, on parle habituellement des verbes anglais BE et HAVE, en majuscules, pour faire référence aux auxiliaires en général, sans faire référence à une langue précise. Nous pourrions faire de même, mais nous ne pensons pas que cela soit nécessaire dans un texte comme celui-ci. Il se pourrait en outre que cela soit désagréable pour les lecteurs francophones de rencontrer encore et encore la langue susdite, et nous pensons que cela ne les dérangerait pas tant ou qu’ils verraient peut-être même d’un bon œil que nous les remplacions respectivement par ÊTRE et AVOIR. En effet, nous avons, en tant que locuteurs, une perception quelque peu égocentrique de nos langues, en particulier quand il s’agit des plus puissantes. Disons que les locuteurs des langues minoritaires comme le basque sont généralement plus humbles sur le sujet et habitués à ne pas faire les gros titres, ou en tout cas pas pour les bonnes raisons.

68Mais revenons aux langues, dont le squelette (mais pas le lexique) est en principe indépendant de ces autres questions plus pragmatiques. Reprenons quelques exemples de verbes intransitifs que nous présentions plus haut, avec cette façon de traduire assez farfelue que nous avons déjà utilisée (et non avec les formes homologues françaises véritablement utilisées).

(68)

a. joan naiz

parti je suis

b. etorri naiz

venu je suis

69Ceux-ci, en revanche, sont transitifs :

(69)

a. eraman dut

emmené j’ai

b. ekarri dut

apporté j’ai

70On observe ici clairement que les verbes intransitifs comme joan ‘partir’ ou etorri ‘venir’ optent pour être, alors que les verbes transitifs comme eraman ‘emmener’ et ekarri ‘apporter’ optent pour avoir. Le choix de l’auxiliaire en fonction du type de verbe (ou plutôt du prédicat) est fréquent dans les langues comme le français, l’allemand, l’italien ou le néerlandais. Nous ne pouvons pas approfondir ici les raisons de cette alternance, mais il convient de savoir que toutes les langues ne choisissent pas l’auxiliaire en fonction de la nature transitive ou intransitive du verbe. D’autres sont, disons, plus exotiques, comme certains dialectes de l’italien et notamment le napolitain, qui choisit avoir quand le sujet est à la troisième personne et être quand le sujet est à la première ou à la deuxième personne. Mais hormis ces exceptions, en italien non dialectal, le choix de l’auxiliaire se fonde également sur la nature transitive ou intransitive du verbe :

(70)

a. sono arrivato

je suis arrivé

b. ho mangiato

j’ai mangé

71La langue basque ressemble donc sur ce point au français et à plusieurs de ses sœurs romanes. Bien que la première soit pré-indoeuropéenne et les autres indoeuropéennes, elles ne semblent pas si différentes sur ce point. Nous sommes obligés de l’admettre, même si cela peut contrarier les lecteurs bascophones, qui aiment parfois se vanter, il faut l’avouer, de l’idiosyncrasie ancestrale et de l’exotisme de la langue basque.

4.9. Participes accompagnés d’auxiliaires

72Le basque, le français, l’espagnol et l’italien présentent un autre point commun très banal. En effet, l’auxiliaire n’accompagne le verbe que quand il apparaît sous forme de participe. Le lecteur pourra consulter les exemples cités plus haut pour vérifier. En basque, il est vrai, nous le verrons, cette règle —comme toute règle qui se respecte— présente une exception ; mais la présence d’un auxiliaire indique presque systématiquement la présence d’une forme de participe. Ce qui est plus étrange et inexpliqué (mais pas inexplicable), c’est la raison pour laquelle, en basque, ce participe est généralisé non seulement dans les temps composés, comme dans les langues romanes et dans beaucoup d’autres langues, mais aussi dans toutes les formes fléchies des verbes qui n’ont pas de formes synthétiques (contrairement aux verbes qui signifient partir, venir, apporter, emmener, etc.). Ainsi, jan ‘manger’ n’a pas de formes synthétiques. On dit donc :

(71)

a. jan dut

j’ai mangé

b. jaten dut

je mange

c. jango dut

je mangerai

73Et toutes ces formes incluent un participe, qu’il soit perfectif (jan), imperfectif (jaten) ou participe futur (jango). Et même des grands maîtres de la linguistique comme Koldo Mitxelena, dont nous parlerons plus en avant, ont souligné, hormis les différences que nous devrons expliquer plus tard, les grandes similitudes que présentent le basque et d’autres langues européennes occidentales dans ce domaine. Il est toujours bon de citer ses propos :

74« Le parallèle s’établit dans les formes analytiques du verbe, que nous appelons, entre nous, périphrastiques, que ce soit en perfectum ou au futur : etorri da, egin du, est venu, ist gekommen (espagnol ancien es venido) / ha hecho, a fait, hat gemacht; joanen, joango da, litt. ‘il doit partir’, eginen, egingo du ‘il doit faire’. » (Mitxelena 1981 [2011]: 533)

75Il est fascinant de constater qu’en basque les formes du futur se composent à partir d’une forme de participe perfectif comme jan à laquelle on ajoute une marque de génitif (r)en (analogue de la préposition française de) dans les dialectes nord-orientaux et la marque ko (ou go) (également analogue de de) dans les dialectes sud-occidentaux :

(72)

a. janen dut

mangé-de j’ai

‘je mangerai’

(dialectes nord-orientaux)

b. jango dut

mangé-de j’ai

‘je mangerai’

(dialectes sud-occidentaux)

76Une fois de plus, les cours des fleuves convergent.

Annexe

77La conférence de Juan Carlos Moreno Cabrera à laquelle j’ai fait référence dans ce texte a donné lieu à une publication intitulée “Sobre la dificultad y complejidad de las lenguas. El caso del euskera.” et publiée dans la Revista de lenguas y literaturas catalana, gallega y vasca XIII éditée par l’UNED en 2007-2008, pages 199-216. Je remercie M. Moreno Cabrera de m’avoir fourni la référence de ce texte, que je ne connaissais pas. Je me réjouis de savoir, en outre, que je n’ai pas dénaturé les propos de cette conférence que j’ai mentionnés dans le texte et que, malgré mon culot d’attribuer au professeur certaines pensées sans l’avoir consulté au préalable, je n’étais pas trop loin de la réalité.

78La citation de l’œuvre de Koldo Mitxelena est extraite de l’article de 1981 “Lengua común y dialectos vascos”, publié dans l’ouvrage Palabras y textos, pages 35-55. L’article a été réédité en 2011 par Joseba A. Lakarra et Iñigo Ruiz Arzalluz dans Luís Michelena. Obras Completas. VII. Fonética y Fonología, Morfosintaxis y Dialectología, pages 517-543.

79La thèse de Xabier Alberdi intitulée Euskararen tratamenduak: erabilera, a été publiée en 1994 à Bilbao par Euskaltzaindia.

80L’étude des allocutifs de Beñat Oyharçabal, « Verb agreement with non arguments: On allocutive agreement », a été publiée en 1993 par J.I. Hualde & J. Ortiz de Urbina, Generative studies in Basque linguistics. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins.89-89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beatriz Fernández Fernández, « IV. Manuel d’urgence ou comment comprendre sommairement la nature sophistiquée de l’inflexion basque »Lapurdum, Numéro spécial 5 | 2020, 41-57.

Référence électronique

Beatriz Fernández Fernández, « IV. Manuel d’urgence ou comment comprendre sommairement la nature sophistiquée de l’inflexion basque »Lapurdum [En ligne], Numéro spécial 5 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/3889 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lapurdum.3889

Haut de page

Auteur

Beatriz Fernández Fernández

UPV/EHU
beatriz.fernandezf@ehu.eus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search