Navigation – Plan du site

AccueilNumérosNuméro spécial 5V. L’étrange cas de l’ergatif

V. L’étrange cas de l’ergatif

Beatriz Fernández Fernández
Traduction de Nahia Zubeldia
p. 59-73

Texte intégral

Sujets, objets, parures et cas. Sujets connus et objets reconnaissables. N’allons pas berner Holmes. L’étrange cas de l’ergatif. Les langues ergatives, une excentricité de la nature. S’obstiner dans l’erreur. À propos de Watson (et de l’absolutif).

5.1. Sujets, objets, parures et cas

1Nous avons exploré au chapitre précédent les profondeurs de l’inflexion verbale basque et nous avons parlé des personnages principaux de la phrase qui s’expriment explicitement dans les formes conjuguées du verbe. Vous vous rappelez sans doute que ces personnages principaux sont le sujet, l’objet direct et l’objet indirect. Dans ce nouveau chapitre, nous observerons exclusivement les deux premiers, puisque le troisième n’interfère en rien dans la question que nous allons analyser ici. En revanche, nous lui consacrerons entièrement le VIIe chapitre.

2Le chemin que nous avons emprunté au chapitre précédent pour approcher les sujets et les objets est, il faut le dire, contraire à celui que les linguistes prennent habituellement quand ils étudient cette question. Souvent, quand les linguistes et les grammairiens parlent de sujets et d’objets, ils font référence (sans se pencher nécessairement sur l’inflexion verbale) à des choses telles que :

(73)

a. Sherlock Holmes vivait au 221B de Baker Street

b. Sherlock Holmes analysa la lettre avec attention

3Dans la première phrase, Sherlock Holmes est le sujet (qui vivait au 221B imaginaire de la rue Baker Street) —rappelons que le verbe intransitif vivre ne peut donner lieu qu’à des histoires à un seul personnage principal—. Le sujet est le même dans la phrase (73b), dans laquelle il analyse quelque chose, la lettre, qui est l’objet direct —dans ce cas, le verbe (analyser) est transitif, et donc, il y a deux personnages principaux—. Sherlock Holmes est donc le sujet des deux phrases et la lettre, l’objet direct de la seconde (la première n’a pas d’objet). Désormais, et jusqu’à nouvel ordre, nous allons reprendre ce chemin pour parler de sujets et d’objets, et nous ferons référence à des choses syntaxiques comme Sherlock Holmes et la lettre sans nous arrêter, pour le moment, sur l’inflexion verbale.

4La présence de sujets et d’objets n’est pas une spécificité des langues comme le français, le basque ou d’autres langues que le lecteur pourrait avoir en tête. C’est une caractéristique qui semble inhérente aux langues naturelles, autant que le fait même d’être des langues, ce qui n’est d’ailleurs pas étonnant, puisqu’il ne pourrait y avoir de bonne histoire sans protagoniste. Même dans ces films (français) dans lesquels, comme dit le grand Woody Allen, on peut voir pousser l’herbe, même dans ceux-là, il y a un protagoniste (en plus de l’herbe, évidemment).

5Mais ce qui est étrange, ce n’est pas que les langues aient des sujets et des objets et qu’elles racontent des histoires avec plus ou moins d’intrigue. Ce qui est étonnant, c’est que ces sujets et ces objets apparaissent avec toutes sortes de parures qui nous permettent, en tant que locuteurs, de les identifier comme tels. Par exemple, on ne peut penser au fameux détective de nos exemples sans revoir sa célèbre casquette de chasseur (appelée deerstalker en anglais) qui a une visière devant et derrière pour couvrir le visage et le cou, et deux oreilles qui s’attachent sur la partie supérieure. Cette casquette de chasse illustrée par erreur par Sidney Paget dans la nouvelle Le Mystère du Val Boscombe (dans Les aventures de Sherlock Holmes, Arthur Conan Doyle, 1891) et remplaçant l’originale, une casquette en tissu, est devenu le signe distinctif de notre cher personnage. En plus de cette casquette de chasse, nous imaginons toujours le détective avec sa fameuse pipe Meerschaum (écume en allemand), qui doit en réalité son nom suggestif à un minéral, la sépiolite, avec lequel on fabrique la pipe en question. Or, cette pipe n’appartenait pas plus à l’imaginaire de Conan Doyle que sa typique casquette. Elle fut popularisée à partir de l’interprétation de William Gillette, à partir de la fin du xixe siècle, sur une scène de théâtre. Erreurs ou pas, originales ou réinventions, la casquette de chasseur et la pipe courbée évoquent l’inoubliable détective. Tout comme son long manteau de tweed, que portait Basil Rathbone dans les films classiques américains du milieu du xxe siècle puis remplacé par l’élégant Milford de pure laine irlandaise, d’une maison dont nous n’avons pas l’intention de faire la publicité, arboré par un brillantissime Benedict Cumberbatch (et auquel le manteau sied à merveille) dans l’excellente série de la BBC Sherlock. Quoi qu’il en soit, cela n’empêche pas l’élémentaire, mon cher Watson, de perdurer, ni les signes distinctifs du héros imbattable de traverser les décennies.

6Je me suis tant étendue sur Holmes qu’il ne me reste quasiment plus d’encre pour Watson, mais comme il a plutôt l’habitude de passer inaperçu et de ne pas avoir autant d’attention que son collègue, je suppose qu’il me pardonnera, à moi aussi. Quoi qu’il en soit, chacun a son habillement et sa façon d’être, mais ils sont aussi reconnaissables l’un que l’autre.

7Là encore, les langues sont plus sobres et discrètes que les merveilleux personnages créés par des esprits puissants comme celui de Conan Doyle et recréés par des illustrateurs, des dessinateurs et des acteurs, mais le point commun que nous voudrions souligner est le suivant : dans les langues comme au cinéma, les sujets et les objets s’habillent chacun à sa façon. Certes, ils n’arborent pas de manteau de laine ni de casquette de chasse ni de pipe écume de mer, mais une tenue en apparence —et seulement en apparence— moins élaborée, que les linguistes appellent cas.

5.2. Sujets connus et objets reconnaissables

8Cette tenue que nous appelons cas marque d’une façon bien particulière les arguments de la phrase, même s’il est vrai que parfois nous n’observons pas cette marque, précisément parce qu’elle se caractérise par son absence, ce qui, par ailleurs, pourrait tromper un esprit inductiviste de taille comme celui d’Holmes. Reprenons les deux exemples de ce chapitre.

(74)

a. Sherlock Holmes vivait au 221B de Baker Street

b. Sherlock Holmes analysa la lettre avec attention

9Comme je le disais plus haut, Sherlock Holmes est le sujet de ces deux phrases et il ne présente de marque morphologique qui nous permettrait de l’identifier ni dans l’une ni dans l’autre. Ce qui semble indéniable, et Holmes lui-même le reconnaîtrait immédiatement, c’est que ce sujet non marqué apparaît toujours de la même manière en français et ne semble pas se soucier du fait que l’un des verbes soit intransitif (vivre) et l’autre transitif (analyser).

10Toutefois, Holmes ne se satisferait sans doute pas des preuves les plus immédiates et les confronterait à d’autres, pour vérifier que ces preuves pointent effectivement vers un même fait irréfutable : tous les sujets se marquent de la même manière, ou plutôt se non-marquent de la même manière. Il penserait donc probablement à sa propre langue, qui lui offrirait de nouvelles preuves à confronter aux françaises. Il penserait donc à des phrases telles que :

(75)

a. Sherlock Holmes lived at 221B Baker Street

b. Sherlock Holmes examined the letter carefully

11Il se peut qu’il poursuive selon la même méthode et complète l’échantillon avec d’autres langues, qui lui donneraient de nouvelles preuves pour corroborer ou au contraire démentir son hypothèse sur le marquage des sujets. Supposons qu’il s’arrête alors sur une langue des temps lointains mais qu’il connaîtrait également. Il se remémorerait peut-être ses connaissances du latin pour construire des phrases telles que :

(76)

a. Magistra venit

la maîtresse vient

b. Magistra puellam videt

la maîtresse la fille voit

12Comme dans les phrases en français et en anglais, le sujet magistra (de magistra, magistrae, maîtresse) est ici aussi identique dans les deux phrases, bien qu’il s’agisse de phrases contenant des verbes bien différents : intransitif pour l’une (veneo, venire... ‘venir’) et transitif pour l’autre (video, videre… ‘voir’). Ici encore, Holmes ne pourrait que confirmer qu’il avait vu juste, c’est-à-dire que tout sujet se marque de la même manière, indépendamment de la langue.

13Holmes ne s’arrêterait probablement pas là. Trop ennuyeux. Il observerait certainement l’objet présent dans la phrase transitive, pour vérifier sa forme. Et il poursuivrait même, sans doute, en retournant les choses, c’est-à-dire en plaçant la maîtresse en position d’objet et la fille (puella, puellae) en position de sujet, auquel cas il obtiendrait :

(77)

a. Puella venit

la fille vient

b. Puella magistram videt

la fille la maîtresse voit

14Eureka ! Il confirmerait ainsi que non seulement les sujets se marquent de la même manière, mais aussi que quand ils changent de position et apparaissent comme objets, ils acquièrent une forme différente : si la fille apparaît en position de sujet, elle est puella ; mais si elle est, au contraire, en position d’objet, elle est puellam. Il arrive à peu près la même chose à la maîtresse, qui est magistra en position de sujet et magistram en position d’objet. Cette forme particulière qu’acquièrent les filles et les maîtresses aux yeux de Holmes est précisément due aux parures de sujets et d’objets dont nous parlions plus haut. Le cas de puella est le cas nominatif —cela rappellera peut-être au lecteur ses cours du collège—, alors que le cas de puellam est l’accusatif. Les langues comme le latin, qui marquent le sujet d’un même cas et le distinguent de l’objet par un cas différent, sont appelées par les spécialistes langues nominatives-accusatives ou simplement accusatives. Toutes les langues romanes, les plus proches (le français, l’occitan, le catalan, l’espagnol…) comme les plus lointaines, et même l’anglais de Holmes et d’innombrables langues indoeuropéennes —mais pas toutes— et d’autres langues plus éloignées et pas nécessairement indoeuropéennes, comme le mosquito de la côte atlantique nicaraguayenne, sont de cette nature.

5.3. N’allons pas berner Holmes

15Cette transparence morphologique du latin ne vaut peut-être pas pour des langues comme l’anglais, dont l’évolution historique a progressivement élimé l’inflexion, nominale cette fois, c’est-à-dire celle qui correspond, entre autres, au cas dont nous parlons. Ainsi, les traits morphologiques, qui sont clairement marqués dans certaines langues, comme en latin, sont nettement moins évidents dans d’autres et doivent être reconstruits à partir de traits morphologiques que la langue nous offre çà et là et que Holmes serait évidemment en mesure d’interpréter (même s’il resterait à savoir comment). En effet, en anglais, cette distinction morphologique entre certains sujets et certains objets n’est pas aussi évidente qu’en latin. Voici un échantillon (ou deux), pour exemple :

(78)

a. Sherlock saw Watson

b. Watson saw Sherlock

16Sherlock est Sherlock, en position de sujet comme en position d’objet. Pareil pour Watson, qui est Watson, qu’il voie ou qu’il soit vu. Un inductiviste strict dirait donc probablement que la façon de marquer les sujets et les objets en anglais n’est pas la même qu’en latin, mais là encore, il serait surpris de constater que, quand il s’agit de pronoms, la différence entre sujets et objets semble réelle.

(79)

a. He went home

*il vint maison

b. He saw her

*il vit elle

c. She saw him

*elle vit lui

17Ainsi, un pronom masculin à la troisième personne du singulier comme he prend la forme he quand il apparaît en position de sujet, et se présente sous la forme him en position d’objet. De même, son équivalent féminin she, s’écrit she en position de sujet et her en position d’objet. Ceci est évidemment dû au fait que le pronom se marque d’un cas ou de l’autre dans chaque position syntaxique (de sujet ou d’objet). En effet, he n’est pas seulement le pronom masculin de troisième personne du singulier, mais le pronom masculin de troisième personne du singulier au nominatif (le cas du sujet) et him est son équivalent à l’accusatif (le cas de l’objet). Comme vous pourrez le vérifier ci-dessous, les deux formes ne sont jamais interchangeables : le pronom accusatif ne peut occuper la position de sujet (a,b,c), et le pronom nominatif ne peut pas occuper la position d’objet (d,e).

(80)

a. *Him went home

*il vint maison

b. *Him saw her

*il vit elle

c. *Her saw him

*elle vit lui

d. *He saw she

*il vit elle

e. *She saw he

*elle vit lui

18À ce point de l’enquête, Holmes serait contraint de décider comment interpréter les données de (78) où ni Sherlock, ni Watson ne se distinguent morphologiquement comme sujets et objets, c’est-à-dire à travers une marque morphologique de cas. Évidemment, nous ne pouvons pas affirmer comment il le ferait. Il penserait probablement que ce système de cas et celui des pronoms dans la même langue sont deux choses différentes, comme l’affir­ment de nombreux typologistes inductivistes. Mais il se peut aussi que, même en étant un inductiviste convaincu, il se laisse un tout petit peu séduire par la déduction et qu’il consente que les objets Watson et Sherlock, même s’ils ne présentent aucune marque de cas qu’on puisse distinguer morphologiquement comme en latin ou comme celle que nous observions dans les pronoms anglais, pourraient tout de même être considérés comme marqués d’une marque de cas accusatif abstraite qui les marquerait de manière tout aussi abstraire en tant qu’objets. Cette question serait déterminante pour comprendre le système de cas en anglais et savoir s’il équivaut à celui du latin. Quoi qu’il en soit, ni Holmes ni personne d’autre ne mettrait en doute que la langue en question possède d’autres mécanismes syntaxiques, comme l’ordre des mots, qui permettraient sans aucun doute de parler de sujets ou d’objets et de leur grande asymétrie. Hormis quelques différences —petites pour les déductivistes et pas si petites pour les inductivistes holmesiens (ou sherlockiens)—, le paysage français ressemble à ce que nous avons vu en anglais, et nous ne pensons pas que cela surprenne beaucoup Holmes. Le mystère ne se cache cependant pas très loin du numéro impossible de Baker Street.

5.4. L’étrange cas de l’ergatif

19La linguistique, comme parfois les locuteurs, a péché par européocentrisme en considérant les caractéristiques fondamentales des langues européennes, et plus précisément de certaines d’entre elles, comme caractéristiques fondamentales de toutes les langues naturelles. En effet, la linguistique est faite par des linguistes, qui sont humains et donc non exempts des faiblesses auxquelles l’humain est soumis, par le simple fait d’en être un.

20Ainsi, ce que nous considérons comme vrai ne l’est souvent que jusqu’à un certain point, ce point crucial où il cesse de l’être. C’est exactement ce qui se produirait si nous considérions notre chapitre comme clos après avoir analysé avec plus ou moins d’attention beaucoup de langues parmi celles que la linguistique, pour diverses raisons, a étudiées avec le plus de soin et d’attention dans son histoire, à quelques exceptions près.

21Mais revenons à Holmes et à sa méthode. L’échantillon qui lui servirait de point de départ serait crucial, et dans cet échantillon, des langues comme celles que nous avons analysées dans ce chapitre lui permettraient d’avancer vers une certaine vérité, bien qu’elle ne soit probablement valable que provisoirement. Cependant, avant même de commencer à analyser l’échantillon, Holmes considérerait les possibilités logiques qui existent pour marquer les sujets et les objets, et il réaliserait sans doute que face à la possibilité que tout sujet soit marqué de la même manière et que cette marque diffère de celle de l’objet, il pourrait également logiquement arriver que tous les sujets ne soient pas marqués de la même manière. L’échantillon analysé jusqu’ici montrerait que cette possibilité logique n’est pas attestée, mais cela pourrait être dû à la nature de l’échantillon et non pas à l’absence réelle de cette possibilité logique.

22Supposons ainsi qu’il étende son étude à une langue plus méconnue et moins étudiée à cette époque, même si de nombreux travaux du prince Louis Lucien Bonaparte —neveu d’un Bonaparte plus célèbre— qui fut l’un des grands piliers de la dialectologie basque classique, étaient déjà publiés. Il nous plaît d’imaginer que Holmes, en homme cultivé ayant étudié dans de prestigieuses universités comme celle d’Oxford ou de Cambridge, devait au moins avoir vent de l’existence de choses aussi petites que la langue basque. Même s’il n’étudia certainement pas cette langue dans ces universités, à la différence du français et de l’allemand, et même s’il n’en apprit probablement pas l’existence grâce à son bagage universitaire, nous savons qu’il vécut enfant à Bordeaux et à Pau, c’est-à-dire très près du Pays basque. Nous pouvons donc penser qu’il fut au moins au courant de son existence. Et si ce n’est lui, peut-être que Watson, celui que beaucoup considéraient comme l’alter ego de Conan Doyle, en savait quelque chose. Supposons en somme qu’il intègre, pour une raison ou pour une autre, le basque à son échantillon d’étude. Il obtiendrait alors les phrases suivantes, qui correspondent à celles que nous avons analysées en français et en anglais.

(81)

a. Sherlock Holmes Baker Street-eko 221B-n bizi zen

b. Sherlock Holmesek gutuna aztertu zuen arretaz

23Ces deux phrases ont le même sujet que leurs homologues, Sherlock Holmes, qui apparaît tel quel dans la première phrase, sans aucune marque pour l’identifier, c’est-à-dire, non-marqué, comme en français ou en anglais. Mais voilà que dans la seconde phrase, celle dans laquelle il analyse la lettre (gutuna) avec attention (arretaz), celle qui est transitive, Holmes porte une marque inattendue, un cas, marqué, -(e)k, qui semble démentir la vérité présumée jusqu’ici, à savoir que tout sujet se marque de la même manière et avec un même cas. Ainsi, après observation des preuves, et malgré l’imprévisibilité de la découverte, Holmes se trouverait face à l’étrange cas -(e)k, marquant le Sherlock Holmes de la seconde phrase.

24Il tenterait alors de l’isoler dans des phrases peut-être plus simples (sans obliques), pour pouvoir le voir plus nettement. Il reviendrait sur ses phrases latines précédentes et chercherait leurs équivalents basques :

(82)

a. Andereñoa dator

la maîtresse vient

b. Andereñoak neskatoa ikusi du

la maîtresse la fille vu a

25Il placerait ensuite la fille (neskatoa) en position de sujet et la maîtresse (andereñoa) en position d’objet :

(83)

a. Neskatoa dator

la fille vient

b. Neskatoak andereñoa ikusi du

la fille la maîtresse vu a

26Et il confirmerait qu’il y a bien une même marque de cas –cette fois -k et non pas -(e)k, qui marque le sujet dans toute phrase transitive et qui s’ajoute à une voyelle qui correspond au déterminant -a.

27Il insisterait et construirait même une phrase transitive dans laquelle le sujet ne présenterait pas cette marque de cas -k, pour s’assurer de son statut et de son importance, mais cela l’amènerait invariablement à des phrases agrammaticales comme les suivantes :

(84)

a. *Andereñoa neskatoa ikusi du

*la maîtresse la fille a vu

b. *Neskatoa andereñoa ikusi du

*la fille la maîtresse a vu

28Pour poursuivre son expérimentation, il tenterait d’appliquer l’usage de cette marque aux sujets de phrases intransitives et il observerait que cette marque -k ne peut se greffer aux sujets dans les phrases intransitives, qui s’en trouveraient altérées.

(85)

a. *Andereñoak dator

*la maîtresse vient

b. *Neskatoak dator

*la fille vient

29Il en conclurait donc qu’un étrange cas, bien différent de ceux de l’anglais, du latin et du français, apparaît en basque. Ce que Holmes, malgré sa formation importante, ignorerait, c’est que cet étrange cas avait déjà été découvert par un certain Fabricius, qui l’appela, dans le cadre d’une étude sur la langue esquimaude du Groenland en 1801, nominativus transitivus, réservant le nom de nominativus intransitivus à son équivalent (non-marqué) dans les intransitives. Quoi qu’il en soit, le nom qui s’est généralisé pour ce cas est l’ergatif, (du grec ergon ‘travail’). Nous devons cette désignation à Adolf Dirr, l’auteur en 1912 d’une description du routoul, langue caucasienne nord-orientale dans laquelle on atteste ce cas, comme en basque et en esquimau du Groenland (son alter ego non-marqué s’appelle l’absolutif). Cela date de deux ans seulement avant que nous ne perdions définitivement la piste de notre détective. On peut donc soupçonner qu’il finit par classer sans suite cet étrange cas de l’ergatif.

5.5. Les langues ergatives, une excentricité de la nature

30Une langue ergative comme le basque aurait supposé un véritable défi pour l’esprit analytique d’un détective de langue accusative comme Holmes. Cela lui aurait plu, nous n’en doutons pas une seconde. Revenons sur certaines données déjà analysées dans ce chapitre, pour découvrir quelques clés de ce défi.

31Évidemment, la première clé concerne la présence dans les phrases transitives comme (86b,c) de cet étrange cas sur lequel nous nous sommes penchés, l’ergatif. Sa présence est surprenante, puisqu’il marque certains sujets (86b,c) et pas d’autres, comme celui de l’exemple (86a). Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Si nous écartons pour le moment l’ergatif pour observer l’autre cas, l’absolutif, non-marqué et plus discret, ou comme on dit, effacé (une sorte de Watson rapporté aux cas), nous observerons que ce cas s’assigne non seulement au sujet de la phrase intransitive de (86a) mais aussi à l’objet de (86b,c).

(86)

a. Andereñoa dator

la maîtresse vient

b. Andereñoak neskatoa ikusi du

la maîtresse la fille vu a

c. Neskatoak andereñoa ikusi du

la fille la maîtresse vu a

32Ainsi, andereñoa (la maîtresse) apparaît à l’absolutif aussi bien en position de sujet dans la phrase intransitive (86a) qu’en position d’objet dans phrase transitive (86c). Pour un locuteur de langue accusative dans laquelle les deux fonctions bien différenciées de sujet et d’objet se marquent chacune avec son cas et ne se mélangent absolument jamais, cela peut sembler, dans le meilleur des cas (c’est le cas de le dire), une excentricité de la nature, intolérable pour beaucoup, que certains se dépêcheraient même de corriger. Ce ne serait pas le cas de Holmes, bien sûr, qui se contenterait de sourire, d’allumer sa pipe d’un geste atavique et de cacher sa surprise. En fin de compte, son esprit ayant déjà pointé la possibilité logique de l’existence d’une langue de cette nature, le fait de finir par la découvrir ne lui semblerait pas si insensé.

33Ce genre d’excentricités biologiques est peu répandu en Europe, dont la carte est majoritairement accusative. Nous pouvons toutefois revenir sur l’exemple du routoul, qui généralisa le terme d’ergatif et qui est parlée en République du Daghestan, en Russie, par une population d’environ 30 000 locuteurs. Beaucoup d’autres langues du Caucase sont ergatives, et même si elles sont situées à cheval entre l’Europe de l’Est et l’Asie Occidentale, il n’en demeure pas moins que beaucoup de ces langues, comme le géorgien, langue kartvélienne, sont parlées en Europe et en Asie. Des liens de parenté ont été établis à plusieurs reprises entre le basque et les langues du Caucase, entre autres. Le fait que beaucoup de ces langues soient de nature ergative, comme le basque, ce qui est géographiquement exceptionnel, n’y est probablement pas pour rien. Quoi qu’il en soit, laissons cette question à d’autres experts. En outre, je fais partie de ceux qui ne s’intéressent pas beaucoup aux possibles orphelinages. Nous savons, au bout du compte, que le basque est une langue naturelle parmi tant d’autres et que ses caractéristiques, plus ou moins extravagantes aux yeux d’un étranger (contrairement aux locuteurs natifs), ne se trouvent sans doute pas chez ses voisines les plus proches, mais certainement dans d’autres langues, qui ne sont pas pour autant ses sœurs ni ses cousines germaines. Ce n’est pas Holmes qui me contredirait.

34La famille berbère est également une famille de langues ergatives, parmi lesquelles on trouve le tamazight ou le guanche —qui s’est éteint—. Comme pour les langues caucasiennes, les linguistes ont souvent tenté d’établir des liens de parenté entre les langues berbères et le basque. En revanche, sauf exception —il en faut toujours—, presque personne ne cherche de lien de parenté entre le basque et le bourouchaski, langue isolée (génétiquement) du Pakistan, également ergative. De même, à ma connaissance, personne ne cherche à rapprocher le basque des langues eskimo-aléoutes ni des langues mayas, pourtant ergatives… mais ce n’est peut-être qu’une question de temps. Finalement, cela expliquerait peut-être non seulement la nature ergative excentrique des deux langues, le basque et le bourouchaski, mais aussi la tendance himalayiste des Basques et la prouesse de Martin Zabaleta, premier Basque à avoir atteint le sommet de l’Everest avec le sherpa Pasang Temba lors de l’expédition mythique de 1980 qui est entrée dans l’imaginaire collectif des Basques. Si, au contraire, on établissait un lien de parenté entre le basque, le tzotzil et le tzeltal, cela justifierait notre jeu de pelote, déjà attesté, toutes différences gardées, dans les ruines mayas, mais aussi les grands succès des meilleurs joueurs de pelote à main nue de notre histoire, comme le grand Julián Retegi. Quant à chercher des liens avec le t­chouktche de la famille tchouktches-kamchadales —les cinéphiles auront établi le lien avec la péninsule Kamchatka, du film du même nom, réalisé par Marcelo Piñeiro en 2002—, ou avec la langue des Inuits du Groenland ou avec certaines langues aborigènes australiennes, nous l’avons dit : patience, cela viendra.

5.6. S’obstiner dans l’erreur

35Nous venons de nous pencher sur l’excentricité de la langue basque. Un homme comme Holmes, tout aussi excentrique, ne pourrait qu’éprouver de la sympathie pour elle, et ne chercherait pas à la remettre sur le droit chemin. Que son addiction à la cocaïne ait été aggravée ou pas par son autre moi plus cinématographique, cela fait débat, mais cette addiction, aux côtés de sa passion pugilistique, goût difficilement compatible avec son Stradivarius, son intérêt pour l’apiculture et d’autres traits plus intrinsèques de sa nature comme son arrogance et sa misogynie discutée, font toutes partie de son idiosyncrasie, et il serait difficile de comprendre le personnage sans toutes ces facettes.

36La langue basque et les Basques ont bien des réputations à travers le monde —des bonnes et des moins bonnes—. Entre autres, on dit que les Basques sont farouches et taiseux, mais aussi particulièrement têtus, avec une tendance particulière à s’obstiner dans l’erreur. En effet, l’entêtement, si bien dépeint dans la chanson Madeleine, de Jacques Brel, dans laquelle il attend tous les jours sa dulcinée qui ne vient jamais, n’est ni le propre de Holmes ni celui du grand Jacques. Elle touche aussi les Basques et leur langue, qui portent des extravagances biologiques comme l’ergatif à des limites insoupçonnées, de telle sorte que celui qui les observe ne puisse avoir aucun doute sur le sujet.

37Que notre cher lecteur veuille bien se remémorer quelques aspects que nous avons abordés au sujet de l’inflexion verbale, et notamment ceux qui concernaient les sujets et les objets. Cette fois, nous allons dépasser la périphérie et pénétrer dans les limites des formes conjuguées du verbe. La question est la suivante : si une langue comme le basque distingue par le cas ergatif les sujets des phrases transitives et par le cas absolutif ceux des phrases intransitives, comment cette langue exprime-t-elle les sujets dans le domaine de l’inflexion verbale ? Dispose-t-elle d’une seule forme pour tous les sujets, ou en utilise-t-elle deux ? Holmes, dans sa lutte contre les conséquences de ses propres extravagances et aussi obstiné dans ses erreurs que les Basques, ne douterait pas un seconde : il répondrait qu’elle en a deux, évidemment. Et il n’aurait pas tort.

38Prenons quelques exemples et ajoutons une chose que nous avons volontairement omise jusqu’à présent pour ne pas déranger le lecteur avec des questions terminologiques cruciales pour les experts mais réellement superflues quand on cherche à faire passer de façon fluide la connaissance la plus intime et intuitive autour de l’univers et donc, des langues.

39Nous avons évoqué les sujets et les objets à deux reprises dans ce livre. D’abord au chapitre précédent, quand nous avons abordé l’inflexion verbale, puis dans celui-ci, où nous avons étudié attentivement les marques de Sherlock Holmes et de ses amis dans la phrase et où nous avons introduit la notion de cas. Mais quand nous disons sujet et objet, stricto sensu, nous faisons référence à ces derniers (Sherlock etc.), alors que dans l’observation de l’inflexion verbale, on parle plutôt de clitiques de sujets ou d’objets (ou encore de concordance, de façon plus générique). Pour mieux comprendre cette notion, revenons à nos exemples, en analysant non plus seulement le marquage des arguments (sujets et objets) et leur cas (ergatif ou absolutif), mais aussi les clitiques qui leur correspondent dans la forme verbale.

(87)

a. Ni etorri naiz

je venu suis

‘Je suis venu’

b. Zuk ni ikusi nauzu

tu moi vu m’as

‘Tu m’as vu’

c. Nik zu ikusi zaitut

je tu vu t’ai

‘Je t’ai vu’

40Avançons pas à pas. Dans la première phrase (87a), le sujet ni ‘je’ est marqué à l’absolutif, comme dans la phrase (87b), dans laquelle il apparaît en position d’objet. Dans la phrase transitive (87c), en revanche, le sujet porte l’étrange marque de l’ergatif -k dont nous avons parlé dans ce chapitre.

41Observons maintenant les formes verbales, pour voir comment s’articule le système de clitiques. Quand la phrase est intransitive (87a) et donc, le sujet absolutif (ni ‘je’), le clitique est na. En revanche, quand la phrase est transitive (87c) et donc, le sujet ergatif (nik ‘je’), le clitique de ce sujet ne sera pas na avant la racine, mais t après la racine. On ne peut donc en aucun cas attribuer un même clitique aux deux sujets. D’autre part, quand le pronom de la première personne du singulier est l’objet de la phrase (87b), le clitique est le même que pour ce pronom comme sujet intransitif (87a), c’est-à-dire na. En bref, le système de cas est déjà limpide, mais pour les éternels sceptiques qui émettraient encore des doutes, le système de clitiques vient corroborer ce que nous avions déjà décelé (les sujets se distinguent les uns des autres et l’objet porte la même marque que le sujet de la phrase intransitive).

42Par conséquent, parler des clitiques de sujet et d’objet, comme nous l’avons fait pour simplifier les choses au chapitre précédent, ne semble pas le plus approprié pour le basque (ni pour les autres langues de même nature), car il n’y a pas un seul clitique de sujet mais deux et, en outre, le même clitique correspond à la fois au sujet des intransitives et à l’objet des transitives. C’est pourquoi les linguistes préfèrent parler de clitiques ergatifs et absolutifs et non de clitiques de sujet et d’objet, désignations sans doute plus familières pour le lecteur.

43En d’autres termes, la langue, comme Holmes, Jacques Brel et nous-mêmes, demeure absurde mais délicieusement obstinée dans l’erreur.

5.7. À propos de Watson (et de l’absolutif)

44L’immense talent analytique de Holmes et sa capacité innée et presque surhumaine d’élucidation ont indéniablement privé le Dr. Watson de toute possibilité de se démarquer en présence (et même en l’absence omniprésente) de son collègue. Pourtant, le Dr. Watson, s’il n’a pas les qualités de détective de Holmes, peut se targuer d’une excellente formation de médecin, et d’une grande expérience acquise pendant plusieurs années en tant que chirurgien dans l’armée britannique. Il ne pratique pas la boxe comme Holmes, mais il pratique le rugby. Il constitue, par sa prestance victorienne, sa discrétion et son humanité, le contrepoint parfait d’un Holmes tout aussi irrésistible qu’insupportable.

45La comparaison que j’ai établie plus haut entre Watson et l’absolutif n’est pas triviale. Disons que Holmes et l’ergatif se sont taillé, chacun sur son terrain, la part du lion et une célébrité démesurée, à laquelle Watson et l’absolutif ont survécu difficilement, sur un second plan pour le moins discret. Mais n’oublions pas que Watson reste le sempiternel narrateur, l’incontournable voix off qui nous a raconté tant d’histoires, et que si l’ergatif racontait sa propre histoire, il ne s’en sortirait probablement pas aussi bien.

46En effet, si les langues accusatives présentent clairement une asymétrie entre sujets et objets et si cette asymétrie se manifeste morphologiquement à travers le cas (et des clitiques), doit-on en conclure que dans les langues ergatives, où les sujets ne sont pas toujours marqués de la même façon et où certains sujets sont même marqués comme les objets, doit-on supposer, donc, que les sujets et les objets ne se distinguent pas clairement ?

47La réponse est non. En effet, si nous parlons de sujets et d’objets dans la description des langues ergatives, ce n’est pas pour mettre le lecteur sur une fausse piste et le mener vers une voie sans issue ni pour lui démontrer de façon un peu perverse que les sujets et les objets n’existent pas dans ces langues. Cependant, dans certaines constructions dans lesquelles nous pourrions supposer que l’argument qui présente l’ergatif, c’est-à-dire le cas marqué, étrange, excentrique, exotique et coloré, doit constituer l’axe fondamental qui soutient les piliers syntaxiques de la construction, il se trouve que cet argument marqué de l’ergatif est celui qui est vilipendé par la syntaxe qui, contre toute attente, préfère un Watson moins brillant mais à la moustache nette et consistante : elle préfère l’absolutif.

48Ces constructions dont nous parlons ont été analysées très attentivement dans la bibliographie spécialisée, et elles supposent l’interprétation de catégories que la grammaire théorique francophone appelle vides, contrairement à la grammaire théorique en anglais et en basque, qui appellent ces catégories silent categories ou kategoria isilak. J’ignore pourquoi les grammairiens du français ont écarté l’appellation plus suggestive de catégories silencieuses, qui correspond davantage à leur réalité fictive. Ne m’en veuillez donc pas de les appeler catégories silencieuses, puisqu’elles habitent la syntaxe sans que personne ne les voie ni ne les entende, et non de catégories vides, car elles ne le sont pas, même si elles peuvent provoquer un vertige sidéral.

49Tentons d’interpréter l’une de ces catégories silencieuses en français.

(88)

Holmes vit le Dr. Watson et se dépêcha de sortir

50Cet exemple présente une phrase composée de deux phrases simples coordonnées par la conjonction et. La seconde phrase (se dépêcha de sortir) présente un sujet omis, c’est-à-dire une catégorie silencieuse que nous devons interpréter. Aucun francophone natif n’aurait de mal à interpréter cette catégorie. Tous, sans exception, comprendraient que celui qui s’est dépêché de sortir est Holmes, c’est-à-dire le sujet de la première phrase et non pas le Dr. Watson, l’objet de cette première phrase. Ainsi, s’il y a une catégorie silencieuse et que cette catégorie est le sujet, ce sujet (silencieux) renvoie invariablement à un autre sujet. Et ce n’est pas tout, l’interprétation contraire, selon laquelle ce serait le Dr. Watson et non Holmes qui se dépêcherait de sortir, d’où qu’il soit, serait sans nul doute agrammaticale.

51Observons une langue différente du français comme le dyirbal ou djirubal, une langue australienne du nord du Queensland, décrite par un auteur incontournable dans l’étude des langues ergatives, Robert M. W. Dixon. Cette langue, malgré son excellente description, ne comptait que 29 locuteurs lors du recensement de 2006, selon Ethnologue, ce qui nous permet de conclure, même sans être aussi brillants que Holmes, que la langue doit se trouver sur le point de mourir, si ce n’est pas déjà fait au moment où nous écrivons ces lignes. Nous ne donnerons pas d’exemple du dyirbal mais son squelette abstrait. Partons de l’exemple français et ajoutons les indications qui nous aideront à la compréhension de son équivalent dyirbal. Nous utiliserons ERG pour l’ergatif et ABS pour l’absolutif.

(89)

Holmes.ERG vit le Dr. Watson.ABS et se dépêcha de sortir

52La première proposition est transitive et compte deux protagonistes, sujet et objet, marqués respectivement des cas ergatif et absolutif. La deuxième proposition (se dépêcha de sortir), en revanche, est intransitive. En dyirbal, il n’y a pas de conjonction et stricto sensu, mais plutôt deux phrases côte à côte, mais cela ne change rien à notre réflexion. Nous savons que s’il souhaite approfondir ses connaissances sur le sujet, le lecteur s’en réfèrera aux sources, comme l’aurait fait Holmes. Ce qui est important, c’est qu’il existe une catégorie silencieuse, que le locuteur aborigène dyirbalien doit interpréter. Or, quand ce locuteur interprète cette catégorie silencieuse et considère les deux possibilités, Holmes (sujet.ERG) et Watson (objet.ABS), non seulement il interprète que c’est Watson (c’est-à-dire, l’objet de la première phrase) qui se dépêcha de sortir, mais en plus, l’interprétation inverse selon laquelle ce serait Holmes (sujet de la première phrase) qui sortirait, serait irrémédiablement agrammaticale.

53Cela étant, il n’est pas incompréhensible de considérer que sur certaines questions syntaxique de nombreuses langues ergatives préfèrent Watson à Holmes et choisissent comme orbite syntaxique non pas l’ergatif, mais l’absolutif. Et si Holmes, voyant son ego blessé, réclamait ce qui selon lui devrait lui revenir de droit, il n’aurait d’autre choix que celui de s’adonner à une autre de ses grandes passions, le déguisement, pour se métamorphoser syntaxiquement et prendre la position plus importante de son collègue, le Dr. Watson.

54Et justement, comme les langues sont savantes, et comme nous écrivons ces lignes en pleine période de carnavals, disons qu’une langue comme la nôtre sait fouiller dans son armoire pour s’inventer une structure antipassive, qui permet de déguiser les protagonistes en ce qu’ils ne sont pas. Cet antipassive présente un morphème du même nom, qui s’ajoute à l’inflexion verbale. Par conséquent, la structure en question perd un argument (l’un des protagonistes), de sorte que si la phrase a un verbe transitif, à la place des deux protagonistes d’usage, elle n’en conserve qu’un. La structure s’intransitivise. Cela ne doit pas vraiment surprendre les esprits holmesiens de nos lecteurs, qui connaissent dans leur langue la forme passive, que nous avons tous retenue de nos années d’école, allez savoir pourquoi.

55Ainsi, une phrase transitive comme (90a) se transformerait en son équivalent antipassif carnavalesque (90b) —nous utiliserons l’abréviation ANTIP pour le morphème antipassif de l’inflexion verbale—.

(90)

a. Holmes.ERG vit le Dr. Watson.ABS

b. Holmes.ABS vit.ANTIP le Dr. Watson.DAT

56Dans ces deux phrases, c’est bien Holmes qui voit Watson, mais pour le reste, tout a changé. Grâce au morphème antipassif, la phrase antipassive carnavalesque s’intransitivise. Par conséquent, il ne reste dans la phrase plus qu’un seul argument (et protagoniste). Cet argument est évidemment Holmes, déguisé en absolutif (c’est-à-dire qu’il a opté pour un costume plus discret, mais, de ce fait même, plus efficace). Pour le reste, grâce à ses talents pugilistiques et sans aucune manière, il a envoyé sur le tapis Watson, qui redevient simple oblique (marqué du cas datif, dont nous parlerons plus tard, ou à défaut, du cas oblique, du même nom, c’est-à-dire l’un des cas non-importants), rendant à Holmes son incontestable autorité. Ainsi, quand nous plaçons l’antipassive avec Holmes déguisé en absolutif, il ne reste au locuteur dyirbalien qu’une possibilité d’interprétation pour la catégorie silencieuse qui se dépêcha de sortir, qui n’est autre, évidemment, que Holmes.

(91)

Holmes.ABS vit.ANTIP le Dr. Watson.DAT et se dépêcha de sortir

57Quand les langues ergatives ont ce type de comportement syntaxique, les linguistes parlent d’ergativité syntaxique, qui se distingue de l’ergativité morphologique dont nous avons parlé plus haut, et qui se manifeste morphologiquement par le cas et les clitiques (ou la concordance).

58Le lecteur se demandera sans doute pourquoi nous n’avons pas analysé des exemples en basque plutôt qu’en français déguisé en dyirbal. La réponse est simple : en basque, la question de l’ergativité morphologique est totalement claire et minutieusement documentée, mais quand il s’agit d’interpréter les catégories silencieuses dans des contextes comme ceux que nous avons analysés, disons que l’esprit des Basques semble s’éloigner des aborigènes australiens et ressemble davantage à celui des voisins francophones et hispanophones. Ainsi, dans la phrase suivante, que nous avons déjà analysée et que nous reprenons ici, un bascophone interprétera que Holmes (et non Watson) se dépêche de sortir :

(92)

Holmes.ERG vit le Dr. Watson.ABS et se dépêcha de sortir

59Il est difficile de savoir si c’est pour cette raison que nous n’avons pas d’antipassives carnavalesques, malgré notre célèbre carnaval de Tolosa. De même, on ignore pourquoi le basque se distingue de ses homologues typologiques et ressemble, dans sa différence, à ses voisines. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de problèmes sans solution, il n’y a que des problèmes mal posés. Holmes le sait bien, ainsi que notre cher Dr. Watson.

Annexe

60Sherlock Holmes et le Dr. Watson font partie de l’imaginaire populaire et ne requièrent aucune présentation. Je m’abstiendrai donc de donner toute référence, au-delà de celles que j’ai fournies dans le texte. Évidemment, je profite de l’occasion pour recommander cette lecture sempiternelle.

61L’ergativité constitue peut-être l’un des phénomènes typologiques du basque qui ont le plus attiré l’attention sur la grammaire basque, notamment à partir des années quatre-vingt-dix. Ce paramètre a également été étudié en détails par des linguistes de traditions scientifiques très diverses, qu’ils soient formalistes ou fonctionnalistes. La bibliographie est si vaste que nous ne pourrons citer qu’un ouvrage, qui constitue une sorte de bible dans ce domaine. Il s’agit d’Ergativity, de Robert M.W. Dixon, publié par la maison d’éditions Cambridge University Press en 1994. C’est évidemment un texte technique, qui demande un minimum de bagage théorique. Quant à l’ergativité en langue basque, citons l’auteure Itziar Laka, qui a publié de nombreux articles sur le sujet, dont nous ne détaillerons pas ici les titres.

62La référence à Adolf Dirr est précisément extraite de l’ouvrage de Dixon que nous avons cité, ainsi que la référence à Fabricius.

63Madeleine est une chanson de l’album Les Bourgeois, sixième album de Jacques Brel, paru en 1962 sous le label Barclay.

64Si le lecteur souhaite s’aventurer dans des questions un peu plus techniques, nous lui conseillons de consulter en ligne The World Atlas of Language Structures online [http://wals.info/] publié par les célèbres typologistes Matthew S. Dryer et Martin Haspelmath. Il y trouvera un chapitre sur les antipassives écrit par Maria Polinsky [http://wals.info/​chapter/​108], intitulé Antipassive Constructions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beatriz Fernández Fernández, « V. L’étrange cas de l’ergatif »Lapurdum, Numéro spécial 5 | 2020, 59-73.

Référence électronique

Beatriz Fernández Fernández, « V. L’étrange cas de l’ergatif »Lapurdum [En ligne], Numéro spécial 5 | 2020, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/3895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lapurdum.3895

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search