Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Symposium du 10 décembre 2010 con...Entre Penzé et Rivière de Morlaix...

Symposium du 10 décembre 2010 consacré au dictionnaire de Coëtanlem

Entre Penzé et Rivière de Morlaix : termes nautiques bretons relevés par Coëtanlem

Between the Penzé and the Rivière de Morlaix: Breton nautical terms recorded by Coëtanlem
Daniel Le Bris
p. 111-123

Résumés

En 1820, Pierre Coëtanlem achève son dictionnaire breton-français de 8 334 pages. Il admire l’étymologie et reflète les préjugés des érudits de son temps. Il accorde plus d’estime aux écrits qu’aux sources orales. Isolé dans son manoir de Trogriffon, il effectue un énorme travail de compilation et de comparaison à partir des ouvrages de sa bibliothèque. Selon Falc’hun, « l’intérêt linguistique est plus mince » que l’ensemble des pages du dictionnaire. « Il tient dans les rares précisions que l’auteur nous donne, comme par distraction, sur le breton de Morlaix. »

Parmi « ces rares précisions », on relève plusieurs data dialectales qui nous renseignent sur la géolinguistique côtière entre la Penzé et la Rivière de Morlaix fin XVIIIe-début XIXe siècle. On y trouve les termes bretons maritimes suivants : sirga ‘haler, remorquer’, evôr ‘ancre’, ar wern-valouin ‘le mât de beaupré’, lewia ‘gouverner un navire’, gôbar ‘gabarre’, aber ‘estuaire’.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier chaleureusement Jean-Philippe Follet pour sa relecture attentive de l’article et ses commentaires.

1En 1820, Pierre-Joseph-Jean Coëtanlem achève le dictionnaire encyclopédique breton-français de 8 334 pages dont il avait commencé la rédaction durant la Révolution française. Cet ouvrage qui contient les principales sources lexicographiques bretonnes disponibles à cette époque – en l’occurrence, le Dictionnaire de la langue bretonne de Dom Louis Le Pelletier, (1752), le Dictionnaire françois-celtique de Grégoire de Rostrenen (1732) et Le Sacré Collège de Jesus de Julien Maunoir (1659) – reflète les préjugés des sociétés savantes de son temps. Coëtanlem, en tant que lexicographe, admire la science étymologique. Il accorde à l’évidence plus d’estime aux sources imprimées qu’aux enquêtes orales. Isolé dans son manoir de Trogriffon, il effectue un énorme travail de compilation, de citation et de comparaison à partir des livres et manuscrits conservés dans sa bibliothèque.

  • 1 Le titre exact de l’ouvrage est : Grammaire Celto-Bretonne, contenant les principes de l’orthograph (...)
  • 2 Cité par Dujardin (1948).

2D’un point de vue lexicographique et linguistique, Coëtanlem ne cache pas son admiration pour les travaux de Le Gonidec dont la grammaire1 paraît en 1807. Cette année-là, notre érudit morlaisien rédige le troisième tome de son dictionnaire manuscrit. Il émet certes quelques critiques à propos de principes orthographiques, mais d’une manière générale, il considère sa grammaire comme un ouvrage de référence et témoigne d’un profond respect à un auteur membre de l’Académie Celtique : « M. Le Gonidec a fait preuve de connaissances et de talent dans la nouvelle grammaire qu’il vient de nous présenter. » « Sa grammaire est la plus méthodique […] bien supérieure à celle que nous avions déjà »2. Le Gonidec est fréquemment cité dans les quatre autres volumes du dictionnaire rédigés après 1807. Des passages des Mémoires de l’Académie Celtique sont souvent mentionnés pour appuyer les longues dissertations de certains articles de Coëtanlem.

3La norme unificatrice celto-bretonne de Le Gonidec sert de modèle pour commenter et critiquer le lexique et l’orthographe utilisés par Maunoir, Grégoire de Rostrenen et Le Pelletier. Dujardin (1948) nous rappelle les principaux faits que reproche Coëtanlem à ces trois lexicographes :

  • Maunoir : « On sait assez que ce jésuite n’est pas un modèle à suivre en fait de langue, quoiqu’il soit mort en odeur de sainteté. »

  • Le Pelletier : « On trouvera peut-être que mes plaintes reviennent trop souvent à l’occasion de son orthographe. »

  • Grégoire de Rostrenen est celui qui reçoit le plus de reproches : « Il a grandement contribué au désordre et à la confusion dans l’orthographe. » « Tous ces mots de sa fabrique sentent le jargon. »

4À la lecture de ces appréciations, on pourrait s’attendre à trouver chez notre lexicographe une attitude puriste. Au lieu de cela, Coëtanlem ne rejette pas les données qu’il a directement recueillies auprès des bretonnants de la région de Morlaix. Il restitue même fidèlement une partie du breton qu’il a appris depuis son enfance.

5Durant la rédaction du dictionnaire, Coëtanlem habite dans son manoir de Trogriffon au bord de la Penzé. Il est par là-même témoin des activités maritimes qui rythment le quotidien de ce bras de mer. Nous avons extrait de l’ouvrage plusieurs unités lexicales qui reflètent les connaissances maritimes de cette époque à travers les badumes bretons alors en usage sur le littoral morlaisien. Il s’agit, dans ce qui suit, de mettre en évidence des informations dialectologiques de première main sur le breton parlé par les gens de mer, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, entre l’estuaire de la Penzé et la Rivière de Morlaix.

6Aber est le terme géographique décrivant l’environnement dans lequel se trouve établie la demeure de notre lexicographe.

  • 3 Les parties soulignées signalent les passages extraits du dictionnaire de Le Pelletier.
  • 4 Dom Louis Le Pelletier.

ABER havre, entrée ou embouchure de riviere ou la mer entre. ce sont toujours de petits ports de mer. ce nom peut être formé de l’itérative Az et de Bera. Couler, fluer : et signifiera reflux des marées3.
Aber, havre, entrée, embouchure, décharge d’une riviere dans la mer, ou confluent de plusieurs rivieres qui s’y déchargent à la fois. (Portus, Confluens.) je m’étonne que D.P.4 n’aît pas cité Davies sur ce mot qui ne devoit pas lui être étranger, puisqu’il se trouve plusieurs dans l’une et l’autre Bretagne qui en ont tiré leurs noms, tels sont en Angleterre, Aber-avon, Aber-conwey, &. Aber-deen ou Aber-dôn en Ecosse, &. Et dans ce païs Aber-binic, Aber-ildut, Aber-ar-wrac’h ou Abervrac &. Nos marins appellent le havre de grace en Normandie, Ann-hawr-newez (prononc. Añ-Aor-nevez.) Le havre neuf ou nouveau, parce que les fortifications sont nouvelles. Les premières furent commencées sous le regne de François 1er elles ont été continuées dans la suite et considérablement augmentées.

7Le manoir de Trogriffon, qui fait aujourd’hui partie de la commune d’Henvic, s’élève en effet sur les bords de la Penzé. Cet estuaire est navigable sur une longueur de six kilomètres et permet de relier le port de Penzé, village de la commune de Taulé, à la Manche. Située dans un territoire majoritairement rural, la Penzé abrite cependant plusieurs activités liées au monde maritime. Certaines d’entre elles ont aujourd’hui disparu, mais au moment où Coëtanlem compose son dictionnaire, elles rythment le quotidien du chenal.

8Coëtanlem cite plusieurs toponymes celtiques construits à partir d’aber. Soulignons Aber-Binic proposé comme une variante probable d’Aber Benniget et An Aor Nevez, appellation bretonne du port du Havre. Sur la côte occidentale du Nord-Finistère, on note également pour ce port la variante An Nor Nevez, que les locuteurs traduisent par « la porte neuve/nouvelle » (Le Bris, 2000).

9Cependant, aux yeux de Coëtanlem, le mot aber semble avoir une valeur de substantif. Actuellement, cet usage est exclusivement restreint aux noms de lieu. De manière générale, « estuaire » se dit maintenant en breton kanol, ar ganol ; stêr/stear, ar stêr/stear ; gouer, ar houer, rivier/richer/rimier, ar rivier/richer/rimier. Excepté dans cette portion de territoire jouxtant la Penzé, où, comme le signalent Pondaven et Madeg (2004 : 32-34), aber signifie encore « estuaire » mais désigne surtout les petits affluents venant s’y jeter. D’après ces deux auteurs, la Penzé se dit en breton Aber Beñzez, Kanol Peñzez, Rivier Beñzez, Rivier Peñzez, Ar Beñzeen.

10La longueur d’estuaire navigable entre le port de Penzé et l’embouchure de l’aber a permis de transporter de nombreuses marchandises depuis l’intérieur des terres vers les ports de la Manche et inversement. Les navires effectuant cette mission allaient ainsi au cabotage. Les marins naviguaient de cap en cap, sans perdre la terre de vue, à bord d’une embarcation appelée « gabare » qui se dit gobar, ar hobar en breton.

  • 5 Le terme officiel utilisé depuis 1786 par les centres de formation de la marine est « maître au cab (...)
  • 6 Père Grégoire de Rostrenen.

GÔBAR […] Dans la conduite et le gouvernement des vaisseaux on donne le titre de gôbarer spécialement au maître ou patron de la gabarre5 et par extension à chacun des matelots, pl. gobarrerrienn. Quoique le pl. de gôbar puisse être régulièrement gobarou, comme D.P. l’a marqué, on se sert plus communément de gobiri ; et au lieu du pl. gobarrerrienn, on peut dire aussi gobaridi, comme le dit le P.G.6 de gôbar se dérive encore gôbarrad ou gôbarat, le contenu ou la charge d’une gabarre, la gabarrée, pl. gôbaradou ou gôbarajou. Enfin la profession de monter les gabarres et de les conduire s’appelle gôbarrach.

11La variété lexicale établie à partir de gobar et répertoriée dans cet article témoigne de l’importance de l’activité maritime dans les estuaires de la région de Morlaix au moment où fut rédigé ce dictionnaire. Comme dans de nombreux estuaires de rivières bretonnes, le cabotage a disparu sur la Penzé durant la seconde moitié du XXe siècle.

12À l’article LEWIA, Coëtanlem propose une autre dénomination dialectale de « gouverner, piloter un navire » : lévia.

LEWIA […] j’ai entendu dire lewia, lévia, gouverner, piloter, conduire, diriger un vaisseau, un navire, un bateau.

  • 7 www.dil.ie Electronic Dictionary of the Irish Language.

13Lévia est également mentionné plus à l’ouest par Inisan (1902 : 119) et correspond à la variante utilisée dans la région de Plouescat. Gros (1993) signale levia et léviat à Locquémeau ; léviat à Locquirec (Al Lay, 1963) et à Ouessant lé(v)iat (Malgorn, 1909). Lewia est davantage employé au nord-est de Locquémeau. Le Dû (2012) donne la forme lèwyal à Plougrescant que nous pouvons rapprocher de levyal répertoriée par Roussel à Roscoff (Le Pelletier, 1752). De Lampaul-Plouarzel à Portsall, on trouve les désignations léfiat, léfchiat ou encore leuchat (Jal, 1848), (Le Bris, 2000). Notons qu’à Lampaul-Plouarzel le gouvernail se dit non seulement stur comme partout ailleurs en Basse-Bretagne, mais parfois aussi leuch. Cette dernière forme est à rapprocher du cornique lew, du gallois llyw et des variantes du vieil-irlandais luí, laí, lue7 « gouvernail ».

14Seuls quelques lexicographes ont recueilli le terme balouin « beaupré » en breton : Quiquer (1633), Grégoire de Rostrenen (1732) et Le Pelletier (1716, 1752).

GWERN, mât. […] Gwern-valoin, mât de beaupré […] Nous disons gwern. Ar wern-valouin, le mât de Beaupré, je ne conteste pas que les marins de St-Malo ne puissent avoir été les inventeurs de l’espèce de voile dont on garnit ce mât ; mais les règles des mutes prescrivent de prononcer ainsi, ces mots conséquemment c’est ainsi qu’on doit les écrire.

15Coëtanlem reconnaît la dénomination du beaupré proposée par Le Pelletier. Le « o » de gwern-valoin est cependant prononcé [u]. La variante balouin, ar valouin a également été attestée à Lampaul-Plouarzel par Jal (1848). Elle n’est plus en usage dans cette commune, mais nous l’avons encore enregistrée sur l’île de Molène (Le Bris, 2000). L’emploi de balouin, dans la région de Morlaix au début du XIXe siècle, laisse supposer une ancienne distribution de ce terme plus étendue sur le littoral nord-ouest du Finistère.

16La dénomination de l’ancre répertoriée par Coëtanlem est également intéressante. Elle varie sensiblement des formes eor et enhor indiquées par Le Pelletier.

EVÔR, Ancre de Navire, Anchora ; Evoria. Ancrer, mouiller, jetter l’Ancre, Anchoram jacere; Sewel ann evor, Anchoram solvere, efferre.

  • 8 Atlas Linguistique des Côtes Atlantiques et de la Manche. Le projet de cet atlas, mis en place par (...)
  • 9 Atlas Linguistique de Basse-Bretagne (Le Roux, 1924-1963).

17Les données collectées dans le cadre de l’ALCAM8 et lors d’enquêtes de terrain réalisées à Lampaul-Plouarzel et Ploumoguer (Le Bris, 2000) ont permis de réaliser la carte des désignations de l’ancre en breton. Le [v] épenthétique de [evor] noté par Coëtanlem existe aussi aux points 10 [ˈevarn], 11 [e:var], 12 [ɛ̃nvɛr] et dans la variante morbihannaise ivor. Le hiatus de eor se trouve atténué de la même manière dans les dénominations dialectales de eol, eoul, ioul « huile », répertoriées sur la carte 181 de l’ALBB9, devenant evol, evoul et ivoul. On peut de même observer cette alternance phonétique, hiatus/épenthèse, dans les désignations de « livre, des livres » (ALBB 428) : [ˈleɔr],[ˈlewɔr]/[ˈlevər],[ˈlevɛr]. Les variantes du type evar, evor parfois prononcées [ˈevər] aux points 10, 11 et 12 peuvent expliquer par métathèse la prononciation [ɛrv] attestée aux points 1, 2 et 3.

Carte : désignations de « ancre » en breton, en phonétique et au singulier

Carte : désignations de « ancre » en breton, en phonétique et au singulier

1 Ploubaznalec / 2 Plougrescant / 3 Locquémeau / 4 Plougasnou / 5 Henvic / 6 Roscoff / 7 Île de Batz / 8 Brignogan / 9 Landéda / 10 Portsall / 11 Lampaul-Plouarzel / 12 Ploumoguer / 13 Le Conquet / 14 Île de Molène / 15 Ouessant / 16 Plougastel-Daoulas / 17 Camaret / 18 Douarnenez / 19 Île de Sein / 20 Guilvinec / 21 Loctudy / 22 Île de Groix / 23 Séné.

Châl. : dictionnaire de Châlons (1723) - ms. : dictionnaire manuscrit de Châlons - L’A. : dictionnaire de L’Armerye (1744), il s’agit dans ces trois cas de variantes lexicographiques.

18On avance souvent que le nom de l’ancre en breton aurait pour origine le latin anchora, lui-même emprunté au grec ἅγκυρα, en le comparant notamment au gallois angor. Il semblerait que cette étymologie ait été établie par Le Pelletier à l’article EOR de son dictionnaire : « Eor, ou Enhor, Ancre de navire. […] Davies (1632) écrit Angor, Anchora. A Gr. Eor, ou Enhor a la même origine, étant pour Engor. » D’après Ernault (1905 : 264), Le Pelletier aurait inventé la forme enhor pour que son raisonnement étymologique soit juste. Les désignations de l’ancre en breton feront l’objet d’un autre article. L’ensemble des dénominations inventoriées semble déjà supposer une étymologie différente.

19Un autre terme nautique de source orale a particulièrement retenu notre attention : le verbe breton sirga « haler, remorquer un navire à l’aide d’un câble ». L’article écrit par Coëtanlem constitue sa première attestation lexicographique.

SIRGA, haler, traîner, tirer un bateau à la traîne, remorquer. Remulcare, trahere. Nos lexicographes n’ont pas connu ce mot, qui est cependant très usité chez les nautonniers voisins de côtes et des bras de mer. Sirghærez est le halage, l’action ou l’art de haler. Et sirgheres est le cable ou la corde dont on se sert pour l’opération, pl. sirgheresou.

  • 10 Je tiens à remercier chaleureusement Michel Le Bourhis pour sa disponibilité, son accueil et sa pat (...)

20Lors d’une enquête réalisée à Taulé et Locquénolé en 1997, nous avions également noté ce terme auprès de deux informateurs qui avaient vu ce type de halage sur la Rivière de Morlaix jusque dans les années 1930. À l’entrée de l’estuaire, la largeur du chenal ne permet plus à un navire de tirer des bords par la seule force du vent. Il faut donc amener les voiles et lancer un câble depuis le pont du bateau à une équipe de « sirgueurs » en attente sur la rive du chenal. Par la suite, nous précise Michel Le Bourhis10, « l’un derrière l’autre, le bout sur l’épaule, la main l’agrippant, les sirgueurs commencent à haler la bateau ». Le navire était ainsi « sirgué » jusqu’au port de Morlaix. Dans le français local, les dénominations « sirguer », « sirgage », « sirgueur » remplaçaient les termes plus généralement employés en français tels que « remorquer », « remorquage » ou « remorqueur ». On les retrouve aussi dans les archives du conseil de fabrique de la paroisse de Locquénolé dès la première moitié du XVIIIe siècle (Le Bourhis, 1989).

21Dans l’état actuel de cette recherche, nous n’avons pas trouvé de mot apparenté à sirga dans les autres parlers bretons, mise à part peut-être la forme adverbialisée a-chilk (a-sirg) « à l’aide d’une sirgue, d’un équipage de sirgueurs » : kas ur vatimand a-chilk da Lannuon « haler un navire jusqu’à Lannion » (Gros, 1993). Cela supposerait l’existence dans le secteur de l’estuaire du Léguer des appellations *chilk « groupe de haleurs », *chilka « haler », *chilkaj « halage »… L’information demande à être vérifiée. Dans les autres langues celtiques, aucun mot ne semble pouvoir être rapproché de sirga. Signalons toutefois que Guyonvarc’h (1973) considère a-chilk comme une altération populaire de a-stlej, adverbe composé à partir de stlej « traîne ». Il s’appuie pour cela sur une occurrence du dictionnaire de l’Armerye (1744) : fard à stleige d’ul læstre « câble de remorque/remorque d’un navire ». Mais chilk s’accorde mal avec stlej. Aussi écartons-nous l’hypothèse de Guyonvarc’h. Nous proposons de maintenir le rapprochement de a-chilk avec a-sirg. Certaines données linguistiques et historiques de l’Europe sud-atlantique semblent fournir davantage d’explications à ce sujet.

22Nous avons en effet consulté les données maritimes des parlers romans. À l’ouest de l’aire linguistique romane, en péninsule Ibérique, plusieurs termes lexicaux concordent de manière frappante avec la dénomination bretonne. Dans le Glossaire nautique de Jal (1848) nous trouvons la définition suivante de l’équivalent espagnol :

SIRGA, esp. s. f. Cordelle à l’aide de laquelle on hale un bateau le long du rivage de la mer ; Action de haler à la cordelle, de Sirgar ou de Silgar (V.) ; Droit de halage.

23En portugais et en catalan, on trouve aussi le verbe sirgar ; en basque, zirgatu (Mollat du Jourdin, 1992). Une consultation attentive du Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes (Palay, 1991) permet d’ajouter plusieurs autres dénominations romanes apparentées du point de vue morpho-sémantique : Cirgà ; v.- Haler. Cirgue s. f. Action de haler ; équipe de haleurs. Chirgà ; v.- Piocher et tirer à soi pour extirper herbes et racines ; travailler à un labeur pénible ; par analogie peiner, faire effort, tirer dur. En bas Adour aussi : action de ramer. Chirgue, chirgade : équipage de rameurs. Sirgà. – Forme de chirgà.

  • 11 Französisches Etymologisches Wörterbuch (Wartburg, 1922-2002). Les attestations lexicales relevées (...)

24De même, le FEW11 fournit plusieurs attestations lexicales qui confirment le champ sémantique du halage et de la traction appliqué aux variantes romanes de cirga, chirga. Un glissement sémantique peut parfois s’opérer vers celui de la pénibilité du travail physique. On relève notamment : FEW XXI, 364b (Landes, Mont-de-Marsan, Aire-sur-l’Adour) chirgá, tirer fortement. FEW XXI, 368b (Hérémence, Valais-Suisse) šįrgate v.a. transporter, d’une place à une autre, remuer, traîner de côté et d’autre. FEW XXIII, 107b (Béarn) Chirgá, ramer. XXII-1,103b (Clermont-l’Hérault) cirgá, peiner, travailler beaucoup ; (Béziers, Puisserguier) travailler, péniblement. En français régional de Nîmes, on dit aussi : « son patron l’a fait cirguer (il l’a fait trimer, endurer) » (Domergue, 2002).

25Depuis le Moyen Âge, les marchands bretons ont entretenu avec le sud-ouest de la France un commerce florissant. Et plus particulièrement avec les ports de Bordeaux, Libourne et Bayonne où ils exportaient du sel, du bois, du blé, des toiles et importaient du vin. Du XVIe au XVIIIe siècle, les liaisons commerciales se sont développées voire intensifiées avec la péninsule Ibérique. En raison des conflits entre certains royaumes d’Europe occidentale, le transport maritime a parfois connu des périodes où le trafic diminuait considérablement. Mais, d’après Tanguy (1994) et Casado Alonso (2000), il est permis d’affirmer que le port de Morlaix a exporté aux XVIe et XVIIe siècles une importante production de toiles en Espagne (Bilbao), au Portugal (Lisbonne) et sur le marché hispano-américain. À la fin du XVIIe siècle, le marché américain se ferma. Au XVIIIe siècle, les marchands morlaisiens déplacèrent dès lors l’exportation de leurs toiles vers Cadix et maintinrent le trafic avec Lisbonne. Ce négoce se poursuivit durant au moins la première moitié du XVIIIe siècle. Les marchands morlaisiens séjournaient parfois quelques mois, quelques années dans les ports ibériques.

26Des liaisons commerciales conséquentes ont donc maintenu un va-et-vient quasi constant sur plusieurs siècles entre la région de Morlaix et la péninsule Ibérique. Étant donné les nombreuses concordances lexicales précédemment notées en espagnol, en portugais et à partir du FEW et du dictionnaire de Palay, il apparaît évident que le terme sirga relevé par Coëtanlem est bien d’origine romane. La régularité de ces échanges maritimes explique peut-être l’usage de sirga dans la région de Morlaix et celle de Lannion.

27Les désignations du type sirgar font partie des appellations dominantes en péninsule Ibérique pour signifier « haler, remorquer ». Dans le sud-ouest de la France, les champs sémantiques de cirgà, chirgà semblent être parfois de nature un peu plus hétérogène. Mais la signification « haler » l’emporte aussi. Au vu des attestations lexicales actuellement identifiées, il paraît difficile de se prononcer pour un emprunt roman en provenance de l’une ou l’autre de ces deux aires linguistiques.

28Lors de la découverte de ce manuscrit à la fin des années 1940, Falc’hun (1948, 113) affirmait : « L’intérêt linguistique de l’ouvrage est plus mince que ne le laisseraient croire ses 8 334 pages. Il tient dans les rares précisions que l’auteur nous donne, comme par distraction, sur le breton de Morlaix. » Falc’hun n’avait pu consacrer, à cette époque, que quelques heures à l’examen du dictionnaire de Coëtanlem et consulter seulement les trois premiers volumes.

29Nous pensons qu’il serait à présent fort utile de relever systématiquement l’ensemble de ces moments de « distraction » que recèle encore cet ouvrage. Les éléments dialectologiques inventoriés constitueraient une base de données fiable pour identifier davantage les caractéristiques des badumes bretons morlaisiens. Il conviendrait de préciser cette analyse en comparant ces données au breton encore parlé dans cette région et aux différentes études et corpus dialectaux apparentés.

Haut de page

Bibliographie

Al Lay F. (1963), Bilzig, Emgleo Breiz, Brest.

Casado Halonso H., « Le commerce des marchandises de Bretagne avec l’Espagne au XVIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’ouest, 107, 2000, p. 29-50.

Châlons (de) P., Dictionnaire breton-français du diocèse de Vannes, De Heuqueville, Vannes, 1723.

Davies J., Antiquae linguae Britannicae … et linguae latinae, dictionarium duplex, R. Young et Joan, Londres, 1632.

Domergue R., L’intégration des étrangers dans un village du Midi (1900-1960), L’Harmattan, Paris, 2002.

Dujardin L., « Un lexicographe breton ignoré : P. J. Coëtanlem de Rostiviec », Nouvelle Revue de Bretagne, 1-1948, p. 42-48.

Ernault É., Notes d’étymologie bretonne, III, Prud’homme, Saint-Brieuc, 1905.

Falc’hun F., « Le dictionnaire breton de Coëtanlem », Nouvelle Revue de Bretagne, 2-1948, p. 108-113.

Fomin M., G. Bondarenko, T. Torma & G. Toner (dir.), (dernière visite 01-2013), Electronic Dictionary of the Irish Language, Royal Irish Academy & University of Ulster. www.dil.ie

Gros J., Dictionnaire français-breton des expressions figurées, Emgleo Breiz – Brud Nevez, Brest, 1993.

Guyonvarc’h C.-J., dictionnaire étymologique du breton ancien, moyen et moderne, Ogam-Celticum, Rennes, 1973-1975.

Inisan L., Emgann Kergidu ha traou all c’hoarvezet e Breiz-Izel e-pad Dispac’h 1793, Brest, Derrien (Réédition de 1877 (1er V.) et 1878 (2nd V.)), 1902.

Jal A., Glossaire nautique, Firmin-Didot, Paris, 1848.

L’Armerye A. (Cillart de Kerampoul), Dictionnaire français-breton du dialecte de Vannes, Leide, 1744.

Le Bourhis, M., Auprès de notre arbre, Éditions Bretagnes, Taulé, 1989.

Le Bris D., L’élément breton dans le Glossaire nautique de Jal, Thèse de doctorat, École Pratique des Hautes Études, Paris, 2000.

Le Dû J., Le trégorrois à Plougrescant. Dictionnaire breton-français / français-breton, Emgleo Breiz, Brest, 2012.

Le Gonidec J.-F.-M.-N.-A., Grammaire celto-bretonne, contenant les príncipes de l’orthographe, de la construction des mots et des phrases, selon le génie de la langue bretonne, Rougeron, Paris, 1807.

Le Pelletier L., Dictionaire étymologique de la langue bretonne, manuscrit publié en fac-similé en 1975, Bibliothèque municipale, Rennes, 1716.

Le Pelletier L., Dictionnaire de la langue bretonne, Delaguette, Paris, 1752.

Le Roux P., Atlas linguistique de Basse-Bretagne, Plihon, Rennes, 1924-1963.

Malgorn J.-L., « Le breton d’Ouessant », Annales de Bretagne, 25, 1909-1910.

Maunoir J., Le Sacré Collège de Jesus, Hardouin, Quimper, 1659.

Mollat du Jourdin M. (éd.), Nouveau glossaire nautique d’Augustin Jal, Lettre H, CNRS, Paris, 1992.

Palay S., Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes, CNRS, Paris, 1991.

Pondaven, P. & M. Madeg, Bae Montroulez, Ar Skol Vrezoneg - Emgleo Breiz, Brest, 2004.

Quiquer G., Nomenclator, George Allienne, Morlaix, 1633.

Rostrenen G. (de), Dictionnaire françois-celtique ou françois-breton, Vatar, Rennes, 1732.

Tanguy J., Quand la toile va, Éditions Apogée, Rennes, 1994.

Wartburg W. (von), Französisches Etymologisches Wörterbuch, Bonn, Berlin, Bâle : Klopp, Teubner, Zbinden, 1922-2002.

Haut de page

Notes

1 Le titre exact de l’ouvrage est : Grammaire Celto-Bretonne, contenant les principes de l’orthographe, de la construction des mots et des phrases, selon le génie de la langue bretonne.

2 Cité par Dujardin (1948).

3 Les parties soulignées signalent les passages extraits du dictionnaire de Le Pelletier.

4 Dom Louis Le Pelletier.

5 Le terme officiel utilisé depuis 1786 par les centres de formation de la marine est « maître au cabotage ». Il a alors remplacé l’ancienne expression « maître de barque ».

6 Père Grégoire de Rostrenen.

7 www.dil.ie Electronic Dictionary of the Irish Language.

8 Atlas Linguistique des Côtes Atlantiques et de la Manche. Le projet de cet atlas, mis en place par Patrice Brasseur dans les années 1980, comprenait 82 points d’enquête depuis Bray-Dunes en Flandre française jusqu’à Ciboure au Pays Basque français. Il n’a malheureusement pas été achevé. Le questionnaire totalise 400 questions concernant la description du rivage et des éléments marins, la navigation, la pêche, la faune et la flore marines. En Basse-Bretagne, une vingtaine d’enquêtes ont été réalisées à partir de 1983 par Jean Ropars, Claude Guillou, Armelle Audic et Jean-Michel Menesguen et coordonnées par Jean Le Dû. Je remercie Jean Le Dû de m’avoir facilité la consultation des carnets d’enquête.

9 Atlas Linguistique de Basse-Bretagne (Le Roux, 1924-1963).

10 Je tiens à remercier chaleureusement Michel Le Bourhis pour sa disponibilité, son accueil et sa patience à nous expliquer l’activité du sirgage sur la commune de Locquénolé et des alentours.

11 Französisches Etymologisches Wörterbuch (Wartburg, 1922-2002). Les attestations lexicales relevées dans ce paragraphe sont extraites des volumes XXI-XXIII, intitulés : « Matériaux d’origine inconnue ». Dans ces trois tomes, le FEW ne signale donc aucun étymon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte : désignations de « ancre » en breton, en phonétique et au singulier
Légende 1 Ploubaznalec / 2 Plougrescant / 3 Locquémeau / 4 Plougasnou / 5 Henvic / 6 Roscoff / 7 Île de Batz / 8 Brignogan / 9 Landéda / 10 Portsall / 11 Lampaul-Plouarzel / 12 Ploumoguer / 13 Le Conquet / 14 Île de Molène / 15 Ouessant / 16 Plougastel-Daoulas / 17 Camaret / 18 Douarnenez / 19 Île de Sein / 20 Guilvinec / 21 Loctudy / 22 Île de Groix / 23 Séné.
URL http://journals.openedition.org/lbl/docannexe/image/1767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Le Bris, « Entre Penzé et Rivière de Morlaix : termes nautiques bretons relevés par Coëtanlem »La Bretagne Linguistique, 17 | 2013, 111-123.

Référence électronique

Daniel Le Bris, « Entre Penzé et Rivière de Morlaix : termes nautiques bretons relevés par Coëtanlem »La Bretagne Linguistique [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lbl/1767 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lbl.1767

Haut de page

Auteur

Daniel Le Bris

Maître de conférences de celtique, CRBC (EA 4451), UBO / ueb

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Bretagne Linguistique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search