Navigation – Plan du site
Séminaire du 16 novembre 2015

Sociologie des échanges transnationaux : l’évolution du système mondial de traductions de 1979 à 2002 et la place de la langue bretonne

“Sociology of transnational exchanges: the evolution of the global translation system from 1979 to 2002 and the place of the Breton language”
Germain Barré
p. 163-171

Résumés

Cette présentation propose un questionnement sur la diversité culturelle à travers l’étude des flux de traductions de 1979 à 2002, grâce à l’analyse de réseaux ou méthode « structurale » qui permet une approche de l’évolution de la structure des flux de traductions et par conséquent la dynamique de ces flux. A côté des deux langues centrales que sont l’anglais et le russe apparaissent des langues supercentrales comme l’allemand ou le français, puis de nombreuses autres langues dont la place est nettement plus périphérique. Après la chute du mur de Berlin se manifeste une augmentation spectaculaire de l’anglais et une diminution de l’importance du russe. On observe ainsi une nette baisse de la diversité des échanges de traduction à partir de 1989 : la diminution de la densité totale de la structure du réseau des liens préférentiels va donc de pair avec un nombre de liens en augmentation avec l’anglais qui devient de plus en plus central. Cette analyse de réseaux apporte enfin une autre vision de la mondialisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Germain Barré, « La mondialisation de la culture et la question de la diversité culturelle. étude (...)

1Cette présentation traite de l’évolution du système mondial de traductions de 1979 à 2002 et, accessoirement, de la place de la langue bretonne dans ce système. C’est une version fortement aménagée à partir d’un travail plus ancien 1. Notre but est ici de présenter la démarche globale qui a été utilisée ainsi que les principales évolutions sans rentrer dans les détails. Le lecteur intéressé par ces détails pourra se reporter sur la lecture de l’article en question.

  • 2 Johan Heilbron, « Toward a sociology of translation. Book translations as a cultural world-system » (...)
  • 3 Germain Barré, op. cit.

2Avec la formation des états-nations et la codification des langues, la traduction est désormais liée aux nouvelles relations entre les états2. La question de la diversité culturelle était importante dans notre premier travail3 et nous avons distingué quatre angles différents pour aborder le problème de la diversité culturelle, ainsi que les problématiques des traductions et de la relation entre les états : la diversité des échanges de biens culturels, la diversité des producteurs (pays ou entreprises) et de la production des biens culturels (les phénomènes de concentration par exemple), la diversité des choix des consommateurs qui pourraient par exemple concentrer leurs achats sur les best-sellers et enfin, la réception de l’œuvre culturelle, l’interaction texte-lecteur avec les questions de l’imaginaire, des attentes, des codes, de la préface, etc.

3Nous centrons notre propos sur le premier axe, à savoir la diversité des échanges culturels à travers l’étude de la dynamique des flux de traductions entre 1979 et 2002. Notre principale hypothèse concerne l’éventuelle concentration des flux mondiaux de traduction. Dans un premier temps, on insistera sur l’importance du sens des traductions ainsi que sur la mesure de la reconnaissance des langues avec un nouvel indicateur. Dans un deuxième temps, la dynamique des flux mondiaux de traduction sera analysée.

Méthodologie

  • 4 Emmanuel Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? (...)
  • 5 Germain Barré, op. cit.

4Pour ce faire, l’analyse de réseaux sociaux a été utilisée4. Les membres du réseau sont les langues vivantes traduites au moins une fois. Des ajustements ont été réalisés pour les dialectes associés à des langues vivantes et sont détaillés par ailleurs5.

5Les langues mortes ou langues « construites » (l’esperanto par exemple) sont absentes de notre analyse. Nous considérons qu’il existe un lien entre des langues s’il existe au moins une traduction d’une langue vivante à une autre.

6L’Index Translationum de l’UNESCO a été utilisé et toutes les tra­ductions ont été prises en compte. La littérature regroupe 49 % des traductions considérées, les sciences dures 16 %, la rubrique droits, sciences et éducation entre 8 et 11 % et enfin, les 4 autres catégories 5 à 7 % : 1) histoire, géographie, biographies, 2) religion, théologie, 3) philosophie, psychologie, 4) arts, jeux, sports). Attention, les données de l’Index Translationum sont fournies par chaque pays concerné. Si une année n’est pas fiable et/ou si les données sont manquantes, on a choisi de remplacer les données de la dernière année fiable. Une trentaine de pays ont été concernés par ces modifications. La Chine n’ayant fourni que des données pour l’année 1997, les données chinoises n’ont pas été prises en compte dans notre étude. Depuis, des données chinoises sont apparues régulièrement dans les années 2000.

7Une matrice représentant les flux de traductions entre les 665 langues vivantes traduites a été créée pour chaque année de la période 1979-2002. Une distinction importante a été effectuée entre langue originale et langue cible. Dans le cas de La veuve Couderc, la langue originale de cet ouvrage est le français. Si cet ouvrage est traduit en allemand (Die Witwe Couderc), la langue cible est l’allemand. S’il existe au moins une traduction dans un sens, alors nous considérons qu’il existe un lien entre deux langues dans ce sens de traduction.

Une concentration des flux mondiaux de traduction entre 1979 et 2002

8Nous avons constaté une concentration des flux de traduction entre 1979 et 2002. D’un côté, le nombre de traductions observées est en augmentation. De 50 000 traductions en 1989, ce nombre peut être estimé à plus de 90 000 en 2001. Cette forte augmentation cache deux périodes bien marquées que l’on peut distinguer par une année charnière : 1989. Le nombre de traductions est stable jusqu’en 1989, tout comme le nombre de liens mesurés. à partir de 1989, on constate une forte augmentation du nombre de traductions et, en parallèle, une diminution de 17 % des liens. Par ailleurs, le nombre de langues traduites est approximativement de 200 jusqu’en 1999, avant une légère diminution jusqu’en 2002. Une des raisons expliquant la baisse du nombre de liens réside dans la baisse du nombre de langues cibles traduites en URSS puis en Russie. Celle-ci a été régulière : 107 langues cibles en 1989, 98 en 1990, 72 en 1991, 41 en 1994, 36 en 1995, 21 en 1996 et 4 en 1999.

9Pourquoi une telle diminution de la diversité culturelle ? Pour le comprendre, notre but était désormais d’expliquer la dynamique de la reconnaissance des langues. Différencier les langues « originales » des langues « cibles » est crucial, puisque ce sont les traductions en tant que langue originale qui permettent d’évaluer cette reconnaissance internationale. Pour l’anglais par exemple, la part des traductions en tant que langue originale, c’est-à-dire la traduction d’ouvrages initialement écrits en anglais, passe de 43 % en 1979 à 62-63 % en 2002. À l’inverse, le nombre de traductions en anglais – l’anglais étant ici une langue cible – est faible, atteignant 9 % au maximum en 1989.

10Quelles que soient les périodes, lorsque l’on considère la langue originale, l’anglais apparaît loin devant un trio français-allemand-russe jusqu’en 1989, puis devant un duo français-allemand après 1989. Chaque langue de ce trio puis de ce duo, représente entre 9 et 12 % des traductions en tant que langue originale des traductions mondiales. Le russe s’écroule à partir de 1989, puisque l’on constate que la part d’ouvrages écrits en russe parmi l’ensemble des traductions est divisée par 4,5 environ en trois ans et continue de décroître lentement (mais sûrement) sur la période 1992-2002. La cinquième langue atteint à peine 3 % des traductions en tant que langue originale. La part de l’espagnol, entre 1979 et 2002, croît doucement, passant de 1,5 % à 2,9 %.

  • 6 Abram De Swaan, Words of the World, Cambridge, Polity Press, 2001.
  • 7 De Swaan (ibid., p. 10-11) a souligné l’importance de cette dimension politique : « A map of the pr (...)

11En dehors de la situation du russe, on constate une forte chute pour les langues des pays de l’ex-URSS, puisque l’estonien est la seule langue à avoir retrouvé son niveau de 1979 en 2002. Les langues des pays communistes d’Europe de l’est et d’Europe centrale (bulgare, hongrois, polonais, roumain, slovaque, tchèque) représentaient 5,7 % des traductions réalisées en tant que langue originale en 1979. Cette part n’est plus que de 1,4 % en 2002. Une baisse aussi importante ne peut s’expliquer par la baisse de la qualité des auteurs, puisque cette baisse se déroule surtout entre 1989 et 1992. Abram de Swaan6 avait déjà montré que les logiques politiques associées aux processus de traduction perduraient après les évènements qui ont contribué à modifier la valeur de la langue en question7. Par exemple, il montre l’importance de la maîtrise de la langue de l’ancien pays colonisateur pour accéder aux sphères du pouvoir dans ces pays à travers divers exemples.

12Pour les langues peu reconnues, la centralité en tant que langue originale est sujette à caution compte tenu de la fiabilité des données de l’Index Translationum et de la définition variable d’un livre selon les pays. Un autre critère a donc été utilisé pour évaluer la reconnaissance des langues : la centralité. à titre d’exemple, pour le français, la centralité est le nombre de langues pour lesquelles au moins une traduction a été effectuée à partir d’un ouvrage écrit en français.

13Selon ce critère, le russe apparaît comme la langue la plus centrale avant 1989. à titre d’exemple, des ouvrages écrits à l’origine en russe ont été traduits en 109 langues en 1989 contre 96 pour l’anglais durant cette même année, alors que le français et l’allemand arrivent en troisième et quatrième positions avec des traductions dans 73 langues cibles pour le français et dans 63 langues cibles pour l’allemand. Il existe d’autres différences majeures pour des langues moins reconnues. En 2002, le catalan est la 12e langue la plus reconnue en pourcentage, mais la 26e sur la base du critère de centralité. Pour la même année, la centralité de l’arabe est deux fois supérieure au catalan alors qu’en pourcentage, l’arabe est classé derrière le catalan.

Le « système-monde » entre 1980 et 2001

14Par la suite, nous avons souhaité représenter une version du « système-monde », en référence au concept d’Immanuel Wallerstein. C’est une version simplifiée, car nous avons ainsi conservé uniquement les langues les plus traduites entre 1979 et 2002, celles qui représentent 99,9 % des traductions, soit 139 langues.

15Ensuite, la densité des liens serait trop importante si on considérait l’ensemble des liens comme étant d’importance égale, c’est-à-dire en considérant qu’il existe un lien entre deux langues si au moins une traduction a été réalisée dans ce sens de traduction. Nous avons ainsi identifié des liens préférentiels de traduction via l’indépendance statistique. On compare alors le nombre de traductions constatées sur une année par rapport au nombre de traductions que l’on aurait dû constater s’il n’y avait pas de « préférence ». Prenons l’exemple suivant. En 1979, on dénombre 6 516 traductions en espagnol (langue cible), 6 706 traductions à partir du français (langue originale) et 56 556 traductions au total. On pouvait attendre 773 traductions à partir du français vers l’espagnol [(6 516 * 6 706)/56 556 = 772,6] dans le cas de l’indépendance statistique. Mais on en constate 1 400, soit 1,8 fois plus que dans le cas de l’indépendance statistique. 1,8 étant supérieur à 1, nous considérons qu’il existe un lien préférentiel du français vers l’espagnol pour l’année 1979. Quatre périodes de 5 ans ont été considérées : 1980-1984, 1985-1989, 1992-1996, 1997-2001. Pour représenter le « système-monde », on ne conserve que les liens préférentiels qui ont perduré sur l’ensemble de la période.

Une relative stabilité jusqu’en 1989

16Sur la période 1980-1984, l’anglais et le russe sont les langues centrales. L’anglais a des liens de traductions avec toutes les langues officielles des pays occidentaux, tandis que le russe a des liens de traductions avec toutes les langues officielles des pays du bloc communiste. Les exceptions sont d’un côté, un lien entre le russe et le finnois et, d’un autre côté, des liens de l’anglais avec l’estonien, l’ukrainien, l’arménien, le polonais, le hongrois et le roumain.

17L’allemand et le français sont les autres langues importantes. On observe des connexions avec les langues officielles des pays voisins (de l’Allemagne et de l’Autriche pour l’allemand) pour ces deux lan­gues, le français étant davantage en relation avec les langues des pays méditerranéens.

18D’autres ensembles de langues peuvent être identifiés à la périphérie. On notera par exemple un groupe de langues officielles des états membres du Conseil Nordique fondé en 1952, un petit ensemble centré autour du néerlandais qui est relié aux langues des pays colonisés par les Pays-Bas, un groupe comprenant l’espagnol, le portugais, l’italien ainsi que quelques langues régionales comme le catalan ou encore, un ensemble composé majoritairement des langues officielles des pays communistes. La dimension politique et les considérations géographiques sont particulièrement importantes ici.

19On ne constate pas de lien entre, d’un côté, les langues des pays plus indépendants de l’URSS (serbo-croate, slovène, macédonien, alba­nais, grec) et, d’un autre côté, le russe et les langues des républiques soviétiques. Il y a trois ensembles de langues des républiques sovié­tiques : un premier ensemble centré sur l’ukrainien, un deuxième ensemble comprenant l’azéri, l’abkhaze et le turkmène et un troisième ensemble composé de cinq langues réunies autour de l’ouzbek. Il y a, en outre, un ensemble de langues parlées en Russie qui ont des relations de traduction exclusives avec le russe, mais qui ne sont pas connectées entre elles.

  • 8 Johan Heilbron, op. cit.
  • 9 Peter Blau, Joseph Schwartz, Crosscutting Social Circles: Testing a Macrostructural Theory of Inter (...)

20Trois ensembles de langues asiatiques ont pu être identifiés pour la période 1980-1984. Un premier ensemble est composé de dix langues dont le lao et le vietnamien, et sont exclusivement reliées au russe. Un deuxième ensemble comprend quatre langues reliées à l’anglais : le chinois, le thaï, le coréen, toutes les trois reliées au japonais. Le troisième ensemble comprend une dizaine de langues indiennes en relation entre elles et ayant des relations quasi exclusives avec le russe et l’anglais (sauf deux langues liées à l’arabe). Toutes ces langues indiennes sont connectées au bengali et à l’hindi. Heilbron8 faisait référence à Peter Blau pour expliquer la spécificité des langues indiennes. Grosso modo, le point développé par Blau et Schwartz9 qui s’applique ici est le suivant : ces auteurs ont montré que plus la taille d’un groupe est grande, moins il a tendance à s’ouvrir vers l’extérieur. On rappelle qu’il existe 18 langues officielles en Inde pour un total de 800 langues au total : le travail de traduction étant tellement important entre les langues indiennes, qu’il est plus difficile de consacrer des moyens aux traductions par rapport aux autres langues vivantes.

21Un dernier sous-ensemble est formé par le turc, le persan et l’arabe. Il est connecté avec le russe, mais chaque langue a des liens très divers avec les autres langues. Les autres langues sont des langues aux relations quasi exclusives avec la langue officielle du pays dans lesquelles elles sont parlées. Citons par exemple le breton et l’occitan/le provençal avec le français ou encore l’irlandais et le gallois avec l’anglais.

22La période suivante (1985-1989) est marquée par une très forte stabilité alors que les données sont très différentes. La seule différence notable est l’éclatement du groupe centré autour de l’ouzbek.

23La période 1992-1996 est une période de grande transformation du système mondial de traductions. Il n’y a pratiquement plus de liens préférentiels entre les langues des pays de l’ex-URSS (sauf le letton et l’estonien) et on constate, en outre, une absence de relation entre les langues des anciennes républiques soviétiques (hormis le russe) et les langues des pays de l’est. Une partie de ces manques peut s’expliquer par l’absence de données fournies par certaines républiques soviétiques. Par ailleurs, la quasi-totalité des langues d’Asie et indiennes n’ont plus de liens préférentiels avec le russe. Pour rappel, la part des traductions réalisées à partir d’ouvrages écrits en russe passe de 11,1 % en 1989 à 2,4 % en 1992 alors que la part de l’anglais passe de 46,6 % en 1989 à 59,9 % en 1992. On observe par ailleurs un éclatement des relations entre les langues des pays d’ex-Yougoslavie.

24La dernière période considérée (1997-2001) est marquée par quelques modifications. Une extension de l’ensemble des langues des pays nordiques est notable (cette extension comprend le kalaallisut, le féroïen, le sami et le nynorsk utilisé par 10 à 15 % des habitants de la Norvège) tout comme le renforcement des liens entre les langues des pays baltes et les quatre langues des pays nordiques, ce qui est une création de lien préférentiel sur une base géographique. Sur la base de cette même logique, on notera également l’augmentation des relations entre les langues des pays d’Europe centrale, de l’est et de pays méditerranéens. La création d’une relation préférentielle entre le biélorusse et le russe apparaît comme la création d’une relation à contre-courant, les relations du russe ayant tendance à fortement diminuer. Citons enfin la disparition du lien de l’allemand avec le catalan, l’espagnol et le portugais comme dernière évolution importante pour la période 1997-2001.

*

25En conclusion, nous constatons une baisse de la densité des flux de traduction liés à la reconfiguration du « système-monde » qui reposent sur plusieurs aspects : des aspects politiques reposant souvent sur les anciennes relations coloniales ou sur la confrontation des deux blocs avant 1989, des aspects géographiques ou encore une dimension économique (pour l’anglais par exemple) via une économie des frais de traduction, un gain de temps s’il y a apprentissage de la langue (même si cette pratique doit s’entretenir) ou encore lorsque les éditeurs sont plus réticents à traduire des textes dans des langues périphériques lorsqu’il y a davantage de lecteurs en anglais. Enfin, la taille du pays pour l’Inde constitue un dernier aspect du système-monde : pour les langues indiennes (qui ne recouvrent pas totalement les langues parlées en Inde), il n’y a pas de liens préférentiels en dehors de l’anglais et du russe en raison du nombre de langues indiennes à traduire.

26En somme, ce travail sur la reconnaissance des langues souligne l’importance de la dynamique de la reconnaissance des langues sur la base des quatre aspects cités précédemment plutôt que la qualité des ouvrages, qui ne peut expliquer les évolutions les plus marquées dans la reconnaissance des langues.

Haut de page

Bibliographie

Barré Germain, « La “mondialisation” de la culture et la question de la diversité culturelle étude des flux mondiaux de traductions entre 1979 et 2002 », REDES, Revista hispana para el análisis de redes sociales, 2010, p. 183-217.

Blau Peter, Schwartz Joseph, Crosscutting Social Circles : Testing a Macrostructural Theory of Intergroup Relations, New York, Academic Press, 1984.

De Swaan Abram, Words of the World, Cambridge, Polity Press, 2001.

Heilbron Johan, « Echanges culturels transnationaux et mondialisation : quelques réflexions », Regards sociologiques, 22, 2001, p. 141-154.

Heilbron Johan, « Toward a sociology of translation. Book translations as a cultural world-system », European Journal of Social Theory, volume 2 (4), 1999, p. 429-444.

Lazega Emmanuel, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 3399, 1999.

Haut de page

Notes

1 Germain Barré, « La mondialisation de la culture et la question de la diversité culturelle. étude des flux mondiaux de traductions entre 1979 et 2002 », REDES, Revista hispana para el análisis de redes sociales, 2010, p. 183-217.

2 Johan Heilbron, « Toward a sociology of translation. Book translations as a cultural world-system », European Journal of Social Theory, volume 2 (4), 1999, p. 429-444 et « échanges culturels transnationaux et mondialisation : quelques réflexions, Regards sociologiques, 22, 2001, p. 141-154.

3 Germain Barré, op. cit.

4 Emmanuel Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? n° 3399, 1999.

5 Germain Barré, op. cit.

6 Abram De Swaan, Words of the World, Cambridge, Polity Press, 2001.

7 De Swaan (ibid., p. 10-11) a souligné l’importance de cette dimension politique : « A map of the present global language system looks quite like a composite of political maps from the eighteenth, nineteenth and twentieth centuries. It shows how much language constellations are determined by political events, but also how they often survive long after this political base has disappeared. Thus, Spanish and Portuguese came to the southern part of the western hemisphere as colonial languages, and so did English and French in North America. And although almost the entire continent became independent of the European mother countries between the end of the eighteenth and the middle of the nineteenth century, the languages of the former colonizers, English, Spanish and Portuguese, still prevail there. »

8 Johan Heilbron, op. cit.

9 Peter Blau, Joseph Schwartz, Crosscutting Social Circles: Testing a Macrostructural Theory of Intergroup Relations, New York, Academic Press, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germain Barré, « Sociologie des échanges transnationaux : l’évolution du système mondial de traductions de 1979 à 2002 et la place de la langue bretonne »La Bretagne Linguistique, 21 | 2017, 163-171.

Référence électronique

Germain Barré, « Sociologie des échanges transnationaux : l’évolution du système mondial de traductions de 1979 à 2002 et la place de la langue bretonne »La Bretagne Linguistique [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lbl/286

Haut de page

Auteur

Germain Barré

Docteur en sociologie et ATER en sociologie à l’UBO en 2015-2016 (rattaché au LABERS),
barre.germain[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Bretagne Linguistique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Bretagne occidentale (UBO)
  • OpenEdition Journals