Navigation – Plan du site
Séminaire du 17 novembre 2017

Le breton maritime à Plouhinec (Morbihan)

Maritime Breton in Plouhinec (56)
Serge Le Bozec
p. 155-175

Résumés

En Bretagne, la géographie linguistique concerne plus l'intérieur que le littoral et le vocabulaire maritime est moins renseigné. Ce papier présente du vocabulaire et des traits phonologiques du breton haut-vannetais, littoral de Plouhinec (Morbihan). Le questionnaire de l'ALCAM (Atlas Linguistique des Côtes de l'Atlantique et de la Manche) de P. Brasseur et le Traité d'ichthyonymie bretonne de A.-G. Le Berre ont servi de guide aux discussions. Cette enquête locale s'inscrit dans un projet devant intégrer les données dans un SIG (Système d’information géographique) couvrant le littoral de la Bretagne et même la façade atlantique européenne, afin de comparer la variation des dénominations et d'évaluer une ancienne continuité atlantique.

Haut de page

Texte intégral

En Basse-Bretagne, les diverses enquêtes de géographie linguistique, reportées dans des atlas, concernent plus l’intérieur que le littoral. Cela est tout simplement dû à une répartition des points d’enquête égale sur le territoire et la bande littorale n’en représente qu’une partie réduite. Mais ce qui est vrai pour les atlas, l’est moins pour d’autres ressources. Il existe beaucoup de monographies ou collectages sur des points de la côte : Sarzeau, l’île-aux-Moines, Belle-île, Plouharnel, Arradon, Riantec, Groix, Plogoff, Douarnenez, Lechiagat, l’île de Sein, Ouessant… par Ernault, Loth, Bernier, Le Diberder, Hammer, Le Besco, Audic, Ternes, Denez, Goyat, Sinou, Fagon, Dom Malgorn…

1Le vocabulaire strictement maritime est globalement moins représenté. Il est donc intéressant de compléter les enquêtes par des termes spécifiques du bord de mer (ichthyonymes, phytonymes, environnement marin, vocabulaire technique de la pêche…) et de contribuer ainsi à une meilleure connaissance du vocabulaire de base et des éventuelles variations dialectales.

Cet article présente quelques résultats issus d’entretiens semi-dirigés en breton avec un informateur de la commune de Plouhinec, Morbihan. C’est un ancien pêcheur, actuellement en retraite à Port-Louis. Il est né en 1932 à Kerzine en Plouhinec. Embarqué comme mousse à l’âge de 14 ans sur les thoniers du port d’étel, il a poursuivi sa carrière sur les chalutiers « pêche arrière » de Lorient et de Concarneau. Le breton est sa langue maternelle et il l’a pratiquée en compagnie des marins des thoniers, et a conservé de cette époque des termes bretons liés à cette activité professionnelle. Par conte, il ne l’a pas utilisée sur les chalutiers, ni en famille par la suite.

2Les objectifs des entretiens avec l’informateur étaient les suivants :

  • apporter des informations le plus exhaustives possible, ou du moins complémentaires, pour décrire le breton plouhinecois dans ses aspects phonologiques, morpho-syntaxiques, lexicaux…

  • constituer un point d’enquête maritime supplémentaire au sein de l’ALCAM (Atlas Linguistique des Côtes de l’Atlantique et de la Manche). Cette partie du travail provient d’une suggestion de Daniel Le Bris, lui-même enquêteur dans le cadre de l’ALCAM, et le questionnaire a été intégralement soumis à l’informateur.

3Les collectes de vocabulaire maritime étant peu nombreuses, voire lacunaires, il est indispensable d’interroger un maximum de locuteurs natifs afin de compléter les données.

Plouhinec est situé dans l’ancien canton de Port-Louis, dont les communes sont actuellement réparties entre la Communauté d’agglomération de Lorient et la Communauté de communes de Blavet Bellevue Océan. Cet ensemble est nettement délimité par la géographie physique, car il s’agit d’un territoire situé entre deux rias réduisant les communications vers l’ouest et l’est : la rade de Lorient et l’embouchure du Blavet à l’ouest, la « rivière d’étel » de son nom local (ou ria d’étel) à l’est. C’est l’océan Atlantique qui borde le territoire au sud. Du côté nord, il est difficile de mettre en évidence une frontière naturelle, mais la voie express RN 165 orientée est-ouest ferme cet espace et oriente les flux de personnes et marchandises en longeant les limites nord de Kervignac et Nostang. Cet axe routier accentue une littoralisation déjà ancienne du Sud-Bretagne. Le canton de Port-Louis est donc presque intégralement situé entre cet axe de circulation majeur et la mer, et peut être comparé à une véritable presqu’île.

4Noms administratifs des communes, leur graphie modernisée en breton et leur prononciation d’après l’informateur :

1

Gâvres

Gavr

gɑ:f

2

Kervignac

3

Locmiquélic

Logmikaelig

loməʧə’lə:ʧ

4

Merlevenez

Brelewenez

bərlaɥi’ni

5

Nostang

An Nostank, Lostank

ən nostãk

6

Plouhinec

Pleizhineg

ple:’nɛ:k

7

Port-Louis

Porzh-Loeiz

poʀ̥ ‘lwajs

8

Riantec

Rianteg

rijɑ̃’tɛ:k

9

Sainte-Hélène

Santez Elenn

sɑ̃tezi’lɛn

5Entre Gâvres et les communes 6, 7 et 8 :

Petite Mer de Gâvres

Mor Bihan Gavr

‘mur bəjã ‘gɑ:f

6à l’ouest :

La rade de Lorient

Gwoazh an Oriant /
Gwoezh an Oriant

‘gwɛh ən o’rjɑ̃t

Lorient

An Oriant

ən o’rjɑ̃t

Lanester

Lannarstêr

lanə’ʃte:r

Groix

Groe

grwe

7à l’est :

La rivière d’Étel

Gwoazh an Entell
Gwoezh an Entell

‘gwɛh ən in’tɛl

Le Bout du Havre

Beg an Havr

‘be:g ə’nɑ:f

(embouchure de la rivière d’Etell, côté Plouhinec)

étel

An Entell

ən in’tɛl

Quiberon

Kiberen

ʧibə’re:n

Belle-île

(Enez) ar Gêrveur

ger’vø:r

8La graphie « gwoazh » est un choix orthographique rendant compte de la prononciation vannetaise /wɛ/ de l’ancienne diphtongue « oe » évoluée en /wa/ en breton KLT (Kernew – Leon – Treger) standard.

9Linguistiquement parlant, la commune d’origine de l’informateur est située dans le pays vannetais bretonnant : la prononciation de l’ancien /ϑ/ a évolué en /h/ ou /x/, et non en /z/ comme généralement en KLT standard. Cette zone vannetisante correspond approximativement à la partie occidentale de l’ancien diocèse de Vannes. Elle regroupe traditionnellement deux grandes variantes dialectales qui apparaissent sur la carte 1 :

  • le bas-vannetais, à l’ouest de la rade de Lorient

  • le haut-vannetais, à l’est de la rade de Lorient.

10La commune de Plouhinec est située en haut-vannetais.

Carte 1 : Les grandes zones dialectales en Pays Vannetais bretonnant.

Carte 1 : Les grandes zones dialectales en Pays Vannetais bretonnant.

Carte extraite de Meriadeg Herrieu, Le breton parlé, Vannes, Bleun Brug Bro Gwened, 1979.

11Divers travaux de linguistique ont porté sur le breton de Plouhinec ou des environs :

    • 1 Pierre Le Roux, Atlas linguistique de la Basse-Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, E. Champion, 192 (...)

    L’Atlas Linguistique de Basse-Bretagne1 (ALBB), de Pierre Le Roux, 1924, où sont cartographiés 77 points d’enquête, dont le point 71 (Merlevenez) est le plus proche de Plouhinec (voir la carte 2 : les points d’enquête de l’ALBB).

    • 2 Jean Le Dû, Nouvel Atlas Linguistique de Basse-Bretagne, 2 vol. , Brest, CRBC, 2001.

    Le Nouvel Atlas Linguistique de Basse-Bretagne2 (NALBB), de Jean le Dû, 2001 : 187 points d’enquête y sont regroupés, dont les points 170 (Nostang) et 171 (Plouhinec).

    • 3 Alain Le Berre, Ichthyonymie bretonne, 3 volumes, Brest, CRBC, 1973, il a été réédité en version nu (...)

    Ichthyonymie bretonne3 d’Alain Le Berre, 1973. Enquêtes menées dans les années 1950. Le vocabulaire de la faune marine y est repertorié à partir d’enquêtes des années 1950 en 129 points littoraux de Basse-Bretagne. Au total, 430 espèces de poissons, de mollusques, de crustacés… y sont traitées. Les points les plus proches sont Saint-Cado à Belz (G11), Le Magoer à Plouhinec (G12) et Penn-Mane à Locmiquélic (G13).

  • Les enquêtes ALCAM : Atlas Linguistique des Côtes de l’Atlantique et de la Manche. C’est un questionnaire conçu par Patrice Brasseur du département de linguistique de l’Université d’Avignon et qui porte sur le vocabulaire maritime. 109 points d’enquête sont répartis sur le littoral et couvrent plusieurs zones linguistiques, depuis le département du Nord (flamand) jusqu’à celui des Pyrénées Atlantiques (basque), en passant par les variétés d’oïl, le breton, les variétés d’occitan.

Carte 2 : Les points d’enquête de l’ALCAM.

Carte 2 : Les points d’enquête de l’ALCAM.

(© ALCAM, 2018)

12Les questions, au nombre de 344, sont groupées par thèmes :

  1. Géomorphologie des côtes et de la mer (questions de 1 à 29)

  2. Les bateaux (de 31 à 56)

  3. Les pêcheurs (de 60 à 77)

  4. Aspect des poissons (de 80 à 96)

  5. Les poissons (de 101 à 185)

  6. Les coquillages (de 191 à 212)

  7. Zoophytes, annelidés, crustacés, céphalopodes (de 221 à 263)

  8. Les algues (de 271 à 283)

  9. Les oiseaux marins (de 290 à 308)

  10. Techniques de pêche (de 311a à 344)

13Le questionnaire de l’ALCAM a été soumis intégralement à l’informateur. Pour faciliter les entretiens, il a été fait usage du Guide de la faune et de la flore littorales des mers d’Europe, de Campbell et Nicholls, éditions Delachaux et Niestlé, ainsi que quelques cartes et diverses photographies.

14Cet article ne présente qu’un échantillon des données issues des entretiens :

  • l’accentuation et la phonologie

  • quelques éléments de morphosyntaxe

  • des exemples de termes maritimes recueillis dans le cadre de l’ALCAM

L’accentuation et la phonologie

L’accentuation

  • 4 Sur ce phénomène, voir Patrick Le Besco, Trajedi Santez Julit ha Sant Sir he mab, Brest, Ar skol vr (...)

15Comme en haut-vannetais de façon générale, la perception accentuelle tombe sur la dernière syllabe4.

– ur ga’rɛ:k

ur garreg

un rocher

– ple:’nɛ:k

Pleizhineg

Plouhinec

– bi’jɑ̃: / bə’jɑ̃:

bihan

petit

– jar’drajn

jardrin

jardin

– gwe’mõ:

gouemon

des algues

16Parfois, la syllabe précédente (pénultième) peut être longue, surtout lorsqu’elle contient un [ɑ].

– ɑ:’ɥi:l

awel

vent

– ɑ:’bərt

abred

tôt

– ɑ:’riɥ

arriv

arriver

– ɑ:’brɛj

abri

abri

Le vocalisme

  • 5 Joseph Le Bayon, Grammaire bretonne du dialecte de Vannes, Vannes, Lafolye, 1896 ; A. Guillevic et (...)

17Le haut-vannetais maritime est immédiatement identifiable par les locuteurs du vannetais par la prononciation spécifique des voyelles. Ce fait est mentionné dans les anciennes grammaires ou méthodes du breton vannetais5. En voici des exemples :

  • [e] > [i]

18Le [e], voyelle fermée, devient encore plus fermé et est prononcé [i].

– mi ‘ɥi:l ən ‘trɛx

me a wel an traezh

je vois la côte

– in ty mɑ̃

en tu-mañ

de ce côté-ci

– ɑ:’ɥi:l

awel

du vent

– də’rɥi

darwe(z), dalwe(z)

en haut

– in am’zir ba’sət

en amzer based

autrefois

– in’dru

en-dro

de nouveau

– i ‘rawk

e-raog

avant

– i’mɛn i wɛz ɑ:’riɥ a’zɑ̃

e-menn eh ous arriv aze(n) ?

Où es-tu arrivé là ?

– di:n

den

personne

– i’ɥi:l

ihuel /uhel

haut

– i ma’gwe:r i wɛz ɑ:’riɥ

e Magoer eh ous arriv.

C’est au Magoer que tu es arrivé.

  • [o] > [u]

19Le [o] long, surtout quand il est accentué, se ferme en [u]

– bə zu yr ga’rɛ:k

boud zo ur garreg

Il y a un rocher

– ər mur

ar mor

la mer

– aɥi munɛ d’ən o’rjɑ̃:t

ewid moned d’an Oriant

pour aller à Lorient

  • [i] > [ɛj]

20La voyelle [i] longue accentuée devient [ɛj]

– nɛj

ni

nous

– ən tɛj ‘nɛj

hon ti-ni

notre maison (à nous)

– yr ‘(h)ɛj

ur c’hi

un chien

– brə’lɛj

brizhilli

des maquereaux

– kɔr’lɛj

Korneli (Sant)

Saint-Cornély

  • Certains « a » se prononcent [ɑ:]

21Le a long accentué devant consonne sonore est prononcé avec un point d’articulation postérieur.

– ur vɑ:k

ur vag

un bateau

– dərjɑ:s

dariaz

en bas

– gɑ:f

Gavr

Gâvres

– plɑ:ch

plaj

plage

– sɑ̃ fjɑ:k

Sant Fiag(r)

Saint-Fiacre

  • [ɛj] > [aj]

22Le groupe /ɛj/ majoritaire s’ouvre localement en /aj/.

– bə zu majn gətẽ

boud zo mein gete(nt)

Ils ont des pierres

– poʀ̥ lwajs

Porzh-Loeiz

Port-Louis

– brajn

brein

pourri

  • La prononciation du [ɛ]

23Le haut-vannetais maritime est aussi caractérisé par une diphtongaison en [ja] ou [jɛ] de la voyelle ɛ accentuée. Mais cette modification n’est pas attestée chez l’informateur, sauf dans un mot :

– pjɛm

pemp

cinq

24Le ɛ est maintenu dans :

– frɛɥ (et non frjaɥ)

frew

en forme, sain

– pɛn (et non pjan ni pjɛn)

penn

tête

Le consonantisme

  • 6 Francis Favereau, Grammaire du breton contemporain, Morlaix, Skol Vreizh, 1997.

25Le consonantisme obéit à des règles précises dans l’ensemble du domaine bretonnant, et n’a pas d’alternative correcte6. La neutralisation des consonnes en finale absolue au profit de la dévoisée et la neutralisation en liaison devant voyelle au profit de la voisée est particulièrement nette à Plouhinec, y compris pour les consonnes appariées s/z qui peuvent parfois faire exception par ailleurs.

En liaison devant voyelle

En finale absolue

kaz a ‘draɥ gə’nət

kas « a » draoù genit

apporte tes affaires

lɑ̃n a ‘draɥ də gas

leun a draoù da gas

plein de choses à apporter

ur ga’rɛ:g azɑ̃

ur garreg aze(ñ)

un rocher là

bə zu ur ga’rɛ:k

boud zo ur garreg

il y a un rocher

tud də’rjɑ:z a’mɑ̃

toud dariaz / daziaz

tout en bas, là

də’rjɑ:s

dariaz / daziaz

en bas

i wɛ:z i pɔʀ̥ ‘lwajs

eh ous e Porzh-Loeiz

tu es à Port-Louis

i ‘mɛn i ‘wɛ:s

e-menn eh ous ?

Où es-tu ?

ti ‘baz in naɥ ‘dy

te a bas en naou du

Tu passes des deux côtés

ti ‘bas

te a bas

Tu passes

ti gɑf ʃi’frɛ:t pəs’kɛ:d e’ɥɑ̃

te a gav chefred, pesked iwe(ñ)z

Tu trouves des crevettes, des poissons aussi

[…] pəskə ‘plɑ:t:

[…] pesked plad

des poissons plats

ti ‘lag ə:

Te a lak, eu

Tu mets … euh

i’mɑ̃d i ʃa:’rajn gwe’mõ

Emant [an dud] é serriñ goemon.

Ils ramassent du goémon

ər bâ’gaɥ bijãn ə ‘baz in ty ‘sy

Ar bagoù bihan a bas en tu « su »

Les petits bateaux passent du côté sud

Mare’jaɥ bi’jã

mareioù bihan

de petites marées

La particule déictique « se(n) »

26La particule déictique « se(n) » s’inscrit dans un paradigme d’allophones en fonction de son environnement phonologique. Il en existe trois variantes utilisées comme indiqué dans le tableau ci-après.

1 : « se(n) »

en position interne

devant consonne

2 : « se(n) »

en position interne

devant voyelle

3 : « se(n) »

en finale absolue

azə zu ‘tyt
aze zo tud
là il y a du monde

i mosən ‘ɑ̃
e-mod-se(n) eo-eñv
il est comme ça

ɥr garɛg a’zɑ̃
ur garreg aze(n)
un rocher, là

azə zu rə’sak
aze zo resak
là il y a du ressac

dy’zɑ̃
du-se(n)

in ty sə marsɑ̃
en tu-se marse(n)
de ce côté-là peut-être

in ty sɑ̃
en tu-sen
de ce côté-là

in ty sə mar’sɑ̃
en tu-se marse(n)
de ce côté-là peut-être

gu’di nə’sɑ̃
goude neuse(n)
après donc

aanə’sɑ̃
ahanese(n)
de là

27Le tableau indique que :

  • l’allophone sə / zə est utilisé en position interne devant consonne, la voyelle de se(n) est réduite à la voyelle centrale moyenne.

  • l’allophone sən / zən est utilisé en position interne devant voyelle, la consonne « n » est insérée dans une liaison intervocalique.

  • l’allophone sɑ̃ / zɑ̃ est utilisé en finale absolue, la voyelle est ouverte et nasalisée et le n final est amui.

28Tout indique que l’étymon de la particule déictique est de forme « sen », et que la forme courante « se » en est une variante par réduction.

29On remarque de plus que le « s » initial de « se(n) » est sonorisé dans les adverbes de lieu aze at du-se (duze). Il demeure sourd dans les autres adverbes : « e mod-se(n), neuse(n), ahanese(n), marse(n) ». Enfin, employé comme élément final du déterminant démonstratif « ər … - sə(n) / ən … - sə(n) », il n’est pas non plus sonorisé.

Quelques éléments de morphosyntaxe

30Les tableaux ci-dessous ne regroupent que les pronoms personnels relevés au cours des entretiens avec l’informateur.

Pronoms personnels indépendants et sujets

Pronoms personnels

COD antéposés

Transcription phonologique

Graphie courante

Traduction

Transcription phonologique

Graphie courante

Traduction

1 S

mi /mə

me

moi/je

2 S

ti

te

toi/tu

3 S m

jõ / jɑ̃

eñv

lui/il

ɑ̃

hañ / hoñ

le

3 S f

ɛj

hi

elle

1 P

nɛj

ni

nous

2 P

ɥɛj

c’hwi

vous

3 P

in

int

eux/ils/elles

u / ɛ

o / hê

les

Pronoms personnels

prépositionnels (avec da)

Pronoms personnels

prépositionnels (avec get)

Transcription phonologique

Graphie courante

Traduction

Transcription phonologique

Graphie courante

Traduction

1 S

din-mi

din-me

me / à moi

2 S

dət

dit

te / à toi

gənət

genit

avec toi

3 P

gəte

gətẽ

gete

getent

avec eux/elles

31En voici quelques exemples :

32• Le pronom indépendant 1S est réduit à l’allophone atone /mə/ : il n’y a pas d’insistance particulière sur le sujet du verbe.

mə sɑ’ɥɛ gwe’mõ / Me a save goemon / Je montais du goémon.

33• Les pronoms 3P COD antéposés u/ɛ (o/hê) s’emploient comme variantes libres.

nɛj u lake a’r garʧɛl ha nɛj u gasɛ dərɥi

Ni o lake àr ar garrikell ha ni o « gase » darwez.

Nous les mettions sur la brouette et nous les apportions en haut.

nɛj ɛ saɥɛ dərɥi.

nɛj ɛ lake in tawɛn

Ni hê save darwez …

ni hê lake en tewenn.

Nous les montions en haut : nous les mettions sur la dune

34• Le pronom S3m postposé à l’auxiliaire avoir dans le verbe composé est audible sous sa variante /ɑ̃/ au cours des entretiens.

ma rə lə’kəl ər ‘me:n ɛl masɑ̃ tro’vət

Ema red leuskel ar mên evel ma ‘c’h eus-hañ « troved ».

Il faut laisser la pierre comme tu l’as trouvée.

NB : La liaison entre « ac’h eus » et ce pronom 3Sm est sourde en raison du h initial d’origine du pronom : /masɑ̃/.

35• Les pronoms COD antéposés /u/ transcrit « o » de la 3e personne du pluriel s’emploient à la forme affirmative ou négative :

tu havɛ

Te o c’have.

Tu les trouvais.

nu havɛ ʃət

N’o c’havez ked

Tu ne les trouvais pas.

36Mais quelques occurrences de la forme 3P « anezhe(nt) » apparaissent dans des indépendantes négatives. Il y a deux interprétations possibles :

371) on a affaire ici au pronom prépositionnel anezhe, substitut du COD :

ɥilɛ ʃə nĩn(t) / nēn(t)

gavɛ ʃə nĩn

Ne welez ked (a)nehe(nt).

Ne gavez ked (a)nehe(nt).

Tu ne les vois pas.

Tu ne les trouves pas.

38Cet emploi n’est normalement pas attesté en haut-vannetais, où on dit « N’o gwelez ked ». Par contre, cette structure syntaxique est connue en bas-vannetais, en alternance avec le système du haut-vannetais. A-t-on ici une expansion vers l’est d’un usage bas-vannetais provenant du pays de Lorient ?

392) ou bien, il s’agit d’un pronom 3P partitif :

ɥilɛ ʃə nĩn(t) / nēn(t)

gavɛ ʃə nĩn

Ne welez ked (a)nehe(nt).

Ne gavez ked (a)nehe(nt).

Tu n’en vois pas (des poissons).

Tu n’en trouves pas
(des poissons).

40L’emploi de la préposition a après un verbe négatif pour rendre un sens partitif est par contre courant en breton, y compris en haut-vannetais. C’est cette interprétation qui est la plus plausible.

41• Il ne faut pas confondre l’emploi décrit dans le paragraphe précédent avec celui du pronom prépositionnel 3P « anezhe(nt) », employé systématiquement, voire obligatoirement, dans une proposition à la forme négative afin de préciser le genre et le nombre du sujet de 3e personne. L’accord verbal en nombre n’est pas réalisé : le verbe reste à la 3e personne du singulier même si le sujet est pluriel.

ve tʃə debə ‘nĩn

Ne vez ked debred (a)nehe(nt).

Littéralement :

N’est pas mangé quant à eux.

Ils ne sont pas mangés. = On ne les mange pas.

mɛ də ʃə ne ‘mɑ: də ze’bɛjn

Mes, n’eo ked (a)nezhe mad da zebriñ.

Littéralement :

Mais, n’est pas quant à eux bon à manger.

Mais, ils ne sont pas bons à manger.

wer tʃə ‘nõ

Ne oar ked anezhoñ.

Littéralement :

Ne sait pas quant à lui.

Il ne sait pas.

da tʃə ‘nɛj

Nend a ked anezhi.

Littéralement :

Ne va pas quant à elle.

Elle ne va pas.

Termes maritimes de l’ALCAM

42L’autre objectif fondamental des entretiens avec l’informateur était de collecter les formes locales (en breton, voire en français local) d’une liste de termes maritimes proposés dans le questionnaire de l’ALCAM.

43Dans les tableaux ci-dessous sont répertoriés les lexèmes ayant trait au thème 1 (Géomorphologie des côtes et de la mer, questions de 1 à 29) et au thème 5 (Les poissons, questions de 101 à 185).

Thème 1 : Géomorphologie des côtes et de la mer

Français

API

Breton

Exemples

un rocher

yr ga’rɛ:k

ur garreg

bə zu yr ga’rɛ:k

Boud zo ur garreg.

Il y a un rocher.

la dune

ən ta’ɥɛn

an tewenn

bə zu ‘jɛwd in ta’ɥɛn

Boud zo yeot en tewenn.

Il y a de l’herbe sur la dune.

du sable

sɛ̃:p

señbl

la côte

ən ‘trɛ:x

an traezh

aɥə mu’nɛ də da’pwi mi’sklɛ:t ve lâ’rət jam dən ‘trɛ:x

Ewid moned da dapoued meskled… e vez lâred eh amp d’an traezh.

Pour aller chercher des moules… on dit que nous allons à la côte

la mer

ər ‘mu:r

ar mor

ma ər ‘mur i ti’ʃɛn mar’sã

Ema ar mor é tiskenn marsen.

La mer descend peut-être.

l’océan

ər mu:r ‘brɑ:s

ar mor bras

ma jɛz ir mur ‘brɑ:s

Ma yez er mor braz…

Si tu vas sur l’océan…

en haut

də’rɥi

dalwez = darwez

pə də ər ‘mur də’rɥi

pad eo ar mor darwez

Quand la mer est haute

en bas

də’rjɑ:s

daziaz = dariaz

ən ‘dø:r ə ‘ʃom də’rjɑ:s

An doùr a chom dariaz.

La mer reste basse.

marée

mɑ:’re

mare

ər ‘mur ə za bə’dag ən no’stãk pəd ə mɑ:re ‘brɑ:s

Ar mor a za bedag an Nostank pad eo mare braz.

La mer vient jusqu’à Nostang quand il y a de grandes marées.

marées

mare’jaɥ

mareioù

Mare’jaɥ bi’jã

mareioù bihan

de petites marées

flot : marée montante

ma ər ‘mur i tu’nɛ də’rɥi

Ema ar mor é toned darwez

La mer vient en haut

jusant :

marée descendante

ma ər ‘mur i ti’ʃɛn mar’sã

Ema ar mor é tiskenn marsen.

La mer descend peut-être.

ən ‘dø:r ə ziʃal ‘mat

An doùr a zichal mat.

La mer descend bien.

Mi-marée ?

in i ᴣark

en e jarg/jark ?

pə za ən ‘dø:r də’rɥi…

ən ‘dø:r ə ɑ:’riɥ in i ᴣark…

gudi nə’sã…

pə də iɥɛ’loh ər ‘mur

azə ve lɑ:rə nə’sã …

ima ər ‘mur də’rɥi

Pa za an doùr darwez…

an doùr a arriv en e jarg / jark ?…

goude neusen …

pad eo uhelloc’h ar mor,

aze (e) ve lâred neusen :
« Ema ar mor darwez. »

Quand la mer monte …

l’eau arrive à mi-marée ?

ensuite alors …

quand la mer est plus haute,

là, on dit alors :
« La mer est en haut. »

basse mer, pleine mer

– pəd ər ‘mu:r də’rjɑ:s

Pad eo ar mor dariaz

Quand la mer est basse.

– pəd ə ər ‘mu:r də’rɥi

Pad eo ar mor darwez

Quand la mer est haute.

– pəd ə i’ɥi:l ər ‘mu:r

Pad eo uhel ar mor

Quand la mer est haute.

44Commentaires :

  1. Le terme trɛ:x / traezh ne désigne pas le sable, mais la côte, le rivage. Pour désigner les sédiments, on fait usage du lexème sɛ̃:p /señbl, comparable au français sable.

  2. Le terme awt / aod est aussi utilisé.

  3. Quant au lexème homophone trɛ:x / treizh, il est utilisé dans le toponyme plouhinecois ən trɛx ‘kux / « an Treizh Kozh », connu sous son nom français « le Vieux Passage ».

  4. Une expression inconnue pour nous – et des dictionnaires – jusqu’à son utilisation spontanée par l’informateur lors de la partie de l’entretien concernant le vocabulaire des marées a fait l’objet d’une explication de sa part en breton :

pə za ən ‘dø:r də’rɥi … ən ‘dø:r ə ɑ:’riɥ in i ᴣark… gudi nə’sã … pə də iɥɛ’loh ər ‘mur azə ve lɑ:rə nə’sã … ima ər ‘mur də’rɥi

Pa za an doùr darwez… an doùr a arriv en e jarg / jark ?… Goude neusen … pad eo uhelloc’h ar mor, aze (e) ve lâred neusen : « Ema ar mor darwez. »

Quand la mer monte … l’eau arrive dans son/sa jark/jarg … ensuite alors … quand la mer est plus haute, là, on dit alors : « La mer est en haut. »

45Appliquée à la marée montante, « en e jark /jarg » semble signifier que la mer a atteint le niveau de la mi-marée et qu’elle couvre déjà bien l’estran.

Thème 5 : Les poissons

Français

API

Breton

Nom scientifique

poissons

pəskɛ:t

pesked

Pisces

moules

mis’klɛ:t

meskled

Mytilus edulis

crabes

krãkə’ʤɛ:t

krankeged

Brachyura

plies

plajn’sɛ:t

pleised

Pleuronectes platessa

araignées de mer

kaminiriõ

kemenerion

Maia squinado

dormeurs, tourteaux

kouskəriõ

kouskerion

Cancer pagurus

palourdes

palurdɛ:t

palourded

Venerupis decussata

maquereaux

brəlɛj

brizhilli

Scomber scombrus

gourlazeaux

crénilabres, non distingués des vieilles.

gurlazãnɛ:t

gurlazɛ:t

gourlazaned

gourlazed

Crenilabrus sp.

46Les termes plouhinecois peuvent être comparés à leurs équivalents des communes proches ou plus lointaines, repertoriés lors d’enquêtes similaires, et ce de façon d’autant plus pertinente que le système phonologique particulier du haut-vannetais maritime aura été précisément caractérisé par rapport au vannetais et aux autres dialectes bretons.

  • 7 Alain Le Berre, Ichthyonymie bretonne, 3 volumes, Brest, CRBC, 1973.

47À titre d’exemple, le lexème /brəlɛj/ brizhilli utilisé par l’informateur est bien à interpréter comme le nom « brizhilli » comportant le suffixe « i » du pluriel, et non comme un hypothétique « breuleilh » d’interprétation délicate. La forme /brəlɛj/ correspond parfaitement aux évolutions phonétiques et phonologiques locales réflexes de prononciation de Plouhinec : le phonème /h/ intervocalique y est muet ; le /i/ inaccentué perd sa couleur vocalique et tend vers un schwa /ə/ ; le /i/ final accentué s’allonge et se diphtongue en /ɛj/. Cette forme /brəlɛj/ s’inscrit donc dans la continuité de variantes comme /brehi’li/, /’bri:li/ ou /bre’zili/, cités dans Ichtyonymie bretonne7.

Conclusion

  • 8 Françoise Hammer, Der bretonische Dialekt von Plouharnel (Phonologie, Morphophonologie, Morphologie (...)
  • 9 Elmar Ternes, Grammaire structurale du breton de l’île de Groix, thèse de doctorat, Université de H (...)
  • 10 Loic Cheveau, Approche phonologique, morphologique et syntaxique du breton du Grand Lorient (bas-va (...)
  • 11 Maxime-Morvan Crahé, Le breton de Languidic : étude phonétique, morphologique et syntaxique d’un so (...)

48Le breton de Plouhinec n’a pas encore fait l’objet d’étude précise, à l’instar de celui des variétés locales des alentours : Plouharnel8, Groix9, pays de Lorient10 et Languidic11. Il subsiste encore de – rares – locuteurs natifs dans cette commune, ainsi que dans les autres communes de l’ex-canton de Port-Louis. Une étude d’ensemble du breton de cette presqu’île située entre la rade de Lorient et la rivière d’étel permettrait de combler le hiatus dialectologique le long de cette portion du littoral morbihannais et de contribuer à la compréhension des continuités et ruptures du breton local.

49D’autre part, le questionnaire de l’ALCAM peut servir de guide pour mener les enquêtes linguistiques. Cela permettrait de collecter de surcroît des termes maritimes, afin d’enrichir le thésaurus déjà répertorié dans les fichiers de l’ALCAM. En combinant ces données à celles de Ichthyonymie bretonne, de l’Atlas linguistique de la faune marine de Bretagne, de l’Atlas Linguarum Europae (ALE), de l’Atlas Linguistique Roman (AliR), et toutes autres sources présentes dans les dictionnaires de langues, il est possible de représenter ces données dans des systèmes d’information géographique (SIG) (outil informatique permettant de dresser des cartes cumulant diverses informations géographiques) et d’étudier des concordances lexicales entre des aires linguistiques et culturelles différentes.

  • 12 Daniel Le Bris (dir.), Aires linguistiques / aires culturelles. Études de concordances en Europe oc (...)

50Daniel Le Bris travaille actuellement dans ce domaine de la géolinguistique. Par une analyse motivationnelle du lexique comparé entre zones géographiques, il met en évidence des concordances aréales sur les franges atlantiques de l’Europe et des échanges mutuels entre langues celtiques, romanes et germaniques12. Les données locales collectées auprès de l’informateur de Plouhinec sont une modeste mais précieuse contribution à cette recherche de vaste envergure.

Haut de page

Bibliographie

Campbell A.-C. et Nicholls J., Guide de la faune et de la flore littorales des mers d’Europe, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1979.

Cheveau Loic, Approche phonologique, morphologique et syntaxique du breton du Grand Lorient (bas-vannetais), thèse de doctorat, Université de Rennes 2, 2007.

Crahé Maxime-Morvan, Le breton de Languidic : étude phonétique, morphologique et syntaxique d’un sous-dialecte du breton vannetais, thèse de doctorat, Rennes, Université Rennes 2, 2013.

Favereau Francis, Grammaire du breton contemporain, Morlaix, Skol Vreizh, 1997.

Guillevic A. et Le Goff P., Grammaire bretonne du dialecte de Vannes, Vannes, Lafolye et de Malarzelle, 1931.

Hammer Françoise, Der bretonische Dialekt von Plouharnel (Phonologie, Morphophonologie, Morphologie und syntaktische Gruppen), thèse de doctorat, Université de Kiel, 1969.

Herrieu Meriadeg, Le breton parlé, Vannes, Bleun Brug Bro Gwened, 1979.

Le Bayon Joseph, Grammaire bretonne du dialecte de Vannes, Vannes, Lafolye, 1896.

Le Berre Alain, Ichthyonymie bretonne, 3 volumes, Brest, CRBC, 1973.

Le Berre Alain, Ichthyonymie bretonne, Atlas linguistique de la faune marine de Bretagne, Brest, CRBC et IUEM, 2008.

Le Bris Daniel (dir.), Aires linguistiques / aires culturelles. Études de concordances en Europe occidentale : zones Manche et Atlantique, Brest, CRBC, 2012.

Le Bris Daniel, « Concordances linguistiques celto-ibériques : les noms de ‘‘requin peau-bleue’’, prionace glauca, en Péninsule armoricaine et de ‘‘requin-taupe’’, lamna nasus, en péninsule ibérique », Estudis Romanics [Institut d’Estudis Catalans], vol. 35, 2013, p. 283-305.

Le Dû Jean, Nouvel Atlas Linguistique de Basse-Bretagne, 2 volumes, Brest, CRBC, 2001.

Le Roux Pierre, Atlas linguistique de la Basse-Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, E. Champion, 1924.

Ternes Elmar, Grammaire structurale du breton de l’Ile de Groix, thèse de doctorat, Université de Heidelberg, 1970.

Haut de page

Notes

1 Pierre Le Roux, Atlas linguistique de la Basse-Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, E. Champion, 1924.

2 Jean Le Dû, Nouvel Atlas Linguistique de Basse-Bretagne, 2 vol. , Brest, CRBC, 2001.

3 Alain Le Berre, Ichthyonymie bretonne, 3 volumes, Brest, CRBC, 1973, il a été réédité en version numérique sous le titre Ichthyonymie bretonne, Atlas linguistique de la faune marine de Bretagne, Brest, CRBC et IUEM, 2008.

4 Sur ce phénomène, voir Patrick Le Besco, Trajedi Santez Julit ha Sant Sir he mab, Brest, Ar skol vrezoneg-Emgleo Breiz, 2001, p. 324 et Erwan Le Pipec, Étude pluridimensionnelle d’un parler : description, émergence et aspects sociolinguistiques du breton de Malguénac, thèse de doctorat, Rennes, Université Rennes 2, 2008, p. 86-133.

5 Joseph Le Bayon, Grammaire bretonne du dialecte de Vannes, Vannes, Lafolye, 1896 ; A. Guillevic et P. Le Goff, Grammaire bretonne du dialecte de Vannes, Vannes, Lafolye et de Malarzelle, 1931 ; Meriadeg Herrieù, Le breton parlé, Vannes, Bleun Brug Bro Gwened, 1979.

6 Francis Favereau, Grammaire du breton contemporain, Morlaix, Skol Vreizh, 1997.

7 Alain Le Berre, Ichthyonymie bretonne, 3 volumes, Brest, CRBC, 1973.

8 Françoise Hammer, Der bretonische Dialekt von Plouharnel (Phonologie, Morphophonologie, Morphologie und syntaktische Gruppen), thèse de doctorat, Université de Kiel, 1969.

9 Elmar Ternes, Grammaire structurale du breton de l’île de Groix, thèse de doctorat, Université de Heidelberg, 1970.

10 Loic Cheveau, Approche phonologique, morphologique et syntaxique du breton du Grand Lorient (bas-vannetais), thèse de doctorat, Rennes, Université Rennes 2, 2007.

11 Maxime-Morvan Crahé, Le breton de Languidic : étude phonétique, morphologique et syntaxique d’un sous-dialecte du breton vannetais, thèse de doctorat, Rennes, Université Rennes 2, 2013.

12 Daniel Le Bris (dir.), Aires linguistiques / aires culturelles. Études de concordances en Europe occidentale : zones Manche et Atlantique, Brest, CRBC, 2012 ; « Concordances linguistiques celto-ibériques : les noms de ‘‘requin peau-bleue’’, prionace glauca, en Péninsule armoricaine et de ‘‘requin-taupe’’, lamna nasus, en Péninsule ibérique », Estudis Romanics [Institut d’Estudis Catalans], vol. 35, 2013, p. 283-305.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les grandes zones dialectales en Pays Vannetais bretonnant.
Crédits Carte extraite de Meriadeg Herrieu, Le breton parlé, Vannes, Bleun Brug Bro Gwened, 1979.
URL http://journals.openedition.org/lbl/docannexe/image/354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Carte 2 : Les points d’enquête de l’ALCAM.
Crédits (© ALCAM, 2018)
URL http://journals.openedition.org/lbl/docannexe/image/354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Le Bozec, « Le breton maritime à Plouhinec (Morbihan) »La Bretagne Linguistique, 22 | 2018, 155-175.

Référence électronique

Serge Le Bozec, « Le breton maritime à Plouhinec (Morbihan) »La Bretagne Linguistique [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lbl/354

Haut de page

Auteur

Serge Le Bozec

Enseignant de breton (s.le.bozec[at]orange.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Bretagne Linguistique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Bretagne occidentale (UBO)
  • OpenEdition Journals