Skip to navigation – Site map

HomeThe JournalCharte éthique

Charte éthique

Afin de veiller à l’intégrité de la construction et de la diffusion de la recherche scientifique, la revue La Bretagne linguistique applique les règles éthiques exposées dans la présente charte. Nous engageons les membres de nos comités, les auteur·e·s, les évaluateur·rice·s à les respecter.

Ce document s’inspire des recommandations du Committee on Publication Ethics (COPE), du Code de conduite européen pour l’intégrité en recherche élaboré par l’ALLEA, des avis du Comité d’éthique du CNRS (Comets, dont nous avons consulté notamment le guide Pratiquer une recherche intègre et responsable et la Charte nationale de déontologie des métiers de la recherche), des documents produits par le Comité pour la science ouverte, ainsi que des chartes d’autres revues.

Qualité de la revue

Le comité de rédaction de la revue cherche, notamment par les règles de bonne pratique ci-dessous, à garantir la qualité scientifique de la revue. Il travaille au renouvellement régulier de son comité de lecture et d’évaluation et de son conseil scientifique, dans un souci de rigueur professionnelle. Les affiliations des membres de l’équipe éditoriale, du conseil de direction du Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne (GRELB), du comité de lecture et du conseil scientifique sont disponibles sur le site internet de la revue.

Engagements du comité de rédaction

La revue La Bretagne linguistique s’appuie sur le séminaire du même nom. Les articles publiés dans la revue font donc l’objet d’une communication orale préalable à l’occasion d’une journée de séminaire.

Le comité de rédaction sollicite ensuite les auteur·e·s des communications et s’engage à faire suivre aux propositions d’articles une procédure de sélection et d’évaluation rigoureuse et diligente conforme aux principes énoncés dans les instructions aux auteur·e·s de la revue.

Les articles soumis à la revue sont évalués selon la modalité de révision en double aveugle : l’auteur·e ne connaît pas l’identité des évaluateur·rice·s et ceux·celles-ci ne connaissent pas l’identité de l’auteur·e. Il y a au moins deux évaluateur·rice·s pour chaque article.

En cas de doute ou de divergences d’appréciation entre les évaluateur·rice·s, des avis complémentaires peuvent être demandés par le comité de rédaction.

L’ensemble des membres du comité de rédaction et du comité scientifique est consulté en cas de litige.

Après délibération du comité de rédaction et de la direction s’appuyant sur les rapports d’évaluation, une proposition d’article peut être acceptée, acceptée sous réserve de modifications (majeures ou mineures) ou rejetée. En cas d’acceptation sous réserve, la direction et le comité de rédaction prennent une décision définitive en fonction de la prise en compte par l’auteur·e des suggestions et commentaires des évaluateur·rice·s. En cas de rejet de leur proposition, un avis motivé est transmis aux auteur·e·s.

Les informations concernant un texte soumis à la revue ne sont pas diffusées en dehors du comité de rédaction, hormis aux auteur·e·s et aux responsables des évaluations.

Le comité de rédaction garantit la confidentialité du processus d’évaluation, en particulier l’anonymat des évaluateur·rice·s.

Le comité de rédaction s’assure que les évaluations visent à l’objectivité et à l’impartialité.

Le comité de rédaction tient compte, dans ses décisions, des exigences légales en matière de diffamation, de violation du droit d’auteur·e et de plagiat. Le comité se réserve le droit d’examiner les articles au moyen d’un logiciel de détection de plagiat, dont les résultats sont étudiés d’une façon critique. En cas d’emprunts substantiels à d’autres travaux sans que les sources soient dûment citées, la proposition est refusée.

Les textes sont publiés sous une licence ouverte Creative Commons de type « Attribution » (CC BY 4.0).

La revue s’engage à proposer un accès libre et gratuit immédiat à tous les articles qu’elle publie (Open Access). Les auteur·e·s autorisent la diffusion de leur article aux formats imprimé et numérique (sur le portail OpenEdition Journals).

De plus, La Bretagne linguistique ne peut demander aucune participation financière et ne peut facturer aucune charge (que ce soit pour la traduction, la mise en page, l’adaptation de graphiques, photos, vidéos, etc.) aux auteur·e·s.

Engagements des auteur·e·s

Les auteur·e·s soumettent à la revue des textes rédigés en français, inédits, qui ne doivent pas être soumis à d’autres revues après acceptation. Dans des cas exceptionnels et après obtention de l’accord de la revue, la publication de traductions est envisageable.

Ils mentionnent les financements qui ont permis leurs travaux.

Ils indiquent explicitement les travaux et matériaux sur lesquels s’appuie leur texte, en citant les personnes et les sources pertinentes. Il leur appartient d’obtenir les autorisations de reproduction nécessaires, en lien avec le comité de rédaction.

Figurent dans la liste des co-auteur·e·s d’un article les personnes ayant contribué d’une manière significative à la conception des recherches présentées, à l’acquisition, à la préparation ou à l’analyse des données, ou à la mise en forme critique des résultats. Ces critères s’appliquent sans préjuger du statut professionnel des personnes qui ont contribué : chercheur·e·s, enseignant·e·s, étudiant·e·s, personnels d’appui à la recherche, connaisseur·euse·s et amateur·e·s sans affiliation universitaire, etc.

Lorsqu’un article a plusieurs auteur·e·s, celui·celle qui est en contact avec la revue veille à ce que toutes les personnes concernées aient relu et approuvé la version de l’article proposée à la revue. De même, pendant le processus d’évaluation et jusqu’à la publication, si des modifications importantes sont apportées au texte, tous les co-auteur·e·s doivent en être informé·e·s.

Si la revue croit constater après publication qu’un article comporte des erreurs significatives, elle peut demander aux auteur·e·s de corriger ces erreurs dans un rectificatif ajouté au texte publié. De même, si les auteur·e·s constatent des erreurs significatives après publication, il leur appartient d’en avertir rapidement la revue et de fournir la matière d’un rectificatif. Dans des cas extrêmes, il est possible de retirer un texte : seules les métadonnées subsistent alors, accompagnées d’une note de la revue.

Engagements des évaluateur·rice·s

Les évaluateur·rice·s garantissent la confidentialité du texte qui leur est confié. Il n’est en aucun cas acceptable d’utiliser dans un autre contexte ou de communiquer des éléments de l’article (extraits, résultats, données, etc.) avant sa publication.

Il·Elle·s déclarent spontanément tout conflit d’intérêts : proximité au sein d’une même institution, collaboration en cours ou passée, publication commune, situation de concurrence professionnelle, relation hiérarchique (telle que la direction d’un mémoire universitaire) ou relation personnelle risquant de porter préjudice à la qualité et à l’indépendance de l’évaluation.

En acceptant de réaliser l’évaluation, il·elle·s déclarent avoir les compétences requises et s’engagent à communiquer leur évaluation dans le délai convenu.

Il·Elle·s signalent dans leur évaluation, autant que possible, d’éventuels emprunts à d’autres travaux de recherche dont l’origine ne serait pas mentionnée, que ces travaux soient publiés ou inédits.

Il·Elle·s rendent un avis argumenté et bienveillant, dont l’objectif est d’améliorer l’article. Aucune attaque personnelle ne saurait être tolérée.

Les évaluateur·rice·s mènent leur évaluation en visant à l’objectivité et à l’impartialité. Aucune discrimination fondée sur l’origine ethnique, le sexe, l’orientation sexuelle, les convictions religieuses ou les opinions politiques n’est acceptable. La nationalité, l’affiliation institutionnelle ou le statut professionnel ne sauraient être considérés comme des critères d’évaluation que dans la mesure où ces informations ont une pertinence scientifique.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search