Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Séminaire du 11 décembre 2020Traductions en langues minoritair...

Séminaire du 11 décembre 2020

Traductions en langues minoritaires : le cas de Maria Chapdelaine de Louis Hémon

Translations into minority languages: the case of Maria Chapdelaine by Louis Hémon
Cécile Beaudouin
p. 209-228

Résumés

L’étude de la réception du célèbre roman de Louis Hémon, Maria Chapdelaine (1916), s’est jusqu’ici concentrée sur les pays avec lesquels le roman entretient un lien évident : la France, pays d’origine de son auteur, et le Canada. Hémon y émigre en 1911 et se rend à Péribonka, sur les rives du Lac-Saint-Jean, au nord de Québec, afin d’y côtoyer les « paysans-défricheurs » venus de France quelques siècles plus tôt. Il vit six mois parmi eux et compose Maria Chapdelaine, roman polymorphe à la fois histoire d’amour, récit de voyage et mythe des origines pour le Québec. Dans le cadre de notre thèse sur la fortune littéraire de Louis Hémon, nous menons une enquête sur la réception internationale de ce roman, traduit en plus de vingt langues. L’existence de traductions en langues minoritaires – gallois, gaélique, albanais, flamand, mais aussi les langues scandinaves – nous a amenée à nous interroger sur la réception de l’œuvre dans les pays concernés : était-elle équivalente à la réception française, ou bien ouvrait-elle de nouvelles perspectives ?

Haut de page

Notes de la rédaction

Cécile Beaudouin est intervenue lors du séminaire du 10 décembre 2021.

Texte intégral

  • 1 C’est en tout cas ce qu’exprime la critique primaire du roman, comme ici Émile Grimaud : « Par bien (...)

1Maria Chapdelaine est le dernier roman de Louis Hémon, celui qui lui a valu sa renommée posthume. Pourtant, au début, rien ne destine ce livre à devenir le premier ouvrage français à franchir la barre des cent mille exemplaires et à être traduit en plus de vingt langues. Il est écrit par un auteur presque inconnu, exilé volontairement des milieux littéraires parisiens, peu avant la Première Guerre mondiale. Il passe presque inaperçu à sa parution en feuilleton dans le journal Le Temps en 1914, puis connaît une première édition en volume au Canada en 1916, sous l’impulsion de Félix Hémon, qui voulait rendre un dernier hommage à son fils. Ce volume ne rencontre lui aussi qu’un écho limité. Mais en 1921, alors que la France peine à se remettre des horreurs de la guerre et cherche un secours dans les valeurs traditionnelles1, l’éditeur Bernard Grasset perçoit le potentiel de ce roman, présentant une histoire à la fois typique et universelle.

2Louis Hémon est né à Brest en 1880, dans une famille bourgeoise et républicaine, très attachée à la défense de la langue bretonne. C’est peut-être de là que vient son intérêt pour les langues, intérêt qu’il manifeste dans ses études – il apprend l’anglais et le vietnamien – et dans ses romans. Mais c’est bien le seul point commun qu’Hémon conserve avec sa famille : en 1902, dès son service militaire effectué, il quitte la France pour Londres, où il vit de petits emplois de commerce ou de traduction. Il devient un correspondant régulier du journal sportif Le Vélo. Ainsi, il entre dans l’écriture par le sport, qu’il pratique assidûment depuis l’université : course, escrime, aviron, rugby, boxe, c’est un touche-à-tout peu intéressé par la compétition et les records, mais très attaché à la camaraderie sportive et aux sensations de bien-être que procure l’exercice. Ses chroniques deviennent bientôt des nouvelles. Il est particulièrement productif pour un écrivain obligé de travailler : à Londres, il écrit une trentaine de nouvelles et trois romans, sans compter les nombreux comptes-rendus de matchs ou de courses qu’il fait paraître dans Le Vélo et qui complètent ses subsides. Il rencontre, dans une boarding house, une comédienne irlandaise, Lydia O’Kelly, avec laquelle il a une fille en 1909. Mais l’histoire est loin d’être idyllique : Hémon ne semble guère amoureux d’elle, et Lydia est touchée par une grave maladie mentale. Leur fille Lydia-Kathleen Hémon va d’abord vivre avec sa tante maternelle, tandis que sa mère est internée et que son père part pour le Canada en 1911.

  • 2 Lettre de Louis Hémon à sa mère, 4 octobre 1911, Œuvres complètes, éditées par Aurélien Boivin, Mon (...)

3Cette fuite en avant, Hémon la justifie auprès de ses parents par une phrase aussi laconique que mystérieuse : « Je m’en vais d’abord parce que rien ne m’attache plus à Londres, et pour d’autres raisons excellentes pour moi, mais qui n’auraient de sens pour personne d’autre2. » Se sentait-il incapable de prendre soin d’un enfant, seul et sans travail stable ? Depuis le Canada, il reste en contact avec celle qui s’occupe de Lydia-Kathleen, et lui envoie régulièrement de l’argent, ainsi que des cartes postales à l’intention de sa fille, à laquelle il glisse des mots tendres et signe « your dad ».

4Après un passage à Québec et à Montréal, Hémon s’installe au Lac-Saint-Jean. Il s’embauche comme journalier dans une ferme afin de trouver la matière de son futur roman, Maria Chapdelaine, récit du Canada français. Il est perçu comme un original : il accepte une paye dérisoire, n’a aucune expérience du travail de la terre, n’assiste pas à la messe et passe son temps à écrire dans un carnet. Mais sa bonne volonté et sa bonne humeur lui permettent vite de s’intégrer dans la famille Bédard, chez laquelle il vit pendant six mois, de juin à décembre 1912. Il va ensuite passer l’hiver à Montréal, où il dactylographie son roman qu’il envoie au journal parisien Le Temps. Au début de l’été 1913, il part vers l’Ouest dans le but de faire les moissons, voyageant à pied ou en train, avec un billet ou en grimpant sur les wagons de marchandises. C’est à Chapleau, en Ontario, à mille kilomètres de Montréal que son voyage s’arrête brutalement : son compagnon de route, un Australien nommé Harold Jackson, et Hémon lui-même sont vraisemblablement heurtés par un train et tués sur le coup.

5Quand la rédaction du Temps répond à Hémon pour accepter la publication de Maria Chapdelaine, la lettre revient avec la mention « décédé ». Le roman paraît tout de même dans ce journal, et devient en 1921 un miracle de l’édition française. Il fait la fortune de Bernard Grasset, qui utilise la publicité avec habileté et ardeur. Il cible le public catholique et rural : c’est un immense succès. En France et au Québec, les élites conservatrices s’emparent du roman, qui devient leur porte-parole pour professer le retour à la terre, dont la culture serait une mission divine et une tâche agréable, pour inciter les femmes à de nombreuses maternités ou simplement pour louer les mérites infinis de la « race française ». Ce détournement de sens persistera pendant tout l’Entre-deux-guerres. Comment, en effet, penser qu’un jeune homme en rupture avec toutes les valeurs traditionnelles écrive un roman qui en ferait la louange ? Une lecture sélective de Maria Chapdelaine préside à la création d’un mythe : on parle du livre sans l’avoir lu ; on le brandit comme un talisman pour parer à la dissolution des bonnes mœurs ; on remplit la biographie de son auteur de créations fantaisistes.

6Il est vrai que Maria Chapdelaine s’appuie sur des rituels religieux : le catholicisme prenait une grande place dans la vie des Canadiens français. Mais ce fut une erreur de réduire le récit à cette seule dimension, que l’on a prise au premier degré sans mesurer la distance ironique qu’Hémon instaure avec elle. C’est aussi une histoire d’amour, celle de la fille aînée d’une famille de paysans défricheurs, Maria, qui retrouve au printemps de ses dix-sept ans un jeune homme qu’elle a connu dans l’enfance, François Paradis. Ils tombent amoureux et se promettent de s’épouser. L’idylle se transforme en roman d’apprentissage lorsque François meurt et que Maria doit retrouver du sens à son existence, choisir la vie qu’elle veut mener et franchir le seuil du monde des adultes. C’est aussi un récit de voyage, écrit par un Français pour des Français, où les qualités d’observateur d’Hémon se font ressentir. C’est encore un roman d’aventures, dans la tradition américaine des récits de la frontière. La complexité du roman a été ainsi écrasée par l’interprétation en vogue dans l’Entre-deux-guerres, entretenue par les élites, par les illustrations ou encore par l’adaptation cinématographique de Julien Duvivier en 1936, avec Madeleine Renaud et Jean Gabin.

  • 3 Mickaëlle Cedergren et Ylva Lindberg, « L’importation de la littérature française : un triple détou (...)
  • 4 Nicole Deschamps, Le Mythe de Maria Chapdelaine, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 198 (...)

7Maria Chapdelaine a été traduite en plus de vingt langues, aussi variées que l’anglais, le perse, le japonais, le gaélique, le flamand, l’allemand, le suédois ou encore le gallois. Les études sur la réception du roman se sont concentrées sur les deux pays avec lesquels il entretient des liens évidents, la France et le Canada. Pourtant, comme le soulignent Mickaëlle Cedergren et Ylva Lindberg, « appréhender la circulation transnationale des œuvres littéraires à une échelle mondiale s’avère aujourd’hui d’autant plus urgent que nécessaire pour d’une part décloisonner les histoires littéraires et d’autre part leur rendre justice en montrant leur complexité3. » L’idée d’élargir l’étude de la réception de Maria Chapdelaine grâce à l’analyse de la critique journalistique ou du paratexte des différentes traductions, a émergé au début de notre travail de thèse à la lecture d’une phrase de Nicole Deschamps, chercheuse québécoise ayant notamment travaillé sur le mythe de Maria Chapdelaine. Elle évoque « l’improbable enquête » qui consisterait dans l’étude de la réception internationale du roman d’Hémon : « Quel écho de leurs rêves étouffés, de leur silencieuse résignation, du mystère de leur angoisse, ces foules de lecteurs de par le monde auront-elles trouvé dans la triste histoire de survivance racontée par Hémon4 ? »

8Dans Maria Chapdelaine, Hémon souligne le conflit entre les pionniers, qui désirent « faire de la terre » et s’avancer toujours plus loin dans la forêt, et les sédentaires, qui souhaitent s’établir sur une terre à cultiver. Ce thème était déjà central dans les romans qu’il a écrits à Londres : à travers ce conflit, il essaye de comprendre son histoire personnelle. Mais si les romans londoniens s’étaient concentrés sur des individus, c’est dans Maria Chapdelaine qu’apparaît pour la première fois l’idée d’une communauté. Elle est définie par sa langue, ses traditions, sa religion. Elle est aussi définie par la menace qui plane sur elle : elle est enclavée dans un territoire majoritairement anglophone et protestant. Hémon avait perçu ce problème et en discute dans un ouvrage précédent, L’Itinéraire, un récit documentaire de son arrivée au Canada. Dans Maria Chapdelaine, qui n’est pas un documentaire mais une fiction, il évoque cette idée de manière diffuse : le vocabulaire du travail et de l’industrie est envahi de termes anglais – la job, la drave, le boss, être payé cash, le foreman, la track – ; le personnage de Lorenzo Surprenant, un prétendant de Maria, a quant à lui émigré aux États-Unis et défend avec ardeur un nouveau mode de vie, celui qui consiste à s’employer au service d’un patron dans une usine.

  • 5 Il est à noter qu’Hémon ne s’intéresse pas de près aux autres populations réellement privées de leu (...)

9À la fin du roman, Maria se résigne à rester au pays de Québec : elle y est appelée par son environnement familier, son sens du devoir et son sentiment d’appartenance à cette communauté. Par cette conclusion, Hémon manifeste son attachement à une vie plus authentique et plus proche de la nature, tout en en montrant les derniers instants. Il avait bien perçu ce tournant à venir dans l’histoire du Québec : entre l’écriture de Maria Chapdelaine en 1912 et sa publication française en 1921, la population québécoise, majoritairement rurale, est devenue majoritairement urbaine. En mettant en scène cette communauté minoritaire opprimée dans sa langue et, plus essentiellement, privée de ses moyens de subsistance – les terres et les forêts, mais aussi les jeunes gens qui émigrent – Hémon s’inscrit dans une perspective anti-impérialiste, à laquelle l’interprétation dominante dans l’Entre-deux-guerres ne laisse aucune place5.

  • 6 L’expression apparaît pour la première fois sous la plume d’Henri Massis, « Un chef-d’œuvre catholi (...)
  • 7 L’Australie n’est pas, comme l’Angleterre, un pays majoritairement protestant. L’immigration massiv (...)

10Dans les traductions en langues dominantes – nous nous appuyons surtout sur l’anglais et l’espagnol – le roman devient au mieux une œuvre neutre, envisagée sans son bagage idéologique, et au pire, il garde l’étiquette du « chef-d’œuvre catholique6 ». C’est le cas par exemple en Australie : le Catholic Press de Sydney publie une vingtaine d’articles ou de publicités sur Maria Chapdelaine entre mai 1922 et octobre 1924. On commence même à faire référence au roman pour faire la promotion d’autres œuvres qui seraient de la même veine – c’est-à-dire catholique7.

  • 8 François Paré, « Maria Chapdelaine au Canada anglais : réflexions sur notre extravagance », Voix et (...)

11Maria Chapdelaine est un roman traduit dans son propre pays, car le Canada est majoritairement anglophone. Mais les réactions face à cette traduction anglaise y sont très peu nombreuses. François Paré analyse ce cas particulier : « Délaissant les facettes périlleuses d'un roman auquel le Canada français attachait, à ses yeux, trop d'importance, la presse canadienne‑anglaise a concentré son intérêt sur la biographie de Louis Hémon8. » Les articles sur le séjour d’Hémon à Péribonka dominent là où les analyses du roman manquent. La critique du Canada anglophone tente de dépouiller le roman de sa dimension politique pour en faire soit une banale histoire d’amour, soit un simple reportage sur la visite d’un Français à Péribonka. Ainsi, on rejette l’idée que le roman exprimerait une identité québécoise, en rejetant dans un même mouvement l’idée qu’une telle identité existe.

  • 9 Ben-Zion Shek et Sergio Chaple Mesa, « Maria Chapdelaine in Iberoamerica. Hernandez Cata’s translat (...)
  • 10 Traduction de Ben-Zion Shek et Sergio Chaple Mesa dans art. cit. : « François ressentit un vrai dés (...)
  • 11 Traduction de Ben-Zion Shek et Sergio Chaple Mesa dans art. cit. : « sans que la moindre ombre ne s (...)

12Dans le monde hispanophone, le roman est connu grâce à la traduction de l’écrivain cubain Alexander Hernandez Cata. Comme beaucoup de lecteurs catholiques de Maria Chapdelaine, Cata idéalise l’héroïne du roman, au point de presque faire d’elle « une proche réplique de son homonyme sacrée9 ». Dans sa traduction, il ajoute un vocabulaire mystique et religieux. Par exemple, lorsque Hémon écrit à propos de François Paradis : « une grande faim d'elle lui venait et en même temps un attendrissement émerveillé, parce qu'il avait vécu presque toute sa vie rien qu'avec d'autres hommes, durement... », Cata traduit : « Francisco sentia verdadera hambre de toda ella. Y al mismo tiempo, sentia también un respeto casi religioso y una especie de maravillada ternura al pensar que aquella flor viva habia nacido y se habia abierto entre hombres, duramente10. » Cata ajoute ici de nombreux éléments : la dimension religieuse, la métaphore florale et le changement de perspective (François élevé au milieu des hommes devient Maria élevée au milieu des hommes). De la même manière, il affaiblit ou supprime les pointes d’ironie de l’auteur contre le catholicisme. Hémon dit que les habitants pratiquent leur religion « sans subtilité ni doute », mais sous la plume de Cata, ce jugement devient : « sin que la menor sombra empane su fe11 ».

  • 12 Maria Sierra Cordoba, « Maria Chapdelaine vue d’ailleurs : les agents et les enjeux derrière la tra (...)
  • 13 Ibid., p. 140.
  • 14 Ibid., p. 140.
  • 15 Ibid., p. 140.

13La traduction d’Alexander Cata, la seule existante en espagnol jusqu’aux années 1960, a été rééditée de nombreuses fois pendant la période franquiste. Selon Maria Sierra Cordoba, « il n’est pas surprenant que le roman ait complètement échappé à la censure. Au contraire, on pourrait avancer que celui-ci, sorte d’étendard d’une idéologie conservatrice axée sur la terre, la famille et la religion cadre bien avec l’idéologie franquiste12. » La traduction de Cata se débarrasse des signes qui rattachent l’intrigue au Canada français – le sous-titre « récit du Canada français » est d’ailleurs supprimé. Du point de vue du franquisme, c’est préférable à la mise en valeur d’un autre nationalisme. De la même manière que le traducteur, le préfacier Alberto Insua, journaliste et beau-frère de Cata, « tend à la décontextualisation13 » et « ne mentionne pas les difficultés que pose la traduction, en particulier celles associées aux canadianismes14 ». Cata lisse la langue d’Hémon en traduisant les termes archaïques ou les anglicismes en espagnol courant : « Il n’y a pas non plus de mention explicite aux caractéristiques et à l’histoire du nationalisme canadien-français, ni d’allusions à la réception controversée que le roman a suscitée au Canada français15. »

14Ainsi, les traductions dans les langues dominantes tendent ou bien à neutraliser l’œuvre pour en faire un simple documentaire ou une romance, ou bien à perpétuer l’interprétation réductrice du « chef-d’œuvre catholique ». Cette interprétation, née sous l’impulsion de la publicité de Grasset, arrangeait bien les élites conservatrices au pouvoir en France et au Québec. À l’inverse, les traductions en langues minoritaires, ou du moins en langues non hégémoniques, révèlent d’autres aspects de l’œuvre, qui avaient été ignorés par la critique française de l’Entre-deux-guerres.

15Si la Scandinavie n’abrite pas réellement de langues en danger – hormis les langues sames –, elle représente bien une culture en marge de la culture dominante. Daniel Chartier explique ainsi le fort courant de la littérature régionaliste observé à la même époque au Québec et en Scandinavie :

  • 16 Daniel Chartier, « Continuité, disjonction et recommencement dans le roman régionaliste : étude com (...)

« Le régionalisme est apparu pour les petites cultures (que ces cultures régionales soient internes, comme celles des régions de France, ou en marge de cultures dominantes comme celles du Québec et des pays nordiques) une manière de concilier les préoccupations littéraires originales ainsi que des étapes dans le développement d’une littérature nationale16. »

16Dans la Scandinavie majoritairement luthérienne, Maria Chapdelaine a été envisagée sans son lourd bagage catholique. En 1925, le journaliste et écrivain norvégien Helge Krog écrit une critique sur le roman, qu’il présente comme une expression de la « nature française ». Cette nature s’exprime, selon lui, par l’attachement à la terre originelle :

  • 17 Helge Krog, « Deux romans français », Dagbladet, Oslo, 18 avril 1925, p. 5. Cet article a été tradu (...)

« Aucune nation n’est plus attachée à la maison et moins aventureuse que la française. Aucun paysan n’est comme le français, lié si fortement à sa terre héritée. Mais il se peut que, même dans une famille paysanne française, un ancien instinct de nomade profondément dormant puisse revenir comme un entrain de fraîche date17. »

17C’est la dichotomie entre les pionniers et les sédentaires, chère à Louis Hémon, que Helge Krog met d’abord en valeur dans sa critique. Il décrit ainsi le personnage de Samuel Chapdelaine, le père de Maria :

  • 18 Ibid. Texte original : « Han er en erobrer, lykkelig under kampen men uten evne til aa glede sig ve (...)

« Sa passion est de défricher la terre, pas de la cultiver. C’est un conquérant, heureux pendant la bataille mais incapable de se réjouir des fruits de la victoire. Il aime sa terre tant qu’elle est récalcitrante et lui donne de la résistance contre laquelle il peut éprouver sa volonté et mesurer ses forces. Mais lorsqu’elle lui est soumise, c’est fini18. »

18Le critique pointe les paradoxes de Samuel Chapdelaine, dont la critique française avait fait un patriarche univoque et solide, alors que le personnage est bien plus complexe. Helge Krog a souligné les aspects apparemment contradictoires qui cohabitent dans le roman :

  • 19 Ibid. Texte original : « Fortellingen er en idyll, den er poetisk som et hyrdedikt – og dog er den (...)

« L’histoire est une idylle, elle est poétique comme un poème pastoral – et pourtant, elle est dépourvue de toute trace de romance. À sa manière, elle est pathétique – mais c’est en vertu de sa simplicité naturelle et de son originalité indubitable. Tout est raconté de façon réaliste, aucun personnage n’est présenté dans une lumière idéalisante, aucun sentiment n’est exagéré. Et c’est justement pour cela que nous sommes emprisonnés si fort dans ces petits destins19. »

19L’idylle sans romance, le réalisme poétisé, la simplicité apparente qui camoufle l’originalité : la critique d’Helge Krog dépasse les préoccupations des critiques francophones. Le décalage de l’étude de la réception permet de mettre en lumière ces analyses précises, déployées par des critiques qui ne sont pas obnubilés par les questions identitaires ou religieuses.

  • 20 Ce journal catalan était publié à Barcelone de 1922 à 1930. Berceau du catalanisme intellectuel, il (...)
  • 21 Cette maison d’édition barcelonaise a été fondée en 1917, sous le patronage de la Ligue Régionalist (...)
  • 22 Texte original : « És, alhora, el llibre d’una raça. L’ànima del Canadà francès batega en les seves (...)
  • 23 M. Sierra Cordoba, art. cit., p. 142.

20La traduction catalane de Tomàs Garcés paraît d’abord en feuilleton dans le journal barcelonais La Publicitat20, d’août 1923 à février 1924, puis en volume en 1925, chez Editorial Catalana21, sans aucun paratexte. C’est dans la seconde édition, en 1952, que le traducteur s’exprime. Il présente brièvement Hémon, ainsi que l’histoire de la publication de Maria Chapdelaine en France, puis guide le lecteur dans l’appréciation de l’œuvre : « C’est aussi l’histoire d’une race. L’âme du Canada français bat dans ces pages22. » Maria Sierra Cordoba estime qu’il s’agit d’un « appel à la sympathie identitaire des lecteurs catalans », qui, à cause de la censure, ne pouvait se faire « qu’à l’état de suggestion23 ». Il faut attendre la chute du régime de Franco pour que la dimension politique de Maria Chapdelaine puisse s’exprimer en Catalogne.

21Dans la réédition de 1984, enfin libérée de la censure, le préfacier August Bover i Font, critique et professeur à l’Université de Barcelone, aborde de front la question identitaire. Il commence par une réflexion sur l’origine bretonne d’Hémon qui lui aurait été d’une grande utilité pour comprendre le Canada français. Il compare ensuite Hémon au poète catalan Salvador Espriu et met en évidence les similitudes entre la fin de Maria Chapdelaine et le poème « Essai de cantique dans le temple » :

  • 24 Salvador Espriu, « Assaig de Càntic en el temple », El Caminant i el mur, Barcelone, l’Escorpi, 195 (...)
  • 25 Traduction de Jordi Sarsanedas, dans Anthologie lyrique, Paris, Debresse, 1959, p. 62-63.

« Però no he de seguir mai el meu somni
i em quedaré aquí fins a la mort.
Car sóc també molt covard i salvatge
i estimo a més amb un
desesperat dolor
aquesta meva pobra
bruta, trista, dissortada pàtria
24. »

« Mais je ne vais jamais suivre mon rêve
et je resterai ici jusqu’à ma mort.
Car je suis moi aussi lâche et sauvage
et j’aime, en outre, avec
une souffrance sans espoir
cette mienne, pauvre,
sale, triste, malheureuse patrie25. »

22Symbole de résistance sous l’oppression franquiste, la poésie de Salvador Espriu résonne ici avec le choix de Maria et sa décision de rester au pays :

  • 26 M. Sierra Cordoba, art. cit., p. 144.

« Bover profite de l’occasion pour déborder l’objet de la préface, soit l’analyse de Maria Chapdelaine, et traiter de circonstances politico-historiques qui ont peu à voir avec l’œuvre traduite présentée. Il concentre plutôt son attention sur le contexte politique du Québec d’après la Révolution tranquille, un Québec qui, au moment où il écrit, constitue pour la Catalogne un modèle à suivre. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque la Catalogne se trouve dans l’antichambre du processus de normalisation linguistique et du rétablissement de l’institutionnalisation de la langue et de la culture catalane, après 40 ans de répression franquiste (rappelons que la loi de normalisation linguistique du catalan fut approuvée en 1987). La Catalogne a donc besoin à l’époque d’un cadre de référence, de l’histoire d’un succès (même idéalisé) et le Québec semble remplir ce rôle26. »

23Maria Chapdelaine prend ainsi une nouvelle dimension avec cette traduction catalane : le roman crée un lien entre deux nations, et offre à un pays en quête d’indépendance, la Catalogne, un modèle à atteindre.

  • 27 À cette époque, l’Irlande est encore soumise à l’Angleterre et l’irlandais n’est pas la langue offi (...)

24C’est dans cette perspective que nous analysons les traductions de Maria Chapdelaine en gaélique et en gallois, datant respectivement de 1933 et 1956. La traduction en gaélique a, pour nous, une évidente dimension politique par la date de sa réalisation. En 1932, le parti républicain Fianna Fáil est démocratiquement élu à la tête du pays, et c’est le début des lois qui garantiront l’indépendance de l’Irlande. Le traducteur lui-même était engagé dans la défense de la langue irlandaise. Risteard Ó Foghludha était un écrivain, professeur, journaliste et éditeur irlandais, né dans le comté de Cork en 1871. Il est d’abord vendeur de machines à écrire en Angleterre, puis à Belfast et à Dublin, avant de fonder en 1901 une branche du Conradh na Gaeilge, organisation internationale de promotion de la langue gaélique, qui obtient une victoire notable en 1904 avec le retour de l’enseignement de l’irlandais dans les écoles. L’association se présente comme apolitique, mais beaucoup de ses membres sont engagés dans le combat nationaliste et indépendantiste. Pour eux, la langue irlandaise est un instrument politique contre l’oppression anglaise. En tant qu’éditeur, Risteard Ó Foghludha a traduit de nombreux ouvrages européens, de Tchekhov à François Coppée, en passant par Louis Hémon en 1933. Le roman permet un rapprochement entre le Canada et l’Irlande, pays sous domination anglaise, dont l’un a conservé sa langue d’origine (si l’on excepte évidemment les langues autochtones), et l’autre non27. Ernest Boyd, écrivain irlandais installé à New York, écrit dans la North American Review en janvier 1922 :

  • 28 Ernest Boyd, « Some French Canadian fiction », The North American Review, janvier 1922, p. 94. Les (...)

« L’histoire des littératures franco-canadienne et anglo-irlandaise suggère quelques parallèles intéressants. Dans les deux cas, il y a l’effort d’une minorité raciale pour préserver son identité nationale. Au Canada français, la substitution du langage original par l’anglais n’a pas réussi comme en Irlande, et la situation est assez similaire à celle de l’Irlande d’il y a deux siècles, où l’irlandais était encore la langue de la littérature. [...] Maria Chapdelaine est typique de la littérature du Canada français, qui a été principalement intéressée par la vie rurale, comme la littérature irlandaise. Les Canadiens doivent faire face au même problème que leurs contemporains irlandais. Ce n’est pas dans les salons à moitié anglicisés de Montréal et de Québec que l’esprit d’origine prospère, mais dans les plus petites communautés et les fermes éparpillées, en dehors de portée des influences urbaines28. »

  • 29 Louis Hémon, Maria Chapdelaine, traduction en gaélique par Risteard Ò Foghludha, Dublin, Oifig Diio (...)
  • 30 C’est en tout cas ce qui est spécifié sur la page de garde du volume. Pourtant, les gaéliques écoss (...)

25Cette édition en gaélique29, publiée simultanément en Irlande et en Écosse30, ne comporte cependant aucun paratexte qui pourrait témoigner de la volonté politique du traducteur ou de l’éditeur. Nous n’avons pas trouvé de réédition. Le roman rencontre également un écho très limité dans la presse irlandaise, presque nul dans les journaux anglophones, et pour l’instant introuvable dans les journaux en gaélique.

  • 31 Louis Hémon, Ar gwr y goldwig [À la lisière de la forêt], traduction en gallois de Maria Chapdelain (...)

26Pour notre étude, l’édition galloise31 de 1956 est plus intéressante. Le traducteur, John Edwards, est né en 1882 à Llanbardarn au pays de Galles. C’est un homme politique passionné de théâtre et de littérature. Le Pays de Galles était alors grand lecteur de romans français. Dans les années 1950, on traduit Loti, Alain-Fournier, Sagan ou encore des nouvelles de Balzac, Flaubert ou Daudet. Le chercheur gallois Wynn Thomas estime néanmoins que ces traductions étaient destinées à un petit public de lettrés :

  • 32 Wynn Thomas, Eutopia : studies in cultural Euro-Welshness, 1850-1980 : writing Wales in English, Ca (...)

« Alors qu’on s’émerveille devant la richesse des traductions d’écrivains continentaux à cette période, il faut se prémunir d’une mésinterprétation. Le lectorat réel de ces publications était si petit qu’elles auraient été ruineuses à produire sans les généreuses subventions publiques reçues de plusieurs institutions32. »

27L’édition du roman d’Hémon en gallois a ainsi été subventionnée par la bibliothèque du comté de Ceredigion, d’où le traducteur était originaire. Wynn Thomas poursuit en expliquant que la promotion de la langue galloise était assez secondaire pour certains de ces intellectuels et écrivains qui étaient à l’origine de ces traductions : ils voulaient surtout montrer leur appartenance à une culture européenne. Néanmoins, ces initiatives ont sans doute participé à l’effet positif que l’on connaît : aujourd’hui, le gallois est la langue celtique la plus pratiquée dans le monde. La loi sur la langue galloise de 1993 (Deddf Iaith Gymraeg) l’a rendue obligatoire dans tous les services administratifs du comté. Aujourd’hui, plus de la moitié des habitants du pays de Galles parlent le gallois quotidiennement, et il est enseigné à l’école jusqu’à seize ans.

28Avant même la préface, les liens entre l’univers québécois et l’univers gallois sont resserrés par une carte de la région :

Carte présente en page de garde de Maria Chapdelaine, traduction en gallois de John Edwards, 1933

Carte présente en page de garde de Maria Chapdelaine, traduction en gallois de John Edwards, 1933

Collection Musée Louis Hémon, Péribonka, QC.

  • 33 Lire notamment « La quête du passé gallois à l’époque romantique », dans Eric Hobsbawm et Terence R (...)

29Les codes de la typographie celtique sont repris, avec les barres en travers des A et N majuscules ou encore l’utilisation de caractères de la graphie onciale. Cela correspond aussi à une période de « re‑celticisation » au pays de Galles, d’une manière parfois fantasmée33.

  • 34 La traduction de cette préface a été réalisée du gallois vers l’anglais par Mr. Huw Edwards, journa (...)

30John Edwards adresse sa préface au lecteur gallois34, auquel il présente ainsi le récit québécois d’Hémon :

  • 35 Préface de John Edwards à L. Hémon, Ar gwr y goedwig, op. cit., p. vii. Texte original : « Ardal an (...)

« C’est un endroit reculé de cette province du Canada, à la lisière de la sauvage forêt du Nord, qui est dépeint ici, avec la vie de ses habitants. Un endroit très différent du pays de Galles, cher lecteur, et une vie très différente aussi, du moins en apparence. Pas de doutes : il y aura beaucoup de choses dans ce roman qui vous apparaîtront étranges au premier regard – des noms étranges, un environnement et des coutumes étrangers, une religion différente35. »

31Pourtant, Edwards considère que le lecteur gallois va rapidement se familiariser avec ce nouvel univers, car :

  • 36 Ibid., p. viii. Texte original : « Yr un yw profiadau hanfodol bywyd i Ffrancwyr yn y byd newydd ag (...)

« Les expériences essentielles de la vie sont les mêmes pour les Français du Nouveau monde qu’elles étaient pour les Gallois dans l’ancien monde ; l’aventure et l’échec, la confiance et les déceptions, la vie et la mort – elles sont les mêmes au Canada et au Pays de Galles ; il n’y a pas de différences entre la lutte des travailleurs de Péribonka et ceux de la vallée d’Eithin à une époque36. »

32Au-delà d’une vision universaliste, John Edwards souligne que l’expérience galloise est un avantage pour saisir le sens de Maria Chapdelaine :

  • 37 Ibid. Texte original : « Ie, a’r un yw’r reddf a barodd i Maria yn y stori wrthod cymryd ei dadwrei (...)

« L’instinct qui pousse Maria, dans l’histoire, à refuser d’être déracinée, malgré la tentation, à refuser d’être transplantée dans un monde et une vie d’une culture et d’un langage étrangers, est le même instinct que vous, [lecteur gallois], ressentiriez. En effet, vous pouvez, mieux que beaucoup, comprendre et apprécier ce roman37. »

33Parce qu’il est lui aussi issu d’une langue d’une culture minoritaire, le lecteur gallois sera, selon John Edwards, plus sensible au roman d’Hémon. Son interprétation est reprise dans la presse :

  • 38 Crwydryn [probablement le pseudonyme de David Alun Williams, journaliste gallois], « Wales day by d (...)

« Il s’agit de la traduction qui a remporté le prix d’Aberystwyth Eisteddfod en 1952. […] L’histoire se passe dans une communauté française de Québec, une communauté qui a, étonnamment, de nombreux points communs avec la communauté rurale galloise moyenne, même si leur style de vie est différent à bien des égards. […] C’est une histoire que nous lisons avec beaucoup de satisfaction, comprenant peut-être mieux que la plupart des gens, une perspective qui peut parfois sembler étroite et bornée38. »

34Cette analyse, à poursuivre, de la réception internationale de Maria Chapdelaine permet d’ores et déjà de tirer quelques conclusions. Quand les critiques sont libres des considérations politiques, religieuses ou morales, ils s’intéressent à ce qui constitue normalement le cœur de leur métier : la littérature. Ainsi, nous avons pu trouver dans la critique scandinave de l’Entre-deux-guerres des analyses précises du roman, de sa structure, de ses grands thèmes, de ses personnages, qui dépassent de loin en qualité la majorité de la critique française à la même époque, obnubilée par la question de la « renaissance de la race française ».

35Le revers de cette neutralité esthétique est une repolitisation, un renouveau idéologique du roman grâce à la traduction en langues minoritaires. Là où les traductions en langues dominantes tendent à effacer toutes les marques de l’idéologie dans leur discours, les traductions en langues minoritaires les revendiquent. Maria Chapdelaine devient un point de référence pour d’autres peuples asphyxiés par des dictatures ou des puissances extérieures. Cette vocation politique paraît plus proche des intentions de Louis Hémon, attaché à se faire la voix des opprimés. Comme l’exprime Nicole Deschamps dans son analyse du mythe de Maria Chapdelaine, « une première génération de lecteurs avaient fait [des personnages d’Hémon] de glorieux colonisateurs. Relisant le même texte,

36L’histoire de Maria Chapdelaine montre sa force à travers ces traductions. Ce récit, pourtant lié au Canada français d’une manière géographique, linguistique et culturelle, trouve une résonance dans des régions et pays variés. Maria Chapdelaine permet finalement à l’écrivain de résoudre le conflit qui l’habite. Les héros londoniens d’Hémon se heurtent à des échecs parce qu’ils sont isolés. Mais la communauté des pionniers, qu’Hémon rencontre pour préparer Maria Chapdelaine, l’a porté vers plus d’optimisme : proche de la nature sans être totalement coupée d’elle-même, elle représente enfin la possibilité d’une lutte collective. Le récit de Maria et de son attachement indéfectible à son pays prend une nouvelle dimension : celle de la résistance d’un peuple face à l’oppression.

37Réflexions sur l’absence de traduction bretonne de Maria Chapdelaine, enrichie des discussions lors du séminaire de La Bretagne linguistique et des remarques du relecteur de notre article, le Pr. Jean-Yves Casanova

38Il n’existe pas de traduction de Maria Chapdelaine en breton, ce qui peut paraître surprenant puisqu’Hémon a souvent été présenté par la critique comme auteur typiquement breton. Des écrivains ou journalistes bretons, comme Charles Le Goffic ou Charles Chassé, ont contribué à faire connaître son œuvre dans la région. Dans l’Entre-deux-guerres, de nombreuses traductions d’œuvres internationales voient le jour, notamment sous l’impulsion de Roparz Hemon. Les nationalistes bretons ont, de plus, pris pour exemple le FLQ (Front de libération du Québec) dans les années 1960, pendant la Révolution tranquille, bien qu’ils s’en détachent ensuite.

39Même si le succès de Maria Chapdelaine en France fut aussi important en région qu’à Paris, c’est surtout la critique parisienne qui en fait l’éloge, et qui voit en Hémon un breton « typique », épris de liberté, têtu, aimant la mer… Tous les clichés en vogue se retrouvent sous leur plume, ce qui a probablement hérissé les nationalistes bretons. Il y a de plus, dans Maria Chapdelaine, ainsi que le notait le préfacier gallois John Edwards, un sentiment universaliste de l’expérience humaine, sentiment particulièrement méprisé par les nationalistes bretons dans l’Entre-deux-guerres.

40Il y a encore aujourd’hui de nombreuses traductions d’ouvrages internationaux en breton, mais ni Maria Chapdelaine ni aucun autre texte d’Hémon ne figurent sur la liste établie en 2018 par la Région Bretagne et l’Office de la langue bretonne. La raison est sans doute plus prosaïque que dans l’Entre-deux-guerres : Hémon est aujourd’hui presque un inconnu dans son pays natal.

41En relisant notre article, le Pr. Jean-Yves Casanova nous en a appris plus sur la réception de Maria Chapdelaine en Occitanie, et ses remarques éclairent aussi la situation bretonne. Si les Catalans du sud traduisent et encensent le roman d’Hémon, et si les Catalans du nord lui opposent un silence éloquent, c’est parce que leur situation linguistique diffère : les premiers s’opposent à l’espagnol, les seconds au français, comme pour le breton. Ainsi, pour les langues régionales de France, défendre le français du Québec s’est confondu avec défendre le français lui-même.

Haut de page

Notes

1 C’est en tout cas ce qu’exprime la critique primaire du roman, comme ici Émile Grimaud : « Par bien des traits [la province du Québec] ne rappelle-t-elle pas notre vieille province française, sa vie une et simple : le dur travail nécessaire, le bon accord entre époux, la soumission aux lois de la nature et de l’Église ? » dans Émile Grimaud, « Maria Chapdelaine », La Dépêche vendéenne, 22 janvier 1922.

2 Lettre de Louis Hémon à sa mère, 4 octobre 1911, Œuvres complètes, éditées par Aurélien Boivin, Montréal, Guérin littérature, 1995, tome III, p. 135.

3 Mickaëlle Cedergren et Ylva Lindberg, « L’importation de la littérature française : un triple détournement de capital. Réflexions à partir d’une étude de réception journalistique en Suède », Modern Sprak : Special Issue, 2016, p. 109.

4 Nicole Deschamps, Le Mythe de Maria Chapdelaine, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1980, p. 12.

5 Il est à noter qu’Hémon ne s’intéresse pas de près aux autres populations réellement privées de leurs terres, de leurs langues et de leurs droits civiques, les Premières Nations. Sa critique se concentre sur l’impérialisme britannique et ne peut donc guère être qualifiée, comme le fera Jacques Ferron, d’anti-colonialiste.

6 L’expression apparaît pour la première fois sous la plume d’Henri Massis, « Un chef-d’œuvre catholique : Maria Chapdelaine », La Croix, 11 août 1921, p. 3.

7 L’Australie n’est pas, comme l’Angleterre, un pays majoritairement protestant. L’immigration massive irlandaise et italienne (forcée ou non) a garanti un fort socle catholique.

8 François Paré, « Maria Chapdelaine au Canada anglais : réflexions sur notre extravagance », Voix et images, vol. 2, n° 2, Presses de l’Université du Québec, 1976, p. 267.

9 Ben-Zion Shek et Sergio Chaple Mesa, « Maria Chapdelaine in Iberoamerica. Hernandez Cata’s translation of the French-Canadian classic », Canadian litterature, n° 142-143, 1994, p. 69. Texte original : « a near replica of her sacred namesake ».

10 Traduction de Ben-Zion Shek et Sergio Chaple Mesa dans art. cit. : « François ressentit un vrai désir pour tout son être. Et au même moment, il ressentit un respect presque religieux et une sorte de merveilleuse tendresse à la pensée que cette vivante fleur était née et s’était épanouie dans la dure compagnie des hommes. »

11 Traduction de Ben-Zion Shek et Sergio Chaple Mesa dans art. cit. : « sans que la moindre ombre ne se projette sur leur foi ».

12 Maria Sierra Cordoba, « Maria Chapdelaine vue d’ailleurs : les agents et les enjeux derrière la traduction espagnole et catalane d’un classique de la littérature canadienne-française », Quaderns, janvier 2010, p. 136. Cet article, en français, comporte de nombreuses phrases en catalan extraites des préfaces et traduites. Nous les réutilisons telles quelles.

13 Ibid., p. 140.

14 Ibid., p. 140.

15 Ibid., p. 140.

16 Daniel Chartier, « Continuité, disjonction et recommencement dans le roman régionaliste : étude comparée de Maria Chapdelaine de Louis Hémon (1916) et de Markens Grøde de Knut Hamsun (1917) », dans Denis Saint-Jacques (dir.), L’Artiste et ses lieux. Les régionalismes de l’Entre-deux-guerres face à la modernité, Québec, Nota Bene, coll. « Convergences », 2007, p. 167.

17 Helge Krog, « Deux romans français », Dagbladet, Oslo, 18 avril 1925, p. 5. Cet article a été traduit pour nous par Astrid Kristoffersen, titulaire d’une maîtrise de pédagogie en norvégien et français langue seconde. Nous la remercions chaudement. Pour les citations issues du roman d’Hémon, nous avons directement remis le texte original. Texte original : « Ingen nasjon er mer hjemkjær, mindre vandrelysten enn den franske. Ingen bonde er som den franske knyttet til sin arvede jord. Men det kan jo hende, selv i en fransk bondeslekt, at et urgammelt dypt slumrende nomadeinstinkt kan dukke op som en nybakt drift. Louis Hémon kan fortelle oss noget om det. For blandt de bønder, hvis forfedre fra Frankrike overførte sine idealer om orden og en fredelig tilværelse til det nye land var det enkelte "hos hvem det store, ville landskap hadde vakt fjerne slekters nedarvede lyst til omstreiferliv og eventyr". »

18 Ibid. Texte original : « Han er en erobrer, lykkelig under kampen men uten evne til aa glede sig ved seirens frukter. Han elsker sin jord så lenge den er gjenstridig og byr ham motstand, som han kan prøve sin vilje og maale sine krefter paa. Men naar han bar gjort sig den underdanig er det forbi. »

19 Ibid. Texte original : « Fortellingen er en idyll, den er poetisk som et hyrdedikt – og dog er den blottet for ethvert stenk av romantikk. Den er paa sitt vis patetisk – men det er nettop i kraft av sin naturlige jevnhet og umiskjennelige ekthet. Alt fortelles ganske som det er og maa være, ingen skikkelser stilles i idealiserende belysning, ingen følelser forstørres. Nettop derfor fengsles vi saa sterkt av disse smaa skjebner. »

20 Ce journal catalan était publié à Barcelone de 1922 à 1930. Berceau du catalanisme intellectuel, il se maintint pendant la dictature de Primo de Rivera mais disparut à l’arrivée des troupes de Franco à Barcelone en 1939.

21 Cette maison d’édition barcelonaise a été fondée en 1917, sous le patronage de la Ligue Régionaliste, l’un des partis catalanistes. Elle publiait des auteurs catalans mais aussi des traductions d’œuvres européennes.

22 Texte original : « És, alhora, el llibre d’una raça. L’ànima del Canadà francès batega en les seves pàgines ».

23 M. Sierra Cordoba, art. cit., p. 142.

24 Salvador Espriu, « Assaig de Càntic en el temple », El Caminant i el mur, Barcelone, l’Escorpi, 1954.

25 Traduction de Jordi Sarsanedas, dans Anthologie lyrique, Paris, Debresse, 1959, p. 62-63.

26 M. Sierra Cordoba, art. cit., p. 144.

27 À cette époque, l’Irlande est encore soumise à l’Angleterre et l’irlandais n’est pas la langue officielle du pays. Il ne le sera qu’en 1937 grâce à la nouvelle constitution. De 1921 à 1923, le pays est plongé dans une guerre civile opposant les différentes tendances indépendantistes.

28 Ernest Boyd, « Some French Canadian fiction », The North American Review, janvier 1922, p. 94. Les textes anglais sont traduits par nos soins. Texte original : « The history of French Canadian and Anglo-Irish literature suggests some interesting parallels. In both cases there is the effort of a racial minority to preserve its national identity. In French Canada the substitution of English for the native language has not succeeded as in Ireland, and the situation is somewhat similar to that of two centuries ago, when Irish was still the medium of literary expression. [...] Maria Chapdelaine is typical of the literature of French Canada, which has been chiefly concerned with rural conditions, as is the case with Irish literature. The Canadians have to face the same problem as their Irish contemporaries. It is not in the half Anglicized drawing-rooms of Montreal and Quebec that the native spirit thrives, but in the smaller communities and scattered farms, outside the reach of urban influences. »

29 Louis Hémon, Maria Chapdelaine, traduction en gaélique par Risteard Ò Foghludha, Dublin, Oifig Diiolta Fiollseacain Rialtais, 1933.

30 C’est en tout cas ce qui est spécifié sur la page de garde du volume. Pourtant, les gaéliques écossais ne lisent pas le gaélique irlandais. À notre connaissance, il n’existe néanmoins pas d’autre traduction.

31 Louis Hémon, Ar gwr y goldwig [À la lisière de la forêt], traduction en gallois de Maria Chapdelaine par John Edwards, Aberystwyth, Cymdeithas Lyfrau Ceredigton Gyf, 1956.

32 Wynn Thomas, Eutopia : studies in cultural Euro-Welshness, 1850-1980 : writing Wales in English, Cardiff, University of Wales Press, 2021, p. 199. Texte original : « When marveilling at the richness of cultural literary translations of continental authors at this time one needs to guard against a misapprehension. The actual readership for these texts was so tiny that they would have been unprofitable to produce had it not been for the generous public subsidy received from a number of bodies. »

33 Lire notamment « La quête du passé gallois à l’époque romantique », dans Eric Hobsbawm et Terence Ranger, L’Invention de la tradition, traduction de Christine Vivier, Paris, Éditions Amsterdam, 2012.

34 La traduction de cette préface a été réalisée du gallois vers l’anglais par Mr. Huw Edwards, journaliste et présentateur de la BBC. Engagé depuis toujours dans la promotion de la langue galloise, il a répondu favorablement à notre appel de traduction : qu’il en soit profondément remercié. Nous avons ensuite, pour plus de clarté, traduit son travail en français. Nous remercions également nos amis Taylor et Alex Still qui ont joué de leurs réseaux sociaux gallois pour nous mettre en relation.

35 Préface de John Edwards à L. Hémon, Ar gwr y goedwig, op. cit., p. vii. Texte original : « Ardal anghysbell yn y dalaith honno yng Nghanada, ar gwr y goedwig wyllt ogleddol, a ddarlunir yma, a bywyd ei thrigolion. Gwlad wahanol iawn i Gymru, ddarllenydd, a bywyd gwahanol iawn hefyd, yn ei allanolion o leiaf. Diau y bydd llawer o bethau yn y nofel yn ymddangos yn chwithig iti ar y cyntaf – yr enwau od anghyfiaith, yr amgylchedd a’r arferion yn ddieithr, y grefydd yn wahanol. »

36 Ibid., p. viii. Texte original : « Yr un yw profiadau hanfodol bywyd i Ffrancwyr yn y byd newydd ag i Gymry yn yr hen ; yr un yw antur ac aflwydd, hyder a siom, byw a marw ynd Nghanada ag yng Nghymru ; yr un yw ymegnïo llafurus gwerin syml yn wyned caledi yn nyffryn Péribonka ag a oedd yng Nghwm Eithin gynt. »

37 Ibid. Texte original : « Ie, a’r un yw’r reddf a barodd i Maria yn y stori wrthod cymryd ei dadwreiddio, er cymaint y demtasiwn, a’i thrawsblannu i fyd a bywyd estron ei iaith a’i ddiwylliant ag a bair i tithau, hwyrach. Yn wir, y mae gennyt ti drech mantais na llawer i fredu deall a gwerthfawrogi’r nofel hon. »

38 Crwydryn [probablement le pseudonyme de David Alun Williams, journaliste gallois], « Wales day by day », Western mail & South Wales news, 15 décembre 1956, p. 4. Texte original : « This was the translation which won the Aberystwyth Eisteddfod award in 1952. […] The story is set amongst a French community in Quebec, a community with a surprising amount in common with the average Welsh rural community, although their way of life is different in many ways. […] It is a story we read with considerable satisfaction, understanding better than most people perhaps, an outlook which may sometimes appear narrow and parochial. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte présente en page de garde de Maria Chapdelaine, traduction en gallois de John Edwards, 1933
Légende Collection Musée Louis Hémon, Péribonka, QC.
URL http://journals.openedition.org/lbl/docannexe/image/4383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Beaudouin, « Traductions en langues minoritaires : le cas de Maria Chapdelaine de Louis Hémon »La Bretagne Linguistique, 24 | 2022, 209-228.

Référence électronique

Cécile Beaudouin, « Traductions en langues minoritaires : le cas de Maria Chapdelaine de Louis Hémon »La Bretagne Linguistique [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 26 octobre 2022, consulté le 05 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/lbl/4383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lbl.4383

Haut de page

Auteur

Cécile Beaudouin

Certifiée de lettres modernes et doctorante à l’UBO (HCTI) Cécile Beaudouin travaille sur Louis Hémon depuis sa première année de master, où elle a traduit et édité la correspondance entre sa sœur, Marie Hémon, sa belle-sœur, Kathleen Phillipps, et sa fille, Lydia Louis-Hémon (CECJI, cahier, n° 14, 2017). Elle a consacré sa seconde année de master à l'étude de la période anglaise de l'auteur. En septembre 2017, elle a entamé une thèse sur la fortune littéraire de Louis Hémon. La soutenance est prévue pour fin 2022. cecile.beaudouin[at]live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search