Navigation – Plan du site
Actualités de la recherche

Vidas. Création d’un dictionnaire biographique des acteurs de la renaissance d’oc en ligne : nécessité et contraintes

Vidas: the need for and the developmental constraints of a biographical dictionary of actors involved in the revitalisation of the langue d’oc online
Yan Lespoux
p. 191-198

Résumés

Comme d’autres chercheurs avant nous, nous avons, en travaillant sur l’histoire contemporaine du mouvement en faveur de la langue d’oc, souvent été confrontés à des données lacunaires voire totalement absentes concernant certains de ses acteurs.  C’est de cette difficulté et du constat que non seulement les sources existent et sont disponibles, mais que, de plus, de nombreux chercheurs et étudiants ont été amenés à un moment ou un autre à se pencher dessus dans le cadre de leurs recherches, qu’est née l’idée d’un dictionnaire biographique des acteurs de la renaissance d’oc.

C’est de cela, de la nécessité de créer un tel outil aux contraintes techniques, formelles et humaines, dont il s’agit ici.

Haut de page

Texte intégral

Genèse du projet

1La renaissance d’oc, de la première moitié du XIXe siècle à nos jours a été le fait d’une multitude de personnages, plus ou moins impliqués dans ce mouvement et, surtout, plus ou moins connus en dehors de cercles militants parfois très circonscrits. Historiens et chercheurs en domaine occitan se heurtent régulièrement à l’absence ou à la difficulté d’accéder à des sources biographiques concernant ces personnalités.

2Pour avoir fait régulièrement l’expérience de ces manques, mais pour savoir aussi que les sources sont toutefois nombreuses, les chercheurs de l’équipe ReDoc (Recherche en domaine occitan), composante de l’équipe LLACS (Langues, littératures, arts et cultures du sud) de l’Université Montpellier 3 ont émis l’idée de produire un dictionnaire biographique des acteurs de la renaissance d’oc. Car s’il existe, certes, un certain nombre de dictionnaires bibliographiques, ceux-ci, par la force des choses, ne s’intéressent qu’aux personnages ayant produit des livres et brochures en occitan et s’attardent généralement peu sur les éléments biographiques. Or, si la littérature est le plus visible des engagements dans cette renaissance, il n’est pas le seul. Et nombreux sont les personnages qui ont pris leur part dans le mouvement en ne publiant que dans des périodiques, revues, almanachs ou journaux locaux, en animant des cercles locaux, en s’engageant en politique plus qu’en littérature, ou en écrivant sans utiliser l’occitan. Autant d’individus, donc, qui tendent à passer sous les radars des dictionnaires bibliographiques et que l’on croise au long de l’histoire de la renaissance d’oc sans pouvoir toujours les identifier avec précision. Par ailleurs, l’idée d’un dictionnaire biographique centré sur les engagements est propre à dynamiser les travaux historiographiques qui sont aujourd’hui le parent pauvre des études occitanes.

  • 1 Jean Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières, 1 (...)

3Un modèle existe en la matière. Il s’agit du monumental Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier lancé il y a un demi-siècle par Jean Maitron1 et encore inachevé. Cet aspect de work in progress du Maitron que revêtirait obligatoirement un dictionnaire biographique du mouvement d’oc nous a poussé à exclure assez rapidement l’idée d’une publication papier. Un choix conforté par le fait que le CIRDÒC (Centre inter régional de documentation occitane), pôle associé à la Bibliothèque nationale de France, s’est lancé depuis 2006 dans un important chantier de constitution d’instruments de recherches collectifs. Ainsi s’élaborent des outils d’information et de documentation de référence et se fédèrent, au sein de bases de connaissances, les données et savoirs produits par les bibliothèques, archives, centres de documentation spécialisés, musées, aussi bien que les universités, composantes de recherche et chercheurs individuels dans le cadre du mouvement des archives ouvertes scientifiques. Disposant de ressources et de compétences informatiques que les chercheurs de l’Université de Montpellier n’avaient pas, le CIRDÒC apparaissait donc comme un partenaire essentiel à la mise en place de ce projet et son directeur, Benjamin Assié a accepté avec enthousiasme d’associer l’établissement à ce projet.

  • 2 Métaportail et bibliothèque numérique de la documentation occitane. Accessible à l’adresse : http:/ (...)
  • 3 Accessible à l’adresse : http://vidas.occitanica.eu/ (site consulté le 20 novembre 2015).

4Ainsi, de la synergie entre l’équipe ReDoc et le CIRDÒC, grand centre de documentation constituant une source de données et de documents incomparables complétée par le programme Occitanica2 qui informatise et fé­dère les données et ressources de plus de 70 établissements par­tenaires, est né, il y a un peu plus de deux ans, le projet Vidas3.

La mise en place

5La première question qui se pose dans le cadre de ce genre de projet est bien entendu celle des sources.

6Les nécrologies des auteurs ou des militants les plus importants fournissent un certain nombre de renseignements, pas forcément suffisants, produits dans des circonstances où la priorité est de rendre hommage. Rares sont ceux qui ont fait l’objet de travaux de nature biographique ; moins rares peut-être ceux qui ont laissé des témoignages autobiographiques, dont la fiabilité est, par nature, discutable. Certains ont laissé des archives (plus ou moins) aisément consultables, qui permettent d’en savoir plus sur eux-mêmes et sur leurs correspondants ou partenaires. Les fonds d’archives privées des personnalités occitanistes déposés au CIRDÒC, dans les bibliothèques, les archives départementales, ne sont pas non plus toujours fiables. Il est notamment rare que le donateur rende public sans tri la totalité de ses engagements politiques, idéologiques, d’autant plus lorsqu’ils ont évolué au cours de sa vie.

7En somme, les sources existent. Comme existent les chercheurs susceptibles de les exploiter, de les confronter, de les interroger : tous ont produit sur tel ou tel aspect, telle ou telle région particulière, telle ou telle période de l’histoire qu’il s’agit de raconter. Chacun d’eux a amassé au cours de ses recherches une documentation qui lui permet de cerner la personnalité des individus qu’il a croisés. Le spécialiste de littérature connaît les auteurs dont il traite. L’historien a identifié les militants importants et le réseau dans lequel ils s’insèrent. Il appartient à présent de réunir toutes ces compétences et tous ces savoirs dans une entreprise collective.

8Il s’agit donc d’une entreprise de longue haleine dans laquelle il serait vain d’espérer déboucher dans un délai raisonnable sur un ouvrage papier prétendant à l’exhaustivité. De là l’idée d’une banque de données évolutive, complétée progressivement au rythme de la production des fiches individuelles et rendant par ailleurs possible les ajouts d’informations dans les fiches déjà existantes au fur et à mesure des avancées de la recherche.

9Cette forme générale adoptée, il convient alors de mettre en place un réseau de collaborateurs sur le modèle du Maitron, c’est-à-dire par zone géographique et/ou par secteur d’activité (enseignement, presse, art…).

10Pour ce faire, un appel à collaboration a été lancé accompagné de modèles de fiches élaborés par les initiateurs du projet. Ces fiches doivent être aussi complètes que pos­sibles sans pour autant être trop longues (il ne s’agit pas d’écrire des biographies de dizaines ou centaines de pages mais bien des fiches biographiques) ; ainsi, en fonction de l’importance du personnage traité et des sour­ces disponibles, la fiche peut être plus ou moins fournie, de quel­ques centaines de signes jusqu’à 20 000, selon les cas. Surtout, par souci de cohérence, les fiches doivent toute suivre la même structure :

  • Le nom du personnage et ses dates et lieu de naissance et de mort ;

  • Ses pseudonymes connus ;

  • Un résumé de la fiche ;

  • Une partie consacrée aux éléments biographiques généraux (milieu d’origine, métier…) ;

  • Une partie spécifiquement con­sacrée aux engagements dans la renaissance d’oc ;

  • Une bibliographie du personnage si elle existe ;

  • Les sources qui ont servi à l’élaboration de la fiche ;

  • Une photographie ou un portrait lorsqu’ils sont disponibles.

11Par ailleurs, un menu, sur le côté de la fiche, indique les associations (Félibrige, Institut d’Études Occitanes, cercles locaux…) dont le personnage a été membre, ses engagements politiques ou sociaux (parti, syndicat, franc-maçonnerie…), son ou ses métiers ainsi que les lieux géographiques qu’il a fréquentés et la ou les périodes historiques dans laquelle ou lesquelles il s’insère. Ce menu doit permettre d’effectuer des recoupements, de faire apparaître les éventuels réseaux de personnes ou même, à terme, de faire des études statistiques sur les acteurs de la renaissance d’oc (cf. illustration 1).

Illustration 1 : Menu de la fiche individuelle de Vidas

Illustration 1 : Menu de la fiche individuelle de Vidas

12Il s’agit là du cœur du projet Vidas qui doit permettre à la fois d’éclairer sur des personnages particuliers et de mettre en lumière les réseaux dans lesquels ils s’insèrent. Le cas de Pierre-Louis Berthaud, première fiche réalisée (cf. illustration 2) dans le cadre de ce projet est l’exemple type de ce à quoi peut et doit servir ce dictionnaire biographique.

Illustration 2 : Exemple de la fiche de Pierre-Louis Berthaud

Illustration 2 : Exemple de la fiche de Pierre-Louis Berthaud

13Pierre-Louis Berthaud n’est pas écrivain et les seuls ouvrages dont il est l’auteur, essentiellement des bibliographies, ne dévoilent que très peu son implication dans la renaissance d’oc. Personnage discret qui est longtemps demeuré dans l’ombre, il n’en est pas moins l’un des acteurs les plus importants de la revendication d’oc dans les années 1940 et 1950. Lié à la fois aux deux grandes associations antagonistes de l’après-guerre, le Félibrige et l’Institut d’études occitanes, il est aussi journaliste, syndic de la presse parlementaire – ce qui fait de lui un des acteurs essentiels, avec le Breton Léon Toulemont du combat pour le vote de la loi Deixonne sur l’enseignement des langues et dialectes locaux – député gaulliste à l’Assemblée de l’Union Française et secrétaire de l’amicale des anciens de Dachau. Pour avoir par ailleurs organisé à la fin des années 1930 l’accueil des intellectuels catalans réfugiés en France, il dispose de nombreux contacts catalans. Outre qu’elle va pouvoir offrir au chercheur ou au curieux une biographie riche basée sur des sources de première main (la correspondance même de Berthaud), sa fiche commence à faire apparaître les réseaux qui se tissent autour de Pierre-Louis Berthaud et des groupements qu’ils fréquentent. Mise en relation avec d’autres fiches au fur et à mesure qu’elles seront rédigées et publiées sur le site et complétée au rythme des compléments que pourront apporter de nouveaux fonds documentaires, elle permettra de mieux mettre en lumière ces réseaux et de mieux relier entre eux les acteurs de cette période tout comme ceux des périodes précédentes et suivantes avec lesquels Berthaud a pu tisser des liens dans sa jeunesse ou au contraire au crépuscule de sa vie.

14Il en va de même d’Ismaël Girard, autre éminence grise de l’occitanisme, médecin, touchant peu à l’écriture si ce n’est par le biais de quelques articles dans des revues occitanes ou catalanes, mais qui a pourtant lancé, dirigé et financé nombre de revues et mouvements essentiels de la re­nais­sance d’oc mais qui reste cepen­dant un quasi inconnu pour une grande partie des étudiants et chercheurs. Là encore, sa fiche mise en ligne permet à la fois de faire connaissance avec le personnage mais aussi de mieux comprendre l’occitanisme durant les périodes concernées.

Problèmes et questionnements

15La mise en place du projet Vidas s’est rapidement heurté à quelques obstacles et a suscité chez ses fondateurs un certain nombre de questionnements.

16Un premier écueil s’est rapide­ment fait jour après un premier appel à contributions lancé en 2012 et qui n’a reçu que peu de réponses, ces dernières se révélant par ailleurs souvent très vagues. De fait, la longueur de l’appel à contribution et surtout le fait que les fiches-exemples qui y été liées soient très complètes semble avoir rebuté les collaborateurs éventuels qui ont d’évidence craint de se lancer dans une entreprise trop contraignante pour eux.

17La mise en ligne de première fiches sur le site Vidas, dont certaines « minimales », c’est-à-dire peu développées encore et se contentant d’informations basiques (dates et lieux de naissance et de morts lorsque l’on en dispose, quelques éléments biographiques succincts et quelques lignes sur les engagements dans la renaissance d’oc) a permis de passer ce premier obstacle en convaincant un certain nombre de collaborateurs putatifs de la possibilité de fournir des fiches sans avoir à se lancer dans d’interminables recherches.

18Ainsi en va-t-il par exemple de la fiche consacrée à Maxence Bernheim de Villers (cf. illustration 3), acteur, certes, de second plan de la renaissance d’oc mais acteur tout de même et sur lequel, à l’occasion de leurs lectures ou de leurs dépouillements de documents, les chercheurs en domaine occitan peuvent tomber sans savoir qui il est. Sans entrer dans des détails que l’on ne possède pour l’instant pas, la fiche minimale qui lui est consacrée permettra au moins de le situer dans son époque d’activité (les années 1950-1960) et dans son en­gagement (dans l’Institut d’études occitanes).

Illustration 3 : Exemple de la fiche de Maxence Bernheim de Villers

Illustration 3 : Exemple de la fiche de Maxence Bernheim de Villers

19L’arrivée des premières fiches rédigées par des collaborateurs ne faisant pas partie des initiateurs du projet a elle aussi fait émerger quelques problèmes et questionnements.

20D’abord le constat que certains collaborateurs peinent à suivre le modèle très cadré de la fiche, ce qui entraîne chez les relecteurs du comité scientifique une somme de travail considérable en termes de correction et de restructuration des fiches.

21Ensuite, des questions déontologiques lorsque sont apparus des fiches rédigées par des proches des personnages faisant l’objet de la notice biographique, voire par les personnages en question eux-mêmes. Questions qui en ont soulevé d’autres qui touchent à la période la plus récente (entre le dernier tiers du XXe siècle et les années 2000) et en particulier celle des sources orales et des témoignages de première main. Autant de questionnements qui font débat et ne sont pas encore totalement tranchés au sein du comité scientifique.

22D’autre part, il est parfois difficile, paradoxalement, de rédiger des fiches sur les acteurs les plus importants de la renaissance d’oc.

23Parce que les sources et bibliographies abondent et qu’il est à la fois compliqué et frustrant pour les rédacteurs de réduire à un format de fiche des informations qui pourraient aisément (ou qui l’on déjà fait) aboutir à la rédaction de livres biographiques. C’est le cas, bien entendu d’hommes comme Frédéric Mistral, fondateur du Félibrige, ou Robert Lafont, acteur essentiel et central de l’occitanisme d’après-guerre.

24Parce que, aussi, ces figures emblématiques, parfois idéalisées, parfois diabolisées ou écornées, prêtent bien entendu à la polémique. Il convient dès lors de marcher sur des œufs, de savoir rester neutre, d’éviter les raccourcis sans pour autant trop entrer dans le détail. Autant de difficultés qui font que ces personnages qui doivent trouver leur place dans Vidas n’ont pas encore de fiche à leur nom, même si l’on ne désespère pas de pouvoir combler ces manques à moyen terme. Il n’en demeure pas moins que cela participe aussi d’un questionnement plus large sur les priorités à accorder : faut-il commencer par mettre en avant des personnages très connus et sur lesquels de nombreuses informations sont déjà disponibles, ou plutôt donner en premier lieu la priorité à des personnalités bien moins connues, pour lesquelles les informations sont plus difficilement accessibles, mais qui ont aussi joué un rôle important dans la renaissance d’oc ? Incontestablement, c’est plutôt vers cette seconde voie que le comité scientifique a choisi de s’engager pour commencer.

  • 4 Près de 30 à la fin de l’année 2015.

25Tout cela explique le peu de fiches encore en ligne à ce jour 4, mais il semble toutefois que le projet commence à trouver une certaine dynamique et quelque écho dans le milieu de la recherche en domaine occitan. Les propositions de fiches se font plus régulières au fur et à mesure que le site se rempli et les propositions de participation au projet se multiplient, laissant augurer d’un développement un peu plus conséquent dans les mois à venir.

26Enfin, on peut espérer que ce travail de collaboration entre l’Université et le CIRDÒC, à travers notamment pour ce dernier l’administration technique du projet mais aussi une expertise essentielle dans le domaine archivistique, ouvre la voie à d’autres chantiers collectifs et vienne redynamiser la recherche en domaine occitan en lui offrant de nouveaux outils et champs de recherche.

Haut de page

Notes

1 Jean Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières, 1964. Voir : http://biosoc.univ-paris1.fr/ et http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/ (sites consultés le 20 novembre 2015).

2 Métaportail et bibliothèque numérique de la documentation occitane. Accessible à l’adresse : http://www.occitanica.eu/index.php/fr/ (site consulté le 20 novembre 2015).

3 Accessible à l’adresse : http://vidas.occitanica.eu/ (site consulté le 20 novembre 2015).

4 Près de 30 à la fin de l’année 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Menu de la fiche individuelle de Vidas
URL http://journals.openedition.org/lbl/docannexe/image/447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Illustration 2 : Exemple de la fiche de Pierre-Louis Berthaud
URL http://journals.openedition.org/lbl/docannexe/image/447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Illustration 3 : Exemple de la fiche de Maxence Bernheim de Villers
URL http://journals.openedition.org/lbl/docannexe/image/447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yan Lespoux, « Vidas. Création d’un dictionnaire biographique des acteurs de la renaissance d’oc en ligne : nécessité et contraintes »La Bretagne Linguistique, 20 | 2016, 191-198.

Référence électronique

Yan Lespoux, « Vidas. Création d’un dictionnaire biographique des acteurs de la renaissance d’oc en ligne : nécessité et contraintes »La Bretagne Linguistique [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lbl/447

Haut de page

Auteur

Yan Lespoux

Certifié d’occitan, docteur en histoire contemporaine (thèse soutenue en 2009 : Un demi-siècle de revendication en faveur de l’enseignement de la langue d’Oc (1940-1990) : enjeux, projets et réalisations, chercheur rattaché au laboratoire LLACS (Montpellier 3), membre du comité scientifique du projet Vidas

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Bretagne Linguistique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Bretagne occidentale (UBO)
  • OpenEdition Journals