Navigation – Plan du site

Présentation

La revue Les Chantiers de la Création s’intéresse spécifiquement aux dynamiques poïétiques en revisitant des notions problématiques susceptibles d’être fécondes. Elle questionne l’art et l’histoire, les événements et les œuvres, et les œuvres en tant qu’événements. Elle se consacre particulièrement à l’étude des déclencheurs inattendus de l’acte créatif ; elle interroge ses moteurs, ses détours, ses écarts.

 

 

Appel à communication de la 13e Journée d’étude sur le thème du "vide"

Le vide est une notion que l’on trouve à la croisée des champs les plus divers : comme objet d’étude scientifique (redéfini au XXe siècle par la physique quantique), dans le domaine des religions, de la philosophie, des arts visuels et de la scène, de la littérature, de la poésie, de la musique ou encore de la géographie et de la démographie (l’expression « diagonale du vide », employée un temps pour décrire une partie du territoire hexagonal, doit sans doute être ré-interrogée dans le contexte actuel).

On peut noter un manque de variation lexicale en français, notamment par rapport à l’anglais qui distingue empty, void, emptiness : le premier renvoyant au fait d’être inoccupé, le second davantage au vide physique, le dernier à un vide plus psychologique.Les communications qui composeront cette journée d’étude déclineront des termes proches de celui du vide, tels que le néant, la vacuité, la vacance, l’absence, le deuil, l’attente ou encore le silence, autant de déclinaisons possibles d’une même notion.

En Occident, depuis les philosophes antiques, le vide est défini comme absence de toute matière. Cette notion a priori négative est ainsi envisagée selon les polarités être/non-être, vide/plein, quelque chose/rien, conception qui modélise la représentation que l’on se fait de la création, qui suggère un passage du rien à l’être, du vide au plein en même temps qu’elle désigne la dimension insoluble, aporétique de ce passage. Cette représentation du geste créateur fait d’ailleurs l’objet d’une querelle ancienne, réactivée notamment à la période romantique, et opposant une conception de la création par imitation à celle de l’inspiration, d’une création ex-nihilo, du vide, exaltant le génie de l’artiste.

Le vide est également à considérer du côté de la réception de l’objet de création. Abordée par de nombreux critiques – Jauss, Eco, Blanchot, ou encore Iser avec le concept de Leerstelle, « place vide » – cette question est au cœur de toute œuvre d’art, orpheline de son créateur et qui, par cette absence même, engage à un dialogue avec le lecteur/récepteur.

Pour consulter l'appel dans son intégralité


Dernier numéro en ligne
11 | 2019
Migration et exil environnemental : du Déluge à nos jours

  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo ED354
  • Logo Métropole Aix Marseille Provence
  • Logo PUP
  • OpenEdition Journals