Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Rubrique thématiqueTreasures from the Wreck of the U...

Rubrique thématique

Treasures from the Wreck of the Unbelievable de Damien Hirst ou Éloge de la fiction dans l’art contemporain

Silvia Neri

Résumés

En 2017 la Fondation François Pinault à Venise présente l’exposition inédite de l’artiste Damien Hirst, intitulée Treasures from the Wreck of the Unbelievable. L’étude qui suit présente l’analyse du faux comme création artistique contemporaine orientée vers la construction d’une réalité basée sur la fiction et la légende. La question de départ en est l’exposition et l’autorité qu’elle représente : une fake exhibition au sein d’une institution européenne prestigieuse représente-t-elle le renversement des paramètres éthiques de l’art, du musée et du marché de l’art ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cfr. Adorno, Theodor Ludwig Wiesengrund, Théorie esthétique, Klincksieck, 2011.
  • 2 Cf. Danto, Arthur. C., La Fin de l’art, 1984.
  • 3 Hegel, Georg Wilhelm Friedrich, Esthétique ou philosophie de l’art, Poche, Paris, 1997.

1Depuis plusieurs années nous assistons au changement de modèle des expositions d’art contemporain qui s’achemine de plus en plus vers l’événement spectaculaire : œuvres de grande taille exposées dans des espaces volumineux, nombreux visiteurs et critiques, recherche du succès. Comme on le sait l’art, comme la société, est toujours en évolution : miroir de l’époque dans laquelle il s’enracine, l’art a toujours été l’expression de la volonté de création de l’homme. Aujourd’hui, on assiste à l’explosion de la crise dialectique entre esthétique et contenu1 où l’intention de l’artiste prévaut sur le résultat esthétique et sur le message qu’il adresse au public. C’est le projet qui importe2. Les commissaires d’exposition et les critiques d’art aident à la médiation entre œuvre et public et, plus important encore, c’est le rôle des expositions qui cherchent à résoudre cette crise dialectique en s’appuyant sur la littérature et la fiction pour éliminer l’ambiguïté dichotomique de l’art contemporain3. Dans cet essai critique je propose l’analyse d'une fake exhibition en mettant en lumière le rapport entre littérature, fiction et exposition. Je propose une analyse du faux comme création artistique contemporaine, orientée vers la construction d’une réalité basée sur la fiction et la légende.

  • 4 Glicenstein, Jérôme, « L’exposition comme fiction » dans L’Art une histoire d’expositions (2009), p (...)

2L’exposition en elle-même est déjà une fiction car elle réinterprète et expose des œuvres en présentant un parcours narratif réel ou fictif4. Donc, qu’est-ce que c’est qu’une fake exhibition ? C’est une exposition qui présente du faux par la volonté intentionnelle de l’artiste et de l’institution qui l’organise, sans prévenir directement ni explicitement le public.

  • 5 Dominique Gonzalez-Foerster (Strasbourg, 1965), artiste et réalisatrice française.
  • 6 TH.2058 imagine la Tate Modern 50 ans plus tard, dans un Londres affligé par une pluie perpétuelle. (...)
  • 7 Colard, Jean-Marc, « Quand la littérature fait exposition », in Littérature 2010/4 (n° 160), pp. 74 (...)
  • 8 Le Pavillon italien, Il Mondo Magico, dirigé par la commissaire d’exposition Cecilia Alemani, prése (...)

3On dispose de nombreux exemples de littérature de fiction au service de l’art contemporain. Par exemple, l’incipit narratif de l’installation de Dominique Gonzalez-Foester5 intitulée T.H.20586 présentée à la Turbin Hall de la Tate Modern en 20097. Ou encore, le Pavillon italien à la Biennale d’Art de Venise en 20178 qui présentait une interprétation de Il Mondo Magico de Ernesto De Martino (1948), livre qui donne une reconstruction de l’âge magique comme un moment de développement de l’histoire de l’esprit. Ces deux expositions gardent le lien entre littérature et fiction sans perdre le sens de la réalité et sans dépayser le spectateur.

  • 9 Damien Hirst (1965, Bristol).
  • 10 Hirst, Damien, Treasures from the Wreck of the Unbelievable, Other Criteria, 2017.

4La fake exhibition dont je veux parler est Treasures from the Wreck of the Unbelievable (Les trésors du naufrage de l’Incroyable) de l’artiste britannique Damien Hirst9, présentée en 2017 à la Fondation François Pinault à Venise. L’exposition montre le trésor de Cif Amontan II, un esclave affranchi d’Antioche qui a fait naufrage au large des côtes de l’Afrique de l’Est. Immergée dans les profondeurs de l’océan Indien pendant environ deux mille ans, l’épave de l’Incroyable (Apistos dans le texte grec original), a été repérée en 2008. Fasciné par cette histoire, l’artiste Damien Hirst décide de monter une expédition pour récupérer le navire et son trésor10.

5Avant d’analyser l’exposition, je présenterai ici artiste et institution.

  • 11 Pendant ses années d’études au Goldsmiths College, Hirst conçoit et réalise Freeze, exposition coll (...)
  • 12 Hirst, Damien, The Physical Impossibility of Death in the Mind of Someone Living (1991), présente u (...)
  • 13 Hirst, Damien, For the Love of God (2007) est une sculpture qui présente un crâne humain moulé en p (...)

6Damien Hirst est l’un des Young British Artists11 les plus importants. Depuis les années 1980, il a recours à différentes pratiques artistiques comme l’installation, la sculpture, la peinture et le dessin. Sa poétique explore des relations duales complexes comme l’art et la beauté, la religion et la science, la vie et la mort. Ses œuvres sont devenues célèbres car elles ont choqué le public : l’œuvre The Physical Impossibility of Death in the Mind of Someone Living12, requin plongé dans du formaldéhyde, ou encore For the Love of God13, moulage en platine d’un crâne serti de plus de huit mille diamants parfaits, œuvre qui a fait exploser la bulle de l’art contemporain, sont des artworks à travers lesquels Hirst questionne les systèmes de croyance contemporains et dissèque les incertitudes se trouvant au cœur de l’expérience humaine.

7La Fondation François Pinault à Venise est une institution qui, comme le dit son nom, a été créée par l’homme d’affaires milliardaire François Pinault14. Elle est composée de deux lieux d’exposition : Palazzo Grassi, un bâtiment de style néoclassique qui donne sur le Grand Canal, et Punta della Dogana, lieu symbolique de Venise utilisé depuis le XIVème siècle pour les activités de douane, étant donné sa position stratégique entre le Grand Canal et le Canal de la Giudecca15. L’exposition Treasures from the Wreck of the Unbelievable a été organisée sur les deux sites vénitiens de la Collection Pinault, soit cinq mille mètres carrés d’espace muséal pour la première fois consacré à un seul artiste.

  • 16 La Biennale di Venezia, fondation culturelle italienne, basée à Venise. Principalement active dans (...)

8Pour marquer la majesté de cet événement, la Fondation Pinault met en place une stratégie supplémentaire de marketing et organise l’exposition au même moment que la Biennale d’Art de Venise16, de fin avril à fin novembre, pour attirer le plus de spectateurs possible. Résultat : l’exposition a été perçue comme un événement off de la Biennale elle-même, ce qui n’est pas passé inaperçu des professionnels de l’art et qui a été beaucoup critiqué.

9On revient à l’exposition de 2017. L’exposition témoigne de la collection exceptionnelle de la cargaison destinée à un temple du Soleil, de sa récupération ainsi que du goût encyclopédique de son collectionneur d’origine. Plus de deux cents œuvres sont exposées dans les cinquante salles, reparties sur les deux lieux, ce qui nécessite un temps de visite d’environ trois heures selon le directeur du musée.

  • 17 Geuna, Elena, Hirst, Damien, Damien Hirst. Treasures from the Wreck of the Unbelievable, Marsilio, (...)

10Le sens de la visite de l’exposition débute à Punta della Dogana mais le parcours narratif n’est pas imposé. Le spectateur peut commencer la visite à Palazzo Grassi et ne rencontrer aucun problème d’interprétation17 grâce à la brochure introductive qui raconte la légende de Cif Amotan II et qui présente les œuvres.

11Quand le spectateur rentre à Punta della Dogana, il est accueilli par des œuvres de grande dimension : disposées sous les nefs, les sculptures provoquent un impact visuel hors de toute mesure auquel le spectateur est soumis. La mise en place des œuvres expose des statues majestueuses, d’une hauteur de plus de trois mètres, encore incrustées de coquillages et algues marines (par exemple, l’œuvre Hydra and Kali). À leur côté, une version restaurée de la même taille est réalisée en bronze et une vidéo accompagne la scénographie montrant les plongeurs au moment de la récupération dans le fond marin.

12Cette démesure sculptée résonne aussi à Palazzo Grassi. Le spectateur y est accueilli par Demon with Bowl, une sculpture grandiose en bronze de dix-huit mètres de hauteur, dépourvue de tête, copie d’un bronze plus petit retrouvé dans l’épave. Dans les salles du musée, les créations artistiques dévoilent le talent de l’artiste à réinterpréter les différentes mythologies et à leur donner forme. Ici à Palazzo Grassi sont exposées les sculptures réalisées dans les matériaux les plus précieux : malachite, jade, lapis-lazuli, cristal de roche, or et argent.

13Même si personne n’a jamais entendu parler de ce trésor, le récit de Cif Amotan II est tout à fait passionnant et les œuvres impressionnantes. En effet, le spectateur retrouve dans l’exposition des thématiques qui évoquent l’esprit d’aventure, les voyages, la découverte de trésors précieux, le mystère et différentes références mythologiques.

14La mise en scène proposée par la commissaire de l’exposition, Elena Geuna, est très efficace : les œuvres sont disposées et présentées dans un discours homogène qui facilite la compréhension de l’histoire de Cif Amotan II et en permet l’étude historique grâce aux vitrines inspirées d’un musée archéologique.

15Tout au long de la visite, les œuvres montrent des contrastes évidents entre légende et actualité et le doute sur la vérité historique s’insinue dans l’esprit du spectateur.

16Si d’un côté les documentaires et les repères archéologiques semblent très réalistes, de l’autre certains détails déstabilisent le spectateur et instaurent en lui le doute sur la réalité de ce naufrage.

17Alors qu’il est en train de se demander si ce qu’il voit est vrai ou faux, le spectateur cherche à se rassurer sur son interprétation, mais rien ne le conforte. Au contraire, la scénographie de l’exposition fait résonner l’ambiguïté du ressenti du spectateur. En effet un jeu de contrastes, philologiquement intéressants, est mis en place : on passe des sculptures encroûtées d’algues, d’éponges, d’anémones, de coraux récupérés en mer, exposées dans les nefs de Punta della Dogana, à des trouvailles archéologiques en or et pierres précieuses. Le goût obsessionnel du collectionneur Cif Amotan II est recréé parfois d’une manière didactique qui révèle la passion de l’archivage des objets de l’Antiquité, et parfois dans une attitude plus contemporaine qui relève des nouveaux enjeux interactifs de la muséologie.

18La perception du spectateur dans l’exposition est ambiguë. Son intuition le guide vers une interprétation de la création d’un faux artistique spectaculaire, tandis que la mise en place scénographique met en avant un professionnalisme remarquable qui le rapproche du réel. Dans sa tête affluent des questionnements : ces œuvres sont-elles vraies ? Le récit de ce naufrage est-t-il une réalité historique ou il s’agit-il d’une fiction ? Le spectateur est perdu. Aucun détail muséologique n’est oublié, tout est impeccable, sinon le fait de dire au public que rien de ce qu’il voit ou lit n’est vrai. La révélation arrive enfin dans le parcours de l’exposition quand le spectateur rencontre des renvois à la culture pop par exemple : les sculptures de la chanteuse Rihanna ou de Mickey Mouse dévoilent la véritable essence de l’exposition. Treasures from the Wreck of the Unbelievable est une fake exhibition.

19Plusieurs questions se posent concernant la véritable identité de ce projet, notamment sur son contenu : s’agit-il d’une volonté de manipulation du public ?

20Analysons le projet. Il s’agit d’une démarche très ambitieuse : le mécène François Pinault a collaboré avec l’artiste et le résultat en est une exposition colossale de sculptures qui se prête à différents niveaux d’interprétation. C’est une synthèse réussie de références culturelles multiples ancrées dans des mythes éternels et des peurs ancestrales. C’est aussi un projet ironique envers un certain monde de l’exposition et des musées, lié à des critères conservateurs et soutenu par une structure narrative brillante étayée par une tension riche de mystère.

21C’est dans cette dualité que le spectateur se pose la question centrale : quelle est l’intention de l’artiste ? Si le concept de l’exposition est une fiction, l’enjeu de l’artiste est énorme. Il s’agit d’inventer une histoire, de créer les œuvres et de convaincre le public que ce qu’il voit est vrai. C’est à ce moment-là qu’entre en jeu la Fondation Pinault : l’artiste choisit une institution qui puisse confirmer et appuyer la vérité proposée. Mais quels sont les enjeux de l’institution qui propose cette exposition ? La Fondation Pinault assume simplement le rôle de mécène qui donne carte blanche à un projet totalement visionnaire.

  • 18 Exposition Where Are We Going?, Palazzo Grassi, 29/04 - 01/10/2006.

22Il est intéressant d’analyser le rapport entre l’exposition et l’autorité qui en émane : est-ce qu’une fake exhibition, présentée au sein d’une prestigieuse institution européenne comme la Fondation Pinault, représente le renversement des paramètres éthiques de l’art, du musée et du marché de l’art ? On ne peut pas répondre de manière affirmative car il faut connaître les acteurs de ce projet, Hirst et Pinault. Le rôle de la Fondation Pinault est fondamental pour la réalisation de cette exposition, non seulement parce qu’elle met à disposition les deux lieux vénitiens mais parce qu’elle finance aussi l’exposition en achetant plusieurs des œuvres exposées. Il faut savoir que le rapport artiste-mécène entre Hirst et Pinault remonte à 2006 quand, à l’occasion de l’ouverture de Palazzo Grassi, Pinault expose une œuvre de Hirst en consacrant sa Fondation à la contemporanéité18. En ce sens, l’exposition de 2017 doit être lue comme un signe de continuité et confirme la longue relation de respect entre l’institution, le collectionneur et l’artiste.

23De plus, la production de l’événement a mobilisé un énorme déploiement de moyens financiers et de ressources humaines. L’exposition est le résultat de l’action d’un grand nombre de spécialistes de haut niveau qui ont su apporter des techniques, une qualité d’exécution et une innovation sous la direction exceptionnelle de Damien Hirst, qui marque un point de non-retour dans l’art contemporain.

  • 19 L'art de manipuler le public est une spécialité de Hirst. On en a eu confirmation en janvier 2022, (...)
  • 20 Hobkinson, Sam, Hirst, Damien, Treasures from the Wreck of the Unbelievable, (1h30), 2017.
  • 21 Cfr. Halperin, Julia, Damien Hirst Created a Fake Documentary About His Fake Venice Showand Now Yo (...)

24En ce qui concerne Hirst et ce projet mégalomane, qui a nécessité près de dix ans de travail et un coût de production de 65 millions de dollars, il faut considérer qu’il revient sur la scène de l’art après quelques années de silence dues à l’insuccès de plusieurs expositions et ventes aux enchères19. Avec ce travail monumental, il cherche à se relancer. Cela est aussi confirmé par le faux documentaire que l’artiste a produit sur l’exposition à Venise20. Ce film, qui cherche à reconstituer la backstory fictive derrière l’exposition, a été aussi diffusé sur la plateforme Netflix21. Le film de 90 minutes, financé par l’artiste lui-même, est produit avec un soin extrême, avec des prises de vue sous-marines et une bande-son tonitruante. Le film, qui suit une équipe de chercheurs qui identifie l’épave d’Amotan au fond de l’océan Indien, suggère que l’exposition de la Fondation Pinault est la première présentation d’un trésor perdu depuis longtemps, découvert par une équipe d’archéologues et de plongeurs au large des côtes de l’Afrique orientale. Le trésor – c’est ce que l’on raconte – avait été rassemblé au cours du Ier ou du IIème siècle de notre ère par un ancien esclave devenu un collectionneur vorace, Cif Amotan II, dont on découvre dans le film que son nom est l’anagramme de « I am a Fiction ». La réponse effective à la véritable identité du projet se retrouve explicitée dans le documentaire de Netflix mais pas dans l’exposition.

  • 22 Joan Fontcuberta (Barcelone, 1955), photographe, conférencier, essayiste, conservateur et écrivain (...)
  • 23 Cfr. https://www.mep-fr.org/event/joan-fontcuberta/ et cfr. Imbert, Clémence, Camouflages. Joan Fon (...)
  • 24 Imbert, Clémence, Camouflages. Joan Fontcuberta, op. cit.

25Donc Treasures from the Wreck of the Unbelievable est une vraie fake exhibition où l’éloge de la fiction artistique dans l’art contemporain est mise en lumière. Si l’on regarde l’histoire des expositions, on s’aperçoit que d’autres expérimentations sur la fiction ont été réalisées, avec moins de succès et dans un contexte plus polémique. Le premier exemple en est l’exposition Camouflages du photographe Joan Fontcuberta22 à la Maison Européenne de la Photographie en 2014 à Paris23. Le titre introduit déjà la démarche de la dissimulation des œuvres dans l’espace d’exposition mais aussi celle de Fontcuberta qui est à la fois artiste et protagoniste de plusieurs de ses fictions. En effet, l’exposition prend la forme d’une méta-exposition, une « exposition d’expositions », selon les termes du dossier de presse. Le titre s’inspire du dernier projet de l’artiste, « une série de portraits peints dans différents styles et camouflés dans l’exposition »24. Ces tableaux, accrochés dans les lieux de passages comme les portes d’accès et les cages d’escaliers, deviennent presque invisibles et sortent du champ d’attention du spectateur qui veut entrer dans les salles pour voir les œuvres.

26Le dispositif d’exposition joue sur la démarche artistique de Fontcuberta : critique et humoriste, l’artiste interroge la passivité et la crédulité face aux images et aux discours.

27Le photographe catalan, qui a connu la dictature franquiste, la censure et la falsification de l’information, expose son travail artistique qui questionne toutes les formes de prétendue vérité. Son œuvre, s’appuyant sur les possibilités offertes par l’image photographique et ses capacités de manipulation, nous entraîne dans une réalité à la fois vraisemblable et insolite. Raffiné et intellectuel, le projet de Fontcuberta affiche un axe plus politique qui vise à montrer la manipulation réelle dans notre société.

  • 25 Dau est un film russe de 2019 sur le projet Dau organisé par le réalisateur Ilya Khrzhanovsky (Mosc (...)

28Un autre projet plus récent et plus controversé est Dau, le projet immersif de Ilya Khrzhanovsky25. Présenté en 2019 au Théâtre du Châtelet et au Théâtre de la Ville de Paris alors que les deux théâtres étaient fermés pour travaux, l’exposition/immersion est restée ouverte un mois entier, 24 heures sur 24. On ne pouvait y accéder qu’avec un visa obtenu en s’enregistrant sur internet. Les espaces de ces théâtres (scène, coulisses, régie, salle, etc..) étaient transformés en zone d’expérimentation et d’exploration avec des mannequins humains, des lits installés dans plusieurs recoins et des salles de projection. Inspiré de la vie du théoricien soviétique Lev Landau, prix Nobel de physique en 1962, le projet raconte une expérience réalisée entre 2009 et 2011 où 400 personnes ont accepté de vivre coupées de leur quotidien pour rejoindre un Institut de physique quantique construit en Ukraine, et de revivre trois décennies (de 1938 à 1968) de l’ère soviétique. Entre fiction et documentaire, entre rêve et réalité, le projet Dau relate des histoires propres à l’espèce humaine, comme l’amour et la violence sur fond d’URSS et de recherches scientifiques. Vu l’ampleur du projet, le processus curatorial n’était pas assuré et de nombreux défauts étaient évidents. Le spectateur comprenait tout de suite qu’il était plongé dans un énorme faux historique performatif.

29À ce propos, j’interroge le problème de crédibilité d’une exposition qui se base forcément sur le rapport artiste-institution. Prenons le cas de Fontcuberta. C’est à l’institution de la Maison Européenne de la Photographie d’assumer le fait que la fiction photographique exposée renvoie à la politique. Dans le projet Dau, les défauts d’organisation des partenaires institutionnels émergent clairement car le projet ne repose pas sur une collaboration structurée. C’est pour cette raison que Dau dévoile tout de suite sa véritable identité, le fake.

30Seule l’exposition Treasures from the Wreck of the Unbelievable présente un lien étroit entre l’artiste et l’institution, en vertu également du rôle du collectionneur comme on l’a montré précédemment. Ce projet est fascinant et philologiquement remarquable grâce aussi à la Fondation Pinault qui assume parfaitement son rôle de mécène.

31Pour conclure, nous pouvons constater que Treasures from the Wreck of the Unbelievable est une opération muséologique sans précédent car une exposition de cette ampleur n’a jamais été présentée auparavant. La scénographie spectaculaire y contribue effectivement car de nombreux objets exposés sont géants, parmi lesquels beaucoup ont été créés à partir de matériaux précieux. L’ensemble présenté comme un musée archéologique rend la visite cohérente et extraordinairement enrichissante.

32On relève cependant des points négatifs loin d’être négligeables. Ainsi monumentalité et gigantisme ne riment pas nécessairement avec qualité et puissance formelle, ou encore plagiats car il y a trop de références et de copies d’œuvres d’autres artistes, comme Jeff Koons, Marc Quinn, ou Banksy. Mais l’aspect le plus controversé est sans doute l’ostentation inutile et vulgaire, l’opulence et les coûts impressionnants qui ont fait froncer les sourcils de nombreuses personnes. Dans un moment politique, social et économique aussi complexe et troublé que celui que nous vivons au niveau international, la grande générosité autoréférentielle du collectionneur François Pinault est une provocation.

33Malgré ces critiques, l’exposition de Hirst est un véritable éloge de la fiction comme création artistique, une fake exhibition, qui va s’insérer dans l’histoire de la fiction dans l’art contemporain.

  • 26 Rodes, Fanny, Le Faux à l’épreuve de l’art contemporain, 2016.
  • 27 Ucciani, Louis, « Le Faux comme moment du vrai dans l’art d’aujourd’hui », dans Sociétés & Représen (...)
  • 28 Paparoni, Demetrio, Danto, Arthur. C., Arte e Poststoria. Conversazioni sulla fine dell’estetica e (...)

34Si habituellement l’artiste est celui qui produit du vrai et de l’authentique, on sait qu’à partir de l’exposition de Hirst la fiction peut ouvrir sur des chemins inconnus et inexplorés pour mettre en valeur le faux et sa création26. Comme l’écrit Louis Ucciani dans Le Faux comme moment du vrai dans l’art d’aujourd’hui, « cette illusion, en ce qu’elle trompe, devient une falsification de la réalité »27. Dans le cas d’une fake exhibition, c’est la fiction qui conduit à la falsification de la réalité : la fiction récrée la réalité sous une forme nouvelle où les paramètres connus sont mis en cause et la notion même de l’art balance entre vrai et faux28.

Haut de page

Bibliographie

Adorno, Theodor Ludwig Wiesengrund. Théorie esthétique, Klincksieck, 2011.

Alvarez, José. François Pinault, artiste contemporain, Albin Michel, Paris, 2018.

Buelli, Manuela. Un’estetica del disgusto : Damien Hirst, Galassia Arte, 2017.

Cahill, James, James, Nicholas Philip. Damien Hirst : A Retrospective, Cv Publications, 2012.

Danto, Arthur. C., La Fin de l’art, 1984.

Lavigne, Emma. Dominique Gonzalez-Foerster : 1887-2058, Prestel, 2016.

Colard, Jean-Marc. Exposer la littérature (2015), pp. 93-102 https://www.cairn.info/exposer-la-litterature--9782765414810-page-93.htm

Colard, Jean-Marc. « Quand la littérature fait exposition », dans Littérature 2010/4 (n° 160), pp. 74-88, https://www.cairn.info/revue-litterature-2010-4-page-74.htm

Danto, Arthur. C. La Fin de lart, 1984.

Geuna, Elena, Hirst, Damien. Damien Hirst. Treasures from the Wreck of the Unbelievable, Marsilio, 2017.

Glicenstein, Jérôme. L’exposition comme fiction dans L’Art une histoire d’expositions (2009), pp. 15-84.

Halperin, Julia. Damien Hirst Created a Fake Documentary About His Fake Venice Show—and Now You Can See It on Netflix, Artnet, 5 janvier 2018, https://news.artnet.com/art-world/damien-hirst-created-fake-documentary-venice-show-can-see-netflix-1192922

Hegel, Georg Wilhelm Friedrich. Esthétique ou philosophie de l’art (Lectures on Aesthetics), Poche, Paris, 1997.

Hirst, Damien. Treasures from the Wreck of the Unbelievable, Other Criteria, 2017.

Hirst, Damien. Treasures from the Wreck of the Unbelievable: One Hundred Drawings, Volume II, Other Criteria, 2018.

Hobkinson, Sam, Hirst, Damien. Treasures from the Wreck of the Unbelievable, (1h30), 2017.

Imbert, Clémence. Camouflages. Joan Fontcuberta, Maison Européenne de la Photographie, 15 janvier – 16 mars 2014, https://journals.openedition.org/marges/954

La Biennale di Venezia : Le esposizioni internazionali d’Arte 1895-1995, La Biennale di Venezia-Electa, 1996.

Lavigne, Emma. Dominique Gonzalez-Foerster : 1887-2058, Prestel, 2016.

Paparoni, Demetrio, Danto, Arthur. C., Arte e Poststoria. Conversazioni sulla fine dell’estetica e altro, Neri Pozza, Vicenza 2020.

Rodes, Fanny. Le Faux à l’épreuve de l’art contemporain, 2016.

Ucciani, Louis. « Le faux comme moment du vrai dans l’art d’aujourd’hui », dans Sociétés & Représentations, 2012/1 (n° 33), p. 95-103.

Haut de page

Notes

1 Cfr. Adorno, Theodor Ludwig Wiesengrund, Théorie esthétique, Klincksieck, 2011.

2 Cf. Danto, Arthur. C., La Fin de l’art, 1984.

3 Hegel, Georg Wilhelm Friedrich, Esthétique ou philosophie de l’art, Poche, Paris, 1997.

4 Glicenstein, Jérôme, « L’exposition comme fiction » dans L’Art une histoire d’expositions (2009), pp. 15-84.

5 Dominique Gonzalez-Foerster (Strasbourg, 1965), artiste et réalisatrice française.

6 TH.2058 imagine la Tate Modern 50 ans plus tard, dans un Londres affligé par une pluie perpétuelle. La Turbin Hall est utilisée comme un abri pour les gens, un espace de stockage pour les œuvres d’art et pour les vestiges de la culture. L’espace est rempli de répliques monumentales d’œuvres sculpturales emblématiques. Des rangées de lits superposés sont parsemés de livres, et sur un écran géant de courts extraits de films de science-fiction (The Last Film) suggèrent un état potentiel de catastrophe ainsi que la possibilité d’une mémoire collective. Cfr. Lavigne, Emma, Dominique Gonzalez-Foerster : 1887-2058, Prestel, 2016.

7 Colard, Jean-Marc, « Quand la littérature fait exposition », in Littérature 2010/4 (n° 160), pp. 74-88 https://www.cairn.info/revue-litterature-2010-4-page-74.htm et Colard, Jean-Marc, Exposer la Littérature (2015), pp. 93-102 https://www.cairn.info/exposer-la-litterature--9782765414810-page-93.htm. Consulté le 25 octobre 2021.

8 Le Pavillon italien, Il Mondo Magico, dirigé par la commissaire d’exposition Cecilia Alemani, présente trois installations de Roberto Cuoghi, Adelita Husni-Bey et Giorgio Andreotta Calò.

9 Damien Hirst (1965, Bristol).

10 Hirst, Damien, Treasures from the Wreck of the Unbelievable, Other Criteria, 2017.

11 Pendant ses années d’études au Goldsmiths College, Hirst conçoit et réalise Freeze, exposition collective qui lance les Young British Artists. C’est une génération d’artistes britanniques ouverts aux différents matériaux et processus, avec des tactiques de choc, une attitude entrepreneuriale visant à la commercialisation de leurs œuvres. La première utilisation du terme "jeunes artistes britanniques" pour décrire le travail de Hirst et de ces autres jeunes artistes a été faite par Michael Corris dans Artforum, mai 1992. L’acronyme "YBA" a été inventé plus tard, en 1996, dans le magazine Art Monthly. Le label s’est avéré une marque puissante reconnue dans le monde entier et un outil de marketing utile pour les artistes qui lui sont associés (ainsi que pour l’art britannique en général dans les années 1990).

12 Hirst, Damien, The Physical Impossibility of Death in the Mind of Someone Living (1991), présente un requin-tigre conservé dans du formaldéhyde dans une vitrine. L’œuvre a été commandée à l’origine en 1991 par Charles Saatchi. Cfr. Buelli, Manuela, Un’estetica del disgusto : Damien Hirst, Galassia Arte, 2017.

13 Hirst, Damien, For the Love of God (2007) est une sculpture qui présente un crâne humain moulé en platine enrichi de 8 601 diamants, dont un diamant rose en forme de larme (marquise) placé juste sur le front du crâne. Les dents sans défaut sont originales, et ont été présentées comme appartenant à une personne ayant « vécu au 18ème siècle ». L’œuvre, qui a coûté 14 millions de livres, a été mise en vente à la galerie White Cube de Londres pour 50 millions de livres (prix potentiellement le plus élevé jamais payé pour une œuvre d’un artiste vivant). Cfr. Cahill, James, James, Nicholas Philip, Damien Hirst : A Retrospective, Cv Publications, 2012.

14 François Pinault (Les Champs-Géraux, 1936), entrepreneur français multimilliardaire, fondateur de la holding Artemis et PPR, aujourd’hui groupe Kering, qui comprend des marques de luxe telles que Gucci, Yves-Saint-Laurent et Balenciaga. En 2020, il est classé 27e dans la liste des personnes les plus riches du monde selon le magazine Forbes, avec une fortune estimée à 27 milliards de dollars. François Pinault est un grand collectionneur d’art contemporain et propriétaire du Palazzo Grassi et de la Punta della Dogana à Venise, où est exposée une grande partie de sa collection personnelle. Cfr. Alvarez, José, François Pinault, artiste contemporain, Albin Michel, Paris, 2018.

15 Cfr. https://www.palazzograssi.it/it/about/collezione/. Consulté le 25 octobre 2021.

16 La Biennale di Venezia, fondation culturelle italienne, basée à Venise. Principalement active dans les arts figuratifs mais aussi dans la musique, le cinéma, le théâtre, l’architecture et la danse, elle est considérée comme la plus importante d’Italie et parmi les plus prestigieuses du monde. Depuis 1895, elle organise tous les deux ans l’Exposition internationale d’art de Venise. Cfr. La Biennale di Venezia : Le esposizioni internazionali d’Arte 1895-1995, La Biennale di Venezia-Electa, 1996.

17 Geuna, Elena, Hirst, Damien, Damien Hirst. Treasures from the Wreck of the Unbelievable, Marsilio, 2017.

18 Exposition Where Are We Going?, Palazzo Grassi, 29/04 - 01/10/2006.

19 L'art de manipuler le public est une spécialité de Hirst. On en a eu confirmation en janvier 2022, quand l'artiste a admis, dans les colonnes du New York Times, que la vente en 2007 de la fameuse tête de mort couverte de diamants pour la somme de 89 millions d'euros n'avait jamais eu lieu. En effet l'artiste a délibérément tout inventé pour faire exploser sa notoriété et la cote de ses œuvres. En réalité, la sculpture est conservée depuis 2007 dans un coffre de Hatton Garden, le quartier de référence des diamantaires londoniens. Pendant 15 ans, le monde entier a cru à cette vente spectaculaire qui a créé une sorte d'aura autour de l'œuvre de Hirst, aura évidemment aujourd'hui disparue, laissant place à la réflexion sur la façon dont il a réussi à manipuler le public.

20 Hobkinson, Sam, Hirst, Damien, Treasures from the Wreck of the Unbelievable, (1h30), 2017.

21 Cfr. Halperin, Julia, Damien Hirst Created a Fake Documentary About His Fake Venice Showand Now You Can See It on Netflix, Artnet, 5 janvier 2018, https://news.artnet.com/art-world/damien-hirst-created-fake-documentary-venice-show-can-see-netflix-1192922. Consulté le 25 octobre 2021.

22 Joan Fontcuberta (Barcelone, 1955), photographe, conférencier, essayiste, conservateur et écrivain espagnol.

23 Cfr. https://www.mep-fr.org/event/joan-fontcuberta/ et cfr. Imbert, Clémence, Camouflages. Joan Fontcuberta, Maison Européenne de la Photographie, Paris, 15 janvier – 16 mars 2014, https://journals.openedition.org/marges/954. Consulté le 25 octobre 2021.

24 Imbert, Clémence, Camouflages. Joan Fontcuberta, op. cit.

25 Dau est un film russe de 2019 sur le projet Dau organisé par le réalisateur Ilya Khrzhanovsky (Moscou, 1975).

26 Rodes, Fanny, Le Faux à l’épreuve de l’art contemporain, 2016.

27 Ucciani, Louis, « Le Faux comme moment du vrai dans l’art d’aujourd’hui », dans Sociétés & Représentations2012/1 (n° 33), pp. 95-103.

28 Paparoni, Demetrio, Danto, Arthur. C., Arte e Poststoria. Conversazioni sulla fine dell’estetica e altro, Neri Pozza, Vicenza 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Neri, « Treasures from the Wreck of the Unbelievable de Damien Hirst ou Éloge de la fiction dans l’art contemporain », Les chantiers de la création [En ligne], 14 | 2022, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lcc/5251 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lcc.5251

Haut de page

Auteur

Silvia Neri

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. info@neri.gallery

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search