Navigation – Plan du site

Nathalie Perreur, The Practice. La justice à la barre

Anne Jolivet
The Practice. La justice à la barre
Nathalie Perreur, The Practice. La justice à la barre, Paris, PUF, coll. « Hors collection », 2012, 144 p., ISBN : 978-2-13-059418-5.
Haut de page

Texte intégral

1Loin de l’archétype de la série américaine en proie aux clichés et à une vision manichéenne des rapports humains, The Practice se révèle être une série complexe, riche et hautement instructive. Selon Nathalie Perreur, elle appartient à la catégorie des séries télévisées « de qualité », c'est-à-dire des programmes orientés vers un public jeune et cultivé en leur proposant des intrigues avec de nombreux personnages principaux.

2En s’attachant à décrire la réalité quotidienne du fonctionnement d’un petit cabinet d’avocat de Boston, cette série télévisée aborde l’ensemble des thématiques contemporaines qui permettent de comprendre le fonctionnement et les enjeux majeurs de la justice américaine. Au fil des épisodes et des saisons, le téléspectateur est amené à suivre plusieurs affaires simultanément, donnant naissance à une temporalité complexe. La densité des intrigues et des dialogues font de The Practice une série télévisée « culte », plus subtile qu’elle ni paraît, où le téléspectateur doit activement rechercher le sens et la richesse dissimulés des intrigues. Tel est le fil conducteur que l’auteure choisit pour poursuivre son analyse. À cela s’ajoute une forte conscience sociale qui traverse tous les épisodes et confère un caractère intemporel à la série. L’universalité des questions et des problématiques humaines et sociales abordées amplifient cette impression. Plus généralement, pour Nathalie Perreur, cette série met en scène des situations légales et morales emblématiques, des tensions qui traversent l’Amérique contemporaine.

3Nathalie Perreur divise sa réflexion en cinq temps mettant en avant tour à tour une évaluation critique du système judiciaire, l’ambivalence des notions de culpabilité et d’innocence, les questions d’ethnicité face à la justice, les dérives d’une société sécuritaire et enfin une opposition affirmée contre la peine de mort. L’auteure appuie sa réflexion sur de nombreux épisodes et n’hésite pas à citer des extraits de dialogues pour renforcer sa démonstration.

4Afin de donner une vue d’ensemble réaliste aux téléspectateurs, la série décrit minutieusement le travail des avocats de la défense et des procureurs en mettant en avant les points de vue des victimes, de leur famille ainsi que des accusés. Le déroulement du procès, de la procédure pénale ainsi que des conditions de détention sont abordés avec précisions et permettent d’obtenir une vue d’ensemble complète du fonctionnement du système policier et judiciaire américain. Le fort caractère pédagogique de la série est doublé d’une injonction à prendre position à la manière du jury populaire qui doit se prononcer sur la culpabilité des accusés. Les acteurs du procès sont décrits comme des êtres humains complexes et pluridimensionnels. Loin d’être des héros infaillibles, ils sont tiraillés entre leur éthique personnelle et professionnelle. L’épisode « gagner à tout prix » (épisode 4, saison 2) rend compte de cette situation puisqu’un des avocats du cabinet Donnell enfreint des règles de procédures dans le but de défendre son client.

5The Practice transmet une vision pessimiste de la justice où il arrive que des coupables soient acquittés (épisode 22, saison 2) et des innocents condamnés (épisode 22, saison 5). La différence entre le bien et le mal peut parfois sembler floue et la série met en lumière l’arbitraire des décisions de justice ainsi que l’existence d’un système à deux vitesses. Les différences sociales observables dans la société ne sont pas sans influencer la cour des décisions de justice. Les dilemmes moraux et l’ambiguïté planent en permanence sur l’ensemble des épisodes et le spectateur est vivement convié à s’impliquer dans la réflexion et les difficultés des personnages face à de telles problématiques.

6La question de l’ethnicité et de ses implications négatives dans le fonctionnement de la justice américaine est également récurrente. La série met un point d’honneur à dénoncer les préjugés raciaux encore bien encrés dans les mœurs. L’épisode intitulé « Stratégies » (épisode 8, saison 2) illustre cet aspect de la réalité. Un des avocats du cabinet, Eugen, défend un client noir accusé d’avoir battu le vigile d’un magasin lors d’une émeute. Il adopte une stratégie de défense ou il place l’accusé comme victime de son statut d’homme noir dans une société de blanc.

7The Practice dénonce également les dérives sécuritaires qui menacent la société américaine. La libre détention d’arme à feu est continuellement mise en scène afin de plaider pour un contrôle majeur de leur usage. Plus largement, la série interroge la question des frontières de la légitime défense et celle du soutien populaire à une justice privée qui témoignent d’une défiance à l’égard des institutions jugées comme incompétentes. Ces thématiques sont abordées notamment dans les épisodes 7 et 22 de la saison 4.

8Dans une société américaine décrite comme désabusée, où les valeurs fondatrices semblent en péril, la question profonde que pose The Practice est celle du rapport à la différence et à l’Autre. Dans un climat de peur fortement relayé par les médias, la réflexion sur la peine de mort est une des thématiques principales de la série. À travers la description du travail des avocats, il s’agit de dénoncer une pratique présentée comme injuste et inégale. The Practice réalise une critique à la fois pratique, légale et éthique de la peine capitale. Les arguments abolitionnistes développés sont fondés sur l’idée que la peine de mort est incompatible avec tout projet humaniste.

9En somme, pour l’auteure, The Practice se révèle être une série qui, au-delà de la qualité formelle de son contenu et de la noblesse des causes défendues, permet au téléspectateur de s’interroger profondément sur ce que représente la justice et de remettre en question ses propres idées à ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jolivet, « Nathalie Perreur, The Practice. La justice à la barre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10001

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page