Navigation – Plan du site

Alexandre Sokourov, Faust

Jérémy Damian

Texte intégral

1Faust, le dernier film d’Alexander Sokourov, sorti sur nos écrans le 20 juin 2012, a reçu le Lion d’or de la Mostra de Venise en 2012. Darren Aronofsky, président du jury, déclarait à son propos lors de la remise du prix : « Certains films vous font pleurer, d’autres vous font rire, il y a des films qui vous changent pour toujours après les avoir visionnés, et celui-ci est l’un d’entre eux ». Que le spectateur soit changé, cela est certain tant le film « éprouve » sur près de 2 heures et 10 minutes d’un cinéma touffu, lyrique, grouillant, halluciné, charnel et métaphysique. Si le film éprouve, il « impressionne »tout autant. D’abord au sens photographique du terme. Il faut louer ici le travail de François Delbonnel, connu pour sa collaboration avec Jean-Pierre Jeunet, tant pour son cadrage serré qui laisse étrangement vivant tout le hors-cadre de l’image (ici très resserrée dans un format classique 1.37 :1 devenu pour nos yeux déroutant), que pour la beauté somptueuse de la photographie et de l’étalonnage numérique. Il faut lui rendre grâce, certainement, d’avoir su combler les exigences de Sokourov. En visionnant le film, on se dit que ce dernier a autant été inspiré par Le traité des couleurs de Goethe que par son Faust, se confrontant ainsi autant au romancier et au dramaturge qu’au théoricien de l’art et à l’homme de science.

2Le film, fort de sa puissance visuelle, impressionne également dans un autre sens, tant il envahit le spectateur, bourdonne à ses sens, le perd aussi parfois, pour finalement se resserrer sur son dernier tiers. Impression donc, plutôt que compréhension. Il ne s’agit pas de comprendre mais de s’interroger, à la manière des questions que Faust ne cesse lui-même d’adresser tout le long du film.

3On relèvera ici deux de ces grandes questions. Pour la première, le générique de fin le signale : Faust est la dernière partie d’une tétralogie entamée avec Moloch en 1999, auquel suivra Taurus (2000) et Le Soleil (2004), consacrée au pouvoir et au mal. Sokourov a successivement mis à l’écran Hitler, Lénine, Hiro-Hito et aujourd’hui Faust. Il est intéressant de voir que le film fait hésiter son spectateur quant à savoir qui de Faust ou de Méphisto figure au titre de quatrième terme de cette funeste série ? Si le privilège en revient à Faust, une autre question se pose : dans quelle mesure préfigure-t-il les figures du mal absolu qui condamneront notre XXe siècle ? Sur cette question, Sokourov paraît ne pas trancher et laisser son film ouvert. Faust y apparaît comme un terme « aberrant » de la série, faisant écart en même temps qu’il la fonde. Quelle est alors la catégorie qui rassemble Faust, Lénine, Hitler et Hiro-Hito ? Le film met en scène une véritable méditation sur cette origine. Signalons au passage que le film est, à cet égard, plus riche ‑ car indéterminé ‑ que ne le sont les propos du réalisateur : « à la fin », commente-t-il, « on voit Faust entamer une marche triomphale à travers le monde. Il deviendra un dictateur, un leader politique, un oligarque ».

4La deuxième grande question posée par cette œuvre concerne le rôle de Méphisto. Le film s’ouvre sur une incroyable scène de dissection au cours de laquelle le Docteur Faust et son assistant Wagner se lancent à corps perdus dans la recherche de l’âme du défunt qu’ils sont littéralement en train de vider, la cherchant jusque dans ses viscères. « Où se trouve l’âme ? » demande Faust, lui qui cherche dans les morts ce qu’il ne parvient plus à trouver en lui-même. Vers la moitié du film, Faust et Méphisto gambadent dans une nature agitée de vent. Faust, au pied d’un arbre, lève la tête au ciel et constate qu’ « il n’y a personne ! ». Et Méphisto de lui répondre : « Il y a un courant d’air ». Quelques minutes plus tard, à Faust qui n’en croit pas ses yeux de s’être fait conduire de manière improbable jusqu’à la demeure de la jeune Marguerite dont il s’est épris, Méphisto fait remarquer à l’homme de science, que « ce qui n’est pas logique vous semble faux ».

5Dans ces moments, le film prend un tour métaphysique. Or, les métaphysiciens se passionnent pour les « cosmologies » où, en général, il est attendu que Dieu y assure une « fonction » décisive. Ici, Dieu est absent, ne restent que les courants d’air. Méphisto paraît, paradoxalement, être le seul à encore croire. Sokourov se sert de son film pour construire une étrange cosmologie à l’intérieur de laquelle il s’intéresse moins à la fonction-dieu qu’à celle du diable. Et lorsque Méphisto relève la présence des courants d’air, lorsqu’il se moque de Faust et de sa fausse logique, lorsqu’il inverse les évidences en réservant à la science le sort que l’on prête d’ordinaire à la religion ‑ combler le vide ‑, Sokourov réserve à l’incarnation du diable sur terre un certain charme, une action doucement, bien que férocement, subversive, finalement pas si néfaste. Méphisto œuvrant presque à l’existence d’un ordre lui aussi « aberrant », par lequel le monde échappe à ses rigueurs.

6Enfin, le film fait emprunter à ses spectateurs une fausse route. Si Faust est bel et bien le quatrième terme de la série, il ne le devient pas au contact de Méphisto, lequel donne au monde une certaine saveur, en même temps qu’une étrangeté fatale. La fin du film, que je ne dévoile pas, semble être le fondement véritable, l’origine recherchée d’une série à quatre termes. Faust est le seul responsable de son devenir, quant à Méphisto, cette force-là d’ordonnancement du monde, elle n’a pas survécu, semble-t-il, au XVIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Damian, « Alexandre Sokourov, Faust », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10032

Haut de page

Rédacteur

Jérémy Damian

Doctorant en anthropologie à l’Université de Grenoble (EMC2-LSG)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page