Navigation – Plan du site

Guillaume Bodin, La clef des terroirs

Cécile Campergue
La clef des terroirs
Guillaume Bodin, La clef des terroirs, Éditions Montparnasse, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Après un BTS en viticulture œnologie, Guillaume Bodin, passionné par le vin, s’intéresse peu à peu à l’agriculture biodynamique qui pour lui est la seule agriculture durable et fait quelques expériences chez des vignerons mettant en pratique ses principes. Il passe notamment une année au domaine des frères Bret à Vinzelles (Mâconnais), domaine longuement filmé dans ce documentaire qui ravira ceux qui s’intéressent au vin, au terroir et à une agriculture plus respectueuse de l’environnement. N’ayant jamais touché de caméra, Guillaume Bodin a décidé d’interviewer des vignerons de plusieurs régions viticoles passionnés par leur métier et leur terroir, utilisant l’agriculture biodynamique dont ils revendiquent les bienfaits. Un premier documentaire pleinement réussi.

  • 1  Paru en français sous le titre La science de l’occulte, Éditions Centre Triades, 1970, p. 22-23.

2Mais qu’est-ce que l’agriculture biodynamique, une nouvelle agriculture biologique ? Pas totalement. L’agriculture biodynamique doit sa raison d’être à Rudolf Steiner, plus connu comme le créateur de l’Anthroposophie, mouvement de développement spirituel qui suscite souvent des débats passionnés. Devenu philosophe, son intérêt pour l’ésotérisme va grandissant. Il prend même la direction de la branche allemande de la Société Théosophique de 1902 à 1913 où il développe une activité intense. Puis, il se sépare de la ST pour créer son propre mouvement, l’Anthroposophie par le biais duquel il tend à réformer de manière spirituelle différents domaines tels que l'éducation (bien connues sont les écoles Waldorf), l’art, la politique, l'économie, l’agriculture, la médecine, etc. Même si sa doctrine ne peut être résumée en deux mots, Steiner pense que « derrière le monde visible existe un monde invisible qui est tout d’abord caché aux sens, ainsi qu’à la pensée liée à ces sens », et « qu’il est possible à l’homme de pénétrer dans ce monde caché s’il développe certaines facultés qui sommeillent en lui1 ». Pour Steiner, l’Homme peut accéder aux mondes supérieurs en s’élevant spirituellement par le biais de la connaissance (par la méditation notamment) de soi et du monde. Le microcosme et le macrocosme sont liés, interdépendants (l’influence des astres et des cycles lunaires sur les organismes vivants par exemple, est importante), les théories de la réincarnation et du karma viennent aussi renforcer ses thèses.

3Mais de Steiner et de l’étendue de sa doctrine, on en apprend finalement assez peu dans le documentaire dont l'objectif est de montrer les pratiques biodynamiques de différents vignerons, pratiques dont les principes remontent à tout un cycle de conférences donné par Steiner en 1924 à des agriculteurs. Ainsi, on en découvre certaines parfois étonnantes : des cornes de vache remplies de bouse (ces cornes, pour Steiner, envoient des courants internes vers l’appareil digestif, la corne de vache est donc un organe disposant de forces « éthériques ») que l’on enterre l’hiver ; au printemps, on vide la corne de la bouse appelée « 500 » que l’on va diluer dans de l’eau pour fertiliser le sol de la vigne. Cette méthode est liée à celle dite « 501 » de la silice de corne qui agit sur l'atmosphère au-dessus du sol essentiellement pour stimuler, « dynamiser », renforcer la croissance.On voit aussi comment la préparation de tisanes de plantes intervient pour renforcer la vigueur des plants et pour limiter l’utilisation de cuivre et de soufre. D’ailleurs, au domaine de Soufrandière, on voit un des frères Bret préparer certaines décoctions pour ses vignes : « j’ai l’impression de faire de la cuisine » dit-il ! Sur la question de l’utilisation du cuivre et du soufre, ces deux éléments ne sont pas interdits en bio, juste limités. Certains ont fait l’expérience de faire du vin sans soufre, ni en sulfatant la vigne, ni pour stabiliser le vin. Pour les frères Bert, le soufre reste important pour stabiliser le vin et sert d’antioxydant. Quant au cuivre, son utilisation est limitée et on est loin des paysages de vigne bleue que certains ont pu connaître ; de plus l’utilisation des plantes (décoctions, tisanes) tend à réduire son utilisation. Dans l’agriculture biodynamique, l’influence géologique, climatique, celle des cycles astraux et lunaires est aussi essentielle. Loin de l’agriculture conventionnelle et surtout loin de l’agriculture intensive critiquée pour ses effets néfastes (engrais, pesticides, nitrates, rendements) qui a entraîné en France la chute spectaculaire du nombre des exploitations agricoles, les pratiques biodynamiques visent à réconcilier l’homme avec son environnement. Comme l'agriculture biologique, elle est aussi liée à une identité paysanne centrée sur le respect du sol, sa fertilité à l’aide des procédés naturels. Le travail manuel est donc plébiscité, le labour au cheval, la taille et les vendanges manuelles, etc. Ce retour du travail « à la terre » selon des méthodes « anciennes » qui ne recherche donc pas le rendement s’accorde tout à fait avec les logiques du marché actuel, la mode du bio et le marketing autour du vin de terroir. Les frères Bret par exemple, ont repris le domaine familial en 2000 et ont l’année d’après, créer une activité de négoce nommée « Haute Couture » dans le but de fabriquer des vins de terroirs à partir du même cépage, le Chardonnay, en sélectionnant des petites parcelles situées essentiellement dans le Mâconnais pour l’achat de raisins sur pied : l’équipe vendange ensuite manuellement et vinifie le vin, l’élève et le met en bouteille. Une grosse partie est d’ailleurs vouée à l’export. Évidemment, les méthodes biodynamiques ont un coût qui se répercute sur le prix de la bouteille qui n’est donc pas accessible à toutes les bourses.

4Un vigneron du Sud de la France explique la théorie de Steiner sur l’individualité d’une exploitation qui doit se suffire à elle-même (avec des animaux, des cultures, de la vigne, des plantes), etc. Les exploitations doivent devenir autonomes, elles doivent être l’expression d’un terroir. Il ajoute amusé qu’il ne faut pas en « rajouter » avec le langage de Steiner, souvent ésotérique. Le plus important est pour lui que ces théories l’ont d’abord changé avant de changer son regard sur son environnement, sur son terroir, sur sa vigne. Cette notion de terroir, centrale dans le documentaire, renvoie d’ailleurs à une notion pas toujours bien contextualisée dans le langage commun et qui pourtant est l’expression d’une particularité bien française (cuisine et vins de terroirs). Le terroir fait l’identité du vin, sa typicité mais le terroir n’est pas réductible aux déterminismes physiques, le travail de l’Homme, du vigneron, en est aussi l’expression. Lorsqu’Aubert de Villaine explique que le domaine de la Romanée-Conti, un des vins les plus chers et les plus prestigieux au monde, est converti à l’agriculture biodynamique depuis quatre ans, il explique que son vin est l’expression d’un terroir, d’un climat (un ensemble de parcelles délimitées par l’homme suite à ses observations sur les sites viticoles). L’importance des éléments géographiques et géologiques influence la qualité spécifique du vin. Le domaine était déjà en agriculture biologique avant d’utiliser les méthodes biodynamiques.

5Le documentaire est très instructif et entraîne un questionnement sur la qualité d’un vin, sa typicité, l’homme et son environnement, les méthodes de l’agriculture biodynamique, etc. Pour certains, ces méthodes relèvent d’un obscurantisme douteux ou d’un simple argument marketing, pour d'autres, elles correspondent à une agriculture durable en symbiose avec son environnement et avec la terre, entité vivante. Il faut aussi mentionner que le DVD offre le visionnage des expériences biodynamiques de plusieurs vignerons qui n’apparaissent pas dans le film et qui permettent d’avoir une connaissance plus précise de certains procédés.

Haut de page

Notes

1  Paru en français sous le titre La science de l’occulte, Éditions Centre Triades, 1970, p. 22-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Guillaume Bodin, La clef des terroirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10097

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page