Navigation – Plan du site

Laurence Croq (dir.), « Le prix de la mort », Histoire & Mesure, vol. XXVII, n° 1, 2012

Denis Bouquin
Le prix de la mort
Laurence Croq (dir.), « Le prix de la mort », Histoire & Mesure, vol. XXVII, n° 1, 2012, 226 p., Paris, EHESS, ISBN : 978-2-7132-2346-4.
Haut de page

Texte intégral

1Ce premier numéro du vingt-septième volume de la revue Histoire et Mesures porte sur le thème du prix de la mort. Cet ouvrage de 227 pages est composé d’une introduction, six articles et trois comptes rendus d’ouvrages. Deux orientations ont été privilégiées : la première s’articule autour de la gestion institutionnelle de la mort alors que le second traite davantage de la gestion « individuelle » et personnelle

2Dès l’introduction, le ton de la revue est parfaitement donné : il s’agit de proposer une approche quantitative de la mort dans la continuité des travaux qui initiés dans les années 1960-70 à ceci près que les auteurs souhaitent centrer le débat sur le caractère économique de la mort. On se rend rapidement compte que la dimension économique ne se réduit pas aux simples funérailles et à la séparation physique du mort du monde des vivants. Au contraire, l’introduction met en exergue le souhait d’embrasser dans la mesure du possible la diversité des dépenses liées à un décès, tant dans son anticipation (testament par exemple) que dans la gestion et le traitement du cadavre ou des éventuels frais engagés (ou parfois subis) pour la mémoire des défunts.

3Si l’ensemble des êtres humains sont égaux devant la mort du fait de l’inéluctabilité de celle-ci, ils restent néanmoins inégaux dans les moyens économiques qu’ils peuvent investir dans leur propre mort ou dans celles de leurs proches (tant au niveau familial que social).

4L’introduction de ce numéro d’Histoire et Mesures est explicite sur ses objectifs mais aussi et surtout sur les limites interprétatives que le chercheur doit prendre en considération, tant dans le domaine des sources que dans leur utilisation.

5Le premier thème abordé, valeurs coutumières et politiques de la mort, regroupe trois articles originaux. Par l’analyse de la tarification de l’homicide en Gascogne à la fin du Moyen Âge, P. Pétrou met en exergue l’existence d’un système de compensation financière pour chaque homicide, son fonctionnement, ses origines vraisemblablement wisigothique, mais surtout l’intérêt institutionnel d’une telle pratique. Les travaux de D. Carnevale s’inscrivent clairement dans la continuité des analyses menées par M. Vovelle et sont parfaitement adaptés au contexte napolitain au XIXe. Enfin, P.-Y. Baudot nous propose une vision du « prix de la mort » d’autant plus originale qu’il démontre que le coût des funérailles présidentielles françaises n’est pas seulement un investissement financier lié à la perte d’un homme d’état mais l’enjeu de véritables tractations économiques impliquant de multiples partenaires officiels mais également opportunistes.

  • 1 Voir l’article de T. Janin, « Âge au décès et “statut social” dans les sépultures à incinération du (...)

6Le second thème concerne le rapport individuel et familial à la mort selon le prisme de l’économie. Le travail d’A. Marton avec la collaboration d’E. Gauthier sur les importations de céramique en Pannonie au cours du haut Empire est enrichissant au sens où il a occasionné la reprise de très nombreuses données plus ou moins anciennes et qui n’ont pas forcément fait l’objet d’un travail synthétique. Le choix de déposer des objets importés dans les sépultures est un acte clairement symbolique mais on regrettera toutefois qu’il soit réduit à l’équation « objet de prestige = sépulture de riche ». En effet, la présence d’objets prestigieux (ayant une valeur matérielle ou économique importante) traduit avant tout un sacrifice plus important de la part des vivants envers le défunt et ne reflète pas obligatoirement le statut social de celui-ci : d’une part parce que chaque être humain possède plusieurs statut (père, enfant, mari, homme…), d’autre part, ce sont les vivants qui établissent la sépulture pour le défunt et qui décident du statut qui sera représenté à travers la tombe et enfin parce que la sépulture archéologique n’est qu’un reflet d’une réalité partielle que l’on ne peut souvent aborder qu’à travers les éléments pérennes conservés1. De ce fait, la prudence doit être de mise dans l’interprétation ou la catégorisation sociale des sépultures, qui plus est en contexte de crémation. La question des fondations pieuses de la noblesse auvergnate à la Renaissance est habilement traitée par A.-V. Solignat. En effet, elle souligne brillamment l’intérêt du facteur économique dans la préservation de la mémoire familiale et dans la légitimité sociale que ce type d’action peut engendrer. Enfin, à travers l’analyse de la comptabilité des frais funéraires, L. Croq traite non seulement des frais d’obsèques mais aussi du deuil ce qui en soi est originale : les frais liés à un deuil sont les rares frais effectués dans un cadre funéraire qui concerne strictement le survivant.

  • 2 Voir à ce sujet : L.-V. Thomas, « Pourquoi la thanatologie ? », Bull. de la Soc. de Thanatologie, n (...)

7Par son approche originale de la mort sous l’angle de l’économie, cet ouvrage offre de nouvelles perspectives. Les articles sont diversifiés et embrassent un panel de points de vue enrichissant. Les visions proposées sont multifocales et ne se réduisent pas aux frais d’obsèques, témoignant ainsi de l’ampleur et de l’impact économique de la mort à toutes les périodes. Cependant, il nous paraît utile de préciser que les strates sociales présentées ici ne reflètent qu’une infime partie des sociétés et concernent plus particulièrement les catégories sociales les plus élevées. Il s’agit bien évidemment d’un biais inhérent à la recherche, mais il mérite toutefois d’être mentionné. Même si cet ouvrage n’est pas conçu dans une optique thanatologique2) il reste un outil utile au chercheur (historien comme archéologue) qui s’intéresse de près ou de loin à cette problématique pragmatique et profondément humaine.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de T. Janin, « Âge au décès et “statut social” dans les sépultures à incinération du Premier âge du fer languedocien : première approche », Bull. et Mém. de la Soc. d’Anthropo. de Paris, vol. 5, n° 1-2, 1993, p. 203-208 ; celui de H. Duday et M. Guillon, “Understanding the circumstances of decomposition when the body is skeletonized”, in A. Schmitt, E. Cunha, J. Pinheiro (dir.), Forensic Anthropology and medicine : complementary sciences from recovery to cause of death, Humana Press Inc., Totowa, 2006, p. 117-157 ou encore l’ouvrage de M. Parker Pearson, The Archaeology of death, Sutton, Stroud, 1999.

2 Voir à ce sujet : L.-V. Thomas, « Pourquoi la thanatologie ? », Bull. de la Soc. de Thanatologie, n°  64-65, 1985, p. 5-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bouquin, « Laurence Croq (dir.), « Le prix de la mort », Histoire & Mesure, vol. XXVII, n° 1, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10116

Haut de page

Rédacteur

Denis Bouquin

Archéologue spécialisé dans l'étude des pratiques funéraires

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page