Navigation – Plan du site

Pierre Macherey, De l’Utopie !

Eddy Banaré
De l'utopie !
Pierre Macherey, De l'utopie !, De l'incidence éditeur, 2011, 564 p., ISBN : 978-2-918193-10-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  PUF, Paris, (1965) 1996.
  • 2  Maspéro, Paris, 1966.

1L’une des vertus de la crise, qu’elle soit économique, sociale ou financière, est surement de faire trembler la pensée, de la déplacer vers de nouveaux espaces, en bref, de la muer en force de proposition et de réinvention. Les slogans de mai 68 qui résonnent encore dans notre présent ‑ pour être discutés ‑ en sont peut-être le meilleur exemple. C’est de cette tectonique des plaques que naissent les utopies ; véritables reformulations du réel prises en charge par la littérature, la philosophie ou les théories politiques et économiques. Depuis sa participation à l’édition de Lire le Capital1 en 1965 et de la publication Pour une théorie de la production littéraire2en 1966, chaque livre de Macherey est une fête, remarquable par l’audace des approches, leur densité, leur indépendance et surtout, une joyeuse radicalité. Dans son livre De l’Utopie !, Pierre Macherey explore ce qui fait advenir l’utopie, tente d’identifier les urgences qui la font naitre en réexaminant les grandes pensées européennes de Bacon, More et Campanella. Et c’est par une historiographie stimulante des pensées utopistes qu’il nous invite à interroger notre époque. Il nous offre ainsi un essai utile autant à la philosophie, qu’aux recherches littéraires, à la sociologie, ou encore, à l’anthropologie.

2Car ici, l’exploration de l’utopie se distingue par la distance réflexive définie par Macherey ; la meilleure distance est, selon lui, non pas surplombante, mais embarquée. « On ne peut traiter de l’utopie sans devenir sois-même quelque peu utopiste par un mouvement d’empathie tout d’abord, mais aussi en conséquence d’un calcul raisonné qui enseigne qu’il serait absurde de chercher à faire un bout de chemin avec l’utopie sans se laisser gagner pour une part par la volonté d’innovation qu’elle professe » (p. 9). Se formule ainsi une méthodologie et une philosophie de la recherche sensible et distanciée, attentive aux dynamiques imposées par son sujet. Et dans le cas de l’utopie, il s’agit d’admettre son pouvoir afin de mieux la décrire et d’en appréhender les effets. Le travail de Macherey obéit alors à un double mouvement qui est de nous décrire l’utopie en tant que forme de pensée, mais aussi de montrer ce qu’elle peut nous aider à penser. « L’utopie, forme de pensée en mouvement constant, est inséparable de son “bougé”, qui en même temps qu’il en a déplacé les cibles, a modifié les procédures par lesquelles elle entreprenait de les atteindre » (p. 12), c’est donc une puissance génératrice que Macherey entreprend d’affronter et de décrire. La description de la genèse du concept proposée par Macherey donne à voir une pensée véritablement agissante.

3En introduction, Macherey déploie une grande interrogation : que se passe-t-il quand on pense l’utopie ? Surtout, il en précise les enjeux en affirmant que « l’utopie est, au sens propre du terme, une divagation, à laquelle il convient d’accorder une considération elle-même divagante, divergente, disparate, rétive aux rappels à l’ordre qui permettraient de la faire rentrer sous une mesure commune, en la banalisant, ce qui reviendrait à en trahir l’esprit » (p. 8). Le programme de Macherey s’annonce vaste et stimulant, puisqu’il semble devoir consister en une approche mimétique d’un objet insaisissable. En même temps qu’une exploration de l’utopie, ce livre consiste donc également en un appel. Cette double postulation se retrouve dans un titre impératif, mais contrairement à ce que suggère le titre, il n’y a pas dans ces pages d’exaltation révolutionnaire passéiste, mais bien une exploration patiente, érudite et rigoureuse du sens profond de l’utopie. Ceci, pour affirmer que « ce qu’il nous faut, c’est de l’utopie assortie de sa conscience critique qui la prémunisse, au moins pour une part, contre ses facheux égarements » (p. 13).

4Notre époque est, c’est son constat, en manque d’utopie et la possibilité de formuler à nouveau de l’utopie face à un réel quadrillé par la finance et le marché est peut-être l’utopie de notre présent. Mais pour que l’utopie « manque » à notre présent, il a bien fallu qu’elle meure, qu’elle déçoive et le défi de Macherey est de montrer que, tout en étant le tombeau de l’utopie, notre présent à besoin de forces nouvelles que seule l’utopie est capable de mobiliser. Encore, faut-il identifier la nature de ces forces, de décrire les formes de l’utopie. « Il n’est pas, il n’est plus permis d’ignorer que, dans l’utopie et dans les représentations qu’elle engendre, il y a quelque chose qui se dérobe à une appréhension frontale » (p. 13). Le défi méthodologique se trouve justement dans le fait d’analyser les dynamiques propres à l’utopie qui conteste pourtant toute systématisation. Macherey contourne le problème par la description et l’historicisation de cette féconde instabilité. « À chacun sa ou ses utopies avec ses contenus et les formes qui lui sont propres » (p. 13) : l’utopie est forcément historique. Autant dire qu’il est presque impossible de définir un genre utopiste, dans la mesure où l’utopie n’existe qu’en tant que positionnement par rapport à une époque et une réalité données. « Tout en fuyant le réel auquel elle se rapporte de façon critique, en dénonçant ce qui lui manque, elle reste on ne peut plus matériellement liée à son temps dont elle est une émanation objective et nécessaire » (p. 13). Objectivité, historicité et nécessité de l’utopie sont justement les trois points d’appuis de cet ouvrage. Ayant donc reconnu la difficulté à saisir l’utopie, Macherey en propose donc à la fois une généalogie doublée d’une analyse de ce qui en fait la complexité. Complexité qui fait justement la force et la nécessité de l’utopie.

5Et pour rendre compte de cette complexité, Macherey distingue quatre « dilemmes ». Le premier est « terminologique », dû à la génèse de l’utopie et travaillé par une grande interrogation : que signifie le passage du nom propre « Utopia » de More en 1516, au nom « utopie »  entré dans le langage courant ? Le « dilemme méthodologique » découle lui aussi de cette transition, mais insiste particulièrement sur le passage entre fiction et philosophie. Comment, à partir de là, reconnaitre l’utopie ? Le « dilemme ontologique » interroge le danger de l’utopie ; indiscernable et critique, l’utopie pousserait à une « fuite du réel » ou, pire, à un « retour au réel » marqué par la marginalité. Enfin, le « dilemme éthique » interroge la puissance de la pensée utopique ; si son pouvoir critique peut apparaitre comme la promesse d’une « émancipation » féconde, le risque d’un nouvel « asservissement » n’est-il pas également possbible ? La stimulation critique cédant le pas à un enfermement idéologique, voire au désir aveugle de rendre réelle la fiction par laquelle l’utopie a été donnée. On comprend également que l’utopie est surtout une expérience de la lecture ; des lectures de Thomas More sont nées d’autres utopies.

6C’est sûrement dans cette analyse des liens de l’utopie au réel, la description de ce que l’on pourrait nommer « l’effet utopique », que Macherey formule les observations et les interrogations les plus décisives sur l’utopie, en particulier lorsqu’il en interprète les résonnances historico-politiques. Il est vrai que, face à l’utopie que l’on écarte de la rêverie, s’impose souvent la question : et si un groupe (de naïfs, de fous, de révolutionnaires ou de radicaux) cherchait à réaliser l’utopie (qu’elle soit sociale, économique, ou religieuse) ? C’est à partir de là que Macherey propose un commentaire décisif : « si l’utopie n’est pas assez réelle, c’est peut être aussi parce qu’elle ne l’est trop » (p. 87). S’y dessine surtout le portrait de celui qui croit en l’utopie et veut la réaliser : l’utopiste au sujet duquel Macherey ne précise pas s’il est lecteur ou auteur. « [L’]utopiste, contrairement à ce qu’il croit, n’invente rien, mais se contente d’aller encore plus loin dans le sens de ce qui se fait déjà » (p. 89). L’utopie vient inmanquablement du réel, elle en est une critique. À partir de là, « l’utopie cesse d’être un projet, un rêve totalement coupé des conditions de sa possible réalisation, mais elle devient un symptôme, l’annonce d’une évolution en train de s’effectuer » (p. 89).

  • 3  Le Livre de Poche, Collection « Références », Paris, (1995) 2003.

7Cependant, le regard historique révèle pourtant les dangers utopistes. Plutôt que de verser dans l’éloge d’une leçon de l’histoire, Macherey souligne une des faiblesses paradoxales de l’utopie qui est à la fois de mobiliser collectivement tout en étant clairement inaudible. « L’utopie, avec ses prétentions curatives et salvatrices, ne serait donc que l’expression d’un malaise profond de la civilisation […] au contraire exact de son mouvement déclaré, elle marche en fait à reculons […] son futur est déjà de l’ordre du passée » (p. 89). De fait, l’utopie est un appel à l’acte, elle ordonne. Mais une fois prise par les machines politiques, « elle n’est plus seulement de la littérature : prise au mot, non seulement de ce qu’elle dit, mais de ce qu’elle fait, l’utopie montre son envers caché, sombre et dangereux » (p. 90). Les échecs du stalinisme où les goulags et les persécutions politiques sont devenus l’envers du programme égalitariste et de l’éveil de la conscience prolétarienne sont ainsi analysés par Macherey à travers un commentaire du texte que l’Historien François Furet a consacré au stalinisme : Le passé d’une illusion3.

8Macherey observe alors que l’utopie ne survit presque jamais à ses tentatives de réalisation, dans la mesure où celles-ci interviennent sur un présent souvent troublé en voulant imposer l’idée selon laquelle ce présent doit devenir le prélude à des lendemains radieux. On comprend que l’utopie est un jeu de mises en tension du réel, qu’elle « représente donc cette pointe fragile où le meilleur et le pire se cotoient » (pp. 90-91). Ainsi, les modalités de cet appel à l’utopie se précisent : « la tâche serait donc de réinventer l’utopie, une fois compris que les voies sur lesquelles elle s’était engagée la conduisait fatalement à l’échec […] ce qu’il faut, c’est en relancer le mouvement créatif. » (p. 93). On peut dire que Macherey propose ici un livre qui aide à voir grand et à entendre finement, à être réceptif aux possibilités offertes par ce qui apparait comme la plus puissante invention de la pensée, un inestimable levier de forces.

Haut de page

Notes

1  PUF, Paris, (1965) 1996.

2  Maspéro, Paris, 1966.

3  Le Livre de Poche, Collection « Références », Paris, (1995) 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « Pierre Macherey, De l’Utopie ! », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10125

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

Docteur en Littérature, Membre associé du C.N.E.P (Centre des Nouvelles Etudes sur le Pacifique, EA 4242)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page