Navigation – Plan du site

Josepha Laroche, Les prix Nobel, sociologie d´une élite transnationale

Christophe Premat
Les prix Nobel
Josepha Laroche, Les prix Nobel. Sociologie d'une élite transnationale, Montréal, Editions Liber, 2012, 184 p., ISBN : 978-2-89578-378-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Josepha Laroche, Les prix Nobel, sociologie d´une élite transnationale, Montréal, Liber, 2012, p.  (...)

1L’institution Nobel est un acteur diplomatique transnational qui a su s’adapter à l’évolution des rapports géopolitiques mondiaux : telle est la thèse stimulante proposée par Josepha Laroche. Promoteurs d’une politique idéaliste (l’instauration de la paix mondiale grâce à la contribution des arts et des sciences), les membres de l’institution Nobel ont également connu des périodes de Realpolitik,notamment au moment de la guerre froide. L’institution Nobel a contribué à la construction de la paix par la science et par le droit. Elle pouvait avoir une attitude de reconnaissance a posteriori pour valoriser un parcours hors du commun, et en même temps miser sur un prix pour l’amélioration des relations entre certains pays (c’est le cas du prix Nobel de la paix remis en 1994 à Yasser Arafat, Shimon Peres et Yitzhak Rabin). Les couples politiques ont d’ailleurs donné une nouvelle dimension au prix Nobel, puisqu’il s´agit d’améliorer les relations politiques impossibles entre deux pays1. Les couples d’adversaires sont associés symboliquement pour incarner une forme de réconciliation impensable. Parfois, ce sont des institutions qui sont récompensées tels le Comité international de la Croix-Rouge et la Ligue des sociétés de la Croix-Rouge en 1963 ou le Friends Service Council de Londres et l´American Friends Service Committee de Philadelphie en 1947 pour le prix Nobel de la paix. Certains prix sont attribués non sans controverses comme le prix Nobel de la paix remis à Nelson Mandela et Frederick De Klerk en 1993.

  • 2  Georges Balandier, Le désordre, éloge du mouvement, Paris, fayard, 1988.
  • 3  Laroche, op. cit., p. 84.
  • 4  Chaque prix Nobel est suivi par un attaché Nobel qui l’accompagne à tous les événements et à toute (...)
  • 5  Ibid., pp. 98-99.

2Le prix Nobel n’est pas symboliquement remis à un individu, il récompense les effets collectifs d’une action individuelle. Josepha Laroche montre à juste titre que l´institution Nobel s´est progressivement affirmée comme un acteur consacrant une élite transnationale. Après la guerre froide, ce type d´institution reflète le nouvel ordre international et la manière dont certains acteurs privés peuvent concourir à l’élaboration de nouvelles normes. Le rituel de la consécration des Nobel fait partie de l’adoubement symbolique et du marquage institutionnel voulu par l´institution. Josepha Laroche se réfère d’ailleurs à l´anthropologue Georges Balandier pour analyser ce dispositif récurrent chaque 10 décembre2. L’auteure utilise le terme de « grandiosité »3 pour décrire le cérémonial et sa préparation minutieuse. Les prix Nobel ont ainsi un discours à prononcer devant le Roi et la Reine de Suède et devant les représentants du corps diplomatique. Tout est minuté et est soigneusement agencé pour que la remise du prix soit un acte symbolique fort. La médiatisation du prix Nobel (la télévision suédoise a créé un studio Nobel où la trajectoire des récipiendaires est présentée) participe de cet événement totalement sous contrôle de l’institution Nobel4. Le prix Nobel est un anoblissement, il consacre un microcosme élitaire en raison de recherches reconnues pour leur bienfait à l´humanité. Les happy few sont investis d´une mission particulière qui transcende la reconnaissance associée au prix. Certains récipiendaires refuseront par la suite de prêter une allégeance démesurée à l´institution5.

  • 6  Op. Cit., p. 108.

3L´institution Nobel a acquis davantage d´influence au sein de la mondialisation qui se traduit par un affaiblissement des États et de leur diplomatie. Les États et les ambassades s´intéressent de plus en plus à ce prix qui, pourtant, ne les concerne pas au premier chef comme le souligne le testament Nobel. Les États ont utilisé peu à peu ces prix comme une stratégie de distinction. Un prix Nobel reflète la bonne santé d´un pays sur le plan de la recherche. En outre, le prix Nobel a davantage valorisé la place de la recherche appliquée comme ce fut le cas en 1987 avec le prix attribué au professeur français Jean-Marie Lehn, colauréat avec les chercheurs américains Donald James Cram et Charles Pedersen, qui ont été récompensés pour leurs travaux sur les molécules creuses. Ces travaux ont constitué les fondements de la chimie supramoléculaire6.

  • 7  Op. Cit., pp. 117-123.
  • 8  Op. Cit., p. 148.
  • 9  Philippe Lane, Présence française dans le monde. L'action culturelle et scientifique, La Documenta (...)

4Ce ne sont plus seulement les individus qui sont en rivalité, mais les équipes de recherche, les laboratoires et souvent les pays. Le Nobel est devenu un capital symbolique pour les États qui montrent de cette manière leur puissance scientifique et leurs infrastructures de recherche. Lorsqu´on regarde le nombre de prix attribués, on constate une suprématie occidentale dans tous les domaines7. Néanmoins, malgré cette course à la gratification, la diplomatie Nobel a progressivement sanctuarisé un certain nombre de valeurs, parmi lesquelles la défense des droits de l’homme, le soutien aux processus de démocratisation, le soutien aux dissidents de l’Est au moment de la guerre froide et l’appui à la politique anti-apartheid. L´institution Nobel repose ainsi sur des « clercs en majesté »8 pour incarner cette diplomatie des valeurs et disposer d´un pouvoir d´interpellation des États. Dans la droite ligne de cet ouvrage, il serait intéressant de travailler autour de la nouvelle place faite à la diplomatie scientifique9, les États cherchant à valoriser davantage leurs ressources en matière de recherche et d´innovation. In fine, la diplomatie Nobel fait preuve de fermeté pour éviter que le prix ne soit accaparé par le jeu des diplomaties étatiques.

Haut de page

Notes

1  Josepha Laroche, Les prix Nobel, sociologie d´une élite transnationale, Montréal, Liber, 2012, p. 53.

2  Georges Balandier, Le désordre, éloge du mouvement, Paris, fayard, 1988.

3  Laroche, op. cit., p. 84.

4  Chaque prix Nobel est suivi par un attaché Nobel qui l’accompagne à tous les événements et à toutes les conférences de presse.

5  Ibid., pp. 98-99.

6  Op. Cit., p. 108.

7  Op. Cit., pp. 117-123.

8  Op. Cit., p. 148.

9  Philippe Lane, Présence française dans le monde. L'action culturelle et scientifique, La Documentation Française, 2011. Voir Christophe Premat, « Philippe Lane, Présence française dans le monde. L'action culturelle et scientifique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 24 août 2011, consulté le 11 décembre 2012. URL : http://lectures.revues.org/6155

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Josepha Laroche, Les prix Nobel, sociologie d´une élite transnationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10129

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page