Navigation – Plan du site

Rachel Gasparini, François Granier (dir.), « Le collège en question : des professionnels au cœur des tensions », Sociologies Pratiques, n° 25, 2012

Frédéric Roux
Le collège en question : des professionnels au coeur des tensions
Rachel Gasparini, François Granier (dir.), « Le collège en question : des professionnels au coeur des tensions », Sociologies Pratiques, n° 25, 2012, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3284-2.
Haut de page

Texte intégral

1La revue Sociologies Pratiques, fondée par Renaud Sainsaulieu et éditée par les Presses de Sciences Po, se propose deux fois par an de faire le point sur un débat d’actualité en mobilisant des spécialistes et des chercheurs qui présentent leurs travaux les plus récents, mais aussi des acteurs de terrain. Ce numéro s’intéresse aux professionnels du collège, « nœud sensible » du système scolaire, placés au cœur de tensions liées à la massification scolaire qui y rendrait la forme scolaire plus « poreuse », sans parler de l’émergence de la « violence scolaire » comme « problème social ». Ces tensions professionnelles renvoient également – et c’est le mérite des articles d’insister sur ces points - aux nouvelles directives de la politique éducative, à l’autonomisation des établissements et à une redéfinition des tâches internes relativement peu étudiée jusqu’ici. Ces axes donnent une unité à ce numéro malgré des approches et des terrains différents. Deux interviews viennent compléter ce cadrage général. Anne Barrère revient d’abord sur ses travaux passés sur les chefs d’établissement, les « managers de la République » et sur les tensions produites par la mise en œuvre de l’évaluation au sein des établissements. Elle évoque aussi ses recherches récentes sur les effets de la pression scolaire sur les cultures adolescentes. Gérard Aschieri, président de l’Institut de recherche de la FSU, s’interroge sur les contradictions du collège unique, mis à mal par les inégalités sociales et livre sa position sur les politiques éducatives à mener.

  • 1  Etienne Douat, L'école buissonnière, La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire », 2011, 208 p. Compte-r (...)

2Isabelle Bourdier-Porhel s’intéresse dans un premier article à la mise en œuvre de la note de vie scolaire dans un collège « difficile ». Instaurée par une circulaire de 2006, cette note vise à évaluer un « savoir être » et est censée fonctionner comme un outil de prévention de la « violence scolaire ». Elle entraîne une redéfinition locale de la division du travail scolaire au sein des établissements, ainsi qu’un consensus sur un usage équitable qui est loin d’être obtenu, y compris chez les élèves. Cette retraduction locale montre que les acteurs ne s’emparent que partiellement de cet outil ambigu. La déstabilisation des professionnels du collège par la politique éducative est également relevée par Etienne Douat. Le collège est en effet aujourd’hui soumis à une injonction contradictoire : s’ouvrir sur son environnement à travers des projets ou des dispositifs relais, nouer des partenariats, impliquer les familles dans la « coéducation » mais en même temps se sanctuariser, se protéger d’une violence qui viendrait de l’extérieur. On a là une tension parfaitement visible par exemple chez les conseillers principaux d’éducation, contraints souvent à rester des « surveillants généraux » malgré un idéal professionnel et une formation tournés vers un positionnement éthique et éducatif, ou encore dans l’ambiguïté de certains partenariats, par exemple avec la police. Fidèle à ses recherches sur la socialisation des élèves1, Etienne Douat montre aussi que ces contradictions ont des effets sur l’expérience de ceux qui sont dits les plus « difficiles », sommés de rester et de s’impliquer dans une institution qui par ailleurs les exclut.

  • 2  Philippe Masson, « La division du travail dans les établissements scolaires », in van Zanten A., L (...)

3Agnès Grimault-Leprince, s’appuyant sur une enquête menée sur cinq collèges, se penche sur les usages de la sanction par les enseignants. Ses observations révèlent des pratiques autonomes et différenciées qui peuvent faire naître un sentiment d’injustice chez les élèves, les enseignants étant « juges et parties ». Ceux-ci rechignent souvent à faire appel à l’administration ou à la vie scolaire et l’auteur esquisse une analyse organisationnelle pour rendre compte du cloisonnement des pratiques de sanction dans les collèges. C’est aussi à la division du travail, jamais stabilisée, et à ses recompositions que s’intéresse Bénédicte Chevit. Le refus des enseignants d’externaliser la sanction est aussi constaté, tout comme les tensions inhérentes aux fonctions de CPE, d’assistant d’éducation ou de documentaliste. La figure d’un « ordre scolaire négocié » est particulièrement pertinente quand il s’agit d’analyser des situations d’incertitude dans la répartition des tâches et des responsabilités entre adultes : moments des interclasses, prise en charge d’élèves n’ayant pas cours. Ces analyses ont le mérite d’insister sur la division du travail scolaire à l’intérieur des établissements, longtemps restée un « angle mort » de la sociologie de l’éducation2.

4Les deux articles suivants se consacrent plus classiquement aux enseignants et aux élèves mais cherchent également à mesurer les effets récents des politiques éducatives. Françoise Carraud évalue ainsi les effets de la mise en œuvre d’une classe à projet artistique sur le travail des enseignants qui se trouve recomposé et « renormalisé » collectivement. Anne-Claudine Oller confronte l’injonction scolaire de formulation de projet d’orientation, particulièrement vive et précoce pour les élèves d’origine populaire en difficulté, à la montée du « coaching scolaire », dispositifs privés d’aide individualisé. Cette forme de prise en charge des élèves est surtout mobilisée par des parents appartenant au pôle privé des classes moyennes ne fait que renforcer leur « culture du projet », creusant du coup les inégalités au sein du collège.

5Le dernier article de Joël Zaffran, bien que reposant lui aussi sur un matériau empirique, tente d’interroger plus théoriquement le collège unique en se demandant s’il est un « maillon faible » du système éducatif. Si la massification scolaire a pu faire éclater le modèle « durkheimien » de la forme scolaire (intériorisation, clôture…), notamment en dissociant les emprises temporelles et spatiales, l’auteur constate qu’elle n’a pas affaibli les contraintes que cette forme fait peser sur les adolescents, y compris dans leurs activités extra-scolaires.

6Cet ensemble d’articles se clôt par une bibliographie thématique sélective qui permet notamment d’élargir les perspectives et de présenter les ouvrages les plus récents sur la question. Le numéro de la revue comprend ensuite un article méthodologique hors thème de Gilbert de Terssac sur l’écriture « à deux » d’un travail de recherche sur la catastrophe d’AZF qui se révèle être aussi une réflexion sur une analyse « à trois » (chercheur, médiateur, producteur) et sur les effets d’explicitation produits par les entretiens sur les acteurs. Une rubrique « lectures » termine ce numéro, avec des notes de lecture d’ouvrages consacrés à l’adolescence et à l’école et une intéressante note critique de Pierre Tripier sur deux études récentes portant sur l’histoire de la sociologie du travail en France. On pourra saluer l’originalité de la revue qui consacre quelques pages à des extraits de « bonnes feuilles » de mémoires de masters professionnels.

7Si on peut sans doute reprocher à la forme de la revue de nous livrer des articles assez courts et du coup un peu frustrants sur le plan analytique, ou encore de n’aborder assez peu certains thèmes, comme celui de la souffrance professionnelle qui mériterait il est vrai un numéro à lui seul, force est de constater que c’est une livraison cohérente et de qualité, ouvrant débats et perspectives, qui devrait intéresser tout chercheur s’intéressant aux acteurs du système éducatif mais aussi ces acteurs eux-mêmes.

Haut de page

Notes

1  Etienne Douat, L'école buissonnière, La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire », 2011, 208 p. Compte-rendu : http://lectures.revues.org/5232. On trouve par ailleurs une note de lecture de cet ouvrage à la fin de la revue.

2  Philippe Masson, « La division du travail dans les établissements scolaires », in van Zanten A., L’école : l’état des savoirs, La découverte, 2000, pp. 245-253.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Roux, « Rachel Gasparini, François Granier (dir.), « Le collège en question : des professionnels au cœur des tensions », Sociologies Pratiques, n° 25, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 17 décembre 2012, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10158

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Roux

PRAG sociologie IUFM Bordeaux IV, docteur en sociologie, laboratoire SPH EA 4574

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page