Navigation – Plan du site

Gilles Vieille Marchiset, Anne Tatu-Colasseau, Sociologie(s) du sport. Analyses francophones et circulation des savoirs

Delphine Moraldo
Sociologie(s) du sport
Gilles Vieille Marchiset, Anne Tatu-Colasseau (dir.), Sociologie(s) du sport. Analyses francophones et circulation des savoirs, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2012, 318 p., ISBN : 978-2-296-99276-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La France fait l’objet de deux articles (Jean-Paul Callède et Bernard Michon), qui tous deux d’ail (...)

1Dans cet ouvrage collectif, 18 chercheurs francophones apportent leur contribution à une réflexion en deux temps sur la place de la sociologie du sport de langue française, ainsi que sur la construction et la circulation des savoirs au sein de ce sous-champ disciplinaire. Tout d’abord, dans des perspectives nationales, les auteurs s’intéressent aux conditions de structuration et aux spécificités de la sociologie du sport dans leurs pays respectifs : la France, la Suisse, la Tunisie, le Maroc, et le Québec sont passés en revue1. La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les choix et positionnements théoriques innovants de différents chercheurs francophones.

2Pourquoi une telle problématique ? Dans l’introduction de l’ouvrage, Gilles Vieille Marchiset et Anne Tatu-Colasseau dressent un état des lieux peu reluisant de la sociologie du sport francophone, allant jusqu’à s’interroger sur la possibilité d’une telle sociologie. Discipline dominée par rapport aux autres sous-champs disciplinaires (point sur lequel revient Pierre Parlebas en seconde partie d’ouvrage, qui évoque une discipline située à « l’extrémité d’une chaine de dominations successives qui en fait une spécialité mineure et dépendante » [p. 173]), la sociologie du sport est ainsi « vassalisée » de par l’utilisation de concepts et cadres théoriques hégémoniques construits pour d’autres domaines. Elle demeure alors plus « accumulative » que « cumulative » (p. 10). Dans un article intitulé « Pierre Bourdieu en sociologie du sport, réflexions critiques », Bernard Michon revient lui aussi sur les tentations (de sens commun) de comparer la sociologie du sport à une « sous-sociologie » (p. 49). Au-delà de cette remarque, il montre dans le cadre d’une analyse sociogénétique de la sociologie du sport française à quel point le paradigme bourdieusien a en effet influencé celle-ci (au point d’être encore prépondérant aujourd’hui) alors qu’elle se construisait dans les années 1980. Moins radical que Gilles Vieille Marchiset et Anne Tatu-Colasseau, Jean-Paul Callède, dans l’article introductif de la première partie de l’ouvrage (« Les concepts mobilisés dans la sociologie du sport de langue française : ébauche d’un état des lieux et éclairages comparés »), explique néanmoins la position périphérique de la sociologie du sport par le fait que, malgré son dynamisme, elle est « de moins en moins en mesure d’apporter à la discipline mère (la sociologie générale) des acquis radicalement innovants » (p. 41). Les conclusions des sociologues suisses et d’Afrique du Nord ne sont pas plus optimistes : Christophe Jaccoud et Dominique Malatesta, dans leur article sur la sociologie suisse (« La sociologie du sport en Suisse : sources, développement et état des lieux »), dressent le portrait d’une sociologie nouvelle (elle apparaît dans les années 1980), certes en développement mais encore largement en retrait, freinée par une « pensée faible du sport » en Suisse (p. 92). Si la sociologie du sport tunisienne présentée par Zouheir Benjannet (« Les deux temps de la sociologie du sport en Tunisie ») ne semble pas faire l’objet du même constat, la sociologie du sport marocaine traverse une crise commune à l’ensemble des disciplines scientifiques. La « longue traversée du désert de la sociologie du sport au Maroc » dont parle Abdellatif Naja s’inscrit dans un contexte politique et institutionnel néfaste à la production sociologique.

3Ce déficit d’autonomie de la sociologie du sport va de pair avec un manque de reconnaissance au sein du monde académique, qui « rechigne à attribuer une valeur à ce corps de savoirs spécifiques sur le sport » (p. 9). La preuve en est le faible nombre de revues spécialisées en France, et la faible représentativité des travaux de sociologie du sport dans les revues les plus prestigieuses. Les auteurs présentent ainsi une sociologie du sport cloisonnée, peu diffusée, en situation d’ « autarcie handicapante » (p. 13) tant vis-à-vis des autres domaines de la sociologie que des autres disciplines, ou encore de la sociologie du sport faite dans d’autres langues. « La confidentialité et l’isolement de la sociologie du sport française témoignent d’une tradition potentiellement “franco-française” longtemps basée sur un modèle théorique bourdieusien et renforcée par la structuration universitaire des STAPS » (p. 13). Ce constat porté sur la sociologie du sport française s’applique également aux autres pays francophones. Les articles sur la sociologie tunisienne et marocaine montrent deux pays où la sociologie du sport naissante a été fortement influencée par la sociologie française à l’époque post-coloniale. Quand bien même les sociologues parviennent à s’écarter des influences originelles et à produire un savoir autonome, la circulation des savoirs demeure unilatérale, de la France vers le Maghreb. Au Québec, la diffusion des savoirs de la sociologie du sport (et des loisirs, spécificité du « modèle québécois » qui étudie conjointement ces deux phénomènes) demeure également à l’état embryonnaire, alors que celle-ci se réclame pourtant des influences conjointes de la France (sociologie du loisir), du Royaume-Uni (leisure studies), et des Etats-Unis (leisure sciences).

4L’ouvrage présente pourtant, dans une deuxième partie intitulée « trajets de sociologues du sport », les démarches innovantes de certains chercheurs qui proposent une réflexion sur leurs influences et l’élaboration de problématiques nouvelles. Nous ne reviendrons pas ici sur chacun des articles, mais un point important peut être souligné au-delà des particularismes méthodologiques et épistémologiques des uns et des autres : chacun des auteurs tente ici « d’apporter sa pierre à l’édifice d’une réflexion épistémologique sur la manière théorique conceptuelle et méthodologique de se saisir d’un objet de recherche en sociologie du sport » (p. 19), en replaçant cette démarche au sein de son parcours personnel de recherche. Qu’il s’agisse de concepts nouveaux (la « praxéologie motrice » comme motricité socialisée développée par Pierre Parlebas ; le « partage de l’expérience » chez Jean Griffet ; « l’urbanité ludique » chez Florian Lebreton, « les filiations sportives » qui empruntent à la théorie de l’évolution, pour Thierry Lesage, ou encore la notion « d’autoformation » de Jean-Michel Peter), de postures épistémologiques (celle « d’artisan-sociologue » de Christophe Gibout, celle de « sociologie à la première personne » de Bernard Andrieu), ou méthodologiques (le va-et-vient entre terrain et théorie pratiqué par Emilie Salaméro dans sa recherche sur le cirque contemporain, ou encore par Florian Lebreton qui pratique la méthode inductive « délibérative » pour étudier les sports urbains), chaque article se veut un apport fécond pour la sociologie du sport comme discipline « à part entière ».

5La première partie de cet ouvrage collectif, qui retrace l’histoire de la sociologie du sport dans plusieurs pays francophone et dresse un état des lieux de la place de cette discipline dans le monde académique, s’avère particulièrement intéressante. La seconde partie présente des concepts originaux (qu’ils soient récents ou non), essentiellement dans une veine « individualiste » (approches post-modernes, interactionnistes, inductives, etc.). On pourra regretter cependant que les auteurs de cette seconde partie soient exclusivement des sociologues français.

Haut de page

Notes

1  La France fait l’objet de deux articles (Jean-Paul Callède et Bernard Michon), qui tous deux d’ailleurs retracent l’histoire de la discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Gilles Vieille Marchiset, Anne Tatu-Colasseau, Sociologie(s) du sport. Analyses francophones et circulation des savoirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10159

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page