Skip to navigation – Site map

Mounia Bennani-Chraïbi, Olivier Fillieule (dir.), « Retour sur les situation révolutionnaires arabes », Revue Française de Science Politique, vol. 62 (1-2), octobre-décembre 2012

Lilian Mathieu
Retour sur les situations révolutionnaires arabes
« Retour sur les situations révolutionnaires arabes », Revue française de science politique, vol. 62, n° 5-6, octobre-décembre 2012, Paris, Les Presses de Sciences Po, EAN : 9782724632613.
Top of page

Full text

  • 1  Voir notamment le dossier « Les transitions démocratiques. Regards sur l’état de la “transitologie (...)

1La dernière livraison de l’année de la Revue française de science politique doit être saluée à plusieurs titres. Tout d’abord pour proposer, avec une distance de près de deux ans, un ensemble de contributions documentées sur les révoltes qui ont agité le monde arabe ‑ conduisant notamment en Tunisie puis en Égypte à la chute de régimes autoritaires installés de longue date ‑ à partir de la fin 2010. Alors que ces soulèvements ont, comme c’est fréquent dans de telles circonstances, donné lieu à une foultitude de commentaires « à chaud », souvent aussi enthousiastes que prématurés, ce sont des analyses rigoureuses, parce que bénéficiant d’une documentation patiemment recueillie et d’un recul temporel salutaire, qui sont ici développées. En second lieu parce que l’approfondissement de la connaissance des récentes révoltes arabes ne se sépare pas d’une ambition des différents auteurs de contribuer à une compréhension sociologique des révolutions. On remarquera à ce titre que les révoltes arabes sont venues mettre un terme à une longue indifférence des sociologues et politistes français pour ce type de phénomène. Le déclin intellectuel du marxisme (et des attentes révolutionnaires qu’il pouvait porter) depuis la fin des années 1970 n’est pas seul en cause. La précédente vague de soulèvements populaires à même de faire chuter des régimes autoritaires (celle qui a agité les pays du bloc soviétique à la fin des années 1980) a davantage été labellisée comme relevant des transitions démocratiques, et ce sont les spécialistes de ce domaine préalablement institutionnalisé qui s’en sont d’une certaine manière approprié l’expertise1. Mais il est manifestement prématuré d’affirmer que des révolutions comme celles qui ont fait chuter Ben Ali et Moubarak déboucheront sur une issue de type démocratique …

  • 2  Mounia Bennani-Chraïbi et Olivier Fillieule (dir.), Résistance et protestations dans les sociétés (...)
  • 3  Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 (3e éd.).
  • 4  Alban Bensa, Éric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, 2002, pp. 5-2 (...)
  • 5  Op. cit.
  • 6  Doug McAdam, Sidney Tarrow, Charles Tilly, Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University (...)

2L’article liminaire de Mounia Bennani-Chraïbi et Olivier Fillieule dresse un important état de la littérature sur les situations révolutionnaires, qui vient opportunément combler le retard de connaissance de la sociologie politique francophone sur le sujet. Il n’est pas étonnant que l’initiative du dossier émane de ces deux auteurs, dont la collaboration avait déjà donné lieu à l’ouvrage collectif Résistance et protestations dans les sociétés musulmanes2. Et, de fait, la littérature internationale sur les situations révolutionnaires s’inscrit fréquemment dans le prolongement de celle sur les mouvements sociaux. Les révolutions résultent en effet de l’extension de dynamiques de mobilisation initialement localisées à une multiplicité de secteurs sociaux, et c’est tout naturellement que les auteurs rejoignent la perspective des conjonctures politiques fluides dessinée dans le désormais classique Sociologie des crises politiques de Michel Dobry3. Du même auteur, Bennani-Chraïbi et Fillieule reprennent également la volonté de s’affranchir de toute focalisation sur les causes (ou les conséquences) des logiques révolutionnaires, ainsi qu’une méfiance à l’égard des explications rétroactives. L’enjeu de leur réflexion est avant tout à la spécificité des situations révolutionnaires ‑ que celles-ci débouchent ou non sur le renversement effectif du régime et l’instauration d’un nouvel ordre politique. Ces situations se caractérisent par un ensemble de processus dont la combinaison donne sa dynamique singulière à chaque épisode révolutionnaire, et que l’analyste se donne précisément pour tâche de repérer. L’érudition de l’article et l’acuité des discussions théoriques qu’il engage en font dès à présent une référence incontournable pour toute approche des phénomènes révolutionnaires, et cela bien au-delà de la seule zone géographique abordée. Cela ne le met pas à l’écart de quelques réserves. On regrettera quelques facilités polémiques (il n’y a pas si loin entre la « rupture d’intelligibilité » d’Alban Bensa et Éric Fassin4 et l’« évasion des calculs » de Dobry5, et les similarités pourraient bien être plus grandes que les différences entre l’approche des auteurs et celle de McAdam, Tarrow et Tilly6), des erreurs surprenantes (ce n’est pas Tilly, mais Trotski, qui définit les révolutions par une situation de double pouvoir ‑ piste d’ailleurs non explorée dans l’article), ainsi que la référence à leur édition originale de travaux anglo-saxons pourtant traduits en français.

  • 7  Verta Taylor, « La continuité des mouvements sociaux », in Olivier Fillieule (dir.), Le désengagem (...)

3Consacrés à des études de cas, les autres articles du dossier s’inscrivent dans la perspective définie par ses coordinateurs. Basé sur une étude ethnographique menée à Sidi Bouzid, celui de Choukri Hmed porte sur la première séquence de la révolution tunisienne, celle qui de décembre 2010 à janvier 2011 a suivi l’immolation de Mohamed Bouazizi. Il montre comment s’est réalisée, par des usages contrastés de l’espace de la rue, une jonction entre militants contestataires aguerris et jeunes non politisés mais marqués par un fort ressentiment à l’égard des autorités. La perspective permet d’échapper à toute conception éruptive ou spontanéiste du soulèvement en pointant la contribution décisive de réseaux militants préexistants (spécialement syndicaux), dotés d’expérience et de compétences en matière d’action collective, mais également que ce capital militant n’aurait pu à lui seul déboucher sur une révolution sans l’apport tout aussi décisif du ralliement de la jeunesse. Lui aussi consacré à la Tunisie, l’article d’Amin Allal rejette lui aussi toute « conception immaculée »7 du processus révolutionnaire. Il situe le soulèvement de 2010-2011 dans la continuité de processus de mobilisation antérieurs, spécialement la forte vague contestataire pour l’accès à l’emploi qui a agité le sud-ouest du pays en 2008, et montre, sur la base d’entretiens avec des Tunisiens faiblement politisés ou auparavant soutiens de Ben Ali, comment se réalise, en situation, un passage de la résistance discrète à la protestation révolutionnaire ouverte. Le même processus de passage du statut de « profane politique » à celui de révolutionnaire est au cœur de l’enquête ethnographique de Youssef El Chazli sur l’occupation de la place Tahrir du Caire. Car si, en Égypte comme en Tunisie, les organisations militantes ont joué un rôle déterminant, « ce sont avant tout des “profanes” qui ont fait la révolution » (p. 844). Il montre comment cette interaction entre les opposants de longue date, militants aguerris disposant d’une maîtrise pratique des formes et des codes du jeu politique, et ces profanes dénués d’expérience, a influencé les événements, spécialement lorsque se sont faits ressentir les effets de la concurrence entre groupes politiques (d’extrême gauche ou islamistes) pour le contrôle de la protestation, de son identité et de ses enjeux.

  • 8  Voir par exemple Charles Tilly, Les révolutions européennes 1492-1992 Paris, Seuil, 1993.
  • 9  Lilian Mathieu, L’espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauge, Le Croquant, 2012. http://le (...)

4Si les destins politiques de la Tunisie comme de l’Égypte apparaissent encore aujourd’hui incertains, les deux pays n’en présentent pas moins des révolutions achevées en ce sens que les régimes de Ben Ali et de Moubarak sont bel et bien tombés. Un des apports du dossier réside, on l’a dit, dans son refus de toute lecture rétroactive, comme si l’issue d’un processus livrait seule le sens de la dynamique dont il est le résultat. À l’inverse, et ainsi que le soulignait Charles Tilly, une situation peut être révolutionnaire sans nécessairement déboucher sur un résultat révolutionnaire8. Les articles de Mounia Bennani-Chraïbi et Mohamed Jeghllaly, sur le Maroc, et de Laurent Bonnefoy et Marine Poirier, sur le Yemen, sont précisément consacrés à des mobilisations contestant un régime politique sans parvenir à le faire chuter. Le premier est centré sur le Mouvement du 20 février (M20), lancé début 2011 au Maroc sous l’influence des événements qui se déroulent au même moment en Tunisie et en Égypte. L’article constitue une utile contribution à la réflexion sur la perception des opportunités et sur les effets d’imitation (ou plus exactement d’« attribution de similarité ») jouant ici de manière transnationale. Il fournit également un éclairage sur les processus de coalition et le travail spécifique que celle-ci impose. Une des spécificités du M20 est en effet d’avoir unifié une mouvance particulièrement composite puisqu’elle allait des altermondialistes et de l’extrême gauche aux islamistes. Gage de la puissance d’une mobilisation ainsi extrêmement large, ce caractère hétérogène s’est également révélé son principal talon d’Achille lorsque des divergences sont apparues quant à l’attitude à adopter devant les propositions de concertation offertes par la monarchie. C’est dans ce contexte de fragilisation que les divergences idéologiques, un temps reléguées au second plan, sont redevenues sensibles et ont conduit au délitement rapide d’une coalition qui avait pourtant paru, un temps, en mesure de menacer le régime de Mohamed VI. Le cas yéménite, abordé à partir d’une étude du campement de Sanaa, montre comment l’occupation de l’espace devient la principale expression pratique d’une opposition au régime qui, partie de la jeunesse étudiante, gagne progressivement une population beaucoup plus hétérogène. Se réalise ainsi ce que l’on a proposé de désigner comme une « cristallisation » de l’espace des mouvements sociaux dont les différentes composantes peuvent se compter et s’évaluer mutuellement par leur rassemblement sur un même site9. Car, pas plus ici que dans les autres pays, la dynamique révolutionnaire ne surgit ex nihilo mais est le produit de l’activation de réseaux préexistants. Les clivages internes à la mouvance contestataire (spécialement entre islamistes et libéraux) comme l’attentisme des fractions de l’opposition ayant partie liée avec le régime, minent progressivement l’unité du mouvement qui, s’il parvient à chasser Ali Abdallah Saleh après 33 ans de règne, se révèle en revanche incapable de remettre en cause les fondements du régime.

5Le dossier se clôt sur une revue bibliographique sur les révolutions arabes qui contribue elle aussi à faire de ce dossier une référence sur le sujet. Ajoutons également que la livraison contient un article de Michel Bussi, Jérôme Fourquet et Céline Colange consacré à une analyse géographique du vote à l’élection présidentielle française de 2012. Il souligne que si les assises géographiques des partis restent stables (quel que soit leur candidat), des évolutions sociodémographiques sapent les bases de certains votes, à l’instar du vote socialiste dans certaines régions telles que PACA ou le Languedoc-Roussillon (du fait notamment du déclin de la petite paysannerie et de la classe ouvrière, de la tertiarisation touristique et de l’afflux de retraités). L’article propose également un nouvel indicateur, le gradient d’urbanité (défini comme la distance qui sépare la commune de résidence de la grande agglomération de plus de 200 000 habitants la plus proche), dont il montre qu’il est structurant de certains votes, dont, en premier lieu, celui pour le Front national. Le numéro s’achève enfin sur près de 80 pages de lectures critiques sur des ouvrages récents (spécialement dans le domaine des approches historiques du politique).

Top of page

Notes

1  Voir notamment le dossier « Les transitions démocratiques. Regards sur l’état de la “transitologie” », Revue française de science politique, 50 (4-5), 2000.

2  Mounia Bennani-Chraïbi et Olivier Fillieule (dir.), Résistance et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

3  Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 (3e éd.).

4  Alban Bensa, Éric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, 2002, pp. 5-20.

5  Op. cit.

6  Doug McAdam, Sidney Tarrow, Charles Tilly, Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

7  Verta Taylor, « La continuité des mouvements sociaux », in Olivier Fillieule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 229-250.

8  Voir par exemple Charles Tilly, Les révolutions européennes 1492-1992 Paris, Seuil, 1993.

9  Lilian Mathieu, L’espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauge, Le Croquant, 2012. http://lectures.revues.org/8019

Top of page

References

Electronic reference

Lilian Mathieu, « Mounia Bennani-Chraïbi, Olivier Fillieule (dir.), « Retour sur les situation révolutionnaires arabes », Revue Française de Science Politique, vol. 62 (1-2), octobre-décembre 2012 », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 17 December 2012, connection on 16 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10169

Top of page

Location

Morocco

Casablanca

Tunisia

Middle Orient

Egypt

Yemen

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page