Navigation – Plan du site

Sylvie Carbonnelle, Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l'avancée en âge

Marion Tillous
Penser les vieillesses
Sylvie Carbonnelle (dir.), Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l'avancée en âge, Seli Arslan, 2010, EAN : 9782842761615.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Direction de l'ouvrage, assurée par Sylvie Carbonnelle, mais également direction du séminaire épony (...)

1Penser les vieillesses est un ouvrage collectif qui, grâce à un double travail de direction 1, parvient à couvrir le champ thématique très large annoncé par son titre tout en adoptant une approche spécifique de la question. Les contributions s'inscrivent toutes en effet dans un courant constructiviste, interactionniste et pragmatique. Cette inscription théorique forte conduit les auteurs à s'éloigner, chacun à leur manière, des discours fatalistes et peut-être alarmistes sur le vieillissement pour donner à voir la diversité, la dynamique et la dimension positive des vieillesses.

2Trois grands temps marquent la progression de l'ouvrage. Sont d'abord examinées les catégorisations sociales de la vieillesse et leur évolution au cours du temps historique. Puis la question des pratiques et des identités qu'elles façonnent est abordée sous l'angle des processus induits par l'avancée en âge. La troisième partie regroupe les contributions relatives aux rapports sociaux qu'entretiennent les personnes vieillissantes avec leurs proches comme avec les autres citadins et citoyens. Cette fois, ce sont les mutations qui intéressent les auteurs, c'est-à-dire les effets du temps non plus sur une cohorte (avancée en âge), mais sur une génération, ou plutôt deux : celle de l'entre-deux-guerres, et, petit à petit, celle du baby-boom qui atteint aujourd'hui l'âge de la retraite.

3La cohérence de l'ensemble de l'ouvrage nous semble reposer sur une attention portée au « lien ». Celle-ci est bien entendue favorisée par l'entrée interactionniste, tout au moins dans sa dimension sociale. Le « lien social » est évoqué sous toutes ses formes : relations avec les proches et en particulier avec les petits enfants, participation citoyenne, réseau d'entraides, etc. Un des usages particulièrement intéressant de la notion est celui proposé par Amélie Daems et Greg Nijs. A partir d'une enquête menée auprès de personnes vieillissantes au sujet de leurs déplacements, ils interrogent l'injonction contemporaine à la mobilité et surtout à une mobilité autonome. L'idéal du déplacement contemporain est un déplacement autonome, c'est-à-dire sans aide humaine extérieure, uniquement réalisé à l'aide de prothèses techniques au sens large (de la voiture au fauteuil électrique). Or, cet idéal entre en contradiction avec l'objet de la mobilité qui est de moins en moins la réponse à un besoin ou un désir, mais de plus en plus un facteur d'intégration sociale, y compris au cours du déplacement. « Bouger, c'est mobiliser un ensemble de liens - d'attachements - qui nous tiennent ensemble », résument les deux auteurs. Le déplacement autonome est donc un non-sens, puisqu'il conduit la personne à supprimer ou limiter ses attachements.

4Plusieurs autres acceptions du lien, toutes aussi fécondes, traversent l'ouvrage. Liens tissés par la personne avec le monde qui l'entoure : physiquement par la fréquentation de l'espace public, intellectuellement par l'engagement citoyen et par « l'engagement en formation ». Mais également liens saisis par le chercheur pour dépasser les ruptures prioritairement perçues par la littérature traditionnelle. A ce titre, la contribution de Vincent Caradec est particulièrement intéressante puisqu'elle offre une réinterprétation de deux des trois marqueurs temporels du vieillissement, la retraite et le veuvage (le troisième étant l'entrée en institution - dont traite Isabelle Mallon), comprises non plus comme des moments de ruptures ou crises, mais comme des transitions, des périodes de recomposition des habitudes et des relations sociales. Les résultats dont il est fait état nous paraissent avoir des résonances particulièrement intéressantes dans le champ des études de genre : la femme qui perd son conjoint, si elle est d'abord touchée par un sentiment de fracture ou d'amputation, tend souvent dans un second temps à redéfinir son identité et ses activités de manière individuelle. Caradec parle même de « libération » au sujet de certaines de ces femmes qu'il devient alors difficile de désigner par le terme de « veuves ».

  • 2 « Double mouvement [...] par lequel l'individu se désengage en réduisant le nombre de rôles qu'il r (...)

5La contribution de Serge Clément et Monique Membrado se focalise quant à elle sur les mécanismes de cette recomposition de l'identité et des liens au monde (social, spatial, temporel). Elle est l'occasion pour les deux auteurs de revenir sur leurs travaux antérieurs et en particulier sur la notion de « déprise » proposée au cours des années 1990. Cette démarche nous a semblé tout à fait utile car la notion est, en raison de son préfixe privatif, effectivement très difficile à utiliser de façon neutre. Souvent assimilée à la notion de « désengagement » 2, la « déprise » suscite fascination tout autant que rejet. Les deux auteurs précisent ici la notion et la fixent dans « sa version positive ».

6Penser les vieillesses nous semble donc constituer un ouvrage à la fois cohérent et engagé, qui peut être lu de différentes manières selon le degré de spécialisation du lecteur. Le non-spécialiste ne devra toutefois pas respecter l'ordre de présentation des contributions puisque certaines des plus transversales sont placées en fin d'ouvrage alors qu'elles constituent une aide précieuse pour aborder les plus ciblées. Les références bibliographiques proposées sont nombreuses et stimulantes.

Haut de page

Notes

1 Direction de l'ouvrage, assurée par Sylvie Carbonnelle, mais également direction du séminaire éponyme au cours duquel ont été réunies les différentes contributions, organisé conjointement par le Groupe de recherche « Age, Temps de vie, Vieillissement » et par le Centre de Diffusion de la Culture Sanitaire

2 « Double mouvement [...] par lequel l'individu se désengage en réduisant le nombre de rôles qu'il remplit au sein de la société, et en réduisant son investissement dans chacun de ces rôles, alors que la société offre la liberté à l'individu de se soustraire à ses contraintes et donne la permission du retrait ». Notion formulée par E. Cumming et W.E. Henry au début des années 1960, et à laquelle Clément et Membrado oppose la « déprise » pour la débarrasser de sa dimension fataliste et inéluctable. La déprise peut ainsi être définie comme « un processus de réaménagement de la vie qui tient comte des modifications dans les compétences personnelles, de la trajectoire de vie antérieure, des situations interpersonnelles d'aujourd'hui dans un contexte social particulier ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Tillous, « Sylvie Carbonnelle, Penser les vieillesses. Regards sociologiques et anthropologiques sur l'avancée en âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 17 mai 2010, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1017

Haut de page

Rédacteur

Marion Tillous

Ater à l'Université d'Avignon et des Pays du Vaucluse

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page